Mer.
24
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le Cercle des causeurs disparus.

Table ronde

1752441.jpeg


 

Ce que je redoutais tant, j'ai fini par l'expérimenter et j'avoue que ce que j'ai vécu ne m'incite guère à changer de point de vue. Un petit salon du livre, de gentils auteurs en rang d'oignons, attendant sans doute de sécher sur pied et qui font le pied de grue pour saisir au bond, de rares, bien trop rares visiteurs … Le décor est planté, l'atmosphère se fait pesante et le pauvre écrivaillon se morfond.

 

L'heureux Tour

La piste aux étoiles ...

 

Nous sommes au temps des magiciens, des bateleurs de foire, des vendeurs d'illusions. À ce jeu des faux-semblants, c'est le plus filou, le moins sincère qui sortira du chapeau, certainement pas sous la forme d'une blanche colombe : il traîne derrière lui bien trop de boulets et de casseroles, mais sous le blason du sauveur et du guerrier sans morale ni scrupules.

 

Songe d'une soirée de brouillard

L'esprit du fleuve. Qui ne s'est pas promené sur la Loire un jour de brouillard n'accordera aucun crédit à cette histoire. Sans doute, ignore-t-il tout de ce mystère qui, soudain, enveloppe toute une région dans une ouate compacte, tétanise le voyageur, l'égare sur des chemins qui finissent par se perdre dans les eaux ou bien les songes.

Raymond la cloche


Société de la communication !

 

Jamais nous n'avons disposé d'autant de moyens de communication et pourtant, bien des choses nous échappent, passent à côté de nous sans arriver à nos tympans. L'abondance semble un excellent moyen de noyer le poisson du libre arbitre. Seul le matraquage à des fins mercantiles parvient à franchir le pavillon de nos oreilles et de notre confort domestique.

Le chevalier au bouclier vert

Une rencontre réjouissante

 

Il vient juste d'avoir dix ans et je le rencontre pour la première fois. Mon nouveau poste me conduit d'école en collège, de collège en lycée, pour aller au-devant de jeunes qui bénéficient de la loi d'intégration du handicap scolaire. Parmi mes nouveaux clients, les élèves atteints de dyspraxie sont les plus déstabilisants.

Question de confiance.

Dans le mille !

Justement …

 

Pour une fois, le gouvernement a fait preuve de lucidité. Nous ne pouvons que nous en louer même si, j'ai le sentiment que la suite ne fut pas à la hauteur de l'espérance. Il en va toujours ainsi avec cette République où la représentation nationale ne représente qu'elle-même et ne se soucie que trop rarement de porter la voix du peuple.

Le spectacle doit continuer

 

Les coulisses de l'exploit.


 

P2.jpg


 

Chacun connaît la célèbre phrase que bien souvent les esprits brillants et d'avant-garde diront en anglais. Qu'importe la prétention à tout vouloir estampiller par l'usage abusif et suicidaire de la langue de Shakespeare, c'est en français, bien de chez nous, que je vais vous conter par le détail l'aventure rocambolesque de votre serviteur, alors qu'il se piquait de vouloir jouer les artistes !

 

Virée chez les Yéniches


Si loin du but …

 

J'ai eu le privilège d'assister à une projection en avant-première du film : «  Mange tes morts, tu ne diras point ! » de Jean-Charles Hue en compagnie du réalisateur. Ce film a été tourné et partiellement écrit par des acteurs amateurs, membres de la communauté des gens du voyage. Il est d'une rare précision, de celle que l'on peut qualifier de chirurgicale tant il tient lieu de documentaire.

Mes soucis, mes dénis, mes phobies.


Vos emmerdes ….

 

Puisque la mode est aux petits déballages de nos perversions quotidiennes, de nos manquements à la loi commune, de nos fautes inavouées et de nos péchés pas si mignons que ça, je vais à mon tour, à l'instar de ce pauvre Thomas le taquin, céder à la confession publique. Mes soucis, mes dénis, mes phobies n'auront plus de secrets pour vous. Au nom de cette transparence que nous réclamons à cor et à cri, voici venu pour moi le temps du déballage impudique !

Les tailleurs de Douzilles

Fable à croire sans modération

In vino veritas

 

D0.jpg


 

Tout a commencé au domaine de la Trochoire, sur le coteau surplombant la Vienne, à deux brassées de la Loire. Le maître de ces lieux, propriétaire vigneron d'un château construit sur la falaise, me fait visiter les immenses caves percées dans le tuffeau.

 

Newsletter