Jeu.
23
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le Guide de l'enseignement catholique

Eric de La Barre, secrétaire général de l’enseignement catholique, persiste à demander aux établissements catholiques  d' ‘’éclairer’’ le débat sur le mariage pour tous ( à partir de ses ‘’repères’’ ).

Après l’envoi par le ministre Vincent Peillon d’un courrier aux recteurs les invitant à la « plus grande vigilance » à propos de l’organisation de débats sur le mariage pour tous recommandée par une lettre du secrétaire général à l’enseignement catholique envoyée à ses 8300 chefs d’établissement, Eric de La Barre indique que « nous n’appelons pas directement à la manifestation »  (du 13 janvier) contre le mariage homosexuel mais « à l’éveil des consciences et à ce que chacun exerce librement ses responsabilités de libre citoyen. Encore faut-il que la conscience de chacun ait été alimentée, nourrie, éclairée. C'est la raison pour laquelle nous pensons que les débats entre adultes sont utiles et même nécessaires ». Et Eric de La Barre d’invoquer les nécessaires « repères ». Quels « repères » ? Ils ont été publiquement précisés en mai 2010.

Au printemps 2010, un « Guide pour l’éducation sexuelle » a en effet été édité sous l’autorité du Secrétariat à l’enseignement catholique. Pour ce qui concerne l’homosexualité, même s’il est dit qu’il ne s’agit pas de « conduire à poser un jugement sur les personnes homosexuelles », toute la direction éducative est tendue dans ce texte vers l’ « affirmation structurante de la différence sexuelle ».
Selon le texte promulgué par la direction de l'enseignement catholique ( il a été voté en mars 2010 par le comité national, son instance représentative ) " l'anthropologie a toujours reconnu l'importance structurante de la différence sexuelle. Un courant récent, néanmoins, conteste ce modèle. La ‘'gender theory'' privilégie le ‘'genre'', considéré comme une pure construction sociale, et diversifié selon les orientations sexuelles, aux dépens du ‘'sexe''. Elle manifeste un déni de la différence corporelle et psychologique qui préexiste aux rôles culturels [ ...]. Le but de la ‘'gender theory'' est de ‘'libérer'' l'individu de tout cadre normatif donné par la nature, la société, la religion et de permettre à chacun de choisir librement son identité, son orientation sexuelle et sa forme de famille ".

Il s'agirait donc, en définitive, pour l'enseignement catholique, de libérer les jeunes d'influences ‘'contre-nature'' : " La diffusion de publicités androgynes de plus en plus nombreuses, la popularité du personnage de Michaël Jackson sont les signes patents de la séduction de ce nouveau modèle proposé auprès des jeunes générations. Traversés malgré eux par ces influences, de plus en plus de jeunes se posent la question de leur identité sexuelle et pensent qu'il est nécessaire d'expérimenter des pratiques sexuelles pour vérifier l'orientation de leur désir ". A partir de là, la conclusion coule de source : " Dans ce contexte, la parole des éducateurs est fortement requise, surtout vis-à-vis d'adolescents qui ont à découvrir leur condition d'être masculin ou d'être féminin ".

Tous les commentaires

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

05/01/2013, 10:44 | Par Belange en réponse au commentaire de profil_inactif_129016 le 05/01/2013 à 10:01

Oui mais parmi ces écoles , il y a des écoles que vous appelez vous-mêmes catholiques, juives , musulmanes ( très peu je crois) et des écoles par exemple occitane .

05/01/2013, 10:53 | Par Belange en réponse au commentaire de Belange le 05/01/2013 à 10:44

Quant au x écoles qui ne sont pas subventionnées par l'Etat, elles n'ont pas à suivre l'enseignement public donc laïque . Elles sont libres elles contrairement aux écoles dites libres subventionnées par l' Etat .

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

05/01/2013, 20:02 | Par Vincent Présumey en réponse au commentaire de profil_inactif_129016 le 05/01/2013 à 10:01

"Glissement sémantique", certes ... tout de même bien facilité par le fait que 80% ou plus (à la louche, mais j'ai peu de chances de me tromper) de l'enseignement privé sous contrat est confessionnel catholique ! Le fait que des écoles d'autres confessions, ou toutes autres écoles privées d'ailleurs, soient ainsi subventionnées, constituant une atteinte permanente à la liberté de conscience des citoyens contribuables ...  Derrière cette polémique, c'est ce scandale qui est sous-jacent.

05/01/2013, 23:20 | Par louis rougnon glasson en réponse au commentaire de Vincent Présumey le 05/01/2013 à 20:02

.

Pour une brêve présentation de la fonction sociale dévolue à l'enseignement privé catholique, voir:

"Montalembert, 1850: l'Eglise au secours de la paix sociale"   une page

Cette bien-pensance demandée à cet enseignement n'est heureusement pas dans l'esprit de Mediapart.

Et il faut ajouter que la volonté d'indépendance politicienne et l'exigence de rigueur d'analyse réaffirmées récemment par Edwy Plenel sont indispensables pour que la paix sociale puisse reposer sur une base saine.

Clin d'œil

.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

05/01/2013, 16:08 | Par morvandiaux en réponse au commentaire de Belange le 05/01/2013 à 09:57

54éme Budget antilaïque de l’Education nationale

Pour le seul budget de l’Etat, au moins 8 milliards d’euros d’argent public (10 milliards en comptant les collectivités locales) seront dévolus à l’enseignement privé pour l’année 2013 pour la rémunération des 137 022 professeurs (1er et 2nd degrés source Ministère de l’Education Nationale rentrée 2012 - statistiques 2011-2012) qui enseignent dans le privé, pour les 5 000 professeurs des établissements privés agricoles, pour le forfait d’externat, pour les dépenses d’intervention (enseignement supérieur)...

http://www.fnlp.fr/

05/01/2013, 19:08 | Par GBA92 en réponse au commentaire de morvandiaux le 05/01/2013 à 16:08

Vous devriez plutôt écrire antilaïcarde.

06/01/2013, 09:30 | Par Jean-Marc SILVESTRE en réponse au commentaire de GBA92 le 05/01/2013 à 19:08

Ca c'est un argument ! 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

09/01/2013, 13:58 | Par Alain ROUSSARD en réponse au commentaire de profil_inactif_129016 le 05/01/2013 à 09:58

Ce n'est pas beau de se venger Monsieur Waeselynck. Reprenez-vous! N'êtes-vous pas délégué académique de la CGT? Ce n'est quand même pas un petit instit non syndiqué qui vous fait peur?

"Les mots qu'il écrit sont plus que significatifs." Les mots? Quels mots? Ah, l'interprétation très personnelle que vous en faites... Où le sens dépend surtout de celui qui les écrit?... "Les mots ont un sens" ne cesse de répéter celui que vous dénigrez au motif que je le connais.

Vous avez décrété que j'avais tenu des propos homophobes sur l'un de vos billets. Mediapart en a jugé autrement... Oui, les mots ont un sens. Vous devriez le savoir puisque on vous a déjà accusé d'avoir tenu des propos antisémites. Au point que Mediapart a été obligé de censurer vos billets... J'invente?... Alors, votre indignation est suspicieuse...
"Nul ne ment autant qu'un homme indigné." a dit Nietzsche. 

En allant faire un tour sur votre blog "site du DS..." à partir de votre blog sur Mediapart où le lien est présent, j'ai été interpellé par ce billet écrit par un de vos potes qui commence ainsi:

"Chacun sa mission
Soumis par ....... le dim, 01/06/2013 - 10:50
................, les homos on s’en b . . . . .
Par contre, il y a un dossier qui pourrit sur ton bureau au sujet d’un chef d’établissement..."

Pourtant, le slogan de la CGT, c'est bien "Lesbiennes, gays, bi, trans, l"égalité, ça se gagne avec la CGT!"?...

Mon étonnement a encore grandi quand j'ai constaté que vous y aviez mis vous-même un billet aujourd'hui (à 7 h 41, sur la loi Censi 2006). Impossible donc de ne pas avoir lu celui de votre pote... Pourtant, chacun peut constater que ces propos n'ont entraîné aucune réaction de votre part... C'est quand même bien vous (admin) qui gérez ce blog... "Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais." semble être votre devise. Pourquoi exiger de Mediapart ce que vous ne pratiquez même pas sur votre blog?
Mais vous allez certainement nous expliquer tout ça...  

08/02/2013, 13:18 | Par Alain ROUSSARD en réponse au commentaire de Alain ROUSSARD le 09/01/2013 à 13:58

Tiens, je constate que je n'ai sans doute pas été le seul à être interpellé par le billet du 6 janvier intitulé "Chacun sa mission" (dans son blog perso "site du DS...") puisque le texte original a subi une discrète modification début février...

Et pour mieux brouiller les pistes, monsieur Philippe WAESELYNCK, enseignant dans le privé catholique et délégué syndical académique de la CGT vient de modifier aujourd'hui même son nom sur Mediapart. Désomais, il apparaît sous le pseudo de SYRACUSE. Vivons cachés...

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

05/01/2013, 14:27 | Par Marc Bontoux en réponse au commentaire de profil_inactif_129016 le 05/01/2013 à 10:12

 

Un petit conseil qui ne vient pas de moi : " ce qui est exagéré est insignifiant ".

08/01/2013, 19:58 | Par Alain ROUSSARD en réponse au commentaire de profil_inactif_129016 le 05/01/2013 à 10:12

  "le président est un FILLON, frère de l'ancien premier ministre"

Pourquoi "cette information"? Quelle utilité? Qu'apporte-t-elle de plus? 
Les mots ont un sens.
La vérité a un sens.
Le baratin aussi: non monsieur Waeselynck, ce n'est pas le frère de l'ancien ministre...

Même les Mayennais le savent...

08/02/2013, 12:10 | Par Alain ROUSSARD en réponse au commentaire de Alain ROUSSARD le 08/01/2013 à 19:58

SYRACUSE, ex-monsieur Philippe WAESELYNCK...

05/01/2013, 23:29 | Par louis rougnon glasson en réponse au commentaire de GILLES WALUSINSKI le 05/01/2013 à 11:20

.

Quand on manie le mot obscurantisme et qu'on connait certains reproches faits au Mammouth, il vaut mieux être prudent.

Voir par exemple: "Obscurantisme comparé en 1632 et en 2007", une page

Sur Wikipédia, c'est peut être le seul article que j'y aie posté et qui n'ait pas été censuré:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Obscurantisme

09/01/2013, 14:13 | Par Alain ROUSSARD en réponse au commentaire de GILLES WALUSINSKI le 05/01/2013 à 11:20

"Comment l'obscurantisme peut-il éclairer un débat?"

Obscurantisme (définition de Wikipedia):
"Le terme est exclusivement péjoratif. Un obscurantiste est une personne qui prône et défend une attitude de négation du savoir (refuser de reconnaître pour vraies des choses démontrées), de restriction dans la diffusion d'une connaissance (sans nier la véracité d'une chose, considérer qu'elle ne peut être diffusée pour des raisons de toutes sortes : intérêt personnel, craintes sociales, etc.), ou de propagation de théories dont la fausseté est avérée."

On peut constater que l'enseignement catholique n'a pas le monopole de l'obscurantisme.

Près d'une famille sur deux en France confie à un moment ou à un autre de sa scolarité son enfant à une institution adepte de l'obscurantisme... Par pur masochisme certainement...

05/01/2013, 13:57 | Par Gilbert Pouillart

Un nouvel avatar du couple infernal inné/ acquis. Bien sûr, chaque indiviudu ou groupe humain s'en empare à sa façon, essaie d'y jouer sa carte...

Quand reconnaîtra-t-on enfin que l'être humain est trop complexe et trop individuellement évolutif pour pouvoir entrer à coup sûr dans quelque catégorisation que ce soit ? Le petit d'homme n'est pas humain à la naissance. Il est un primate, pourvu de  façon redondante des potentiels utiles à la constitution d'une personnalité humaine.

Il doit apprendre  à manger, à marcher, à parler, à reconnaître et utiliser les règles explicites ou immanentes des groupes sociazux dabs lesquels il est appelé à vivre, puis choisit de vivre. Ses orientations et ses pratiques sexuelles ne sont que partiellement déterminées par des facteurs biologiques. Mais, déjà, à ce niveau le moins complexe, rappelons que nous sommes tous des composés de femelle et de mâle, avec des prédominances plus ou moins marquées.

cela, c'est ce que nous savons, que nul n'a pu jusqu'à présent falsifier. Et, donc, ce qui doit être enseigné, comme état actuel des connaissances.

Du côté, différent, des pratiques, conventions et règles sociales, il en va autrement. On sait qu'il existe, dans un grand pays moderne, des écoles où l'évolution biologique ne peut être enseignée, alors qu'elle fait partie des acquis des sciences. On sait que l'histoire connaît des récits différents au gré des gouvernements qui se succèdent. On sait que le droit est différent dans chaque pays.

Il s'agit, pour le "mariage", de ce deuxième angle de vue. Nous pourrons donc observer dans quelle orientation se situeront nos gouvernements et nos lois, qui, les uns et les autres, sont l'émanation de notre volonté de citoyens. On a, en "démocratie", les dirigeants et l'arsenal juridique que l'on s'est donnés...

Aux historiens, ensuite, de corroborer les faits et de proposer des interprétations des causes...

05/01/2013, 14:31 | Par GILLES WALUSINSKI en réponse au commentaire de Gilbert Pouillart le 05/01/2013 à 13:57

L'enseignement c'est acquis mieux mieux!

05/01/2013, 16:16 | Par Marguerite-Marie Béghin

Eclairer les choix des jeunes, comme le recommande le Secrétaire Général de l'enseignement catholique..... ou bien les instrumentaliser ? Compte tenu des positions de nombreux responsables de cette institution, il y a un grand risque. La liberté de conscience est un droit inaliénable et tous les éducateurs se doivent de la respecter.

05/01/2013, 16:34 | Par béli

Se débaptiser est la seule réponse convenable face aux partisans des écoles coraniques, qu'elles soient catholiques, musulmanes, boudhistes ou autres.

05/01/2013, 16:58 | Par GILLES WALUSINSKI en réponse au commentaire de béli le 05/01/2013 à 16:34

Merci de me conseiller quoi faire, moi qui ne suis pas baptisé!

05/01/2013, 17:19 | Par Agnès GOUINGUENET en réponse au commentaire de GILLES WALUSINSKI le 05/01/2013 à 16:58

@GILLES WALUSINSKI.

-

moi qui ne suis pas baptisé

-

Heureux homme ! Restez comme vous êtes !

-

Rigolant

 

05/01/2013, 17:03 | Par nadja

Quelle hypocrisie de la part de ladirection de l'Enseignement catholique: prétendre ouvrir le débat tout en déterminant au préalable quelle est la bonne façon de penser..Cela s'appelle de l'endoctrinement. Que cela fasse débat y compris chez les jeunes, c'est évident. Je l'ai vérifié récemment en lycée au détour d'un cours, les jeunes m'ont interpelléee sur la question du mariage pour tous et inévitablement un certain nb de garçons fort en gueule ont exprimé leur homophobie de façon violente. Ils ont  fait référence au  règne animal pour justifier la différence sexuée, je leur ai expliqué que s'ils avaient été élevés à la ferme, ils reconsidéreraient leur jugement , que les chiens n'assaillaient pas seulement les chiennes, que l'homosexualité masculine était très répandue à travers l'histoire , que les manuels n'y faisaient pas référence, que la question n'était pas celle de l'acte sexuel mais de l'amour entre deux personnes, une question de liberté... Bref un débat difficile , sans doute inévitable à ce niveau d'enseignement, mais pour lequel  les enseignants doivent être préparés ( Je ne l'étais pas) . J'imagine la souffrance des élèves homosexuels qui verraient se déchaîner lors du prétendu débat des homophobes patentés. Je devine aussi   trop bien comment les dames cathéchèses introduiront le débat sur le mariage pour tous auprès de jeunes élèves de primaire ou de collège fragiles qui sont eux-mêmes confrontés dans leurs familles ou leurs amis à l'homosexualité!  Par cette circulaire, la direction de l'Enseignement catholique signe une régression digne de l'Inquisition qui témoigne d'une méconnaissance de l'évolution des moeurs et risque de se couper d'une grande partie des parents d'élèves.  

05/01/2013, 19:14 | Par jomabloche en réponse au commentaire de Marc Tertre le 05/01/2013 à 17:07

j'ai pensé la même chose que vous! , et me suis dit que si c'était un "parent", le pauvre chevalier doit se retourner dans sa tombe.

05/01/2013, 22:00 | Par louis rougnon glasson en réponse au commentaire de Marc Tertre le 05/01/2013 à 17:07

.

Le rapprochement est intéressant.

Dans quelle ville était-ce?

Clin d'œil

05/01/2013, 22:04 | Par critique critique en réponse au commentaire de Marc Tertre le 05/01/2013 à 17:07

Pour info Cf Libération 25 mai 1998

Eric Mirieu de Labarre ( a été élu) à la tête de l'Union nationale des associations de parents d'élèves de l'enseignement libre (Unapel), qui représente 800 000 parents de l'enseignement catholique. Le nouveau président, 44 ans, est assistant de droit public à l'université Montesquieu (Bordeaux-IV), et père de 5 enfants.

06/01/2013, 18:39 | Par tdvill en réponse au commentaire de Marc Tertre le 05/01/2013 à 17:07

Ça seraitétonant, non ?Langue tirée Pas de ça chez nous!

05/01/2013, 17:08 | Par TIP

La démarche du secrétaire général de l'enseignement catholique ne se situe-t-elle pas exactement dans ce qui est appelé le "caractère propre" de l'établissement (voir le chapitre  éducatif  dans les statuts et les projets des établissements catholiques, chapitre éducatif centré sur les Evangiles : sur la lecture vaticane actuelle des Evangiles) ?

Ceci interroge le bien fondé des contrats d'association : dans un état laïque, l'argent de tous peut-il servir à subventionner de tels agissements, dans le cadre d'une mission de service public ? 

rappel : la loi Debré est passée un 31 décembre, ce qui en dit long...

Elle a recueilli 10 813 697 signatures contre elle, soit plus de la moitié du corps électoral de l'époque !

05/01/2013, 17:25 | Par Agnès GOUINGUENET en réponse au commentaire de TIP le 05/01/2013 à 17:08

@TIP.

-

http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Debr%C3%A9_de_1959

-

Finalement, il n'y a pas que du mauvais dans cette loi, en particulier un droit de regard de l'Etat ... Mine de rien ...

-

Mais bon.

Je reconnais que le grand Charles ne fut pas au top à ce moment-là ...

-

Embarrassé

05/01/2013, 23:12 | Par Jérôme Soldeville en réponse au commentaire de Agnès GOUINGUENET le 05/01/2013 à 17:25

De Gaulle a en effet accordé un blanc seing à son ministre, dont on connait par ailleurs les positions par rapport à la question algérienne ... Entre autres "faits d'armes", Debré a fait procéder au déplacement vers l'Hexagone de plus de 1 600 enfants réunionnais (entre 1963 et 1982) arrachés à leur famille en vue de repeupler des départements métropolitains comme la Creuse. 

07/01/2013, 10:42 | Par Agnès GOUINGUENET en réponse au commentaire de Jérôme Soldeville le 05/01/2013 à 23:12

@JERÔME SOLDEVILLE.

-

La notion de "droits de l'enfant", c'est tout récent; comme celle de "droits de la femme", ancienne outre à production multiple ...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Droits_de_l%27enfant

-

Mine de rien, il faut du temps pour intégrer qu'une femme = un homme = un enfant ...

-

D'ailleurs, on lit encore beaucoup de réflexions donnant à penser que l'enfant reste une utilité matérielle dans de nombreux esprits, soi-disant fort éclairés et très humanistes.

-

Sourire

05/01/2013, 17:17 | Par Lechiffre

A l'origine de tout ce bordel et de tous les risques signales, se trouve la volonte d'une petite communaute, conjuguee a un electoralisme classique, de faire rentrer a coup de marteau dans l'appareil juridique normatif des notions qui n'ont rien a y faire, a coup de marteua signifiant "en detruisant la notion meme d'identite sexuelle biologique". Ca choque, ca heurte, ca cree des debats qui fachent et qui surtout peuvent blesser (en particulier les homosexuels jeunes).

La bonne demarche n'est pas de vouloir institutionnaliser l'homosexualite dans le mariage (ce qui entre paranthese sert un projet politique plus global, en realite) mais de precher la tolerance et l'humanisme. Sur un tel programme, laiques et religieux de tous bords (mais surtout catholiques, d'ailleurs) pourraient se rejoindre.

La campagne pro-mariage gay et l'attaque sur le genre sexuel sont excessives et irrespectueuses des convictions profondes de trop de gens, et ce ne sont pas les catholiques qui ont ete demandeurs de ce conflit.

05/01/2013, 17:45 | Par OLChantraine en réponse au commentaire de Lechiffre le 05/01/2013 à 17:17

Si vous êtes si sur que cela que l'identité sexuelle est biologique, à quoi sert-il de vouloir qu'elle soit aussi juridique?

Fait-on une loi pour interdire aux tigres de pondre des oeufs?

 

05/01/2013, 22:28 | Par Lechiffre en réponse au commentaire de OLChantraine le 05/01/2013 à 17:45

Justement, je ne le veux pas.

Le mariage a existe pendant des milliers d'annees, sans loi. Il n'en a pas besoin. L'identite sexuelle...c'est pareil.

L'avoir encadre par une loi a la Revolution donne l'impression que c'est une chose juridique. ce que ca n'est pas en realite. Mais on avait alors, simplement, codifie la coutume.

Aujourd'hui, qui veut une loi nouvelle?

Pourquoi pas une loi pour dire que les tigres peuvent pondre?

06/01/2013, 13:34 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Lechiffre le 05/01/2013 à 22:28

Quand on parle du mariage pour tous, il s'agit du mariage civil.

Le mariage civil est un acte administratif qui donne certains avantages fiscaux et financiers (reversion etc.) par rapport aux non-mariés y compris les pacsés.

En priver une catégorie de citoyens est contraire au principe républicain de l'égalité.

Cela rappelé, que les clercs et moralistes de tout poil glosent sur le mariage religieux, c'est leur affaire.

Mais ni la morale ni la religion n'ont leur mot à dire dans un acte administratif.

Et ce depuis 1905, et sa loi, qui reste visiblement comme une épine dans le pied desdits clercs et moralistes...

Par conséquent, le ministre de l'Education est parfaitement dans son rôle de prôner la non intervention des clercs et de leurs enseignants dans ce débat.

D'autant que lesdits enseignants "confessionnels" du moins ceux qui sont "sous-contrat" sont payés par tous les contribuables, qu'ils soient homosexuels ou non...

 

 

06/01/2013, 14:54 | Par Lechiffre en réponse au commentaire de JoëlMartin le 06/01/2013 à 13:34

C'est une hypocrisie que de separer mariage civil et mariage religieux. Le mariage est une institution sociale qui a ete longtemps "geree" par l'eglise par defaut d'autre chose pour le faire, en quelque sorte, puis organisee civilement. Quand l'Eglise s'exprime sur le mariage, ce n'est pas parce que le mariage lui appartient, c'est parce qu'elle est la pour exprimer quelque chose sur les grands sujets de societe. Si un "acte administratif" legalisait le fait de trucider le voisin, devrait-elle se taire?

Par ailleurs le theme des "droits" ne tient pas. Les sujets adoption et heritage pouvaient etre traites autrement, et enfin aucune des regles du mariage n'est une discrimination particuliere a l'encontre des homos. Nous avons tous les memes droits.

05/01/2013, 22:54 | Par louis rougnon glasson en réponse au commentaire de Lechiffre le 05/01/2013 à 17:17

La bonne demarche n'est pas de vouloir institutionnaliser.

Le gouvernement est en effet piégé dans une démarche dont la contradiction n'a pas manqué d'être relevée par quelque courriel d'extrème droite du genre: "Hollande, trois enfants avec une première femme, un enfant avec une troisième, jamais marié, veut donner le mariage aux homosexuels"

Historiquement, le mariage civil était la copie nécessaire du mariage religieux catholique au moment de la Révolution.

Le divorce, autorisé sous la Révolution et l'Empire, va être à nouveau interdit de 1816 à 1876,. Cf Wikipédia:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Divorce

 

Dans une société laïque ayant à gérer les situations les plus diverses, le rôle de l'Etat devrait logiquement se limiter à trouver le meilleur compromis entre ces différentes situations, pour éviter

- les fragilisations individuelles dues à la perte du cocon familial ou aux exclusions diverses

- le recours aux mariages blancs à des fins pas forcément très nettes

- les distorsions abusives entre ces différentes situations

L'utilisation du mariage pour tous pour donner une leçon de tolérance aux religions manifeste une bonne intention. Espérons qu'elle apportera quelque chose. Mais, avec le PACS déjà en place, ce n'est même pas garanti et le public n'en voit pas l'intérêt.

Il pense volontiers que le débat ainsi suscité sert à faire diversion pour les problèmes économiques, la fragilisation des classes moyennes et la régression sociale. "Vivement que ça soit classé pour qu'on puisse passer à ce qui nous préoccupe"

Clin d'œil

06/01/2013, 14:42 | Par Jean Delaunay en réponse au commentaire de Lechiffre le 05/01/2013 à 17:17

"en detruisant la notion même d'identité sexuelle biologique".

Vous avez des notions très sommaires en la matière . Vos convictions se heurtent à des faits gênants tels les opérations de réassignation réalisées sur de jeunes enfants (Ils faut bien qu'ils rentrent dans vos petites boites) ou encore les problèmes récurrents sur le ''sexe réel'' des sportives aux jeux olympiques. Si  vous voulez vraiment en savoir plus – mais j'en doute, les certitudes ont l'air de vous être très confortables–  je vous conseille l'étude de Mme Fausto-Sterling '' la dualité des sexes à l'épreuve de la Science'' (Cette dame n'est pas une théoricienne du genre, juste une biologiste et une historienne des sciences) vous vous apercevrez que c'est un peu plus compliqué. Mais bon ''pendant des milliers d'années''  le Soleil a tourné autour de la Terre c'était simple, ça allait très bien ça ne choquait pas le convictions et il a fallu qu' une ''petite minorité'' vienne  mettre le ''bordel'', la peste soit des progressistes.

Quant à l'humanisme et à la tolérance , je sais que précher est votre credo  mais force est de constater que ça ne marche pas très fort  chez vos corrligionnaires (sans remonter juqu'au chevallier de La Barre, Giordano Bruno et autres sujets de repentance, revoyer les manifs anti IVG, les manifs anti PACS:, les mêmes, le même nombre , les mêmes arguments, la même tolérance et le même humanisme) c'est d'ailleurs pour ça qu'il a fallu inventer la Laïcité.

06/01/2013, 15:10 | Par Lechiffre en réponse au commentaire de Jean Delaunay le 06/01/2013 à 14:42

1) desole mais votre point est sans interet. Je suis plus au courant que vous ne le pensez du sujet que vous evoquez, et je ne vois pas absolument pas ce que changent quelques centiemes de % d'anomalies genetiques (il y en a sur tous les aspects du genome).

2) je suis parfaitement athee, mais j'evite de confondre deux choses: la preservation des traditions et coutumes qui ontfait  leurs preuves, et l'intolerance. Dans ce debat, l'intolerance est du cote de ceux qui collent le mot "homophobie" sur la bouche de tous ceux qui veulent discuter.

Et c'est bien ce que vient de faire, preventivement meme, le Ministre.

06/01/2013, 22:47 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Lechiffre le 06/01/2013 à 15:10

"Dans ce debat, l'intolerance est du cote de ceux qui collent le mot "homophobie" sur la bouche de tous ceux qui veulent discuter."

Non elle est du côté de ceux qui considèrent les homosexuels comme des personnes "anormales".

07/01/2013, 02:01 | Par Lechiffre en réponse au commentaire de JoëlMartin le 06/01/2013 à 22:47

Peut-etre, mais on peut etre contre le amriage gay sans faire partie de celles-la.

05/01/2013, 17:35 | Par OLChantraine

"Nous n'appelons pas directement..." mais..."..."
Aimables sous-entendus jésuitistes...

Ce personnage nous ramène loin en arrière ... et nous prouve que le catholicisme n'a guère changé depuis l'époque où, dans l'ombre, il orientait la monarchie (chez qui la prévalence de la bisexualité et la pratique ostensible de l'adultère  ne le dérangeait guère...)

06/01/2013, 13:35 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de OLChantraine le 05/01/2013 à 17:35

Oui.

Tartuffe pas mort...

05/01/2013, 19:30 | Par GBA92

L'enseignement Catholique joue juste sur les leviers qui sont les siens et tente à la marge de tout faire pour faire capoter cette loi, il n'y a aucun lien entre cette loi et l'école ! c'est ici un lobby comme un autre après tout, avec ses propres moyens. Qui s'insurge que des lobbyistes professionnels fassent l'objet d'un statut spécifique auprès de l'UE ? Personne. On a les mêmes dans notre Parlement, ils sont depuis peu badgés de manière à être reconnus. Alors pourquoi ce qui serait valable pour certains sujets ne le serait-il pas pour tous les sujets par toutes les composantes de la société dont les Eglises ? C'est une vision contradictoire de ce qu'est notre société, ça fait partie du processus de décantation du sujet appelé un débat, on a l'impression que les choses devraient pour certaines passer automatiquement, or ce n'est pas le cas.

Autant l'union pour les couples homosexuels ramènerait chacun à une égalité de droits et aurait assuré la sécurité juridique des enfants et conjoints de ces familles qui sont bien là eux, et autant les couacs sur la PMA qui s'est surajoutée indûment au premier sujet me font penser que le gouvernement aurait dû être bien plus modestes dans ce sujet sociétal important. Passer par l'étape d'une union civile en gardant le mariage aux couples homme - femme tel qu'il est défini aujourd'hui aurait sans doute permis une avancée, qui semble même compromise après la dernière séquence et surtout la PMA qui est un autre sujet.

06/01/2013, 13:05 | Par nadja en réponse au commentaire de GBA92 le 05/01/2013 à 19:30

Les lobby à l'école, c'est faire peu de cas de la spécificité de l'enfance et de l'adolescence et méconnaître l'essence de l'éducation, seuls les régimes totalitaires ont osé.  

05/01/2013, 21:07 | Par Martine Chantecaille

Dans la logique de ce "guide pour l'éducation sexuelle", des parlementaires avaient souhaité l'an dernier  "sauver la jeunesse" et la science en censurant des manuels de SVT évoquant l'importance de l'interaction sociale dans l'identité sexuelle et deux députés ont récemment demandé une commission d'enquête sur les "gender studies". Sauver la jeunesse... en la formatant, sauver la science... en la censurant, sauver le contrat social... en excluant de l'égalité des droits des citoyens !  http://blogs.mediapart.fr/blog/martine-chantecaille/171212/ces-deputes-censeurs-qui-veulent-nous-sauver-des-gender-studie

05/01/2013, 22:08 | Par critique critique

Pour information  Cf Libération  25 mai 1998:

Eric Mirieu de Labarre ( a été élu) à la tête de l'Union nationale des associations de parents d'élèves de l'enseignement libre (Unapel), qui représente 800 000 parents de l'enseignement catholique. Le nouveau président, 44 ans, est assistant de droit public à l'université Montesquieu (Bordeaux-IV), et père de 5 enfants.

Vous avez bien lu : MIRIEU pas MEIRIEU?

 

06/01/2013, 11:06 | Par richard crevier

Mais pourquoi donc, dans un pays qui se dit « laïc », subventionne-t-on l'enseignement catholique ? 

06/01/2013, 13:59 | Par Jérôme Soldeville en réponse au commentaire de richard crevier le 06/01/2013 à 11:06

Pour flinguer le monopole de l'école publique beaucoup trop "à gauche" pour de Gaulle et Debré ? Ceux qui évoquent le "modèle finlandais" devraient se souvenir qu'en Finlande seulement 2 à 3 % d'élèves sont inscrits dans le privé contre 17% en France ! Le poids de l'école privée en France un obstacle à la "refondation" de l'école ?

07/01/2013, 22:56 | Par denis bourgois en réponse au commentaire de Jérôme Soldeville le 06/01/2013 à 13:59

NON !! un obstacle à la refondation de la démocratie !!!! 

09/01/2013, 01:04 | Par Alain ROUSSARD en réponse au commentaire de denis bourgois le 07/01/2013 à 22:56

Comme disait mon grand-père lorsqu'il est parti à la guerre: "On ne te demande pas si tu viens du privé ou du public..."

09/01/2013, 00:30 | Par Alain ROUSSARD en réponse au commentaire de Jérôme Soldeville le 06/01/2013 à 13:59

"Ceux qui évoquent le "modèle finlandais" devraient se souvenir qu'en Finlande seulement 2 à 3 % d'élèves sont inscrits dans le privé contre 17% en France !"
Parce que vous pensez qu'on puisse comparer les modèles finlandais et français?
Si vous voulez parler du privé finlandais, dans ce cas, comparez avec le privé "hors-contrat" en France qui scolarisait l'an passé 58 000 élèves (sur 12 millions). Dans ces écoles qui ne doivent pas percevoir de subventions, tout est à la charge des parents. 

09/01/2013, 00:47 | Par Alain ROUSSARD en réponse au commentaire de richard crevier le 06/01/2013 à 11:06

Dans les zones où les établissements privés étaient nombreux (Ouest, Nord, région parisienne), l'Etat lorsqu'il a proposé la loi Debré était dans l'incapacité (financière et matérielle)  d'accueillir le baby-boom d'après guerre. D'autant plus qu'il y avait une vraie volonté de scolariser un plus grand nombre d'élèves. La demande n'émanait pas obligatoirement des écoles qui se méfiaient plutôt de ce contrat. Toutes n'ont d'ailleurs pas signé ces contrats qui n'étaient que provisoires au début (6 ans puis 9 ans me semble-t-il).
Sans cette réalité incontournable, seules les écoles "hors-contrat" (= sans subvention)  auraient survécu. Mitterrand en 1984 avait souhaité revenir sur cette loi mais il avait échoué. Aujourd'hui, près d'une famille sur 2 en France scolarise son enfant à un moment ou à un autre de sa scolarité dans le privé sous contrat.

06/01/2013, 11:50 | Par pjf

"Eclairer" à la lumière de l'Eglise, cela va se soi !

06/01/2013, 12:58 | Par fiche_doublon_291288

Malheureusement, l'Eglise Catholique attache moins d'importance à la pédophilie qu'à l'homosexualité. C'est d'autant plus choquant que, contrairement à la pédophilie, l'homosexualité est, en principe, un rapport entre adultes consentants. Les scandales récents de pédophilie dans les collèges ne concernent pas seulement l' Irlande. J'en ai personnellement fait l'expérience dans mon enfance. Dénoncés par mes parents auprés des directions de ces écoles chrétiennes, ces enseignants ont, en général, étaient déplacés....dans d'autres institutions d'enseignement catholique.

06/01/2013, 13:15 | Par mtb74

"La diffusion de publicités androgynes de plus en plus nombreuses, la popularité du personnage de Michaël Jackson sont les signes patents de la séduction de ce nouveau modèle proposé auprès des jeunes générations"

Amusant si on songe aux troupes d'anges, le plus souvent asexué(e)s et androgynes, que l'Eglise offre depuis longtemps au regard des fidèles ...

Ange en adoration, Moretto de Brescia

06/01/2013, 14:45 | Par Jean Delaunay en réponse au commentaire de mtb74 le 06/01/2013 à 13:15

Clin d'œil

06/01/2013, 13:59 | Par Sebastien Rome

Je me souviens (il me semble) que Pierre Clastre dans sa chronique des Indiens Guayaki avait observé une pratique de ce peuple. Un homme homosexuel prenait une place sociale de femme dans la tribu : il effectuait les tâches, les rites à une place de femme. Ceci causait de la souffrance chez lui. En retour, les relations entretenues avec lui étaient du même type que celles entretenues avec une femme.

Est-ce contre-nature ? Est-ce que l'homme est naturellement plongé dans la culture ?

06/01/2013, 15:05 | Par Lechiffre en réponse au commentaire de Sebastien Rome le 06/01/2013 à 13:59

Les indiens Guayaki mangeaient leurs morts, aussi. Verifiez.

 

06/01/2013, 15:00 | Par Belka

Un débat sur les prètres pédophiles Pourrait éclairer certaines pratiques de ces donneurs de leçons de morale......Quand j'entends certains UMP et parmi eux l'ancien "sinistre" de l'éducation, Je me demande où l'on vit!!!!!!! C'est vrai que sarkopen préfère le curé à l'instit. C'est parce qu'il porte une soutane........

«La route des enfers est facile à suivre ; on y va les yeux fermés.»
(Bion de Boristhène)

06/01/2013, 15:07 | Par Liliane Baie

A propos de la question du genre, on peut revenir aux classiques. Ainsi, "On ne naît pas femme : on le devient" écrivait Simone de Beauvoir, en 1949.

Ici, quelques extraits de son livre "Le deuxième sexe" d'où est tirée cette citation :

http://www.philo5.com/Les%20philosophes%20Textes/Beauvoir_OnNeNaitPasFemme.htm

Cela me semble important, car, en ce domaine comme dans tant d'autres, on constate une telle régression de la pensée que cela en est désespérant.

06/01/2013, 22:45 | Par chiara.v

Doublon

07/01/2013, 11:33 | Par chiara.v

Ce qui est insupportable dans tout ça, c'est la mauvaise foi de ceux qui, faute de mieux, instrumentalisent ce débat; A commencer par les medias télévisés, répétant en boucle que "Peillon a allumé la mèche" - alors qu'il a simplement recadré l'enseignement privé, qui veut àla fois le beurre et l'argent du beurre - son fameux "caractère propre", et les financements de l'Etat, et la possibilité de cracher, éventuellement, sur des lois qui  défriseraient certains d'entre eux.

Mauvaise foi de Mme Boutin, qui accuse Najat Vallaud Belkacem de faire la "promotion" du "mariage pour tous" : vulgarité sans borne de cette mégère, qui fait mine de ne pas savoir ce qu'est la lutte contre l'homophobie.

Il y a quelques années, prof dans le privé (pas par choix, mais par nécessité), j'avais repris un gamin de 3è qui avait écrit au tableau "A bas les pédés" ou quelque chose dans ce goût là, en expliquant que sa phrase était une forme de "racisme". Je ne savais pas que c'était la "promotion du mariage pour tous".

Beurk ! Ils sont en train de nous tanner comme ils l'ont fait avec le débat sur l'identité nationale !

09/01/2013, 00:57 | Par Alain ROUSSARD en réponse au commentaire de chiara.v le 07/01/2013 à 11:33

"Il y a quelques années, prof dans le privé (pas par choix, mais par nécessité)."
Une preuve vivante qu'on y accueille tout le monde...

"j'avais repris un gamin de 3è qui avait écrit au tableau "A bas les pédés" ou quelque chose dans ce goût là, en expliquant que sa phrase était une forme de "racisme". Je ne savais pas que c'était la "promotion du mariage pour tous"."
Parce qu'un élève, sous-prétexte qu'il franchit la porte d'un établissement privé devrait avoir systématiquement un comportement de sain?  

09/01/2013, 10:43 | Par jean-marie charron en réponse au commentaire de Alain ROUSSARD le 09/01/2013 à 00:57

sain ? saint ? sein ?

09/01/2013, 13:49 | Par Alain ROUSSARD en réponse au commentaire de jean-marie charron le 09/01/2013 à 10:43

"Parce qu'un élève, sous-prétexte qu'il est au sein d'un établissement privé devrait avoir systématiquement le comportement sain du saint?"  

07/01/2013, 10:24 | Par max angel

Au nom des principes en vigueur dans notre Sainte Eglise Apostolique et Romaine, je tiens à mettre en garde, tous les fidèles, et les jeunes en particulier, contre le triste et abominable spectacle qu'offre ce que d'aucuns, dans leur folie, osent appeler la SANTE FAMILLE.

En effet, mes bien chers frères et soeurs, le père de cette famille, n'est pas le père de l'enfant qui a été inséminé par un pigeon ou un ange. Quant à la mère, elle est vierge.

 

Nous sommes à des années lumière de ce que préconise le Vatican.

La famille chrétienne, c'est l'union d'un homme et d'une femme en vue de la procréation. Point final.

Les femmes mménauposées n'ont qu'à rester célibataires, les vieillards n'ont plus le droit de convoler en noces stériles.

 

Enfin, si certains osent croire que les tendances de certains êtres à préférer leur semblable à leur opposé sont naturels, il est du devoir des chrétiens de rectifier la Nature, comme ils l'ont toujours modestement fait, à l'instar des israélites et avant les musulmans qui ont défini les parties impures des corps créés par Dieu, Créateur de toute chose, mais pas si bon que nos prophètes, nos penseurs, nos papes, nos théologiens qui sont bien mieux placés que Lui pour savoir ce qui est bon et ce qui est mauvais.

07/01/2013, 10:45 | Par Agnès GOUINGUENET en réponse au commentaire de max angel le 07/01/2013 à 10:24

@MAX ANGEL.

-

Les femmes mménauposées n'ont qu'à rester célibataires, les vieillards n'ont plus le droit de convoler en noces stériles.

-

Ben qu'oui ! Du balai, et place aux jeunes !

-

Rigolant

07/01/2013, 22:54 | Par denis bourgois

Egalité et Fraternité seraient bien servies par la dissolution de l'enseignement privé. Une verrue sur le sein de la République. 

08/01/2013, 20:27 | Par Alain ROUSSARD en réponse au commentaire de denis bourgois le 07/01/2013 à 22:54

Je la ressens vraiment bien votre "Fraternité", moi qui suis instit dans le privé...

08/01/2013, 13:08 | Par JeanGwe

Dans ce contexte, la parole des éducateurs est fortement requise, surtout vis-à-vis d'adolescents qui ont à découvrir leur condition d'être masculin ou d'être féminin ".

Et si de la parole ils passaient aux actes ?

09/01/2013, 10:53 | Par jean-marie charron

J'ai lu que la cardinal  Vingt-Trois était farouchement opposé au mariage civil des homosexuel(le)s. 

Ne serait-ce pas par crainte que les prêtres catholiques auxquels est interdit le mariage avec une femme pourraient contourner cet oukase en se mariant civilement avec un homme. Je pense que cette dernière solution conviendrait à un grand nombre.

Newsletter