Ven.
22
Aoû

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Voyage à djerba

Voici un an , je décide de partir faire la bourge en thalassothérapie à Djerba.

Je rêvais de passer 8 jours à ne rien faire et à me laisser vivre entre les massages, les algues dans un bain....

"Une fois dans ma vie , je veux savourer cela" me disais je.

 

Me voilà arrivée à Djerba :janvier 2008 ,donc habillée avec le pull à col roulé et bien fatiguée. Rien d'une Carla en déplacement.

Je m'installe dans ma chambre.

Le téléphone sonne, une voix d'homme :

-"bonsoir , j'aimerai passer la soirée avec vous"

-"pardon???? qui êtes vous?"

-"le réceptionniste , je vous trouve belle"

-"j'arrive"

 

Un jeune homme de 20/25 ans.....j'en ai 50 !

J'ai beau savoir que 3 h d'avions lifte (comment vous ne le savez pas ?) je lui demande des explications et pige en 5 mn....que c'est un moyen de gagner de l'argent.

 

Je réalise soudain que pour lui je représente l'espoir d'avoir de l'argent, des papiers pour la FRANCE.

 

 

Je me rendrai compte ensuite que le tourisme sexuel est une réalité que je méconnaissais.Des "vieilles" vont à Djerba assouvir leur besoin sexuel en profitant du besoin financier de jeune en souffrance.

 

Toujours est il, que la chasse à la gazelle a été ouverte pendant 1 semaine (mais que j'ai regretté d'être blonde).

Des jeunes qui imaginent qu'ils vont pouvoir accéder à un eldorado grâce à des femmes .

 

J'ai pu en parler avec les jeune femmes qui me faisaient les soins :elles m'ont expliqué la misère qui pousse ces jeunes à se prostituer (appelons un chat , un chat.).L'une d'elle m'expliquait que son amoureux était actuellement en France avec une "vieille" et qu'il rentrerait l'épouser.

C'était pour elle la seule façon de pouvoir espérer une vie meilleure.

 

Djerba ,c'est aussi et surtout un régime tunisien où chaque personne est surveillée par un voisin qui peut aller à la police.Plusieurs fois je me suis faites arrêter dans la rue par un homme qui me demandait si j'étais avocate.

 

Lorsque je suis rentrée en FRANCE j'ai écrit au dictateur BEN ALI pour lui demander ce qu'il pensait de ces jeunes qui n'avaient pas d'avenir sauf celui de faire "les chiens de plage" (c'est la terminologie employée par les tunisien eux mêmes) à la recherche d'une vieille.

 

Je lui ai aussi indiqué que son régime policier, corrompu était un élément qui faisait que je ne remettrai jamais un orteil dans son pays.

En effet j'ai oublié de vous dire que j'avais prévu d'envoyer 20 euros à une jeune femme.

 

"Tu verras , ça ne passera pas " m'avait t elle dit.

J'ai mis 20 euros dans du buvard avec des photos: elle eu les photos mais pas les 20 euros.

 

BEN ALI ne m'a jamais répondu.Je n'avais pas mis le timbre pour la réponse!

 

Boycottons nos séjours dans ce pays.

Ce sera dire notre respect à un peuple qui vit sous un régime policier et qui méprise le peuple.

 

Tous les commentaires

21/02/2009, 21:21 | Par DanN

Merci de ce témoignage, Dahu, c'est très édifiant.

21/02/2009, 21:26 | Par tambien

merci Dan :pas facile de se lancer dans l'écriture !Il est tentant d'aller en TUNISIE :les prix sont attractifs.Mais le peuple ne voit jamais la couleur de l'argent du tourisme.

21/02/2009, 21:33 | Par DanN

Ado, dans les années 70, je suis allé plusieurs fois en Tunisie, j'y avais constaté la même chose.

21/02/2009, 21:39 | Par tambien

ça n'a pas évolué le tourisme sexuelle m'a laissé sans voix!Des "vieilles" qui viennent uniquement pour "se faire" un jeune m'a laissé un gout de révolte.Elles viennent consommer une marchandise. Effrayant de voir que l'on ramène un humain à un esclave.

21/02/2009, 21:45 | Par Corinne N

Votre témoignage est décapant! Merci de nous faire connaître votre expérience. Je vous promets que je n'irai pas en Tunisie! je déteste le tourisme de masse, et quand en plus il est doublé du tourisme sexuel, je me sens vraiment révoltée!

22/02/2009, 06:22 | Par tambien en réponse au commentaire de Corinne N le 21/02/2009 à 21:45

merci! Il faut imaginer la semaine où sans cesse j'étais prétendument devenu bellllle et où ces jeunes espéraient pouvoir gagner un peu d'argent. Je n'avais qu'une hâte:partir! Ce qui est terrible c'est de savoir que ça continue et que ça continuera :comme la prostitution des enfants en Thailande. Nos restes de colonialisme , sans doute!

22/02/2009, 09:52 | Par Arthur Porto

à propos... Le récit de ce voyage est très intéressant car vous montrez bien l'autre face du "projet d'immigration" et comment dans un pays autoritaire, voire avec des caractéristiques totalitaires, la population et une des franges déterminantes d'un pays, sa jeunesse, est obligée d'utiliser comme stratégie pour survivre un peu moins mal. Outre le caractère sexuel dont nos sociétés, jusqu'à il y a peu dites "nanties", ont nourri l'abus et l'usurpation, ouvrant à des actes d'exploitation humaine. Je pense que monsieur Ben Ali ne sait lire que des lettres de louanges et de compromis avec les puissants... Bienvenue avec ce premier billet.

22/02/2009, 11:23 | Par tambien en réponse au commentaire de Arthur Porto le 22/02/2009 à 09:52

Merci pour vos encouragements :pas facile de se mettre derrière un clavier pour raconter. Bien entendu (vous avez 1000 fois raison) le problème n'est pas seulement la prostitution mais l'immigration. Ces jeunes sont dans la misère (alors que le pays est riche!) et ils espèrent pouvoir s'en sortir en trouvant une vieille qui leur permettra de venir en France. C'est lamentable de n'avoir comme projet à 20 ans que de quitter son pays par tous les moyens. Ben Ali ne laisse pas la LIGUE DES DROITS DE L HOMME rentrer sur son territoire.Nous pouvons voir sur le net , le visage tuméfié d'une avocate interrogée par les services policiers. Le net en Tunisie est bien censuré :vous ne retrouvez pas ce visage!

22/02/2009, 10:29 | Par Art Monica

Chère Dahu, Il est bien-sûr révoltant que des personnes doivent se vendre pour vivre ou survivre. C'est le problème de la prostitution, également choquant qu'il s'agisse d'hommes ou de femmes. Cependant, dès lors que ce sont des personnes majeures qui proposent leurs services, et non des mineurs, libre aux "clients" et "clientes" potentiels de ne pas entrer dans le jeu. Car dans la prostitution, il y a le client et le prostitué. Pas de l'une sans les deux protagonistes. Je ne crois pas qu'il faille pour autant boycotter ces pays, chère Dahu. On boycotterait, à suivre ce principe, de nombreux pays... dont le nôtre. Bien cordialement.

22/02/2009, 11:41 | Par tambien en réponse au commentaire de Art Monica le 22/02/2009 à 10:29

Chère Art Monika Je ne voulais pas cibler mon écrit sur la prostitution mais sur la misère d'une jeunesse qui se vend en espérant pouvoir quitter son pays et survivre. La prostitution en France n'a rien à voir avec celle de DJERBA. En FRANCE, nous ne voyons pas arriver des avions pleins de touristes qui viennent acheter des corps.Le tourisme sexuel n'existe pas en FRANCE sauf les cover girl qu'on offre à quelques président en visite pour les occuper! Pour avoir (du fait de mon travail) travailler (la nuit!) avec des prostitués je peux vous assurer que nous ne pouvons pas parler de la prostitution mais des différentes formes de prostitution. Je n'ai pas, à ce jour, rencontré une ou un prostitué libre de ce commerce.C'et un mythe. Arriver à la prostitution n'est pas un choix de carrière. Arriver à la prostitution c'est: soit être entre les mains de réseau, soit être tombé sur un gentil makro (je pense à une de mes protégé qui l'écrivait ainsi!), soit être tombé dans la négation de soi même et de son corps après un parcours chaotique (viol, inceste etc) , soit être acculé (cf.les étudiantes) à cela pour des raisons financières et de survie, etc. Je sais que certaines associations se battent pour la reconnaissance du métier : si cela peut aider à faire croire que l'on choisit de vendre le plus intime , pourquoi pas? Je reste sceptique sur cette approche de la prostitution comme métier reconnu et comme choix de vie. A mon avis aucun jeune Tunisien disait enfant :"quand je serai grand j'irai à Djerba vendre mon corps à une vieille". La misère , le desespoir les y poussent.

22/02/2009, 16:13 | Par Art Monica en réponse au commentaire de tambien le 22/02/2009 à 11:41

Chère Dahu, Bien entendu je ne suis pas du tout favorable à la prostitution ! Je disais simplement qu'elle existe partout, avec ses violences et ses oppressions. Pour moi, la vente de son corps est une infamie. Et les femmes qui y arrivent ont, dans leur grande majorité, de terribles passés. Dans une petite frange, il y a - cela existe - un choix de vie "facile". En France, il y a aussi des réseaux de jeunes femmes, des pays de l'Est ou d'ailleurs, que l'on fait venir pour les prostituer ou les "marier". Ne nous leurrons pas: cela existe sous nos beaux cieux. Hélas. Enfin, Dahu, je suis blessée par votre terme: vous n'êtes pas une Vieille. Vous serez toujours une femme, quel que soit votre âge, chère Dahu. Ne vous traitez pas ainsi, même si c'est ce que pensent les jeunes prostitués. Je vous en prie.

22/02/2009, 17:05 | Par tambien en réponse au commentaire de Art Monica le 22/02/2009 à 16:13

chére Art Monika, je dis "vieille" car pour ces jeunes c'est ce que nous sommes. J'avais d'ailleurs dit à un jeune qui me suivait sur la plage que je pourrais être sa mère. La notion de vieille est variable :dans notre socièté on emploie des euphémismes 3e age, etc.... Promis Art, je ne dis plus vieille je dis femme mure! Merci Art pour vos post qui poussent toujours à mieux préciser les mots.

22/02/2009, 17:28 | Par fiche_doublon_27827 en réponse au commentaire de Art Monica le 22/02/2009 à 16:13

@Art Monika Ce genre de "mariage" n'est pas nouveau. Je connais une Française d'une soixantaine d'années dont la grand-mère, paysanne analphabète d'une région pauvre d'Italie, fut ainsi "commandée" et "importée" pour épouser son grand-père,Français pauvre, lui-même émigré aux Etats-Unis, lequel , trouvant les Américaines trop libres, préférait s'assurer ainsi une femme soumise ! Ca se passait au début du XXème siècle ...

22/02/2009, 19:52 | Par fiche_doublon_27827 en réponse au commentaire de tambien le 22/02/2009 à 11:41

"A mon avis aucun jeune Tunisien disait enfant :"quand je serai grand j'irai à Djerba vendre mon corps à une vieille"." J'ai connu une élève de CE2, qui disait, sans la moindre provocation, en toute sincérité ( et non naïveté ) : "Quand je serai grande, je ferai pute comme ma tata, pour avoir des sous" ...

22/02/2009, 20:19 | Par tambien en réponse au commentaire de fiche_doublon_27827 le 22/02/2009 à 19:52

Emmanuelle ce que vous me dite m fait penser à une ado dont la maman avait exercé sur les trottoirs et qui me disait aussi vouloir faire pareil. Provoc?reproduction? Si un psy veut nous expliquer on accepte volontiers! En tout cas, ce que j'ai pu constater avant l'arrivée des réseaux (Centre afrique , Est etc) c'est que lorsque les filles acceptaient de se confier elles avaient pour la pluspart étaient dévalorisées dans leurs corps par des abus sexuels soit intrafamiliaux soit exterieurs. On n'arrive pas dans la prostitution par hasard. Si seulement une ou un prostitué lisait médiapart et répondait on apprendrait beaucoup.

22/02/2009, 14:00 | Par Yolaine M

D'accord avec vous Dahu sur la prostitution. J'ai entendu dire que certains pensent rouvrir en France les "maisons closes" et voient la chose comme un progrès... Et bravo pour le premier billet !

22/02/2009, 16:10 | Par tambien

merci Yolande. Rouvrir les maisons closes:encore un moyen de remplir Edvige. Et cela sans jeu de mots

22/02/2009, 16:33 | Par DanN

Un ami d'une personne de ma famille[sic, very sick], racontait, lors d'un apéritif "entre hommes", qu'il était allé passé un week-end à 1000 euros par jour au Portugal, reservé aux chasseurs ; outre le logement et le droit de chasser, les chasseurs avaient à leur disposition des jeunes femmes de 18 ans (environ ?) des pays de l'est à leur disposition. La moyenne d'âge des participants était de 60 ans... ... Insupportable ! Je n'ai d'ailleurs pas supporté... Je suis d'accord, Dahu, que ce n'est pas par choix qu'on vient à la prostitution, pour toutes les raisons que vous avez exposées.

22/02/2009, 17:10 | Par tambien en réponse au commentaire de DanN le 22/02/2009 à 16:33

Dan, j'ignorais que le Portugal se lançait dans le packaging :tourisme (admirait messieurs dames....) et la prostitution. Ce qui est intéressant dans ce que tu nous dis (tout l'est , Dan) c'est qu'en fait les réseaux de l'Est sont tellement bien implantés qu'ils peuvent même fournir des prestations touristiques! Les caïds des réseaux sont intouchables , bien infiltrés et ne seront jamais inquiétés.Pourquoi?

22/02/2009, 16:44 | Par Cnémon

Puisqu'on parle en ce moment de la Guadeloupe, ça existe aussi là bas. Je ne sais pas si les vieilles touristes y partent déjà avec l'idée derrière la tête. Mais elles se font draguer et si elles ont un peu de cervelle comprennent que ça ne sera pas gratuit...Je l'ai vu...

22/02/2009, 17:13 | Par tambien en réponse au commentaire de Cnémon le 22/02/2009 à 16:44

cnémon, j'en avais entendu parler mais j'ignorais si c'était une rumeur ou une réalité. Toi qui a vu qu'en as tu pensé? Au fait, je tutoie est ce que cela vous/tu dérange?

22/02/2009, 17:14 | Par fiche_doublon_27827

La Tunisie a commencé a s'enfoncer dans la dictature bien avant Ben Ali, et les atteintes aux droits de l'homme se multipliaient dans les dernières années du "règne" de Bourguiba qui,de plus en plus manipulé par ses proches, n'exerçait plus véritablement le pouvoir.
La répression était forte, déjà, dans les années 74/75. J'avais un copain de fac dont le père, responsable syndical était en but à de multiples persécutions. Il avait dû s'exiler pour terminer ses études car il était systématiquement recalé à ses examens à Tunis en raison des opinions de son père. C'était pourtant un étudiant brillant!
Au printemps 89, je suis allée en Tunisie avec mon mari et mes enfants, le prix du voyage était dérisoire. Mais nous avons eu beaucoup de mal à éviter ces horribles hôtels avec animateurs, où se concentraient tous les touristes,pour nous loger. Par contre, sur les hauts plateaux, pas un touriste. Dans les villages, on nous regardait débarquer comme des Martiens. Nous y avons été surpris par la misère , mon mari, surtout, qui avait connu ce pays 20 ans auparavant, constatait la dégradation de la situation. Il semble que le développement de ce tourisme de masse ne profite aucunement à la population.

22/02/2009, 17:48 | Par tambien en réponse au commentaire de fiche_doublon_27827 le 22/02/2009 à 17:14

merci Emmanuelle En effet ce tourisme de masse ne profite pas du tout à la population. Compte tenu de l'Etat policier, de la méfiance, de la peur , il est difficile de parler avec les gens. J'ai pu néanmoins parler avec 2 hommes . Un prof qui me disait qu'il ne rêvait que d'une chose fuir la Tunisie :il aimait Djerba mais y était sans cesse surveiller. Le second :un jeune home sur un marché.Il avait les yeux infectés par le vent de sable.j'avais du collyre.Je lui en aie donné.Il m'a parlé en faisant semblant de me vanter les différentes dates :diplômé, il n'avait aucun avenir professionnel et me l'expliquais en regardant sans cesse à droite à gauche.Il avait peur. Il n'a jamais voulu que je paye les dates. J'ai fait semblant de trainer à des bancs de fruits pas loin , j'ai vu que des hommes l'interrogeaient. Vraiment je le redis n'allons plus alimenter un régime policier qui laisse ses jeunes se prostituer. On a suffisamment à alimenter notre régime qui va bientôt demander conseil à BEN ALI!!

19/03/2009, 12:28 | Par Virgil Brill

Dahu, je découvre seulement ton billet et, comme je m'y attendais, c'est un plaisir de lecture. Sur le fond, tu lances une proposition : boycotter la Tunisie. Tu as peut-être raison. Je ne sais pas. Quand j'étais un tout jeune homme, j'avais une position stricte à l'égard de l'Espagne de Franco : non, je n'y vais pas. Y compris un certain été où le petit groupe de mes meilleurs amis avait loué collectivement une grande et belle maison là-bas pour 2 mois. J'ai dit non. Et pourtant j'aimais (j'aime toujours) l'Espagne, sa langue (le castillan) sa littérature, ses poètes, l'idée que je m'en faisais. Mais pas question que je cautionne par ma présence ce régime haïssable ! Je ne me prenais pas pour Malraux mais j'avais l'impression qu'aller là-bas c'était consentir. Et je suis resté tout seul dans mon bourg de campagne, à lire, à traîner dans les bois, à jouer au baby-foot avec mes copains du village. Et puis les filles étaient jolies. L'enfer. Quand ils sont revenus mes amis avaient mille choses à raconter, ils avaient fait la connaissance d'Espagnols de notre âge avec qui ils avaient parlé pendant des soirées entières. Plus tard, après la mort de la vieille ganache sanguinaire, j'ai connu des Espagnols de gauche qui m'ont dit combien l'afflux des touristes venus des démocraties avait été utile, avait constitué pour nombre d'entre eux une sorte d'apprentissage, et que la transition démocratique menée par Suarez et le roi en avait sans doute été facilitée. J'ai repensé à cet été ancien et je me suis senti un peu couillon… Pour la Tunisie je n'ai pas d'avis tranché, mais tu comprends que je m'interroge.

Newsletter