Dim.
19
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Chagrin du jour : André Brink

© Paul Alberts

 Un turbulent silence tombe sur la littérature sud-africaine : André Brink n'est plus. Le verbe, le courage et la colère * restent.  Tout le monde, ou presque, a lu ou vu "Une saison blanche et sèche". Mais l'oeuvre entière mérite un hommage. Voici quelques titres aimés.

 

Peur et précarité à perpète

Bidonville de Stains... on en est toujours au même point : sautera, sautera pas ? Et les Roms, ils vont où si ça "saute" ?  Les femmes*, les bébés*, les enfants* ? Ils vont où ?  En plein hiver ? Pour l'instant, l'activisme des associations suffit tout juste à maintenir la pression. Mais comme au fond tout le reste de la population l'ignore ou bien le sait et s'en fout...

De l'humanisme musical

© d

De l'ordre au chaos et inversement. Musicalement s'entend. Raccourci culotté sans doute mais pas tant que les chercheurs, les créateurs qui ont, entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe,  bousculé les codes structurant la musique savante depuis... Pythagore.

 A la Fondation Royaumont, le 29 janvier, une généreuse "Fenêtre sur cour[s]* intitulée "Venise 1600, Académie vénitienne" a donné à entendre et à comprendre les ressorts de ce foisonnement directement inspiré de l'effervescence scientifique et intellectuelle de l'époque.

"Blasphémateur" ou comment s'en déprendre

J'ai rendu compte ici de la sortie du livre de Waleed Al-Husseini "Blasphémateur, Les Prisons d'Allah". C'est le magnifique plaidoyer pour la tolérance et la laïcité d'un jeune Palestinien de 28 ans qui a eu à connaître,  en sa terre natale, la prison pour délit d'opinion. Et qui a eu à redouter pire encore.

Lassana Bathily : citoyen !

© D.A.

A la cérémonie d'accès à la citoyenneté française de Lassana Bathily (Twt par David Assouline)

Quelle "colère" ?

Et la "colère" de déferler dans le "monde musulman" APRES la prière du vendredi. Il fallait au moins de saintes paroles pour convaincre des foules qui n'ont pas eu le journal entre les mains.

Fanny Capel : "Mes chers élèves"

« Mes chers élèves, Comme vous le savez sans doute, je suis contrainte par des soucis de santé de vous quitter plus tôt que prévu. Je ne pouvais pas le faire sans vous souhaiter toute la réussite possible au lycée, du bonheur dans votre vie personnelle et de belles émotions de lecture…

Cette lettre a aussi un autre but, plus important encore à mes yeux. Après les événements tragiques de la semaine écoulée, je ne peux pas rester muette vis-à-vis de vous. Pas seulement comme enseignante, mais aussi comme citoyenne, comme être humain, tout simplement.

Par-dessus tout, je regrette de ne pas avoir pu mener avec vous l'étude du mouvement des Lumières que j'avais prévu de commencer en cette rentrée. J'espère que vous avez compris que ce n'est plus aujourd'hui un thème scolaire poussiéreux, mais bien une aveuglante question d'actualité.

Newsletter