Dim.
23
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le Sap n'existe pas : le psychiatre et expert en victimologie, Gérard Lopez

Le psychiatre Gérard Lopez est expert auprès des tribunaux. Il est aussi le président fondateur de l’Institut de victimologie à Paris et fut l’initiateur des premiers diplômes universitaires de victimologie et du premier diplôme de psychotraumatologie en France.

Il enseigne actuellement à l’Université Paris 5, au Laboratoire d’éthique médicale dans le Département de médecine légale (Pr. Christian Hervé) et à l’Institut de criminologie de Paris. Il dirige le Comité européen de la Chaire Unitwin Unesco Abord de la violence, un défi transdisciplinaire.

Le Dr. Lopez conteste totalement le bien-fondé du Syndrome d'Aliénation Parentale (SAP).

Dans une interview du 16 mars 2011 à Paris, le Dr. Lopez explique pourquoi ce syndrome n’existe pas.

Voici la vidéo de l’interview : Interview du Docteur Gérard Lopez : « Le Syndrome d’Aliénation Parentale n’existe pas »

Transcription intégrale de l’interview

« Le journaliste : le Syndrome d'Aliénation Parentale pour vous n’existe pas ?

Le Dr. Lopez : bien sûr, j’ai entendu parler de cette construction complètement idéologique qui fait florès dans les tribunaux, c’est parfait !

Mais vous vous rendez compte ? Si un parent, quand il y a un problème de droit de garde ou un divorce allègue quelque chose contre l’autre parent, bien entendu, c’est dû à ce fameux Syndrome d'Aliénation Parentale.

Il y a un problème ! Le Syndrome d'Aliénation Parentale a été inventé de toutes pièces par un pédopsychiatre américain qui s’appelle M. Gardner qui avait des opinions très curieuses sur la pédophilie.

Il écrivait grosso modo que seuls les juifs avaient pénalisé la pédophilie et que les excès actuels de pénalisation de la pédophilie étaient dus à une dérive de la civilisation judéo-chrétienne. Je ne sais pas si vous voyez un petit peu ce que ça veut dire ?

L’ami intime de M. Gardner était un pasteur qui s’appelait Underwager qui,  lui, avait été mis en examen pour des viols ou des agressions sexuelles commises sur ses filles.

Et puis, évidemment, certaines associations de pères en ont fait leurs choux gras.

Le Syndrome d'Aliénation Parentale n’a jamais bénéficié d’une étude scientifique.

Les statistiques qui sont brandies ne sont pas prouvées. Comment voulez-vous faire des statistiques sur les maltraitances aux petits enfants ? Ce n’est pas possible.

Les statistiques que nous avons qui sont énormes, qui viennent du Ministère de l’intérieur, concernent évidemment les adultes ou les jeunes adultes, pas les enfants.

On ne peut pas faire d’enquête de victimisation sur les enfants. Donc vraiment, c’est absolument absurde.

Que parfois, certains enfants soient manipulés, instrumentalisés par l’autre parent, qu’il y ait des conflits de loyauté, qu’il y ait même des manipulations importantes, c’est fort possible. C’est un travail individuel. Chaque cas est individuel. Ça demande beaucoup de temps, beaucoup de connaissances, et le Syndrome d'Aliénation Parentale c’est vraiment un saupoudrage.

Alors j’en ai des exemples cliniques extraordinaires. Je vous donne un exemple. Un monsieur a disparu pendant 18 mois, il revient, il veut voir sa fille. Sa fille ne veut pas le voir. Il se met à lui crier dessus, après elle ne veut plus voir son père. Donc il y a multiplication des mains courantes, puis  une plainte du père pour non présentation de l’enfant.  Il y a une évaluation par une psychologue qui dit : les discours sont symétriques,  les deux parents sont aptes à élever les enfants,  mais Madame a pu songer à un moment donné qu’il y avait eu des agressions sexuelles, etc. C’est vrai qu’il y avait eu un signalement fait par l’école et pas par Madame.

Donc voilà, l’expertise est terminée. Et finalement, l’enfant est victime d’un Syndrome d'Aliénation Parentale et on ne sait pas qui manipule qui.

Et pourtant, moi je reçois cette personne ici et je lui demande : « Madame, comment s’est passé votre enfance, etc. ? ». Tout s’est bien passé. Et je dis : « votre ex-mari ? » « Ah mon ex-mari ? Eh bien quand il m’a quitté, il m’a cassé le nez. Il a eu 3 mois de prison avec sursis. Il refuse de payer la pension alimentaire ou alors il la réduit à 150 euros au lieu de 450. Il a été condamné à 3 mois d’emprisonnement parce qu’il ne payait pas la pension alimentaire à la mère de sa première fille qui d’ailleurs a fait un certificat comme quoi il est parfaitement un bon père. Il est mis en examen pour fraude fiscale, etc. etc. ».

Donc si l’un des parents manipule, il me semble que le curriculum vitae de Monsieur est plutôt en sa défaveur.

Et pourtant, c’est lui le sympathique et grâce au Syndrome d'Aliénation Parentale, si je n’avais pas soulevé tous ces antécédents judiciaires, vous pouvez être sûr que cette dame aurait perdu la garde de sa fille.

Voilà un des dégâts du Syndrome d'Aliénation Parentale. »

Autre interview « le droit des enfants en régression depuis l’affaire Outreau »

Toujours le 16 mars 2011, le Dr Gérard Lopez dénonce la régression du droit des enfants depuis l'affaire Outreau.

Voir cet article avec la vidéo de l’interview et sa transcription intégrale : Dr. Gérard Lopez : le droit des enfants en régression depuis l'affaire Outreau

Le livre « Enfants violés et violentés : le scandale ignoré »

Le Dr. Gérard Lopez a publié le 9 janvier 2013 un livre sur le thème du tabou de la maltraitance des enfants.

Ce livre s’intitule "Enfants violés et violentés : le scandale ignoré" (éditions Dunod, 2013) 

Dans ce livre, le Dr. Lopez dénonce également les théories anti-victimaires (dont le Syndrome d'Aliénation Parentale - SAP) qui empêchent de protéger les enfants.

Voici un article à propos de ce livre : La maltraitance des enfants : un sujet tabou en France

Newsletter