Dim.
20
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Et ce fut le Mouvement du 22 mars 1968…

Voici ce qu’en dit Wikipédia :

Le Mouvement du 22-Mars est un mouvement étudiant français, d'inspiration libertaire, né dans la nuit du vendredi 22 mars 1968 à la faculté de Nanterre. Réunissant des anarchistes, des situationnistes, des trotskistes et des futurs mao-spontex (1), Daniel Cohn-Bendit en est la personnalité la plus médiatisée.

Cher Rodolphe Pourrade

Mon billet n’aura sûrement pas la « gloire » de paraître en « une » du journal, mais j’ai tenu à reprendre le titre que tu as donné à ton billet adressé à notre co-Président. Je suis un adhérent au Parti de Gauche du premier jour, comme toi, ce qui m’autorise le droit de t’adresser les reproches les plus sévères.

Où seras-tu le 1er décembre ?

Artisan, commerçant, agriculteur, où seras-tu le 1er décembre ? À nos côtés ou, chacun dans l’entre-soi, dans une manif corporatiste, un autre jour à un autre endroit ce qui, finalement, pèsera  peu ?

Front de Gauche : « Unité » est la seule réponse à l’égarement du PCF

 « Ceux qui n’apprennent rien des erreurs du passé sont destinés à les répéter ».*

 L‘article de Laurent Mauduit « Le sursaut ou la catastrophe » dans « Médiapart » tente d’en apporter la preuve avec le rappel de la situation politique du pays avant la deuxième guerre mondiale en la comparant à celle d’aujourd’hui.

 C’est  « une alerte » en direction de tous les responsables politiques du pays : au Président de la République, au gouvernement, au Parti socialiste qui détient la majorité absolue dans tous les organes décisionnelles de la société, à tous ceux qui ont fait des promesses lors des dernières élections, lesquelles ont été suivies par une reconduction d’une politique totalement identique à celle contre laquelle les Français venaient de s’exprimer.

« Militer, s’engager. Une seule goutte peut faire déborder le vase. » *

Consterné. C’est l’état dans lequel on se trouve et, sans doute, comme beaucoup de nos compatriotes, après lecture de la presse sur le net ces derniers jours.

Montpellier : « Mon agglo à l’heure allemande (*) »

Régie publique ou délégation service public de l’eau ? S’ils ont visionné la vidéo et entendu au retour de vacances les propos effarants tenus en fin de débat par le vice-président de l’agglo de Montpellier lors de la séance qui devait déterminer le choix, beaucoup de Montpelliérains ont dû n’en pas croire leurs oreilles.

Comment un élu de la République, de gauche, qui plus est, peut-il s’égarer à proférer de telles insanités ?

Pourquoi cette promptitude pour les uns, cette indulgence pour les autres ?

« […] Il fait beau comme jamais un temps à rire et à courir

Un temps à ne pas mourir

Un temps à craindre le pire […] » Aragon

Delphine Batho : « …le tournant de la rigueur prépare la marche au pouvoir de l’extrême droite… ».

Voilà où nous en sommes ! Débarquer une ministre en quelques heures pour avoir eu le courage et la lucidité de dénoncer la pente sur laquelle le pouvoir est lancé alors qu’il lui fallut quatre mois pour, enfin, se séparer d’un aigrefin qui fit plus pour déshonorer son camp qu’aucun autre des pires aigrefins.

La juste leçon de J.-L. Mélenchon

Mardi dernier, J.-L. Mélenchon était invité, à France Inter, à répondre aux questions des auditeurs. Au premier de ceux-ci, se présentant comme étant de gauche, qui lui reprochait de stigmatiser le PS et d’utiliser des mots durs à cette fin, il a administré une leçon de ce qu’est d’être de gauche et de pratiquer une politique de gauche.

La juste leçon de J.-L. Mélenchon

Mardi dernier, J.-L. Mélenchon était invité, à France Inter, à répondre aux questions des auditeurs.

À Gérard Filoche,

Ton salutaire coup de gueule n’a pas réveillé le landernau politique : Depuis quelques jours, il ne dort plus, effrayé par les réactions provoquées par l’aveu de Cahuzac. Vieux militant de gauche, tu n’as pu cacher l’émotion d’un homme qui enrage en constatant qu’il a servi honnêtement, avec constance et fidélité un parti dont un des hommes éminent a trahi les idéaux. Les militants du PS, trahis et humiliés, ont été trompés par ce personnage qu’on n’arrêtait pas de dire compétent, sérieux, intransigeant.

Newsletter