Sam.
20
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

A propos de l'exposition sur Albert Camus à Aix en Provence. Communiqué du MRAP Marseille

                                                      MRAP

Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples

Fédération des Bouches du Rhône

34 cours Julien

13006 Marseille

Tel / Fax. : 04 91 42 94 65

[email protected]

SIRET 431 277 524 00036 APE 9499

Marseille le 27 Aout 2012

 

La Fédération des Bouches du Rhône du  Mrap 13 dénonce le remplacement de l'historien Benjamin Stora, un des meilleurs spécialistes de l’Algérie, par l’essaysiste Michel Onfray comme commissaire de l'exposition Albert Camus qui se tiendra à Aix-en-Provence en 2013 à l'occasion du centenaire de la naissance de l'écrivain.

En effet, la Maire (UMP) d'Aix-en-Provence et présidente de la communauté du pays d'Aix, Maryse Joissains Masini, a  demandé à Michel Onfray, auteur de "L'ordre libertaire: la vie philosophique d'Albert Camus", de devenir commissaire d'un nouveau projet d'exposition, ce qu'il a accepté.  De ce fait Benjamin Stora, sans même avoir pu défendre son projet a été évincé de cet événement.

Suite à cette éviction de Benjamin Stora, Aurélie Filippetti a annoncé que son ministère ne financerait pas l'exposition "Camus l'homme révolté", qui devrait ouvrir ses portes à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) à partir du 7 novembre 2013, jour anniversaire de la naissance de l'écrivain. La manifestation ne bénéficiera pas non plus du logo du ministère. 

Le Mrap 13 déplore la décision de « Marseille Provence 2013 » de soutenir ce remplacement, et dénonce le coup de force de la Maire d’Aix sur le contenu d’une Manifestation par l’élimination  de Benjamin Stora Commissaire de cet événement depuis son début, c’est à dire depuis 2009.

Dans le même temps, Madame Joissains annonce qu’elle n’acceptera pas les différentes manifestations concernant le 50e anniversaire de l’indépendance algérienne et les interdira à Aix-en-Provence,   en invoquant le trouble à l’ordre public.

Rappelons pourtant  la déclaration de Mme Joissains dans l’Express du 29 mai 2008 où elle envisageait de dédier une artère de la ville  à Jean-Marie Bastien-Thierry « officier partisan de l’Algérie française, organisateur de l’attentat contre De Gaule  le 22 août 1962. Arrêté et condamné à mort par un tribunal militaire il fut exécuté en 1963 ».

L’éviction de l’historien Benjamin Stora n’est pas anodine, elle  répond à une idéologie particulièrement nauséabonde, où le dialogue et le respect de l’autre ne sont pas de mise.

Cette mesure inique vise à flatter une   partie de l’électorat  de Mme Joissains, celle des anciens partisans  nostalgiques  de l’Algérie française et des anciens de l’OAS ; mouvement qui a piétiné les valeurs de la république et qui 50 ans après, continue à exprimer la Haine de l’autre.

Pour défendre les valeurs de l’égalité des droits de la liberté d’expression et de l’amitié entre les peuples, le Mrap 13 propose à l’Historien Benjamin Stora de participer à une rencontre autour de  L’Algérie  en analysant l’œuvre de Camus, tel qu’il avait souhaité le faire dans son contexte historique, en  mars 2013 à Marseille.

Pour le MRAP 13 La Présidente. Horiya Mekrelouf

http://www.millebabords.org/spip.php?article21353

Tous les commentaires

05/09/2012, 10:43 | Par Boris Carrier

quel coup tordu pour obtenir l'annulation de l'événement: Machiavel fait des émules. Connait-on l'argumentation de Aurélie Filippetti: rigueur budgétaire?

05/09/2012, 10:44 | Par Marie Lavin

Non votre éviction et la façon dont vous avez été traité ne sont pas anodines,  c'est le moins qu'on puisse dire. Si cette rencontre peut un peu réparer elle est bienvenue. Quant à madame Joissains, son cas est désespéré, au point qu'elle n'a pas été réélue députée.

05/09/2012, 10:49 | Par jean michel PARIS

tout le monde devrait boycotter cette ville de faschos! Cette Maire est Maire par la volonté d'une majorité de salauds. C'est la Ville d'Aix qui doit être condamnée.

05/09/2012, 11:37 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de jean michel PARIS le 05/09/2012 à 10:49

Non, pas boycotter...

La nouvelle maire d'Aix n'a pas été élue par une grosse majorité... et même si...

Je me trouvais à Aix récemment. C'est au contraire une ville à découvrir. Le vieux centre est des plus charmants, presque sans voiture, on s'y perd, un peu comme dans une médina...

On y trouve de nombreux bouquinistes, dont celui-ci

Les Heures Lentes

1 place d armenie

13100 Aix-en-provence

 

05/09/2012, 11:04 | Par Berjac

Il y a aussi l'attitude de la famille d'Albert Camus. Qu'y a-t-il dans la convergence apparente entre la famille et la mairie d'Aix ?

Par ailleurs, Albert Camus n'appartient pas à la ville d'Aix-en-Provence. La localisation d'une manifestation consacrée à cet écrivain considérable dans ce lieu dont nous dit-on, 40% de la population est d'origine rapatriée, remâchant sa haine depuis cinquante ans et cherchant en permanence à piéger la représentation nationale, n'était-elle pas en soi un piège ?

N'y a-t-il pas moyen de célébrer Camus ailleurs ?

05/09/2012, 11:39 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de Berjac le 05/09/2012 à 11:04

Pouvez-vous préciser ce que vous entendez par l'attitude de la famille d'Albert Camus ? (vraie question...) merci.

 

05/09/2012, 12:44 | Par Anne Guérin-Castell en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 05/09/2012 à 11:39

Il me semble qu'en l'occurrence il s'agit de Catherine Camus, qui gère l'œuvre et les archives de son père et détient les droits moraux sur le fonds Albert Camus, déposé en 2000 dans une bibliothèque d'Aix-en-Provence.

Lors de l'annonce de l'annulation de l'exposition, en mai 2012, la municipalité d'Aix-en-Provence lui reprochait de ne pas mettre certaines pièces à la disposition de l'exposition. À quoi Catherine Camus répondit en se plaignant de l'absence d'axe directeur dans les demandes qui lui étaient faites. Voir cet article de Louise Fessard, qui fait également part du point de vue de François-Xavier de Peretti, qui soupçonne  que les réelles motivations de l'annulation sont liées à un arrière-plan politique bien connu.

Soupçons que semblent confirmer, quelques mois plus tard, le changement du responsable scientifique et de l'intitulé de l'exposition1, ainsi que la manière dont ce changement a été annoncé, sans que ni Benjamin Stora ni le ministère de la Culture n'en aient été préalablement informés.

1) Lequel était Albert Camus, l’étranger qui nous ressemble

05/09/2012, 14:30 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de Anne Guérin-Castell le 05/09/2012 à 12:44

Merci pour ces précisions.

 

05/09/2012, 11:10 | Par Anne Guérin-Castell

Autre cas désespéré, celui du faiseur1 Michel Onfray, qui ne pouvait ignorer le contexte de cette décision. Il aurait dû, au moins, se retirer après avoir appris le procédé indigne utilisé à l'encontre de Benjamin Stora.  Mais sans doute a-t-il trop besoin de se voir attribuer un reflet de la gloire de Camus et d'être à son tour considéré par quelques-uns comme un spécialiste de l'Algérie2.

1) Extrait d'une lettre envoyée par Roger Grenier à Benjamin Stora :J’ai suivi avec indignation mais sans surprise l’histoire d’Aix […] Le comble c’est que vous soyez remplacé par Michel Onfray qui est un faiseur.”

2) C'est ainsi que je l'ai entendu cet été sur France Culture ponctuer régulièrement ses assertions sur ce pays, en réponse à une question d'un de ses auditeurs, par un : “Je suis allé en Algérie”.

05/09/2012, 11:13 | Par jean michel PARIS en réponse au commentaire de Anne Guérin-Castell le 05/09/2012 à 11:10

Roger Grenier ou la vieillesse est un naufrage! 

05/09/2012, 11:41 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de jean michel PARIS le 05/09/2012 à 11:13

On vous y verra si et quand vous arrivez à son âge...Sourire

05/09/2012, 11:50 | Par jean michel PARIS en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 05/09/2012 à 11:41

j'espère que je me serai perdu dans les neiges éternelles avant!Innocent

Qu'un perroquet répète les insultes de ce vieux radoteur à propos d'Onfray, me hérisse les neurones!!! 

bonne journée Mhjozoux!

05/09/2012, 12:23 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de jean michel PARIS le 05/09/2012 à 11:50

A chacun ses insultes, ses radoteurs, et ses perroquets, donc ? Sourire

Il me semble pourtant qu'Onfray devrait relire Camus qui n'aurait pas accepté de remplacer ainsi un autre auteur... pour accomoder les désirs d'une maire de  droite.

 

 

05/09/2012, 12:21 | Par hector carignan en réponse au commentaire de jean michel PARIS le 05/09/2012 à 11:13

C'est plutôt Michel Onfray qui commence à mal vieillir !

05/09/2012, 13:44 | Par Anne Guérin-Castell en réponse au commentaire de hector carignan le 05/09/2012 à 12:21

L'histoire des idées est pleine de ces dérives de gauche à droite, consternantes, mais dont le ressort psychologique est transparent.

En ce qui concerne Michel Onfray et l'Algérie, dans cette émission que j'ai écoutée, il n'a cessé de mettre en regard les atrocités commises par l'armée française et l'OAS avec celles de l'ALN et des maquisards, en se référant en particulier, sans le dire explicitement, à la découverte des corps mutilés de jeunes soldats en 1956 près de Palestro (Lakhdaria) – un fait récemment analysé par Raphaëlle Branche (L'Embuscade de Palestro, Paris, Armand Colin, 2010), une étude qu'il n'a probablement pas lue, difficile de réussir à lire en six mois tout ce qui a été publié sur l'Algérie  –, qui servit abondamment la propagande du gouvernement français, avec la publication d'un livre de photos insoutenables, lesquelles continuent d'être utilisées par les nostalgiques de l'Algérie française.

Je l'ai entendu aussi évoquer les souffrances insuffisamment prises en compte des soldats du contingent, ce qui est une réalité, mais dans le même temps il n'a pas eu un seul mot pour les souffrances du peuple algérien, dont on parle pourtant encore moins. Voir à ce sujet le témoignage d'Akli Gasmi dans l'édition La vie d'un village algérien pendant la guerre de libération ou le texte de Mohamed Matmati à la fin du billet Évian, cinquante ans après.

Enfin, il a eu une phrase très méprisante pour Zohra Drif, dont il ne parvenait même pas à se rappeler le nom. Face à ce “trou”, il s'est rattrapé en citant celui de Djamila Boupacha…

Tout cela dans une réponse à un auditeur lui demandant quelle aurait été l'attitude, la prise de position de Camus en 1962. Le tout ponctué, comme je l'ai déjà écrit de : “Je connais l'Algérie. J'y suis allé.”

Une façon de tirer Camus du côté des nostalgiques de l'Algérie française, qui ne risque pas de heurter les électeurs de Maryse Joissains…

05/09/2012, 14:33 | Par Cid Hamet Ben Engeli en réponse au commentaire de Anne Guérin-Castell le 05/09/2012 à 13:44

Oui, Anne G.-C.. 

"En ce qui concerne Michel Onfray et l'Algérie, dans cette émission que j'ai écoutée, il n'a cessé de mettre en regard les atrocités commises par l'armée française et l'OAS avec celles de l'ALN et des maquisards"

J'avais moi aussi noté cette "mise en regard" inadmissible, sinon trop facile, et fréquente chez les nostalgiques de l'Algérie française...

05/09/2012, 14:59 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de Anne Guérin-Castell le 05/09/2012 à 13:44

" “Je connais l'Algérie. J'y suis allé.”"   Excellent !..  Lu récemmment sur Mediapart : “Je connais l'Afrique. J'y suis allé.”Sourire

 

Michel Onfray a oublié cette leçon de son professeur Lucien Jerphagnon, dont il parlait ainsi :

 

« Enfin, il [ Jerphagnon ] concluait son topo en citant Montherlant : " Qui vient me voir me fait plaisir...", puis il marquait un temps de silence, et il ajoutait, goguenard : "... Qui ne vient pas me voir me fait plus plaisir encore !" Pendant des années, je lui ai offert le premier plaisir, pendant d'autres années, le second.  » 

 

Mais c'est un autre aspect du professeur qui semblait fasciner l'étudiant Onfray :

 

«  Quand il arrivait dans la salle, grand, maigre, la moustache d'un officier de la coloniale toujours impeccablement symétrique, il posait son cartable, sortait son volume de Budé, posait une grosse montre sur le bureau et commençait un spectacle extraordinaire. Seul, il jouait tous les rôles du théâtre antique : il fulminait, susurrait, ricanait, délirait, le tout avec une érudition époustouflante. Drôle, malin, ironique, vachard, intelligent, cultivé, il assassinait, portait au pinacle, tirait une balle entre les deux yeux de tel ou tel professeur parisien, citait une lettre envoyée par un ami cardinal ou académicien, faisait un genre de revue de presse de la semaine et n'oubliait jamais le cours - qui était clair, limpide, impeccable, bourré de références, et vrai»

 

Pour conclure catégoriquement...

 

« Tout nous séparait : homme de droite, très conservateur, agnostique, mais, quoi qu'il en dise, mystique plus proche du Dieu des chrétiens que de l'Un-Bien de Plotin, pestant contre Mai 68, ami de gens d'Église, dont, paix à son âme, un évêque athée. Bien qu'il s'en défendît, il goûtait les honneurs comme un petit garçon les friandises, et je crois qu'il aurait aimé le bicorne et l'épée du Quai Conti, un lieu qu'il aurait enchanté par son éternelle jeunesse, ses pétillements d'intelligence, ses mots en pointe sèche aiguisée d'acide. Tout nous séparait, donc. Et alors ? Je l'aimais ainsi. »

 

http://banquetonfray.over-blog.com/article-michel-onfray-l-adieu-a-un-vieux-maitre-lucien-jerphagnon-le-point-85053432.html

 

onfray jerphagnon

Lucien Jerphagnon et Michel Onfray lors d'une conférence à Caen, en 1991.


 

05/09/2012, 11:10 | Par passifou

C'était joli Aix.

Et Marseille aussi, avant de devenir capitale de...

De quoi au fait?

05/09/2012, 11:26 | Par Marielle Billy

Je trouve "savoureuse" la position de M. Onfray qui a jugé "injuste" le sort fait à M. Stora, et qui d'un même pas, a confirmé son accord le 1er août dans un communiqué adressé à l'AFP, tout en précisant : "On ne remplace pas Benjamin Stora, on lui succède".

Et dire que dans sa récente Université d'été sur Camus et Sartre, notre contre-historien moquait âprement  Sartre pour son double langage/ double posture au sujet de la Résistance (et il n'avait pas forcément tort), rappelant qu'il y a les "fidèles" à leur éthique et les autres ...

 

05/09/2012, 12:17 | Par espoir en réponse au commentaire de Marielle Billy le 05/09/2012 à 11:26

@ Marielle,

Comme vous partageant le positionnement historique de BS (je suis pied-noir pourtant , car si ce ne sont pas les soutiens Mme le maire d'Aix , ils sont nombreux comme moi à visionner l'histoire de la décolonisation comme BS, certes ils sont plus silencieux).N'étant pas insensible non plus au regard de MO sur les intellectuels qui ont formaté le siècle précédent et continueront sans doute à influencer celui-ci, je suis bien perplexe quant à cette pirouette de MO, quel est son dessein derrière cette décision? , juste la satisfaction de son égo sans autre considération quant à l'impact négatif sur son auditoire, à priori on ne peut que se résoudre à cette seule opinion, s'il a d'autres justifications plus convaincantes et signifiantes à nous avancer, qu'il se dépêche , son silence risquerait d'entraver durablement  ses brillantes démonstrations qui resituent les intellectuels dans leurs lâches  contradictions, lui-même en serait l'arroseur- arrosé .

05/09/2012, 12:52 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de espoir le 05/09/2012 à 12:17

Oui Espoir, et c'est là qu'on mesure qu'il est parfois bien difficile aux hommes d'être en bonne coïncidence avec leurs positions affirmées haut et fort ...

 

05/09/2012, 11:29 | Par Siloë

 

Heureuse initiative qui redonne sa place à Benjamin Stora et nécessaire répartie du  MRAP13 à Madame Joissains ; cette dernière tente de faire de la ville d'Aix-en-Provence une place forte de l'extrême-droite en défense de l'OAS et de son idéologie. Que dès maintenant, elle prévienne de son refus et de son interdiction des différentes manifestations autour du cinquantième anniversaire de l'indépendance de l'Algérie constitue une déclaration belliqueuse qui peut fort bien se traduire par des actes éloignés de la démocratie.

Cet abus de la part d'une élue UMP au profit d'une partie de son électorat et de ses propres positions politiques se rapproche de ce que tentent de faire ailleurs d'autres maires UMP dont celui de Nice, qui érige depuis longtemps son fief mais qui, depuis le 6 mai 2012, est entré dans une fronde ouverte.

La rencontre prévue en mars 2013 à Marseille autour de l'Algérie et de l'oeuvre de Camus, participe de l'équilibre à restaurer, dans un cadre favorable, ouvert, et respectueux.

 

Marguerite

 

 

05/09/2012, 11:44 | Par profil_inactif_145012

 

Je compte bien aller à Aix pour cette exposition, et faire savoir ce que je pense de l'exclusion honteuse de Benjamin  Stora.

 

05/09/2012, 13:00 | Par MICHEL BOREL

Merci au MRAP et à Aurélie ! Quand à Onfray, pas de surprise, égal à lui-même .......

05/09/2012, 15:27 | Par hector carignan

Sans doute le prochain cours de "contre-philosophie" de Michel Onfray sera-t-il consacré à la casuistique des Jésuites qu'il saura réhabiliter...

05/09/2012, 16:44 | Par Kaze tachinu

Le bouquin d'Onfray sur Camus ( emprunté en bibliothèque ) m'est tombé des mains à cause, d'abord, de son iconographie révulsante: gens torturés, égorgés ou éventrés, pendus ( vus et imaginés ) ... et de son approche idéologique, son "je" d'équivalences entre lui et l'écrivain.
Celui de l'historien Benjamin Stora (acheté en librairie) son dernier, sur la guerre d'Algérie a éclairé des pans de ma mémoire et de l'Histoire, qui m'avaient échappé, avec éthique, rigueur et justesse.

05/09/2012, 18:34 | Par Mithra-Nomadeblues_

Lu avec intérêt, et recommandé.

05/09/2012, 20:44 | Par Jean-Louis Legalery

L'initiative du Mrap 13 est louable. Et la façon dont l'excellent Benjamin Stora a été évincé est totalement scandaleuse. Au-delà de la responsabilité de la municipalité d'Aix, il convient d'ajouter que le rôle particulièrement trouble et ambigu de la fille de Camus non seulement n'est pas reluisant, mais en plus n'honore en rien la mémoire de son père.

06/10/2012, 11:12 | Par cerise

D'après ce que j'ai compris, finalement il n'y aura pas d'expo Albert Camus à Aix ni ailleurs;

Pourtant il serait intéressant qu'il y ait un lieu qui donne à voir l'oeuvre et son créateur car la personnalité de Camus est riche de cet entre-deux : l'Algérie et la France, de ses positions politiques sur les "événements".

La Maire d'Aix en Provence n'est pas la mieux placée pour organiser ce genre de manifestation, car quel que soit celui qui aurait été finalement retenu, ses présumés électeurs n' y auraient pas trouvé leurs petits.

On ne pourra pas parler sereinement de l'Algérie dans ce pays du vivant des rapatriés, ils ne digérent pas l'indépendance algérienne. A Aix, ils sont encore nombreux, peuvent ils entendre de Camus autre chose que : le "je choisis ma mère" ?

Pas plus Stora, qu'Onfray ne satisfaisaient aux critères politiques. 

Newsletter