Mar.
02
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

On a deux mois pour réveiller la gauche

"On a deux mois pour réveiller la gauche.

 

Evidemment, on doit viser à l'équilibre des comptes publics pour se libérer de la contrainte des marchés mais un rapport publié en juillet 2010 montre qu'en annulant tous les cadeaux fiscaux faits depuis dix ans, par la gauche puis par la droite, on aurait 100 milliards d'euros de recettes en plus chaque année dans les caisses.

On peut donc redresser les finances publiques sans demander aux retraités ou aux salariés de se serrer la ceinture. Si on revient à la fiscalité existant en 2000, qui n'était pas une fiscalité soviétique ou confiscatoire, notre déficit ne serait que de 0,2% du PIB cette année. Ce sont bien des lois qui ont créé ce déficit. D'autres lois peuvent le combler en quelques semaines..."

Pierre LARROUTUROU interrogé par Lénaïg Bredoux

Tous les commentaires

10/11/2011, 13:50 | Par Bernard Colin

Société anonyme France cherche dirigeant réformateur, profil Roosevelt

 

Adresser votre candidature aux élus, pour signatures.

10/11/2011, 14:43 | Par Bernard Colin

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz !

10/11/2011, 15:05 | Par Monic

Réveiller une morte du 20ième siècle en plein 21ième mais c'est du Mary Shelley! Je préfère et de loin Melmoth de Charles Robert Maturin le grand oncle d'Oscar Wilde. Ce sera plus sérieux surtout plus captivant. Amicalement.

10/11/2011, 15:11 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Monic le 10/11/2011 à 15:05

Oui, mais alors on crève la gueule ouverte, on se laisse Zapateriser ?

10/11/2011, 15:15 | Par Monic en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 15:11

Je ne vois pas bien le rapport avec la chaussure espagnole (Zapato)?

10/11/2011, 15:20 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Monic le 10/11/2011 à 15:15

Le chausseur !

10/11/2011, 19:53 | Par LEON et PAULETTE en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 15:11

se laisser "empapandréouter", c'est pas bon ? c'est pas du jeu ?

léon

10/11/2011, 20:49 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de LEON et PAULETTE le 10/11/2011 à 19:53

Trop tard, Léon. Terminé cui-là.

 

Ton prochain vote ira au Zapaterisateur. ça se voit d'ici.

10/11/2011, 15:10 | Par Corinne N

....on pourrait même se libérer de la contrainte des marchés en revenant sur le fait que les Etats sont "obligés" d'emprunter à ces mêmes marchés.... on peut rêver....plus de déficit de la sécu, une école "vraiment" gratuite, et le reste à l'avenant.... on peut rêver.... ?

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz !

 

10/11/2011, 15:19 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Corinne N le 10/11/2011 à 15:10

Il y a ceux qui rêvent les yeux ouverts

Et ceux qui vivent les yeux fermés

Jack London

10/11/2011, 21:22 | Par sherkan en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 15:19

Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait

Mark Twain

10/11/2011, 21:23 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de sherkan le 10/11/2011 à 21:22

xxxxxx

10/11/2011, 21:47 | Par Uncas en réponse au commentaire de sherkan le 10/11/2011 à 21:22

Ils savaient que c'était impossible alors ils l'ont fait....

10/11/2011, 21:23 | Par françois périgny en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 15:19

"Hit the road, Jack, and don't come back never, never, never

Hit the road, Jack , and don't come back no more..."

Raymond Charles.

10/11/2011, 21:26 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de françois périgny le 10/11/2011 à 21:23

Yepeee !

Monsieur Pierre !

Quel honneur !

 

C'est tout de suite bien, quand vous êtes là, l'abbé.

11/11/2011, 14:32 | Par françois périgny en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 21:26

L'abbé, l'abbé ... Ca me fait penser à ce dont parlait madame G. , tôt matin. Moi aussi j'ai eu une fromation, avec l'Abbé Cédaire. "Je cherche en vain la porte exacte / je cherche en vain le mot exit"...

11/11/2011, 16:12 | Par Raymond Thiébaut en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 15:19

Sourire C'est Pierre Desproges qui disait aussi

Savez-vous seulement quelle différence il y a entre un psychotique et un névrosé ?

Un psychotique, c'est quelqu'un qui croit dur comme fer que 2 et 2 font 5, et qui en est pleinement satisfait. Un névrosé, c'est quelqu'un qui sait pertinemment que 2 et 2 font 4, et ça le rend malade.

Le première urgence du PS ne serait-elle pas le nettoyage de ses écuries d'Augias pour démarrer une campagne propre ?

12/11/2011, 12:06 | Par netmamou en réponse au commentaire de Raymond Thiébaut le 11/11/2011 à 16:12

Pas mal, la distinction de Desproges entre névrose et psychose !

Mais là... si on garde la métaphore...Sommes nous bien sûrs que le PS se voie comme les écuries d'Augias ?

Parce que ça ne les rend pas malades... Psychotiques, seraient-ils ? Rire

10/11/2011, 16:46 | Par Jean-Claude Charrié

On n'a pas beaucoup de temps en effet.

10/11/2011, 17:04 | Par Bernard Colin

Qui veut bien envoyer le rapport de pilotage du titanic à Hollande.

10/11/2011, 18:52 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 17:04

Trop tard, trop lourd, trop gros... impossible de rectifier la trajectoire... mayday... mayday...

SSSCROUINTCH... PLONKKKK... PLOUF.

!

!

!

!

!

°

o

O

bloup

bloup bloup

 

 

10/11/2011, 19:36 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 10/11/2011 à 18:52

Qui c'est qui a encore laissé traîner un iceberg ???

On l'a pourtant dit, redit, pété et répété : la glace, uniquement dans les verres ! Si c'est pas malheureux !

10/11/2011, 20:20 | Par danivance

C'est ici l'apéro ?

A propos de glace, si on gelait le remboursement des intérêts des dettes pour, disons...10 ans, reconductible par Tacite et Reconduction.

10/11/2011, 20:26 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de danivance le 10/11/2011 à 20:20

Bon Dani, tu te fâches vraiment, ou tu joues du soubassophone ? On veut des mecs déterminés.

On efface l'ardoise.

10/11/2011, 20:45 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 20:26

C'est vrai Dani, t'es un peu tiède avec ton gel.

J'trouve.

10/11/2011, 22:20 | Par danivance en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 10/11/2011 à 20:45

Je fonds peut être ?

Je veux bien qu'on sorte la faucheuse, mais il va falloir affuter.

10/11/2011, 22:35 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de danivance le 10/11/2011 à 22:20

Ouaip !

Et va falloir avoir les reins solides.

10/11/2011, 20:22 | Par Bernard Colin

Bon !!!!!

La gauche, là !!!!

 

je vous le dis tout net

 

Si d'ici janvier, vous n'êtes pas décidé, à :

- Changer radicalement d'orientation économique

- laisser tomber le sirènes capitalistes

- Envoyer chier les lobbies qui vous clouent

- exister

- écouter

 

C'est pas dur, je vous plaque.

 

Adieu Berthe.

Mais je vous préviens, si je passe à droite, ça va faire mal. Vraiment mal.

10/11/2011, 20:35 | Par sherkan en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 20:22

Tu passes à droite? J'veux voire ça! Oh la bombe RireRireRire

10/11/2011, 20:43 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de sherkan le 10/11/2011 à 20:35

Vous l'aurez voulu

10/11/2011, 20:43 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de sherkan le 10/11/2011 à 20:35

Moi aussi je veux voir ça ! Rire

 

Bon allez, on arrête de rigoler passeque c'est pas l'tout des choux et des carottes, on nous prend assez pour des buses ! On crée notre parti politique. Et on fout la zone aux présidentielles prochaines avec un bulletin au nom de notre parti. Pas de candidat, un collectif.

Nan mais c'est vrai, il faut agir maintenant.

Un parti politique associatif avec plein de glace dans les verres. Déjà. C'est un bon départ. Pour le reste, je vous laisse faire, vous êtes plus calé que moi. Mais je suis d'accord avec vous par avance. Sourire

 

10/11/2011, 20:45 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 10/11/2011 à 20:43

Moi aussi

10/11/2011, 20:48 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 20:45

C'est une bonne base.

10/11/2011, 20:50 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 10/11/2011 à 20:48

On peut s'appuyer sérieux, sur un truc comme ça.

10/11/2011, 20:51 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 20:50

Je veux !

Un pt'tit glaçon Bernard ?

10/11/2011, 20:53 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 10/11/2011 à 20:51

Non merci

Sec, pour moi.

( je viens d'inventer une recette de lapin aux girolles, ce soir. Grave, grave!)

10/11/2011, 20:34 | Par sherkan

Tacite, je la connais, elle est assez sympa. Reconduction, par contre, faut se méfier un peu. Il pète les plombs parfois (ou alors c'est moi!).

La notice de pilotage du Titanic a sombré corps et bien et comme Culbuto a décidé qu'il savait tout faire tout seul... On n'est pas dans la merde!!!

Du coup, je rejoins Néfer: dans les verres la glace, dans les verres!

10/11/2011, 20:36 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de sherkan le 10/11/2011 à 20:34

Comme quoi je ne dis pas que des conneries quand je cause politique ! Rire

10/11/2011, 20:44 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 10/11/2011 à 20:36

T'en écris aussi. Innocent

10/11/2011, 20:47 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 20:44

C'est vrai. Rire

10/11/2011, 20:51 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 10/11/2011 à 20:47

J'ai toujours su que la lucidité était dans notre camp.

10/11/2011, 20:58 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 20:51

C'est notre grande force.

(Sinon, t'as vu que je t'ai posé la vidéo de Buena Vista Social Club ? Ne me remercie pas surtout ! )

 

10/11/2011, 20:59 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 10/11/2011 à 20:58

T'es trop forte !

C'était indispensable sur le plan exemplaire et héroïque de la vitalité des vieux.

 

Je ne sais pas ce qu'on ferait sans nos vieilles.

10/11/2011, 20:50 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 10/11/2011 à 20:36

Encore heureux !

Avec tous les stages qu'on t'a fait faire.

10/11/2011, 20:54 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 10/11/2011 à 20:50

C'est vrai que dans le domaine du glaçon qui tinte dans le jaune, vous êtes mes maîtres, je reconnais.

En politique, ça se discute un peu plus.... Rire

 

10/11/2011, 20:57 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 10/11/2011 à 20:54

hé ho !

Chacun sa spécialité, hein !

Nous on s'occupe des trucs importants, solides. On transmet.

 

Bon toi, t'es balèze dans le pelletage de nuage. Faut reconnaître.

10/11/2011, 21:01 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 20:57

L'expérience que veux-tu, l'expérience. Et puis, j'ai toujours eu de la souplesse et de l'endurance dans le poignet.

Ah le geste auguste de la pelleteuse de nuage !

10/11/2011, 20:58 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 10/11/2011 à 20:54

Pour la lucidité... faudra un autre stageRire

10/11/2011, 21:13 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 10/11/2011 à 20:58

sans foi, sur le métier, remettez vos trouvrages.

10/11/2011, 21:01 | Par sherkan

Z'avez vu le gouvernement qu'on pourrait former à nous tous?

Ca se serait du vrai, du lourd, de l'essentiel!

Moi je vote Nou Z'ot président!

10/11/2011, 21:21 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de sherkan le 10/11/2011 à 21:01

Nouzotte président ! Nouzotte président !

 

Sherkan, je ne sais pas ce qu'on ferait sans toi.

 

La conférence des oiseaux de grand ATAAR, poète soufi. Le dieu s'appelle Simorgh. Ils arrivent au palais du Simorgh, après des années de voyage initiatique très dur. Ils sont trente. Il rentre dans le palais. Il n'y a qu'un bassin, ils se penchent dessus, se voient tous les trente en reflet. (Si morgh en persan, ça veut dire trente oiseaux) Le Simorgh, c'est eux mêmes.

 

Ici, il s'appelle Nouzotte.

Sherkan, t'es une sainte.

 

Le Merle

10/11/2011, 21:06 | Par Ivan Villa

Ce sont bien des lois qui ont créé ce déficit. D'autres lois peuvent le combler en quelques semaines..." : oui, mais pour cela, le rapport de force est nécessaire pour changer les mentalités et appuyer les parlementaires..

10/11/2011, 21:12 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Ivan Villa le 10/11/2011 à 21:06

Oui, frère Villa !

On s'y attache très très fort.

 

Passe un coup de fil, à la Patronne, la Cécile. Dis-y. Qu'elle laisse tomber le loufiat.

Mais on verra bien dans une semaine.

10/11/2011, 21:15 | Par Ivan Villa en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 21:12

@Frère Colin, le loufiat, on lui colle le nez dans ses contradictions.

10/11/2011, 21:21 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Ivan Villa le 10/11/2011 à 21:15

et c'est pas fini.

10/11/2011, 21:52 | Par Uncas

Peine perdue : les dés sont pipés, deux mois pour se réveiller de ce cauchemarPas content

10/11/2011, 22:10 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Uncas le 10/11/2011 à 21:52

Oui, oui, pot de terre/pot de fer, on a entendu. C'est pas débile.

 

Mais si on ne fait rien, le pire est sûr.

 

La société vivable est possible. Surtout si on s'en charge.

11/11/2011, 13:48 | Par Uncas en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 22:10

Surtout si on s'en charge.

oui! on va faire ça, en Belgique y s'en sortent finalement pas si mal sans gouvernement, hein...

z'ont même viré le nucléaire didon : les irrersponsables!!Rire

11/11/2011, 13:50 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Uncas le 11/11/2011 à 13:48

On pourrait commencer par rattacher, la France à la Wallonnie, ils ont l'air sympa, les zigues.

11/11/2011, 14:25 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 22:10

"Mais si on ne fait rien, le pire est sûr."

 

Je dirais même plus :

Mais si on ne fait rien, Le Pirée, sûr !.

11/11/2011, 14:28 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de WataYaga le 11/11/2011 à 14:25

Rire

 

Je vois Wata Yaga, à vos nouveaux éléments de langage, que vous êtes sur la voie d'intégration au parti Nouzotte.

10/11/2011, 21:59 | Par netmamou

 

On a deux mois pour réveiller la Gauche

 

Tu parles de qui, là, Bernard ? Du PS ?

10/11/2011, 22:06 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de netmamou le 10/11/2011 à 21:59

Je te dis la gauche.

Il y a sûrement des personnes qui se sentent concernées. Même au PS.

 

C'est pas moi qui dit ça, c'est Larrouturou. Un costaud. Il a plusieurs neurones.

12/11/2011, 12:08 | Par netmamou en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 22:06

Il est bien toujours au PS, Larrouturou, ou j'ai loupé un épisode ?

12/11/2011, 12:19 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de netmamou le 12/11/2011 à 12:08

Il n'est plus au PS depuis deux ans et son passage à Europe Ecologie, dont il est l'élu au conseil régional d'Ile de France (2010).

 

11/11/2011, 06:39 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de netmamou le 10/11/2011 à 21:59

Ah non ! Pas le PS ! A part Madame Royal et ses militants, le PS n'est plus à gauche depuis un moment déjà.

Bernard a dit "la gauche". Et la gauche n'a surtout pas besoin du PS pour exister.

Ras le bol du PS ! Emancipons-nous du PS.

Néfer. (une vraie militante de gauche)

11/11/2011, 06:53 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 11/11/2011 à 06:39

Parce que tu crois qu'il suffit que tu le dises pour que nous aussi on le croit.

Croa croa

11/11/2011, 07:36 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 11/11/2011 à 06:53

Néfer, j'ai pas dit le PS, mais au PS.

Il y a des braves. Ils souffrent. Ils voient bien qu'ils sont des Nouzottes.

11/11/2011, 08:54 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 07:36

Bernard, j'avions bien lu ton au PS, on dit la même chose camarade Nouzotte.

Je m'adressais à Netmamou.

 

Jean-Claude, ce n'est pas une question de croâyance, c'est juste une envie de se frayer d'autres chemins, de débroussailler des voies où la main du militant politique pour une société plus juste et plus humaine n'a pas encore mis le pied.

Osons.

11/11/2011, 08:55 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 11/11/2011 à 08:54

Pis voilà

11/11/2011, 09:11 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 11/11/2011 à 08:54

OK Néfer... avec deux couches ça suffit.

Gaffe, après ça fait des coulures.

11/11/2011, 09:18 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 11/11/2011 à 09:11

Oui, mais les coulures et les dégoulinures c'est très joli. J'aime tout ce qui dépasse, tout ce qui échappe à la ligne droite, au passage imposé, à la pensée unique.

Coulons, dégoulinons, ça fait suer la droite et les faux gauchistes du PS. Rire

11/11/2011, 09:20 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 11/11/2011 à 09:18

J'aime tout ce qui coule, disait le grand Milton

11/11/2011, 15:31 | Par netmamou en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 11/11/2011 à 08:54

Madame Royal, elle est prévue pour être sur le perchoir!

Elle distribuera la parole ... C'est un très beau rôle, dans la République ...

10/11/2011, 22:36 | Par Bernard Colin

Bon y s'appelle comment not' parti ?

Nouzotte ?

10/11/2011, 22:38 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 22:36

Ouais... c'est Nouzotte.

Ou peut-être Nouzot'

Enfin... tous ceux qui.

10/11/2011, 22:45 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 10/11/2011 à 22:38

mébon Nouzot' ça fait fermé, entre soi.

Touceuqui, c'est plus collectif.

Mes djeun's disent qu'ils sont à 99%. C'est costaud.

11/11/2011, 06:42 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 22:45

Nan, Nouzotte c'est extra !

Nouzotte c'est les plus nombreux, c'est ceux qui se lèveront un jour.

Sherkan est une visionnaire. Sourire

11/11/2011, 07:37 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 11/11/2011 à 06:42

C'est 99%. On est sûr de gagner.

11/11/2011, 13:52 | Par Uncas en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 07:37

Une bêtise? oui?

Etienne Nouzotte?????

bipbip.jpg

Je file, c'est mieux!!!

ah, j'oubliais : je vote pour, ah que biensûr, oui en 1 mot c'est dire!

 

11/11/2011, 13:56 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Uncas le 11/11/2011 à 13:52

A l'étienne, Nouzotte !

12/11/2011, 10:35 | Par sherkan en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 13:56

Oui da! Me voila promue sainte et visionnaire. Je vais p'têt changer de nom moi: Jeannette d'Arbalette, ça sonne pas mal. J'aurais préféré l'arc, mais il parait que c'est déjà pris! Indécis

12/11/2011, 16:05 | Par malto cortese en réponse au commentaire de Bernard Colin le 10/11/2011 à 22:36

Nouzotte, Nouzot' ou Nouzaut' ça me va!Sourire

11/11/2011, 08:26 | Par Bernard Colin

On va quand même pas échanger notre patience contre quelques députés ?!

11/11/2011, 14:28 | Par françois périgny en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 08:26

Sauf si c'est pour chambrer les dépités.

11/11/2011, 14:32 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de françois périgny le 11/11/2011 à 14:28

pour sûr

Et ça va pas tarder

11/11/2011, 14:37 | Par françois périgny

C'est quoi le sujet ? "Réveiller la gauche" ?

En tout cas, je peux vous dire que dans la soute où je travaille le grondement est encore monté d'un cran. Même les plus zélés sont très très nerveux et freineux. Il faut dire que nous sommes cinq -noyau dur, plus les précaires qui défilent à toute vitesse et ne savent jamais de quoi il s'agit -il faudrait les "former" en même temps- pour abattre le travail que nous faisions à quinze il y a deux ans.

Noël approche. Si vous voulez que vos colis arrivent à temps, envoyez-les maintenant et priez Saint-Glinglin et Saint-Zinzin.

11/11/2011, 15:31 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de françois périgny le 11/11/2011 à 14:37

Oui, que oui.

 

Il y a une gauche qui est en train de s'endormir. Qui nous prépare du Zapatero. Tout à la botte des banques, mais avec un pansement. C'est pas du tout la situation 83. C'est l'effondrement économique, la glissade.

C'est une gauche qui pense que comme on est très fâché contre le pouvoir, qu'on ne veut plus de ceux-là, alors il suffit de ne rien faire.

 

C'est une gauche qui nous propose du Queuille, alors qu'il faudrait du Roosevelt (dans leur camp, j'entend).

 

11/11/2011, 15:39 | Par françois périgny en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 15:31

J'avais un copain ex-métallo (viré par le duo Mitte-Fabius) qui disait : "La différence entre les gaullistes et les socialistes, c'est que les socialistes mettent du beurre sur le bâton avant de te l'enfonçer dans le cul".

Il disait aussi : "On aurait jamais dû rendre les armes en 45."

Je ne sais pas sous quel pont il chôme, maintenant. Vive la Lagôche et le caviar mou !

11/11/2011, 15:33 | Par netmamou en réponse au commentaire de françois périgny le 11/11/2011 à 14:37

Noël approche. Si vous voulez que vos colis arrivent à temps, envoyez-les maintenant et priez Saint-Glinglin et Saint-Zinzin

Merci pour le tuyau, Pierre.

N'en voilà un billet ousqu'on apprend des choses utiles !Rire

11/11/2011, 15:37 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de netmamou le 11/11/2011 à 15:33

ça, une bonne grève des messageries, et logistique, ça ferait du bien à tout le monde.

Mais siouplait, les gars, commencez, un peu tôt, qu'on ne puisse pas faire les achats.

11/11/2011, 15:45 | Par françois périgny en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 15:37

Pas besoin de gréve, les RH organisent eux-mêmes la panne : y a plus d'sous pour payer les précaires ! Et comme on a viré les autres, ça va pas être facile...

11/11/2011, 15:51 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de françois périgny le 11/11/2011 à 15:45

Merde, mais là, ça veut dire passer les paquets à la concurrence. On change de Père Noël, on en prend un qui à des rennes à son traîneau !

11/11/2011, 16:08 | Par brocéliande

Faut-être véritablement un innocent pour croire:

d'abord qu'il faut s'acquitter des intérêts de cette dette,

deuxièmement, que l'on peut influencer un Enarque conseillé par des Enarques, pour faire clair, des économiques comme Daniel Cohen.

C'est votre école ça l'ENA? z'avez des contacts?

En attendant, gauche ou pas, le peuple tant qu'il le pourra va payer.

Ce n'est pas une alternance, c'est une arnaque à la Zapatero

11/11/2011, 16:13 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de brocéliande le 11/11/2011 à 16:08

On efface l'ardoise.

11/11/2011, 16:42 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 16:13

C'est quoi, cette réponse? On efface quelle ardoise? La vôtre où celle des marchés?

11/11/2011, 16:45 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de brocéliande le 11/11/2011 à 16:42

la dette, mon grand, la dette.

11/11/2011, 16:05 | Par brocéliande

Je vous conseille, si vous n'avez pas de contact à l'Ena, d'essayer de vous procurer un petit jardin, comme les Grecs, histoire de continuer à pouvoir manger un peu.

11/11/2011, 16:14 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de brocéliande le 11/11/2011 à 16:05

Quel goût ça a, le banquier ?

11/11/2011, 16:47 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 16:14

J'ai presque envie de vous dire : ... Mais je resterai polie : cher Bernard Colin, vous parlez de qui, là exactement, lorsque vous parler d'influencer le PS? Enfin, ces nobles gens qui vont nous représenter lors des prochaines élections. Mais je sens, je ne sais pas pourquoi, que ce qui vous importe c'est la gloriole plutôt que la défense d'une vraie bonne idée. Sur ce, cher ami, à vous le tracker.

11/11/2011, 16:56 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de brocéliande le 11/11/2011 à 16:47

Je dis que si on se contente de faire ce qui est proposé pour le moment, c'est à dire appuyer le financement des réformes sur une croissance de 2 à 2, 5%, et qu'on applique la rigueur, pour faire payer la dette aux citoyens, si on fait ça, on prend un retard terrible sur les évenements. Et la catstrophe augmente.

 

Je dis que nos chers socialistes, d'après leur programme, sont en retard d'un train sur les réalités.

 

Cela vous éclaire-t-il, chère âme ?

11/11/2011, 17:03 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 16:56

Non vous ne dites pas cela. Vous commencez votre papier par "visons l'équilibre... des dettes"... Et, je vous rassure sur la catastrophe : elle est déjà là. Cela ne "m'éclaire" pas cher âne, Autant de bêtises assombrit mon humeur. Surtout au vu de la réponse que vous faites à la dame du bois joli.

11/11/2011, 17:17 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de brocéliande le 11/11/2011 à 17:03

Pourtant, c'est bien ce que je dis.

 

Pour le billet, je cite Larrouturou, et je vous invite à réagir. Voilà qui est fait. Je suis en complet accord avec vous sur le fait que la catastrophe est déjà là. C'est au moins un point éclaici. J'espère aussi que nous seront un jour d'accord sur les remèdes à apporter.

 

Désolé d'assombrir votre humeur. Mais si ces choses vous assombrissent, ne vous obligez pas.

12/11/2011, 12:10 | Par netmamou en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 16:14

 

C'est pleiin de gras, le banquier...très mauvais pour le cholestérol... Beurkk

11/11/2011, 16:23 | Par Emmanuel Esliard

Deux mois ! Je ne suis pas sûr que cela soit suffisant pour François Hollande de décider s'il se met la raie à gauche, à droite, au milieu ou encore la coiffure tout en arrière !

 

Il faut du temps pour les sujets de fond, les détails ça se voit au dernier moment, quand tout est perdu !

 

11/11/2011, 16:26 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 11/11/2011 à 16:23

Hollande, c'est peu.

C'est tout l'appareil idéologique socialiste qui s'est endormi sur les années 80.

 

Contre les néocons, les néoqueuilles, vous les préférez Mollets ?

11/11/2011, 17:54 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 16:26

D'accord avec toi, mais ça n'empêche pas Rocard par exemple de dire les choses sur l'interdiction faite aux banques centrales de prêter aux états ! Chose que le PS n'a jamais essayé de changer, pris qu'il a été dans les filets des néocons !

 

Il est vrai que Michel peut dire ce qu'il pense, il n'attend plus rien, aucun fromage, pas le moindre maroquin, tandis que ses petits copains se bousculent pour bien se faire voir. Hollande aurait pu se prénommer Guy, c'est tellement facile de se glisser dans la peau du consensuel, sans bousculer ceux qui sont en place, surtout dans l'économie et la finance !

 

11/11/2011, 16:24 | Par la dame du bois-joli

ça "pierre larrouturou" tourne pas rond dans ma p'tite tête ...parfois j'ai envie d'pleurer

listons les cadeaux fiscaux qui ramèneront 100 milliards par an dans les caisses et envoyons copie à sieur hollande dès fois que ce soit lui notre grand conducteur pour lui indiquer comment se sortir de ce big merdier

je fais partie des niches fiscales qui ont été rectifiées: je n'ai pas pu prouver que j'avais élevé seule mes enfants pendant 5 ans mais seulement pendant 4 ans ! eh eh ! j'ai perdu une demie part sur mes impôts et ma taxe d'habitation a grimpé de 127 euros !

donc j'ai donné, à vous les autres nichés

faut encore trouver 99 milliards et des grosses brouettes!!

adieu ma niche, woufwouf !!!

11/11/2011, 16:29 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de la dame du bois-joli le 11/11/2011 à 16:24

oh, 127 euros, c'est pas une niche, chère amie, c'est un nichon ! Surtout avec une portée.

11/11/2011, 17:17 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 16:29

Une niche sur le fait d'élever seule ses enfants, cher ami, c'est une couille en perdition! et dieu sait à quel point nous en avons besoin. Votre réponse est l'exacte comble de la connerie. Rassurez-moi, vous en avez bien deux? Et combien de batards laissés au gré du vent dans quelques odieuses niches fiscales?

11/11/2011, 17:24 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de brocéliande le 11/11/2011 à 17:17

Rire

Une sacré couille, en effet.

 

Pour la connerie, je ne savais pas avoir déjà atteint le comble, je pensais pouvoir creuser encore.

 

Mes bâtards sont des enfants de l'amour, comme moi-même, et ils sont de fiers adultes. De jeunes arbres, dirais-je. Trop désargentés, les uns comme les autres pour abriter quelque fiscalité avantageuse.

11/11/2011, 17:37 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 17:24

Vous pouvez creuser encore.

 

Pas même un brin d'APL? Pauvres gosses.

11/11/2011, 17:35 | Par Jean-Claude Charrié

N'y aurait-il pas un peu de grinchosité... voir de grinchitude... soudain dans se fil.

Faim de jour nez, la scie tue deux...

11/11/2011, 17:40 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 11/11/2011 à 17:35

Je crois que Brocéliande n'est pas d'humeur badine. Je lui tiens compagnie.

11/11/2011, 17:51 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 17:40

C'est exactement ce que vient de dire Van Rompuy, tout cela est profondément "existentielle". Nous traverserons ensemble cette épreuve cher Bernard Colin. Un zest d'humour dans la niche, et tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Merci de me tenir compagnie, cela me rassérène. C'est vraiment trop gentil à vous.

11/11/2011, 18:04 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de brocéliande le 11/11/2011 à 17:51

Vous êtes la bienvenue

16/11/2011, 09:06 | Par la dame du bois-joli en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 18:04

nous sommes compagnons de misère, solidaires, non ?

 

avec ou sans couilles, une ou deux qu'importe, sans grinchitude ni découragement, on avance vers le même but, dégommer bonzaï et ses sbires, non ? ???? c'est bien ça le truc qui nous réunit ???

 

bon ben voilà , tout va bien

11/11/2011, 18:22 | Par Marielle Billy

Et si on faisait un billet sur les idées/projets/vitrages de "gauche" ?! du précis, quoi !

Sorte de liste des courses. Tu t'y mets Bernard ?

11/11/2011, 18:30 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Marielle Billy le 11/11/2011 à 18:22

j'y réfléchis, mais je ne suis pas sûr d'être capable.

Depuis six mois je n'arrête pas de lire de l'économie. C'est pour ça que j'ai lancé ce billet sur l'interview de Larrouturou.

 

j'avais pondu des truc sur la 6ème aussi. Une nouvelle organisation du pouvoir.

 

Mais un programme de politique générale. ça ne me dit rien, c'est un truc de candidat, ça prend 200 pages. Comment tu vois ça ?

11/11/2011, 18:38 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 18:30

Je ne te parle pas de programme mais de questions précises.

Je commencerais bien par demander / proposer les 2 ou 3 questions prioritaires à réfléchir.

Je pars d'une idée simple : nous sommes étranglés par l'argent. Se poser par exemple pour moi, la question première du financement des états. C'est bête mais c'est une sacrée ligne de fracture....

Il faut qu'on arrive à faire venir au jour les questions de fond, à ce que des liens se fassent sinon TINA nous rattrape et on reste tput con.

11/11/2011, 18:42 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Marielle Billy le 11/11/2011 à 18:38

Sur la sortie de choc financier et dettes, les atterrés + Larrouturou + Généreux + lordon, etc. Ils ont déjà tout dit.

Pas 1 n'est TINA.

11/11/2011, 19:29 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 18:42

Oui, bien sûr mais je te parle du club : ce qui me gonfle sur ce club c'est la noyade dans le bla-bla, on n'arrive pas à examiner un question politique en faisant le lien entre les idées.

exemple de question que je me pose : pour échapper à la dictature de la finance, il faut sortir du système de l'argent privatisé. OK (enfin pourt moi, pas pour le PS et pour le FDG c'est à peine abordé). Alors, on sort de l'euro ? (en effet comment croire qu'on va faire changer le statut de la BCE ?!!) Peut être. Et alors...?

11/11/2011, 19:56 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Marielle Billy le 11/11/2011 à 19:29

Ah ça c'est vrai !

Nous sommes un club de zappeurs amnésiques.

Et on sait pas comment ça se soigne.

La toubib... où elle est la toubib ?

 

11/11/2011, 20:15 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 11/11/2011 à 19:56

JC, tu quittes la route là. Il n'y a aucun surplomb dans la question de Marielle.

 

Touche ! La balle à Marielle

 

Marielle ne connait pas les ruses réflexes du jeu à XV

 

Ce qui est bien entre JC et moi, c'est qu'on a une telle confiance que dés que l'un des deux charrie, l'autre lui dit. Sans commander. Horizontalement.

11/11/2011, 20:20 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 20:15

@Marielle

Fatigué, là.

Demain je te parle de ce que j'ai compris.

L'économie, c'est pas seulement technique, c'est pas des additions. C'est des modèles tellement complexes que les calculs sont toujours faux, parce que pour les établir, il faut faire l'impasse sur certains paramètres dont plusieurs sont incalculables. C'est politique. C'est comment le sens fait effet.

12/11/2011, 00:50 | Par françois périgny en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 20:20

C'est comme le dit Bernard, en effet. Les "fins calculs économiques" ne sont là que pour une chose : noyer le poisson. L'économie c'est trés simple : c'est politique. C'est un choix politique de classe. Exemple : rattraper tous les cadeaux fiscaux et l'argent planqué dans les "paradis" depuis, au choix, cinq, dix, ou quinze ans -c'est à dire réembaucher assez de contrôleurs et d'inspecteurs des finances et du Trésor pour le faire- et le budget est renfloué. C'est Généreux, entre autres, qui le dit. Et le budget renfloué permet à nouveau de faire des choix politiques pour le bien commun.

Ecoutez Lordon, les Atterrés et bien d'autres.

Le roi est nu.

Mais je suis crevé, là.

Juste une derniére chose, Marielle. Sur "le fonctionnement du Club et des blogs" : Stiegler. Bernard Stiegler a des choses à dire. Et il a pris le temps de le faire.

Pour moi, maintenant c'est vacances.Et dans l'immédiat -aprés-demain : voyage vers l'Est.

12/11/2011, 07:24 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de françois périgny le 12/11/2011 à 00:50

Pierre, oui je sais que Lordon, Steigler et plein de gens passionnants pensent et écrivent. Seule dans ma chambrette, je les lis, mais ce n'est pas de ça dont je parle : je parle de l'expérience vécue ici, certes éclairée par ces penseurs (chacun à son niveau de théorie) mais qui en tant qu'expérience*, déborde la théorie car c'est nous qui la vivons, c'est nous qui alimentons le club, c'est nous qui assurons le moulin "sympa" qui tourne.

* tout est matière à tenter de mettre en échec la culture hors-sol, et pour soi en premier.Ceci sans amertume au contraire, dans un désir puissant de recherche et de partage/confrontation.

Amical bonjour à l'est

12/11/2011, 07:25 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 20:20

Bernard : Sans aller plus loin dans la lecture du fil, je crie : c'est ça, exactement.

Le ferment de la conviction qu'est-ce que c'est ?

la folie possible, la poésie d'une pensée qui pousse les murs.

C'est ce que je cherche/attends : tenir ensemble les questions concrètes (une révolte c'est concret, la sortie de l'euro c'est concret ...) et une ferveur, une passion.

11/11/2011, 21:49 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Bernard Colin le 11/11/2011 à 20:15

Ok.

N'empêche elle a pas tord Marielle, en sousplomb comme pardessus.

12/11/2011, 07:13 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 11/11/2011 à 21:49

Jean Claude, il y a toujours du malentendu, c'est un problème ou une chance, ça dépend de nous ...

Ce que j'aime, et tu as dû le repérer, c'est de tenir ensemble les questions les plus basiques, matérielles et les pensées, les désirs, les rêves qui nous donnent la force de balancer un parapaing dans la gu...

J'ai déjà parlé sur le club de ce besoin pour moi de faire sans cesse le lien entre les deux, y compris dans ce qu'on écrit.

Lorsqu'on parle, écrit, tant qu'on se tient dans la "technique" (ex : financière) même si elle est celle des atterrés, Lordon , Généreux.... on flotte. Si on n'est que dans la rêverie, la colère, on flotte aussi : ce qui nous donne des jambes et une tête créative, c'est le lien permanent des 2, ce qui d'ailleurs accueille les contradictions et l'inconnu aussi.

L'idée par exemple de brider la BCE voire de sortir de l'euro, ça me fait une belle jambe si ce n'est pas sur fond de passion : je désire un monde ...le voici dans son imperfection, et sa merveilleuse capacité d'évoluer avec vous tous.

Tu vois, ce que nous n'avons pas dans le monde politique (qu'on sent un peu chez E. Joly, mais comme tenu en laisse par la logique d'appareil), c'est à cela que nous devons travailler, je veux dire - explorer, forcer à ouvrir ce qui se ferme -

12/11/2011, 10:18 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Marielle Billy le 12/11/2011 à 07:13

Salut Marielle,

 

C'est toujours un problème de confusions croisées : confusion de registres, de langage, de pensées...(chacun de nous à son tour peut être confus aussi bien d'ailleurs en tant que récepteur qu'émetteur.)

 

Je suis pour ma part convaincu qu'aucun exercice de projection sérieux n'est envisageable collectivement à défaut d'un exercice collectif préalable encore plus sérieux, d'analyse de situation (le diagnostic comme on dit... partagé).

 

Je pense même que la projection "coule de source" de l'analyse.

 

Mais il y a le risque totalitaire de l'uniformité, l'inhumanité.

 

Nous sommes donc condamnés à louvoyer entre deux eaux et dans un joyeux bordel... humain.

12/11/2011, 10:36 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 12/11/2011 à 10:18

la projection "coule de source" de l'analyse.

Peut être pas Jean Claude : ça me fait penser aux gens qui entreprennent une analyse (psy) et qui pensent que la solution va leur être apportée par cette analyse, et ils traînent, traînent et n'entrent jamais dans le vif.

L'analyse en tout est fondamentale mais elle accompagne, elle ne précède pas (selon moi bien sûr). C'est tout bêtement une forme de dialectique, non ?

La vie nous montre qu'il n'y a pas d'abord ça et puis ça, c'est au mieux une fine combinaison du penser et de l'agir qui aide.

Pour la situation politique actuelle, c'est inouï par exemple de constater autant d'inertie devant ces faits de déni de la démocratie : on peut l'analyser mais si un "quelque chose" en nous, et dans le pays se s'insurge pas, ça fera plouf, et comme dit Bonnet, dans quelques mois on se trouvera comme les grecs et les italiens....

Alors en attendant saisir chaque occasion pour le dire dans la rue, pour occuper les lieux publics, ....mais sans illusion trop forte car la déception est mortifère.

12/11/2011, 11:54 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Marielle Billy le 12/11/2011 à 10:36

Ok avec ta conclusion... chacun s'y emploie je pense, mais... chacun à sa manière. C'est un des registres de discussion possible, voire nécessaire, à ne pas confusionner avec tous les autres.

 

La dialectique... oui... encore que... qu'est-ce à dire ?

 

Je reprends : "L'analyse en tout est fondamentale mais elle accompagne, elle ne précède pas".

Est-ce à dire que c'est la "chose" analysée qui précède son analyse ?

Autrement dit, qu'elle pourrait avoir une existence, une réalité, indépendante de l'analyse que nous pouvons en faire ? de la représentation que nous pouvons nous en faire ?

Vraisemblablement, mais alors, quel serait le moyen par lequel nous pourrions avoir accès à cette réalité ?

Si ce n'est l'analyse.

Pour conclure en raccourci : "au commencement était le verbe...".

 

Autre considération : il est communément admis dans et par la culture de gauche, que l'acquis domine l'inné etc. etc. ...foi en l'homme, être de culture, progrès, éducation... e tutti quanti.

Je souscris.

 

Cohérence : puisque nous sommes des êtres de culture et que nos connaissance du réel ne peuvent être autre choses que des représentations de ce réel, arrêtons de nous prendre le chou. Assumons, vraiment, pleinement notre humanité.

C'est bien notre problème avec TINA... non ?

 

 

 

 

12/11/2011, 20:35 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 12/11/2011 à 11:54

Jean Claude, je ne comprends pas tout mais juste un truc :

ce n'est parce qu'on parle de quelque chose qu'on l'analyse. D'accord ?

et puis bien sûr que tout existe avant pendant et après notre passage d'être parlant, et on entre en contact avec le monde même sans l'analyser !

ou alors je ne comprends pas ce que tu mets sous "analyse".

ps : Qaund je dis ce mot rebattu "dialectique" c'est juste pour évoquer l'aller retour permanent entre ce qui me saute à la gueule et ce que je tente d'élaborer.

12/11/2011, 22:22 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Marielle Billy le 12/11/2011 à 20:35

Non ! pas d'accord ! Sourire

Quand on parle de quelque chose, ce n'est pas forcément avec une intention d'analyse, oui là, je suis d'accord.

Ce peut être sans aucune intention particulière, juste à titre narratif.

Mais on le fait avec des mots qui eux font exister la chose subjectivement, selon l'empilement, la stratification culturelle, dont ils sont le produit.

Et à propos de la dialectique : voir aussi à ce sujet le travail de Stiegler sur la mise en jeu des rétentions (mémorielles) dans le processus d'individuation... en lien avec son premier travail sur la technique.

13/11/2011, 06:10 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 12/11/2011 à 22:22

Le langage fait en partie exister ce qui est, oui. Mais ce qui existe "subjectivement" n'est pas forcément pris dans un mouvement de connaissance, ce peut être le maintien d'une vision imaginaire de ce qui entoure.

Pour moi l'analyse est ce qui revient sur le vécu, le passé (ana-) et détricote, détisse (-lyse) ; les discours ne font pas forcément ce travail. Es-tu d'accord ?

Pour ce que nous vivons, lorsqu'on suit les analyses de certains, on "sent" bien que c'est surtout une impasse (démocratique, écologique, républicaine ...), on repère des "projections" de l'ordre de la solution (ex : fermer la bourse, réformer la BCE...), mais rien n'est élaboré collectivement (sauf à la marge) sur l'impasse elle même. Ceci reste à l'état d'impression confuse, ce qui favorise la peur. Je trouve cela très dangereux.

 

13/11/2011, 08:15 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Marielle Billy le 13/11/2011 à 06:10

Oui, je suis tout à fait d'accord avec tout ça.

Et je crois que l'impossibilité constatée de construire collectivement témoigne de la diversité des réalités (mentales) produites par la diversité des analyses.
C'est pourquoi je disais qu'à défaut d'un effort préalable d'analyse collective il n'est pas réaliste d'espérer construire, c'est à dire projeter, collectivement. Ainsi sommes-nous les artisans de notre propre impuissance collective.
Jusqu'à ce que, la désespérance aidant, un guide suprême surgisse et nous entraîne dans son délire. C'est à dire dans la réalité de son monde mental.

 

Mais on peut aussi avoir une lecture moins négative et constater que notre obstination à confronter et opposer nos analyses témoigne de notre volonté de projeter ensemble et n'est rien d'autre que ce travail de lente maturation d'une analyse commune... dialectique et praxis.

Alors se pose la question des délais et de la course de vitesse engagée avec le futur guide suprême, lui aussi en gestation.

En général, c'est lui qui gagne.

Comme le dit Sourisgrise, "ça sent le roussi !" Pas content

 

 

13/11/2011, 12:30 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 13/11/2011 à 08:15

Oui ...mais je crois surtout que les peuples font "comme ils peuvent" en fonction de leur histoire, du devenir de la symbolisation chez eux(culture, éducation art ...), de hasards historiques aussi ...

13/11/2011, 13:39 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Marielle Billy le 13/11/2011 à 12:30

Jean-Claude et Marielle,

Votre discussion me semble aller au coeur du problème :

Nos pojections, nos élaborations collectives, et à la base, nos croyances.

Mais il y a la question du "nos".

Nos concitoyens - par exemple l'immense majorité qui ne cherche pas de sources d'informations autre que celles qui sont à portée de son regard - projettent comme ils peuvent (cf dernier commentaire de Marielle).

Et non pas comme "nous" (citoyens plus "conscients" ?) voudrions qu'ils projettent.

 

Mon impression : nous sommes davantage au bord d'un risque négatif que positif. Et l'invocation du changement positif ne servira de rien si nousnous contentons de "nos" propres projections (de citoyens "conscients").

"rien n'est élaboré collectivement (sauf à la marge) sur l'impasse elle même. Ceci reste à l'état d'impression confuse, ce qui favorise la peur. Je trouve cela très dangereux."

 

Quels sont les rêves des gens qui nous entourent, de par le monde ? Qu'est-ce qu'ils sont prêts à risquer, sacrifier, accepter, pour un espoir que leurs rêves se réaliseront ?

Je pense que le rêve mondialisé est un rêve économique basique : "moi", "ma famille", notre bien-être économique familial.

Et que ce rêve si majoritaire peut pousser à de bien sombres évolutions.

13/11/2011, 18:05 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de Fantie B. le 13/11/2011 à 13:39

Oui Fantie et ce que tu dis me fait craindre le pire. Et pourtant je suis profondément optimiste dans la vie, mais la situation européenne me paraît assez pourrie et la montée de l'extrême droite bien engagée.

Exemple de ce qui me laisse sans voix, encore à ce jour (et même de +en +) : qu'on ait pu détourner le résultat du referendum de 2005 ! que ceci ait pu se passer sans que personne ne descende dans la rue (et suite au cocufiage qu'on connaît) me sèche, et est en droite ligne de tout le reste.

13/11/2011, 18:58 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Marielle Billy le 13/11/2011 à 18:05

D'où la nécessité s'agissant du débat de politique générale, d'être attentif à la portée symbolique des discours qui peut aller totalement à l'inverse du sens voulu.

(Et votre échange est parfaitement en phase avec ce qui ce dit chez Art Monica)

11/11/2011, 18:31 | Par Jean-Claude Charrié

T'ention !!! pas de foie gras !

Siouplait

11/11/2011, 18:39 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 11/11/2011 à 18:31

3Rire agence de notation MDP

 

Ah non, c'est 250 commentaires au bas mot !!

11/11/2011, 18:51 | Par SAINE COLERE

HOOOOOOOOOOOO!!!!!!!!

11/11/2011, 19:28 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de SAINE COLERE le 11/11/2011 à 18:51

Ah, saine colère ! quel plaisir !

 

Je savais bien que tu nous espionnais. T'as vu comment on t'a fait sortir du bois !

11/11/2011, 20:20 | Par brocéliande

Le plaisir du narcissisme... 250. Quelle aubaine, chère Saine Colère.

12/11/2011, 13:38 | Par ColombAnne

Larrouturou invente la poudre : "Ce sont bien des lois qui ont créé ce déficit. D'autres lois peuvent le combler en quelques semaines..."
Des lois qui créent des déficits ? Je dirai même plus, un système de connards qui créent des déficits et s'en mettent plein les poches au passage.

 

Qu'il me fasse croire qu'il est de gauche en faisant contribuer les puissants ou les patrons, ou en se tatouant une rose sur les fesses ou en mangeant du foin bio, je m'en fous !

Qu'il soit au PS ou à EELV, que son frère fasse des rapports pour Pécresse ou pas, ce type nous prend pour des nouilles : le vrai problème du déficit budgétaire n'est pas de comment le payer, mais de savoir pourquoi on devrait le payer !

 

12/11/2011, 13:46 | Par sherkan en réponse au commentaire de ColombAnne le 12/11/2011 à 13:38

Vous résumez ici tout l'essentiel:

Le problème n'est pas de comment payer, mais pourquoi payer.

12/11/2011, 14:51 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de ColombAnne le 12/11/2011 à 13:38

Ouais... on devrait créer une nouvelle unité de compte, la nouille... l'étalon nouille.

12/11/2011, 14:54 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 12/11/2011 à 14:51

Dans la troupe, y a pas d'jambe de bois !

12/11/2011, 14:18 | Par Bernard Colin

Annecolomb,

Bienvenue. J'attendais ta visite. On sent bien le bien fondé de ton commentaire. Mais au moment d'éclairer, tu jettes aussi une confusion. Le déficit budgétaire, ce n'est pas la dette. J'espère qu'on y reviendra.

 

Marielle, Jean-Claude, Sherkan, Brocéliande, Netmamou, Emmanuel, et tous les autres, je voulais vous dire que je vous aime beaucoup. J'ai lancé ce billet (réveiller la gauche) avec une citation de Larrouturou copiée dans l'interview de Lénaïg Bredoux, parce que pour moi ce club est une université populaire permanente. Parmi tous les sujets qui nous divise, l'économie politique n'est pas le moindre. Et à l'intérieur de ce grand chapitre, il y a celui de l'accélération délirante de la dette des Etats. C'est l'angle de réflexion que je proposais de prendre dans cet "atelier".

 

Ce n'est pas un atelier de spécialistes, de champion d'économie, de candidats aux postes bien rémunérés de conseiller à Bercy. C'est un atelier citoyen qui essaye de débroussailler nos points de vue, nos consciences du phénomène. Un des objectifs est d'armer ces citoyens que nous sommes, pour peser sur la situation dans la mesure de nos engagements.

 

Voilà pour re situer.

 

Et comme ce post commence à être un peu long, je prèfère entrer dans le débat avec vous sur les suivants.

12/11/2011, 15:49 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Bernard Colin le 12/11/2011 à 14:18

Il y a une phrase de Larrouturou qui est essentielle :

 

"C'est troublant, mais un certain nombre de nos dirigeants ne mesurent pas la gravité de la crise."

 

Il en va de même pour la plupart d'entre nous... les citoyens.

Et curieusement ce ne sont pas forcément ce qui crient le moins fort

12/11/2011, 20:36 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 12/11/2011 à 15:49

Archi d'accord

22/11/2011, 10:50 | Par ColombAnne en réponse au commentaire de Bernard Colin le 12/11/2011 à 14:18

Je me trompe, Bernard, ou le déficit budgétaire est annuel, et la dette c'est les emprunts contractés à l'occase de tous les déficits budgétaires ?

Donc on paye le premier en même temps que tous ses frères, c'est ça ?

C'est où, la suite ?

A plus tard.

12/11/2011, 14:31 | Par Bernard Colin

Marielle,

Avant de me taper ta première question d'hier soir, j'ai envie d'intervenir sur l'échange avec JC, question dialectique passion/objectifs.

 

Je me méfie de la passion. La folie boursière qui oscille entre euphorie et dépression, est une passion. L'emballement des justes qui se mettent à couper toutes les têtes qui ne vont pas chez le même coiffeur, est aussi une passion. Il y a aussi des passions froides. Je ne prétends pas à la sagesse, d'ailleurs je ne l'aime pas tellement. Ce qui m'anime ici, à cette étape des choses, c'est la passion de comprendre.

 

Comprendre pourquoi la gauche socialiste se range à ce point derrière la politique de "rigueur".

 

Comprendre en quoi, les analyses des différents économistes opposés à cette politique, divergent.

 

Comprendre ce qui me fonde à opter pour telle orientation, plutôt que telle autre.

12/11/2011, 14:57 | Par espoir en réponse au commentaire de Bernard Colin le 12/11/2011 à 14:31

Malheureusement le combat de la droite contre cette gauche c'est juste ça et lycée de Versailles!

69385442.jpg

12/11/2011, 18:37 | Par SAINE COLERE en réponse au commentaire de espoir le 12/11/2011 à 14:57

ESPOIR .

EXCELLENT !!!!!!!!!!!!!

12/11/2011, 15:21 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Bernard Colin le 12/11/2011 à 14:31

"Comprendre pourquoi la gauche socialiste se range à ce point derrière la politique de "rigueur"."

Parce que son référentiel est contruit sur le même paradigme.

12/11/2011, 15:27 | Par Néfertari...Partie. en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 12/11/2011 à 15:21

Et sur les mêmes nouilles ?

12/11/2011, 22:24 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Néfertari...Partie. le 12/11/2011 à 15:27

Gratinées !

12/11/2011, 20:37 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de Bernard Colin le 12/11/2011 à 14:31

Bernard je te réponds plus bas

12/11/2011, 15:05 | Par Bernard Colin

j'ai horreur des affreux ! C'est une blessure que d'avoir cet immonde vampire sur mon billet.

Deuxio, je ne prononcerai plus jamais son nom. Jamais.

 

Espoir, au nom de notre fraternité, maintenant qu'on l'a vu, si tu voulais le supprimer. (au 357 magnum).xxxxxxInnocent

 

En plus, je cherche la différence entre Généreux et Larrouturou. Pas celle entre le gentil et le méchant loups

12/11/2011, 16:04 | Par espoir en réponse au commentaire de Bernard Colin le 12/11/2011 à 15:05

J'suis d'accord Bernard pour qu'on lui inscrive juste au-dessus "WANTED" .

Quant à la différence,selon une appréciation d'ancienne vraie blonde,entre L et G, je me fie aux apparences , je crois que le second s'applique particulièrement à illustrer son patronyme, pourra t'il l'imposer au- dela des sympathisants du front de Gauche? une vision qui devrait irradier le PS mais les pâtes molles coulent des jours insensibles aux révélations. Repartez dans l'errance du questionnement mon fils , les voix du PS ne nous chantent qu'un seul salut , celui du Capitalisme et de ses saints apôtres, circulez mon fils , y'a rien à voir de nouveau!

12/11/2011, 18:35 | Par netmamou

Bernard,

Comprendre pourquoi la gauche socialiste se range à ce point derrière la politique de "rigueur".

Je pense ici à l'importance des appellations, qui ne sont plus contrôlées. Et c'est la raison de mon très court post , en liason avec ton titre.

Il y une arnaque sur les mots. Le parti communiste n'a plus de " communiste" que le nom,par exemple, et depuis bien longtemps. Si on l'a admis pour le PCF, pourquoi ne pas le faire avec le PS ?

La révolution consiste d'abord à appeler un chat un chat.

Donc, vidons nos têtes de l'idée que" le PS, c'est la gauche" . Et, outre que ça nous aérera les neurones, je suis convaincue que ça nous permettra d'avancer.

D'accord pour te suivre dans d'autres billets sur la question! Rire

Je pose ici la conclusion d'un article de Martine Orange, que j'avais utilisée dans mon billet sur la " Règle d'or"

Or, la"'règle d'or" non seulement le PS n'y est pas oppsoé, mais Flamby veut faire mieux et plus vite que le nabot!!

Le PS est dans la posture gestionnaire, pas dans la rupture qui demande un gros courage politique.

Y a des fois où il faut se rendre aux évidences ! Rire

" C'est ce débat-là que la gauche se doit de mener devant l'opinion publique pour expliquer son opposition à la fameuse « règle d'or » et démonter le piège tendu par Nicolas Sarkozy. Certes, cela risque de raviver les plaies mal refermées du référendum européen de 2005. Mais les enjeux sont tels qu'ils justifient de passer cet obstacle. De toute façon, si la gauche s'y refuse, elle s'y perdra. Car ce n'est pas ses qualités de gestionnaire qui sont en cause mais sa possibilité d'incarner une alternative politique. "


.

 

12/11/2011, 18:43 | Par [email protected] en réponse au commentaire de netmamou le 12/11/2011 à 18:35

Lors du débat des primaires, François Hollande a très explicitement déclaré que pour sa part il ne s'était jamais rallié à la "règle d'or". Qu'il veuille faire vite et mieux que le Nabot pour desserrer l'étau, c'est ce qu'on attend de lui...

12/11/2011, 18:53 | Par netmamou en réponse au commentaire de [email protected] le 12/11/2011 à 18:43

Admettons que la règle d'or ne soit pas inscrite dans la constitution par le PS...

Reste que faire plus vite et mieux que Sarko, c'est encore plus d'austérité pour le peuple !! Je ne suis pas sûre du tout que c'e soit ce qu'"on (" arttend de lui ...

12/11/2011, 19:06 | Par SAINE COLERE

Si je commente , j'ai bien peur de repeter ce que NETMAMOU vient d'ecire .

Depuis des années , le PS , se complait en une politique locale , regionale , ou les notables regentent les "petits avantages "

Celà semble sufire , aux electeurs !

Se rendent ils compte de la duperie ?

En TOUS PAYS , il faudrait une veritable rupture , non pas une revolution, mais un changement radical des régles qui nous sont imposées depuis des années .

2005 , le NON au referendum , notre vote baffoué , marque , pour moi ,une defiance absolue envers ce parti complice de detournement democratique .

Réveiller LA GAUCHE !!!

En designant Hollande ....... quel constat !

IL est vrai que je ne crois pas en un (e) etre providentiel !

Il semblerait que l'on assiste actuellement , à"une drôle de guerre "

Une course de lenteur , quant au programme pour sortir des griffes des financiers .

 

 

13/11/2011, 06:21 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de SAINE COLERE le 12/11/2011 à 19:06

"couse de lenteur", oui selon moi, mais selon moi, il y a une autre raison que la tiédeur gestionnaire du PS, il y a la démesure entre

* le drame économique (et démocratique) européen (pour l'instant celle du sud plutôt, encore que la Belgique est à son tour dans la danse, encore que ça gronde aussi en Allemagne ...)

* et les outils politiques

Ceci crée une couche épaisse d'inconnu sur fond de noirceur ; du coup il y a ceux qui tâtonnent, moins fiers qu'avant dans leur posture (ump, ps), et ceux qui tâtonnent en faisant figure de battants. Ce qui reste obscur, non élaboré, c'est la dèche qui guette : c'est le sujet de mon dernier billet.

Ne croyez pas que je suis défaitiste, c'est tout le contraire, mais je crains beaucoup le travail de "refoulement" ambiant. Rien de tel que le refoulement pour laisser les gens sidérés, inhibés.

 

12/11/2011, 19:42 | Par Bernard Colin

Je suis bien d'accord avec la citation en gras, en bas du post de Netmamou.

 

Pour les querelles de dictionnaire, ça c'est gauche, ça s'est pas gauche, ça ne m'intéresse guère. Les mots ont plein des sens variables. On est toujours à gauche ou à droite de quelqu'un, sur un point ou sur un autre. Perte folle d'énergie, et en plus je me méfie de ceux qui disent la vraie gauche (cad soi).

De plus, on est obligé de remarquer qu'il y a des différence entre les dirigeants, les adhérents, les électeurs, et entre eux-mêmes à l'intérieur.

 

La gauche est définitivement plurielle, contradictoire, et relative à une situation parlementaire donnée.

 

Les fous dangereux sont aux commandes. Dans plusieurs pays, on remplace déjà les affairistes, directement par les dirigeants financiers (sans doute encore plus cinglés parce qu'ils ont l'air froid).

Je me souviens de l'arrivée de Pompidou, j'avais 18 ans, pas le droit de vote. J'étais très engagé. Mon sentiment instinctif, c'est dressé. La bonhommie bien brave allait faire passer l'Etat directemment au services des banques. Ils insistent.

 

Concernant le PS, pur produit de la 5ème, je suis inquiet de l'absence de solution économique qu'ils propose. N'en parlons plus, puisqu'apparemment on est ici suffisamment, en gros, d'accord, là dessus.

 

Il reste une différence verts/rouge qui cherche à se comprendre. Notamment sur ce point d'économie politique.

12/11/2011, 20:19 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Bernard Colin le 12/11/2011 à 19:42

Tout va bien sauf ton inquiétude sur l'absence de solution économique.

La solution ne peut être que politique et il faut nous défaire du concept "d'économie politique" qui est un pléonasme si l'on veut bien considérer que l'économie en tant que science est un discours politique.

Non ?

12/11/2011, 20:47 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 12/11/2011 à 20:33

Tout est politique

Bon

 

Le ps merdoie dans ses options économiques. Un peu comme une femme antiféministe qui transmet la tradition d'oppression masculine, parce que c'est réaliste.

 

Les troyennes, levez-vous, et expliquez à Hollande qu'on ne veut pas devenir les putains d'Agamemnon.

12/11/2011, 20:49 | Par [email protected] en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 12/11/2011 à 20:33

L'économie (economics) en tant que savoirs (à vocation ou prétention scientifique, "cartes" plus ou moins pertinentes) rassemblés sur l'économie ( ecomomy): ensemble d'activités sociales ("territoire") relatives à la reproduction (changée) matérielle de l'existence, est un ensemble de discours se rattachant à diverses politiques, et qui ne concordent pas sur la possibilité ou non d'une politique économique.

 

 

Hum, ça reste encore un peu confus dans l'expression.

 

 

Notons quand même que les monétaristes friedmaniens, les plus éloignés de la politique économique, furent peut-être les plus assidus à réclamer (ou à se réjouir d') une politique très dure, voire inhumaine, comme condition de la mise en oeuvre d'une économie débarrassée de la politique.

12/11/2011, 21:02 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de [email protected] le 12/11/2011 à 20:49

A ce propos Melchior, je cite ci-dessous un post de Sprisain :

 

Même si aller chez les Verts interroge
ou révèle, j'aurais pensé qu'un homme intelligent comme
Larroutourou ne s'appuie pas sur le PIB pour raisonner.

 

Le
PIB ça ne tient pas debout. Un exemple simple : un grave
accident de circulation contribue à l’accroissement du PIB. C'est
un indice débile comme l'expliquait donc déjà en 1975 le célèbre
inventeur du principe de Peter (Taper cela sur votre moteur de
recherche favori) .

 

C'est
probablement des gens illustrant ce principe, c'est à dire ayant
atteint leur niveau d'incompétence, qui expliquent la persistance
de l'utilisation de cet "outil" trompeur faussement
informatif et encore moins comparable entre pays.

 

« 
Notre PIB prend en compte dans ses calculs, la pollution de l’air,
la publicité pour le tabac et les courses d’ambulances qui
ramassent les blessés sur nos routes. Il comptabilise les systèmes
de sécurité que nous installons pour protéger nos habitations et
le coût des prisons où nous enfermons ceux qui réussissent à les
forcer. Il intègre la destruction de nos forêts de séquoias ainsi
que leur remplacement par un urbanisme tentaculaire et chaotique. Il
comprend la production de napalm, des armes nucléaires, et des
voitures blindées de la police destinées à réprimer des émeutes
dans nos villes. Il comptabilise les programmes de télévision qui
glorifient la violence dans le but de vendre les jouets
correspondants à nos enfants.

En revanche, le PIB ne tient
pas compte de la santé de nos enfants, de la qualité de leur
instruction, ni de la gaîté de leurs jeux. Il ne mesure pas la
beauté de notre poésie, ou la solidité de nos mariages. Il ne
songe pas à évaluer la qualité de nos débats politiques ou
l’intégrité de nos représentants. Il ne prend pas en compte
notre courage, notre sagesse, ou notre culture. Il ne dit rien de
notre sens de la compassion, ou du dévouement envers notre pays. En
un mot, le PIB mesure tout sauf ce qui fait que la vie vaut la peine
d’être vécue. » Robert
Kennedy.

 

 

12/11/2011, 21:09 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Bernard Colin le 12/11/2011 à 21:02

Melchior, ça ne m'empêche pas de prendre ton post en considération. Et d'y revenir.

12/11/2011, 21:20 | Par [email protected] en réponse au commentaire de Bernard Colin le 12/11/2011 à 21:02

Le PIB n'est pas autre chose que la somme des valeurs ajoutées, elles mêmes différences entre les chiffres d'affaires et les consommations intermédiaires, on ne doit pas lui faire dire plus qu'il ne dit, et c'est vrai que son établissement donne lieu à des tas de paradoxes et de bizarreries. Si Robert Kennedy n'avait pas été assassiné par un militant de la cause chère à Sprisain, il aurait peut-être été plus loin dans son analyse, et reconnu qu'il est somme toute normal qu'une notion étroitement économique ne rende pas compte de la totalité de l'expérience humaine.

12/11/2011, 22:01 | Par SAINE COLERE en réponse au commentaire de Bernard Colin le 12/11/2011 à 19:42

Pompidou : President en 1969 . ou Premier ministre en 1962 ?

Alors pour me situer dans le temps en 62 , j'en avais 16 ce qui implique qu'en 69 ..... 23 .

suis fort en calcul ?

Ha la castagne dejà contre les copains de l'extreme droite ,

Algérie française .

Pourquoi etions nous déja si politisés ?

(voilà un voile de lever)

12/11/2011, 20:49 | Par Marielle Billy

Bonsoir Bernard et chacun,

"passion" ce mot est là pour dire quelque chose comme la niaque, ou plus chic, la ferveur.

Mais pour ta question sur les socialos : j'ai deux réponses, l'une qui rejoint ce que j'ai lu plus haut - le PS est un parti plan-plan, de gens qui veulent bien gouverner avec un chouïa de social mais qui n'a jamais (sauf dans le verbe) fait une politique au long cours de réduction des inégalités.

L'autre, et je me dis ça depuis pas longtemps, c'est que personne n'y voit clair, (même les Atterrés, Lordon et autres personnes que j'aime bien). Le PS navigue donc à vue, petit bras, car ce qui se passera dans 6 mois ou un an, c'est tempête et inconnu. Ils font donc comme les gouvernements en place, ils tâtonnent, et sur le coup, j'avoue ne pas y voir clair du tout...Je pense que je vais faire un billet car c'est un peu long.

12/11/2011, 21:07 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Marielle Billy le 12/11/2011 à 20:49

Tu as raison. (je veux dire, excusez-moi, je suis d'accord avec toi)

 

Message de Sprisain ci-dessus, qui éveille un autre aspect, considérable, de la question. Et qui nous renvoie aux billets de JC, sur le matérialisme.

 

En attendant, je veux me fader l'angle "économiste" parce que la merde est énorme, et qu'il y a des choix politiques à faire dans ce domaine. Ils sont tout ce qu'il y a de plus urgents.

13/11/2011, 01:02 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de [email protected] le 12/11/2011 à 21:23

Melchior, le marché n'est pas un océan, plus ou moins domptable.

 

Le capitalisme n'est pas identique au Marché.

 

Ta question est profondément mal posée, et ne règle aucun problème.

 

Tout simplement parce que tu peux laisser "libre cour" au marché dans certains domaines. Le domestiquer dans d'autres, le tuer dans d'autres.

Les biens communs peuvent être sorti du marché complètement. Et c'est en plus économiquement viable.

Arrête de radoter avec ton raisonnement en 3 points dont le centre est la seule solution. ça n'a aucune espèce de relation avec la réalité. ça n'a aucune espèce de sens. Pourquoi te crampones-tu à cette rêverie.

 

Ensuite, ça évite le problème posé ici à court terme, l'urgence. Quel est le meilleur choix pour sortir du merdier dans lequel nous sommes. Là, maintenant.

 

13/11/2011, 08:28 | Par françois périgny en réponse au commentaire de [email protected] le 12/11/2011 à 21:23

Allez hop ! Une 'tite chanson pour TontonMelchior :

"I go to the market, mon p'tit panier sous l'bras

I go to the market, mon p'tit panier sous l'bras

C'est d'valeur, vous m'comprenez guére,

Quel malheur vous ne me comprenez pas..."

(Gilles Vigneault)

13/11/2011, 08:54 | Par [email protected]

La solution féodale a fonctionné quelque temps, et fonctionne encore ici et là (mâtinée de marché pour l'oxygène indispensable).

 

La solution collectiviste a fonctionné quelque temps (beaucoup moins longtemps) et fonctionne encore tant bien que mal dans quelques contrées (s'ouvrant au marché pour pouvoir respirer).

 

Le marché confisqué règne sur le reste du monde. Il fonctionne, grosso modo, pas trop mal pour produire. Satisfaire vraiment les besoins, c'est autre chose. Bon, qu'est-ce qu'on fait du marché ?

 

 

Le troupeau de vaches à lait a du vague à l'âme. Certains villageois disent: elles seraient ben meuh si on les laissait en liberté dans la montagne, ou encore brouter dans vos potagers. D'autres: il faut les tuer et les remplacer par des effigies en carton. L'âne dit: Laissez-les brouter dans l'herbage et ruminer à leur aise; mais il faudra les traire à heures régulières. Le choeur des villageois: Tais-toi, bourrique ! tu n'y connais rien.

 

 

13/11/2011, 09:55 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de [email protected] le 13/11/2011 à 08:54

cépassadutou ma bourrique. méalorpadutou.

 

1) on peut sortir, l'eau, l'école, la santé, l'énergie, l'éducation, les cotisations sociales, les Etats, du marché. Sans même abolir le capitalisme.

 

2) les biens, les services, peuvent très bien sortir du marché si la communauté le décide. Actuellement les organes de greffe et le sang, sont sur le marché dans certains pays, pas dans d'autres.

 

Il est temps de passer au chapitre 2, bourrique c'est au programme de troisième. Sinon tu n'auras jamais le certificat d'étude.

 

Cétipapossib' d'être aussi borné dans ses cartes de classes primaires.

13/11/2011, 10:06 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Bernard Colin le 13/11/2011 à 09:55

ça n'empêche pas de traire les entrepreneurs à heures régulières.

 

Sais-tu que la caisse des dépots et consignations qui gère plus d'argent que les impôts sur les revenus, est là précisémment pour empêcher que les cotisations sociales puissent être utilisées dans le spéculation. Et que c'est pour ça que la France a pu encaisser la crise de 2008.

On a retiré ces sommes du marché. Tu es au courant que l'éduc nat n'est pas sur le marché.

13/11/2011, 10:10 | Par Jean-Yves Cognac

Salut Bernard...

Pour réveiller la gauche en moins de 2 mois, à part foutre une bombe rue de Solférino, je vois pas bien...

13/11/2011, 10:49 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Jean-Yves Cognac le 13/11/2011 à 10:10

Rire

C'est une idée.

 

mais ça ne suffira pas, je crains.

13/11/2011, 11:15 | Par Belange

Réveillez le PS , pourquoi faire ?

13/11/2011, 11:19 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Belange le 13/11/2011 à 11:15

rien du tout.

Réveiller la gauche dont le ps, actuellement est le somnifère.

13/11/2011, 11:35 | Par Belange

en quoi le PS est-il de gauche ?

13/11/2011, 11:46 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Belange le 13/11/2011 à 11:35

Sais pas. Faudrait leur demander. Peut-être en ce qu'ils croient qu'ils sauveront un système qui s'écroule de sa propre sauvagerie.

Querelle de dictionnaire.

La gauche, ce n'est pas ceci ou cela.

La droite: ceux qui veulent partager le moins possible, tant que le système tient

La gauche: ceux qui veulent partager le plus possible, tant que le système tient.

 

Mais ce n'est pas mon souci. Mon souci, c'est qu'actuellement, ils font croire à des électeurs que la même politique que la droite, en plus cool, c'est mieux que la même politique que la droite tout court.

13/11/2011, 11:48 | Par LEON et PAULETTE

Plus que 57 jours Je ne dis plus rien...

 

Paulette

(en RTT contre la journée de la gentillesse)

13/11/2011, 12:02 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de LEON et PAULETTE le 13/11/2011 à 11:48

Lors de la dernière crise (1930) les hommes politiques on fait dans leurs frocs, et ont confié les commandes aux durs.

 

Cette fois, ils les confient directement aux banquiers.

 

Tu reprendras bien un petit prozac. Remettez-nous ça, patron.

 

Soyons hyper gentils avec nous-mêmes.

13/11/2011, 13:02 | Par LEON et PAULETTE en réponse au commentaire de Bernard Colin le 13/11/2011 à 12:02

bon d'accord : http://www.youtube.com/watch?v=E46qi3kX4XM

 

Paulette

13/11/2011, 12:54 | Par Emmanuel Esliard

Comme l'a dit si bien Jacques Sapir : "ce n’est qu’en … s’acceptant comme des chercheurs en sciences sociales que les économistes peuvent mettre fin à la crise de leur discipline."

 

Cela mettrait fin également au mythe de la "science économique", qui présuppose qu'il s'agit d'une science exacte, il suffisait d'entendre l'un des favoris des médias télévisés avant la crise, Jacques Marseille, qui s'auto-intoxiquait avec cette notion et la répètait comme une gourmandise, il jouissait le bonhomme ! L'économie est une science exacte, l'économie est une science exacte, quelle jouissance pour ce ramolli du bulbe et ses acolytes !

 

Perso j'ai toujours préféré l'ancienne dénomination de sciences économiques, qui rend mieux compte de la complexité et de l'empirisme des méthodes utilisées. Mais Jacques Sapir a sans doute raison.

 

Mais donner les clés du camion aux banquiers, résoud tous les problèmes, plus de prise de tête, eux, avec leurs modélisations mathématiques vont tout résoudre en leur faveur, les politiques se chargeant des rustines et de la dissolution.

 

Pour nous, ce qu'il y a de plus important, mis à part changer le cerveau de Flamby, c'est d'enlever le maximum d'activités au secteur marchand, ne rien céder là-dessus. S'ils insistent aussi lourdement sur cette question, notamment dans les traités européens, c'est parce-qu'elle est essentielle, elle permet de lui geler une énorme marge de manœuvre, de ne pas avoir l'emprise totale sur nos vies.

 

Ce n'est évidemment pas suffisant, il faut aussi garantir le financement des investissements dans le secteur non-marchand et pour cela avoir des banques qui y sont dédiées, à moins d'avoir bien entendu la possibilité de créer de la monnaie dans les banques centrales.

 

Pour moi ce serait un bon début, étant entendu qu'il y a encore beaucoup de choses à bien définir !

 

13/11/2011, 13:22 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 13/11/2011 à 12:54

Entièrement d'accord.

13/11/2011, 13:47 | Par Fantie B.

Sur la possibilité de réveiller la princesse endormie (la gauche), un article/interview utile à lire sur Mdpt aujourd'hui :

http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/131111/karl-polanyi-t-il-la-solution-la-crise-de-leuro

 

extrait :

"L’utopie libérale que critique Polanyi est le résultat d’une victoire culturelle et idéologique. Aujourd’hui, quand on voit un Daniel Cohen conseiller Martine Aubry, on voit mal comment la gauche pourrait intégrer les mouvements de contestation de la City ou de Wall Street. Comment des gens qui conseillent des banques d’affaires pourraient aider à penser des alternatives réelles?"

 

13/11/2011, 13:52 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Fantie B. le 13/11/2011 à 13:47

Fantie, très bon article.

 

Te voilà promue documentaliste en chef des éveillés.

 

Le premier dirigeant qui ouvre un oeil est envoyé en cure de réapprentissage du sommeil, à Bilderberg.

13/11/2011, 16:50 | Par Bernard Colin

On a poursuivi, chez Marielle, et chez Art Monica.

 

On y reviendra.

 

Stratégie de l'éveil :

Discerner

Qui endort qui, de quoi.

Qui éveille qui, à quoi

13/11/2011, 19:09 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Bernard Colin le 13/11/2011 à 16:50

Economie/politique Un lien à ajouter (n'est pas sur la liste ci dessous

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-claude-charrie/041111/re-apres-leconomie

 

13/11/2011, 17:37 | Par Belange en réponse au commentaire de Fantie B. le 13/11/2011 à 17:34

Et si on poursuivait ces discussions dans les locaux du conseil général du coin.

13/11/2011, 18:23 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Belange le 13/11/2011 à 17:37

Occupy CG ?!

13/11/2011, 18:27 | Par Belange en réponse au commentaire de Fantie B. le 13/11/2011 à 18:23

oui, ça nous appartient non ? Et on verrait la réaction de nos élus de gauche !

14/11/2011, 02:33 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Belange le 13/11/2011 à 18:27

Fantie, réveiller la gauche, c'est se réveiller soi même.

14/11/2011, 11:55 | Par Belange en réponse au commentaire de Bernard Colin le 14/11/2011 à 02:33

Se réveiller , depuis que je vote, je suis réveillé , ça suffit pas . Il faudrait aussi qu'on soit aidé par les artistes soi-disants de gauche .Où sont-ils ? Pourquoi ne vont-ils pas soutenir les Indignés ?

14/11/2011, 16:29 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Belange le 14/11/2011 à 11:55

Les "artistes", Belange, c'est beaucoup de monde, différents. Ceux que je connais et fréquente, sont actifs politiquement, ils y sont.

 

Peut-être que d'autres sont comme tout le monde, frileux comme des moineaux. Ou intéressés à ce que ça ne change pas trop.

13/11/2011, 18:27 | Par Belange en réponse au commentaire de Fantie B. le 13/11/2011 à 18:23

oui, ça nous appartient non ? Et on verrait la réaction de nos élus de gauche !

14/11/2011, 11:46 | Par habitus

hé bé c'est l'éclate ici ^^

14/11/2011, 16:28 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de habitus le 14/11/2011 à 11:46

bonjour Hastal,

 

Tu voulais nous proposer un voie supplémentaire pour réveiller la gauche ?

14/11/2011, 20:18 | Par habitus en réponse au commentaire de Bernard Colin le 14/11/2011 à 16:28

Réveiller la gauche, je ne vois pas ce que ça veut dire. Etes vous sûr vous-même de ne pas dormir debout ?

15/11/2011, 10:06 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de habitus le 14/11/2011 à 20:18

Rire

Relisez l'interveview de Larrouturou. C'est lui qui utilise cette expression.

 

Réveiller la gauche, en ce qui me concerne, c'est faire en sorte que les gens qui se considèrent à gauche, s'aperçoivent que les réformettes qui se préparent risquent fort de ne rien changer. Prendre conscience de la situation.

15/11/2011, 10:30 | Par Belange en réponse au commentaire de Bernard Colin le 15/11/2011 à 10:06

J'en ai pris conscience et je voterai en conséquence .

15/11/2011, 10:41 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Belange le 15/11/2011 à 10:30

Oui, on votera.

Mais le régime présidentiel conduit au bipartisme. Et le quinquenat conduit à l'assemblée godillot.

Avec EELV et FDG à 10 chacun, c'est pas folichon, l'éveil.

15/11/2011, 15:00 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Bernard Colin le 15/11/2011 à 10:41

10 chacun, ce serait pas mal, pour l'instant ils ne dépassent guère les 10 ensemble !

 

16/11/2011, 10:13 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 15/11/2011 à 15:00

C'est pourquoi, il est urgent de réveiller le reste de la gauche.

15/11/2011, 10:59 | Par Belange

Les gens qui s"éveillent autour de moi, ils vont voter F. N. parce qu"ils se sentent abandonner de tous : des syndicats, des politiques, des associations .

15/11/2011, 11:11 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Belange le 15/11/2011 à 10:59

Il y en a plein.

Le troupeau vote pour le chien, quand il est fatigué du berger.

15/11/2011, 13:52 | Par habitus en réponse au commentaire de Bernard Colin le 15/11/2011 à 11:11

La logique voudrait, si l'on écoute les discours des uns et des autres, en vue de la situation dramatique actuelle, et nous en sommes encore qu'au prélude en France, une sorte de Front Populaire que n'est pas pas le Fdg. Un véritable Front Populaire, aujourd'hui, devrait réunir les défenseurs de l'écologie (dramatique situation aussi), le social et l'anti-finance, par conséquent : les Verts, Montebourg, et Mélenchon. Ils ont tous avancé des éléments convergents à mon regard, pour le peu que je connaisse leurs conceptions défendues. Bilan : je pense qu'additionner, ils peuvent faire plus que Hollande, mais séparés ils n'ont aucune chance... Pourtant il y a des penseurs "contre la finance et le nucléaire" pointus dans tous ces groupes.

15/11/2011, 13:59 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de habitus le 15/11/2011 à 13:52

je vois aussi les choses comme ça.

15/11/2011, 14:17 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Bernard Colin le 15/11/2011 à 13:59

Vous voyez loin tous les deux.

Et de près docteur ?

 

15/11/2011, 14:38 | Par habitus en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 15/11/2011 à 14:17

Je pense que pour bien se soigner, il ne faut pas trop attendre...

16/11/2011, 12:19 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de habitus le 15/11/2011 à 14:38

Vrai.

Le mieux c'est de savoir compter sur nos propres forces.Surpris

Je veux dire, ne rien attendre des milieux autorisés à penser, qui s'autorisent à penser en attendant que nous agissions.

Agissons, et agissons notre pensée nous mêmes.

16/11/2011, 12:19 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 16/11/2011 à 12:19

La révolution, c'est comme le dentiste. Plus tu attends, plus ça fait mal.

16/11/2011, 12:23 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Bernard Colin le 16/11/2011 à 12:19

C'est qui ton dentiste ?

15/11/2011, 15:08 | Par Fantie B.

@ Hastal : "Un véritable Front Populaire"

Pour parler sans détour : les composantes de la gauche luttent principalement pour l'influence de leur groupe.

(je voudrais bien me tromper)

16/11/2011, 14:47 | Par habitus en réponse au commentaire de Fantie B. le 15/11/2011 à 15:08

de leur groupe, voire de leur imminente personne...

16/11/2011, 14:53 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de habitus le 16/11/2011 à 14:47

Oui au multipartisme !

Citoyens, le monde c'est vous. Ne déléguez rien que ne puissiez contrôler. Le pouvoir n'existe pas. Ce n'est qu'un champ de forces complexes.

 

En politique, il n'existe rien que les alliances à différents termes.

16/11/2011, 06:08 | Par danivance

Réveiller la gauche ?

Est ce que cela ne passerait pas par ?

-

Réveiller le monde du travail, assommé par les annonces de rigueur acrue uniquement à son égard, assommé par les annonces de fermetures d'usines, assommé par le déremboursement de la maladie, la fermeture des écoles...

-

Ne serait ce pas le moment de reparler de lutte des classes.

-

La dette publique n'a profité qu'aux capitalistes, c'est à eux de la rembourser.

-

Le monde du travail est attaqué par celui du capitalisme (défendeur de la libre concurrence non faussée). Leur seule réponse à la crise : Chômage pour les uns, cadences infernales pour les autres.

-

La droite au pouvoir impose l'austérité. Mais le parti socialiste et son candidat Hollande se veulent "raisonnables" : Ils s'engagent devant la bourgeoisie à rembourser la dette mais ne promettent rien aux travailleurs. Nul doute qu'après les élections, ils aggraveront les plans de rigueur.

-

Il faut interdire les licenciements et répartir le travail existant entre tous sans diminution de salaire.

-

Il faut imposer une augmentation générale puis l'indexation automatique des salaires et des retraites sur les hausses réelles de prix.

-

Il faut supprimer le secret des affaires, pour connaître la situation réelle des entreprises et pour prévoir leurs mauvais coups.

-

L'irresponsabilité de certains patrons et de tous les capitalistes impose de les mettre sous contrôle. Que font ils des profits accumulés depuis des années sur le dos des salariés ?

-

Toute ressemblance avec le programme de Nathalie Arthaud, candidate de lutte ouvrière à l'élection présidentielle, ne peut être que fortuite.

-

Elle tiendra réunion publique le 22 novembre à 19 h 30 à Vaulx en Velin, salle Jara, rue Lésire.

16/11/2011, 10:15 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de danivance le 16/11/2011 à 06:08

Tu nous raconteras.

16/11/2011, 12:21 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Bernard Colin le 16/11/2011 à 10:15

Toute parole est bonne à prendre, mais une fois qu'on l'a prise, on en fait ce qu'on veut.

16/11/2011, 14:56 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 16/11/2011 à 12:21

La lutte, c'est classe !!

16/11/2011, 17:48 | Par danivance

Promis, je ferais un résumé. Ca commencera par : Camarades...

16/11/2011, 18:12 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de danivance le 16/11/2011 à 17:48

C'est toujours ça.

16/11/2011, 20:00 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Bernard Colin le 16/11/2011 à 18:12

Soyons optimistes le pluriel est toujours de mise.

22/11/2011, 12:35 | Par Bernard Colin

@AnneColomb 10h50

Salut Anne, comme ton message est calé tout là-haut, dans les échanges d'il y a dix jours, je préfère continuer, ici, pour lisibilité.

 

Dette publique et déficit du budget de l'Etat.

La dette publique est constituée de tous les emprunts publics, Etat et collectivités territoriales. Le cumul des déficits budgétaires annuels y entre (environ 40 milliards/an). S'y ajoutent les investissements qui sont aussi financés avec des emprunts, et les intérêts. (Total 1 300 milliards)

 

La capacité de remboursement fait varier le coût de l'emprunt. Plus tu es fiable, et moins c'est cher. L'impossibilité de faire varier la monnaie oblige le plus pauvre à s'aligner sur le plus riche, et le ruine.

 

La convention d'impossibilité d'emprunter directement à la banque centrale, (c'est à dire de s'auto emprunter à des taux très faibles, rapprochés de la croissance réelle) oblige à emprunter aux privés, c'est à dire à des investisseurs qui veulent s'enrichir en prêtant à des taux usuraires. Et c'est aussi la ruine. Tu paies plus que tu ne gagnes avec les sous empruntés.

 

Voilà.

24/11/2011, 15:33 | Par marcelhic

je suis plutot dans la préparation d'un grand concours de pêche citoyen pour le deuxieme tour

une partie de pêche vraiment a gauche

asuivre ...

Yj

 

Newsletter