Ven.
19
Déc

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Thématiques du blog

 

Cahuzac : un compte en Suisse et un anglicisme qui en dit long

Déjà, je déroge à mon projet, celui de ne publier dans mon blog Mediapart que des articles littéraires. Mais après tout, il faut bien que le vice rende hommage à la vertu.

Cahuzac possédait un compte en Suisse, et peut-être même un autre à Singapour (sait-il où se trouve cette riante mégalopole ?).

Mais ce qui est vraiment grave pour moi c’est qu’il vient de commettre un anglicisme de la pire espèce, de celle dont on est abreuvé dans les séries de télé étasuniennes de série B pour les gosses. Il s’est dit « dévasté par le remords ».

 Non, Monsieur l’ex-ministre, plus qu’un crime, ceci est une faute. En français, on est anéanti, on reçoit un coup terrible, on est terrassé, foudroyé. Elle en a des ressources, la langue de ceux qui n’utilisent pas au quotidien l'idiome de la finance internationale.

Ce qui est grave, et Orwell l’a expliqué magistralement dans les années 1940, c’est que lorsque l’on s’exprime dans la langue de l’autre, on pense dans la langue de l’autre, donc on pense mal. Et l’on ment. Cahuzac ment lorsqu’il dit qu’il est « dévasté ».

À part cela, Mediapart a posé à chaud les bonnes questions : pourquoi la classe politique (ne parlons même pas du poujadiste à la voix de fausset Aphatie à qui il reste maintenant d’entrer dans les ordres ou dans la Légion étrangère) n’a-t-elle pas pris au sérieux ses infos ? Par delà le jugement auquel il devra faire face, ils faudra comprendre, par ailleurs, pour quels intérêts Cahuzac mentait, lui qui fut soutenu au premier chef par Éric Woerth.

Tous les commentaires

03/04/2013, 10:22 | Par Vivre est un village

Il ne reste plus qu'à souhaiter que Mediapart puisse "évacuer" aussi Pierre Moscovicci, Ministre de l’Économie et des Finances En prièreEn prièreEn prière !!!

Le 16 mai 2012, à la suite de l'élection de François Hollande à la présidence de la République, et de la nomination par ce dernier de Jean-Marc Ayrault au poste de Premier ministre, il est nommé ministre de l'Économie, des Finances et du Commerce extérieur. Le 21 juin 2012, il est nommé ministre de l'Économie et des Finances dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault II. Le 21 juin 2012, il perd la charge du Commerce extérieur suite à la nomination de Nicole Bricq à ce poste16.

Ses deux ministres délégués sont Bernard Cazeneuve, ministre délégué chargé du Budget, qui a remplacé Jérôme Cahuzac le 20 mars 2013, et Benoît Hamon, ministre délégué chargé de l’Économie sociale et solidaire et de la Consommation.

Son objectif est de réduire la dette, creuser le sillon européen, renforcer la compétitivité de la France, et mener des réformes de structure pour l'économie française 17. Il indique vouloir défendre le « sérieux de gauche » pour restaurer la crédibilité budgétaire et financière de la France. Il souligne régulièrement l'importance de la réduction des déficits et des dépenses publiques, récusant les termes d'austérité et de rigueur18.

Sur le terrain, il explique les mesures du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi et les 35 mesures qu'il contient, dont le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et la Banque publique d'investissement (BPI)19.

Il a traité depuis mai 2012 plusieurs dossiers d'entreprises en difficulté, tels que le Crédit immobilier de France, Dexia, ou encore PSA Finances 20.

Sur le plan européen, Pierre Moscovici s'est impliqué dans le Pacte de croissance en juin 2012, la recapitalisation de la Banque européenne d'investissement, le sauvetage de la Grèce et de Chypre ou encore la supervision bancaire21.

A l'international, il soutient la promotion d'une mondialisation solidaire, la recherche de remèdes à la volatilité des taux de change, les approches coopératives pour favoriser le retour généralisé à la croissance22.

Orientations politiques

Il est associé au courant de pensée social-démocrate. Il a exposé sa vision politique dans ses nombreux ouvrages, dont le dernier, Défaite interdite, est paru en 2011. Il a aussi présenté ses orientations politiques dans le texte l’Audace d’innover, en juin 2011.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Moscovici

A bientôt.

Amitié.

03/04/2013, 10:48 | Par QUASAR-17

Les excuses à l'américaine de Cahuzac sont aussi sincères que son mensonge.

03/04/2013, 10:51 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de QUASAR-17 le 03/04/2013 à 10:48

C'est le moins que l'on puisse dire MaladeMaladeMalade.

A bientôt.

Amitié.

03/04/2013, 11:42 | Par Antoine Perraud

Merci et bravo : on doit être accablé, bourrelé, déchiré, dévoré, poursuivi, torturé, tourmenté de remords. “Dévasté” s'emploie en français pour désigner ce que le ravage a rendu désert. En revanche, au sens de foudroyé, troublé, touché, ébranlé, remué, ému, terrassé, consterné, etc., c'est effectivement un anglicisime.

« Dévasté par le remords » ressemble à du “traduit du”. J'ai eu Mme Cahuzac mère comme professeure d'anglais, en terminale, au lycée Henri IV, à la fin des années 1970. Elle n'aurait jamais laissé passer cette maladresse !

L'amour dévaste les âmes où il règne (Chateaubriand : Le Génie du christianisme, ou la beauté de la religion chrétienne)

 

P.-S. Quant à Jean-Michel Aphatie, combien de temps pourra-t-il se vanter d'avoir inventé, à défaut du fil à couper le beurre, l'accent circonspect ?...

03/04/2013, 14:09 | Par Patrig K en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 03/04/2013 à 11:42

voir le gag des guignols sur canal + hier le 2.4.2013; pour une fois, il est a marquer d'une croix, je le conseil , Edwy y est très bien caricaturé face à l'Aphatie

 

03/04/2013, 11:43 | Par Pierre Caumont

I'm trully devastated by your statement ! Un anglicisme? Seigneur, je m'en "étranglicisme" de rage ! Thus, Jerôme Cahuzac would have maltraité la langue de Molière à seule fin d'attendrir le "public français" si coriace ? How shameful ! Really, qu'on rétablisse la décapitation en place publique, je ne vois que cela ! Espérons que par ce sacrifice propitiatoire les dieux tout là-haut, vautrés sur leur retraite chapeau, nous seront plus favorables, nous, pauvres mortels  "dévastés" par la désolation de la "Terre Gaste" qui nous est donnée en partage. Amen    

03/04/2013, 12:40 | Par Bernard Gensane en réponse au commentaire de Pierre Caumont le 03/04/2013 à 11:43

Ce billet se voulait un peu ironique. J'ai raté avec vous.

By the way, truly, not trully.

03/04/2013, 11:53 | Par Jean-Baka DOMELEVO ENTFELLNER

 Je ne comprends pas pourquoi vous vous emportez contre l'usage de "dévasté par". Deux citations issues du Trésor Informatisé de la Langue Française :

"Elle voyait Saccard à nu, cette âme dévastée d'un homme d'argent" (Zola, Argent, 1891, p. 236)

 

 "Ce corps dévasté, sans doute rongé à l'intérieur par quelque fibrome" (Mauriac, Myst. Frontenac, 1933, p. 82)

Par ailleurs, notez que l'anglais "devastate(d)" provient tout pareil du latin classique "devastare", et s'utilise exactement comme en français...

 

 

03/04/2013, 12:51 | Par Bernard Gensane en réponse au commentaire de Jean-Baka DOMELEVO ENTFELLNER le 03/04/2013 à 11:53

Parce que cela fait à peine 10 ans que l'on entend cette acception en provenance de l'anglais.

Prenons le Robert en 7 volumes, qui n'est pas un dictionnaire spécialement conservateur.

Dévaster ;

1) Ruiner en détruisant systématiquement (dépouiller, détruire, piller)

2) affaiblir.

Dévasté : pays en ruine, dévasté par la guerre. Fig. : vieillard dévasté par l'âge (l'utilisation de Mauriac est parfaite).

Dire dévasté, c'est parler comme la pauvre fille (Nabila?) qui dit allo, allo tout le temps.

03/04/2013, 11:59 | Par Duduche

C'est dommage, que Cahuzac ne continue pas son métier, on sent qu'il est un spécialiste de la question!

C'est comme pour un prof qui serait un ancien pro de la triche aux examens: il connait quasiment tous les trucs, et sait débusquer les tricheurs!

C'est comme les hackers informatiques, qu'on engage ensuite pour la sécurité informatique: ils connaissent quasiment tous les trucs pour pénétrer un système informatique et contourner son système de sécurité.

Cahuzac était-il animé de cette volonté dans son travail de ministre luttant contre la fraude fiscale?...

Si oui, on aurait pu attendre qu'il aille jusqu'au bout de sa tâche avant de le contraindre à démissionner!Rigolant

 Pour une fois qu'on avait un ministre compétent!Rigolant

03/04/2013, 12:07 | Par accord perdu

jusqu'aux "gros bonnets"

03/04/2013, 13:34 | Par alain chauvet

Bernard Gensane, j'ai le plaisir aujourd'hui de découvrir vos billets. Aussi l'existence des ouvrages de Jean-Paul Galibert, que je vais m'empresser de lire (ainsi que son blog).

03/04/2013, 12:10 | Par Jean-Louis Legalery

Cher Bernard Gensane,

Vous avez bien fait de déroger, votre blog et vos interventions sur la messagerie de la SAES sont déjà un régal régulièrement. Quant à Cahuzac s'il est devastated, nous ne pouvons pas être "engloutis par la joie" de l'avoir vu et entendu mentir au parlement.

03/04/2013, 12:42 | Par françois périgny

"Dans la langue de la finance internationale", la même que celle de DSK et Moscovici et de l'overclass, on "ne pense pas en français", encore moins en italien, grec ou espagnol. Rien d'autre.

03/04/2013, 13:33 | Par Colza

Dévasté par le remord... de s'être fait prendre, c'est tout.

Tout le reste n'est que comédie.

03/04/2013, 15:21 | Par incorruptible en réponse au commentaire de Colza le 03/04/2013 à 13:33

ON NE SAURAI MIEUX DIRE.

Newsletter