Sam.
26
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Georgette de Chaveyriat


Un coup de fourchette impeccable

 

Il se fait parfois des rencontres au hasard des circonstances. Georgette était convive dans un petit restaurant qui m'accueillit pour le déjeuner. Une belle table qui vient de s'ouvrir sous le modeste nom de « Petit Mézeriat ». Amandine vous y reçoit avec un sourire bienveillant tandis que Marc joue les maîtres queux avec talent.

Le cahier d'écolier.

Le violon d'Ingres de Georges.

Il y a 4 ans déjà ... fin


 

Quand Georges et Josette eurent terminé de me raconter les faits marquants de deux existences parsemées de difficultés, je voyais bien qu'un petit secret faisait briller les yeux de Josette et rosir les joues de notre ami Georges.

 

L'œuvre d'une vie

La vie après.

Il y a 4 ans déjà ... (3)

 

Georges revient de l'enfer, il a 19 ans et doit se construire un avenir malgré ce passé terrible. Un compagnon de misère, rescapé tout comme lui, le prend dans son garage. L'homme est mécanicien d'aviation et va lui en enseigner tous les secrets durant deux années de reconstruction.

 

Son plus beau Tango du monde.

Josette.

Josette n'a que huit ans lorsque Georges est pris en otage. Son monde aussi a pourtant basculé. La même horde soldatesque : ces brutes sanguinaires de la division "Das Reich ", aborde les mines de charbon de Saint Perdoux. 

Finissez d'entrer malgré la pluie !

Josette et Georges.

 

Je marchais depuis bientôt quatre heures ; j'avais traversé trois villages et nul caboulot ne s'était offert à mon envie de boire enfin un petit café réconfortant. Je ne vais pas revenir sur cette désertification intérieure qui prive nos campagnes de petits espaces commerciaux. Elle m'inquiète grandement sur le devenir d'un pays qui ignore à ce point son espace traditionnel.

 

Le Canal du Duc d’Orléans

Conférence bonimentée

Sombre affaire …

 

Grignon (1).jpg


 

Né sous une étoile incertaine, le canal d'Orléans semblait être la chasse gardée du duc éponyme. Il allait connaître bien des déboires lors de la période la plus trouble de l'histoire de France. Il y avait de quoi perdre la tête ; ce qui ne manqua pas d'arriver à quelques protagonistes de l'affaire. Essayons tant bien que mal de démêler cet incroyable écheveau …

 

Les fils d'Abraham


Les frères ennemis

 

Ce vieux patriarche libidineux ne cesse de poursuivre son œuvre de mort. Le vieil homme n'aurait pas dû retenir son couteau. Que ce fût Isaac ou bien Ismaël, ces enfants terribles n'ont eu de cesse que de porter le glaive et le sang sur cette Terre. Tour à tour, victimes ou bourreaux, ils sont les dignes représentants d'un Dieu unique, inique, sanguinaire. Nulle compensation dans cette histoire où les moutons ne furent jamais les seules victimes …

 

Tambouille faite en chambre

 

L'indigestion législative.

Comment accorder le moindre crédit désormais à un « moi », sorti des cuisines politiques de nos chers représentants de commerce ? Nous devinons, derrière chaque décision, l'ombre portée des groupes de pression, des cryptos-influenceurs qui agissent en sous-main, voire en dessous de table, pour faire valoir leurs intérêts particuliers, en déni de l'intérêt général.

Une haute idée de lui-même.


La fatuité érigée en principe

 

Ce monsieur a une idée si élevée de lui-même qu'il ne daigne pas user sa salive à converser avec des êtres inférieurs. Quand il prend la parole, plus exactement quand il coupe celle des autres, faute naturellement de les écouter, il se drape d'importance. Ce qu'il a à déclarer ne saurait subir la plus petite attente ; il est si imprégné de la grandeur de sa mission, qu'il en oublie d'accorder ne fût-ce qu'une once d'attention aux autres : ces subalternes qui, d'après lui, sont de si peu d'intérêt.

Concert au jardin

 

De la simplicité avant toute chose.

 

10525088_10204190459705430_1285521143_n.jpg

J'ai eu l'immense honneur d'être convié à un concert au jardin : un spectacle sans scène ni billet d'entrée, sans affiche ni roulements de tambour. Rien que le bouche à oreille et le bonheur du partage, le plaisir de venir chez le voisin découvrir ses coups de cœur et ses passions. Une manière de faire qui tend à se répandre, une façon de contourner la rigidité, de plus en plus grande, des lourdeurs administratives.

Newsletter