Mer.
01
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

LES PROPOS INQUIETANTS DU PRESIDENT SARKOZY

Lors de ses voeux aux Français, le 31 décembre 2011, le Président Sarkozy a évoqué la fin de son premier mandat dans les termes suivants :
«Dans cinq mois, nous avons une élection présidentielle. C’est une échéance importante. Le moment venu, vous ferez votre choix. Mais d’ici là, je dois continuer à agir car l’histoire des décennies à venir s’écrit maintenant».
«Avec le Premier ministre, nous réunirons le 18 janvier prochain, les représentants des forces économiques et sociales de notre pays. J’écouterai les propositions de chacun et, avant la fin du mois de janvier, nous prendrons et nous assumerons des décisions importantes, car les enjeux sont cruciaux.
«La crise est grave, les circonstances sont exceptionnelles, les décisions doivent être à la mesure de cette gravité. C’est un devoir auquel je ne me déroberai pas». (1) (...)
«Mes chers compatriotes, mon devoir est de faire face et de vous protéger. Vous pouvez être sûrs que j’assumerai jusqu’au bout, et en totalité, les lourdes responsabilités que vous m’avez confiées et que je n’aurai de cesse d’agir au nom de l’intérêt général.» (1)
Pour la juriste que je suis ces mots ont fait ressurgir aussitôt dans mon esprit d’étranges (?) réminiscences :
«Lorsque les institutions de la République, l'indépendance de la nation, l'intégrité de son territoire ou l'exécution de ses engagements internationaux sont menacées d'une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation officielle du Premier ministre, des présidents des assemblées ainsi que du Conseil constitutionnel (article 16 alinéa 1 de la Constitution du 4 octobre 1958)».
Quelle est l'objet de cette menace «grave et immédiate» ? Et qui la fait peser ?
"Les institutions de la République", "l’indépendance de la nation", ou "l’intégrité de son territoire" ne sont certainement pas menacées aux yeux du Président Sarkozy.
S’agirait-il, alors,  de l’exécution de ses engagements internationaux ?


 L'Objet de la menace :

La confirmation de cette hypothèse intervient quelques jours plus tard, le 6 février 2012, lors du 14e Conseil des ministres franco-allemand, qui se tient à Paris sous la présidence d’Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy.

A cette occasion, la Chancelière allemande et le Chef de l’Etat français accordent un entretien télévisé croisé à France 2 et à la chaîne allemande ZDF. Tous deux y soulignent le rôle éminent que la France et l’Allemagne ont joué face à la pire crise qu’ait connu - et que connaît encore - l’Europe économique et monétaire :
«l’Europe a été au bord du gouffre pendant des mois» (Sarkozy). «l’Europe traverse encore et toujours une crise sans précédent» (...). L’Allemagne et la France ont réussi à attaquer le mal par la racine. Nous avons réussi à trouver des solutions» (Merkel).


Ces solutions, sur le plan normatif, sont contenues dans le pacte budgétaire européen, négocié en quelques semaines, puis paraphé par les 25 parties contractantes lors du sommet de Bruxelles du 30 janvier dernier, sa ratification par les Etats signataires devant intervenir dans les mois à venir.
Ecrit «sous la dictée de la Chancelière allemande» (2), il s’agit là d’un « super-Maastricht », tout entier centré sur toujours plus de rigueur budgétaire. Une rigueur encore renforcée par des sanctions automatiques en cas de non-respect des critères imposés aux Etats signataires, ceux-ci s’engageant à inscrire dans leur Constitution la «règle d’or» du retour à l’équilibre budgétaire.


Mais par qui, aux yeux de Nicolas Sarkozy, l’exécution de cet engagement international est-elle menacée  ? La réponse apparaît très claire, aux yeux du Président français, mais aussi - il est important de le relever - à ceux de la Chancelière allemande.


L'Origine de la menace :


François Hollande, candidat socialiste aux présidentielles françaises d’avril-mai 2012 - et actuel favoris des sondages - a déjà fait savoir que, au cas où il serait élu, il se refuserait à inscrire dans la Constitution française la «règle d’or» de retour à l’équilibre budgétaire.  Il vient en outre de déclarer, le 26 janvier 2012, sur France 2, que - s’il était élu - il engagerait au plus vite des négociations avec Angela Merkel pour compléter le nouveau traité budgétaire européen afin d’ y inclure un volet sur le soutien à la croissance. D’où l’accent mis, le 6 février, par Nicolas Sarkozy, comme par Angela Merkel, sur le fait que c’est en qualité de Chefs d’Etat - engageant par leur parole celle de leurs pays respectifs - qu’ils s’expriment  :

«Nous sommes présents ici en tant que Chefs d’Etat» (Merkel) 
«Quand Madame Merckel et moi parlons au nom de la France et de l’Allemagne, nous engageons nos pays. J’engage la parole de la France et Madame Merkel engage la parole de l’Allemagne. Cela s’appelle avoir un comportement d’homme et de femme d’Etat» (Sarkozy).


La déclaration qui suit est, dans la bouche de Nicolas Sarkozy, particulièrement explicite : 

«Sur le pacte budgétaire européen,  son respect s’impose à tous les Chefs d’Etat européens, même en cas d’alternance démocratique, faute de quoi la parole engagée ne serait pas respectée (...). Cela s’appelle la continuité de l’Etat. Sinon, il n’y aurait pas d’Etat de droit possible (3). 25 pays se mettent d’accord, qui représentent quelque 350 millions d’habitants. Imaginer qu’un accord de cette nature soit remis en cause, cela n’a pas de sens.»
Pour ce qui est de la course à l’Elysée - pour laquelle Nicolas Sarkozy n'a toujours pas déclaré officiellement sa candidature - le soutien que la Chancelière allemande lui manifeste est sans ambiguité  «quelle que soit la décision du Président Sarkozy : Nous faisons partie de la même famille politique». «Mais - poursuit-elle - aujourd’hui notre responsabilité va bien au-delà et concerne le projet européen dans son ensemble» .
La réalisation de celui-ci implique le maintien d'une alliance sans faille entre A. Merkel et Nicolas Sarkozy, sur les bases concordées à 25 et concordées comme intangibles.D’où le choix de Madame Merkel de ne pas répondre, en l’état, à l’offre de Francois Hollande de la rencontrer.
Certaines arrière-pensées de Nicolas Sarkozy sont autrement inquiétantes : 
il est clair que sa candidature - nullement assurée de succès - n’est pas la seule option possible.  
Si les manoeuvres pour décrédibiliser François Hollande (qui risquent de s’accentuer), et si les attaques virulentes lancées contre les éléments connus de son programme ne renversent pas la vapeur de l’opinion en faveur de Nicolas Sarkozy, le futur candidat-non-encore-déclaré pourrait peut-être alors décider de frapper plus fort.

Il s’agirait, là aussi, d’une action préventive, mais désespérée celle-là : déclencher l'application de l’article 16 de la Constitution. Parce que la mise en oeuvre du «super-Maastricht» ne serait plus assurée en cas d’alternance...
Et surtout, parce que l’immunité de Nicolas Sarkozy au regard des «affaires»  qui,  jour après jour, se rapprochent de plus en plus dangereusement de lui, serait gravement compromise.

Il subsiste toutefois une faille importante dans ce raisonnement : encore faudrait-il, selon le texte de l'article 16 de la Constitution, que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels soit interrompu pour que la mise en oeuvre de cet article puisse être tentée.
Mais c’est rejoindre là le domaine des manoeuvres obscures de la basse politique où tout, même le pire, devient possible (4). 

 

Notes :

(1) c'est nous qui soulignons en caractère gras, les passages particulièrement significatifs.

(2) Martine Orange et Ludovic Lamant, "Merkel impose un super-Maastricht à l'Europe", Médiapart, 31 janvier 2012.

(3) Nicolas Sarkozy rappelle que Jacques Chirac avait ainsi honoré la signature - faite par son prédécesseur,  François Mitterrand,  du traité de Maastricht. 

(4) Olivier Recasens, Didier Hassoux, Christophe Labbé, L'espion du Président - Au coeur de la police politique de Sarkozy, Robert Laffont, 2012.
 
                                                                                                Célestine42

Tous les commentaires

10/02/2012, 12:33 | Par Dominique C

MMMmmm. L'article 16???

En ce cas, ne se décrédibiliserait-il,  et ridiculiserait-il pas définitivement?

11/02/2012, 13:51 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de Dominique C le 10/02/2012 à 12:33

@ Dominique C.

Pas auprès de tout le monde : certains de ses partisans sont inconditionnels....et N. Sarkozy n'a jamais donné l'impression de craindre ni le ridicule ni l'outrance, a fortiori si cela lui permet de gagner du temps et de  sauver (au sens juridictionnel du terme) sa peau.

La décision de mettre en application l'article 16 est un "pouvoir propre" du Président, qui échappe à tout contrôle. Les consultations auxquelles il est tenu (Premier ministre, Présidents des Assemblées, Conseil constitutionnel), même défavorables (cf. le Président du Sénat...), ne s'imposent pas à lui. Et cette situation s'étend pendant un minimum de 30 jours d'exercice des pouvoirs exceptionnels, alors même qu'il exerce temporairement le pouvoir législatif....

10/02/2012, 13:47 | Par Art Monica

Oui, ça ressemble fort à un désir de "coup d'état" pour "raison légitime".

 

C'est  bien le scénario qui doit courir dans leur tête...

10/02/2012, 13:48 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de Art Monica le 10/02/2012 à 13:47

Tout à fait d'accord avec vous.

10/02/2012, 14:00 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Célestine42 le 10/02/2012 à 13:48

Il faut toujours envisager le pire, car nous sommes dans la stratégie du choc. 

 

Quand on voit l'évolution de la Grèce, qui est en perte de démocratie à la faveur de "la dette", et la prise de pouvoir de Merkozy sur l'Europe, on comprend qu'il y a un réel danger.

 

Guéant a envoyé une boule puante pour se rallier les électeurs du FN, et occuper la gauche avec des histoires absurdes, dérisoires, de "civilisation". Pendant ce temps, Sarkozy  s'apprête à faire des référendums sur les chômeurs, et il prépare son coup d'état.

10/02/2012, 14:26 | Par Danyves en réponse au commentaire de Art Monica le 10/02/2012 à 13:47

Nous sommes certains depuis quelques à penser à la mise en oeuvre d'un tel scénario, le seul qui puisse leur assurer de rester au pouvoir, pour longtemps.

Feu la démocratie.

Un grand merci pour ce si complet billet.

 

10/02/2012, 14:28 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de Danyves le 10/02/2012 à 14:26

Merci à vous !

10/02/2012, 14:40 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 10/02/2012 à 14:17

Merci pour ces informations très importantes.

Je suis pleinement d'accord avec vos conclusions.

10/02/2012, 14:52 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Célestine42 le 10/02/2012 à 14:40

Vous verrez sur mon blog que j'ai aussi fait plusieurs billets sur la disparition de l'Etat de Droit .. 

Cette disparition alliée à une presse de moins en moins objective qui se verrait mieux définie par le terme d'outil de  propagande , ne peut que nous alerter sur la nature même de ce qui est en train de se passer . 

Je ne suis pas du tout certaine qu'on ait à attendre les présidentielles pour y voir plus clair . 

Totalement transposable au cas actuel  mais en pire  : pour une juriste , 9 minutes d'un juriste qui sont lumineuses 

La crise est une grande  fraude criminelle de Jean François Gayraud . Son bouquin est à la hauteur de l'entretien . 

Vous remarquerez l'omerta sur un livre qui , compte tenu de la personnalité,  de la profession de l'auteur et de son contenu, aurait dû faire la Une de toutes les émissions littéraires et de toutes les critiques .  Ce silence est plus éloquent que tout le reste . 

 

10/02/2012, 15:22 | Par Art Monica en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 10/02/2012 à 14:52

La phrase de Sarkozy que Célestine a relevée est très claire à cet égard:

 

«Dans cinq mois, nous avons une élection présidentielle. C’est une échéance importante. Le moment venu, vous ferez votre choix. Mais d’ici là, je dois continuer à agir car l’histoire des décennies à venir s’écrit maintenant».
«Avec le Premier ministre, nous réunirons le 18 janvier prochain, les représentants des forces économiques et sociales de notre pays. J’écouterai les propositions de chacun et, avant la fin du mois de janvier, nous prendrons et nous assumerons des décisions importantes, car les enjeux sont cruciaux."


Il a commencé à mettre en place les pions.

10/02/2012, 15:43 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Art Monica le 10/02/2012 à 15:22

@Art 

Nous en avons deux exemples criants :

La mise en place du MES qui s'est faite cette semaine dans le plus  grand silence .. et qui représente pour la France un poids supplémentaire pour ses finances publiques , sans compter le caractère totalement anti-démocratique de ce texte insensé .. 

La mise sous tutelle par l'Allemagne ET la France de la nation Grecque , puisque désormais , avec l'accord signé , la Grèce n'a plus un seul mot à dire sur  budget  sur lequel elle n'a plus aucune souveraineté et qui est pourtant le sien .. Ils avaient repoussé les législatives grecques et refusé le référendum , on sait désormais pourquoi .  Dans ces conditions , on peut même se demander si des législatives Grecques auront lieu en 2012 .. 

 

Ce qui se passe en Italie avec les décisions prises par Monti sont  bien dans le même ordre d'idées . 

L'Italie boit l'amère potion du Professeur Monti 

Il y a d'ailleurs dans cette article une incohérence qui ne peut manquer de surprendre  :

Selon les sondages 58% des italiens soutiendraient la politique actuelle , mais ils seraient 56,4 % à soutenir les mouvements de protestation .. 

J'aimerais bien voir ce que cette incohérence là donnerait dans les urnes !!!!! . 

 

10/02/2012, 17:38 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de Danyves le 10/02/2012 à 15:54

Comme le dit justement Norma Rangeri: "L'information est un bien public. Ils sont en train de tuer le pluralisme". 

Et les journaux visés viennent évidemment de la gauche anti-capitaliste...

11/02/2012, 13:52 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de Célestine42 le 10/02/2012 à 14:40

Marie-Caroline,

Les informations que vous m'avez communiquées sur l'Allemagne et une soit-disant disparition de la monnaie, après vérifications, ne me semblent pas solidement étayées et semblent plus relever du hoax, comme l'a écrit DANYVES.

Les sites qui reprennent cette information - et que j'ai pu consulter grâce à lui - ne sont pas fiables, pour dire le moins.

 

10/02/2012, 17:26 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de Célestine42 le 10/02/2012 à 14:40

Déçu

10/02/2012, 19:24 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Célestine42 le 10/02/2012 à 17:26

Célestine 

C'est possible et je donne toujours mes sources à cette fin ... Comme je l'ai dit souvent , je prends mes informations absolument partout . 

Cela dit , ce qui n'est pas un hoax , c'est la décision de Monti sur le même sujet et les décisions prises au cours des derniers mois concernant l'or et l'argent pour les paiements en cash ..  

La tendance actuelle est tout électronique . Cette volonté a été affichée clairement aux USA depuis plusieurs années : c'est l'objectif . Cela permet en effet d'avoir un contrôle total sur tout ... 

Même si c'est hoax , il est franchement dans la tendance . Les craintes de remous importants (je parle au niveau bancaire) se font de plus en plus importantes  . Si la BCE a injecté 500 milliards de liquidités dans les banques (et ceci n'est pas un hoax) ce n'est pas par hasard , c'est pour les sauver .. La banque la plus en risque en Europe actuellement est la Deutsche Bank . Si voulez , je vous donnerais la liste des 29 Banques les plus à risque en Europe , elle est impressionnante . 

Mon dernier billet de blog qui s'intitule Draghi technicien hors pair de l'enfumage financier , explique comment grâce à cette injection , Draghi vient une fois de plus , de manière plus subtile , de transférer des pertes privées (même potentielles ) à des fonds publics ... Leur énorme trouille est justement le Bank Run .. Des mesures de cet ordre sont destinées à le prévenir ..  

 

Par contre sur le même sujet , ce qui n'est pas un Hoax , c'est ceci :

https://www.revisor.mn.gov/bin/bldbill.php?bill=H0171.1.html&session=ls87

et c'est hallucinant !!!! D'ailleurs sur ce texte, tout me parait hallucinant y compris les accès au Medical Care ... 

Lisez si vous ne l'avez pas lu   .. ou relisez Un bonheur insoutenable d'Ira Levin .. 

Vous avez quel âge Celestine ??? 

 

10/02/2012, 19:31 | Par Danyves en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 10/02/2012 à 19:24

Le bracelet électronique monétaire ! Oui.

Un projet surréaliste, mais qui reflète la dérive grave des Etats-Unis, comme certains l'on écrit, le totalitarisme néolibéral sans contre-pouvoirs.

10/02/2012, 22:49 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 10/02/2012 à 19:24

Je ne suis pas très "tendance". Je préfère les sources fiables.

10/02/2012, 21:54 | Par hasbeen en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 10/02/2012 à 14:17

(...) Comme la Grèce qui vient de mobiliser et d'armer ses réservistes (...)

Dsl de vous déranger MCP, mais d'où tenez-vous cette info ?

10/02/2012, 22:06 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de hasbeen le 10/02/2012 à 21:54

D'ici Hasbeen 

Déluge et Feu 

Mais il y a d'autres sujets de notre actualité qui ne se prêtent pas à l'ironie. Lundi dans la journée, Panagiotis Lafazanis, député SYRIZA (formation de gauche), un parlementaire très apprécié pour son sérieux, a déclaré au micro d'une radio locale, qu'au Nord du pays «des réservistes viennent d'être mobilisés pour former des unités de la Garde Nationale[appellation des formations par ce type de recrutement]. Ce qui étonne [souligne Panagiotis Lafazanis], est que ces hommes, reçoivent selon nos informations, à la fois des instructions sur la gestion des intempéries, ce qui est normal nous savons que cette région comme d'autres en Grèce, en subissent trop en ce moment, mais ils reçoivent aussi des instructions sur la gestion des foules et des manifestations qui peuvent dégénérer. Je souligne que des fusils viennent d'être distribués à ces réservistes, alors va-t-on utiliser ces citoyens contre d'autres citoyens ? De quoi ont-ils alors peur, nos gouvernants ?»


10/02/2012, 22:18 | Par hasbeen en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 10/02/2012 à 22:06

Merci MCP ^^


,°(

 

10/02/2012, 23:09 | Par Danyves en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 10/02/2012 à 22:06

10/02/2012, 15:52 | Par brocéliande

Voici le texte de cette directive, en Français. 

Directive 2009/110/CE du Parlement européen et du Conseil du 16 septembre 2009 concernant l’accès à l’activité des établissements de monnaie électronique et son exercice ainsi que la surveillance prudentielle de ces établissements, modifiant les directives 2005/60/CE et 2006/48/CE et abrogeant la directive 2000/46/CE Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE 

 

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.douri=OJ:L:2009:267:0007:01:FR:HTML

Je n'y lis rien qui concerne la suppression du cash. Je ne comprends pas cette "information".  

10/02/2012, 15:57 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de brocéliande le 10/02/2012 à 15:52

L'optique de la Directive est bien de supprimer progressivement tous les échanges physiques . 

Que l'allemagne soit en train de réfléchir aux mesures qui pourraient accélérer cette disparition ne m'étonne pas . Visiblement Monti n'a pas perdu de temps pour limiter  les échanges en espèce .. les réductions des montants autorisés se font actuellement partout en Europe . 

C'est le meilleur moyen de contrôler les échanges, d'éviter le travail au noir ,  et surtout , surtout ..... d'éviter un Bank Run ... !!!!! 

 

 

10/02/2012, 16:24 | Par Danyves en réponse au commentaire de brocéliande le 10/02/2012 à 15:52

L’Allemagne Veut Interdire le Cash dès l’Eté 2012

Ne "source" pas son information, et fait un amalgame curieux avec un projet de loi

du Minnesota

http://lesmoutonsenrages.fr/2011/03/21/usa-ils-veulent-interdire-aux-pauvres-davoir-de-largent/

provocateur, du type Tea Party.

https://www.revisor.mn.gov/bin/bldbill.php?bill=H0171.1.html&session=ls87

certe, pour le contrôle de l'utilisation d'aides sociale. Une forme de contrôle social électronique via une carte de paiement spécialisée liées au paiement des aides.

L'Allemagane veut interdire le Cash dès 2012, recherche Google, semble reprendre le même texte, sans aucune précision de source pour l'Allemagne. Hoax ? Pas eu le temps de tout examiner.

Retrait argent liquide

L'information est partie du site des Moutons Enragés pour être reprise par des sites particuliers :

http://prophtiereconciliationdesnations.blogspot.com/

Très particulier. Pour le moment hoax, pour l'information sur l'Allemagne.

Il reste une volontée de developper la monnaie électronique, Monéo et paiement par téléphone portable, et déshabituer de l'usage de la monnaie fiduciaire. Big Brother.

10/02/2012, 19:27 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Danyves le 10/02/2012 à 16:24

Danyves 

La décision de Monti n'est pas un hoax .. celles qui ont été prises en France à l'automne dernier sur les paiements cash pour les achats or et argent non plus .. 

Tout électronique nous y allons tout droit ..  Dans le cas d'un chamboulement monétaire , on met en place  une mesure immédiate de contrôle des changes , pourquoi imaginer que le tout électronique ne soit pas de même nature .. C'est vrai qu'on a tendance à devenir paranos dans un contexte pareil , mais avouez qu'il y a de quoi .. 

10/02/2012, 19:35 | Par Danyves en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 10/02/2012 à 19:27

D'accord, je ne parlais que de l'Allemagne. Une extrapolation provocatrice.

Pour l'or et l'argent, rue Vivienne.

 

10/02/2012, 17:17 | Par Marie Lavin

Merci de votre billet, il rejoint malheureusement une de mes angoisses, cela fait des mois maintenant qu'ici (en commentaire) ou ailleurs (famille, amis) j'évoque ce risque, personne n'y croit, je suis pour ma part persuadée qu'il ne reculera devant rien, même pas un risque de guerre civile...Puissions-nous avoir tort!

10/02/2012, 17:31 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Marie Lavin le 10/02/2012 à 17:17

@Marie

Il peut monter au ciel et redescendre, il dégagera de gré ou de force..

10/02/2012, 17:54 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de Marie Lavin le 10/02/2012 à 17:17

Courage, Marie.  Tout en partageant vos angoisses, je crois profondément qu'il finira par "dégager".

11/02/2012, 11:42 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

Merci Celstine,

Toutes les  fois que ce traitre pathologique,  convoque les médias ou  ouvre, la bouche il faut chercher le vice !!

Mon commentaire datant de plus d'un mois..

29/11/2011, 11:48 par giulietta

Aujourd'hui, 28 novembre 2011, les agences de notation ont déclaré la guerre aux peuples des Etats européens et, Nicolas Sarkozy continue de vendre la  souveraineté de la France à la finance!!
 Nicolas Sarkozy va contourner le  Sénat,  pour faire passer la loi sur la règle d'or pour nous l'imposer  dans notre dos,  comme il nous a imposé, le traité européen, et la réintégration de la France dans l'Otan...pour lancer des guerres avec les atlantistes,  pour se nourrir, avec le commerce de l'armement,   la destruction, le vol des  matières premières sur le  dos du  sang des peuples !

 40% de la richesse du monde, se trouve entre 1% des même chacals !!
 

Le chef de l'État n'a pas abandonné l'idée de faire voter la règle d'or budgétaire avant la fin du quinquennat.coeur-.gif 

coeur-.gif

10/02/2012, 19:47 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 10/02/2012 à 18:33

emmanuel Esliard 

Il a fallu combien de temps aux Grecs pour passer d'une situation déséquilibrée  à la cession de leur souveraineté budgétaire ??? 

Cela vous donne une idée ... 

Qui aurait dit il y a quatre mois que la Grèce (gouvernement socialiste) et l'Italie dirigée par Berlusconi se retrouveraient dirigées par les hommes de Goldman Sachs qui ont visiblement les pleins pouvoirs .. Pensez vous que nous sommes immunisés ??? Moi pas . 

 

11/02/2012, 12:05 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 10/02/2012 à 19:47

Je ne pense pas que nous soyons immunisés contre quoi que ce soit !

 

D'ailleurs, il me semble que notre souveraineté budgétaire est déjà bien entamée par le dernier accord à 25 de Bruxelles, alors quel est l'important ? Tout simplement empêcher d'une manière ou d'une autre sa ratification et obtenir une nouvelle discussion sur de nouvelles bases, voilà les objectifs à atteindre !

 

11/02/2012, 10:43 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 10/02/2012 à 18:33

@ Emmanuel Esliard

Il ne s'agit pas du tout de paranoïa. L'info est tout à fait vérifiée et vérifiable : ce sont les propres mots du président de la République - prononcés de surcroît en deux occasions particulièrement solennelles où il s'adressait aux Français. Et ces mots, soigneusement choisis et pesés - ce sont des faits - reproduisent textuellement des dispositions essentielles de l'article 16 de la Constitution. Cela n'a rien d'une coÏncidence, et ce n'est pas innocent, surtout à quelques mois de présidentielles qui se présentent plutôt mal pour lui, et alors que les "affaires"- malgré un contrôle très pesant des médias et de la justice - sont en train de se refermer sur lui.

Mon propos n'est pas d'effrayer en disant que Sarkozy va certainement mettre en vigueur l'article 16 C., il est de dire qu'il y pense certainement très fort tous les matins en se rasant. Je pense qu'il faut que nous soyions tous bien conscients du danger. D'autant plus qu'il a fortement accentué sa politique droitière en se positionnant carrément à l'extrême-droite de l'échiquier politique. En s'acharnant comme toujours - en VRP du Medef - sur les plus faibles et les plus démunis. En martelant une politique xénophobe aux relents nauséabonds dont M.Guéno s'est fait le chantre, pour chasser de façon toujours plus évidente sur les terres du front national.

11/02/2012, 11:59 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Célestine42 le 11/02/2012 à 10:43

J'ai dit ce que j'en pensais, vous avez le droit d'avoir un autre avis !

 

Mais la stratégie essentielle de Sarkozy consiste à vouloir regagner le vote populaire de 2007 qu'il a perdu, c'est pour cette raison qu'il déclare s'adresser directement au peuple, qu'il propose des référendums, en court-circuitant les institutions, il tente ainsi de se refaire une virginité en voulant apparaître comme le candidat anti-système, le défenseur de ceux qui ont peu contre ceux qui n'ont rien et jouent les parasites (selon lui) ! Pendant ce temps, le bilan passe à la trappe, des rideaux de fumée sont régulièrement mis en œuvre afin de masquer les choses les plus importantes, la dernière mouture ayant été fournie par Guéant.

 

11/02/2012, 12:09 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 11/02/2012 à 11:59

@Emmanuel Esliard

Vous croyez vraiment que Sarkozy cherche le vote populaire en organisant une chasse aux chômeurs par référendum ???

11/02/2012, 12:23 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Célestine42 le 11/02/2012 à 12:09

Evidemment, ça crève les yeux, il cherche le vote populaire de droite, il existe et en nombre relativement important, c'est grace à lui qu'il a été élu en 2007 !

 

10/02/2012, 18:58 | Par Danyves

Tendances, tendances :

Du sabre au goupillon

 

 10 Février 2012 Par Anne Guérin-Castell

 

 


10/02/2012, 19:06 | Par GMM

Tout est possible, mais tout est mortifère pour Sarkozy. Il n'a plus de solution, peut être retarder les échéances, mais plus il les retardera plus les retours de manivelle seront violents.

Depuis très longtemps je pense qu'il est capable de tout y compris l'article 16.

Soyons vigilants pour le rassemblement de la Bastille du 18 Mars, c'est peut être l'occasion qu'il saisira pour envoyer ses sections spéciales de police dans la foule pour semer le trouble a l'ordre public et donner l'ordre aux robocops de remettre de l'ordre de déclarer la mise en place de l'état d'urgence en s'appuyant sur l'article 16 de la constitution. 

10/02/2012, 19:26 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de GMM le 10/02/2012 à 19:06

Vous oubliez une chose importante : sa vénalité ! Il tentera beaucoup de choses mais sans se mettre excessivement en danger, sinon adieu plus que possible à la seconde vie dans les affaires, qui seront toujours juteuses avec Flamby !

 

10/02/2012, 21:46 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de GMM le 10/02/2012 à 19:06

Ce n'est pas le sujet .. Sarkozy ou Hollande , visiblement pour l'instant ce sont les mêmes .. puisque le fond de problème , les deux refusent de s'y attaquer .. 

Et pendant qu'on occupe bien les français avec des problèmes de politique politicienne dans lesquels ils excellent , ils ne risquent pas de s'occuper d'autre chose . 

10/02/2012, 19:51 | Par SAINE COLERE

Effectivement ,l'application de l'article 16 peut   etre envisagé .

Si pres de l'election presidentielle je ne pense pas !

Il est vrai qu'ILS sont capables de TOUT .

Non , ce serait une stupidité au retentissement international  !

10/02/2012, 22:02 | Par Danyves

10/02/2012, 23:13 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de Danyves le 10/02/2012 à 22:02

Très bon. Mais il manque les réseaux dans la police, ce qui n'est pas rien.

11/02/2012, 03:09 | Par Mariethé FERRISI


ttp://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/approfondissements/pouvoirs-exceptionnels-du-president.htm

[  Des propositions de réforme:

C’est en raison de ces insuffisances que le système de l’article 16 a souvent fait l’objet de propositions de réformes.

Ainsi, le Programme commun de la gauche, signé en 1972, prévoyait la suppression de cette disposition. En revanche, elle ne figurait pas parmi les 110 propositions de François Mitterrand en 1981. Pourtant, lorsque le Gouvernement Bérégovoy, en 1993, déposa un projet de réforme constitutionnelle sur le bureau du Sénat, l’abrogation de l’article 16 était prévue, mais la réforme n’a pas aboutit en raison du changement de majorité parlementaire.

Enfin, de manière plus nuancée, et probablement plus réaliste, la "Commission Vedel" réunie par François Mitterrand en 1992, fit une intéressante proposition. En effet, il lui paraissait indispensable de préciser comment se termine la période d’application de l’article 16, afin d’éviter un exercice abusivement long de cette disposition. Le président était le seul à pouvoir demander au Conseil constitutionnel de constater que les conditions d’application des pouvoirs de crise ne sont plus réunies. La Commission Vedel proposait que le président du Sénat et celui de l’Assemblée nationale puissent également, par une demande conjointe, saisir le Conseil aux mêmes fins.

La réforme de 2008

La loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 reprend la proposition du Comité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions de la Ve République, présidé par Édouard Balladur. Il instaure un contrôle démocratique sur la durée de l’application de l’article 16 qui ne peut plus être le « fait du prince », ce qui permet aussi d’atténuer fortement le caractère éventuellement « liberticide » que lui reprochaient ses adversaires.

Désormais, après trente jours d’application, le Conseil constitutionnel, saisi par le président d’une de deux assemblées ou par soixante députés ou sénateurs, doit se prononcer par un avis public pour examiner si les conditions d’application des pouvoirs de crise sont toujours réunies. Le Conseil se prononce de plein droit au terme de soixante jours d’exercice des pouvoirs exceptionnels et à tout moment au-delà.]

-----------------------------------------------------------------------------------------

Est-ce rassurant ? trente jours ce serait déjà trop et surtout traumatisant !

11/02/2012, 11:39 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de Mariethé FERRISI le 11/02/2012 à 03:09

Merci pour ces précisions très utiles, Marie-Thérèse.

J'avais préféré ne pas alourdir mon propos en rentrant trop dans les détails.  C'est évidemment pour cela que j'expliquais que l'application de l'article 16 pouvait durer au minimum trente jours. Cela dit, passée cette période - et compte tenu de sa composition politique -  il n'est pas dit  que le Conseil constitutionnel se comporte en chevalier blanc de nos libertés.

11/02/2012, 11:05 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

Celestine 

A l'appui du danger que vous soulignez .. Voici ce que Giulietta vient de poster sur le dernier billet de Martine Orange ..  Je joins aussi ma réponse qui ne peut que parler à la juriste que vous êtes . 

 

Le lien anglais de la nouvelle Reuters : http://www.reuters.com/article/2012/02/10/us-greece-police-idUSTRE8190UC20120210

-

 

Et pour les autres commentaires de ce billet , quand on voit la réaction de policiers grecs , en sommes nous encore à discuter de la manière dont seront appliqués nos articles de lois et ceux de notre constitution . Visiblement , dans de nombreux pays , les lois sont devenus quelque chose de totalement inutiles puisqu'elle ne sont plus du tout respectées  , sauf en ce qui concerne le petit délinquant de rue .. 

-

 

Il semble que les nouvelles mesures de Mario Monti , en particulier sur la législation du travail , suivent le même courant ... On ne s'occupe plus du tout des lois,  cela permettra de faire plus vite les réformes  qui nous paraissent indispensables pour sauver les intérêts des financiers privés . 

-

L'attitude de Draghi à la BCE va également exactement dans le même sens , puisqu'il a totalement outrepassé  et dévié les règles de fonctionnement avec son injection de liquidités massives aux banquiers privés voici  un mois. 

 

-

 

 

11/02/2012, 00:28PAR GIULIETTA

d0c3eb8ca18907492a4b337b5cec5193.jpegReuters – il y a 8 heures

ATHENES (Reuters) - Le principal syndicat de policiers en Grèce menace de réclamer des mandats d'arrêt contre les émissaires de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI) imposant la mise en oeuvre de mesures d'austérité fortement impopulaires.

Dans une lettre dont Reuters a eu connaissance vendredi, la Fédération de la police grecque accuse ces représentants des bailleurs de fonds internationaux de la Grèce de "chantage, tentatives de subrepticement abolir ou ronger la démocratie et la souveraineté nationale".

Cette lettre précise que l'une des personnalités visées est Poul Thomsen, le principal représentant du FMI en Grèce. La missive a aussi été adressée à Klaus Masuch, chef de la délégation de la Banque centrale européenne (BCE), et à Servaas Deroos, ancien inspecteur en chef de la Commission européenne en Grèce.

Cette menace est essentiellement symbolique puisque, soulignent des experts des questions juridiques, un mandat d'arrêt doit d'abord être émis par un juge. Cette initiative illustre cependant l'ampleur de la colère de la population grecque face aux baisses de salaires et aux coupes claires dans les budgets de l'Etat exigées par les créanciers internationaux de la Grèce.

"Comme vous poursuivez cette politique destructrice, nous vous prévenons que vous ne pouvez nous contraindre à nous battre contre nos frères. Nous refusons de nous élever face à nos parents, nos frères, nos enfants ou tout citoyen manifestant ou exigeant un changement de politique", souligne le syndicat, qui représente plus de deux tiers des effectifs policiers de la Grèce.

"Nous vous prévenons que, en tant que représentants légaux des policiers grecs, nous allons émettre des mandats d'arrêts pour une série d'infractions légales (...) telles que chantage, tentatives de subrepticement abolir ou ronger la démocratie et la souveraineté nationale."

Un responsable syndical a cependant souligné que cette lettre constituait une manifestation symbolique de solidarité avec la population et que les policiers continueraient de lutter contre les débordements lors des manifestations.

Les policiers sont directement confrontés à la colère populaire qui se manifeste régulièrement à l'occasion de rassemblements devant le parlement à Athènes. Le slogan "Policiers, porcs, assassins" est régulièrement scandé ou inscrit sauvagement sur les murs.

Plusieurs milliers de personnes se sont à nouveau rassemblées vendredi à Athènes pour manifester contre de nouvelles mesures d'austérité entérinées par le gouvernement sous la pression des créanciers internationaux.

Lila Chotzoglou, Bertrand Boucey pour le service français

-

-


Ma réponse 

-


11/02/2012, 10:46PAR MARIE CAROLINE PORTEU

Visiblement Giulietta , 

en Grèce comme en France , la police demande l'application de la justice sur les comportements criminogènes (termes de Jean François Gayraud)  de nos élites financières et politiques .. 

-

Il serait peut être nécessaire que la justice à son tour se réveille .. et ce silence est d'autant plus insupportable , que des gens qui sont supposés l'incarner , comme une Eva Joly (que je respecte pour ce qu'elle a fait à l'époque ou elle incarnait la justice) .. se taisent ....; 

L'etat de droit est le premier fondement de la démocratie puisque c'est lui qui permet de respecter l'égalité du citoyen devant la justice . Ces  réactions des policiers grecs , montre que l'élite financière et politique Européenne veut tuer les Etats de Droit et le pire est qu'elle y arrive très bien , avec la complicité des médias dont la seule mission devrait être de faire leur une systématique devant ces dérives et ces atteintes constantes .. 

 

 

11/02/2012, 11:11 | Par Art Monica

Mon impression en parcourant Mediapart est que la boulette puante de Guéant permet un enfumage de grand choix. Les gens sont en train de reparler du colonialisme, du nazisme, et ne voient guère ce qui se passe juste à côté de nous, en Grèce. Il n'est nul besoin de théories raciales et racistes aujourd'hui pour opprimer des pays, limiter des démocraties et mettre en danger les citoyens. Le pouvoir économique et financier s'exerce quasiment sans idéologie.

11/02/2012, 11:20 | Par hector carignan en réponse au commentaire de Art Monica le 11/02/2012 à 11:11

Effectivement ! Le projet de Nicolas Sarkozy ce n'est pas l'article 16 de la Constitution ni l'apologie du "nazisme", mais la baisse des salaires et retraites pour payer la crise sous couvert du sauvetage de l'Europe ...

11/02/2012, 11:20 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Art Monica le 11/02/2012 à 11:11

Merci Art .. 

C'est ce que je hurle  : les dictatures et les escroqueries n'ont pas de clivage idéologique .. mais elles représentent toujours l'appropriation totale de tous les pouvoirs  , le premier soin étant d'abolir l'indépendance du judiciaire , parfaitement illustré par le cas Grec  et ce mandat d'arrêt  des policiers grecs..  Et nous nous orientons à grand pas vers une totale dictature financière . 

Les débats politiciens actuels , qui s'exercent naturellement en campagne électorale , permettent parfaitement de masquer cette prise de pouvoir puisquil permet de focaliser  l'intérêt  sur l'accessoire : les programmes électoraux et non sur l'essentiel : le vol du pouvoir et la suppression de l'indépendance du pouvoir judiciaire .  

11/02/2012, 11:28 | Par Art Monica en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 11/02/2012 à 11:20

Oui, et le processus est aussi illustré en Espagne par l'interdiction d'exercer imposée au juge Garzon par ceux-là même dont il débusquait la corruption!!! Les gens de gauche fonctionnent avec un logiciel obsolète, se paient de grands mots et de grandes analyses indignées dont les autres en face n'ont rien à faire. Ces dictateurs New look avancent avec des chars et trouvent devant eux des gens qui tirent à coup de mots!

11/02/2012, 11:40 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Art Monica le 11/02/2012 à 11:28

Les Grecs ont prévu de prendre demain Dimanche  12 Février le Parlement d'assaut .. 

Une des abonnés de Mediapart y sera d'ailleurs . 

 

Je ne peux que m'empêcher de faire le lien avec la phrase suivante 

C'est une révolte demandait  Louis XVI ? 

Non Sire c'est une révolution lui répondit le Duc de Liancourt ... 

 

-

 

 

Cette révolution  comme le disent les suisses, concerne en fait la  révolution monétaire avec l'instauration d'un 4ème pouvoir indépendant  qu'ils veulent nommer le monétatif . Mais les Suisses sont libres  et ne se sont pas mis dans les mains d'une junte  . C'est un pays très démocratique .. ou le résultat des urnes n'est pas foulé aux pieds comme le fut notre référendum de 2005 . Pour eux la séparation des pouvoirs est quelque chose de réel , comme le respect de l'état de droit .  C'est effectivement de cette révolution là dont nous avons besoin . Espérons que nous arriverons à la faire autrement que dans le sang ; 

Le monétatif : une révolution monétaire 

Le monétatif, quatrième pouvoir

L’association «Modernisation monétaire» débat également de la possibilité de transformer la Banque nationale en quatrième pouvoir de l’Etat, le monétatif, qui viendrait s’ajouter au législatif, à l’exécutif et au judiciaire. Le professeur Mastronardi, de l’Université de Saint-Gall, parle également de service public dans le domaine monétaire, mais il ne s’agit pas d’une nationalisation des banques. Cependant le système monétaire doit être mieux étayé juridiquement et démocratiquement afin que les citoyens en reprennent le contrôle et ne soient plus confrontés à tout moment à de nouvelles catastrophes dont ils doivent payer les dégâts de leurs deniers.

 

 

 

11/02/2012, 11:49 | Par Art Monica en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 11/02/2012 à 11:40

C'est en voyant cela qu'on mesure à quel point le fait d'être pris dans la gangue européenne néolibérale (et son gang) nous a empêché de penser des alternatives. Quand je pense à ces débats entravés sur la mondialisation, la souveraineté, le nationalisme, la germanophobie, le populisme, l'europhobie, les complots... sur Mediapart, je suis en colère. Ce sont des gens de gauche qui nous empêchaient d'avancer, voulant sans cesse nous rabattre sur leurs vieux concepts. Grrrr

11/02/2012, 11:54 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Art Monica le 11/02/2012 à 11:49

Je vais aller plus loin et je sais que vous comprendrez .. 

C'est exactement avec cette même technique qui consiste à focaliser les partis d'opposition sur des discussions stériles et contradictoires qui les empêchent de s'asseoir à la même table , que Assad est toujours en poste  en Syrie .. et je sais que nous en sommes arrivées toutes les deux à la même conclusion , dont je fais  bien évidemment le parallèlle . 

11/02/2012, 12:06 | Par Art Monica en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 11/02/2012 à 11:54

 

Bien sûr. Les clivages politiciens empêchent de réfléchir aux solutions dans l'intérêt du plus grand nombre (à défaut de tous). L'issue est connue: chacun s'enferme dans sa chapelle, qui se rapetisse au fur et à mesure des épurations idéologiques, devenant pour les plus "purs" une cabine téléphonique.

 

Qui y gagne? Toujours les mêmes...

 

Je note qu'en Grèce, des ministres du Pasok et du Laos ont démissionné dans les mêmes termes. Ils sentent que leur pays est en grand danger et ils n'acceptent pas.

 

La Grèce nous sert de modèle, c'est l'aînée de notre famille européenne en matière de répression par la Pompe à Phynance et de combat contre elle.

 

 

11/02/2012, 12:21 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Art Monica le 11/02/2012 à 12:06

Je suis en accord avec ce que tu dis Monica, et j'attire l'attention sur ce que je viens d'écrire plus haut, Sarkozy dans sa campagne va s'adresser directement au peuple, afin de jeter aux oubliettes son bilan, ses responsabilités, et de jouer à Bonaparte, les référendums en sont la grosse artillerie. Donc il nous importe de ne pas nous tromper de combat et de nous recentrer sur l'essentiel, qui sont la souveraineté face aux marchés financiers et d'où vient la dette et qui doit la payer ?

 

11/02/2012, 12:33 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 11/02/2012 à 12:21

Oui, Manu. A propos de la Pompe à phynances, une petite piqûre de rappel Clin d'œil

______

La démocratie représentative n'existe plus, expose Frédéric Lordon en citant le cas du référendum de 2005 et en pointant les pions Papademos et Monti avancés sans scrupules par la troïka financière (BCE, Commission européenne, FMI) au mépris de toute souveraineté populaire.

La loi des marchés (ces «tiers inclus au contrat social») règne en maître. Les élus du peuple, les résultats de scrutins ne sont plus tolérés par ces nouveaux dominants que s'ils rentrent dans leur moule.

Citant la récente dégradation de la France, Frédéric Lordon relativise l'importance d'agences de notation parfaitement « périphériques » :

«Il n'y a aucun lieu de s'étonner qu'un univers comme les marchés de capitaux, qui fonctionnent fondamentalement à la croyance, à l'opinion et au jugement, sécrètent en leur sein des producteurs spécialisés de croyance, d'opinion et de jugement

Ce n'est pas à ces « points focaux » épiphénomènes (les agences de notation) qu'il convient de s'attaquer, mais à la structure d'ensemble qui les féconde.

Or, souligne Lordon, les évènements en cours pourraient bien donner un sacré coup de main à ceux qui refusent la «monstruosité» d'un monde régi par «le corps informe des créanciers internationaux».

Comme en 2007/2008, le secteur interbancaire est en voie de devenir «le nouvel épicentre d'un nouveau séisme». Sans que les puissances publiques, désormais ruinées, puissent voler à son secours comme la fois précédente :

«Si donc nous voyons poindre la perspective de grand effondrement, alors oui, il y a plus que jamais matière à nous demander quoi reconstruire. Mais la toute première question étant bien sûr : à quelle échelle ?»

La reconstruction, mais avec qui ?

Sur ce point, Lordon est catégorique. La tendance va spontanément vers «une préférence a priori pour des ensembles les plus vastes possibles». Mais alors, «avec qui ?».

Lordon expose ses doutes quant à une solution européenne dans une Union européenne ouvertement dominée par la rigueur monétaire imposée par l'Allemagne. Et par une « juridicisiation » des politiques publiques «directement attentatoire» à toute souveraineté populaire :

« Existe-t-il des intermédiaires viables entre les configurations nationales classiques et une Union européenne pleine et entière, je veux dire avec une intégration politique pleine et entière ?

Si la réponse était non, alors il ne faudrait pas hésiter à en revenir à la configuration nationale dont on sait avec certitude qu'elle satisfait pleinement le principe de la souveraineté populaire. » C'est bien ce qu'est en train de faire la Grèce.

http://blogs.rue89.com/yeti-voyageur/2012/01/21/lordon-le-soulevement-ou-la-table-rase-par-leffondrement-226323

17/02/2012, 16:45 | Par espoir en réponse au commentaire de Art Monica le 11/02/2012 à 11:28

Oui la Gauche n'a pas d'armée car elle se réfléchit toujours dans un processus démocratique du "prêt à convaincre" lent ,donc débordé par une droite qui durcit ses frappes en utilisant" les armes de détournement massif" des frustrations populaires , c'est sa force à usage immédiat. De plus le peuple de gauche est trop dans l'attentisme d'un" mieux-être"printanier, pendant ce temps, Sarko la Marine et ses soudards colonisent  les rancoeurs ordinaires des petits des sans-grades et les mettent en avant pour monter au combat, ils vont se détruire entre eux , pauvres contre exclus, ou l'inverse, sur un champ d'horreur sociale préalablement préparé par son démantelement préalable , pendant cinq ans et plus.

 

11/02/2012, 13:42 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de Art Monica le 11/02/2012 à 11:11

@ Art Monica

Le "capitalisme du désastre", que vous évoquez à juste titre, et dont Sarkozy se fait le chantre, s'est vu ouvrir un boulevard par les sociaux-démocrates européens, devenu ensuite une véritable autoroute pour les gouvernements mis en place par le FMI et la Banque Mondiale (Draghi, Papademos). l'Europe subit ainsi des recettes - fortement marquées d'une idéologie ultralibérale - qui sont celles de l'Ecole de Chicago et de son gourou Milton Friedman.  

Celà n'empêche nullement les Guéant et autres inspirateurs de Sarkozy d'agir, par ailleurs, pour réveiller les plus bas instincts du racisme colonial et xénophobe. Et il est fondamental pour la survie de notre démocratie, de s'y opposer.

11/02/2012, 15:49 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Célestine42 le 11/02/2012 à 13:42

Oui, Célestine. En interne, la droite sarkozyste cherche à cliver les citoyens pour mieux exercer son pouvoir. Haro sur les étrangers, sur les chômeurs, sur les "assistés" sociaux, sur les fonctionnaires... En parallèle, attaque contre tout le service public. Les mots comptent, certes, mais faut observer les actes. Les mots sont surtout là pour détourner notre attention de l'essentiel.

11/02/2012, 19:23 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Art Monica le 11/02/2012 à 15:49

Il ne faut jamais perdre de vue l'essentiel, et ne pas se laisser aveugler par les leurres !

 

11/02/2012, 11:17 | Par Art Monica

11/02/2012, 13:10 | Par netmamou

Merci pour ce billet, Célestine, que m'a signalé Marie-Caroline Porteu

Oui,  on y pense à ce fameux article 16, qui avait été un point d'achoppement très fort au moment du vote de la constitution, en 1958.  La Gauche, qui était contre cette Constitution, s'était élevée contre cet article 16 . 

Mon prof d'Histoire de l'époque avait consacré , via Montesquieu, un cours à son explication , mais bien sûr; je n'avais pas l'âge de voter !

Plus prosaïquement mais en lien quand même, j'avais fait un billet il y a quelque temps sur l'EUROGENDFOR.

http://blogs.mediapart.fr/blog/netmamou/180111/mam-gendarmes-francais-ou-force-dintervention-europeenne

Et aujourd'hui, un billet sur le principal syndcat de policiers grec; que vous trouverez en cliqaunt sur mon pseudo.

Si celà vous intéresse ....

11/02/2012, 18:53 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de netmamou le 11/02/2012 à 13:10

Je vois que dans les références de Marie Caroline Porteu que vous reprenez, le comité Valmy, est pour vous une source fiable. Je ne partage pas du tout cette opinion. Derrière ce comité Valmy on retrouve l'ultra-droite souverainiste.

L'article suivant est très explicite à cet égard :

http://rebellyon.info/Attention-l-ultra-droite.html

 

 

 

11/02/2012, 19:20 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Célestine42 le 11/02/2012 à 18:53

Je m'inscris en faux sur votre affirmation d'ultra-droite souverainiste concernant le Comité Valmy, il s'agit d'un amalgame plus que douteux qui ne résiste pas à l'examen, il suffit d'aller faire un tour sur leur site pour s'en rendre compte :

 

http://www.comite-valmy.org/

 

Ce comité a été créé par des communistes, et le fait qu'il refuse la césure droite/gauche explique sans doute la confusion, si bien qu'on y retrouve d'anciens gaullistes par exemple !

 

11/02/2012, 19:23 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 11/02/2012 à 19:20

J'allais coller le lien, Manu. Ce Comité n'a rien de "droite". Il apporte beaucoup de réflexions intéressantes!

11/02/2012, 19:31 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Art Monica le 11/02/2012 à 19:23

Oui c'est l'article de "rebbelyon" qui fait un amalgame douteux avec François Asselineau, qui a mis Celestine42 dans l'erreur, et le fait qu'ils acceptent de discuter avec tous ceux qui rejettent l'ultra-libéralisme et la domination américaine. D'ailleurs leur référence est constituée par l'union de la résistance (celle de 40/45 avec le vrai Front National par exemple) et le programme du CNR, tout est dans cette affirmation !

 

11/02/2012, 19:29 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Célestine42 le 11/02/2012 à 18:53

@Celestine42  

Ce n'est pas moi qui ait soufflé le comité Valmy pour çà à Netmamou  

De plus , le comité Valmy se revendique de mémoire de la fraction dissidente du PCF : le RPCF qui me semble difficilement compatible avec l'ultra droite souverainiste ^^^^... 

La seule chose pour laquelle j'ai cité le comité Valmy était un débat sur  la géopolitique du Proche Orient  , il me semble ; je crois même qu'il s'agissait de celui là  http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2043.

 Il me semble même qu'aujourd'hui ce point de vue n'a pas de clivage politique en France , car à droite comme à gauche, on trouve des pros  intervention et des contre intervention ... Par contre , ils rejoignent totalement un journaliste Belge assez marqué à gauche , du nom de Collon ..

comme leurs théories économiques qui sont de temps en temps proches de celles de Paul Jorion ..  (pour le peu que j'en ai vu ) car je ne suis pas religieusement toutes leurs publications . 

Et puis je vais vous dire autre chose , je ne m'interdirais jamais de citer une idée que je trouve intéressante au prétexte qu'elle est énoncée par quelqu'un dont je ne partage pas les opinions .. De la même manière que je ne dirais pas qu'il pleut si Marine Le Pen dit qu'il fait beau . 

Je trouve cette ostracisme  totalement réducteur  et destructeur .. Pire , il empêche de réfléchir rationnellement . 

Si untel a dit çà "ce n'est pas vrai" parce qu'il a été rattaché une fois dans sa vie à ce type d'idées !!!! ... Je crois qu'il n'y a rien de plus sectaire comme démarche . Et si il y a une chose que je rejette totalement , c'est justement le sectarisme . 

J'ai fait exactement la même réflexion en rigolant un jour,  à des associations défendant la laicité avec lesquelles je travaillais sur une Tribune que nous avons fait paraitre dans Libé ^^^^

 

 

12/02/2012, 11:25 | Par netmamou en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 11/02/2012 à 19:29

  Je reviens sur ce fil. Et je suis tout à fait d'accord en tous points avec le post de Marie-Caroline, qui précède le mien..

Le Comité Valmy est de gauche bien évidemment. On peut les dire "souverainistes" selon la terminolgie habituelle , avec la l'enfumage  et le flou qui accompagnent  l'utilisation du mot...Ils sont républicains pur jus.On y retrouve des "gaullistes de gauche", c'est ce qui m'a fait hésiter à les suivre... 

Je connais personnellement Claude BEAULIEU, reponsable de ce Comité et je peux vous affirmer qu'il a toujours été de gauche !!

Il suffit de s'abonner à leur lettre pour s'en apercevoir .

 

12/02/2012, 16:04 | Par Danyves en réponse au commentaire de netmamou le 12/02/2012 à 11:25

Le paragraphe de l'amalgame sur le site anarchiste Rebellyon :

"L’UPR un mou­ve­ment sou­ve­rai­niste qui ratisse large, notam­ment chez les sora­liens, les larou­chis­tes mais aussi chez les che­vé­ne­men­tis­tes, au PRCF, etc. Dans un com­mu­ni­qué publié sur Facebook il y a plus d’un an [1], des cadres de son parti expli­quaient déjà, tout en se dédoua­nant d’avoir quoi­que ce soit à voir idéo­lo­gi­que­ment avec ces gens-là : « il est tout sim­ple­ment faux d’affir­mer que François Asselineau refuse tout dia­lo­gue avec les adhé­rents de E&R, comme avec les adhé­rents de S&P, et comme avec les adhé­rents du Comité Valmy. » En conclu­sion, ils réaf­fir­maient : « L’adhé­sion à l’UPR reste grande ouverte à tous les mem­bres de E&R, de S&P, du Comité Valmy, comme de ceux du RIF, du MPEP, du POI, du MDC, de DLR, du MPF, du Front de Gauche, et de tous les autres mou­ve­ments poli­ti­ques fran­çais, qui auront com­pris la légi­ti­mité de notre cause, la jus­tesse de notre Charte, la clarté de nos ana­ly­ses, la rec­ti­tude de notre com­por­te­ment et l’effi­ca­cité de notre posi­tion­ne­ment [2]. »"

12/02/2012, 10:21 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de netmamou le 11/02/2012 à 13:10

En complément de mon message précédent, j'ajoute quelques mots sur la "fraternisation" police/manifestants à Athènes. Les images reproduites par le quotidien "La Repubblica" d'aujourd'hui montrent plutôt que la répression policière des manifestants bat son plein. Le quotidien italien (de centre-gauche) reprend certes la lettre ouverte dont vous parlez, mais la répression continue ainsi qu'en attestent les photos.

 pour le texte : http://www.repubblica.it/economia/2012/02/11/news/grecia_accordo_scio

pour les photos de la "fraternisation" : http://www.repubblica.it/esteri/2012/02/11/foto/crisi_grecia_il_fotoracconto-29717737

 

"Quella odierna è la seconda giornata dello sciopero generale indetto dai sindacati per protestare contro le nuove misure di austerità. (...) . Anche oggi sono scese in piazza migliaia di persone. E le tensioni non si placano: mentre la manifestazione davanti al Parlamento si scioglieva ci sono state schermaglie tra poliziotti e dimostranti. Il sindacato di polizia ha provocatoriamente minacciato di arrestare gli inviati della Ue e dell'Fmi, in questi giorni ad Atene per discutere col governo le nuove misure di austerità. La provocazione è arrivata in una lettera aperta nella quale il sindacato lamenta di non poterne più di reprimere le proteste dei "propri "fratelli" greci esasperati dalle misure imposte dall'esterno."

(11 febbraio 2012) 

Traduction en français :

"Aujourd'hui c'est la seconde journée de grève générale organisée par les syndicats pour protester contre les nouvelles mesures d'austérité. (...). Aujourd'hui aussi des milliers de personnes sont descendues dans la rue. Et les tensions ne se calment pas : Tandis que la manifestation devant le parlement se dispersait, il y a eu des échauffourées entre la police et les manifestants. Le syndicat de police a de façon provocatrice menaçé d'arrêter les représentants de L'Union Européenne et du FMI, venus ces jours-ci à Athènes pour discuter des nouvelles mesures d'austérité avec le gouvernement. La provocation est arrivée par une lettre ouverte dans laquelle le syndicat se plaint de ne plus supporter de réprimer les protestations de leurs "propres frères" grecs exaspérés par les mesures imposées par l'étranger".

11/02/2012, 19:39 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

Et puisque nous sommes dans un blog attirant l'attention sur la manière dont se déroulent les prises de pouvoir  .. 

Je voudrais attirer l'attention sur la date du 21 Février prochain , date prévue pour le vote au Parlement de l'insensé projet du MES .. Le Front de Gauche est le seul à attirer l'attention sur ce nouveau déni de démocratie .. Ce vote se passe une fois de plus dans l'omerta médiatique la plus totale .. Le passage du projet en Conseil des Ministres a eu lieu cette semaine . 

Pour ceux que cela intéresse , j'ai fait un billet de blog qui date déjà un peu sur ce projet insensé . 

Le nouveau dictateur : Le MES 

Cela tombe bien , c'est exactement le sujet de votre billet ; 

 

11/02/2012, 19:55 | Par Art Monica

Célestine avait demandé hier à être mon contact, elle m'a rayée aujourd'hui alors que d'autres noms sont apparus dans sa liste. Intéressant... Un Comité non Valmy veillerait, aidant cette nouvelle abonnée au tri sélectif? Je quitte ce Blog.

11/02/2012, 20:00 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Art Monica le 11/02/2012 à 19:55

Idem .. pour moi .. et je le quitte aussi .. 

Enchantée de vous avoir rencontré Celestine42 .. 

Je pense toujours que la lumière vient des débats , visiblement , nous ne partageons pas ce point de vue . 

 

11/02/2012, 20:05 | Par Art Monica en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 11/02/2012 à 20:00

La grande Doxa Mediapartienne veille. Elle a tiré le signal d'alarme: "attention, c'est la droite". Incroyable mais vrai.

12/02/2012, 10:34 | Par Célestine42

Voici le texte intégral ,repris partiellement par l'agence de presse Reuters, de la lettre ouverte du principal syndicat de la police grecque :

Source : http://www.okeanews.fr/le-principal-syndicat-de-la-police-menace-darreter-les-fonctionnaires-du-fmi-de-la-bce-et-de-lue/

« Athènes le 9 février 2012 Destinataires Les Représentants : De la Commission Européenne M. Servaas Derooz Du FMI M. Poul Thomsen De la BCI M. Klaus Mazouch
Messieurs,
Le conseil étendu, en assemblée générale hier 8/2/2012 et aujourd'hui 9/2/2012, de notre Confédération composée des représentants de toutes les organisations des Agents de la Police du pays, a décidé à l'unanimité de s'adresse à vous, vous signalant ce qui suit :
Depuis deux ans, la Confédération Panhellénique des Agents de la Police, vous a prévenu sur le fait que cette politique que vous dictez et dont vous exigez l'exécution «mettant le pistolet sur la tempe », dynamite la cohésion sociale et assassine tout espoir de reprise de l'économie grecque.
Bien à temps, par des notes de protestation déposées auprès des instances ici de l'Union Européenne ainsi qu'auprès des Ambassades de l'Allemagne et de la France, nous avions alors exprimé notre opposition radicale à toute mesure qui insulte la dignité et la sensibilité démocratique de notre peuple.
Nous vous avions prévenus, que nous refusons à nous positionner face à nos parents, nos frères et sœurs, nos enfants, face à tout citoyen de ce pays qui proteste exigeant le changement de cap.
Nous proclamons tous, des politiques programmées qui garantiront les intérêts du peuple des travailleurs et de nous tous, car désormais nous survivons sous le seuil de pauvreté.
Les intérêts des bailleurs de ces prêts usuriers, les détenteurs des capitaux qui veulent nous arracher nos richesses nationales, ne doivent suivant aucune règle de droit, prévaloir sur les besoins élémentaires dans la survie quotidienne de tout un peuple. Et bien au-delà, la priorité donnée à la survie des citoyens d'une nation, repose sur le droit international et elle doit demeurer la priorité dans toute politique interne. D'autant plus que nous, tout comme la majorité de notre peuple, subissant le même sort, nous ne sommes en aucun cas responsables de la crise.
Néanmoins, puisque nous constatons que vous continuez sur la même politique catastrophique pour nous tous, nous voulons déclarer de manière catégorique qu'en aucun cas nous acceptons votre volonté, à savoir, nous conduire à nous entretuer avec nos frères.
Nous vous avertissons donc, étant les représentants légaux des Policiers Grecs, que nous exigerons la mise en place des mandats d'arrêt à votre encontre, pour non respect de notre législation, vous plaçant alors sous arrestation si possible immédiate. Ce non respect de la législation pénale est relatif à vos actes en cours, visant à abolir ou à réduire notre régime démocratique, notre souveraineté nationale, visant également à atteindre les droits et jouissances légitimes du peuple grec.
La Confédération Panhellénique des Agents de la Police appelle tous les policiers qui le souhaitent, à une «grève blanche», c'est à dire à ne plus opérer dans le cadre de certaines actions, comme la mise à disposition des pièces et documents émanant des Tribunaux, le croisement des données concernant les procès verbaux pour non respect de la législation sur l'urbanisme ou encore la surveillance des stades. »

12/02/2012, 11:40 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Célestine42 le 12/02/2012 à 10:34

J'aurais préféré que vous répondiez aux intervenantes précédentes, sur vos curieuses manœuvres qui vous discréditent et montrent surtout votre absence de tout sens politique !

 

12/02/2012, 11:35 | Par netmamou

Celestine 42,

Comme Marie-Caroline Porteu et Art Monica, je suis soucieuse de la diversification de mes sources d'information parce que je considère que c'est du brassage des idées que jaillit la " lumière" individuelle puis collective.

Amalgamer Asselineau avec le Comité Valmy, c'est gonflé.

MAIS, pour revenir à Asselneau, je vous invite à écouter ses conférences sur la naissance de l'UE. Très bien documentées, fondées sur les faits historiques, elles permettent de comprendre comment les dés étaient pipés dès la départ.. A ma connaissance, il est le seul a avoir pratiqué ce sport de décortiquage de la mise en place des mécanismes.

On peut se former sans pour autant "suivre" quelqu'un, non ?

C'est tout le mal que je vous souhaite ! Rigolant

12/02/2012, 11:44 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de netmamou le 12/02/2012 à 11:35

JP Chevènement l'a bien montré également dans son bouquin de 2006 : "la faute de M. Monnet", paru aux éditions Fayard.

 

12/02/2012, 12:45 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 12/02/2012 à 11:44

@Emmanuel Esliard

Je ne suis pas souverainiste. Je crois que vous l’aviez compris. Je n’ai donc rien à voir avec Monsieur Chevènement. Par ailleurs, je ne réponds pas à ceux et celles qui m’agressent ouvertement par des accusations aussi ridicules qu’inqualifiables. Il n’y a qu’à lire mon article pour savoir que je suis une démocrate. Je vous ai donné une référence qui vient du site rebellyon info - qui est tout à fait fiable, de mon point de vue sur le flou idéologique du Comité Valmy, etc. Je n'ai pas l'intention de m'épuiser à répondre à des attaques tendancieuses, et je ne vois pas en quoi je me discréditerais en ne partageant pas votre point de vue.

13/02/2012, 01:27 | Par netmamou en réponse au commentaire de Célestine42 le 12/02/2012 à 12:45

 Voyons, Celestine 42, le Comité Valmy n'est pas un parti politique! Son activité consiste à publier des textes ...

Il rassemble des gens de gauche, point barre. Pas des Européistes, ça , c'est sûr.

La juriste que vous êtes doit savoir le sens et l'extension des mots.

Que dire alors du mot-valise " souverainisme " ? ça commence où, et ça finit où ? Voilà qui conditionne nécessairement toute pensée qui se veut élaborée, à propos de évènements de la période contemporaine. Pour faire simple , cette pensée est devenue une nécessité absolue depuis le NON de 2005... Même si elle est posée depuis Maastricht. .

Ce " souverainisme "  est utilisé à dessein par la vulgate néo-libérale, qui veut dire " circulez, y a rien à voir".

Sans qu'à aucun moment ne soit posée la limite du " souverainisme" par rapport à l'expression du suffrage universel , lequel , dans un pays qui s'appelle la France, regroupe les voix de tous les inscrits sur les listes électorale de la République française.

Ne vous épuisez pas ici, ce serait dommage Rigolant

Bon vent !

 

12/02/2012, 16:09 | Par Danyves en réponse au commentaire de Célestine42 le 12/02/2012 à 12:45

Pour mémoire, posté plus haut :

Le paragraphe de l'amalgame sur le site anarchiste Rebellyon :

 

"L’UPR un mou­ve­ment sou­ve­rai­niste qui ratisse large, notam­ment chez les sora­liens, les larou­chis­tes mais aussi chez les che­vé­ne­men­tis­tes, au PRCF, etc. Dans un com­mu­ni­qué publié sur Facebook il y a plus d’un an [1], des cadres de son parti expli­quaient déjà, tout en se dédoua­nant d’avoir quoi­que ce soit à voir idéo­lo­gi­que­ment avec ces gens-là : « il est tout sim­ple­ment faux d’affir­mer que François Asselineau refuse tout dia­lo­gue avec les adhé­rents de E&R, comme avec les adhé­rents de S&P, et comme avec les adhé­rents du Comité Valmy. » En conclu­sion, ils réaf­fir­maient : « L’adhé­sion à l’UPR reste grande ouverte à tous les mem­bres de E&R, de S&P, du Comité Valmy, comme de ceux du RIF, du MPEP, du POI, du MDC, de DLR, du MPF, du Front de Gauche, et de tous les autres mou­ve­ments poli­ti­ques fran­çais, qui auront com­pris la légi­ti­mité de notre cause, la jus­tesse de notre Charte, la clarté de nos ana­ly­ses, la rec­ti­tude de notre com­por­te­ment et l’effi­ca­cité de notre posi­tion­ne­ment [2]. »"

 

13/02/2012, 01:28 | Par netmamou en réponse au commentaire de Danyves le 12/02/2012 à 16:09

Merci du rappel, Danyves. Vous avez raison, c'est un amalgame !

L'UPR veut regrouper tous ceux qui veulent sortir de l'UE. C'est son seul objet, son unique " projet". C'est pourquoi il ratisse large, car l'idée est transversale à la gauche et la droite

 Personnellement, je n'y ai pris que le cours d'Histoire d'Asselineau, très bien documenté et qui recoupe des lectures que j'ai faites sur la naissance de l'idée d'Europe, depuis le siècle dernier.

13/02/2012, 17:02 | Par Célestine42 en réponse au commentaire de Danyves le 12/02/2012 à 16:09

@ Danyves

Dommage que ce ne soit pas le bon article....

Mais arrêtons là cette discussion parfaitement stérile sur ce qu'a écrit tel ou tel.

Pour clore ce mini-débat - qui occulte bien opportunément l’essentiel de mon propos - je voudrais ajouter ici mon dernier mot sur le Comité Valmy - qui ne vaut certainement pas la débauche d’énergie dont font preuve ses zélateurs.  Son syncrétisme échevelé (les idées du CNR + celles des gaullistes +  celles des communistes + celles des souverainistes) est pour le moins incohérent, puisqu’il veut faire cohabiter l’idéologie de la Résistance avec celle des débuts de la V° République, alors que les circonstances politiques - et la stratégie des acteurs - ont pour le moins évolué.

Dès 1960, en effet, les responsables de la stratégie de l'U.N.R. se sont lancés dans une vaste opération de bipolarisation de l'opinion publique. Après le choix imposé par de Gaulle au temps de l'affaire algérienne : « moi, ou le chaos », l'alternative qu'ils lui offrent - et dont se saisit De Gaulle - a quelque peu changé, et l'épouvantail brandi est, désormais, le communisme :  le choix offert aux électeurs par De Gaulle est devenu, « gaullisme ou communisme ».

Le confusionnisme politique du Comité Valmy - et j'en termine ici avec la question - est, de surcroît, propice à toutes les récupérations.

13/02/2012, 18:41 | Par netmamou en réponse au commentaire de Célestine42 le 13/02/2012 à 17:02

celestine 42,

 Vous voulez avoir le dernier mot ? Ce n'est pas habituellement l'ouverture dont font preuve les billettisteds du Club  ...

Et ce dernier mot, vous nous l'assénez après avoir lu des texte , émanant sans doute de vos amis, quels qu'i s soient .. Mais tout ça reste livresque, désincarné.

Si vous intéressez à la politique, il serait judicieux de raisonner en dehors des étiquettes traditionnelles. Les humains sont plus compliqués que vous semblez le croire.

Un dernier point sur la bi-polarisation, non de l'opinion publique, ce qui ne veut rien dire,  mais de la vie politique. Votre narration est un tantinet simpliste., et ne correspond pas à la réalité des années 60, puisque mon Général est arrivé en 58.

Votre raisonnement est réducteur.

Je vous laisse à vos certitudes, définitivement cette fois .

 

12/02/2012, 20:36 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

Les clivages sont très dangereux car ils font faire des amalgames sur sur des notions qui sont en fait assez différentes  à  la fois politiquement et juridiquement .  

le souverainisme par exemple, qui est "concerne la souveraineté nationale" .. mais que l'on peut aussi qualifier d'indépendance ..  Le nouveau plan grec qui consiste à retirer la souveraineté budgétaire à la Grèce pour laisser des commissaires allemands contrôler la destination des aides apportées  doit-il être accepté au principe que son refus viendrait d'un souverainisme mal placé ??? 

 

Pour çà que je prétends et que je répète que les clivages politiques et iédologiques dans ces domaines sont dangereux car en focalisant sur l'idéologie , ils empêchent de raisonner rationnellement sur des techniques  pures . Les pays dits de gauche comme ceux d'Amérique Latine ont sû conserver leur souveraineté monétaire et budgétaire  .. 

 

Et si l'on veut bien se donner la peine d'analyser la crise Argentine , on verra que c'est la technique imposée , par le FMI en particulier, ainsi que la parité peso/dollar qui les a conduit dans cette crise , et que c'est la restauration de la souveraineté  avec le rejet des instructions et obligations dictées par le FMI qui leur a permis d'en sortir .  Cela n'a rien à voir avec l'idéologie , surtout  si on observe soigneusement le programme de Kirchner .. 

La Crise Européenne dans laquelle nous nous trouvons  est  une crise de la dette , mais aussi et surtout du modèle en lui même , et a  été amplifiée par l'absence totale de souveraineté de la zone Euro .. 

 

Le fonctionnement actuel de l'euro défini par le Traité de Lisbonne  nous a totalement privés  de cette souveraineté monétaire, puisque même la  BCE n'a pas le droit d'émettre de monnaie à destination directe des Etats .. Cette absence de souveraineté est d'ailleurs dénoncée  par des partis de droite (souverainistes)  comme de gauche (FDG, même si Mélenchon n'utilise pas le terme) .., alors que des pays comme la Grande Bretagne ou les pays hors zone Euro , l'ont conservée (partiellement ) . 

 

Ce billet en est l'illustration et c'est d'autant plus dommage que le sujet est très important .. car encore une fois , l'article 16 n'est pas idéologique , il pourrait être utilisé aussi  par la gauche si elle était au pouvoir .. Il est juste l'illustration d'une tentation totalitaire qui se précise de plus en plus à l'image de ce qui se passe en Grèce et le totalitarisme n'a pas d'idéologie .. il est de droite comme de gauche : l'histoire nous l'a largement démontré et depuis trois mois la Grèce nous le démontre encore plus . 

 

Par contre , une chose est certaine , ce qui se passe actuellement en Europe montre que la volonté des Institutions européennes est bien de faire renoncer au maximum les pays de la zone euro à  leur souveraineté ,  et ce dans de multiples domaines , (les semences ou les herbes médicinales en sont d'autres exemples)  sans pour autant faire légitimer ces renoncements par des votes ,  et de plus  en confiant les souverainetés  "volées" à des technocrates non élus .  

 

Et pour la Hongrie , ne vous y trompez pas , ce n'est pas l'attitude de la Hongrie vis à vis des partis ou le musèlement de sa presse qui gêne le plus l'Union européenne , mais les mesures de régulation financière et d'encadrement  très fortes adoptées  sur son système bancaire , qui lui accorde une indépendance accrue vis à vis de Bruxelles et des agences de notation .  Ce n'est pas la tentation totalitaire hongroise sur les libertés individuelles qui dérange Bruxelles , mais celle qui consiste à diminuer  le pouvoir de Bruxelles sur le système financier Hongrois . 

12/02/2012, 20:57 | Par Danyves en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 12/02/2012 à 20:36

Analyse pertinente et fondamentale sur ce qui est en train de se passer en Europe.

13/02/2012, 01:21 | Par netmamou en réponse au commentaire de Danyves le 12/02/2012 à 20:57

Tout à fait d'accord avec vous .Le texte de J.Nikonoff , que j'ai posé sur la Hongrie propose également cette analyse .

Les mesures techniques sont indispensables pour sortir de l'engrenage de la dette. 

Mais tout celà est aussi au service de ce que vous appelez, Marie-Caroline, l'idéologie. On voit bien la différence entre un Mélenchon qui propose de  porter le SMIC à 1700 euros et relancer l'économie par la planification écologique, et les autres qui demandent plus de " sacrifices"..

Ou bien... vous aurais-je mal comprise ?Sourire

13/02/2012, 02:30 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de netmamou le 13/02/2012 à 01:21

@netmamou .. 

Je dirais qu'il y a deux phases .. 

La première est la phase  technique .. s'affranchir de la tutelle financière , en restaurant les pouvoirs régaliens , quite à en faire un quatrième pouvoir comme ce que proposent les Suisses avec leur monétatif  (4ème pouvoir en complément du législatif, judiciaire et exécutif)  , qui permet de ne pas laisser ce pouvoir uniquement dans les mains du politique (dangereux aussi ) . 

 

La deuxième phase est celle de l'idéologie et dans le nouveau budget , considérablement allégé par les conséquences de la première étape , là oui vous introduisez l'idéologie pour  redistribuer les cartes fiscales et sociales . 

Non .. ceux qui demandent des sacrifices ne le font même pas par idéologie .. D'ailleurs regardez Hollande !!!  comme les gouvernements socialistes Européens et il n'y avait pas que les Grecs .. .. Ils le font parce qu'ils sont inféodés à un pouvoir qu'ils refusent de remettre en question  : celui du financier . Plus exactement , c'est ce pouvoir là qui gouverne  à leur place. Et ce pouvoir là gouverne par escroquerie .. Mais pour moi ce n'est même plus une logique capitaliste ou libérale .. c'est une logique maffieuse  qui repose sur le vol et la tromperie  et qui a instauré un système de dérégulation et de libre échange  total qui n'est rien d'autre qu'une Loi de la Jungle , dont seuls les prédateurs connaissent le fonctionnement , ce qui leur permet de rester les maîtres absolus du système . Cela s'appelle la dictature . 

Et Mélenchon est le seul à gauche qui ose proposer de "taper sur les marchés" , et de redonner à la BCE le pouvoir de prêter directement aux Etats sans intérêts  donc de s'affranchir de la tutelle financière . 

13/02/2012, 11:41 | Par netmamou en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 13/02/2012 à 02:30

Nous sommes d'accord, Marie-Caroline.

C'est juste une question de mots. On parle de l'idéologie du socialisme, et c'est la-dessus que je me fonde. Les socialistes qui usent à tout propos des citations de Jaurès, n'ont plus de socialiste que l'étiquette , puisqu'ils obéissent aux marchés.

Bonne journée !Sourire 

12/02/2012, 23:28 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

Dans les mesures plus qu'inquiétantes en train d'être prises par la Troika , il est essentiel de noter la levée des impôts grecs qui se fera désormais par les banquiers privés . 

 

 Les pouvoirs d'un Etat , ceux que l'élu politique (en démocratie) est supposé faire respecter sont également ceux à travers lesquels la politique du gouvernement sera réalisée . 


Dans ces pouvoirs ; la création monétaire en était un essentiel . Il a été  cédé aux banquiers privés . 

Il y en a un second qui est essentiel .. : Le Trésor !!! c'est à dire celui qui lève les impôts . 

A partir du moment ou l'Etat , le politique , se dessaisit de ces pouvoirs au profit d'une autre structure , privée en l'occurence puisque visiblement , ce seront les banques grecques qui détiendront ce pouvoir  de lever l'impôt , il se dessaisit également de toute influence sur la destination de ces impôts .. Si il decide de modifier totalement les règles budgétaires , il a tous les moyens de le faire . 

Principe de base : on ne mord pas la main qui vous nourrit (les prêteurs )  encore moins quand ils détiennent toutes les bases des prêts à la source : la levée des impôts ; Ce seront donc désormais eux qui décideront de leur destination et de leur affectation 

On peut toujours désormais organiser des élections en Grèce , avec ces deux mesures  , en dehors de l'illusion de démocratie qu'elles procureront , cela ne servira à rien , puisque les banquiers privés  qui détiennent à la fois le pouvoir de battre monnaie (création monétaire) et de lever les impôts , seront les seuls aptes à décider des politiques budgétaires et fiscales du pays qu'elles contrôlent totalement ... 


Le contrôle de la  Monnaie donne tous les pouvoirs surtout si on lui adjoint les pouvoirs du Trésor . 

PS. Je crois me souvenir , mais il faudrait que je retrouve les sources , que l'administration américaine a transféré aux banques privées la collecte d'un certain nombre de taxes .. voici un an ou 18 mois .. 

Dans mon language , cela s'appelle un putsch .. et une prise de contrôle totale de tous les pouvoirs par une junte financière . 

Voter n'aura plus beaucoup d'importance puisque les élus n'auront aucun pouvoir!!!


Vous êtes sûrs qu'il est encore utile de se battre pour des clivages idéologiques ??? 

13/02/2012, 01:25 | Par netmamou en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 12/02/2012 à 23:28

" L'Etat n'est pas la solution, il est le problème" . Ronald Reagan

13/02/2012, 00:37 | Par Liliane Baie

Merci à tous pour le billet et les commentaires.

Une question me taraude : combien sommes-nous à réaliser l'ampleur du problème ? Combien de grenouilles ne sentent pas l'eau chauffer et vont se retrouver cuites avant de réagir ?

Mais pour les autres, comment faire ?

Jean-Luc Mélenchon conseille de contacter son député pour lui demander ce qu'il va voter le 21 février, puisque les législatives sont proches (et que c'est l'un des seuls levier dont nous disposons pour tenter d'arrêter la marche en avant du MES). Mais peut-être pas assez proches pour empêcher le pire ?

13/02/2012, 01:25 | Par netmamou en réponse au commentaire de Liliane Baie le 13/02/2012 à 00:37

Je ne contacte pas le mien... Je sais ce qu'il va voter !

13/02/2012, 17:19 | Par GMM en réponse au commentaire de Liliane Baie le 13/02/2012 à 00:37

Députés..... je ne contacte pas la mienne non plus sachant ce qu'elle va voter. Le plus grave c'est que a ce sujet ce matin sur France Inter S. Royal n'a pas du tout affirmé que les socialistes ne voteraient pas contre le MES . 

On  retrouve bien là la sociale démocratie Européenne. 

14/02/2012, 00:31 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

Pour tout juriste , le nouveau projet qui sera voté le 21 Février prochain est démentiel .. 

Car il met fin quelques uns de nos fondements démocratiques essentiels et en particulier  la séparation des pouvoirs .. 

Encore faut-il donner l'occasion d'en débattre .. et l'omerta médiatique sur ce texte insensé ne facilite pas les débats . 

http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-caroline-porteu/130212/mes-et-regle-dor-la-tentation-totalitaire

Newsletter