Ven.
18
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le SAP est criminogène

Sonia Vaccaro, psychologue espagnole, considère le SAP comme "criminogène". Pour elle, c'est un instrument qui perpétue la violence et la maltraitance. De plus, le SAP sert à étouffer des affaires de maltraitance, dont la pédophilie (intra- ou extra-familiale).

Lien du livre de Sonia Vaccaro et Consuelo Barea: "Le prétendu syndrome d'aliénation parentale. Un instrument qui perpétue la maltraitance et la violence" : PAS: presunta sindrome di alienazione parentale de Consuelo Barea et Sonia Vaccaro

En résumé, le SAP et l'idéologie qui le sous-tend, sont une construction pseudo-scientifique dont l'utilisation dans le champ judiciaire a pour conséquence une régression en matière de droits humains, que ce soit ceux des enfants ou des mères qui cherchent à les protéger.

L'apparition du SAP dans toute procédure contentieuse réduit tout à l'aliénation parentale et les victimes se muent immanquablement en coupables. 

SAPblog.gif

Dans ce livre, les auteurs montrent, à travers des recherches approfondies, la vraie réalité du SAP qui n'a aucune base scientifique. Il vise à informer les avocats, les professionnels de la santé mentale et des services sociaux qui souhaitent avoir de bonnes pratiques dans le domaine du divorce et de la garde d'enfants. Il souhaite leur apporter des arguments, de la connaissance et de la rationalité, afin de rendre leur crédibilité aux personnes qui dénoncent de la maltraitance, de la violence ou des abus sexuels sur des enfants.

L'objectif de ce livre est de protéger les enfants, victimes innocentes de l'application de ce prétendu syndrome, de la " thérapie de la menace "qui constituerait un « traitement » valide d'après ceux qui l'appliquent.

Présentation du livre (en espagnol):

"El “pretendido síndrome de alienación parental”, tal como lo ha denominado la Asociación de Psicología Americana (APA), “SAP” por sus siglas en castellano, y la ideología que lo sustenta, son un constructopseudo-científico que ha sido utilizado, desde su creación en Estados Unidos en 1985, en el ámbito de la justicia y en las causas de divorcio en las que se disputa la custodia de los hijos, generando situaciones de alto riesgo para las criaturas y provocando una involución en los derechos humanos de niñas y niños y de las madres que pretenden protegerles. 

El efecto intimidatorio que produce su sola mención en la justicia, facilita que algunos profesionales, regidos sólo por el afán de ganar, lo utilicen habitualmente en los casos controvertidos de divorcio. Este atributo del “SAP” lo convierte en un instrumento “ad hoc” que además invisibiliza el incesto y la violencia de género preexistentes. La aparición del “SAP” en cualquier litigio judicial lo reduce todo a la alienación paterna y convierte automáticamente a las víctimas en victimarios. 

En este libro las autoras presentan, a través de una exhaustiva investigación, la auténtica realidad de este infundado síndrome, carente de toda base científica, desechado en la actualidad en EEUU. Pretenden con él formar e informar a profesionales del derecho, la salud mental y los servicios sociales que quieran llevar a cabo una buena praxis en el campo del divorcio y la custodia y aportar argumentos, desde el conocimiento y la racionalidad, que permitan reintegrar a las víctimas la credibilidad de sus legítimas quejas sobre un progenitor abusivo y negligente. 

El objetivo final de este libro es proteger a las niñas y niños, víctimas inocentes de la aplicación de este supuesto síndrome, de la “terapia de la amenaza”, coacción que proponen quienes lo aplican como único “tratamiento” válido."

Voir en fichier attaché à ce billet un texte (en espagnol) que Sonia Vaccaro a écrit sur le sujet. 

Pour information

Selon le SAP, 98% des dénonciations pour maltraitance et abus sexuel sur enfants seraient des cas d'aliénation parentale, donc mensongères. Or, des études scientifiques prouvent exactement le contraire : 98 % des dénonciations seraient des cas bien réels.

De nos jours, le SAP est utilisé par tous les services de protection de l'enfance et les juges pour traiter les dénonciations. Comme dans 98% des cas, ces dénonciations sont considérées comme mensongères, les enfants ne sont plus protégés et même donnés à leur agresseur (parent abuseur) ou à d'autres agresseurs (placements abusifs).

Pourtant, le SAP (syndrome d'aliénation parentale) n'est même pas un concept scientifique : il a été refusé depuis toujours dans le DSM (répertoire des pathologies psychiques). Voir mon billet à ce propos : http://blogs.mediapart.fr/blog/dominique-ferrieres/091112/refus-du-syndrome-dalienation-parentale-sap-par-le-comite-de-pu

 

L'auteur de ce billet a décidé d'en fermer les commentaires
Newsletter