Mar.
21
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Les économistes «atterrés» : erreurs factuelles

- Benjamin Coriat: 8'30 : mélange la dette publique et la dette sociale. En France, la dette publique (issue du déficit de l'Etat) est comptabilisée, pas la dette sociale

source vie publique

- 8'45 : "en 2007, on était en dessous des 60% de dette exigée par les traités" . Faux. Prévision de la loi de finance 2007 : "La dette publique à 66,6% du PIB fin 2005, devrait passer à 63,6% fin 2007" source Vie Publique

- 12'15 Courant été 2010 [...] les investisseurs institutionnels ont provoqué une récession quasiment mondiale. Oui, si on raisonne en terme de répartition du PIB mondial (OCDE : 80% du PIB mondial), archi faux si on raisonne en terme de gens. L'Asie et l'Afrique ne sont pas en récession, loin de la, hors ces deux zones représentent 60% des êtes humains. source : http://www.africaneconomicoutlook.org/fr/

 

 

- Cédric Durand : 18'05 : "1/4 du niveau de vie de la population a diminué en Grece depuis 2 ans. " sans qu'on sache de combien le niveau de vie de la population Grecque avait agumenté auparavant grace à la bulle de l'endettement.

- 19'36 " les plans d'austérité ont pu etre votés grace aux gaz lacrimogènes" : l'économiste découvre que les Etats ont le monopole de la violence. Mais il ne regrette pas que la France viole ses proprez lois, par exemple, en faisant du recel de listes volées en Suisse. Il ignore également que le fisc refuse que les contribuables filment leur controle fiscal pour conserver des preuves.

 

 

- Henri Sterdiniak 26'48 "Les Etats du sud de l'Europe ont eu une croissance vive " : pas si simple. Vrai dans le cas de la Grece entre 2003 et 2007, faux pour Italie et Portugal sur la même période source Eurostat http://ec.europa.eu/economy_finance/articles/eu_economic_situation/pdf/2011/com2011_11_annex2_fr.pdf graphique 4 page 4

- 27'15 : "Brutalement, en 2009, les marchés financiers se sont apercus qu'on pouvait spéculer sur les dettes publiques. Avant, ce marché des dettes publiques n'intéressait pas les banques". C'est évidemment faux. Mr Sterdiniak, économiste, n'a donc jamais entendu parlé du krach obligataire de 1994, de la crise russe en 1998, des vulture funds de la fin des années 1999, de la création de l'Agence France Trésor en 2000, etc.

- 30'30 : "on va être obligés d'appliquer la règle d'or". Faux bien sur. En Septembre 2004, la France et l'Allemagne (!) se sont assises sur le pacte de stabilité en violant le plafond de déficit autorisé. source la Documentation Française , blog d'Alain Lipietz, Les protestations des "petits" pays (Autriche, Pays Bas) n'ont généré que du sarcasme en retour. Aucune amende n'a été payée. Bruxelles n'a pas de police. Si la France ne veut pas respecter une regle ou implémenter une directive ou suivre une décision de la Cour de Justice, personne ne va la forcer.

- 31'00 "les marchés financiers sont responsables de la crise". Faux. 1. le subprime, crée par le pouvoir fédéral US (http://en.wikipedia.org/wiki/Community_Reinvestment_Act), a explosé quand le marché immobilier US a cessé de monter en 2007 (2 avril 2007 : New Century Financial Corporation, numéro du "subprime" se place sous la protection d'une procédure Chapter 11, soit un an avant Lehman Brothers) . L'origine de la crise est réelle, pas financière.

- 34'00 "il faut revenir sur les baisses d'impots qui ont bénéficié aux plus riches [...] il faudrait faire un impot européen sur les grands patrimoines, ceux qui ont bénéficié de la crise [...] il faudrait taxer de manière exorbitante les salaires qui dépassent de 20 fois le salaire le plus bas dans l'entreprise. : confusion totale ! Henri Sterdiniak, économiste, mélange des flux et des stocks, des revenus et des patrimoines, comme si les hauts revenus étaient les riches et vice & versa.

 

 

- Thomas Coutrot : 57'55 1"l'Euro impose une austérité structurelle depuis sa création" : faux, puisque depuis 1999, la France pour ne parler d'elle a toujours été en déficit budgétaire, ce qui a abouti a une croissance continue de sa dette.

 

 

- Pascal Maillard 1''12'00 : "il n'y a rien de pire que les spécialistes" . Pourtant, le site web de l'Université de Strasbourg où il enseigne dit de cet enseignant qu'il est "Spécialiste de la littérature du 19ème siècle" http://fle.u-strasbg.fr/webl/wfletr/maillard/index.htm

 

 

Tous les commentaires

15/10/2011, 15:06 | Par Michel P.

@ACNM

Je ne commenterai pas les différences entre ces "Economistes attérés"eux mêmes car je ne suis pas d'accord avec leurs arguments présentant l'entretien de cette dette générale des Etats pour en rapporter des intérêts continus. Les Marchés sont là pour réagir aux "conneries" des "Humains". Par contre je peux dire que cette dette actuelle est bien de la faute de nos dirigeants "politiques" puisque d'une part ils ne l'ont pas vu venir et d'autre part ils ne font rien depuis longtemps pour y faire face. Il y a les pays qui investissent et font face à la crise c'est à dire les Pays du Nord appelés les "Pays de l'Industrilisation" et pour l'Allemagne qui peut dire merci à Schroeder de l'autre cotés il y a les "Pays de la consommation" les fameux "PIIGS" auxquels bientôt vous pourrez ajouter la France qui eux continuent à emprunter pour vivre au jour le jour. Là est le danger. La "MerKozy" a du souci à se faire, pas pour elle car elle sortira "haut la main" de cette magouille mais le "Kozy" lui va couler à pic et nous malheureusement avec lui.

15/10/2011, 15:18 | Par JoëlMartin

"comme si les hauts revenus étaient les riches et vice & versa."

Ah bon, les hauts revenus ne sont pas riches ?

Allez dire ça aux SDF, aux chômeurs, aux smicards.

Et même à des gens qui gagnent 2000 euros par mois et qui ne peuvent même pas louer un studio à 600 euros par mois, prix courant dans les grandes villes, car le bailleur exige un revenu égal à quatre fois le loyer.

Les économistes atterrés se plantent peut-être ici ou là, peu importe.

Ce sont les faits qui comptent : toujours plus de SDF et de chômeurs, et les riches toujours plus riches.

L'écart entre riches et pauvres se creuse.

Les pinaillages comme ceux d'ACNM n'y changent rien.

Et ce n'est pas l'ultralibéralisme qui peut contrer cette injustice fondamentale.Au contraire, il l'accroît en laissant la bride sur le coup aux spéculateurs.

17/10/2011, 07:39 | Par ACNM en réponse au commentaire de JoëlMartin le 15/10/2011 à 15:18

votre commentaire me montre que 99% de mes remarques sont justes. Merci.

17/10/2011, 10:51 | Par Faunus en réponse au commentaire de ACNM le 17/10/2011 à 07:39

Match nul alors avec les économistes attérés. Merci.

19/10/2011, 07:39 | Par Vivre est un village

Un grand merci pour cet intérêt pour le "manifeste des économistes atterrés".

Newsletter