Ven.
31
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Vers la catastrophe à grande vitesse

Il n'est pas nécessaire d'être grand clerc, ni même éditorialiste inspiré, pour annoncer que le gouvernement court tout droit à la catastrophe.

Le président doit tailler dans le lard

Au-delà de la fraude commise par Jérôme Cahuzac, au-delà de ses mensonges liés à la découverte de cette fraude, il est l'heure de passer au bilan politique de cette affaire.

Une presse "éditorialisante"

Je suis scandalisé par les mensonges de Jérôme Cahuzac. Bien évidemment. Comme tout le monde. Mais, ce matin, je suis encore plus dégoûté par l'immense majorité de la presse française qui vient de donner une nouvelle preuve que le journalisme d'investigation avait laissé la place à « l'éditorialisation ». Et ce n'est pas avec ça que la démocratie avance. J'avais en effet cru comprendre que la presse, dans une démocratie au minimum normale, au mieux éclairée, ce devait être « des faits, rien que des faits ». J'ai dû me tromper...

Je ne voterai plus

Hier soir je dinais avec un ami intermittent du spectacle qui venait d'apprendre que, pour quelques heures manquantes, il ne toucherait aucune indemnité chômage, pas même le RSA.

J'en ai marre de ces politiques moralisateurs amoraux

Je commence à en avoir sérieusement ras le bol de ces femmes et hommes politiques de tous bords qui n'ont à la bouche que des propos "moraux" alors qu'eux-mêmes font preuve d'une moralité plus que

François Hollande devient président de la République

Installé depuis six mois à l'Elysée, François Hollande devient véritablement président de la République aujourd'hui. Son discours d'Alger est celui d'un homme d'Etat.

Ayrault déchu

Je me fiche de savoir si Depardieu va s'exiler en Belgique ou fréquenter des dictateurs. C'est son problème, pas celui de la France et, donc, pas celui du Premier ministre.

On ne veut pas de touristes arabes sous la gauche

Avec l'arrivée au pouvoir de François Hollande, après les "années de plomb" en matière de traitement des immigrés en France sous Sarkozy, nous étions en droit d'attendre quelques changements.

Newsletter