Mar.
02
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

L'unité à gauche

Je suis allé à Dijon voir où en était le mouvement initié à Marseille

d'une coalition à gauche pour battre qui vous savez et qui est devenu une priorité absolue. N'étant pas allé à Marseille un peu méfiant des coups politico mondains et ne faisant aucune confiance à l'objectivité des médias, j'ai trouvé intéressant de m'y rendre pour me faire ma petite idée. De retour en écoutant la radio j'ai eu l'impression absolument surréaliste que les journalistes étaient allés à une autre réunion qui n'avait rien à voir avec celle où j'étais allé. Ils décrivaient un match de catch avec crêpage de chignon entre des adversaires vicieux propres à dégouter tout honnête citoyen d'aller voter en 2012.

Ce que j'ai d'abord vu c'est beaucoup de monde, une ambiance très chaleureuse, très joyeuse avec d'improbables retrouvailles. Marielle de Sarnez visiblement heureuse applaudissant sans hypocrisie Robert Hue en pleine forme, une standing ovation pour Vincent Peillon .J'ai entendu des discours politiquement incorrects tout à fait réjouissants, par des leaders politiques qu'on a l'habitude de voir s'empailler les soirs d'élections dans des querelles douteuses . J'ai assisté à de vrais débats sur l'école sans démagogie ni langue de bois avec de vraies propositions.

Je me suis dit le Sarko il a du souci à se faire, il a intéret à aller siphoner la plus petite voix Lepéniste avec son aspirateur xénophobe.

La gauche a peut être trouvé la martingale gagnante des partis sans les partis, et des leaders qu'on départagera le moment venu.

Ségolène est venue, plus de la moitié de la salle faisait partie de son courant au PS, elle a reçu un accueuil chaleureux et légitime où est le problème? J'aurais aimé voir Bayrou que j'aurais applaudi de bon coeur pour son courage politique.

Peillon s'énerve, il est intelligent, il se calmera en attendant les primaires à gauche.

Tous les commentaires

15/11/2009, 09:03 | Par jean_paul_yves_le_goff

.

" De retour en écoutant la radio j'ai eu l'impression absolument surréaliste que les journalistes étaient allés à une autre réunion qui n'avait rien à voir avec celle où j'étais allé "

.

je crois que je comprends

.

jpylg

15/11/2009, 09:31 | Par Vingtras

Ce compte-rendu est une piqure d'optimisme,ce dimanche matin. J'espère vivement qu'on en restera pas là et que le front démocratique qui se dessine deviendra peu à peu une lame de fond !

En fait ce n'est pas un grand débat sur l'identité nationale auquel nous sommes conviés,mais à un grand débat sur l'unité de la gauche pour chasser le mari de la chanteuse,cette réincarnation de Louis-Napoléon Bonaparte...

15/11/2009, 09:58 | Par Octave

Je ne savais pas que Marielle de Sarnez et François Bayrou étaient de gauche ! Je m'en suis toujours tenu à ce qu'ils disent eux-mêmes : centre.

Bien à vous.

15/11/2009, 10:15 | Par christian paultre en réponse au commentaire de Octave le 15/11/2009 à 09:58

Non ils ne sont pas vraiment de gauche mais avec cette droite peu présentable ils ont compris que seuls il n'arriveraient à rien, Marielle de Sarnez a été très claire là dessus. Qu'ils se tournent vers la gauche moderne et modérée n'a rien d'obcène, ils ont aussi compris dans ces temps difficiles qu'on ne gouvernera pas avec des alliances politiciennes, il faudra préparer des programmes de gouvernement qui prennent miueux en compte les graves problèmes sociaux que traverse notre pays avec un minimum de consensus.

La recompositon politique déplait à certains qui n'aiment pas que l'on bouscule ainsi les classifications auxquelles ils sont habitués

15/11/2009, 10:23 | Par françois périgny en réponse au commentaire de christian paultre le 15/11/2009 à 10:15

Préparer des programmes c'est bien. On est habitués, cependant. Les appliquer, c'est mieux. Et là se repose le probléme : quels rapports de force? Quelles convictions? Quelle connaissance de la réelle réalité des "graves problémes sociaux"? Bref : quelle politique?

15/11/2009, 10:50 | Par Velveth en réponse au commentaire de françois périgny le 15/11/2009 à 10:23

Les dirigeants "progressistes" du FMI et de l'OMC n'étaient donc pas là ?

Merci à Peillon et Marielle de Sarnez d'avoir récupéré un SDF ex-stalinien.

Quel bougli-boulga !

 

15/11/2009, 17:36 | Par Octave en réponse au commentaire de françois périgny le 15/11/2009 à 10:23

@ Christian Paultre,

La recompositon politique déplait à certains qui n'aiment pas que l'on bouscule ainsi les classifications auxquelles ils sont habitués

Ce n'est pas la recompostion politique qui me déplaît, chacun est libre et que l'on soit d'accord ou pas sur cette recomposition est un autre débat, mais le fait qu'elle ne soit pas assumée dans les mots comme si les protagonistes en avaient honte. On veut soi-disant recomposer (donc changer ce qui était ) et on garde le mot "gauche" pour les électeurs alors qu'il n'en est plus question et donc on crée une ambiguïté voulue.

Il ne faut plus parler d'EAG (espoir à gauche) ni d'unité à gauche pour ces protagonistes mais d'espoir et d'unité au centre-gauche car c'est de cela qu'il est question et que cela aura forcément un impact sur la politique économique et sociale qui sera proposée et suivie en cas de succès.

Politique qui ne sera pas une politique de gauche.

Bien à vous.

15/11/2009, 10:44 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de christian paultre le 15/11/2009 à 10:15

.

" La recompositon politique déplait à certains qui n'aiment pas que l'on bouscule ainsi les classifications auxquelles ils sont habitués "

.

Elle déplait surtout à ceux - ils sont nombreux - qui ont peur d'y perdre leur job.

.

Quant à Marielle de Sarnez et François Bayrou, dont on sait maintenant qu'ils plaisent à christian paultre, ce qui est bien son droit, je m'intéresserai, pour mon compte, à leurs propositions quand ils auront fait savoir qu'ils envisagent la politique comme une mission et non comme un métier.

.

Rendez au peuple la fonction de représentant du peuple.

.

jpylg

15/11/2009, 11:42 | Par christian paultre en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 15/11/2009 à 10:44

Le grand problème en politique c'est l'usure du pouvoir. Professionnelle ou pas cette activité ruine rapidement l'égo qui n'est pas fait pour ce surmenage affectif.

Je suis donc partisan d'une mise au repos un peu forcée et obligatoire en retour je suis partisan qu'elle s'accompagne de beaucoup d'honneurs, les politiques adorent et ils nous ficheraient la paix pour aller vaquer tranquilement à d'autres activités moins stressantes.

Concernant Monsieur Bayrou, je considère qu'il a été un merveilleux ministre de l'éducation nationale qu'au deuxième tour de la présidentielle il nous a permis d'avoir l'immense chance d'élire Sarkozy. Je pense sincèrement qu'il mérite un bon repos et toute notre considération. L'élevage des chevaux est une noble activité digne de son immense talent.

Concernant Marielle de Charnez je trouve que les femmes se font de mieux en mieux entendre qu'elles ont des choses à nous dire qui nous changent un peu des discours virils. Hier le discours de Christiane Taubira dont personne n'a parlé était très beau, poétiquement correct comme les aime Edouard Glissant

15/11/2009, 11:48 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de christian paultre le 15/11/2009 à 11:42

.

" Le grand problème en politique c'est l'usure du pouvoir. "

.

Nous serions donc d'accord sur une chose essentielle. Mais l'usure n'est pas le seul danger inhérent au pouvoir.

.

Le pouvoir corrompt. Le pouvoir absolu corrompt absolument.

.

jpylg

15/11/2009, 10:15 | Par françois périgny

.

15/11/2009, 10:12 | Par françois périgny

"Peillon s'énerve"...Malheureusement Royal a fait un peu sa maitresse d'école. "Il s'agit d'un avertissement".

15/11/2009, 10:20 | Par christian paultre en réponse au commentaire de françois périgny le 15/11/2009 à 10:12

Franchement pas de quoi en faire un drame

15/11/2009, 10:25 | Par françois périgny en réponse au commentaire de christian paultre le 15/11/2009 à 10:20

C'est vrai, surtout qu'effectivement cela va être monté en épingle et en boucle (commencé hier soir). Mais un agacement : cette femme saura-t-elle maitriser sa "volonté de pouvoir"?

15/11/2009, 10:32 | Par JNSPQD en réponse au commentaire de françois périgny le 15/11/2009 à 10:25

Pierre Ferron, de l'autorité il en faut dans cette République qui se délite au milieu des ambitions personnelles, des rêves aveugles de MON CHAMPION, et parfois de l'indifférence citoyenne, obnubiles qu'ils sont les uns - les citoyens - à coller des étiquettes ou saturés les autres de cette surenchère à l'étiquette qui ne veut plus rien dire.

 

J'ai trois enfants qui son enseignants et qui doivent faire preuve d'autorité, de respect et de mesure dans ses réponses et en même temps écouter enfants, parents et toute la cohorte d'intervenants et praticiens experts, pas facile mais ils s'en sortent sans trop de dégâts, ils savent garder l'équilibre, et le respect.

Si c'est cela être "maîtresse d'école", je veux bien imposer cette étiquette à la démarche de Madame Royale.

 

Octave, puisque nous sommes aux étiquettes, personnellement aujourd'hui je colle l'étiquette "être de gauche" à tout celui qui à le courage de se battre contre les déviances de la sarkozie. Bienvenus Modem et NPA.

15/11/2009, 11:09 | Par françois périgny en réponse au commentaire de JNSPQD le 15/11/2009 à 10:32

Attention, cependant, à ne pas confondre "autorité naturelle" (présence à soi même, convictions réelles, effacement devant ce que l'on "porte") et "autoritarisme". Gare au tsarisme rose. Madame Royal semble, quand même, avoir un "moi" surgonflé. Ou alors, si c'est délibéré (voulu, recherché par adéquation au systéme présidentialiste), c'est une très mauvaise base pour "l'éducation des masses". Staline et Mao avaient fait la même chose, non? "Ma parole est la seule vraie".

Ceci dit je ne pense pas que Royal soit sur cette voie-là. Peut-être est-elle seulement malhabile ou mal conseillée quant à son usage et utilisation des media. Mais, dans ce cas-là, it's a wrong way to Tiperary.

 

15/11/2009, 10:10 | Par JNSPQD

Merci Chrisitan de ce compte-rendu, que, comme dit vingtras, est une piqûre d'optimisme.

 

Les médias à solde, et pas seulement que du petit roi, ne sont plus en capacité d'informer sur le fond?

Nous, nous parce que je ne pense pas être la seule, attendons de la part de Médiapart, ce compte-rendu sur le fond, en toute impartialité. Beaucoup de journalistes de notre journal en sont capables et en capacité de le faire!

 

A mon avis, l'Education est le socle que soutient la République, c'est son identité et par conséquence, la nôtre.

D'où que nous venions, Elle nous indique où nous allons. C'est Elle qui forme nos esprits aux principes de Liberté et de Fraternité, c'est elle qui modère notre nature et nous pousse par la connaissance à défendre le besoin du principe de l'Egalité républicaine.

C'est l'Education le concept fort et la base sur laquelle repose toute la démarche politique de Madame Royal: elle se bat pour le respect de l'Autre, le respect de l'environnement, le respect de soi, la reconnaissance des individus faisant partie de l'espèce humaine: les hommes et les femmes; le respect des convictions et de l'éthique en politique... et le concept du respect passe par l'Education des citoyens, elle le rappelle tout au long de son offre politique.

 

C'est tout ceci qui était contenu à l'intérieur de la motion "E" (L'Espoir à gauche, fier(e)s d'être socialistes), la motion de Madame Royal, et c'est tout ceci que Madame Royal est venue soutenir, par sa présence à Dijon. Présence que nous attendions tous les signataires et militants socialistes ayant votée cette motion. Elle l'a fait, au nom du courant qu'elle à créée dont elle est et reste le leader!

 

 

15/11/2009, 10:14 | Par françois périgny en réponse au commentaire de JNSPQD le 15/11/2009 à 10:10

Une éducation recentrée sur les "fondamentaux", alors. Être capable, chaque un(e) de "faire ses humanités".

15/11/2009, 10:19 | Par christian paultre en réponse au commentaire de JNSPQD le 15/11/2009 à 10:10

En vous lisant JNSPQD j'ai l'impression que vous étiez avec moi hier à Dijon

15/11/2009, 17:31 | Par ujamaa

 

C'est gentil ces réunions entre bobos de gauche, tant mieux quant à la forme, mais encore faut-il un objectif qui en vaille la peine quant au fond. Il tient en une phrase : comment donner du travail aux gens ? Sur cette question précise la gauche est inexistante. Distribuer les impôts, les redistribuer, tout le monde sait faire. Démontrer qu'à gauche on peut produire des richesses, j'attends encore de voir. Nous sommes face à un vide sidéral.

15/11/2009, 18:18 | Par christian paultre en réponse au commentaire de ujamaa le 15/11/2009 à 17:31

Bien sur car personne n'a la réponse, c'est pas du travail qu'il faut donner aux gens c'est repenser la consommation. En attendant il faut impérativement lutter contre l'inégalité sociale et ça c'est à mon avis la plus grande priorité à gauche..

Newsletter