Dim.
21
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Premier mai: en mémoire de Brahim Bouarram

À la veille du 1er mai et de la parade lepéniste qui a lieu ce jour-là, nous  nous souvenons que le 1er mai 1995, jeune marocain de 29 ans, a été assassiné par des militants d'extrême droite qui participaient à un cortège du Front National.

Comme chaque année nous nous retrouverons avec plusieurs associations sur le pont du Carrousel le 1er mai à 11h pour honorer sa mémoire, à l'endroit où il fut jeté dans la Seine.

Cette cérémonie est cette année d’autant plus nécessaire que le président sortant nourrit sa campagne des thèmes d'un Front National qu'il absout de toute xénophobie.

Extrait de l’appel à la commémoration :

 De loi Hortefeux en loi Besson, et loi Guéant, de traques des sans papiers en refoulement de demandeurs d’asile, de « débats » sur l’identité nationale en « débats » sur l’Islam et la laïcité, les gouvernants actuels ont pris la terrible responsabilité d’encourager la montée de l’intolérance et de la haine. À quelques jours d’échéances électorales décisives, c’est le vivre ensemble démocratique qui est désormais menacé.

Nous, citoyens et organisations fidèles aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, ne supportons plus que la République soit ainsi défigurée, la laïcité instrumentalisée au service de la stigmatisation de millions de nos concitoyens, la xénophobie banalisée dans les propos des plus hautes autorités de l’Etat qui prétendent parler en notre nom à tous.

Il est temps de dire notre refus de cette dérive dangereuse, de faire barrage à la lepénisation des esprits et des politiques. Oui, il faut barrer la route à l’extrême droite, barrer la route aux idées de haine qui ont tué Brahim Bouarram.

C’est pourquoi toutes les organisations signataires appellent à un rassemblement le 1er mai 2012, à Paris à 11h au Pont du Carrousel et dans le plus grand nombre possible de villes de France :

 Pour rendre hommage à la mémoire de Brahim Bouarram et à toutes les victimes des crimes racistes.

 Pour dénoncer les discours et les lois xénophobes qui mettent en danger les étrangers et discriminent les citoyens selon leurs origines ou leurs croyances.

 Pour appeler à en finir avec tout ce qui, depuis des années, défigure la République.

Parmi les signataires : Ligue des Droits de l’Homme ; CEDETIM, Forum Vérité et Justice -Maroc-, MRAP, ATTAC, GISTI, Ligue Mauritanienne des Droits de l’Homme, Union syndicale Solidaires, Mémorial 98…

Voir aussi

Sarkozy au service du Front National.

Guéant: la stratégie de l'araignée.

Quand N.Morano collectait des signatures pour Le Pen

Balladur et Sarkozy: de la préférence nationale à l'Identité nationale

 

Newsletter