Jeu.
18
Déc

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Des policiers et des militaires à la retraite dans le secondaire?

C’est la proposition de loi que vient de déposer le député UMP Lionnel Luca en guise de cadeau de Noël juste avant les fêtes de fin d’année. Cette proposition de loi « visant à la sécurité dans les établissements scolaires du second degré » a été contresignée par un groupe de 33 députés (parmi lesquels on relève notamment les noms d’Eric Woerth et de Benoist Apparu). Elle a été dûment enregistrée à la Présidence de l’Assemblée nationale le 12 décembre 2012 et renvoyée à la « commission des affaires culturelles et de l’éducation » pour instruction.

Son exposé des motifs, très explicite et significatif de toute une politique en la matière, vaut d’être cité en entier (d’autant que cela vient en ‘’alternative’’ de l’une des mesures promises par François Hollande durant la campagne des présidentielles et mise actuellement en application par le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon, à savoir le recrutement et la formation de 500 « assistants de prévention et de sécurité », appelés à jouer surtout un rôle de ‘’médiateur’’ et de prévention dans les collèges et les lycées dits ‘’sensibles’’):

« Les agressions perpétrées dans les collèges et lycées, dont certaines d’une violence rare, occasionnent des conditions d’enseignement insupportables pour les élèves, pour les enseignants et pour tout le personnel administratif. Les mesures prises, telles que la vidéo-protection et les portiques de sécurité, ne suffisant pas à garantir la sécurité des élèves, des professeurs et des personnels d’encadrement, il convient de trouver des moyens permettant de prévenir cette violence et lorsqu’elle se produit d’y apporter une réponse rapide et adaptée.
Les surveillants chargés de veiller à la sécurité des élèves ne sont pour la plupart ni prêts ni formés pour assumer ce rôle de plus en plus difficile. Afin de mieux répondre à cet impératif de sécurité, le Gouvernement envisage de recruter 500 assistants de prévention et de sécurité (APS). Plutôt que de faire appel à des jeunes à former, il serait sans doute judicieux et plus efficace de faire appel à des personnes déjà formées et expérimentées dans le domaine de la prévention de la violence et de la sécurité.

«Il conviendrait dès lors, de permettre à des personnes retraitées issues de la fonction publique, dont la profession a été consacrée à la sécurité civile ou militaire (sapeurs-pompiers, policiers, gendarmes, militaires d’active...), dont l’activité passée et la maturité sont garants d’une autorité naturelle et d’une capacité à analyser une situation, d’accéder aux postes de surveillants dans les établissements scolaires du second degré.

Cette possibilité permettrait par ailleurs, dans le cadre du cumul emploi-retraite, de permettre à des personnes compétentes de former les jeunes surveillants qui sont aujourd’hui bien souvent désarmés devant tant de violence ».

Fermer le ban (en n’oubliant pas d’admirer tout particulièrement un passage de l’argumentaire produit : « dont l’activité passée et la maturité sont garants d’une autorité ‘’naturelle’’ ») !
NB. On m’a fait remarquer une ‘’absence’’ ( significative ? ) dans la proposition de loi : celle des personnels retraités des établissements pénitentiaires.

Tous les commentaires

26/12/2012, 08:50 | Par Gilbert Pouillart

Voir Rédaction lycéenner du 24-12 :"Hey, santa Claus!"Et relire Foucault :"Surveiller et punir".

On continue la course-poursuite entre l'obus et le blindage, qui n'aura jamais de ligne d'arrivée...Er si, par un miracle d'otigine inconnue, les établissemments d'enseignement devenaient des milieux sociaux (et non plus des institutions) ? Avec une "autonomie" qui ne soit, ni un gadget trompeur, ni un remède  ? Mais c'est que ça va prendre du temps, mobiliser des gens hors de leurs heures de travail , donner prise sur l'école à des "non-institués"......

26/12/2012, 09:16 | Par jogary@sfr.fr

l'UMP ne changera pas!!!.

26/12/2012, 14:00 | Par alela en réponse au commentaire de jogary@sfr.fr le 26/12/2012 à 09:16

Si, l'ump changera, elle s'appellera Front National!

26/12/2012, 10:09 | Par Mariethé FERRISI

Répression, maître-mot de la droite ! Ces messieurs persistent et signent ! Cela reflète bien leur mépris de la classe ouvrière et de toutes les problématiques engendrées par le chômage, la précarité bref, des plus démunis de notre société, ceux qui ne peuvent s'offrir les écoles privées autrement dit le "tout clean". C'en est écoeurant !

Merci pour ce billet.

Cordialement...

26/12/2012, 10:53 | Par Louis Losa

Plusieurs remarques. Qu'une telle proposition vienne d'un Lucas, rien d'étonnant à celà. Il incarne cette droite autoritaire et réactionnaire bon teint, pour qui l'ordre, (appliqué aux autres, en tout cas), est la valeur cardinale. Plus étonnant d'y retrouver associés Woerth et Apparu, qui, pour ne nous être pas plus sympathiques, avaient su se façonner une image plus "moderne".

Les tendances disciplinaires de la droite sont connues. Elles s'ancrent dans des peurs anciennes de la contestation, de l'agitation plébéienne. C'est un symptôme de la mentalité d'assiégés de ceux qui ont tant à perdre.

Mais ce "disciplinarisme" n'est pas que de droite. Naguère, le parti communiste excommuniait facilement. Se souvient-on que la candidate à la présidence de 2007 avait proposé des encadrements militaires pour les jeunes "difficiles" ?

Aujourd'hui les socialistes instrumentalisent des "réformes sociétales" pour masquer leur politique très peu sociale, (augmentation du RSA de 10% sur cinq ans, ah ah !). L'autorité est une légitimité, non une posture. On en voit le symbole dans un chef de gouvernement-surveillant-général-disciplinaire cherchant à imposer une autorité qu'il ne possède pas.

26/12/2012, 11:02 | Par robert cavaillès

Pourquoi ne pas recycler aussi quelques anciens détenus ou des gangs bien organisés et efficaces, la gestapo et la résistance se les partageaint utilement lors de la précédente "crise"....

26/12/2012, 11:36 | Par Jacques Bolo

Bof, pourquoi pas. Outre le fait d'occuper des gens qui le désirent, ce genre de retraités a bien dû accumuler une certaine expérience des situations conflictuelles. C'est un phénomène réel dans les relations humaines.

Le point positif serait même que ces retraités seraient aussi en contact avec des jeunes au lieu d'en parler de l'extérieur. Ils pourraient faire le lien avec la société sur ces questions.

26/12/2012, 17:52 | Par Jean-Daniel Gronoffi en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 26/12/2012 à 11:36

Au contact des jeunes, il y a d'autres professions qui le sont en permanence, et donc d'autres retraités qui feraient aussi "l'affaire".

Quelle vision boffiste primitive de la jeunesse, définie comme une chair à mater (dans le sens de réprimer, bien sûr), à défaut, c'est plus sûr, d'en faire une chair à canon ...

Tout cela pour satisfaire le besoin de distintion de gens qui ont peur de leur propre descendance et aussi de la discussion en vis-en-vis qu'ils délèguent à des arguments frappants ambulants.

Un distingué, un flic retraité et un jeune dangereux: le bon, la brute et le truand (en devenir), scénario humaniste du passé et de l'avenir?

 

26/12/2012, 18:05 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de Jean-Daniel Gronoffi le 26/12/2012 à 17:52

Pour les autres retraités, je ne dis pas le contraire. Mais, en l'occurrence, un militaire, à l'époque du service militaire, était en permanence en contact avec les jeunes. Ensuite ces militaires sont reclassés dans le public ou le privé, puisqu'il prennent leur retraite tôt (soit dit en passant).

Ce que vous dites c'est: "militaire = fasciste". 1. C'est pavlovien (pour ne pas dire "un peu militaire"). 2. J'espère (en tant qu'antimilitariste qui sait de quoi il parle) que ce n'est pas toujours le cas: les militaires sont aussi des êtres humains (un peu comme les cocos et les staliniens, mais c'est vrai qu'avec Médiapart, je commence à avoir des doutes).

26/12/2012, 21:48 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 26/12/2012 à 18:05

"Mais, en l'occurrence, un militaire, à l'époque du service militaire, était en permanence en contact avec les jeunes."

Exact. mais c'était dans le cadre de l'armée.

Être un bon conseiller d'éducation demande nettement plus de compétences que de faire faire des pompes aux recrues.

27/12/2012, 10:44 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de JoëlMartin le 26/12/2012 à 21:48

J'ai été pion 6 ans, je ne pense pas.

Et les militaires ne font pas faire que des pompes. Il faut arrêter les films américains. Ca vous fait du mal.

03/01/2013, 14:33 | Par Azahar en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 27/12/2012 à 10:44

À l'école, théoriquement, on apprend la paix, c'est-à-dire à s'exprimer autrement que par la force: on apprend le dialogue.

Quand l'éducation est en faillite, c'est la "jungle"... Or, ni les pions ni les professeurs ne sont formés/armés (métaphoriquement parlant!) pour faire face à la violence. 

Plus de formation pour les enseignants et autres personnels scolaires pourrait être la bienvenue dans ce domaine: pour faire face aux situations de violence.

C'est là que des intervenants d'horizons divers pourraient partager leur connaissance-expérience pour qu'on sache mieux répondre à des situations où il faut réagir "juste" afin de ne pas entrer dans la spirale de violence. 

 

26/12/2012, 11:43 | Par c_arnaud

Nous entretenons une société de confusion. Faisant fi de la réalité des choses. Nous, êtres humains, sommes tributaires de nos tendances, habitudes.

Formant d'une main nos jeunes à toujours plus de violence par le jeu, les médias et la télévision comme si cela n'avait aucun impacte. Montrant comme exemple des serviteurs de l'état ou autre décideurs déviant (banques, europe, ...), détournant leur action à leur profit ou celui de leur groupe.

Peut être maintenant en est on arrivé malheureusement au point ou il faut réguler par la force ce climat de violence de l'autre main.

Mais si la vision d'ensemble n'est pas perçu alors le cycle s'accélère.

Il est plus facile de donner un coup de baton que d'éduquer un enfant, mais pour quel résultat.

 

26/12/2012, 15:56 | Par j demere en réponse au commentaire de c_arnaud le 26/12/2012 à 11:43

            Eduquer! Comment pouvoir éduquer, quand nous lisons à longueur de pages de MDP que les responsables au plus haut niveau sont suspectés à tord ou à raison de triche, de vol de magouilles, de detournement, de fraudes fiscales, de protection inter partis ou de tenue par la barbichette. Des juges à la botte d'un coté ou de l'autre! De policiers corrompus, de curés pédophylles et je dois en oublier. Quelle éducation donner!

        Je ne sais plus!

26/12/2012, 12:01 | Par Alain ALGAYON

Les militaires comme la plupart des policiers n'ont aucune compétence pour gérer des comportements

d'élèves, enfants ou adolescents, dans une institution qui relève de l 'education  et qui se doit de refuser

toute intrusion de professionnels de la répression.

Pour lutter contre le chomage,  recruter des retraîtés est de toute évidence une solution digne de la pensée de droite.    

26/12/2012, 12:15 | Par Leséparges en réponse au commentaire de Alain ALGAYON le 26/12/2012 à 12:01

Et pour rendre des bahuts violents vivables qu'est ce que vous préconisez ?

26/12/2012, 14:49 | Par robert cavaillès en réponse au commentaire de Leséparges le 26/12/2012 à 12:15

En faire de vrais bahuts avec un encadrement suffisant, des maîtres formés et revalorisés par reconnaissance de leur fonction et des programmes adaptés ... et un débouché autre que l'enfer actuel qui ne saurait motiver aucun jeune. On ne répond à la crise qu'en la renversant, qu'en répondant aux attentes des populations écrasées. Il faut, contrairement à ce gouvernement qui alimente la chaudière de la machine folle, renverser la vapeur, tout le reste est du bluff, on ne soigne pas la jaunisse à l'éosine.

26/12/2012, 15:48 | Par Leséparges en réponse au commentaire de robert cavaillès le 26/12/2012 à 14:49

Blabla pipeau comme d'habitude .

Vous n'avez aucune idée de ce qu'est un collège violent .

Vous demandez des maîtres formés et revalorisés : ce n'est pas la question .

Un encadrement suffisant : concrètement c'est quoi ?

26/12/2012, 22:40 | Par robert cavaillès en réponse au commentaire de Leséparges le 26/12/2012 à 15:48

Vous me décevez de plus en plus à toujours défendre l'indéfendable et de vous cacher en crachant gratuitement des "blabla pipeau" !

non seulement j'ai idée de cela par profession (j'ai exercé un temps des responsabilités importantes dans un grand rectorat et je vis dans un quartier qui ne me laisse rien oublier des réalités actuelles) mais je sais surtout, et ne suis pas le seul à le savoir,  

1- que la cause n'est pas dans le collège mais dans la société dont ce dernier n'est que le reflet et la caisse de résonnance

2- je connaîs les qualités requises quand on veut faire des hommes, ce ne sont pas les mêmes que celles qu'il faut pour maintenir l'ordre et chasser la brebis galeuse.

27/12/2012, 01:34 | Par francoise delepine en réponse au commentaire de robert cavaillès le 26/12/2012 à 22:40

D'accord !

et puis formation , lutte contre les inégalités , enthousiasme... !

27/12/2012, 09:15 | Par Leséparges en réponse au commentaire de robert cavaillès le 26/12/2012 à 22:40

@ R.C : et bien justement .

Il y a deux discours : celui qui veut que c'est l'institution scolaire par son inadéquation qui crée la violence .

L'autre : c'est la violence extérieure , celle qui existe par exemple dans les quartiers dits défavorisés , mais pas seulement* , qui entre dans l'institution , la rend inopérante et la paralyse.

* dans les collèges huppés la circulation de la drogue est de plus en plus fréquente .

Ce qui sacrifie un certain nombre d'élèves qui aimeraient apprendre et détruit la santé des enseignants de bonne volonté .

Et le problème ici est de savoir comment résoudre rapidement le problème  de cette violence apportée en attendant ce monde parfait que la prochaine révolution va nous apporter .

Certains parient sur des renforcements de l'équipe éducative .

Personnellement je doute que cela soit de son ressort .

Du moins entièrement .

Si des groupes entrent dans les collèges pour agresser tels élèves ou tels professeurs quelle réponse peut on apporter ?

Vous dites avoir l'expérience du phénomène à travers votre passage dans un rectorat , personnellement j'ai une expérience de terrain plus prosaïque . Et je peux affirmer que par rapport à cette violence parfois inimaginable je n'ai pas d'a priori quant aux réponses à apporter .

Il s'agit de fixer les limites du pouvoir de l'éducation nationale par rapport aux problème rencontrés dans nos sociétés .

Mais voilà quand la société se détraque et que j'entends à la radio certains intervenants à chaque fois on demande à l'école de résoudre tel ou tel problème .

En ce qui me concerne j'ai la naïveté de penser que l'école est là pour instruire , apporter les connaissances nécessaires à la vie ou à la poursuite d'études , mais certainement pas de tout régler .

27/12/2012, 12:32 | Par robert cavaillès en réponse au commentaire de Leséparges le 27/12/2012 à 09:15

des discours sur l'école il en est des quantités comme il est des quantités d'idéologies destinées à camoufler les vrais rapports de forces au profit de ceux qui en tirent le plus grand profit.

L'école ne crée pas les tensions qu'elle vit et qui viennent d'ailleurs et parler de l'école en tournant le dos aux causes externes de la violence, en particulier le sort fait à certaines zones et à l'ensemble de la jeunesse dans son avenir, c'est faire du camouflage idéologique.  Ce qui ne signifie pas qu'il faut également mettre le paquet sur ce qui devrait forger des citoyens ... mais on ne le fait ni avec des matons, ni avec des flics ou des militaires, pas même avec des profs à qui l'on a fait de telles conditions de vie et de dignité qu'ils en dépriment souvent ou baissent les bras.

Je ne méprise aucun corps de métier, tous sont nécessaires mais chacun dans sa sphère de compétence. Soutenons les profs, améliorons leurs conditions et surtout attaquons-nous aux racines du mal même si les banques et le Medef font les gros yeux. Faut-il continuer de mourrir avec de bonnes notes des agences dépravées dont on voit les effets partout dans le monde ? La preuve que l'échec de l'Ecole n'est pas dû à la& seule violence, nos dirigeants et tant de politiques munis d'une bonne scolarité et qui n'ont pas le bon sens de voir où les mène le capitalisme dévoyé que personne ne contrôle et qui ne se contrôle plus lui-même. Est-ce un citoyen bien formé celui qui se laisse prendre aux rets du discours dominants et se laisse tuer muni des sacrements du système ? 

26/12/2012, 12:58 | Par vaesoli

et les miradors? z'ont pas pensé aux miradors? et pi les chiens policiers en retraite?

trève de belles conneries, pourquoi ces braves retraités ne participeraient pas à du bénévolat en aides aux devoirs ?

27/12/2012, 01:35 | Par francoise delepine en réponse au commentaire de vaesoli le 26/12/2012 à 12:58

C'est vrai !

26/12/2012, 14:28 | Par Alain ALGAYON

J'apprécie le commentaire de VAESOLI : les retraités ont le devoir de s'investir  dans le bénévolat pour aider les plus défavorisés. Il s'agit simplement d'apporter sa pierre dans l'espoir d'une société meilleure, c à d solidaire. Et non pas de se résoudre à des solutions de facilités comme le préconise LESERPAGES. Avant de punir la violence de nos enfants, il serait plus intelligent  d'identifier l'origine de cette violence. Se poser le question par exemple de savoir pourquoi il n'y a pas de violence dans les bahuts du XVI eme, alors qu'elle existe de manière constante dans les établissements de zones baptisées d'urgence ou autre terminologie du même tonneau par nos politiques. Pour faire court.    

 

26/12/2012, 14:46 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de Alain ALGAYON le 26/12/2012 à 14:28

26/12/2012, 15:14 | Par profil_inactif_305430

Et les jeunes à pôle emploi, oui une bonne idée à la Con !!!!

26/12/2012, 15:46 | Par berto

Bizarre maintenant qu’ils non plus leur maître à penser voilà les anciens ministres qui auraient des idées, mauvaises certes mais cela prouve au moins qu’ils ont un peu de cervelle. Cela permettra de grossir la masse de chômeurs.

 

26/12/2012, 16:01 | Par yarienàvoir

Et les curés, évêques, cardinaux, cathos pur jus en retraite, z'avons qu'à les y mettre aussi puisque les églises, très à droite sur la photo, sont vides...

26/12/2012, 17:20 | Par Lechiffre

QUELQU'UN (pourquoi pas C Lelievre lui-meme) pourrait-il expliciter pourquoi il trouve cette proposition mal adaptee? Je ne vois rien dans le billet ni dans les commentaires , dont les tonalites sont pourtant clairement defavorables). Est-ce simplement parce que ca emane de l'UMP?

26/12/2012, 20:10 | Par Valériane en réponse au commentaire de Lechiffre le 26/12/2012 à 17:20

Tout simplement parce qu'une école n'est pas une prison.

Par ailleurs, dans la mienne d'école, des gendarmes ont fait une intervention sur le thème de la violence tellement pitoyable, en jouant les cow-boys, que des enfants d'à peine 10 ans se sont gentiment moqués d'eux. Nous, les enseignants, avons du intervenir pour que les échanges redeviennent polis et respectueux. Donc, pour "l'autorité naturelle"...c'est pas toujours ça.

26/12/2012, 17:31 | Par Jean-Pierre NOUAL

 

Haro sur les jeunes ! Triste et consternant .

De quoi séduire son électorat de retraité dont est peuplée sa circonscription .

Des idées venues de la droite populaire, voisine de l'autre qui le devient de plus en plus .

JP N

26/12/2012, 18:48 | Par ERKA

A qui la faute ?

Oui. J'ai mis le feu, là.

Mais c'est un crime inouï !

Crime commis par toi contre toi-même, infâme !
Mais tu viens de tuer le rayon de ton âme !
C'est ton propre flambeau que tu viens de souffler !
Ce que ta rage impie et folle ose brûler,
C'est ton bien, ton trésor, ta dot, ton héritage
Le livre, hostile au maître, est à ton avantage.
Le livre a toujours pris fait et cause pour toi.
Une bibliothèque est un acte de foi
Des générations ténébreuses encore
Qui rendent dans la nuit témoignage à l'aurore. […]
Tu jettes, misérable, une torche enflammée !
De tout l'esprit humain tu fais de la fumée !
As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine […]
Il est ton médecin, ton guide, ton gardien.
Ta haine, il la guérit ; ta démence, il te l'ôte.
Voilà ce que tu perds, hélas, et par ta faute !
Le livre est ta richesse à toi ! C'est le savoir,
Le droit, la vérité, la vertu, le devoir,
Le progrès, la raison dissipant tout délire.
Et tu détruis cela, toi 

Je ne sais pas lire !

Victor Hugo, l'année terrible

30/12/2012, 11:52 | Par jean-marie charron en réponse au commentaire de ERKA le 26/12/2012 à 18:48

Merci

27/12/2012, 00:01 | Par EMMA GRAY

Depuis Sarkozy, la présence de policiers au sein des établissements ECLAIR a déjà été prévue. Mais que chacun se rassure: outre le fait que ces fonctionnaires sont très peu visibles faute de moyens, ils sont surtout d'une totale inefficacité et les problèmes de violence perdurent....

Reste un point sur lequel personne ne s'attarde: le cumul emploi-retraite. Je suis enseignante du public et j'ai de jeunes collègues, mères de 3 enfants et âgées d'à peine 35 ans"reconverties" qui y ont eu recours de manière à être rémunérées sur la base d'un temps plein en ne travaillant qu'à temps très partiel .

Je m'insurge contre tous ces fonctionnaires qui utilisent ce moyen peu glorieux pour se libérer des chaînes du travail. Le cumul emploi-retraite", c'est tout simplement fossoyeur de retraite mais aussi d'emploi et en période de très grande crise, c'est aussi faire preuve de bien peu de civisme mais aussi de clairvoyance.

Newsletter