Mer.
02
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

François Maspero : Les mots ont un sens

C'est un élan commun qui pousse les uns et les autres à écrire sur la disparition de François Maspero. Sans doute y a-t-il des surprises à la découverte, par ces uns et ces autres, des pseudos ou patronymes "touchés" par sa mort. Au fond, cela renvoie à une évidence : il a oeuvré pour le plus grand nombre, "sans trahir", comme l'écrit l'un des contributeurs au billet de MFKA.

Inspirer, créer, partager: Royaumont Festival 2015

© Fondation Royaumont

Après une année 2014 jubilatoire, dans tous les sens du terme, voici venu le temps des évolutions fécondes.  Le programme se déroulera désormais en deux actes musicaux (juin et octobre), séparés par un "entre-actes" chorégraphique (septembre) , le tout labellisé "Festival".

Plan Particulier de Mise en Sûreté : alerte tortue !

Savez-vous exactement quoi faire en cas de catastrophe (industrielle, climatique, géologique) ? Depuis 2002, théoriquement, les règlements administratifs font obligation aux établissements scolaires de mettre en oeuvre une série de mesures de préservation des personnes en cas de risque majeur avéré. Mais....

De la boue entre les oreilles

Le petit Darmanin, qui n'a pas encore quitté le stade oral, a vomi son quatre heures sous forme d'une saillie bien dégueu, bien raciste et bien facho.

Boîte à musique : La Philharmonie

Il fallait bien que la "Cité" prenne du galon. C'est devenu la "Philharmonie", dans le but de faire jeu égal avec les prestigieuses salles d'Europe et d'ailleurs qui accueillent la crème de la crème. Au petit jeu des interprétations sémantiques, on a convoqué l'étymologie pour mettre en avant le côté plus "rassembleur" du mot philharmonie mais au fond personne n'est dupe : "Cité de la Musique" cela signifiait la même chose, en plus "peuple", et c'était très bien. Exit donc la "Cité". Et place à la cour des grands.

"Jeg er Charlie" aussi

Quelques images du rassemblement devant l'Ambassade du Danemark à Paris, ce 15 février

"L''Enquête" ou "Pognon + Politique = mort de la démocratie"

Vu le film : impeccable ! Distribution nickel, scénario limpide sur un sujet inextricable mais que le recul permet découper en séquences qui s'enchaînent implacablement. Il ne manque pas un bouton de guêtre à la machination.

Chagrin du jour : André Brink

© Paul Alberts

 Un turbulent silence tombe sur la littérature sud-africaine : André Brink n'est plus. Le verbe, le courage et la colère * restent.  Tout le monde, ou presque, a lu ou vu "Une saison blanche et sèche". Mais l'oeuvre entière mérite un hommage. Voici quelques titres aimés.

 

Newsletter