Sam.
01
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le tabac bon pour l'environnement ?

Avouons-le, il n'y a pas plus intolérant (envers le tabac) qu'un ancien fumeur ou, comme c'est mon cas, une ancienne fumeuse. Et c'est bien normal : nous en avons bavé pour nous débarrasser de cette droque au pouvoir addictif aussi puissant que celui de la cocaïne -- selon une étude médicale publiée par Libération il y a plusieurs années. Et après en avoir bavé, nous avons constaté, oh miracle, que l'on vit drôlement bien sans tabac. Le Dr Allen Carr, qui a écrit La méthode simple pour en finir avec la cigarette, le rappelle : le tabac ne fournit aucun plaisir particulier, les premières inhalations sont plutôt désagréables, cela n'a pas bon goût, en revanche il stimule les circuits de la récompense d'une telle manière qu'il crée un malaise que l'on ne peut soigner... qu'avec une nouvelle cigarette. Et voilà comment on devient accro. Bref rien à voir avec le plaisir gustatif d'un bon verre de vin ou d'Armagnac.Les anciens fumeurs savent aussi que leur détermination est fragile, nombreux sont les histoires de rechutes absurdes : qui n'a pas entendu parler de cet ex-fumeur ayant replongé après dix ans d'arrêt, suite à une cigarette offerte dans un moment de fragilité, qui a relancé les circuits de l'addiction. C'est pourquoi nous voudrions tellement convertir les autres fumeurs à notre nouveau mode de vie sans tabac. Pour les protéger, pour nous protéger. Et aussi, semble-t-il, pour protéger la planète.

Et oui, comme le rappelle Terra Eco dans sa dernière édition, la cigarette ne tue pas que les fumeurs et leur entourage : la culture du tabac fait des ravages sur la planète. D'abord, faut-il le rappeler, elle détourne de très bonnes terres agricoles (le tabac aime les terres riches) de la production vivrière. Il est toujours étonnant de voir des militants écologistes dénoncer la culture des agrocarburants qui concurrencent la production alimentaire tout en tirant sur une cigarette qui a poussé sur ce qui aurait pu être un très bon champ de maïs. Selon Terra Eco, ce sont donc 3,7 millions d'hectares détournés de la production alimentaire, et ce à 90% dans des pays en développement, avec des contrats de rémunération qui sont surtout rémunérateurs... pour les acheteurs de tabac.

Les amateurs de forêts, de leur côté, apprendront avec désespoir que la production d'un seul kilo de tabac nécessite environ 10 kilos de bois de séchage. Les fumeurs sont ainsi indirectement responsables de la disparition de 200 000 hectares de forêt primaire -- et il faut encore ajouter le papier qui entoure les cigarettes.La culture du tabac consomme aussi de l'eau d'irrigation, et surtout, un impressionnant cocktail de produits chimiques toxiques, tant au stade de la culture que du traitement conservateur : nicotine, phénol, butane, ammoniac, monoxyde de carbone, polonium ou encore arsenic, au total 2500 substances souvent top secret. Là encore, on ne peut que s'étonner de voir des militants farouches de la culture bio, qui n'hésitent pas à inhaler ce cocktail infiniment plus dangeureux que la plus pesticidée des pommes de terre. Quant aux fumeurs locavores, qui ne jurent que par la patate locale, qu'ils sachent qu'il est impossible de fumer français : même les marques les plus Gauloises mélangent de nombreuses provenances, et le tabac produit ici est exporté aux quatre coins du monde pour être mélangé avec d’autres feuilles, puis revenir en France. Ah oui, et il y a aussi les déchets de l'industrie du tabac, dont les petits mégots si élégants qui mettent douze ans à se dégrader, et peuvent tuer chacun la moitié des poissons d'un litre d'eau en cent heures.

Stop. Le tabac tue, et surtout, comme toutes les drogues, il commence d'abord par tuer la volonté. C'est pourquoi, essayez un peu de conseiller à un militant écologiste d'arrêter de fumer... les réactions sont souvent assez désagréables. Et pourtant, pour sauver la planète et surtout bien sûr pour se désintoxiquer, peu d'actes individuels sont aussi efficaces et bénéfiques qu'arrêter de fumer.

Tous les commentaires

26/04/2011, 13:59 | Par Boris Carrier

Billet convainquant s'il en est...

Mais dans mon cas de convaincu non avenu donc.

 

J'ai décroché de mon paquet quotidien sur un site internet d'entr'aide allemand qui n'existe plus, mais bien d'autres sont nés depuis (bientôt cinq ans !) et je crois que c'est un moyen très efficace.

Après on se sent si bien...

Oui, une rechute est possible, mais j'ai inhalé quelques cigarettes depuis sans rechuter (une cigarette tous les deux-trois mois, c'est léger, non ?).

cordialement, BC

17/02/2014, 13:52 | Par Fantie B.

Non fumeuse, mais vous m'auriez convaincue !

Newsletter