Jeu.
18
Déc

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Nous, opposants à la guerre française

Par OLIVIER BESANCENOT Membre de la direction du NPA, CHRISTINE POUPIN Membre de la direction du NPA, PHILIPPE POUTOU Membre de la direction du NPA

Libération - 22 janvier 2013

Monsieur Hollande, lors d’un point presse, le 15 janvier dernier, vous avez déclaré : « Qu’allons nous faire des terroristes ? Les détruire ! ». Déclaration choc, violente, et guerrière, qui rappellerait presque les intonations de Vladimir Poutine. Déclaration également quelque peu imprudente par son côté péremptoire.

Car, au jeu de l’escalade verbale, les faits, eux, suivent un engrenage où, hélas, fréquemment les otages s’additionnent aux otages. La tragique prise d’otages qui s’est déroulée sur le site gazier de Tigantourine, en Algérie, qui nous révolte tous, en a donné, durant son dénouement, la dramatique illustration.

Alors qu’avez vous voulu prouver en utilisant ces mots ? Que vous étiez aussi chef des armées, chef de guerre. Et surtout, que vous assumiez entièrement la guerre au Mali. Comme c’est attristant de constater que le rare domaine où vous ne vous autorisez pas d’hésitations, soit celui de la guerre. Dans la plus grande tradition, vous emboîtez joyeusement le pas de vos prédécesseurs. Qu’on se le dise, vous aussi, postulez à la stature de président de la Françafrique (France « A fric » pour reprendre l’expression de l’association Survie). Comme c’est consternant de se retrancher, comme à l’accoutumée, derrière des raisons humanitaires - qui ne se rappellent à vous que selon les circonstances - pour masquer à l’opinion les vrais intérêts colonialistes que la France défend dans ce conflit.

Alors, oui, Monsieur Hollande, dans le nord du Mali, des fanatiques religieux cherchent à imposer un régime odieux à la population malienne. Et oui, il y a des raisons de s’en émouvoir et de se sentir solidaires du peuple malien. La seule question qui vaille alors est de savoir si votre intervention militaire, menée en solo, risque d’améliorer ou d’aggraver la situation. Poser cette seule question dérange. Et pour cause. Les premiers applaudissements, rituel des débuts de guerre, qui ont salué votre initiative, s’estompent rapidement et le murmure des premiers doutes s’installe déjà. Aurions-nous, sur ce sujet aussi, perdu la mémoire de notre histoire récente ? Les différentes interventions militaires étrangères de ce type, qui se sont succédé ces 20 dernières années, en Irak, Afghanistan, Somalie, Libye, ont débouché sur une situation politique ingérable, chaotique, et le plus souvent sur une guerre civile doublée d’une catastrophe humanitaire. Car le décompte lugubre des milliers de morts ne s’arrête pas au cessez-le feu décrété par les puissances occidentales. Il déroule inlassablement son lot de nouvelles victimes, énoncé en quelques secondes seulement durant nos journaux télévisés du soir. Au final, ces guerres qui prétendaient stopper, voire "détruire" le terrorisme, n’ont fait que renforcer bien souvent la position des plus déterminés, des plus extrémistes, et des plus radicaux d’entre eux. Quant à la défense du droit des femmes, qui oserait dire qu’elle s’est améliorée ? Et où ? En Irak, Afghanistan, Somalie, Libye ?

Monsieur Hollande, le monde politique vous tresse maintenant des lauriers. De quoi se sentir porté par cet élan d’union nationale probablement recherché. Au point d’en perdre un peu le sens des proportions. Vous êtes vous seulement rendu compte du ridicule de la situation lorsque, sans rire, vous êtes arrivé paré de votre nouvel accoutrement de chevalier universel de la démocratie, arborant fièrement vos belles valeurs - les droits de l’homme, des femmes, la lutte implacable contre l’obscurantisme religieux - pour faire le point sur cette guerre, durant une conférence de presse tenue… aux Emirats Arabes Unis ? Là-bas, la législation s’applique selon la « charia » et fait encourir la lapidation pour adultère, blasphème ou homosexualité. Mais, qu’importe. La délégation du CAC 40 est sortie repue, gavée de juteux contrats. Et nous voulons tous croire que le sommet sur la défense de l’environnement, sponsorisé par Total et Exon a dû tenir des propos percutants et plein de bon sens. Malheureusement un sujet a cependant empoisonné vos entretiens : s’entendre enfin sur un prix avec la présidence des Emirats afin de vendre 6O avions Rafale. Le groupe Dassault le sait bien : faire la guerre, c’est un métier.

 16+01+13+TEAN+Mali.JPG

Aux Emirats Arabes Unis, comme au Mali, vous suivez inexorablement votre mission : assurer le bon commerce de la France. Nous découvrons donc que le Sahel n’est pas qu’un désert mais qu’il est le confluent géostratégique de nombreux échanges, licites comme illicites. Il est aussi la clé d’entrée frontalière fragile qui donne accès à des zones que la France tient à sécuriser, en premier lieu les mines d’uranium qu’exploite au Niger Areva, fleuron français de l’industrie nucléaire. Vous n’êtes pas un héros désintéressé dans cette guerre. Ni un pompier volontaire qui serait venu éteindre un feu qui, rappelons-le, a été entretenu sciemment ces dernières années par tous les gouvernements français qui se sont succédé depuis le début des années 1980. En effet, les politiques libérales, les plans d’ajustements structurels, liés à la dette malienne, dont le remboursement intéresse particulièrement la France, ont désagrégé la société, la privant de ses services publics, de ses industries, et de ses entreprises de services... L’Etat s’est délité, au point de quasiment disparaître dans le nord du Mali. En outre, les récents événements sont directement liés à la guerre en Libye. Or, l’intervention militaire française en Libye n’a pas consisté à livrer gracieusement des armes à la révolution légitime du peuple libyen. La France est intervenue militairement en tant que puissance extérieure pour rappeler au futur pouvoir toute sa dépendance et espérer autant de gestes en retour, notamment sur le marché pétrolier. Il a dépossédé, par là même, la révolution libyenne de la possibilité de s’approprier politiquement le contrôle des régions prises militairement.

Ainsi, la région du Sahel a été brutalement déstabilisée et a libéré un afflux de combattants surarmés dans leur pays d’origine, notamment au Mali. Enfin, vous êtes bien placé pour savoir que l’Etat français n’a pas vu d’un bon œil la destitution en mars 2012 du régime corrompu d’Amadou Toumani Touré, par une mutinerie militaire qui s’est transformée en coup d’état. Dès lors, la France n’a eu de cesse de priver l’armée malienne de ses propres appuis logistiques. La Cédéao, dirigée par Alassane Ouattara, qui doit beaucoup à la France pour son accession au pouvoir en Côte-d’Ivoire en 2011, a ainsi décidé d’un embargo, l’été dernier, sur des armes pourtant destinées aux militaires maliens, en bloquant des blindés, des munitions, des armes lourdes dans les ports de Dakar au Sénégal, et de Conakry en Guinée. Se défendre seul devient nécessairement plus compliqué.

Monsieur Hollande, le destin des Maliens appartient aux Maliens. Et si une guerre est à mener, ce n’est sûrement pas à la France de s’autoproclamer sauveur au Mali. Le paternalisme français en Afrique n’a que trop duré. En France, l’Etat s’intéressait jusqu’alors aux Maliens surtout pour les expulser. Cette France-là serait soudainement touchée par les plus sincères sentiments humanitaires ? Cette France qui n’arrive même pas à reconnaître sa responsabilité dans le génocide tutsi qui s’est déroulé au Rwanda en 1994. Ne privons pas le peuple malien d’une solution politique que des voix réclament là bas avec insistance : le député Oumar Mariko de l’organisation Sadi (Solidarités, Afrique, Démocratie, Indépendance), par exemple, ou l’ancienne ministre Aminata Traoré, qui a lancé, il y a plusieurs mois, un manifeste contre cette guerre au nom du droit des femmes. Car la société civile, syndicale et politique est une réalité incontournable au Mali. En France, l’union nationale, au-delà des doutes exprimés sur le mandat français ou le peu de débat parlementaire, semble avoir contaminé quasiment tous les partis. A de trop rares exceptions près. Le meilleur moyen d’aider le peuple malien à mener son combat contre l’obscurantisme religieux, Monsieur Hollande, c’est que l’État français cesse de parler au nom des autres.

Le 18 janvier 2013

Christine Poupin, Olivier Besancenot, Philippe Poutou

Membres de la direction du NPA

A lire aussi

Communiqué du NPA

Mali. La France est la source des problèmes, elle ne peut être la solution ! Troupes hors du Mali !
NPA. Le drame d’In Amenas condamne l’intervention militaire Française au Mali !

Les allégations sur des exactions de l’armée malienne se multiplient (Le Monde)

Guerre au Mali pour "sécuriser l’approvisionnement en uranium du nucléaire français" !

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Mali, Hollande, Françafrique...tiercé perdant pour les peuples !

Faut-il invoquer la France face à une intervention militaire en Françafrique ?
C’est la question qui vient à l’esprit quand nous lisons les prises de position de Hollande, Villepin et Mélenchon. Le premier, dans la pleine logique de soumission du social-libéralisme au système, fonce sur les mêmes autoroutes militaristes que son prédécesseur à l’Elysée et reçoit l’appui de la droite ! Pour la forme, une nouvelle fois, dans un cas d’intervention militaire à l’étranger, le Parlement sera invité à déployer les effets de tribune accréditant que la démocratie ça fonctionne en France, mais après que l’armée a déclenché l’offensive !

Plus d’infos »

Nos dossiers Afrique, Gouvernement, guerre, international, NPA, NPA 34, PS

..............................

Guerre du Mali. Le NPA, à contre-courant de l’intox, dit NON !

www.npa34.org


Tous les commentaires

22/01/2013, 21:18 | Par Marc Tertre

Clair, net, sans bavure. Cela change des tergiversations des partisans du front de gauche...

22/01/2013, 22:48 | Par Antoine (Montpellier) en réponse au commentaire de Marc Tertre le 22/01/2013 à 21:18

Oui, Marc, le NPA prend ses responsabilités et ne se contente pas de trouver "discutable" cette intervention militaire comme a cru bon de faire Mélenchon. On remarquera quand même qu'il y en a au Front de Gauche qui n'ont que faire de ces "finasseries" politiciennes qui reviennent à ouvrir des boulevards à nos aventuriers sociaux-libéraux. Exemple dans le Vaucluse où les militants du PG ont maintenu l'idée internationaliste :

22+01+13+Avignon+Unit%C3%A9+contre+la+gu

24/01/2013, 13:45 | Par Yanick Toutain en réponse au commentaire de Antoine (Montpellier) le 22/01/2013 à 22:48

Vous avez tout à fait raison : si le combat que menait la LCR avant 1996 qui donnait comme une de ses principales priorités "Troupes françaises hors d'Afrique" avait été maintenu, même la formoisie, la moyenne formoisie réformiste aurait été entrainée dans la lutte.
Il faut ajouter le contenu social qui met le projecteur sur la nécessaire REVOLUTION ANTI-ESCLAVAGISTE pour l'Afrique :
Le mot d'ordre de LE SMIC POUR L'AFRIQUE résume cela !
Il peut être lu en réformiste : les patrons doivent respecter là-bas les lois sociales internes à la France.
Ou, en tant que mot d'ordre de transition comme : Les peuples africains doivent chasser les troupes d'occupation Bolloré, construire des gouvernements du peuple révocables sans élections, mettre en place des OPEP (OPEP du cacao, de l'huile de palme, du bauxite, de l'uranium) , vendre à leur valeur les exportations (en multipliant par dix les prix) et se payer un salaire égal au SMIC de France......

22/01/2013, 21:43 | Par pascal b

C'est une bonne reprise de l'article de Martial dans "Afriques en lutte" qui donne des faits précis à partir desquels la dénonciation de l'intervention militaire française actuelle se justifie tout à fait.

Juste un point, je ne comprends une partie du passage à propos de la Libye (je n'ai peut-être pas suivi assez ce qui s'est passé récemment):

La France est intervenue militairement en tant que puissance extérieure pour rappeler au futur pouvoir toute sa dépendance et espérer autant de gestes en retour, notamment sur le marché pétrolier. Il a dépossédé, par là même, la révolution libyenne de la possibilité de s’approprier politiquement le contrôle des régions prises militairement.

Il y a plusieurs groupes dans la révolution libyenne. En quoi y a-t-il une "révolution libyenne" qui n'a pu du fait de l'armée française contrôler "les régions prises militairement"?

22/01/2013, 22:34 | Par Antoine (Montpellier) en réponse au commentaire de pascal b le 22/01/2013 à 21:43

Pour commencer à répondre à ton interrogation sur le sens "économico-politique" de l'intervention française en Lybie : Libye : “La France a mené la guerre pour le pétrole et le gaz”

23/01/2013, 08:29 | Par Yanick Toutain en réponse au commentaire de pascal b le 22/01/2013 à 21:43

@ pascal b
Vous semblez remettre en cause un passage dont le contenu résume partiellement la thèse que je défends depuis le début fin février sur RevActu.
Or, l’intervention militaire française en Libye n’a pas consisté à livrer gracieusement des armes à la révolution légitime du peuple libyen. La France est intervenue militairement en tant que puissance extérieure pour rappeler au futur pouvoir toute sa dépendance et espérer autant de gestes en retour, notamment sur le marché pétrolier. Il a dépossédé, par là même, la révolution libyenne de la possibilité de s’approprier politiquement le contrôle des régions prises militairement.

Quand le peuple libyen a commencé à imiter ses voisins tunisiens et égyptiens, la bourgeoisie mondiale a été prise de panique. Aussitôt un porte-avion US a commencé à se positionner et les grandes manoeuvres ont démarré : La tactique a consisté à pourrir l'image de la révolution en présentant un "prince Lvov du 9 mars".... C'est à dire de présenter un CNT truffé de pantins de l'impérialisme comme le gouvernement de rechange. C'est cela qui a freiné l'élan de la révolution libyenne et redonner une crédibilité momentanée aux propagandistes kadhafistes au niveau international : le CNT est la preuve que c'est un complot et donc qu'il ne s'agit pas d'une révolution.
Les failles dans l'armée se sont , à ce instant, rebouchées partiellement.
Les impérialistes ont construit une situation dans laquelle, le 10 mars (de notre calendrier), le 3 jour de la révolution russe de février, Buchanan et Paléologue auraient présenté au peuple russe une gouvernement LVOV. Ou pire encore, un gct LVOV qui aurait été présenté par les ennemis du tsar, par les Allemands et qui se seraient proposé d'intervenir militairement à Petrograd.... On imagine le désastre....
Les VRAIS révolutionnaires libyens ont été piégés, pris entre deux feux : la bourgeoisie esclavagiste mondiale et la formoisie compradore libyenne dégénérée - elle-même pantin de ce même impérialisme (de l'assassinat de Thomas Sankara au financement de la campagne Sarkozy de 2007)
En résumé, la France est intervenue pour empêcher le peuple de Libye de se doter d'un gouvernement du peuple. Y compris en introduisant des ifachistes (islamofaschistes) similaires aux troupes ifachistes de Franco.
Au Mali, c'est  pour écraser la COPAM, le parti SADI, le MP 22 que Hollande a saboté toute possibilité de résistance contre les pantins ifachistes du Qatar !
Un gouvernement du peuple à Bamako déclarerait la guerre ..... au Qatar et à ses alliés !

 

22/01/2013, 22:04 | Par Chevalier Culblanc

Lu et approuvé sans réserve ! Là, on défend d’abord les intérêts d’Areva (et de Dassault par la même occasion). La défense de la démocratie n’a rien à voir avec cette guerre, elle se prépare bien en amont, et sûrement pas à coups de bombes.

23/01/2013, 08:16 | Par Yanick Toutain

Bravo ! Depuis 1993, je militais pour que "Troupes Françaises Hors d'Afrique" soit une des TROIS priorités. Front Uni contre la bourgeoisie esclavagiste !
DISONS TOUS CLAIREMENT
"ARMEE FRANCAISE FASCISTE : DEGAGE !!!
TROUPES DE LA BOURGEOISIE ESCLAVAGISTE : DEHORS !
LE SMIC POUR L'AFRIQUE !"

Le passage suivant - dont j'agite le contenu depuis des mois - devra même être amélioré :
Enfin, vous êtes bien placé pour savoir que l’Etat français n’a pas vu d’un bon œil la destitution en mars 2012 du régime corrompu d’Amadou Toumani Touré, par une mutinerie militaire qui s’est transformée en coup d’état. Dès lors, la France n’a eu de cesse de priver l’armée malienne de ses propres appuis logistiques. La Cédéao, dirigée par Alassane Ouattara, qui doit beaucoup à la France pour son accession au pouvoir en Côte-d’Ivoire en 2011, a ainsi décidé d’un embargo, l’été dernier, sur des armes pourtant destinées aux militaires maliens, en bloquant des blindés, des munitions, des armes lourdes dans les ports de Dakar au Sénégal, et de Conakry en Guinée. Se défendre seul devient nécessairement plus compliqué.

Et remplacé par l’Etat français n’a pas vu d’un bon œil la révolution malienne de mars 2012 et la destitution en mars 2012 du régime corrompu d’Amadou Toumani Touré, - ce traitre comploteur qui coordonnait au téléphone satellitaire Thuraya les attaques des 17 et 18 janvier 2012 et qui signa l'arrêt de mort du leader étudiant devenu capitaine - Sékou Traoré - qui avait éventé sa participation au complot

Il faudrait ajouter que la CIA et la Voix de l'Amérique savent parfaitement - pour l'avoir écrit publiquement que c'est CONTRE LE MOUVEMENT SOCIAL et CONTRE LA JEUNESSE de BAMAKO et de KATI que le pantin pseudo-président Dioncounda Traoré a demandé et obtenur l'invasion de son pays.
HOLLANDEGATE : La CIA et Obama savent que F. Hollande est allé défendre D.Traoré contre la colère des jeunes du Mali

Il vient même de proroger (décision de projet de loi) avant-hier pour TROIS MOIS l'état de siège. Le texte avoue crument que c'est CONTRE LE MOUVEMENT SOCIAL.

Ce lien (aimablement transmis par annie lasorne en commentaire de HOLLANDEGATE : La CIA et Obama savent que F. Hollande est allé défendre D.Traoré contre la colère des jeunes du Mali ceci)  confirme le fait que l'ETAT D'URGENCE a été décrété (ils avouent en partie ) CONTRE LE MOUVEMENT SOCIAL MALIEN
Cette disposition se situe dans le cadre des mesures prises pour la gestion de la crise née de l’occupation prolongée des Régions de Gao, Tombouctou, Kidal et une partie de celle de Mopti ; crise à laquelle s’est ajoutée la multiplication des manifestations catégorielles qui ont quelques fois paralysé les activités dans la capitale et dans certains centres urbains.

Et la PROROGATION de l'état d'urgence est elle aussi justifiée par une ATTAQUE CONTRE LES MOUVEMENTS SOCIAUX
Le bon déroulement des opérations militaires en cours pour la libération des Régions occupées de notre pays et la nécessité d’instaurer et de maintenir un climat social serein dans tout le pays commandent la prorogation de l’état d’urgence sur l’étendue du territoire national.

La prolongation pour TROIS MOIS de l'état d'urgence par un GOUVERNEMENT FANTOCHE confirme ma thèse : c'est UN COUP D'ETAT FASCISTE QUE FAIT ACTUELLEMENT LA PANTIN ANTICONSTITUTIONNEL DIONCOUNDA TRAORE

Il serait important d'insister sur le financement de Ançar Dine par le Qatar et le fait que son chef, pendant que les ifachistes de base se prennent les bombes impérialistes salvatrices sur la tête, se pavane dans la capitale du directeur général de la Françafrique - l'assassin de Thomas Sankara - Blaise Compaoré.(HOLLANDEGATE: Protégé par Blaise Compaoré, le chef des "terroristes criminels" reçoit dans une suite de luxe à Ouagadougou)

C'est un complot Franceàfric !
Ces deux textes ont fait le tour du monde en décembre :
ONU-MISMA VS peuple malien : Après Abidjan, c'est Bamako. La 4° guerre contre l'Afrique est commencée )

Mali : une autre vérité : La Franceàfric coordonnait les deux attaques. Ançar Eddine contre le nord et CEDEAO contre Bamako

27/01/2013, 17:45 | Par jean monod

AREVA ETATS MEME COMBAT. On appelle terroristes les peuples qu'on exproprie et qui résistent. SOUTIEN AU PEUPLE TOUAREG dans sa lutte CONTRE LA TERREUR CAPITALISTE.

http://www.dailymotion.com/video/xww2x4_mali-contamination-a-l-uranium-decouvrez-les-vrais-terroristes-edifiant_webcam?start=924#.UQVSv792QuA

27/01/2013, 17:47 | Par Chris43

De la pensée réduite au slogan !

 

Pas étonnant que ces ..... ne décollent pas dans les choix du "Peuple".

27/01/2013, 18:01 | Par Antoine (Montpellier) en réponse au commentaire de Chris43 le 27/01/2013 à 17:47

Il est vrai que crier à tous médias "guerre au terrorisme" en lâchant des bombes, à n'en pas douter, chirurgicalement ciblées et en lâchant au sol des troupes spéciales et classiques chargées du "nettoyage", ça a tout de suite une autre tenue de pensée ! Et il est vrai aussi que les sondages frémissent ! Le "Peuple" aurait-il choisi ? Et la "pensée" devrait-elle s'incliner devant le "bon" choix tout en sagesse populaire ?

27/01/2013, 18:10 | Par Chris43 en réponse au commentaire de Antoine (Montpellier) le 27/01/2013 à 18:01

Eternelle contradiction de la démocratie: quand l'erreur est majoritaire c'est la loi ....

 

Et une pensée qui n'intègre pas le réel (en particulier l'homme tel qu'il est) n'est qu'un rêve sans intérêt.

27/01/2013, 18:24 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Chris43 le 27/01/2013 à 18:10

¨pl'erreur est majoritaire

Je ne suis pas convaincu du tout que nos concitoyens soient favorable au fait d'aller faire prendre le chaud a nos troupes (néo)coloniales. En tout cas, il y a eu bien des instants où nous étions bien plus minoritaire dans l'opinion publique

une pensée qui n'intègre pas le réel

Je ne vois pas en quoi VOTRE pensée "intégrerait" plus le "réel". Mais j'ai quand même intégré une vérité historique des 30 dernières années : en général quand on EXIGE qu'on soit réaliste, c'est pour mieux nous entuber...

27/01/2013, 20:41 | Par Chris43 en réponse au commentaire de Marc Tertre le 27/01/2013 à 18:24

Je péfère  me pencher sur l'immédiat: en attendant le monde meilleur, que devait faire F.H. ? Je pense qu'il a eu raison de contrer les islamistes qui, tablant sur les retards d'une force africaine d'intervention, ont tenté le forcing.

 

Que je partage l'analyse des luttes de pouvoirs en Afrique n'est d'aucune utilité dans le cours actuel des évènements. Et les électeurs qui ont peur pour leur emploi, il est difficile de leur expliquer qu'on va quitter l'Afrique pour des raisons morales, laissant le champ (minier ou pétrolier) à d'autres requins, parmi lesquel des africains eux-mêmes.

 

Pas facile tout cela, et surtout pas soluble par des slogans réducteurs qui se dégonflent dès l'accès au pouvoir de leur défenseurs.

 

27/01/2013, 21:45 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Chris43 le 27/01/2013 à 20:41

les électeurs qui ont peur pour leur emploi

Les électeurs qui ont peur pour leur emploi feraient mieux de se mobiliser contre leurs capitalistes "bien français" plutot que d'approuver une guerre qui ne donnera de boulots qu'aux croques morts (et encore, pour ceux des morts qui seront rapatriés ici) Et ça tombe bien, parce que malgré la propagande militaire délivrée par TF1, vous et l'inévitable Melchior Griset Labûche (Hi-han !), on ne peut pas dire que cette tentative pour faire payer le déficit considérable du Raffale aux contribuable marche si bien ! 

27/01/2013, 22:47 | Par Chris43 en réponse au commentaire de Marc Tertre le 27/01/2013 à 21:45

feraient mieux


... mais ils ne le font pas !

C'est ça le monde réel dont je parle.

 

 

27/01/2013, 23:08 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Chris43 le 27/01/2013 à 22:47

Mais ils le ferons !

27/01/2013, 23:10 | Par Chris43 en réponse au commentaire de Marc Tertre le 27/01/2013 à 23:08

Amen.

Il vous reste quelques chapitres de l'Histoire à étudierRigolant

27/01/2013, 18:02 | Par melgrilab@yahoo.fr

J'ai ouï dire que les Touaregs étaient en train de changer leur fusil d'épaule. Mais allez savoir...

27/01/2013, 18:26 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 27/01/2013 à 18:02

C'est vrai ça ! Heureusement que Melchior Griset Labuche est du coté des mieux informés, du coté du service de presse de nos armées. La pensée en brodequin qu'on peut écouter à tout pour le satisfaire : en tout cas, c'est pas trop compliqué a comprendre....

27/01/2013, 18:43 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de Marc Tertre le 27/01/2013 à 18:26

J'ai seulement entendu dire (pas par le service de presse de nos armées). Et je ne sais pas du tout ce qu'il en est en vrai.  Il est possible que les Touaregs prennent d'abord conseil du NPA, avant d déterminer leur position. Ce n'est pas la girouette qui change, c'est le vent du désert. Tous ensemble, tous ensemble, yéyé.

27/01/2013, 18:48 | Par fabrizia en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 27/01/2013 à 18:43

 Oui, enfin, "le service de presse de la Grande Muette nos armées", y a-t-il moins fiable comme source d'information ?

27/01/2013, 18:53 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de fabrizia le 27/01/2013 à 18:48

Qu'est-ce que je viens de dire ?

 

 

27/01/2013, 19:27 | Par fabrizia en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 27/01/2013 à 18:53

Mes confuses, votre "pas" m'avait échappé. Alors c'est quoi, votre source ?

27/01/2013, 19:48 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de fabrizia le 27/01/2013 à 19:27

Et je ne sais pas du tout ce qu'il en est en vrai.

La premiére phrase un peu sensée de Mélchior depuis longtemps ! Hihan !

27/01/2013, 21:04 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de Marc Tertre le 27/01/2013 à 19:48

Ah ! Quand même.

27/01/2013, 21:03 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de fabrizia le 27/01/2013 à 19:27

Mon petit doigt, bien sûr.

27/01/2013, 23:07 | Par Yanick Toutain en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 27/01/2013 à 18:43

70% de la base du MNLA était CONTRE la scission avec le Mali ! (le sondage était encore visible en 2012)
On peut supposer que dans les 30%, les partisans des assasinats de Aguel Hoc le 24 janvier 2012 étaient encore moins nombreux.
Ces gens sont des barbares et les meurtriers de Sékou Traoré seront punis ! Après la révolution  !
Ce MNLA 30% ou 3% n'est qu'un groupe politico-mafieux comme l'UCK ou les FARC.
Des assassins avec un vernis politique.
Leur soutien par Compaoré l'assassin de Sankara, par Goodluck, la volonté de Carter Ham chef de l'AFRICOM US de les prendre comme partenaires avec Ançar Eddine (il les a imposé à Alger)
Mais ils ont des soutiens puissants : financés par le GOUVERNEMENT SUISSE, laissé libres de leur déplacement depuis plusieurs jours en France (depuis le 18 peut-être) ils déclaraient la guerre au Niger hier !!!
ON SE FOUT DE NOUS !!!

Mali: Les meurtriers MNLA du capitaine Sékou Traoré se pavanent à Paris avec François Alfonsi, député européen PNC Vert/ALE

27/01/2013, 21:14 | Par Patrig K

Au delà des analuyses politiques , trois billets sur les ressources et mes avis liés à cette guerre Malienne .. l'intéret et les dessous des cartes

Uranium 2013: fin des livraisons Russes aux USA

http://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/170113/uranium-2013-fin-des-livraisons-russes-aux-usa

Les consommations d'uranium pour les quelques 440 * réacteurs nucléaires en fonctionnement actuellement dans le monde, nécessitent 70 000 tonnes par an. La production mondiale issue des mines et gissements de par le monde qui fournissaient de 40 à 45000 tonnes par an jusqu’en 2009, avait culminé à 50 000 tonnes en 2010. Il ne suffit pas d'annoncer à force de publicité « Nucléaire contre effet serre », ce qui a pour conséquence selon les recherches de « 2000Watts » d’augmenter considérablement les besoins de ces extractions et traitements qu’ils nécessitent. Surtout que la Chine qui consomme depuis 2010,  autant d'uranium que le groupe français EDF (15% de la production mondiale).

Mali : De l’ambivalence des Etats à la logistique uranium

http://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/230113/mali-de-l-ambivalence-des-etats-la-logistique-uranium

A propos de l’intervention au Mali, qui malheureusement était inévitable en ce début janvier 2013, à ce qu'on nous dit. Une « obligation » de pompier liée à diverses raisons cumulées, en résumé: l’absence d’ambition des oligarchies à défaire les vieux schémas, accompagné de la politique de l’autruche des gouvernements, autant Africains que Français et plus largement occidentaux, dans la mesure ou quand tout roule en apparence, pourquoi donc changer un système qui « gagne ».

Nucléaire: Fond d'aide, la rustine & l'oubli des nomades !

http://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/270113/nucleaire-fond-daide-la-rustine-loubli-des-nomades

Les gouvernements changent, mais les méthodes restent. De l’effet d’annonce qui ne sert à rien, sauf à soulager quelques esprits chagrin.

Loin d’être favorable à l’extension sans fin des aides publiques pour ce secteur d‘activité qui est en pleine déconfiture, tant d‘un point vue écologique, de fausse  rentabilité économique, tout autant que d’une prétendue indépendance énergétique.

Newsletter