Jeu.
24
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

 

Thématiques du blog

 

Les règles de notre Club

Plusieurs personnes ont annoncé, ces derniers temps, leur départ du Club, leur abstention, temporaire ou définitive. Beaucoup d'annonces définitives n'ont d'ailleurs eu qu'une éternité très limitée dans le temps. Quelques uns sont revenus, dont on ne lisait plus rien depuis tant de mois. D'autres se sont retirés à bas bruit, sans coup d'éclat, pas sans regrets. La vie, en somme.

 

La vie, mais la vie sous un microscope, au vu de tout le Web, des moteurs de recherches qui enregistrent consciencieusement les coups d'éclats, les attaques, les injures trop souvent. Les déceptions. Les ruptures. Les réconciliations. Au point que l'on nous demande souvent d'intervenir, au-delà de la charte et parfois au-delà de la loi. Un exemple: les pseudonymes. En aucun cas la justice ne saurait retenir le délit de diffamation ou d'injure à l'égard d'une personne n'écrivant pas sous nom; la loi ne protège pas les avatars. Il n'en reste pas moins que ce pseudonymat est en ligne une identité bien plus réelle que l'état civil pour certains et que la blessure des mots qui frappent n'en est pas moins vive. Il n'en reste pas moins que le ton général de la discussion s'en trouve affecté: la polémique plutôt que le débat serein, l'échange de coups plus que d'arguments.

 

C'est aussi de cela que souffre parfois ce club: depuis novembre 2008, un nombre limité de contributeurs ont tenté de privatiser cet espace de dialogue pour créer un entre-nous qui excluait les autres, des commentateurs ont harcelé l'une ou l'autre pour qu'il ou qu'elle se lasse d'argumenter. Dans ces cas là, celui qui l'emporte n'est pas celui qui dispose des meilleurs arguments, mais des nerfs les mieux accrochés. La dérive était prévisible et pourtant, nous avons parié sur l'intelligence et l'autorégulation. Car ce club est le votre; la «modération» n'y est que minimale et, contrairement à la quasi-totalité des espaces de ce type, nous choisissons de ne pas supprimer tout ce qui ne tombe pas sous le coup de la loi, persuadés qu'il vaut mieux convaincre que trancher. Faut-il que nous en reprenions possession et que nous nous banalisions en rabotant toutes les aspérités? Ce n'est pas le choix que nous avons fait jusqu'à présent.

 

C'est donc sous une double injonction qu'il nous faut vivre: ne pas laisser se dégrader le débat; ne pas juger a priori une parole illégitime.

 

Restent ces billets qui portent en médaillon des départs tonitruant. Au détour d'un commentaire, l'un d'entre nous a assez bien énoncé cela: ces articles, ces appels, exprimeraient, pour nous, «à la fois un compliment et une déception.»

 

Un compliment, puisque dire que l'on quitte Mediapart, c'est en parler comme d'une identité affective (un parti, un mouvement, une association, un couple, etc.) dont les liens dépassent ce qu'offre ordinairement un média, la simple consommation d'informations. Cela signifie que notre pari d'inventer un média participatif et contributif, d'un genre inédit, a mobilisé et attiré une partie de ceux qui nous ont permis, jusqu'ici, de durer. Autant de raison pour continuer à relever ce défi, avec tous ceux d'entre vous qui auront assez de patience et de constance pour nous accompagner, malgré les retards, insuffisances, énervements, etc.

 

Une déception, évidemment, puisque l'on nous reproche (nous, la rédaction) de vous (vous, les lecteurs contributeurs qui, cependant, ne sont pas tous les lecteurs, loin de là), donc de vous avoir laissé fonctionner librement, sans entraves ni censures, en pariant sur une sorte d'esprit communautaire spontané (cordialité, intérêt, respect, pluralisme, etc.). Nous ne sommes pas aveugles ni sourds, et nous voyons bien que cette liberté ne s'autogère pas à la perfection et que le Club peut aussi s'emmêler et s'embrouiller, se faire des nœuds et se crée des soucis. Si nous n'intervenons qu'avec précaution et parcimonie — «la main tremblante» à chaque fois —, c'est que nous voulons en tirer toutes les leçons – quelle animation du Club, quelle nouvelle architecture, quelles nouvelles fonctionnalités – pour bien agir.

 

Pour certains, et après tout c'est votre droit, vous cherchez, parfois, sur Mediapart ce que nous n'avons jamais promis: un journal qui reflèterait vos convictions, vos seules convictions et jamais celles du voisin qui, après tout, est lecteur et abonné lui aussi. Il est de ce point de vue désolant, dans le contexte actuel, d'être confronté à une sorte de consumérisme aux alibis militants qui manifeste si peu de constance dans son soutien à une presse libre envers tout pouvoir étatique, politique et économique. Pourquoi donc Mediapart ne serait-il pas un lieu où, du PS au PCF, des Verts au Modem, du NPA à — mais oui — une partie de l'UMP, des libéraux et des antilibéraux, des sans-partis aux curieux, etc., des hommes et des femmes divers se retrouveraient pour partager une information vraiment indépendante, confronter leurs réflexions respectives sur ce pouvoir et cette époque, opposer leurs solutions et leurs projets, trouver des points d'accord, clarifier les désaccords...? Depuis quand s'informe-t-on vraiment en étant uniquement entre soi, entre gens qui pensent pareil et qui, par conséquent, ne pensent jamais contre eux-mêmes, bref ne se remettent jamais en cause leurs préjugés?

 

Ce qui nous attriste le plus – et là, cela signifie qu'il y a encore du chemin à faire – c'est la persistance de ces formes d'intolérance qui ont toujours été un obstacle pour le journalisme indépendant. Si Mediapart est un journal participatif, c'est pour permettre l'expression large des opinions, débats, polémiques, réflexions, sensibilités, partis pris, etc., autour des informations apportées par sa rédaction. C'est bien dans ce sens-là que nous entendons ce mot.

 

Dès cet été, nous lancerons des innovations éditoriales, des modifications du Club, des améliorations fonctionnelles. Mais, entre-temps, nous continuerons à enfoncer le clou qui fut à notre point de départ: la nécessité de construire une presse libre – ce qui sera le sujet de notre Manifeste, en vente en librairie (pour atteindre d'autres lecteurs, pas encore convertis au numérique) à partir de la mi-mai. — et l'affirmation d'engager des débats participatifs de qualité.

L'auteur de ce billet a décidé d'en fermer les commentaires

Tous les commentaires

28/04/2009, 08:33 | Par claude lelièvre

Bien vu! En attendant la suite.

28/04/2009, 16:21 | Par Velveth en réponse au commentaire de claude lelièvre le 28/04/2009 à 08:33

Bien vu. certes. Bien sentencieux, également.

28/04/2009, 08:47 | Par Alain Godefroy

Puisque vous faites allusion au commentaire qu'Edwy Plenel a laissé sur mon billet, je vais répéter et développer un peu (j'ai un peu plus de temps ce matin) ici la réponse que je lui ai faite. En ce qui concerne la participation au club, il ne s'agit pas pour ma part de demander à la rédaction de Médiapart de venir gérer/controler/administrer (rayer les mentions inutiles) les échanges entre abonnés, mais simplement de répondre, comme un acteur parmi d'autres, quand des demandes lui sont faites. Je pense notamment au dernier billet de Farid, qui portait des interrogations légitimes sur le choix des billets du club mis en Une. Je pense aussi à toute cette histoire de l'ALM où la rédaction de Médiapart a semblé soutenir en sous-main le lancement de cette assos sans jamais le dire clairement. On pourrait continuer cette liste mais je m'arreterai là. En ce qui concerne la ligne éditoriale, il ne s'agit pas de vous reprocher votre pluralisme, mais bien au contraire de constater qu'une partie de l'opposition est effacée petit à petit de la photo. On chercherait en vain ces derniers temps des traces du NPA, du parti de Gauche, du PCF, des Verts et pourquoi pas du parti de Dupont-Aignan, d'AL. J'ai l'impression (peut-être me trompe-je) d'assister en ce moment à un recentrage de la ligne éditoriale Enfin je regrette également le manque d'ouverture à ce qui se passe dans d'autres pays / continents. J'ai déjà eu l'occasion de dire que la série d'articles sur le Venezuela m'a convaincu à l'époque de prolonger mon premier abonnement. Malheureusement je n'ai pas retrouvé d'autres séries de ce type.

28/04/2009, 11:09 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Alain Godefroy le 28/04/2009 à 08:47

Si vous souhaitez vous informer sur Alternative libérale, vous pouvez lire article qui donne son actualité. Quant au NPA, la présence de Daniel Bensaid dans nos bureaux ce matin laisse présager quelque chose pour bientôt.Si vous êtes plutôt adepte des grandes séries internationales, issues de reportages sur place, nous en avons publié, en avril, une sur l'Equateur (3 épisodes), une sur l'Afrique du sud (5 épisodes), une au Cambodge (6 épisodes). Et bien d'autres auparavant.

28/04/2009, 12:10 | Par Alain Godefroy en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 11:09

C'est une réponse sérieure ou vous avez envie de rire un peu? Pour m'informer sur AL et le NPA, je peux aller sur leur site. Ce que j'attends d'un média pluraliste, ce n'est pas de l'information sur tel ou tel parti, même si cela peut en faire partie, mais c'est aussi et surtout d'aller chercher les positions des différents partis sur tel ou tel sujet. Prenons par exemple le dernier article sur le CNRS, il serait intéressant de connaitre les positions des différents partis par rapport aux réformes de l'université et de la recherche. Pour l'international, mea culpa et je me bats la coulpe 5 mn. Il semble que j'ai été trop accaparé par le club et pas assez attentif à ce qui se passait dans le journal. Amicalement et bien le bonjour à Daniel Bensaid.

28/04/2009, 13:50 | Par Sylvain Manyach en réponse au commentaire de Alain Godefroy le 28/04/2009 à 12:10

Franchement, on se moque un peu de savoir ce que pensent le NPA, AL ou telle autre organisation de la réforme de l'université ou du CNRS. Comme vous le dites, il n'y a qu'à aller sur leurs sites respectifs pour connaître ces positions. On dirait que pour vous, Médiapart doit être une caisse de raisonnance de positions partisanes minoritaires. Pour moi, cela n'a rien à voir avec un Journal à la fois indépendant et pluraliste. Médiapart n'est pas la presse de partis politiques.

28/04/2009, 14:45 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de Sylvain Manyach le 28/04/2009 à 13:50

Exact, en revanche les articles de Stéphane Alliès sur ces organisations sont souvent intéressants. Cela dit ça fait plus de 30 ans qu'Edwy Plenel rêve de faire "le quotidien de référence", on verra bien ! Comme il le dit lui-même la priorité est déjà que le site fonctionne.

28/04/2009, 14:30 | Par peneloppe en réponse au commentaire de Alain Godefroy le 28/04/2009 à 12:10

A Alain Godefroy, 5 minutes, et on recommence comme avant, au sortir de la messe ? Vous vous fichez du monde ?

28/04/2009, 16:16 | Par Velveth en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 11:09

A Animateur du Club Sachez quand même que AL, bien avant le ouple anti-grèves qui s'est lancé dans le prosélytisme du libéralisme - dont on voit les résultats, AL signifie ALTERNATIVE LIBERTAIRE et ceci depuis des lustes. Sans être une "grande" organisation, L'AL est certainement bien plus représentative d'un courant d'idées se renforçant que les majorettes du néo-libéralisme !

28/04/2009, 09:01 | Par JNSPQD

Intervention appréciée. Cet espace d'expression est une bonne vitrine qui nous montre tout le travail à faire sur soi-même alors que la plupart d'entre nous, nous acharnons à "le faire" sur l'Autre. Le principal ennemi que nous avons tous a combattre, à mon humble avis, est toujours ce désir de domination, le pouvoir, qui se manifeste de par tout, dans tous les actes sociaux dès que plus de deux personnes sont ensemble, et cela depuis la nuit des temps humains. Pouvoir, pourtant si ridicule ici...

28/04/2009, 08:55 | Par jean_paul_yves_le_goff

. Si vous voulez réellement promouvoir un journalisme participatif, la première chose parmi tout un ensemble, c'est de permettre l'accès de tous aux commentaires de tous. . Si vous ne permettez pas cela, je doute que vous vouliez réellement le journalisme participatif, avec tout ce que cela suppose de remise en question de la part de ceux qui jouissaient du monopole de l'expression. . Si vous n'êtes pas en capacité de promouvoir un journalisme participatif dans un espace restreint où vous avez, pratiquement, pleins pouvoirs, je doute que vous soyez en mesure d'aider à la mise en oeuvre d'une démocratie participative. . jean-paul yves le goff démocrate utopiste républicain réaliste militant anarcho-monarchiste

28/04/2009, 09:33 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 28/04/2009 à 08:55

mmddrr de mmddrr !!! Mon Cher Jean-paul c'est bien vous le meilleur et sans conteste à mon humble avis. J'aurais rajouté : Militant anarcho-monarchiste ET masochiste.... Mais ne le sommes nous pas tous un peu quelque part ?? Car s'acquitter d'un abonnement mensuel auprès d'un système que l'on réprouve absolument par ailleurs est d'une perversité illimitée, bien vivante et finalement perpétuelle grâce au RIB à prélèvement automatique. Victor Hugosement vôtre. @ +NEO-

28/04/2009, 11:22 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Vertubleu le 28/04/2009 à 09:33

Que faut-il entendre par "permettre l'accès de tous aux commentaires de tous"? Aujourd'hui, tous les internautes peuvent lire tous les commentaires de tous les abonnés.

28/04/2009, 11:59 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 11:22

. L'accès de tous aux commentaires de tous ? . Ne me dites pas que vous n'avez jamais entendu le problème du "tracker" en première page ? . Le problème des deux clubs ? le club réel et le club fictif ? . Si tel est le cas, si vous n'êtes pas au parfum, je vous y mettrai, mais un peu plus tard. J'ai envie d'essayer de bosser un peu aujourd'hui. . jpylg

28/04/2009, 12:11 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 28/04/2009 à 11:59

Tout mettre en première page du journal, donc? A quoi serviraient alors les pages de rubrique, la une du club, les pages personnelles, le "fil de mes contacts"? Par définition, le journal est l'espace des productions journalistiques, le club est celui de la participation, votre page personnelle correspond à votre propre réseau social, et plusieurs pages (tracker, activity, etc.), accessible par tous, rendent compte de l'ensemble de l'activité de Mediapart.

28/04/2009, 12:21 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 28/04/2009 à 11:59

Il faudrait un Tonymaj pour faire un billet spécial tracker pour qu'ils se réveillent.

28/04/2009, 12:27 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 28/04/2009 à 11:59

Encore un commentaire disparu, effacé par "l'animateur du club" lui-même où il était question de "tracker" et d'"activity". . Ca promet ! . jpylg

28/04/2009, 12:25 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 12:11

Sauf que "tracker" et "activity" ne sont connus que des initiés, et que la demande qui vous a été faite à de nombreuses reprises est que la fonction tracker apparaisse en première page afin d'être accessible réellement à tous. Il y a une différence entre accessibilité potentielle et réelle, et sur un site qui déjà ne fonctionne pas correctement (le seul dans ce cas de la presse en ligne française) faire attendre parfois plusieurs semaines un nouvel abonné pour qu'il apprenne l'existence du tracker est une forme de bizuthage assez imbécile quand par ailleurs on se plaint de la très faible participation des abonnés à l'élaboration du contenu du club.

28/04/2009, 12:57 | Par Christine Marcandier en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 28/04/2009 à 12:25

Votre commentaire n'a pas disparu, il était simplement en double. Il demeure, en un exemplaire.

28/04/2009, 14:52 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Christine Marcandier le 28/04/2009 à 12:57

@ JPY : L'animateur du club a déjà écrit des billets. Il n'en supprime pas, les bug s se charge de les retarder parfois. aux lecteurs : Un bug avait faiit disparaitre la fonction éditer, bien désolée de mon doublon non corrigé et en italique plus bas. Si quelqu'un peut faire disparaitre le "doublon" italique !

28/04/2009, 15:53 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Fantie B. le 28/04/2009 à 14:52

Exact; l'animateur ne supprime rien; c'était un bug. . Il se contente de noyer le poisson. . Pas la peine que j'en rajoute. . Merci d'avoir rectifié. . jpylg

28/04/2009, 13:26 | Par Unidentified en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 28/04/2009 à 12:21

tonymaj est à la recherche, depuis une heure (temps du déjeuner décompté), du billet superbe que vient de publier ce matin notre chère pet de nonne. Ce billet, qu'il est impossible de commenter ("Access denied" ou sa nouvelle version "La discussion est terminée"), mérite qu'on lui consacre plus de temps qu'à tout le tracker d'une journée!
Un billet spécial tracker pour réveiller qui? Qui sont-t-"ils"? Le tracker n'est pas un problème en soi, c'est un outil pratique. Sur les classements, automatiques ou non, des contributions du Club, tout le mal possible a déjà été dit... Sur les choix de mettre à la "une", celui-ci ou celle-là, celles-ci ou ceux-là, on pense ce que l'on veut. On ne sait même pas qui fait les choix, ni selon quels critères... Après tout, c'est l'affaire de Mediapart. Personnellement, je m'en fous!

28/04/2009, 14:46 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 28/04/2009 à 12:27

Je ne suis pas sûr que l'anim fasse disparaitre des commentaires, à mon avis c'est un nouveau bug.

28/04/2009, 12:28 | Par Alain Godefroy en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 11:22

L'utilisation du tracker et de la fonction activity ne sont connus que des seuls initiés alors qu'ils sont des outils quasi indispensables pour savoir quels sont les nouveaux billets de blog, où des commentaires nouveaux ont été écrits? Vous êtes nouveau chez Mediapart? Peut-être ne connaissez vous même pas ses outils?

28/04/2009, 12:42 | Par bérangère bonvoisin en réponse au commentaire de Alain Godefroy le 28/04/2009 à 12:28

Bonjour, je ne partage pas beber et alain et dan et pas mal de mes amis, cet avis sur le tracker. De même qu'il y a risque d'addiction de la part des commentateurs, non pas au Journal, mais au club; de même le tracker en une, à mes yeux, ça accentuerait les problèmes de zapping, et cette addiction

28/04/2009, 13:54 | Par Sylvain Manyach en réponse au commentaire de Alain Godefroy le 28/04/2009 à 12:28

J'ai mis moi-même beaucoup de temps à en apprendre l'existence. C'est bien utile.

28/04/2009, 12:41 | Par Alain Godefroy en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 11:22

L'utilisation du tracker et de la fonction activity ne sont connus que des seuls initiés alors qu'ils sont des outils quasi indispensables pour savoir quels sont les nouveaux billets de blog, où des commentaires nouveaux ont été écrits? Vous êtes nouveau chez Mediapart? Peut-être ne connaissez vous même pas ses outils?

28/04/2009, 12:09 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Vertubleu le 28/04/2009 à 09:33

. Masochiste ? . Mon pauvre oui-ouiste ! . J'ai déjà dit que je suis responsable de ce que j'écris, mais non de l'interprétation que l'on fait de ce j'écris. . Si vous me voyez masochiste, c'est votre affaire; je n'y suis pour rien et je n'essaierai certainement pas de vous détromper, si ce n'est que votre avis induit d'autres en erreur. Je suppose que si vous me voyez masochiste, c'est parce que vous aimeriez, de vôtre côté, vous permettre plus de sincérité, mais que vous ne le faites pas parce que vous pensez que vous en souffririez. . Je ne souffre absolument pas de ce que j'écris. Au contraire; ça me fait un bien fou ! . J'ai eu ma part largement suffisante de souffrances dans ma vie, sans que je l'aie spécialement voulu, sans vouloir en rajouter... . Me faire le bourreau de moi-même ? Non ! Le bourreau des oui-ouistes dans votre genre, peut-être. Mais dans ce cas, je suis sadique, pas masochiste. . C'est vrai que ça me fait du bien de dire aux oui-ouistes que j'aime pas les oui-ouistes. . jpylg

28/04/2009, 12:42 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 28/04/2009 à 12:09

Susceptible en plus le bestiau !!! Un vrai Breton comme je les aime....rebelle et insoumis à souhait, un Kersauson bis, son modèle peut-être, et à cet égard "oui-ouiste" absolu à la "Kersausinite aïgue", à savoir jamais d'accord avec rien et ronchon à souhait, tel est le postulat de base. On est toujours le "oui-ouiste" de quelqu'un dans la vie. "Et incessament les chiens parcourent les plaines à la recherche de loups, pour en faire des chiens" (sic) Antonin Artaud. Médiapart a nécessairement besoin de transgresseurs, à l'image même de la transgression qu'incarnait Edwy Plenel dans années 70, comment dès lors les encadrer et les canaliser, that is the big question my dear !!! @ +NEO-

28/04/2009, 09:25 | Par jlamo

pas de système, c'est déjà un système le débat participatif n'a de sens que d'aprés un projet, le débat participatif ne représente pas un projet en soi il est le moyen d'accéder à la construction d'un projet, - c'est toute la difficulté de construire ce projet grace à la démocratie participative et au delà du moyen que cette démocratie participative représente. et qui renvoit à la capacité d'émettre des propositions concrêtes en gérant ce débat. la droite critique le manque de projet de la gauche, et la gauche critique le manque de philosophie de la droite - la droite recherche moins le compromis et se rallie plus facilement pour un chef, quelquesoit la cohérence du projet, la gauche peine davantage a concrétiser un projet qui permette un compromis au sein d'un débat participatif sans permettre de structurer ce débat. c'est un exercice plus complexe et difficile qui appelle à une meilleure pédagogie, à la création d'une méthode.

28/04/2009, 13:24 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de jlamo le 28/04/2009 à 09:25

(édité pour précisé ma pensée de 13 h 10) Je ne suis pas d'accord avec votre vision, Jlamo ( ceci dit sans aucun esprit polémique, puisque que j'apprécie que vous vouliez poser sur Mediapart ces questions d'un projet de changement).
Je ne suis pas d'accord parce que pour moi, au contraire , le débat participatif représente un projet en soi. Faire vivre un espace de débat démocratique est un projet en soi. Actuellement la société n'est aps démocratique, car ce débat n'existe pas entre les citoyens. Si nous ne réussissons aps à le faire fonctionner sur Mediapart, comment espérer changer de société ? "Qui", quelles seraient les personnes ou les experts qui devraient définir le projet préalable dont vous parlez, Jlamo ?
Pour définir ensemble un projet commun, il ets nécessaire de pouvoir d'abord construire un espace, un territoire, où il est possible de débattre. Les règles qui régissent cet espace doivent être alors les plus simples et universelles possibles, et elles ne conviendront pas d'emblée à tous. A chacun d'entre nous de faire un effort pour accepter que la règle commune ne soit pas sa propre règle idéale.
Je partage le projet de Mediapart, celui d'une auto régulation du Club. Pour moi, donc, pas de comité ou d'experts "sachant" comment le réguler. La Charte me suffi. (ou, me suffisait, voir le dernier point)
Mon avis personnale sur la règle : La possibilité du débat c'est que chacun des participants accepte la critique, mais dans le respect et les limites de la Charte de Mediapart.
Dans les récents départs ou les discussions concernant ceux-ci, il me semble que c'est le droit à la critique qui est mi en cause apr certains partant. Devons-nous définir alors dan sla Charte une "critique raisonnable" ?

28/04/2009, 13:46 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Fantie B. le 28/04/2009 à 13:24

(édité pour préciserma pensée de 13 h 10) Je ne suis pas d'accord avec votre vision, Jlamo ( ceci dit sans aucun esprit polémique, au contraire, puisque que j'apprécie que vous vouliez poser sur Mediapart ces questions d'un projet de changement).
Je ne suis pas d'accord parce que pour moi, au contraire , le débat participatif représente un projet en soi. Faire vivre un espace de débat démocratique est un projet en soi. A mles yeux, actuellement la société n'est pas démocratique, car ce débat n'existe pas entre les citoyens. Si nous ne réussissons pas à le faire fonctionner sur Mediapart, comment espérer changer de société ? Et "qui", quelles seraient les personnes ou les experts qui devraient définir le projet préalable dont vous parlez, Jlamo ?
A mon sens, pour définir ensemble un projet commun, il estnécessaire de pouvoir d'abord construire un espace, où il est possible de débattre du projet. Comme cet exspace comme tout espace devient alors un enjeu de pouvoir : un territoire. Alors, qui va se l'approprier ? Comment faire si on veut qu'il reste le plus "commun" possible ?
Ma réponse serait celle de Mediapart a choisie : Que les règles qui régissent cet espace doivent être alors les plus simples et universelles possibles, et elles ne conviendront pas d'emblée à tous. A chacun d'entre nous de faire un effort pour accepter que la règle commune ne soit pas sa propre règle idéale, celle qui favorise davzantage sa propre expression. C'est là que je vois l'enjeu.
Je partage le projet de Mediapart, celui d'une auto régulation du Club. Pour moi, donc, pas de comité ou d'experts "sachant" comment le réguler. La Charte me suffit. (ou, me suffisait, voir le dernier point)
Mon avis personnel sur la règle : La possibilité du débat c'est que chacun des participants accepte la critique mais dans le respect et les limites de la Charte de Mediapart.
Dans les récents départs ou les discussions concernant ceux-ci, il me semble que c'est le droit à la critique qui est mi en cause par des partants. Devons-nous définir alors dans la Charte une "critique raisonnable" ?

28/04/2009, 09:26 | Par Honorgate

C'est bien de le dire. Mais je ne suis pas certains que ceux qui sont visés, s'en rendent compte. C'est toujours le même problème finalement. Une pathologie sans doute. Un des remèdes connu est la tempérance. Une vertu rare.

28/04/2009, 09:32 | Par grain de sel

Suggestion: remplacer en "une" l'appel sur "les plus commentés" (qui sont souvent aussi les plus polémiques ou les plus sacs de nœuds) et le remplacer par "les plus recommandés" (en améliorant la fonctionnalité). Cela éviterait du même coup cette insupportable course à l'audimat...
Deuxième suggestion: accorder une plus grande visibilité aux éditions participatives qui sont quasi impossibles à trouver (aucun appel en "une"). Par ailleurs, dans la colonne des sélections du club, à droite on pourrait compter sur les doigts de la main les articles d'édition....Les blogs individuels, c'est bien, mais ça vous a parfois un petit côté moi-moi-moi qu'en règle générale les éditions participatives n'ont pas.
Troisième suggestion: une meilleure communication en cas de nouveaux bugs ou de nouvelles pannes techniques. Le gigantesque "trou noir" de dimanche et la réapparition des "access denied", "guru meditation", "erreur de script", ou les inévitables doublons de commentaires n'ont été évoqués nulle part depuis l'opération maintenance d'il y a une dizaine de jours. C'est dommage....

28/04/2009, 09:40 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de grain de sel le 28/04/2009 à 09:32

Chère Grain de sel, Edwy Plenel a quand même indirectement évoqué hier l'incurie technique de "Mediapart", puisqu'il a écrit que le problème serait réglé fin juin. Entretemps nous n'aurons qu'à supporter ce qui donne un peu de piment au ton de donneur de leçons de "l'animateur du club" (titre d'actualité alors que des rumeurs font état de l'intérêt de Bernard Tapie pour le Club Med ?) Bien à vous.

28/04/2009, 12:33 | Par Stéphane Léger en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 28/04/2009 à 09:40

"Les blogs individuels, c'est bien, mais ça vous a parfois un petit côté moi-moi-moi qu'en règle générale les éditions participatives n'ont pas." Chère Grain de Sel, Vous appuyez ici sur un point qui me semble à propos d'une illusion et génère une forte hypocrisie. Un "Je" qui s'affirme dans un discours a parfois plus de chance de générer un échange ouvert sans rapport avec l'ego qu'un soit-disant discours objectif ou à caractère transcendantal qui n'ose pas son affirmation égotiste. Chacun réagit à ce "Je" plus ou moins affirmé en fonction de son histoire, de son rapport à l'ego et aux formes de visibilité du "Je". Personne n'est exempte de cela je pense. Personne. Faut-il encore le reconnaître, non pas pour évacuer le "Je", mais peut être pour qu'on ait plus à se poser la question du "Je" et à s'éterniser par des épanchements en forme de jugement. Qu'il soit là dans sa multiplicité, que ça subjectivise sans plus de question que l'effectuation de cette multitude. Le faire d'un "Je" a plus de puissance que la parole sur le "Je" de l'autre.
Bien cordialement.

28/04/2009, 11:54 | Par Stéphane Léger en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 28/04/2009 à 09:40

bug.

28/04/2009, 14:35 | Par peneloppe en réponse au commentaire de Stéphane Léger le 28/04/2009 à 12:33

Très juste, cher Stéphane.

28/04/2009, 15:47 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de Stéphane Léger le 28/04/2009 à 12:33

D'accord Stéphane. Pas trop d'illusion sur la noble objectivité qui serait la garante de quelque chose, même si cet effort d'objectivité peut nous guider (au moins par moment) mais je crois qu'on ne pourra jamais éliminer les effets parfois de type "engluement" du narcissisme à l'oeuvre dans ce type d'expression "club", et c'est ce que pointe peut être Grain. Mais je pense profondément que ce n'est pas grave, que jamais nous n'arriverons à un échange fluide (ou alors avec beaucoup de sucre, beaucoup de "comme vous le dites très justement cher collègue ..." et peu de piment, et alors, quel goût cela a-t-il ? de la Blédine ?), que ces accrocs n'empêchent pas que cela vive, et que peut être, avec un peu de chance et d'envie, l'échange se construise un chouïa, chacun y faisant éventuellement une expérience qui le change un peu. Je ne souhaite pas, oh ! mais pas du tout, la moindre régulation. Je souhaite qu'on tente d'apprendre, de s'apprendre ensemble à travers gentillesses et coup de pattes, fluidité d'un instant et petits cahots. Salut à tous.

28/04/2009, 11:36 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de grain de sel le 28/04/2009 à 09:32

Tout classement induit inévitablement une course à l'audimat, mais il est certain que celle-ci est trop aisément manipulable (je vous promets une prochaine apparition de ce billet en une grâce à nos réponses systématiques sans que cela indique quoi que ce soit sur la pertinence de ce texte) et promeut un certain type de contribution qui ne sont pas les plus "recommandables". Cela fera parti des changements. Par ailleurs, il y a sur la une un appel vers les éditions, juste sous le mot "club". Ce matin, sur la "une" de Mediapart, on dénombre 5 appels pour des éditions ou des articles d'éditions sur 9 entrées, ce qui représente une disproportion en faveur des éditions, étant donné la quantité de contenus publiés dans les éditions par rapport à ceux qui apparaissent dans les blogs. Enfin, la communication, oui, c'est vrai: les perturbations de ce week-end sont, entre autres choses, les séquelles du changement de version du logiciel dans la nuit de lundi à mardi et qui a donné lieu à ce billet.

28/04/2009, 13:04 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 11:36

Merci pour ce billet. Tout est clair pour moi, sauf le problème des éditions collectives : Concernant leur de visibilité, leur accès : L'appel en Une vers les éditions, dont vous parlez ici, n'est en rien comparable à l'appel vers les billets. Ce qui peut donner au lecteur l'envie de lire, ce sont les premières phrases., l'écriture, donc. Avoir juste le titre d'une édition, ce n'est vraiment pas de la même nature, commre accroche. c'est de cela que nous discutons (cf message de Grain de sel plus haut).

28/04/2009, 09:35 | Par patrick rodel

PatrickRÖDEL les difficultés rencontrées par le Club, pour douloureuses qu'elles soient pour certains, ne me paraissent pas de nature à en remettre en cause le fonctionnement global. Il y a eu des échanges exemplaires, des discussions respectueuses de la diversité des opinions de chacun, dans le labyrinthe des blogs il y a des trucs formidables à découvrir. Il y a aussi des interventions et des intervenants que je trouve insupportables de suffisance et d'insuffisance - mais je ne les lis plus - ; des billets de pure propagande - j'alimente grâce à eux un sottisier déjà épais ; un aspect parfois primesautier qui me file de l'urticaire quand il vient interférer avec une thématique plus sérieuse - mais je finis par m'y accoutumer et je me traite de vieux ronchon quand je me surprends à m'énerver. Mais que ne dirait-on pas si l'animateur intervenait de manière autoritaire, quels cris d'orfraie n'entendrait-on pas, quelles accusations de censure ? Le danger est celui de considérer le blog comme un espace de thérapie où l'on se défoule, où on lève toutes ses inhibitions, où l'on se conduit comme un gamin mal élevé, où l'on s'identifie totalement à ce que l'on écrit au point de ne pas supporter la moindre critique - d'autant que le Club comporte beaucoup de profs chez qui la vue d'une faute d'orthographe déclenche des réactions difficilement contrôlables. Il faudrait que le club devienne un espace de démocratie participative - il y faudra du temps .

28/04/2009, 11:53 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de patrick rodel le 28/04/2009 à 09:35

Vous décrivez fort bien la richesse de ce club. Reste qu'on en retient souvent la confrontation qui nous a contrarié plus que le débat qui nous a enrichi. Le pari, disions-nous, est de laisser les uns et les autres s'exprimer avec aussi peu d'entraves que possible, quitte à laisser s'épanouir tout un rhizome de billets, de blogs, d'éditions de façon souterraine. Au risque d'en laisser certain s'abîmer dans l'empathie et l'affect. Mais comment revenir, aujourd'hui, à un débat serein?

28/04/2009, 09:41 | Par profil_inactif_28112

Quelle langue de bois...qui me rappelle d'ailleurs un commentaire hier sous le billet d'Alain Godefroy annonçant son départ. Moi ce que j'ai retenu c'est qu'Edwy Plenel a dit que le site fonctionnerait pleinement fin juin. Le reste n'est que verbiage sans intérêt, à mon avis. On découvre simplement que certains gros utilisateurs du web 2.0 n'ont pas de vie en dehors du net, et que ça se ressent dans leur comportement, pseudonyme ou pas pseudonyme. A cet égard "Mediapart" pourrait utilement faire son autocritique au sujet de son soutien à la pathétique équipe de l'"ALM", et surtout de la clandestinité qui a entouré la montée en puissance de cette équipe de bras cassés...plutôt que de jouer les donneurs de leçons. Personne n'est obligé de lire mes sottises ou celles d'Art Monika...à côté il y a les billets de Claude Marie Vadrot, Yolaine Maillet, Kairos, et pleins d'autres...il y en a pour tous les goûts !

28/04/2009, 12:05 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de le 01/01/1970 à 01:00

C'est un choix du club : vous pourriez très bien (enfin le jour où vous maitriserez la technique, soit fin juin selon Edwy Plenel) offrir une fonction "ignorer" qui permettrait de choisir de ne pas lire les commentaires de tel ou tel (par exemple les miens). De plus on peut lire rapidement sans commenter, quand on n'apprécie pas. Le web 2.0 n'est pas forcément synonyme de régression infantile,et en tout cas vous ne gagnerez aucun abonné supplémentaire à jouer l'hypothèse inverse.

28/04/2009, 12:18 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 28/04/2009 à 12:05

Une liste noire. Intéressante proposition. Tout le monde est d'accord?

28/04/2009, 13:05 | Par DanN en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 12:18

Ok si on ajoute une liste rose... en n'oubliant pas les signalétiques interdit aux moins de 13 ans, 18 ans (et + si affinités) ! Et interdit aux trolls ? PS : l'homme est un troll pour son frère

28/04/2009, 14:15 | Par Epaminondât en réponse au commentaire de DanN le 28/04/2009 à 13:05

Voir plutôt la proposition Miradou, dans le fil du dernier billet d'Art Monika. Cela me paraît la sagesse même.

28/04/2009, 14:37 | Par Christine Marcandier en réponse au commentaire de DanN le 28/04/2009 à 13:05

Et une liste verte pour les participants 100% bio (dégradables ou non) ?? Je répète ici ce que j'ai déjà dit ailleurs : - Mediapart est avant tout un journal. Avec l'originalité, la force de proposer des articles informés, indépendants. De donner la parole à ses lecteurs. Les personnes qui se lassent du club devraient cesser de le considérer comme un forum. Où celui qui parle le plus fort et le dernier serait davantage entendu. Et retourner au journal, raison n°1, j'espère, de leur abonnement. - Le club permet de croiser le contenu de ce journal avec d'autres articles, dans les éditions. De lire des blogs, qui ne sont pas tous centrés sur un "je". - Mediapart a osé la liberté dans les commentaires, les participations, etc. Les dérives, les ambiguïtés sont inévitables, je les trouve quand même assez peu présentes, en regard d'autres "clubs"... J'ai en mémoire un billet récent sur une expo à scandale (Our Body) où le débat fut animé, contradictoire et extrêmement cordial, malgré les désaccords et deux ou trois mini dérives très vite stoppées. Pourtant le sujet était brûlant mais je pense que chacun a compris que camper sur ses positions, et parfois parler depuis deux lieux assez opposés, n'empêchait pas la polémique dans le sens le plus noble du terme. - Demeurent les inévitables rancoeurs liées au nombre de commentaires que certains obtiennent, à la place réservées à leur dernière production, à la visibilité accordée ou non par la rédaction. Mais étant donnés les enjeux (narcissiques, intellectuels et autres), je trouve que tout cela reste très mineur. Tant qu'on n'attaque pas des personnes. C'est peut-être inévitable, lié à tout groupe, mais franchement regrettable, sinon ignoble. - Enfin, chacun a la possibilité de se créer "son"journal, par le biais des contacts (on suit alors ce qu'ils écrivent, commentent), des éditions suivies, des blogs suivis, également. Et pour en finir, je citerai de nouveau un copain rédacteur en chef d'un journal (papier) expliquant que le mécontentement du lectorat est non seulement nécessaire mais vital (c'est en partie la fonction de la page "courrier des lecteurs"). Un abonné un peu mécontent demeure un abonné actif. Aucun journal ne peut ressembler à l'ensemble de ses lecteurs. Mediapart ayant fait le pari de la liberté et de la diversité... Reste à cesser de râler pour des broutilles et apprécier le fond qui demeure une des plus belles aventures de presse qui soit. Pardon Sylvain de te citer plutôt que d'autres journalistes de Mediapart mais dans "pourquoi je rejoins Mediapart", tu parlais de cette aventure, intellectuelle, humaine (c'est la 2° partie, vers 1:00) :
Pourquoi je rejoins Mediapart - Sylvain Bourmeau
envoyé par Mediapart

28/04/2009, 09:45 | Par Joel Martin

Papier équilibré et mesuré. Merci et bravo. Il n'empêchera pas, hélas, je le crains, des dérives comme la récente tentative de destruction systématique d'une personne accusée de forfaiture, d'illégalité et d'incompétence suite à un dialogue avec une autre personne. Plus que les noms d'oiseaux ou la non acceptation des opinions d'autrui, intolérance plus ou moins prononcée qui guette chacune, chacun de nous, ce genre d'agissement destructeur est ce qu'il y a de pire dans un site. C'est un germe de pourrissement. Je suis un farouche adversaire de toute modération germe de censure. Mais je redoute que, dans un site non modéré, l'éradication de tels comportements scandaleux ne soit la quadrature du cercle, je tire ma révérence à Médiapart. Auquel je souhaite bonne continuation et longue vie, même si elle risque d'être mouvementée. Joël Martin

28/04/2009, 10:09 | Par bérangère bonvoisin en réponse au commentaire de Joel Martin le 28/04/2009 à 09:45

Comme d'hab, il y a " des faits et des opinions", et ces faits et ces opinions diffèrent...Oui, même les faits. Je pense entre autres à deux belles plumes pleines de sens et ouvertes à la complexité du monde. Elles sont restées bleues mais se sont éloignées, sans éclats, de ce boucan: pet de nonne et Dominique Conil bérangère bonvoisin

28/04/2009, 13:40 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de bérangère bonvoisin le 28/04/2009 à 10:09

Je ne sais pas à quoi vous faites allusions, Joël Martin. Peut-être parce que je me suis volontairement abstenue de lire un récent billet annonçant un éloignement ? Quoi qu'il en soit - mais je ne peux pas me prononcer sur ce billet dont je ne connais pas le contenu - je n'ai pas vu dans les commentaires du Club ou des articles de tentative de destruction d'une personne.
Ou quand je l'ai vu (très rarement) , soit je l'ai signalé par le bouton "Alerte", soit j'ai écrit ma réaction sous le commentaire en question, soit les deux.
Ce que j'ai vu par contre, ce sont des refus d'être critiqué, des refus d'un débat argumentatif -qui se trouve alors parfois étiqueté "rejet".
Le débat argiumentatif étant ainsi requalifié en "question de personnes" il peut tourner court, ou se développer en affrontements personnalisés. Je l'ai écrit dans un autre commentaire sur ce fil, il faudra peut-être définir sommairement dans la Charte ce que nous pouvons accepter comme critique raisonnable d enos écrits, de nos opinions.
Concernant le constat de ce qui se passe dans le Club : Cmme le dit Vancouver, il y a les faits, et les opinions. Et nos opinions sur les faits diffèrent déjà, semble-t-il. Parlons net, et définissons : Critique ? Harcèlement, desctruction ? Ou difficultés inhérente à un espace ouverts rassemblant des personnes d'horizons et d'habitudes très différentes ? Espace ouvert qui suscite des phénomènes de pouvoir, comme tous les territoires "libres". N'est-ce pas justement l'occasion de comprendre ce qui contrarie nos efforts de construire un monde meilleur: cette impossibilité du "faire société" ensemble, avec nos différences.

28/04/2009, 10:18 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de Joel Martin le 28/04/2009 à 09:45

Cher Joel Martin, si je vous accusais de forfaiture d'illégalité et d'incompétence ça vous en remuerait une ?

28/04/2009, 10:26 | Par Vertubleu

Au fait et vu que je suis un peu nouveau ici, existe-t-il une charte des interventions dans cette turne ?? Et dans la stricte et absolue réciprocité, les abonnés n'ayant pas voix au chapitre en ce qui concerne l'élaboration, la rédaction des articles et la pagination du journal (c'est normal d'ailleurs), pourquoi ne pas laisser totalement libre de toute censure, à priori et à posteriori, l'espace des commentaires ?? C'est une idée comme une autre bien sûr. @ +NEO-

28/04/2009, 12:54 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Vertubleu le 28/04/2009 à 10:26

Elle existe au bas de chaque page, entre "mentions légales" et "conditions générales de vente", mais vous pouvez également la trouver à cette adresse http://www.mediapart.fr/charte-editoriale Pour ce qui de la liberté dans l'espace des commentaires, c'est précisément la politique adoptée, dans la double limite de la loi et de la charte que vous venez d'évoquer.

28/04/2009, 10:28 | Par Lincunable

menacer de claquer la porte en ramassant ses billes à chaque fois qu'on n'est pas content, c'est une façon à peine voilée de faire pression sur la ligne éditoriale = danger pour l'indépendance de médiapart qui risque de tomber dans le piège de l'audimat. il faut donc accepter en payant pour accéder au site : 1) qu'il y ait des avis divergents qui s'expriment sur la totalité des sujets 2) qu'il y ait dissociation entre l'équipe de médiapart qui fait fonctionner le système en donnant sa ligne directrice et les abonnés qui participent au système en interagissant. 3) quelques règles de base relatives à la liberté d'expression sont donc à rappeler : la liberté n'est pas de dire n'importe quoi mais de proscrire tout ce qui peut entraver la liberté de l'autre : injures, diffamation, menaces, etc... 4) si l'autodiscipline apparait comme une exigence mais s'avère parfois purement virtuelle, je ne serai pas choqué de voir se mettre en place un système d'arbitrage, par exemple avec l'instauration d'un médiateur faisant le lien entre la rédaction et les abonnés, voire la police du site en signalant par des alertes les dépassements de règles. Bien entendu, ce système de veille déontologique devra motiver ses décisions avec recours possible, ce qui ne se fait généralement pas sur le net et dérive neuf fois sur dix sur une censure de fait où la rédaction peut accuser comme bon lui semble un gêneur de toutes les turpitudes même si elles ne sont pas avérées.

28/04/2009, 11:04 | Par Bambino

Malgré ma méconnaissance du sujet (je ne suis pas inscrit depuis longtemps et découvre encore les beaux tuyaux de Médiapart), pardonnez moi, je souhaiterais apporter ma pierre de soutien à Médiapart pour sa démarche. En c'est temps où le champs de réflexion ce réduit au néant, où toute problématique devient ou toute noire ou toute blanche sous le joug de personnes à la "polémique" facile et simpliste, où toutes les solutions doivent être "efficaces" et immédiates en niant la complexité des choses, Médiapart est un formidable outils avec ses qualités et ses défauts, rien n'est parfait c'est ce qui est beau, ne tirons pas sur l'ambulance... Il y a bien d'autres sujets, d'autres constructions, d'autres véhicules sur lesquels tirer, bien planqué derrière son écran et critiquant des gens qui se mouillent et se battent pour qu'une telle presse existe... Toujours l'impression qu'on se tire en permanence une balle dans le pieds... Ça m'attriste. Longue vie et bonne continuation. Bambino alias Nicolas.

28/04/2009, 13:00 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Bambino le 28/04/2009 à 11:04

Bambino, Lincunable, Vancouver, Stéphane Léger et beaucoup d'autres ici: vous parlez d'or. Tout ce que vous dites rejoignent nos préoccupations et nourrissent le débat que nous avons entre nous. Merci à tous.

28/04/2009, 11:29 | Par fiche_doublon_27827

"Pourquoi donc Mediapart ne serait-il pas un lieu où, du PS au PCF, des Verts au Modem, du NPA à — mais oui — une partie de l'UMP, des libéraux et des antilibéraux, des sans-partis aux curieux, etc., des hommes et des femmes divers se retrouveraient pour partager une information vraiment indépendante, confronter leurs réflexions respectives sur ce pouvoir et cette époque, opposer leurs solutions et leurs projets, trouver des points d'accord, clarifier les désaccords..."
Et voilà que l' animateur du Club rejoint mon souhait le plus cher, et ô combien moqué quand je l'exprimais dans les débuts de Mediapart ( souhaiter la venue sur ce site des lecteurs du Figaro, entre autres, semblait sonner pour de nombreux abonnés, et sans doute aussi journalistes, comme sacrilège ou utopie ... ) !
Que de chemin parcouru !

28/04/2009, 12:25 | Par Lefrere Marc en réponse au commentaire de fiche_doublon_27827 le 28/04/2009 à 11:29

J'approuve plutôt deux fois qu'une. En se parlant à soi même, on ne peut que tourner en rond! Et pour mettre à l'épreuve nos "certitudes", rien ne vaut le dialogue! A condition que cela ne tourne pas au pugilat, évidemment....!

28/04/2009, 13:01 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Lefrere Marc le 28/04/2009 à 12:25

Tout vient à point, donc...

28/04/2009, 11:24 | Par Arthur Porto

à propos... Je trouve que par la forme et l'argumentaire ce rappel participe à une réflexion, nécessaire et salutaire, sur notre façon de vivre ensemble dans cet espace. Le côté actif-participatif dont il est porteur, il ne suffit pas de le dire. C'est important de connaître l'intention du départ, l'objectif et les moyens que MediaPart se donne pour mener son projet. D'autant que ce projet, progressivement devient aussi celui des lecteurs-contributeurs parce qu'on se l'approprie mais aussi parce qu'on contribue à le façonner. Dans ce sens je ne sais pas s'il s'agit, comme vous le dites d'être « attristé du fait de la persistance de ces formes d'intolérance qui ont toujours été un obstacle pour le journalisme indépendant ». Au-delà de la tristesse c'est peut-être une des questions qui appartient à la rédaction « pas comme régulateur-censeur ou disant le bon droit » mais par la façon comme la mise en page facilite ces « quelques mouvements davantage dans l'affrontement que dans la confrontation ». Les suggestions plus haut de grain de sel me paraissent pertinentes à cet égard. . Pour le reste je pense, et je le défends dans ce projet l'expression large des opinions, débats, polémiques, réflexions, sensibilités, partis pris, etc., autour des informations apportées par la rédaction. C'est bien dans ce sens-là que nous entendons ce mot. J'ajouterais que nous avons besoin de cette diversité d'avis et d'opinions, voire des différentes options d'intervention ou d'engagement, car nous sommes face à un pouvoir qui, par sa stratégie nous enferme dans un discours réactif qui est souvent un frein à la réflexion et à la pensée. * Je reste pour ma part persuadé que nous trouvons ici (même si ce support « des-inhibe» certains) les comportements, ou les attitudes que nous côtoyons dans notre environnement immédiat et pour le modifier nous avons besoin de mobiliser notre bienveillance, notre empathie, et la communication-non-violente. C'est aussi avec cet enjeu que « j'aime Mediapart » comme le dit Pierre Ferron dans son billet.

28/04/2009, 11:39 | Par orian

"Tant que l'on n'aura pas diffuser, très largement à travers les hommes de cette planète, la façon dont fonctionne leur cerveau, la façon dont ils l'utilisent et tant qu'on n'aura pas dit que jusqu'ici ça a toujours été pour dominer l'autre, il y a peu de chance qu'il y ait quelque chose qui change " Henri Laborit - "L'éloge de la fuite" (citation reprise à la fin du film d'Alain Renais "Mon oncle d'Amérique")

28/04/2009, 14:04 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de orian le 28/04/2009 à 11:39

Orian, vous avez bien exprimé (et de façon brève !) ce que je ressens quant au territoire qu'est actuellement l'espace des commentaires de Mediapart. Comme tout territoire, c'est un enjeu de pouvoir. Grâce aux recherches de Laborit ou d'autres, je dirais comme vous, regardons-nous agir ou ne pas agir face à la possibilité d'y écrire "librement'"". Et face à ce qui peut s'y passer, demandons nous ce qui nous pousse à intezrvenir, à nous abstenir, et pourquoi de telle ou telle façon. Demandons-nous aussi ce qui nous "dérange" dans les façons d'agir de l'autre. Et donc, ce qui peut déranger différents autres dans nos façons de faire.
Et ensuite ? Aucune solution miracle n'est à attendre, sauf si on espère la "victoire d'un camp", la "prise de pouvoir" de la façon qui nous est la plus familière ou favorable. Ensuite, si la volonté de faire vivre cet espace commun est là, je ne vois qu'un avenir de compromis, de concessions.
Par ce qun espace à "un" c'est peut-être facile, à deux ou trois ça peut encore aller (parfois), mais à 300 ou à 30 000 ? Qui va décider des règles, qui seront les "dominants" de cet espace ?
Alors, est-ce que la "dominance", ça ne pourrait pas être une citoyenneté (oui, je rêve tout haut), que nous aurions une possibilité d'approcher ?
Une chose se dessine pour moi après cette expérience d'un an et quelques : La citoyenneté ce n'est pas "l'expression libre" "d'individus". Ces individus singuliers, s'il veulent s'exprimer, et avoir une chance d'être écoutés, je crois qu'il leur faut aussi participer (en y mettant la main, le clavier), à la construction et au maintien d'un espace commun vivable Mais où du débat puisse avoir lieu..

28/04/2009, 16:09 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de Fantie B. le 28/04/2009 à 14:04

Bien d'accord fantie, et je rajouterai ma chanson favorite : pas trop d'émoi face au conflit et si possible, pas trop de jouissance non plus. (et là auto-réflexion avant tout) N'oublions pas que parfois la dispute est un jeu aussi, et là l'humour est un bon adjuvent. Le conflit, c'est normal, le tout c'est d'apprendre à le dépasser et non de vouloir l'empêcher. Enfin, c'est ma vision des choses !

28/04/2009, 11:49 | Par jean_paul_yves_le_goff

. Il est évident que "l'animateur du club", du moins celui dont le message initie ce fil, n'est autre qu'Edwy Plenel lui-même. Par conséquent, pour le comprendre, il faut le mettre en rapport avec de nombreux épisodes précédents, mais tout particulièrement une intervention d'Edwy, sous son nom, dans le fil intitulé "Pourquoi je quitte Médiapart", le 26 avril à 21h09. L'intérêt de cette intervention du 26, c'est que l'auteur, pétant un peu les plombs, et on le comprend, s'autorise quelques accents de franchise que, d'ordinaire, ses responsabilités lui interdisent. Par exemple, il qualifie les oui-ouistes "d'enfants gâtés". C'est sympa. Moi (mais je n'ai pas ses responsabilités), dans la même perspective, j'aurais dit : "bande de pov 'cons", (m'inspirant d'exemples pris en haut lieu). . Bref, c'est du projet de Médiapart dans son essence participative qu'il est question. Les principaux épisodes précédents, tous plus grinçants les uns que les autres, commencent, à mon avis, en janvier dernier, avec la mise en évidence des deux clubs, le club réel et le club fictif, et culmine, évidemment, avec l'ineffable affaire de l'ALM. A quoi s'ajoute le jeu des chaises musicales : Terminé, je m'en vais. Coucou, me revoilà. . Le problème est celui de la modération et/ou de la liberté d'expression. Je pense, pour ma part, mais je souhaite me tromper, que la liberté d'expression n'est pas réellement possible parce que, tôt ou tard, elle compromettrait l'orientation éthique (et légitime) du projet. En attendant, le journalisme participatif n'a d'intérêt que si les lecteurs s''expriment librement. En dépit des désagréments de la situation actuelle, s'il faut passer par une approbation préalable de la direction pour donner des avis, je fous le camp immédiatement. Sans retour. . Comme l'a dit laconiquement, mais très justement JNSPQD: c'est un problème de pouvoir. La parole est un pouvoir. C'est même le premier des pouvoirs. C'est pourquoi on le met sous contrôle dès les premiers jours où on vous l'apprend. C'est cela que j'appelle le "formatage". . Il n'est jamais évident de bien utiliser un pouvoir, aussi modeste que soit la part de pouvoir dont on dispose. Encore moins si elle est grande et encore encore moins, si la part dont on dispose appartient à d'autres et qu'elle vous est déléguée, comme nos putins de politiciens professionnels, usurpateurs de démocratie. . Ce qui fait que l'aventure de Médiapart peut être passionnante, et qu'il faut la soutenir à tout prix - si du moins Edwy Plenel et ses potes sont sincères, ce que je crois - c'est que si elle réussit - et même si elle échoue, elle aura toujours servi - c'est que cette aventure est de nature à modifier des relations de pouvoir. . Gérer le pouvoir. Gérer le partage du pouvoir sans compromettre la cohérence d'une orientation, c'est cela le défi. . jpylg

28/04/2009, 11:54 | Par DanN

Je ne crois pas avoir vu, depuis mon inscription récente, un billet signé "animateur du club". En plus des polémiques à répétition ces derniers temps, beaucoup d'interpellations de lecteurs sont restées sans réponse. Repréçiser les "règles du club" n'est pas inutile, comme a commençé à le faire Edwy Plenel sur le billet de Alain Godefroy, et comme vous le reprenez ici. Pourquoi donc ne pas en profiter pour répondre à la lancinante question du Tracker en Une ? Le Tracker ou "Contributions récentes" (http://www.mediapart.fr/tracker) permet de voir toutes les nouvelles contributions (articles, billets, commentaires). A mon sens cela pourrait permettre d'amener du sang neuf dans le Club... A défaut, une solution alternative pourrait être de faire parvenir à chaque abonné un mode d'emploi minimal du site. Je suis d'accord pour dire que mettre en Une les billets les plus commentés ne donne pas forcément une image attrayante au Club, comme cela a été dit plus haut.

28/04/2009, 13:56 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de DanN le 28/04/2009 à 11:54

Cyniquement, Mediapart trouverait son compte en affichant le tracker sur la homepage. Le site afficherait fortement son choix pour le flux et le commentaire immédiat, réactif, compulsif souvent. Il renforcerait ce lien addictif avec l'abonné, et il offrirait une prime aux gros commententateurs, affermissant des positions bien établies plus qu'il n'offrirait de tribune au "sang neuf". C'est l'une des règles de base de la "concurrence libre et non faussée": les gros grossissent, les petits s'étiolent...

28/04/2009, 14:17 | Par Epaminondât en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 13:56

C'est l'une des règles de base de la "concurrence libre et non faussée": les gros grossissent, les petits s'étiolent..."
Non.

28/04/2009, 14:18 | Par Epaminondât en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 13:56

"C'est l'une des règles de base de la "concurrence libre et non faussée": les gros grossissent, les petits s'étiolent..."
Non !

28/04/2009, 11:53 | Par Thierry T. d'Ouville

Deux demandes simples. 1 : faire fonctionner la procédure alerter (le petit bouton à gauche en dessous de ajouter aux favoris) ou supprimer ce bouton. 2 : faire respecter la charte et la loi.

28/04/2009, 12:18 | Par jean_paul_yves_le_goff

. Si une clarification générale est entreprise, on ne peut pas se contenter des termes de l'actuelle charte, notamment le parfait flou artistique sur la notion du respect d'autrui. . Il y aura toujours un ou une oui-ouiste qui dira que lui, elle et ses droits, ont été bafoués par tel ou telle autre oui-ouiste. . Donc, pour ce qui me concerne, j'entends ne me soumettre à aucune autre limitation que celle qui est prévue par les lois de la république en matière de liberté d'expression et, par conséquent, à l'autorité qui intervient quand on veut se libérer des contraintes de la loi. . Une charte éditoriale, comme le règlement d'une association, ne peut pas permettre un usage de la liberté plus grand que celui que permet la loi; mais il peut permettre un usage moins grand. . Si, au nom de je ne sais quelle orientation politique ou éthique, la charte éditoriale de Médiapart était restrictive par rapport à la législation républicaine en matière de liberté d'expression, je m'en irais tout de suite. . Donc, la clarification que je souhaite, sur ce point est celle-ci: quid de la liberté d'expression selon la charte par rapport à la liberté d'expression selon la loi ? La même ? ou moins ? . jpylg

28/04/2009, 13:05 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 28/04/2009 à 12:18

Vous semblez avoir des lumières sur le sujet: dites-nous donc en quels points la charte est plus restrictive que la loi.

28/04/2009, 14:16 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 13:05

. Les lumières dont je dispose, mon cher Vincent, sont à votre disposition, croyez-le bien. . A condition que vous y mettiez un peu du vôtre et ne fassiez pas systématiquement l'âne pour avoir du son. . Je n'ai pas dit que la charte était plus restrictive que la loi. J'ai dit : si elle devait l'etre... (je partirai, etc...). . Ce que j'ai dit, en revanche, c'est qu'avec la notion de respect d'autrui, on est dans un grand flou artistique... . Et j'ajoute, maintenant, qu'il y a un danger dans ce flou artistique. . Ou bien on reformule la charte, et le danger est que l'on aboutisse à une formulation restricitive par rapport à la loi. . Ou bien, on conserve le flou artistique, et le danger est celui de l'interprétation et de l'application. . En d'autres termes, la charte n'est pas la solution, en matière de liberté d'expression.. . En matière de liberté d'expression, je préconise la loi, rien que la loi, toute la loi. . jpylg

28/04/2009, 14:22 | Par Epaminondât en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 28/04/2009 à 14:16

Qui fait l'âne, ici, que j'y mette bon ordre ?
Mais vous avez raison d'insister sur le respect d'autrui, je suis heureux de vous voir dans ces dispositions nouvelles.

28/04/2009, 14:39 | Par Lincunable en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 28/04/2009 à 14:16

mais la charte ne fait que reprendre la loi, non ?

28/04/2009, 14:56 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 28/04/2009 à 14:16

Mon Cher Jean-Paul, Ce que vous écrivez n'a malheureusement pas de sens. Si la Charte (écrite, et non pas l'usage qui en est fait "in fine" au quotidien par la ligne éditoriale et/ou de modération) d'un hébergeur était plus restrictive que la Loi en matière de liberté d'expression, ladite Charte serait "ipso facto" nulle et non avenue, et possiblement requalifiée comme telle devant n'importe quel tribunal de France et/ou de Navarre par tout abonné éconduit à tort selon les critères légaux. (rien ne peut diminuer la Loi et nul n'est censé l'ignorer); Si vous en votre nom propre, ou moi-même sous pseudo, écrivons des horreurs dans nos commentaires au sein du site Médiapart, pouvant avoir des portées diffamatoires et/ou attentatoires vis-à-vis de personnes physiques et/ou de personnes morales, seul Médiapart en est"in fine" responsable par devant le tribunal compétent, pour défaut de surveillance et de modération requises. Il est le seul gardien de la chose (donc de vos écrits aussi, même de ceux qui ne volent pas haut, mmddrr de mmddrr !!! non là je suis taquin, désolé), c'est d'ailleurs de jurisprudence constante. (des hébergeurs ont été condamnés et les internautes rédacteurs relaxés alors qu'ils étaient assignés "in solidum") La Loi, ici ne s'applique qu'à Médiapart, qui seul prend un risque, vous et moi sommes blancs comme neige quoi que nous écrivions. Nous ne pouvons conséquemment, et compte tenu de l'ampleur juridique d'un tel risque, pas reprocher à Médiapart de faire un tant soit peu attention à ce qui se diffuse sur son site dans l'espace journal, club et blogs, car il ne se comporte finalement que comme un professionnel que nous serions tous en pareil cas. @ +NEO-

28/04/2009, 12:54 | Par jlamo

pour essayer de faire simple, le débat semble manipulé malgré la volonté d'afficher une opposition au sarkozysme, cette opposition demeure formelle en revanche, les problèmes techniques et le flou entretenu pour permettre les échanges représente un moyen de contenir une réfléxion de gauche, c'est le sentiment que me donne la confusion entre les différentes interventions et la compléxité exponentielle de pouvoir y entendre raison. cela n'est peut-être pas volontaire, mon jugement serait donc infondé mais c'est cette impression qu'il se dégage de la façon dont est proposé de s'organiser la réfléxion à gauche, dont médiapart est l'un des seules espaces d'échange officiellement représentant de ces idées. on offre les moyens d'une communication qui semble tout de même ardue et relativement orientée ou formatée, contenue.

28/04/2009, 13:34 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de jlamo le 28/04/2009 à 12:54

Pouvez-vous simplifier encore et expliquer exemple à l'appui comment le débat serait manipulé?

28/04/2009, 14:10 | Par jlamo en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 13:34

pour les raisons que j'ai expliqué, vous semblez battre en défense, plutot que de contredire ouvertement en refutant cette accusation il sagit d'une impression personnelle dont je peux faire fausse route, cependant la confusion entretenue au sein des débats de la gauche sous le prétexte de démocratie participative et de liberté d'expression me semble être un cadeau empoisonné, une sorte de piège contreproductif qui absorbe l'engagement des uns et des autres pour nous laisser débattre ensemble à répondre aux questions et problèmes du monde contemporain, en prétextant de notre liberté de débattre sans jamais permettre que ne se crée une autorité, le débat devient frustrant et oppose ceux qui souhaitaient s'engager dans une réfléxion et ne crée pas une opposition constructive.

28/04/2009, 14:19 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de jlamo le 28/04/2009 à 14:10

Est-ce que vous voulez que se constitue sur Mediapart "une autorité", donnant la ligne d'un projet, indiquant là où nous devrions aller , Jlamo ? Je ne me suis en tout cas pas abonnée pour cette raison, bien au contraire. Je ne cherche pas ici une autorité, mais des éléments de confronter ma pensée (qui restezra toujours en construction) aux faits, et à celles des autres .

28/04/2009, 14:54 | Par jlamo en réponse au commentaire de Fantie B. le 28/04/2009 à 14:19

libre à vous de ne pas souhaiter vous donner une direction un but à suivre, une volonté politique quelconque on est là que pour discuter, et c'est dejà bien.

28/04/2009, 14:23 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de jlamo le 28/04/2009 à 14:10

Vous avez certainement raison: nous ne laissons pas se créer une autorité ni ne visons l'action et l'opposition, même constructive. Notre seule prétention est d'énoncer des faits et de permettre à tous nos abonnés d'en débattre, qu'ils soient de gauche ou non. Non que nous méprisions cela: cela ne fait simplement pas partie du projet. Si l'on cherche un débouché politique, il faut certainement chercher ailleurs...

28/04/2009, 14:50 | Par jlamo en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 14:23

c'est un peu tout et le contraire de tout, la raison d'être de médiapart clairement énoncée semblait être l'opposition au sarkozysme, par la création d'un média participatif votre réponse me semble bien mitigée.

28/04/2009, 15:08 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de jlamo le 28/04/2009 à 14:50

Il y a un malentendu. Mediapart n'est pas cela, ne l'a pas été et, je l'espère, ne le sera pas. Il existe énormément d'organisation qui le font avec plus ou moins d'efficacité, mais dont c'est l'objet. Nous ne souhaitons qu'informer; il se trouve que cette présidence nous donne beaucoup d'occasion de le faire.

28/04/2009, 13:10 | Par Alain Godefroy

Cher animateur du club, pourriez vous répondre à la question du tracker? Pourquoi n'est-il pas en Une du journal?

28/04/2009, 13:31 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Alain Godefroy le 28/04/2009 à 13:10

Je pensais l'avoir fait, mais je vois que mon commentaire n'est pas passé: par définition, le journal est le lieu du journalisme; le club celui de la participation; la page personnelle celle où vous retrouvez votre réseau. Quant au tracker, il est accessible à tous. Tout cela est plutôt bien rangé, non? On peut également envisager de réduire Mediapart à une seule page où l'on retrouverait tout, pêle-mêle.

28/04/2009, 14:00 | Par Alain Godefroy en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 13:31

Ah merci, enfin une réponse... Par contre, un nouvel abonné n'a aucun moyen de savoir quand il débarque qu'il existe un tracker et donc n'y a pas accès, d'où l'idée de le signaler à un endroit visible , la une ou la page d'accueil du club si vous préférez que tout reste bien rangé.

28/04/2009, 14:15 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Alain Godefroy le 28/04/2009 à 14:00

En page Club, c'est mieux rangé, en effet.

28/04/2009, 14:21 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 14:15

Cer Animateur, pourquoi laisser uen petite question technique s'emmêler dans ce débat ? Comment, d'après vous ,un nouvel abonné peut-il avoir connaissance du tracker ? Comment peut-il avoir qu'il "faut cliquer" sur certaines lignes en gras pour avoir accès à des liens ? Comment peut-il même savoir qu'il existe uen boite à outils ? Comment peut-il s'y retrouver dans celle-ci ? Etc.

28/04/2009, 14:00 | Par DanN en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 13:31

J'aimerais bien que la question du tracker ne soit pas, une fois de plus, bottée en touche. Svp ? Je me répète donc : à défaut de mettre le Tracker en Une - disons, pour simplifier, pour le côté participatif - pourquoi les abonnés ne recevraient-ils pas tous un mode d'emploi du site ? Je constate assez régulièrement que les liens ne sont considérés que comme des textes en gras... encore un élément qui va dans le sens d'un fichier d'aide, non ?! De ce fait la boîte à outils ne suffit pas...

28/04/2009, 14:09 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de DanN le 28/04/2009 à 14:00

La question du tracker est traitée un peu plus haut. Pour ce qui est des modes d'emploi, ils existent et se retrouvent dans l'édition Découvrir Mediapart, régulièrement affiché en une.
Mediapart, mode d'emploi 1
Uploaded by Mediapart


Mediapart, mode d'emploi 2 - Le journal
Uploaded by Mediapart


Le club de Mediapart
Uploaded by Mediapart

28/04/2009, 14:26 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 14:09

Désolée d'insister (c'est ladernière fois !), mais : -la question de l'accès au tracker est sans réponse. comment un nouvel abonné sera-t-il au courant ? Qu'est-ce qui empêche d ele laisser à la Une du Club ? - la question de l'attractivité des éditions, aussi. (titre n'est pas accroche) ; Et les modes d'emploi que vous nous nous rappelez ci dessus ne sont exprimés que dans un seul "langage" visuel- video - qui ne correspond pas au langage des lecteurs venant de media papier. Un mode d'emploi écrit et minimal est-il inconcevable ?

28/04/2009, 14:51 | Par peneloppe en réponse au commentaire de Fantie B. le 28/04/2009 à 14:26

Si un nouvel abonné n' a pas la curiosité, ni l'autonomie nécessaire, pour aller voir comment utiliser Mediapart, comment fait-il pour ouvrir son ordi ? Il ne faut pas confondre facilité d'accès et assistanat généralisé. En ce qui me concerne, je vis une petite frustration, du fait que je ne parviens pas à afficher une image sur mon blog. Je patiente, j'accepte mes limites, j'y arriverai un jour, quand je serai davantage motivée, moins fatiguée, plus de temps, c'est la vie, et cela ne m'empêche pas de respirer.

28/04/2009, 15:06 | Par DanN en réponse au commentaire de Fantie B. le 28/04/2009 à 14:26

Un mode d'emploi écrit et minimal est-il inconcevable ? Voyez par exemple, dans le dernier billet de Edwy Plenel, une personne ne savait pas qu'elle pouvait cliquer sur les textes en gras pour ouvrir un lien...

28/04/2009, 15:11 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de DanN le 28/04/2009 à 15:06

Soit pour les liens: l'ergonomie et les usages en vigueur sur le web ont cédé devant le souci du joli. Le minimum minimorum serait de souligner les liens.

28/04/2009, 15:31 | Par peneloppe en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 15:11

Moi, je me suis doutée qu'il y avait qqchose, et j'ai passé ma souris, pour voir, ça fait longtemps déjà, bingo, il y avait un lien, dessous le mot grisé, ou en gras ! C'est quand même pas le plus difficile à trouver, non ? Qu'ils sont pénibles ces enfants gâtés des 30 glorieuses !

28/04/2009, 15:40 | Par DanN en réponse au commentaire de peneloppe le 28/04/2009 à 15:31

Chère Péneloppe, Il faut aussi penser à ceux qui n'auraient pas vos excellents et intelligents réflexes de débrouillardise, voire qui seraient en difficulté face à un clavier ?!

28/04/2009, 15:08 | Par miradou en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 14:09

Les clips vidéo devraient être complétés par de petits tutoriels pdf par définition imprimables sur papier A4. Chacun a son utilité. - La vidéo permet de comprendre. - Le fichier pdf imprimé est un support de choix qui permet de mettre en pratique, pas à pas, l'opération décrite. A condition que ce support imprimé soit suffisamment détaillé avec copies d'écran à l'appui. Il faut que sa présentation soit à la portée d'un internaute débutant.

28/04/2009, 14:25 | Par Claire Amadou

Bien sûr qu'il y a de l'affectif dans nos rapports aux médias – ne dit-on pas qu'on va acheter 'son' journal, qu'il s'agisse du Figaro ou de Libé. Dans le cas de Médiapart, les abonnés n'auraient-ils pas tendance à réclamer une co-parentalité? Certains s'interrogent, et s'inquiètent: comment va tourner le petit? Et en matière d'éducation, les débats sont toujours passionnés ... Il me paraît légitime que les abonnés sollicitent une écoute de la part de la rédaction de Médiapart en échange de leurs chèques car c'était me semble-t-il un des points fondateurs du concept. Et légitime aussi de s'accorder une longue phase d'observation avant d'en modifier le fonctionnement. Tout nouvel espace subit dans un premier temps des tentatives de prise de pouvoir. Comme certains, j'ai souffert de l'uniformisation des opinions acceptables, légitimes, nobles et j'ai hésité à renouveler mon abonnement, hésité aussi à le faire savoir. L'ouverture de cette tribune prouve au moins que la rédaction de Médiapart écoute un peu ses lecteurs, et je préfère continuer à être active dans la vie publique et financer par mon écot cette intéressante expérience.

28/04/2009, 14:34 | Par jean_paul_yves_le_goff

@ tous. . Je vous dire pourquoi on met pas le tracker à la une et pourquoi "l'animateur du site" qui est d'une exquise délicatesse, n'ose pas vous le dire . Parce que si on met le tracker à la lune, ou tout autre système qui permettrait par un simple clic l'accès de tous aux messages de tous, hé bien, le futur abonné que l'on essaie de draguer - et croyez-moi, c'est pas facile - le futur abonné se rend compte immédiatement que les oui-ouistes sont une bande de pov'cons. . Il va ailleurs, le futur abonné. . Il s'abonne à Slate, par exemple, chez Colombani ou Minc, je ne sais plus. . C'est aussi simple que cela. Il faut vraiment tout vous dire... . jpylg

28/04/2009, 14:40 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 28/04/2009 à 14:34

Voilà pour le débat de qualité...

28/04/2009, 15:04 | Par jlamo en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 14:40

c'est l'illusion de la démocratie, vous participez, mais vous ne décidez pas, dans l'idéal, votre participation est synonyme de votre adhésion, ou permet alors de vous convaincre que vous avez tort puisqu'on vous concède une liberté et vous ne pouvez la rentabiliser, cette liberté démontre qu'il est préférable d'acquiesser à la façon dont se construit le débat en " étouffant " votre individualité au sein d'un débat qui ne trouve pas de " solution " puisqu'il ne sagit pas d'en trouver.

28/04/2009, 15:49 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 14:40

. " Voilà pour le débat de qualité... " l'animateur du club . Aidez-moi à m'élever à votre niveau. Merci. . jpylg

28/04/2009, 14:35 | Par Art Monica

Cher animateur du Club, Le pari de l'autogestion du club est un excellent pari. Qui évidemment se heurte aux limites du fonctionnement social des humains - de chacun de nous. Comme j'ai dit une fois "au revoir" et que je suis revenue, puis que j'ai récemment dit "je m'éloigne du club" et que de fait je m'en éloigne, je me sens visée par certaines allusions sur ce fil.
Je n'ai pas envie d'entrer dans des détails inutiles. Il est clair que différentes conceptions s'affrontent. Pour certains, je proteste parce que je ne supporte pas la "critique", que je suis une névrosée, une dingue qui a besoin de se faire soigner, une latine incapable de réprimer ses émotions, une narcissique, une dominante qui veut toujours avoir le dernier mot ... Pardon, je dois en oublier ;-) Pour d'autres - dont moi - je proteste parce que je suis attaquée de façon récurrente (dans plusieurs fils de mes billets) de façon fort déplaisante, qui non seulement nuit au débat, mais blesse des personnes - dont moi.
On vient sur mon fil, on me dit "je n'ai pas lu votre billet", on ne regarde que le titre sans lire les lignes en-dessous, on pique une phrase échangée avec un abonné pour m'épingler, puis on me dit "vous ne posez pas la bonne question", alors que des abonnés et moi échangeons depuis un bon moment de façon ferme, contradictoire, mais courtoise sur la question posée. D'autres personnes arrivent, et se livrent au même petit jeu de destruction pure et simple. Aucun argument de fond n'est apporté, mais les jugements de valeur en revanche, eux, fusent. Le fil se termine par mon procès. Et si je proteste, je suis censée être deux fois plus intolérante et deux fois plus de mauvaise foi. La tentation est grande alors de partir !
Sur un autre fil, celui de cixi, j'ai un dialogue avec une abonnée, que tout le monde peut voir reproduit dans mon dernier fil, et on m'accuse de faire des consultations psychologiques en ligne, de la psychologie à deux balles, de ne pas respecter l'éthique, rien de moins ! J'avais un dialogue simplement et authentiquement humain avec cette abonnée, dans le droit fil du billet de cixi. Tout le monde peut aller le regarder... Au bout d'un moment, la moutarde me monte au nez.
Tiens, me dis-je , étrange. Me viendrait-il à l'esprit d'aller sur le fil de quelqu'un et de lui dire "vous posez une mauvaise question"? Certes, non. Les façons de poser les questions sont plurielles et fort diverses.
J'ai supprimé deux billets, le dernier après l'avoir sauvergardé. Je suis accusée de censure et de forfaiture, pas moins. Mais d'autres personnes ont supprimé des billets de leur blog - récemment, Vancouver par exemple -: le lui a-t-on reproché ?
Alors, pourquoi ce buzz dont on peut voir la trace tragique et comique sur mon dernier fil ? Mon hypothèse est que je suis "surveillée" parce que je traite de sujets "chauds" (psychologie, psychanalyse, le gernre, le mal..), avec une approche qui déplaît à certains. La psychologie intégrative que je défends - qui tient compte de la psychologie clinique, cognitive, de la psychanalyse et des neurosciences - fait manifestement bondir un certain nombre d'abonnés en analyse, ou psychanalystes, qui sortent leur révolver au seul mot de "cognitive". Je suis donc censée ne pas connaître Freud (d'après les lacaniens qui sont les seuls "freudiens") et l'Oedipe, et évidemment ne pas connaître les règles éthiques de la profession. Cela devrait me faire rire. Cela devra me faire rire. Pour l'instant, cela ne me fait pas rire car c'est irrespectueux.
Ce qu'il faut comprendre sur cet étrange média brûlant, c'est que les gens s'adressent non pas à vous, mais à l'image - sympathique ou antipathique - qu'ils ont de vous, image sur laquelle ils projettent plein de choses. Vous ne vous y reconnaissez pas et cela vous fait violence. Comme je déteste toute situation de quiproquo, c'est plutôt intolérable.
Il faut apprendre à recevoir l'agressivité, le dénigrement, sans broncher. Je ne sais pas encore le faire. J'ai reçu de très bons conseils, en la matière, je tâcherai de les appliquer.

28/04/2009, 14:43 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Art Monica le 28/04/2009 à 14:35

Il est peu probable que vous soyez surveillée, du moins pas plus que ce que permet le tracker dont on pense tant de bien ici.

28/04/2009, 14:57 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 14:43

"Surveillée" est une métaphore, cher animateur du club. Quoique certains enregistrent en PDF les billets et commentaires des uns et des autres, et les ressortent sous leur forme initiale.. Une pratique qui me gêne, mais bon, si elle plaît à la majorité, je me tais.
J'ai tenté d'aller au-delà des querelles de personnes, qui semblent être des épiphénomènes. Mon hypothèse ne vous semble apparemment pas valide. Je remballe, pas gravam ;-)) Bonne suite !

28/04/2009, 14:52 | Par Cixi en réponse au commentaire de Art Monica le 28/04/2009 à 14:35

"Sur un autre fil, celui de cixi, j'ai un dialogue avec une abonnée, que tout le monde peut voir reproduit dans mon dernier fil, et on m'accuse de faire des consultations psychologiques en ligne, de la psychologie à deux balles, de ne pas respecter l'éthique, rien de moins ! J'avais un dialogue simplement et authentiquement humain avec cette abonnée, dans le droit fil du billet de cixi."
Ce que relate Art Monika est exact. Sur cet échange, une tierce personne est intervenue pour s'imicer dans le dialogue et attaquer Art Monika de façon (que je juge) personnelle. Ce n'est pas la première fois que je le constate malheureusement dans les échanges sur le club de médiapart. Dommage car ça nuit à la bonne qualité globale du média !

28/04/2009, 14:55 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Cixi le 28/04/2009 à 14:52

Sans doute faudra-t-il en arriver à donner à chaque blogger la possibilité de modérer lui-même les commentaires sur ses billets. La qualité des débats s'en trouvera sans doute réhaussée. La balkanisation du Club probablement aussi, chacun restant parmi les siens.

28/04/2009, 15:03 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 14:55

Dans cette hypothèse, disons qu'il y aurait des fils ""balkanisés "" , et d'autres plus ""européens"" - qui ne se serviraient peut-être pas d'une fonction de modération. Chacun pourrait alors choisir là où il désire s'exprimer. Peut-être les espaces publics de débats ne sont-ils pas mûrs pour autre chose qu'un tel régime à "deux vitesses critiques" ? S'il faut en arriver là,. comme transition...

28/04/2009, 15:12 | Par Epaminondât en réponse au commentaire de Fantie B. le 28/04/2009 à 15:03

Oui. C'est là la solution Miradou, que j'approuve entièrement.

28/04/2009, 15:15 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Fantie B. le 28/04/2009 à 15:03

A condition de ne pas hurler à la censure à chaque fois qu'un blogger ferait usage du droit qui lui est accordé de supprimer ce qui lui déplaît - chacun maître chez lui. Et de comprendre que ce faisant, il devient éditeur de son blog - avec les responsabilités qui vont avec - alors que Mediapart n'est plus qu'hébergeur. En même temps, comment tenir le langage de la responsabilisation sans en donner les outils?

28/04/2009, 15:38 | Par miradou en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 15:15

@ animateur du club citation 1 : avec les responsabilités qui vont avec Excellent ! citation : comment tenir le langage de la responsabilisation sans en donner les outils Que voulez-vous dire précisément ?

28/04/2009, 15:50 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de miradou le 28/04/2009 à 15:38

Comment dire "les contributeurs sont responsables de la qualité du débat qu'ils animent" (sous-entendu: il peuvent, par l'argumentation, relever une discussion qui dérape vers l'inacceptable ou le n'importe quoi) sans leur donner la possibilité, s'il y a lieu, de supprimer un commentaire injurieux ou diffamatoire, voire de recadrer le débat qui sortirait du sujet?

28/04/2009, 15:30 | Par miradou en réponse au commentaire de Fantie B. le 28/04/2009 à 15:03

@ Fantie Parions sur la coexistence des deux : les "balkanisés" et les "européens".

28/04/2009, 14:37 | Par Cixi

Bonjour cher "Animateur du Club" et bonjour à tous,
Je suis bien embêtée car je ne sais trop à qui m'adresser. Je rencontre un souci de disparition d'un de mes commentaires dans un de mes billets. Je réponds à un lecteur qui me demande un avis et malheureusement, la réponse que je lui ai faite ne s'affiche pas bien qu'elle semble être enregistrée (en tout cas, mon intervention apparait dans l'onglet "mes activités").
Dans un premier temps, lorsque je l'ai publié, la réponse est apparue aussitôt. Mais lorsque j'ai posté un deuxième commentaire pour un autre lecteur, mon premier commentaire avait disparut. Plus tard, il est réapparue pour redisparaître à nouveau. Il semble donc que ça cafouille un peu.
Alors voilà, je comprends bien que ce n'est pas tout à fait le thème de votre billet (et je vous prie sincèrement de m'en excuser) mais je saisie l'occasion de pouvoir correspondre avec "l'animateur du club" pour suggérer de mettre un place une plateforme ou un forum voire, pourquoi pas, une foire aux questions où l'on pourrait faire part de nos questions, de nos problèmes techniques.
Qu'en pensez-vous ?

28/04/2009, 14:52 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Cixi le 28/04/2009 à 14:37

Il existe une foire aux questions qui n'est en pas vraiment une et correspond plus à ce que demande Fantie B. (on la trouve en bas de la une sous l'onglet FAQ). Il existe aussi une édition participative, authentiquement participative puisqu'elle est gérée par son créateur qui est aussi un abonné: Culturico. Plusieurs abonnés plus délurés sur ces questions y participent activement (DanN, Lémur Cata, etc.). Il existe aussi une adresse mail (technique@mediapart.fr), mais le temps de réponse dépend beaucoup de la charge de travail de notre équipe web, qui a tendance à plafonner en permanence.

28/04/2009, 14:55 | Par Cixi en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 14:52

Merci pour votre réponse. Je vais de ce pas envoyer un mail à l'équipe technique.
A bientôt

28/04/2009, 14:42 | Par jean_paul_yves_le_goff

. " la rédaction de Médiapart écoute un peu ses lecteurs " ... . C'est une nouveauté, mais c'est effectivement bon signe. . jpylg

28/04/2009, 14:44 | Par justeaupassage

Bonjour les Médiapartien(nes)s, Quelque part, nous pourrions écrire en qualité « d’experts » car nous ne fûmes point épargnés par les critiques. Mais voilà, il faut accepter le jeu des échanges et effectivement ne pas accepter les injures. En dehors de ce point précis, il suffit de réfléchir lorsque l’on peut ressentir un agacement très vif. Puis écrie… « Pourquoi donc Mediapart ne serait-il pas un lieu où, du PS au PCF, des Verts au Modem, du NPA à — mais oui — une partie de l'UMP ». Bravo ! C’est ce qui nous plait ici, pouvoir lire et écrire avec le respect de nos convictions afin d’évoluer. Il faut faire face et non s’enfuir. Nous pensons, que de très loin, Médiapart a une vitesse de croissance à ce sujet bien supérieure aux autres sites sur la toile. Seul bémol et de taille, les appartenances non connues des membres du Staff de Médiapart lors de la rédaction de leurs articles. La mention Parti Pris est absolument indispensable pour ainsi éclairer les lecteurs que nous sommes. Voilà, c’est un peu le monde à l’envers avec nous car ici nous sommes perçus comme des Sarkophiles (Hihihi) que de défendre le projet Médiapart. Mais, lorsque l’idée est bonne, il faut la promouvoir et c’est ce que nous faisons. Un petit signe à notre Baudet adoré… JD L’Equipe Gueulante.fr & battresarkozy.fr

28/04/2009, 15:20 | Par Epaminondât en réponse au commentaire de justeaupassage le 28/04/2009 à 14:44

Votre Baudet adoré voudrait vous faire remarquer que si vous n'êtes pas sarkophiles vous cachez bien votre jeu, jusqu'à présent. On aimerait savoir quels sont vos points de divergence avec votre bienaimé président. Que vous en ayez, on vous croit sur parole; mais lesquels ? Mystère. "Que veut la gueulante ? Quel est le mystère de la gueulante ?" Pour qui allez-vous voter aux européennes, sans indiscrétion ? Cordiale poignée de sabot.

28/04/2009, 14:48 | Par Lincunable

En essayant de comprendre ce que vous nous dîtes , Art Monika, je crois que vous êtes victime non pas d'un dénigrement systématique mais d'un flot de réactions hypodermiques parfois à côté de la palque. Moralité : ne s'improvise pas blogueur ou billettiste qui veut. Il faut de la bouteille (du répondant en ciblant ses interlocuteurs) et de la hauteur de vue (relativiser la portée d'envois spontanés pas forcément réfléchis). Est-ce que je me trompe ?

28/04/2009, 15:24 | Par Epaminondât en réponse au commentaire de Lincunable le 28/04/2009 à 14:48

Hypodermique ? Cela venait des viscères, et parfois du gros côlon.

28/04/2009, 15:59 | Par Lincunable en réponse au commentaire de Epaminondât le 28/04/2009 à 15:24

non d'une seringue, c'est dingue, Melchior. Et en plus c'est hypothermique (humour à froid)....

28/04/2009, 15:05 | Par bérangère bonvoisin

Je me permets de vous raconter une des anecdotes qui me sont arrivées hier. Je prépare un spectacle d'après un article de Mediapart et ses commentaires ( la laïcité est elle soluble dans le sarkozysme). Hier, j'ai exposé ce projet ( prévu pour fin octobre), dans le théâtre du Conservatoire National, dans le 9ème. Je l'ai présenté comme un projet burlesque à la Tati, et civique, la défense de la laïcité. Pourquoi burlesque à la Tati ? Parce que je veux, aussi, rendre compte de ces addictions des commentateurs ( je résume). Après, à la fin, quelques personnes du public, sont venus me voir, un type m'a dit: "merci d'avoir parlé de ça, personne n'ose dire jusqu'où ça peut aller, il m'est arrivé de me retenir de pisser pendant 8H, pour continuer à tchatcher, je n'allais plus aux WC chez moi, je pissais dans une bouteille en plastique près de mon ordi." Tout ça pour dire, qu'à mes yeux, la question n'est pas celle du pouvoir, dans les polémiques qui dégénèrent, mais celle de la réactivité, celle de l'addiction à ses propres commentaires. Tout ça bien caché sous les pompeux mots de débat et de participatif. ( Je ne m'exclus pas du lot). J'aurai préféré ne jamais connaître le tracker ni activity et que ça reste interne à la rédaction, en ce qui me concerne.

28/04/2009, 15:40 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de bérangère bonvoisin le 28/04/2009 à 15:05

Bien vu, Vancouver - ça fait quelques jours que je cherchais comment exprimer (dans l'édition participative sur le remplissage et le vide) cette addiction que je ressens (me concernant en tout cas) aux polémiques émotionnelles. Et donc, comme tu le dis, à nos propres commentaires, aux effets qu'ils peuvent produire en retour etc. (ajout : Jusqu'à arriver à y être "suspendu" ?) Je commente, donc j'existe - sauf si on ne me répond pas ?
J'essaie de m'en dés-addicter et c'est bien difficile ! Tu as bien raison, tracker et activity sont finalement des outils favorisant ce remplissage. Au service de la réactivité et non de la réflexion lente, des sujets "lents".
Je retrouve ce que j'avais pensé en débarquant ici il y a un an : tous ces outils existent avec le Net, mais n'ont jamais été interrogés dans leurs fonctions autres que techniques. (d'où ma circonspection sur avoir des contacts, ou tenir un blog. : pour quoi ?)

28/04/2009, 16:20 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de bérangère bonvoisin le 28/04/2009 à 15:05

Oui, bien vu ! Vanc' C'est un lieu (le club) qui cristallise plein de choses, un méli-mèlo de désir, de représentations imaginaires, de moments un peu pulsionnels (pardon pour le gros mot), comme la pulsion de dire, de l'ouvrir, et l'hyper-plaisir de se rendre compte que cette voix lancée dans le vide est reprise par quelqu'un (à la fois joie d'une reconnaissance et aussi narcissisme en miroir). D'où ces effets sucrés des "merci" échangés, des "je t'ai reconnu toi" lancés dans l'espoir que l'identique vous soit renvoyé. Et en même temps, il y a ces juteux moments de réel effort à formuler une pensée, c'est formidable. Je ne m'exclus de rien de tout ça. Et parfois, je coupe 8 jours. Salut à chacun.

28/04/2009, 15:21 | Par kairos

kairos Ces histoire de désabonnements publics, aller-retour sur place, qui se répandent (dans les deux sens du terme), ça me semble une bulle toute spéculative... Comme dans le monde de la finance, un jour elle éclate. Et nous y sommes pour ainsi dire. C'est la ruine de qui aura tout misé là-dessus... Mais il faut tôt ou tard en revenir à la chair du monde: pomper l'air des autres indéfiniment expose à se déchirer comme une outre, sinon comme la grenouille de la fable, laquelle en plus ne veut qu'un chose: un Roi! Tel "nononiste" ne vit que sous le regard, même foudroyant, du grand Manitou(t) supposé, Edwy Plenel! qu'il ne cesse d'apostropher en une sorte de prière négative... quand bien des "oui ouistes" de la base et des confins se satisfont, les petits malins, de quelques amitiés plus modestes, mais vivantes! Au milieu de tout ce vacarme, que faire? passer le plus à l'écart possible et comme chante Dick Rivers (éh, oui!) continuer son "rocking-slow"?

28/04/2009, 15:14 | Par jlamo

Vous avez certainement raison: nous ne laissons pas se créer une autorité ni ne visons l'action et l'opposition, même constructive. Notre seule prétention est d'énoncer des faits et de permettre à tous nos abonnés d'en débattre, qu'ils soient de gauche ou non. Non que nous méprisions cela: cela ne fait simplement pas partie du projet. Si l'on cherche un débouché politique, il faut certainement chercher ailleurs... - médiapart n'est pas censé représenter une opposition à la droite et au sarkozysme ? - j'hallucine

28/04/2009, 15:27 | Par kairos en réponse au commentaire de jlamo le 28/04/2009 à 15:14

kairos C'est tout personnel, mais j'attends d'un journal comme Mediapart qu'il s'oppose, sur le plan de l'information, au pouvoir en place, quel qu'il soit, par nature étouffant... Et si demain la gauche gouvernait, j'espère qu'il jouerait le même rôle...

28/04/2009, 15:17 | Par Christine Marcandier

@Kairos : Et Mediapart deviendrait la baie des anges ? (je file la métaphore riversienne, c'est mon côté niçois...) ;-)

28/04/2009, 15:19 | Par kairos en réponse au commentaire de Christine Marcandier le 28/04/2009 à 15:17

kairos Avec quelques "chats sauvages"...

28/04/2009, 15:25 | Par Christine Marcandier en réponse au commentaire de kairos le 28/04/2009 à 15:19

Bien vu ;-)

28/04/2009, 15:21 | Par Axel J

L'animateur du club a déjà dit pourquoi le Tracker n'est pas en Une, lisez svp: Je cite: “Cyniquement, Mediapart trouverait son compte en affichant le tracker sur la homepage. Le site afficherait fortement son choix pour le flux et le commentaire immédiat, réactif, compulsif souvent. Il renforcerait ce lien addictif avec l'abonné, et il offrirait une prime aux gros commententateurs, affermissant des positions bien établies plus qu'il n'offrirait de tribune au "sang neuf" [...]”
Absolument d'accord. Mediapart doit garder son esprit "de fond" et "de recul", pas se transformer en n-ième forum basé sur l'immédiateté et l'addiction.
Pour DanN et jpylg qui tiennent tant au Tracker, voici une idée je crois bien plus en accord avec cet esprit de journalisme de qualité recherché: - Non pas en Une, mais sur la page Perso, avec d'autres outils dont on se servirait régulièrement comme par exemple les contacts, mais aussi le bouton "mon suivi" qui lui aussi sera instauré pour tous dès que le site fonctionnera normalement.
(ah et si on pouvait supprimer la rubrique "les plus commentés", ce serait bien aussi, puisque partant d'une bonne idée, ce fut complètement d´tourné puisqu'il suffit qu'un JM ou une AM intercale un commentaire à eux entre chaque commentaire d'abonnés, pour augmenter rapidement la masse à des valeurs de 100 ou 200 voire 300 qui invariablement dégénèrent)
La Une dédiée au journal donc, et la page Perso pour gérer sa navigation sur le site.

28/04/2009, 15:22 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Axel J le 28/04/2009 à 15:21

D'accord avec cette proposition. ( Et sur ce je débranche)

28/04/2009, 15:27 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Axel J le 28/04/2009 à 15:21

Puisque vous signalez le stratagème honteux dont j'abuse pour retrouver ce billet en "une" en intercalant une réponse tous les deux ou trois commentaires, je propose de fermer ce débat arbitrairement à 150 commentaires (ce qui doit en laisser encore une trentaine) pour que ce fil reste lisible. PS. Si une opposition ferme s'exprime à la suite de ce commentaire, je suis prêt à monter à 200, dernier prix.

28/04/2009, 15:57 | Par peneloppe en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 15:27

Excellent, j'adore ! Plus que 29, désolée.

28/04/2009, 16:22 | Par Epaminondât en réponse au commentaire de peneloppe le 28/04/2009 à 15:57

Rien que la discussion de cette proposition peut prendre quelques dizaines de comm's. Alors disons 250.

28/04/2009, 16:04 | Par Axel J en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 15:27

:-) 200 alors, marché conclu! :-) Car il y a une autre question qui coince un peu, à propos des "Balkans vs. l'Europe": "Mediapart n'est plus qu'hébergeur" et ça, c'est pour moi tout un débat à part entière. Propriétaire de son blog, ça veut dire se servir de Mediapart comme une vitrine pour son business, façon SylvN ou Uleski pour ceux qui cherchent carrément à faire du fric, façon noyautage par les partis politiques pour les sous-marins de campagnes électorales, ou façon thérapie ou idolâtrie de groupies pour ceux qui tourneraient tout vers leur ego, ce qui serait encore le plus inoffensif pour la qualité de Mediapart.
Moi, pour les blogs sur Mediapart, j'ai une vision plus ambitieuse, et plus originale aussi, car les blogs perso, tout le monde peut s'en ouvrir un sur le Web lui-même. Pour moi, ce que je donne à Mediapart par mes billets, mes articles et même mes commenaires, ça ne m'appartient pas: ça appartient à Mediapart et à la communauté. Comme un journaliste, n'importe-quel journaliste, Mathieu, Bonnet, Turchi, n'importe lequel, quand il écrit un article, c'est pour Mediapart et pour tout le monde qu'il l'écrit, l'article ne reste pas "sa propriété". Dans cet esprit, nous allons bel et bien vers le partage de la participation, question que jpylg soulève régulièrement en la prenant à mon avis par le mauvais bout.

28/04/2009, 16:06 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Axel J le 28/04/2009 à 16:04

Effectivement, de cette décision-là découle beaucoup de conséquences que vous énoncez et qui ne sont pas toutes bonnes. En même, le statu-quo ne permet pas d'éviter ces écueils, puisque vous citez des cas précis de l'histoire de Mediapart. Alors comment banaliser l'ergonomie tout en gardant notre spécificité? Des lumières, quelqu'un?

28/04/2009, 16:06 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Axel J le 28/04/2009 à 16:04

Effectivement, de cette décision-là découle beaucoup de conséquences que vous énoncez et qui ne sont pas toutes bonnes. En même, le statu-quo ne permet pas d'éviter ces écueils, puisque vous citez des cas précis de l'histoire de Mediapart. Alors comment banaliser l'ergonomie tout en gardant notre spécificité? Des lumières, quelqu'un?

28/04/2009, 16:17 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 15:27

Très subtil. Comme ça ceux qui ne participent que le soir parce qu'ils bossent en journée seront victimes d'une régression démocratique.

28/04/2009, 16:23 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 28/04/2009 à 16:17

Heureusement, ce n'est pas votre cas.

28/04/2009, 16:25 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 16:23

Certes.

28/04/2009, 15:35 | Par jlamo

Vous avez certainement raison: nous ne laissons pas se créer une autorité ni ne visons l'action et l'opposition, même constructive. Notre seule prétention est d'énoncer des faits et de permettre à tous nos abonnés d'en débattre, qu'ils soient de gauche ou non. Non que nous méprisions cela: cela ne fait simplement pas partie du projet. Si l'on cherche un débouché politique, il faut certainement chercher ailleurs... - j'hallucine, vous me la ressortirez en prélude des articles de e plenel concernant les dérives du sarkozysme, ce n'est qu'un constat qui énumère des faits ? ah bon daccord

28/04/2009, 15:56 | Par jean_paul_yves_le_goff

. " . Mon Cher Jean-Paul, Ce que vous écrivez n'a malheureusement pas de sens. " écrit un oui-ouiste . Hélas, hélas, hélas ! . Heureusement, il y a les messages de ce oui-ouiste et de tous ses potes oui-ouistes. . La majorité ! . jpylg

28/04/2009, 16:01 | Par Jean DUPONT

Pardon, je n'ai rien lu des 135 commentaires du débat, mais je me permets de revenir sur le titre du post. Si "notre clubs a ses règles", c'est qu'il est pubère. Courage, la maturité est donc pour bientôt !

28/04/2009, 16:12 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Jean DUPONT le 28/04/2009 à 16:01

Nous parlions donc de l'éthique selon Spinoza...

28/04/2009, 16:20 | Par bérangère bonvoisin en réponse au commentaire de Animateur du Club le 28/04/2009 à 16:12

" Et ce sont les étants, plus nombreux que l'Un, qui se meuvent " Xénophane

28/04/2009, 16:02 | Par jlamo

simple question ce serait ou cet ailleurs dont vous parlez je veux dire via internet parceque " le monde " on m'a bailloné pour antisémistisme le forum de l'ump m'a ejecté en 24 h parceque j'ai tenté de leur expliqué que le mot " racaille " est péjoratif si vous me confirmez que médiapart ne représente pas la volonté d'une opposition de gauche, ni même une ambition politique il ne reste guère plus que les sectes ou je ne sais pas quoi d'autre ah oui le forum de riposte ou on vous explique que le fmi est une association caritative, une entreprise philanthropique en somme et n'a rien a voir avec l'organisation de l'économie tout cela me laisse assez perplexe

28/04/2009, 16:18 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de jlamo le 28/04/2009 à 16:02

Si vos options sont celles que vous dites, je vous conseille Causeur, mais il s'agira là encore d'un simple "salon de réflexion". Si vous envisagez l'action politique, seul l'engagement dans un mouvement ou un parti vous comblera.

28/04/2009, 16:03 | Par Caroline Pinet

L’usage des pseudonymes par les abonnés ne me pose aucun problème mais je n’apprécie guère l’anonymat de “l’animateur du club”. - Je trouve tout à fait désobligeante et décevante cette méthode de la part de la rédaction. - On ne peut pas prôner - à juste titre - la transparence - et traiter aussi irrespectueusement l’ensemble de ses abonnés. Une abonnée, intermittente de la participation qui ne râle jamais.

28/04/2009, 16:25 | Par Animateur du Club en réponse au commentaire de Caroline Pinet le 28/04/2009 à 16:03

Excellente occasion de conclure: l'animateur du Club parle ici es qualitès et non en son nom propre. Mais des noms ont été cités un peu plus haut...

Newsletter