Lun.
20
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

je vais au Figaro

 Du tact avant tout probablement : ne pas réfuter brutalement mais reprendre les arguments avancés en les réorientant ou, si la divergence est faible, en les nuançant. Avancer déguisé : à trop vouloir persuader on risque de se dévoiler. Eviter le mépris, l’arrogance et l’agressivité : l’écoute passe par le respect. La patience sera aussi de mise, les idées réactionnaires sont bien ancrées, mais l’argument juste peut éventuellement ouvrir une brèche. Si possible et en cas de succès, se faire des amis pour ouvrir un front.

 

Que de bonnes résolutions pour une entreprise aussi masochiste : évoluer dans le monde des phantasmes sécuritaires et des certitudes calibrées par le dogme libéral. Mais nos adversaires ne peuvent-ils pas nous renvoyer cette image en qualifiant les nôtres de phantasmes de libertaires  et nos certitudes comme étant calibrées par le dogme marxiste ? Encore que le libertaire connaisse ses limites avec le laïcisme militant, disons alors nos idéaux de liberté, justice et égalité : idées irréalisables et inutiles donc.

 

La question se pose : en viendrai-je à voter pour Sarkozy au terme de mon immersion dans le monde de  Faizant ?  Ne délirons pas, il est peu probable qu’à force d’évoluer dans ces eaux troubles les fondamentaux s’effritent et je reviendrai de temps en temps me ressourcer à Mediapart. Dans le fil du billet* où j’avais lancé la proposition de nous rendre chez l’adversaire un participant objectait que la vraie lutte se situe dans la rue, dans le réel. C’est possible, mais étant à l’étranger j’ai fort peu de possibilités. De plus les forums sont des lieux propices aux échanges d’idées et ça vaut peut-être la peine d’essayer.

 

Oui, je persiste à penser qu’être au centre ou être à droite ce n’est pas être idiot et que la stupidité est la chose la mieux partagée tout comme la Vérité. Il est inutile de se tenir au chaud dans nos certitudes figées et il est temps d’accepter le dialogue n’en déplaise à la rédaction qui a opté pour poursuivre la diabolisation de MLP qui lui bénéficie tant.

 

 

*Lien du billet où je proposais ce type d’action :  http://blogs.mediapart.fr/en/blog/boris-carrier/180811/se-mobiliser

Tous les commentaires

26/01/2012, 10:56 | Par jean michel PARIS

ça me rappelle le temps des "autonomes" et autres militants "gauchistes" d'après 1968. Même l'armée avait peur d'être infiltrée..... 

27/01/2012, 16:39 | Par Boris Carrier en réponse au commentaire de jean michel PARIS le 26/01/2012 à 10:56

Oui, soixante-huit, notre mini-révolution à nous tant décriée... elle fait pourtant partie de notre patrimoine immatériel, non ? 

01/02/2012, 04:45 | Par Marie Lu Hamouda

"ouvrir un front" de gauche ?  Courage , prudence, donnez-nous de vos nouvelles par le canal habituel !

01/02/2012, 07:34 | Par profil_inactif_145012

La focalisation extrême sur Marine Le Pen en parallèle avec son exclusion du débat profite à cette dernière c'est clair. Et que fait Mediapart à son sujet ici sinon prêcher à des convertis ?

Cela dit, je trouve votre démarche intéressante. La société française, en tout cas celle que j'ai connue, avant de partir au loin, était encore assez mélangée dans ses dimensions politiques. On avait souvent des "amis de famille", des connaissances, etc.., dans des milieux fort différents et dans des mouvances politiques contrastées, jusqu'à certaines limites évidemment. Un dialogue parfois feutré y prenait place où l'on tentait de faire partager des valeurs plus à gauche à des gens plus conformistes par rapport à leur milieu, leur éducation. On apprenait un peu la diplomatie ! J'en ai vu des résultats étonnants...

A mon retour j'ai trouvé une société plus divisée avec plus de murs entre les gens. J'espère que notre société ne se transformera pas en société à l'étasunienne avec ses  blocs monolithiques de milieux économiques et politiques fermés.

01/02/2012, 16:17 | Par Axel J

Il y a beaucoup de gens sensés qui lisent le Figaro. Vous ne serez pas seul, même si vous vous sentirez toujours un peu baillonné ou submergé.

Le plus amusant dans ce petit jeu, c'est de trouver les trucs et tournures pour déjouer le filtre des modérateurs, sans perdre son âme bien évidemment!

01/02/2012, 18:29 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de Axel J le 01/02/2012 à 16:17

Il y a beaucoup de gens sensés qui lisent le Figaro - tout comme il y a des insensés sur Mediapart où l'on a parfois aussi l'impression qu'il faudrait faire un peu le même jeu tant il y a de modérateurs self-appointed ! Sourire

Le Christian Science Monitor, par exemple, produit parfois des analyses éclairantes sur certains sujets et je ne me cantonne pas au Guardian - sortir de son "cercle", c'est vital !

 

 

02/02/2012, 23:06 | Par OLALA

Cela me fait penser à une méthode non conventionnelle d'infiltration et de persuasion ,qui est le prémice d'un film ,que j'ai vu il ya quelques semaines (sorti en salle en 2011 je crois) Clin d'œil

 

le nom des gens

 

 

 

 

 

03/02/2012, 10:19 | Par Boris Carrier en réponse au commentaire de OLALA le 02/02/2012 à 23:06

euh oui certes, aux grands maux les grands remèdes, mais je ne suis pas sûr d'être aussi persuasif que la protagoniste de ce film et me limiterai donc aux arguments purement dialectiques  :)

08/09/2012, 14:34 | Par Boris Carrier en réponse au commentaire de hasbeen le 08/09/2012 à 12:52

mais faites donc, plus on est...

 

C'est quoi ce site avec les moutons ? On est manipulés, c'est vrai, mais c'est pour cela que nous sommes dotés d'un esprit pour réfléchir. Et ce que je proposais à l'époque, ce n'était pas de manipuler mais d'argumenter pour évoluer. 

 

Enfin bon...

08/09/2012, 15:06 | Par Mithra-Nomadeblues_ en réponse au commentaire de Boris Carrier le 08/09/2012 à 14:34

Il y a tant à lire (et de la littérature aussi)... ; je suis un peu déçue de vous savoir lire ce canard, mais pas le bon "Canard...

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

08/09/2012, 16:21 | Par Mithra-Nomadeblues_ en réponse au commentaire de passifou le 08/09/2012 à 15:36

Mais bien sûr qu'on peut bien lire Le Figaro avec intérêt, ne serait-ce que pour être informés de ce que d'autres pensent, et se réjouir de ne pas être d'accord avec son esprit.

Mais "Une belle personne n'a pas de couleur politique" ? Je ne serais pas d'accord...

08/09/2012, 16:42 | Par Boris Carrier en réponse au commentaire de Mithra-Nomadeblues_ le 08/09/2012 à 16:21

comme promis j'étais donc allé faire un tour dans les forums du Figaro, oserai-je dire que j'y avais trouvé maint commentaire intéressant ? 

 

Et pardonnez-moi Mithra, mais dans ce cas concret je suis tenté de donner raison à Passifou: je pense que l'intelligence et le coeur n'ont pas de port d'attache  politique (sauf peut-être les extrêmes, cela reste à approfondir).

08/09/2012, 17:02 | Par Mithra-Nomadeblues_ en réponse au commentaire de Boris Carrier le 08/09/2012 à 16:42

Ce mot "politique" est à considérer de façon générale, si l'on considère, par exemple, que toute littérature est politique. C'est vrai que "droite-gauche" peut faire sourire les gens qui ne s'arrêtent pas à ça, mais pour moi, être de gauche signifie quand même d'abord considérer la dignité humaine, plus importante que le droit à la propriété (et c'est POJ qui l'a écrit).

08/09/2012, 20:49 | Par Boris Carrier

En cela je vous donne raison, mais je voyais la littérature plutôt comme une tour d'ivoire éloignée de la politique, du moins pour la poésie et certains romans. Mais je reviens à ma ligne de fuite du fauteuil du président dans l'hémicycle: les contours s'estompent dès lors que l'on se heurte à des questions de fond et la droite vote des résolutions de gauche et vice-versa, ce à l'insu du citoyen bien sûr. Alors droite-gauche, vous savez...

Newsletter