Ven.
19
Déc

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le passé chargé des rebelles libyens (Le Monde)

[Ce texte a été mis en ligne sur le blog d'Alexandre Levy, journaliste basé à Sofia, et est à lire sur le site du Monde, le 1er avril 2011]

Lorsque Moussa Koussa, le ministre des Affaires étrangères de Kadhafi, a décidé de brûler les ponts avec le régime, il n’a pas rejoint la rébellion mais la capitale britannique, là où sa carrière sur la scène internationale a commencé quelque 30 ans plus tôt comme ambassadeur. image.1301661289.jpgEn 1980, il a été expulsé de Londres sur ordre du gouvernement parce que Moussa Koussa ne cachait pas ses intentions de régler leur compte à deux opposants au régime du colonel. Compte-t-il rejoindre aujourd’hui cette même résistance ?

Quoi qu’il fasse, cet homme n’aura pas la sympathie de Sofia. Ici, l’affaire des infirmières bulgares - dans laquelle il a été l’un des principaux interlocuteurs de l’Occident - a laissé des souvenirs douloureux. Et aux yeux des Bulgares, cela commence à bien faire aussi. Moussa Koussa est au moins le quatrième acteur de poids de cette affaire à avoir retourné sa veste depuis le début de la révolte libyenne. Le leader du Conseil national de transition, Moustapha Abdeljalil, ancien ministre de la justice du colonel, a été le premier. “Pour nous il reste le président de la cour d’appel de Tripoli qui a confirmé la peine de mort des infirmières”, rappelle Guéorgui Milkov du quotidien 24 Tchassa, journaliste arabisant qui a suivi depuis 1999 la saga des infirmières jusqu’à leur libération en 2007. “C’est un fidèle parmi les fidèles qui, en récompense de son intransigeance dans ce procès, a été nommé ministre en 2007″, poursuit-il.

Et puis, il y a Idris Laga. Cet homme, qui se présente aujourd’hui comme le coordinateur militaire du CNT, est surtout connu en Bulgarie comme le président de l’Association des parents d’enfants infectés - très active pendant toute l’affaire des infirmières. 2727643-3860025.1301410878.jpg“Officiellement indépendante, cette organisation a été crée par le régime pour faire monter les enchères en instrumentalisant la douleur des victimes”, estime l’universitaire Vladimir Tchoukov, l’un des meilleurs spécialistes du monde arabe en Bulgarie. Et le portrait qu’il dresse d’Idris Laga n’est pas flatteur non plus : “Il s’agit d’un homme avide et sans scrupules, animé par une haine profonde de l’Occident”, estime-t-il. Ce chercheur, qui a le mérite d’avoir épluché toute la presse libyenne de l’époque - y compris celle qui se réclamait de l’opposition - dit aujourd’hui qu’il tient à ce que “la France sache qui elle soutient en Libye”.

Le 11 mars, à Bruxelles, c’est le Premier ministre bulgare, Boïko Borissov himself, qui a mis les pieds dans le plat. Il a violemment réagi à la décision - défendue par la France - de considérer le CNT comme un interlocuteur politique digne de foi. “Dans ce conseil il y a des gens qui ont torturé nos infirmières”, s’est-il insurgé après une sérieuse prise de bec à ce sujet avec Nicolas Sarkozy. Sans donner de noms, il a certainement visé encore un transfuge de poids, le ministre de l’Intérieur du régime de Tripoli, Abdel Fattah Younis. Accueilli par une foule en délire à Benghazi fin février, le général Younis est devenu la coqueluche des Occidentaux - le Quai d’Orsay relate sur son site une conversation téléphonique entre lui et Alain Jupé le 5 mars - qui espèrent que son ralliement va permettre aux insurgés de reprendre du poil de la bête sur le terrain militaire. bhl_libye_45-300x200.1301410901.jpgA Sofia, la presse l’avait surnommé le “tortionnaire en chef” à cause des mauvais traitements dont se sont plaintes les infirmières - viols, électrochocs et morsures de chiens notamment - attribués à ses hommes et destinés à leur faire avouer des crimes qu’elles affirment n’avoir jamais commis.

“Plus qu’aucun autre pays, la Bulgarie devrait soutenir l’intervention militaire en Libye. Et aussi se souvenir qu’il s’agit d’un bel exemple de solidarité européenne” : depuis Bruxelles, s’élève aussi une autre voix bulgare, celle de la député européenne Nadejda Mikhaïlova-Neïnski, représentante de la droite libérale et ministre des Affaires étrangères de son pays au moment où éclate l’affaire des infirmières. Pour elle, le changement de camp des principaux acteurs libyens de cette affaire n’est pas vraiment la question. “De toute façon, ils ont agi sur ordre de Kadhafi. Or, aujourd’hui la priorité, c’est de chasser, tous ensemble, Kadhafi”.

Et après ? Après, selon Vladimir Tchoukov, l’Europe devrait surtout miser sur les représentants de la diaspora libyenne, les seuls à son avis à ne pas être compromis avec l’ancien régime. Et c’est ce que Paris et Londres font déjà, d’une certaine façon. 2a6194eb4fd79ac7bd5385ce1a8b.1301410690.jpg“Mais il ne faut pas oublier que l’opposition libyenne à l’étranger n’a jamais condamné le régime au moment de l’affaire de nos infirmières”, ajoute Guéorgui Milkov. “Ses représentants l’ont soit passé sous silence soit salué les actions de Kadhafi”. Un passé - encore un -, qui ne passe pas : sur ce point les Bulgares aussi en savent quelque chose*.

* Ce post est une version actualisée d’un “indiscret” publié dans l’Express.

(Visuels : Moussa Koussa, dans son rôle de ministres des Affaires étrangères de la Libye ; Moustapha Abdeljalil ministre de la Justice de Kadhafi, puis serrant la main à BHL ; l’ex-ministre de l’Intérieur, le général Younis, en vedette aux côtés des insurgés.)

 

Le passé chargé des rebelles libyens 

Tous les commentaires

02/04/2011, 01:09 | Par Cid Hamet Ben Engeli

Mille fois merci d'avoir mis ces infos en ligne !

Même si la realpolitik a ses raisons que la justice ne connaît pas, cela reste une tache !

Ces retournements de veste, cautionnés par un vulgaire BHL, minsitre plénipotentiaire de son Etat, ne sont qu'un alibi de plus pour les interventionnistes de tous poils !...

Comme quoi, pour une fois, il fallait et il faudrait écouter les ex-gens-de-l'Est, les Bulgares en l'occurrence...

02/04/2011, 17:04 | Par Gil.

Cette affaire des Infirmières Bulgares n'est donc pas terminée... et la réhabilitation inconsidérée de leurs tortionnaires va revenir, sous peu, comme un boomerang sur la tête de notre nouveau stratège militaire et de son conseiller "intellectuel" !!! ...

Ce serait risible si les agissements de celui qui nous sert de président ne devenaient chaque jour plus dangereux !

02/04/2011, 17:20 | Par Art Monica

Et quid du passé et du présent chargés... de Khadafi?

A moins que, au bout du compte, Khadafi ne soit le brave chef d'état aimé de son peuple heureux, comme le décrit Dieudonné:

Les Libyens, il faut le savoir, aiment leur président. Ce n'est pas à la France et aux Etats-Unis de décider pour eux. La situation est loin de celle que l'on vous décrit". "Les Tripolitains sont sereins mais indignés par l'agression étrangère" (Le Nouvel Obs)

Ah mais c'est vrai, Sarkozy et BHL... alors...

 

02/04/2011, 22:18 | Par Antoine (Montpellier) en réponse au commentaire de Art Monica le 02/04/2011 à 17:20

Art Monica,

Ne le prends pas pas comme ça... Ce que ce texte met en évidence est très important pour éviter les enthousiasmes dépolitisés même envers des révolutions.

Nous avons trop connu dans le passé des relations acritiques, aux conséquences tragiques, vis-à-vis de la révolution russe pour que nous ne restions pas sur nos gardes au moment où d'autres révolutions sont à l'ordre du jour. Le défi que nous avons c'est d'articuler notre solidarité envers ceux qui renversent les dictatures dans la région arabe sans nous leurrer sur ce qui travaille au sein même de ces processus. De manière, pour le coup, classique, nous avons des personnes de l'ancien régime qui basculent dans le "nouveau". Ils ne donnent pas nécessairement le la de ces mouvements mais nous devons analyser, malgré le peu d'infos que nous avons, la place qu'ils y occupent. Car, de toute évidence, un processus révolutionnaire n'a pas que des ennemis extérieurs à lui. Sans virer à la paranoïa ni à la traque des dissidents, les révolutionnaires doivent, dans le contexte difficile de la lutte armée qui n'est pas des plus propices pour développer la démocratie, être suffisamment politiques pour neutraliser les convertis de la onzième heure !

Dans le cas de la Libye, je fais miennes les positions de soutien total que le NPA défend envers le peuple révolté (1) mais sans approuver les démarches du Conseil National Transitoire de Benghazi dans ses sollicitations de Sarkozy et l'appel à bombarder. Ce n'est pas faire de l'antisarkozysme primaire ni de l'antiBHLisme semiprimaire, que de penser que la révolution libyenne n'a rien à gagner à développer ces soutiens-là.

Quant à Kadhafi, que ce soit clair, je soutiens ce qui peut amener sa chute. Mais je me méfie du rôle que peuvent jouer dans cette chute d'ex-kadhafistes ! Et le texte que je mets en ligne mérite, de ce point de vue-là, qu'on le médite.

(1) Libye : une révolution à l'ombre des bombardiers de l'Otan ?

 

04/04/2011, 15:11 | Par Gil.

à Antoine,

En effet, il y a matière à méditer et François Bonnet, avec raison, s'est posé aussi bien des questions.

Je voudrais revenir sur mon précédent commentaire.

On voit bien le danger de pactiser avec des hommes louches, malhonnêtes et sans scrupules qui changent de camp, donc qui trahissent. En effet que sait-on de leurs buts réels ? Ils veulent être à n'en pas douter les maîtres de la nouvelle Libye mais pour servir quels intérêts ?...

Je me posais naïvement cette question : comment un "chef d'état" pouvait-il faire confiance à ces hommes , sans savoir qui ils étaient au juste.... Mais j'oubliais que cet "homme d'état" était lui-même sans scrupule et que son propre intérêt primait avant tout !... Savait-il ou ne savait-il pas qui étaient les membres de ce CNT ?... Je pense que cela n'avait pas d'importance et qu'il était même plus avantageux pour lui de soutenir des hommes corrompus car ceux-ci lui seraient d'autant plus redevables ! (Il adore d'ailleurs s'en entourer, il en tire de gros avantages)...

Ces hommes du CNT ont dû faire certaines promesses qu'ils réaliseraient si le "président " de la France reconnaissait leur existence et les aidait à être les membres du nouveau gouvernement libyen en procédant, par les armes, à la chûte de Khadafi.

N.S. a vu la sortie de ses ennuis et, comme d'habitude, il a fait là d'une pierre plusieurs coups :

- Remettre à flot sa politique intérieure : faire oublier ses frasques avec Khadafi, les compromissions tunisiennes et égyptiennes... - faire remonter sa côte auprès de l'opinion publique et de son camp en ayant, à la tête d'une nouvelle campagne militaire libyenne, une stature de "chef de guerre courageux" tel le nouveau Napoléon .... - anéantir les possibilités de nuisance de Khadafi qui l'a menacé de faire des révélations sur le financement de la campagne électorale de 2007 -( il faudrait même le faire tuer car celui-ci est devenu dangereux pour 2012, ses fils également d'ailleurs) ...

- Renouer avec les affaires économiques : nucléaire - pétrole ...donnant lieu à d'alléchants financements... (Ollier pourrait aussi reprendre ses activités) - émigration ...

- Damer le pion à l'Italie à laquelle Khadafi a donné des avantages économiques plus importants ...

- redorer le blason de sa politique extérieure désastreuse depuis 2007 ...

Mais même si j'ai oublié certains intérêts, ceux-ci étaient déjà suffisants pour que N.S. n'écoute que son "bon coeur " et saute sur l'occasion présentée par celui qui, selon ses propres dires," ne faisait que son travail d'intellectuel "...

A part cela, il était difficilement supportable de regarder, en direct à la TV, Khadafi bombarder son peuple et inadmissible de ne rien tenter pour l'arrêter.... L'exclusion de l'espace aérien paraissait nécessaire à une majorité d'entre nous (dont j'étais) mais nul n'a fait état de la guerre qui, inévitablement s'ensuivrait ... et les Français n'ont pas été concertés.

Selon le Général Desportes (article Médiapart) "Cette guerre est .. loin d'avoir été déclenchée dans des conditions idéales. Or, quand on met le doigt dans la guerre, on ne sait jamais où cela nous mène et où cela finit. "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

04/04/2011, 19:42 | Par Antoine (Montpellier) en réponse au commentaire de Gil. le 04/04/2011 à 15:11

Je suis globalement d'accord avec ce que tu écris.

Reste la divergence sur la question de l'exclusion de l'espace aérien libyen, sur la logique de guerre qu'immanquablement elle induit, sans parler de l'analyse que l'on fait de l'ONU dans ce genre de situation. Il m'est apparu évident, dès le départ, qu'elle était, dans le cas libyen, le fourrier obligé de l'OTAN.

Sauver un peuple ou une révolution menacés par un feu vert donné à des impérialistes pour bombarder et exposer des populations à ce qu'on voulait éviter à d'autres me semble une grosse erreur et une incohérence politico-humanitaires (je ne dissocie pas les deux car l'humanitaire délesté de politique c'est de l'humanitaire lesté à droite !).

Antoine

Newsletter