Ven.
21
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

NPA et c'est nulle part ailleurs !

Plongée dans l'inconnu Poutou …

 

L'auditorium de la médathèque d'Orléans, drôle d'endroit pour aller à la rencontre du NPA. Des fauteuils cossus, de la moquette au sol, une salle entièrement noire à l'exception d'un plafond blanc. Seule la couleur du lieu convient à l'idée que je me fais d'une révolte anti-capitaliste.

 

Je regarde arriver un public bien différent des réunions précédentes auxquelles j'ai assister. Il y a beaucoup de jeunes, de très jeunes et je suis ravi de ne pas tous les savoir au FN. Il y a des anciens, des militants de toujours de la cause ouvrière. Ils s'installent tranquillement dans ce décor improbable qu'une grande banderole rend surréaliste pour cet endroit. « NPA : Chômage Précarité Austérité, le capital c'est la misère ... »

 

Sur l'estrade, une table drapée de blanc, deux micros, deux chaises, deux affiches. Un dépouillement extrême, aucun portrait du candidat, pas de culte de la personnalité dans ce parti. D'ailleurs, Philippe Poutou est arrivé et répond aimablement aux questions de la presse locale qui ne peut attendre comme tout le monde. Le candidat leur répond sereinement, les mains dans les poches, la chemise de jean ouverte, un blouson de cuir. Pas de fioritures.

 

Poutou dans ses réponses à nos journalistes locaux parle d'une voix tranquille, posée, décontractée. Je suis surpris de la différence avec l'image que nous renvoient les médias. Hélas, la suite me redonnera à voir l'élocuteur malhabile. Là, il est vraiment à son aise, dans une discussion impromptue. Il sourit parfois aux questions convenues, aux interrogations inchangées sur les consignes de vote au second tour, les relations avec le Front de Gauche, les sondages qui sont peu glorieux, …

 

Il lui faut de la patience pour rester calme et supporter le mitraillage d'un photographe qui n'a pas compris l'esprit du bonhomme. Le candidat affirme sa volonté de dégager Sarkozy et sa clique, c'est la priorité absolue. Il ne se situe pas dans une logique de combat, sa candidature n'est qu'un témoignage et il s'agace de de ces questions en boucle. Heureusement, une jeune femme l'interroge sur l'Espagne et la Tunisie, les luttes des peuples, le seul sujet qui préoccupe vraiment notre homme.

 

Le meeting commence quand la presse libère sa proie. Poutou monte sur l'estrade avec Eddy, un jeune postier, responsable départemental du NPA. C'est ce dernier qui ouvre le bal. Une fois encore, j'observe les mauvaises qualités d'orateur du garçon qui n'en a cure. Il use d'un ton familier, il franchit allégrement les limites de l'argot. Nous sortons du cadre policé des réunions précédentes. Il est vraiment en colère et ses mots expriment à sa manière, sa haine pour la politique.

 

Il est vrai qu'il y a de quoi dans le Loiret avec une droite autoritaire, liberticide, toute puissante et si méprisante. Nous sommes dans un laboratoire de ce qui se fait de pire en matière de sécurité et de partenariat public-privé. Les catastrophes se succèdent, les magouilles se multiplient, les salariés sont en première ligne et les syndicalistes sont inquiétés. La justice et les pouvoirs sont dans une belle collusion. Je comprends l'indignation d'Eddy, je n'approuve pas ses mots qui dérapent !

 

Ensuite, c'est le candidat qui prend la suite. Je ne reconnais plus le débatteur adroit et clair de tout à l'heure. Il a un débit de mitraillette comme si, ici aussi, le temps lui était compté. Il va à un rythme endiablé pour sortir un discours convenu qu'il débite au fil d'une pensée qui se déroule un peu comme dans un chapeau de paille -paillasson improvisé.

 

Il va vite, trop vite, il n'articule plus, il se retrouve dans la posture du syndicaliste qui égraine des revendications. Il parle d'une voix de tête presque désagréable, les lèvres pincées, il appuie ses mots d'une main, parfois des deux. Je remarque que la position assise ne le sert pas, il est mal à l'aise ainsi. Les mots roulent, se répètent, ne se renouvellent guère. La posture est celle d'un candidat de témoignage qui n'a nullement l'intention de prendre un jour le pouvoir.

 

Son combat, son espoir, ce sont les luttes ordinaires, l'unité des forces du travail, la révolte des exploités, la bataille contre un système capitaliste monstrueux. Il ne sort pas de là. Il est sincère, il est convaincu mais pas vraiment convaincant pour ceux qui ne sont pas dans sa logique. Je regrette un manque de démonstration, une insuffisance d'arguments. Il est plus dans l'incantation que dans l'exposé.

 

Pas d'applaudissements. Une écoute attentive, pas d'explosion, pas de slogans qui sont destinés à faire mouche. Nous sommes bien loin des grands messes politique. C'est un monde sans artifice, sans spécialistes qui ont ciselé des petites phrases destinées à être reprises à la cantonade. Ces mots sont ceux d'un simple ouvrier qui porte les souffrances de la classe ouvrière sans se soucier de communication.

 

Cela ne m'empêche pas de m'ennuyer fortement. Le discours tourne en boucle, la langue n'est pas toujours soignée. Seul moment plus talentueux, plus personnel sans doute, plus ressenti aussi, il se gausse de celui qui est au pouvoir et de ses amis aux grandes fortunes qu'il exècre de tout cœur.

 

Mais pour le reste, ça manque de variation dans le ton, c'est toujours trop rapide. Ce n'est manifestement pas un grand orateur. Son tour de force prend fin, la parole est à la salle. Là, c'est le grand n'importe quoi. Un homme prend le micro pour nous faire une logorrhée informe qui va de la droite à la gauche, croise Hessel et Artaud. Tous les truismes du café du commerce se bousculent en un discours interminable.

 

Un syndicaliste prend la suite. Voilà un homme habitué au discours. Il tient son auditoire, il est hospitalier et dresse un état calamiteux de notre système de santé mis à terre par une politique du profit bien réelle. Voilà belle argumentation et jolie prestation suivie ensuite d'une intervention à laquelle je n'ai strictement rien compris.

 

Poutou répond comme il peut. Une seconde salve d'interventions ne donnera rien de mieux. Il faut laisser filer le candidat qui a des obligations matinales. Je reste dubitatif sur l'utilité d'une telle débauche d'énergie pour si peu d'échos. Il faudrait une communication plus maîtrisée. Manifestement le candidat n'a pas le talent du facteur. C'est dommage pour le NPA.

 

Observateurement leur.

Tous les commentaires

12/04/2012, 06:45 | Par elisa13

Bonjour C'est Nabum 

Merci de vous donner tout ce mal pour nous Sourire Poutou est adorable, je l'aime beaucoup. Mais on se demande ce qu'il vient faire dans cette présidentielle. Il aurait du s'allier à JLM.

J'avais il y a quelques années assisté à un meeting avec le facteur et Krivine. C'était à Martigues, ville rouge, en présence de MG Buffet. Un vrai régal, public chaud et discours audibles pour tout le monde, paroles simples et percutantes. 

12/04/2012, 11:54 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de elisa13 le 12/04/2012 à 06:45

 Mais on se demande ce qu'il vient faire dans cette présidentielle. Il aurait du s'allier à JLM.

S'il ne l'a pas fait, c'est pour une raison trés simple : c'est que le pcf ne le voulait pas. Et que JLM veut des "colleurs d'affiche" et c'est pas au pg qu'il va en trouver. Sauf que le pcf a ses exigences. Il faut choisir entre le PS et le NPA, PG et PCF ont choisi. Même si elles le cachent, y compris a ceux qui se sont mobilisé pour le front de gauche.

C'est par exemple le sabordage de la candidature commune a Quimper

Voila comment agit le front de gauche :

 

Ouest-France 

André Chassaigne annule sa venue à Quimper

La décision du PCF entérine le clivage entre communistes et trotskistes et fragilise l'accord Front de gauche et NPA à Quimper.

Ça se complique au Front de gauche. Le meeting départemental du vendredi 13 avril à Quimper est annulé : l'orateur principal, André Chassaigne, député (PCF) du Front de Gauche, a décidé de ne plus y participer. « Gros problème pour ma venue à Quimper vendredi 13 avril ! » écrit André Chassaigne. « L'exécutif national du Parti m'a fait savoir qu'un différend politique grave remettait en cause ma participation et plus globalement ce qui était prévu par la coordination nationale de la campagne de Jean-Luc Mélenchon. La participation du dirigeant national que je suis cautionnerait la candidature d'une suppléante appelant à voter pour un autre candidat que Jean-Luc Mélenchon, ce qui n'est pas acceptable. Je suis donc dans l'obligation d'annuler ma venue, ce que je regrette profondément d'autant plus que l'organisation est très avancée. »

Pour les législatives, à Quimper, première circonscription du Finistère, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) et le Front de gauche se sont mis d'accord. Le communiste fouesnantais Alain Bernard, candidat aux législatives, a pour suppléante Janine Carrasco, porte-parole du NPA à Quimper, soutien de la candidature de Philippe Poutou à la présidentielle. Le bureau départemental qui s'est réuni mercredi 4 avril considère que « la décision prise dans la 1re circonscription pour la suppléance d'André Bernard aux prochaines législatives, n'est pas en accord avec les orientations du Front de Gauche. Dans ce contexte de désaccord politique, le meeting ne pourra être départemental » indique le communiqué signé par le PCF 29. Pour faire court : les communistes ne peuvent pas soutenir un candidat trotskiste.

12/04/2012, 20:16 | Par C’est Nabum en réponse au commentaire de Marc Tertre le 12/04/2012 à 11:54

Marc

 

Noous voilà dans des débats de militants, des gens d'appareil, ce qui est fort éloigné de ma démarche d'observateur distant et non professionnel des choses. Je privilégie les mots, je suis un amoreux de la langue et c'est à l'aune de celle-ci que je propose quelques remarques.

12/04/2012, 07:04 | Par C’est Nabum

Élisa

C'est vrai que ce fut bien long !

Tout ça pour vous ... 

Je crois vraiment que la vulgarité ne passe pas en politique et pourtant Sarkozy en use si souvent. Celui-ci est une énigme, Poutou une absence d'énigme.

C'est curieux.

Bonne journée

Pour Marseille, ça devient compliqué, pas de réponse encore !

12/04/2012, 08:33 | Par Carland en réponse au commentaire de C’est Nabum le 12/04/2012 à 07:04

Vous n'avez pas le talent de dénigrement de Polony et Pulvar.

A défaut, vous avez avec elles le mépris de classe. Merci de le rappeler !

La vulgarité est dans votre propos policier.

Merci, vraiment merci !

12/04/2012, 09:05 | Par C’est Nabum en réponse au commentaire de Carland le 12/04/2012 à 08:33

Carland

Pourquoi n'est-il plus possible dans ce pays de critiquer sans être insulté.

J'ai trouvé de la sincérité à Poutou, je l'ai même trouvé bon quand il était en petit comité et plus maladroit sur l'estrade.

Je suis libre de m'exprimer sans entrer dans l'injure ni être traité de policier. Je trouve que la vulgarité dessert le propos qui est souvent justifier. Je vous plains de tant de haine.

 

Merci au moins pour une franchise qui vient du fond du coeur !

12/04/2012, 09:25 | Par Carland en réponse au commentaire de C’est Nabum le 12/04/2012 à 09:05

Pourquoi vous attribuez vous le droit de massacrer avec police Poutou en vous arrogeant en plus le droit de justice qui condamne. Et  le rôle de l'exécuteur des basses oeuvres ?

Merci à vous pour votre excercice maladroit de dézingage !

 

12/04/2012, 13:37 | Par C’est Nabum en réponse au commentaire de Carland le 12/04/2012 à 09:25

Carland

Vous allez au-delà de mes intentions. 

Je cherche simplement à être un témoin qi observe à distance et vous fiates de moi un procureur

12/04/2012, 08:41 | Par Carland

Le NPA ne peut faire peur au FdG si l'on en croit les sondages. Alors ou est le danger ???

Serait ce comme à la belotte :  quand toutes les cartes seront sur la table ???

Peut être que la peur d'être pris en train de tricher rend fébrile !!!

12/04/2012, 13:39 | Par C’est Nabum en réponse au commentaire de Carland le 12/04/2012 à 08:41

Carland

Le NPA ne doit pas se sentir menacé par une simple observation qui n'est ni agressive, ni flateuse mais à distance et sans animosité.

Progressez dans vos manières, osez les règles bourgeoises de la communication pour abattre les féodalités. Est-ce trop vous demander ?

 

Je vous aime bien

12/04/2012, 08:54 | Par la dame du bois-joli

" le travail tue les gens ..

à 60 ans les collègues sont abimés .. l'usure est réelle

il faut réduire le temps de travail il faut le partager car le travail dans notre société capitaliste, abime les gens , il faut répartir le travail entre tous  ..

l'humanité a la possibilité de s'émanciper peu à peu du travail ..

400 suicides par an ...

laisser partir les anciens le plus tôt possible et donner du travail aux jeunes .." 

dit le camarade poutou en ce moment-là même à france inter, je l'aime bien le gars poutou il dit des choses que j'ai envie d'entendre

c'est courageux de sa part de le voir chanter l'internationale dans une salle improbable .. je suis admirative .. il a du coeur et du jus ..

y a un patron qui le défend à la radio à 8H53, c'est surréaliste ! c'est ça le NPA tout est possible Sourire

12/04/2012, 09:03 | Par Carland en réponse au commentaire de la dame du bois-joli le 12/04/2012 à 08:54

Bien sûr que tout est possible. Il faut être fou ou être sincère pour faire ce qu'il fait.

Et n'ont pas droit aux crachats

Les hommes de loi

qui de la peur au abois

Dératent dans les bois

Leur abois ne font pas loi

Bonne journée Madame Embarrassé

12/04/2012, 09:10 | Par C’est Nabum en réponse au commentaire de Carland le 12/04/2012 à 09:03

Carland

 

Croyez bien que je n'ai pas craché sur l'homme.

Relisez attentivement ce qui est un récit subjectif certes mais pas à charge comme les gens de cette droite honteuse qui gouverne notre département et le pays.

Je reconnais bien du mérite à Philippe Poutou.

12/04/2012, 09:09 | Par C’est Nabum en réponse au commentaire de la dame du bois-joli le 12/04/2012 à 08:54

Dame du bois rebelle

Ce qu'il dit est sibncère, dois-je le répéter. Il parle du coeur et il ne peut être taxé de mensonge.

 

Je remarque qu'il est meilleur en situation duel qu'à la tribune où il se dissimule derrière un dizcours un peu convenu.

Il est courageux et bien désarmé face aux professionnels de la politique et des médias. J'ai cherché à d'écrire ma vision de son meeting et je récolte des insultes. Preuve qu'il n'est plus possible de débattre dans ce pays, la faute sans doute au grand diviseur !

 

Bonne chance à Poutrou

12/04/2012, 09:20 | Par la dame du bois-joli en réponse au commentaire de C’est Nabum le 12/04/2012 à 09:09

je ne t'insulte pas nabum, nous devisons, nous ne nous divisons pas Sourire

mais curieusement je l'avais rayé de ma liste de candidats le poutou mais je crois que ton billet va me donner envie de voter pour lui  ..

je préfère l'internationale à la marseillaise  et son sank-kimpur

eva joly a aussi des difficultés à communiquer aussi parfois, ceci explique peut-être aussi son petit score ( plus les accords EELV -PS qui en ont découragé plus d'un )

le tribun Mélenchon me séduit  avec son victor hugo en bandoulière ( j'ai les oeuvres complètes de victor hugo à la maison, héritage d'un grand papa fantasque )

ma mère me dit :

" mais pour qui dois-je voter ma fille ?

- à gauche ma mère comme d'habitude , à gauche !-

- la gauche rose , ma fille ?

- ah non la gauche rouge ma mère !

- ah ! mélenchon alors ?

- oui ma mère si tu veux

- et poutou ma fille ?

- poyutou est dans les choux hélas ma mère

- c'est bien les choux ma fille

- oui ma mère mais moi je suis née dans une rose rappelle-toi, une rose très rouge

- c'est vert un chou, je vote eva joly alors ma fille ?

- je ne sais pas ma mère il me reste 10 jours pour décider à ta place puisque rappelle-toi tu m'as signé une procuration eh eh "

allez je m'arrache et  poutou Bisou !

 

  

12/04/2012, 09:58 | Par C’est Nabum en réponse au commentaire de la dame du bois-joli le 12/04/2012 à 09:20

Dame du Bois confusion

 

Mais ce n'est pas à vous que je donnais cette réplique, je ne me permettrais pas.

C'est un autre qui vient s'indigner d'une onservation qui se veut honnête.

Bonne soirée

12/04/2012, 09:22 | Par christian paultre

Comme d'habitude votre récit est clair, bien écrit, pas partisan.

Les candidatures de Poutou et celle d'Eva Joly ne sont pas formatées par du marketing politique comme celles des autres. Elles sont des témoignages indispensables pour montrer que la politique ce peut être autre chose que des beaux discours pour plaire.

12/04/2012, 13:42 | Par C’est Nabum en réponse au commentaire de christian paultre le 12/04/2012 à 09:22

Christian

J'ai déclenché la colère d'un partisan

Dans chaque partie, lorsqu'on joue le rôle du miroir déformant, il se trouve des individus qui vous montrent du doigt.

Tant pis, je cherche à rester honnête avec moi-même, c'est la seule chose que je puisse faire car bien évidement, je suis subjectif !

12/04/2012, 12:01 | Par a6parterre

Je vais demander à mon facteur s'il connait Eddy le jeune postier. Si t'es pas Bayrou faut avoir un 2 roues.

12/04/2012, 12:18 | Par christian paultre en réponse au commentaire de a6parterre le 12/04/2012 à 12:01

J'adore vos commentaires

12/04/2012, 13:43 | Par C’est Nabum en réponse au commentaire de a6parterre le 12/04/2012 à 12:01

ParTerre

Je suis moi même en deux roues mais ni facteur ni illuminé !

12/04/2012, 21:18 | Par jmplouchard

C'est nabum, Poutou n'est pas brillant orateur en public, et pour cause, il lit des discours formatés du même type que ceux de la LCR il y a 30 ans. Par contre, il est très bon dans la spntanéité, comme il l'était hier sur Fr2. Mais là n'est pas le sujet.

Dans ce fil de commentaire, j'ai lu une question, pourquoi se présente-t-il sachant qu'il n'a aucune chance, plutôt que... ? La réponse est simple, avec Nathalie Arthaud, ce sont les deux seuls à défendre un idéal, même si je ne le partage pas entièrement, plutôt que de nous propser un veribiage électoraliste uniquement destiné à se faire élire.

A ce titre, même s'il ne fait qu'1%, sa candidature est bien plus légitime que celle de certains autres. Si elle n'est entendue, et pas même nécessairement partagée, ne serait-ce que par une centaine de personnes, ce sera toujours ça de gagné sur la nullité politique ambiante.

Excellent compte rendu en tout cas, pour avoir participé à certains de ces meetings (il y a peu et il y a 30 ans), je pense que j'aurais fait sensiblement le même.

12/04/2012, 21:50 | Par C’est Nabum en réponse au commentaire de jmplouchard le 12/04/2012 à 21:18

Jean-Michel

 

Lors de ce meeting, il n'a pas lu son intervention mais il sans doute repris un cavenas habituel, ce qui a donné pafois ce côté mécanique qui devint pour moi, lassant.

Je l'avais trouvé spontané et bon dans els questions de nos journalistes dont un vient de me traiter de tous les noms d'oiseaux. Il doit sortir du cadre pour se laisser aller et je l'en crois capable car l'homme est franc, sans fard, et certainement sans projet personnel.

 

Je n'ai pas à juger du bien fondé de sa candidature, toutes sont légitimes puisque conformes aux règles fixées. Il est d'ailleurs un des quatre candidats qui écrit son parti sur son affiche officielle : NPA - FdG - LO - Les verts

Curieusement, les autres ont honte de leurs couleurs et c'est à ceux-là qu'il faudrait demander des comptes !

12/04/2012, 23:03 | Par jmplouchard en réponse au commentaire de C’est Nabum le 12/04/2012 à 21:50

En effet, j'aurais dû dire "il reprend un discours...", plutôt qu'il "lit", mais cela ne change pas grand chose.

Je n'avais pas pensé à cette histoire de noms de partis sur les affiches, mais en vérifiant les photos que j'ai prises aujourd'hui, c'est exact. Sur les autres, il ne figure que leurs noms et leurs sites web. Et sans c'est doute vraiment symptomatique d'un certain "vedettariat" politique, sans aucune autre considération.

13/04/2012, 06:40 | Par C’est Nabum en réponse au commentaire de jmplouchard le 12/04/2012 à 23:03

Jean_michel

Comment voter pour un candidat qui a honte de son Parti ?

 

Il n'en reste que 4 : Les verts - Fdg - NPA - LO

Newsletter