Mer.
27
Aoû

MEDIAPART

Connexion utilisateur

"Le corps au travail" Comment les intellos regardent l'entreprise. Peu d'espoir pour l'avenir si on en reste là...

Je suis en train d'écouter l'émission d'habitude super de France Inter, La tête au carré : "Le corps au travail"

 

Elle est tellement pleine de préjugés et de pensée unique séculaire franco-française que cela me fait mal...

 

Elle est typique de la situation de pensée transmise par l'Education nationale, elle montre comment la société française et les "intellectuels" et "chercheurs" voient l'entreprise, de loin, comme un objet d'étude, dans laquelle ils ne font que passer mais dans laquelle ils ne travaillent pas.

Ils se permettent de la regarder comme un objet d'étude sociologique... avec leurs préjugés hérités de leurs études...

 

J'aime beaucoup d'habitude cette émission, mais celle-ci me fait bondir, tant elle est typique de l'enfermement de la France dans une vision séculaire de relations sociales figées.

 

On y parle du corps des "ouvriers" déformés par les répétitions, sans voir que les violionistes, les pianistes ou les orfèvres ont la même marque dans leur corps. De même que les innombrables employés de bureau - dont les "chercheurs" eux-mêmes au dos courbé et aux lunettes, les muscles du dos et du corps en général atrophiés...

 

On y voit bien la conception franco-française du travail et de l'entreprise, répercutée par l'éducation nationale et les intellectuels. On est en plein délire !

 

Les relations sociales en France sont un réel problème.

 

Les chefs d'enteprises et les "élites" ayant suivi les "grandes écoles" méprisent les ouvriers.

 

Les ouvriers considèrent les "patrons" - mot venu du terme latin "pater" qui signifie "père" -  comme des escrocs en puissance et ne peuvent s'imaginer avoir une relation humaine normale avec eux.

D'ailleurs dès la 1ère S, les profs disent aux élèves "Vous êtes la future élite de la nation, vous allez devoir bien travailler" (sic!) ceux-ci regardant les autres - littéraires et ES - comme des "cons paresseux". Après leur "prépa" et leur "grande école" ils arrivent en entreprise en continuant à considérer leurs "subordonnés" comme des "cons paresseux".

De même, les ouvriers qui parlent de la "mère Parizot" qui "se fait du fric" etc...

 

J'avais écrit un article en 2008 sur les PME en Allemagne, je vous en redonne le lien.

 

On n'a pas ici des chefs d'entreprises - et non des "patrons"  - qui méprisent leurs ouvriers, mais qui les respectent, comme dans de nombreuses PME allemandes familiales. Ils ont même engagé un cuisinier qui cuisine des produits bio. Il y a deux services dans le réfectoire où les ouvriers et tout le personnel peuvent manger le midi les produits cuisinés pour eux. Il y a des nappes sur les tables...


Les ouvriers, voyant comment le chef d'entreprise, qui est aussi le propriétaire, s'engage pour que tous se sentent bien au boulot, ne les considèrent pas comme des ennemis, mais comme des gens avez lesquels parler de leurs problèmes au boulot et de leurs demandes.

Les ouvriers qui font de bonnes propositions d'amélioration ont une prime pour récompenser le fait qu'ils pensent à améliorer leur poste de travail.

J'ai rencontré des chefs d'entreprises qui font la cuisine pour leurs employés de temps en temps dans la cuisine aménagée dans l'entreprise à côté du réfectoire commun - des entreprises qui ont créé des filiales en France, ce ne sont pas de toutes petites boîtes...

Les liens humains et le respect mutuel au sein de l'entreprise sont tout à fait différents.

Après on s'étonne des performances. Je vous invite à lire mon compte-rendu de visite dans une PME allemande en 2008.

 

On entend aussi parler dans l'émission de la "médecine du travail". J'ai travaillé à Paris entre 2000 et 2002, ce que j'ai vécu comme "médecine du travail" m'a fait dresser les cheveux sur la tête. C'est d'un archaïsme sans nom.

Des médecins devenus quasi-fonctionnaires dans de vieux bureaux, une interrogation sans aucun respect de la personne, où tout le monde peut écouter lorsque l'employé demande "Votre nom? " Votre numéro de téléphone?" Aucun respect de la sphère privée, tous ceux qui attendent peuvent noter...

Ensuite, le tout est d'un ridicule fini, ces gens sont payés à ne pas faire grand chose... Triste...

J'ai travaillé pendant 27 ans en Allemagne avant cette "expérience parisienne"... On dirait le jour et la nuit.

Il existe en Allemagne le système des "Betriebsärzte" et des Vertrauensärtze" des caisses de maladies (il en existe 154 et non un "monopole" comme la Sécu).

La médecine du travail est donc l'organisation de la protection au travail sous la responsabilité des Länder (régions), de l'Etat et des caisses de maladie.

 En outre, le gouvernement allemand a compris qu'il valait mieux "prévenir que guérir" un adage ancien remis à l'ordre du jour.

Les maladies les plus coûteuses, celles qui entraînent le plus de congés maladies, sont des troubles musculosquelettiques et les maladies psychiques.

Et donc les entreprises qui organisent la prévention contre ces maladies sur le lieu de travail ont droit à dépenser 500 € par employé et par an défiscalisés et libres de toutes charges sociales.

 

Il existe donc dans les entreprises des groupes qui font du sport pour muscler le dos, qui apprennent à gérer le stress, à dire non, à décompresser selon certaines techniques de relaxation musculaire, comme celle de Jacobson. Leurs postes de travail sont examinés et adaptés, les chaises de bureau adaptés à leur morphologie, etc. etc.

Et les frais sont co-financés par la défiscalisation et la dispense de charges sociales. C'est donc un donnant-donnant entre l'entreprise, les salariés, l'Etat, les régions et l'assurance maladie.

Mieux vaut dépenser pour avoir des gens en bonne santé - et les y inciter sur le lieu de travail - que de payer lorsqu'ils sont malades, ils en souffrent eux-mêmes et toute la société.

Voilà mes réactions suite à cette émission - pourtant d'habitude si intéressante - bien dans la pensée unique franco-française... le pauvre "ouvrier" dont le corps souffre et le méchant patron qui l'exploite...

 

Il n'y a aucune conscience que l'un ne peut survivre sans l'autre, qu'ils sont donc interdépendants et devraient donc partager un respect mutuel.

Tous les commentaires

17/05/2012, 18:24 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

Pas le temps de tout lire  maintenant , mais du coup il est dans mon tracker , j'y reviendrais plus facilement . 

17/05/2012, 18:51 | Par pmabéché

je recommande

18/05/2012, 09:17 | Par Chris43

Il faut dire que le patron français est loin d'être le patron allemand, ce qui explique que le "dialogue" social français tient plus de la querelle conjugale que du dialogue.

La poule et l'oeuf ?

18/05/2012, 09:35 | Par Marie-Anne Kraft

Excellent ! Cela paraît si évident et pourtant personne ne le dit (sauf Etoile !).

Elle est surtout la  force de l'Allemagne, un esprit d'entreprise responsable, pragmatisme, simplicité, effort et respect de l'autre. C'est très culturel. En parler et en prendre conscience, c'est déjà un grand pas pour faire évoluer les choses, par les comportements citoyens, des employés et des cadres.

18/05/2012, 09:44 | Par Arpège

Concernant les musiciens, il existe maintenant un diplôme de Médecine des Arts-Musique.

Pour le reste, c'est, dans de nombreuses professions, dont la mienne : marche ou crève. Si j'avais su, j'aurais fait intello...

 

18/05/2012, 10:58 | Par Etoile66 en réponse au commentaire de Arpège le 18/05/2012 à 09:44

Clin d'œil

"Si j'avais su, j'aurais fait intello..."

Mais si vous êtes une femme, aucune chance ;-)

 

18/05/2012, 11:33 | Par Arpège en réponse au commentaire de Etoile66 le 18/05/2012 à 10:58

lol j'ai trouvé la parade maintenant je travaille du chapeau :-)

18/05/2012, 15:12 | Par Etoile66 en réponse au commentaire de Arpège le 18/05/2012 à 11:33

Clin d'œilRigolant

18/05/2012, 10:57 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

Ce n'est pas uniquement  une question de patrons , mais de bon sens .. 

Et Le pragmatisme ne tient pas à la nature du patron  ... Puisque c'est l'allemagne qui bloque la seule solution de bon sens pouvant être mise en place . 

Un exemple fabuleux pour montrer l'imbécillité du système actuel 

Autouroutes espagnols en Faillite 

Ces autoroutes sont exploités par des sociétés privées qui ont emprunté aux banques pour payer les expropriations et construire les infrastuctures . 

L'Etat Espagnol va arriver à la rescousse de ces sociétés privées par des systèmes opaques complexes et coûteux qui risquent d'empirer la situation puisque l'une des causes de ces faillites est déjà la baisse du traffic . Ce n'est pas en augmentant les vignettes des routiers  qu'ils l'augmenteront !!!

A se demander si les politiques sont capables de réfléchir !!

Ana Pastor, la Ministre du Développement, n’écarte pas la mise en place de mesures supplémentaires pour trouver des fonds au financement des autoroutes comme une Eurovignette pour tous les camions qui utiliseraient ces voies de circulation, ou la création de péages supplémentaires.

Si l'Etat Espagnol les  nationalisait immédiatement : 

Il éviterait tous les intérêts financiers cumulés 

dont certains de plus lui sont dûs indirectement si certains prêteurs financiers sont des banques appartenant à l'Etat : là il pourrait carrément annuler les créances  ... donc faire de substantielles économies sur les plans de sauvetage . 

Mais pour cela il faut monétiser directement pour les Etats, sans intérêts ou très faibles , pour relancer les infrastructures qui crèent de l'emploi .. 

Donc récupérer le pouvoir de création monétaire pour des RELANCES PUBLIQUES 

18/05/2012, 11:02 | Par Etoile66 en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 18/05/2012 à 10:57

@ Marie Caroline

Votre réponse montre qu'au lieu de réfléchir sur le fond de ce qui est écrit, vous reproduisez votre idéologie, par des affirmations sur les banques et la finance comme sur tous les fils - qui n'ont ici RIEN à voir avec le sujet traité.

Si le problème des autoroutes en Espagne et de la finance vous tient à coeur, faites-en donc un article et vous aurez des réponses sur ce sujet.

Dommage...

19/05/2012, 00:14 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Etoile66 le 18/05/2012 à 11:02

Non , 

Mais votre béatification du système allemand est un peu énervante . 

Oui le système allemand a des  souplesses et des solidarités de fonctionnement (idée collective qui passe devant l'individualisme)  qui n'existent pas en France .. Mais le système français a des capacités d'adaptation qui n'existent pas en Allemagne . 

Sortez l'allemand de son "process", il sera perdu .. Mais il y a beaucoup de bonnes choses dans le process en question .. dont nous ferions mieux de nous inspirer . 

Quand vous dites : 

On n'a pas ici des chefs d'entreprises - et non des "patrons"  - qui méprisent leurs ouvriers, mais qui les respectent, comme dans de nombreuses PME allemandes familiales.

Cela montre juste que vous ne connaissez rien au tissu des PME en France .. Non les patrons ne méprisent pas leurs ouvriers ni leurs salariés .. çà ce sont les médias et l'idéologie de la com médiatique  qui vous expliquent cela , mais allez passer trois mois dans une entreprise française de petite taille , vous verrez qu'il n'y a rien de plus faux que ce que vous venez d'affirmer . Vous comparez des choux et des carottes et des industriels du type Cac 40 à des PME allemandes .. 

Je connais des chefs d'entreprise qui ont eu à vivre  la perte de leur entreprise ;.. ce qui n'est une panacée pour personne :  deux ans après , les salariés  organisaient encore un diner de Noel pour le patron et avec lui bien sûr  , juste pour le souvenir .. Pensez vous que ces "patrons" là méprisaient leurs ouvriers ... Non , mais ceux là vous ne les avez jamais rencontrés et si je peux vous jurer une chose, c'est qu'ils existent en France, comme en Allemagne . 

Mais en France ils n'intéressent personne . Ils ont échoué ... et quelque part , là ou vous avez raison , les gens disent : Bien fait ...Mais l'erreur de jugement ne vient pas des patrons , elle vient des médias qui attisent les rancoeurs en présentant la plupart du temps des visions fausses ... 

 

Et pour conclure , depuis quelques jours , je découvre avec un peu d'étonnement le double jeu de l'allemagne , en particulier sur le plan  industriel et  monétaire , surtout vis à vis des plus faibles , et je n'ai jamais aimé l'hypocrisie , même allemande . Les allemands en ce moment, c'est "faites ce que je dis et pas ce que je fais "..  et il y a une chose que je peux vous garantir Etoile66  , c'est que même avec les meilleurs "patrons" du monde  , le mensonge , l'hypocrisie se retournent toujours contre ceux qui les pratiquent .. Il suffit juste d'être patient . 

 

19/05/2012, 09:50 | Par Etoile66 en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 19/05/2012 à 00:14

@ Marie-Caroline

"Non les patrons ne méprisent pas leurs ouvriers ni leurs salariés "

Pourriez-vous nous trahir un petit secret ?

Dans quel secteur travaillez-vous ?

Il se trouve que je connais fort bien les PME françaises, contrairement à ce que vous suggérez, je travaille avec elles tout autant qu'avec les PME allemandes.

Et la différence est ENORME...

Libre à vous de ne pas le voir...

19/05/2012, 10:23 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Etoile66 le 19/05/2012 à 09:50

@Etoile66

A une époque de ma vie , j'ai bossé dans ce qui s'appelle le "redressement d'entreprises en difficultés" .. 

Mais je dois vous concéder une chose , j'ai vu un changement de mentalité en 15 ans  ... que j'aurais tendance à qualifier de "dégradation"  qui va de pair avec des démotivations certaines et une baisse de pouvoir d'achat . 

Les Allemands sont les champions du "Faites ce que je dis et pas ce que je fais " ... Les fonctionnaires allemands ont été augmentés de 19,88% depuis  2008 .. Les syndicats allemands ont obtenu des augmentations énormes pour certains secteurs d'activité . Les primes versées par les entreprises  en 2011 ont été massives :

Audi a versé à chacun de ses 44.800 employés 8521 euros qui représentent deux mois de salaire d'un ouvrier non qualifié. L'année dernière Audi n'avait versé que entre 5000 et 6000 euros par employé. Porsche a versé 7600 euros par employé, Mercedes seulement 4100 euros par employé, soit 33% de plus que l'année dernière. La prime de BMW n'est pas encore connue mais sera voisine de celle de VW. BMW avait versé l'année dernière une prime de résultat de 6000 euros par employé.

 En octobre 2010 IG Metall avait obtenu 3,6% d'augmentation et la parité entre les salaires des CDI, des CDD et des Travailleurs temporaires.

Par exemple IG Metall avait obtenu  en novembre 2010 l'accord Siemens qui garantit à vie l'emploi pour ses Travailleurs. En Allemagne le patronat a peur des Travailleurs et de leur syndicat.

IG Metall avait lancé pour l'automne 2011 un autre Kurswechsel: le retour à un âge normal du départ à la retraite, et quand IG Metall se lance... il gagne.

http://www.renovezmaintenant67.eu/index.php?post/2012/05/01/L-Ancien-Modèle-Social-en-Allemagne-et-6%2C5-d-augmentation-de-salaire


Alors ce que l'on peut souligner , c'est certainement l'efficacité syndicale allemande , qui grâce à une zone euro captive de la politique allemande, destinée à servir les intérêts de ... l'allemagne .. a réussi ces tours de force , qui se sont produits sur le dos des pays les plus pauvres et des Grecs en particulier . Donc aujourd'hui, après les avoir bien essorés , c'est poubelle ? 

Siemens par exemple, cité dans cet article est la société qui a le plus bénéficié des contrats d'infrastructures des jeux Olympiques d'Athènes , qu'ils ont pu réaliser grâce à l'entrée de la Grèce dans la zone Euro !!!!  Ce que les Allemands dénigrent comme attitude laxiste de la part des Grecs est aussi ce qui a contribué à les enrichir .. 

La Bundesbank  vient de faire avec la BCE en remettant les comptes de Target 2 à 0 , ce qu'elle refuse aux autres pays .. Par contre , elle refuse toute mesure qui permettrait en aidant à la moralisation des comportements , l'amélioration de la situation financière .. Le Droit pour les Allemands, çà s'applique chez eux , mais surtout pas ailleurs si çà peut les gêner . C'est L'allemagne qui a forcé l'acceptation de la Grèce en zone euro . C'est l'allemagne qui a bloqué les enquêtes et les poursuites judiciaires qui auraient DU avoir lieu . C'est L'allemagne qui a la banque Européenne la plus toxique avec la Deutsche Bank , c'est l'Allemagne qui a autorisé une société de Droit Allemand à émettre des produits spéculatifs pour spéculer contre ses alliés !!! (Eurex avec le FOAT) .. A une autre époque , une autorisation de ce type aurait été considérée comme un crime de haute trahison et c'en est toujours un . 

Oui la politique industrielle allemande , comme son organisation syndicale, comme son système immobilier ,comme son système éducatif,   ont des points positifs .. Mais ce n'est pas la peine d'être binaire dans les jugements .. Il y a du bon et du moins bon , comme partout . Il y a des mentalités différentes, une culture différente , mais surtout , quand on est le plus gros pays d'un ensemble , on donne l'exemple et on est plus solidaire que les autres et c'est exactement l'inverse qui se passe . 

Et ce que les Allemands savent si bien faire chez eux , avec des catégories , des spécificités régionales , ils le refusent aux autres pays d'Europe qui devraient tous être en rang alignés derrière les recommandations allemandes , quelques soient leur spécificités?? Meme en sport il y a des catégories de sportifs .. 

Alors ce que les Allemands sont en train de réussir , c'est un développement motivé de la germanophobie de la part des pays du Sud .. Pour une Europe en construction c'est effectivement très productif !!! .. 

19/05/2012, 13:27 | Par Etoile66 en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 19/05/2012 à 10:23

@ Marie-Caroline,

Merci de votre réponse détaillée, mais toujours "orientée" ;-)

Car en fait, vous regardez le présent, sans chercher à en approfondir les causes profondes.

 

"Alors ce que l'on peut souligner , c'est certainement l'efficacité syndicale allemande "

Mais vous êtes-vous jamais posé la question d'OÙ venait cette "efficacité" ?

Puis vous répétez ce que l'on lit partout en France, la "souffrance" des pays qui ont toujours refusé de regarder leur gestion en face, préférant "satisfaire" leur population en vue de la réélection d'une caste au pouvoir.

 

Puisque vous citez la Grèce, vous n'êtes pas sans ignorer que ces deux "partis" au pouvoir, avec chefs de père en fils, sont en fait le règne d'une caste qui s'en fout plein les poches - avec des comptes à l'étranger - au mépris de leur population, bien "drivée" qui les "élit" à tour de rôle.

Le manque total d'administration efficace, permettant entre autres de prélever l'impôt pour une gestion réaliste et équilibrée du pays, vous ne le citez pas. Même pas de cadastre pour "évaluer" les biens fonciers et en prélever l'impôt. Une Eglise fortunée qui ne paie AUCUN impôt. Les "armateurs" et autres gros poissons ne payant non plus d'impôt.

Vous accusez l'Allemagne, c'est très facile et très réducteur.

Si vous aviez vécu jour après jour comment ce pays a géré l'arrivée de 16 millions de personnes - après la chute du Mur - dont aucune n'avait cotisé dans les assurances sociales et qui y ont eu droit du jour au lendemain, les infrastructures catastrophiques à reconstruire - routes cabossées, pas de lignes de téléphone, usines délabrées n'ayant fait aucune réparations depuis la guerre, etc. etc... vous regarderiez à deux fois avant de les accuser ainsi. Ils ont consenti, bénévolement parce que les dirigeants en ont expliqué les enjeux, des sacrifices énormes, stagnation des salaires, le gouvernement montrant l'exemple.

Il n'y a pas eu d'augmentation de leurs salaires pendant 12 ans, c'est cette année que les députés, ministres et la chancelière ont leur première augmentation depuis 12 ans. 

Il n'en a jamais été ainsi en Grèce, ni en France d'ailleurs. Les ministres et politiques grecs n'ont jamais gelé leurs rémunérations.

 

En Espagne, la bulle immobilière, financée en grande partie par les "subventions" européennes, a fait croire au pays aux merveilles finançables à l'envi. En Italie, la "gestion" Berlusconi a été une catastrophe, servant surtout à lui, son empire et ses amis.  Mais c'est bien l'Italie qui l'avait élu et maintenu au pouvoir.

En Irlande, la croissance rapide a tourné la tête de bien des gens, j'y suis allée plusieurs fois et ai été étonnée du gaspillage en tous genres que produisait la richesse soudaine.

Et tout cela ne serait sans aucune conséquence ?

 

Trop facile d'accuser les autres quand on est soi-même partie du "problème". C'est d'abord chez soi qu'il faut faire "ses devoirs" avant d'accuser les autres.

 

"c'est l'Allemagne qui a autorisé une société de Droit Allemand à émettre des produits spéculatifs pour spéculer contre ses alliés !!! (Eurex avec le FOAT) .."

Mais vous refusez d'écrire qu'Eurex est une société privée tout comme Total.

Si on accusait la France dans son ensemble des crimes commis par Total, elle serait mal barrée.

Votre "démonstration" est donc très spécieuse. Ce n'est pas parce qu'Eurex est à Francfort que c'est "l'Allemagne".


"C'est L'allemagne qui a forcé l'acceptation de la Grèce en zone euro."

Là vous y allez très fort. Et la France ???

C'est tout de même la France qui a le plus prêté à la Grèce et qui donc fait pression pour qu'elle ne perde pas tout.

image-315531-galleryV9-wkcg.jpg

 

On peut regarder d'autres répartitions plus précises:

detenteurs-dette-grece.jpg

 

Ces chiffres proviennent de l'Agence grecque de la dette, ils datent de 2011 et sont plus "objectifs" que vos citations ;-)

 

Ce sont les banques et les assurances françaises qui se sont le plus engagées en Grèce.  Et notamment BNP Paribas, que j'ai appelée "bandit de grands chemins" dans cet article : L'arnaque des banques françaises

C'est évidemment la France qui s'est le plus risquée en Grèce et qui donc fait la plus grande pression sur le pays - et non l'Allemagne comme vous le suggérez.



"Oui la politique industrielle allemande , comme son organisation syndicale, comme son système immobilier ,comme son système éducatif,   ont des points positifs .."

 

Vous oubliez de mentionner l'organisation citoyenne, avec une Verbraucherzentrale de 20 millions de membres cotisants - 1/4 de la population - et une organisation "UFC-Que choisir" qui se vante d'avoir d'avoir plus de 141 780 adhérents - soit 0,25% de la population.

 

Cette organisation citoyenne de consommateurs refuse le diktat de certaines sociétés, informe la population des enjeux en détail par des publication dans les journaux locaux - il faut dire qu'avec 430 hebdomadaires d'informations contre 126 en France, (appartenant presques tous à quelques groupes que l'on peut compter sur les doigts des 2 mains) les possibilités sont plus grandes.

 

En avez-vous recherché et analysé en profondeur les raisons et surtout les conséquences pour la vie des citoyens des pays concernés ?

 

Ce serait bien de comparer au système français, d'en chercher les raisons et de regarder aussi vers la Scandinavie qui fait encore mieux.

Mais vous n'en tirez AUCUNE déduction. Avez-vous réfléchi un instant à ces données dans les domaines organisation syndicale, système immobilier, système éducatif, ?

Vous êtes-vous un instant posé la question de savoir d'où venaient ces comportements que vous dites "positifs" ?

 

La "germanophobie" - vous êtes justement en train de la produire, avec des "démonstrations" totalement partiales.

Vous évoquez des situations, vues à travers les lunettes françaises, en en taisant d'autres, en cela votre "jugement" et vos "affirmations" sont totalement déformées.

 

Quant aux PME françaises, allemandes, italiennes, japonaises et chinoises, j'ai eu l'occasion de les observer attentivement sur les différents Salons internationaux !

Et ce que j'ai observé n'est pas du tout au profit des PME françaises qui n'ont pas de culture exportatrice sur le long terme. Elles font certes des "coups" pour leur grande majorité.    Les Italiens, les Japonais et les Chinois sont bien meilleurs et préparent leur visite aux Salons internationaux bien mieux que les PME françaises.  Mes observations sont confirmées par les Douanes françaises et autres "spécialistes". J'en parlais dans cet article en 2009: "La situation est pire que je l'imaginais..."

« Nous observons que les positions acquises par les exportateurs français sont difficiles à tenir. Il y a beaucoup d'entrées, mais aussi beaucoup de sorties, de nombreux échecs », soulignait récemment, dans un rapport du Conseil d'analyse économique, Lionel Fontagné, économiste au Cepii.

« Ceci fait toute la différence avec l'Allemagne, dont les positions une fois acquises sont inexpugnables. »

Une analyse recoupée, pour 2008, par les Douanes : « Si les effectifs d'entreprises «régulières» restent approximativement stables, le nombre d'entreprises sortantes est en hausse, tandis que les entreprises entrantes sont moins nombreuses », analysent-elles.

Le directeur d'Ubifrance aux Etats-Unis, Hervé Ochsenbein : « 75 % des entreprises qui exportent aux Etats-Unis une année ne le font plus l'année suivante. Les entreprises font des «coups».


Ne restez pas juste à regarder vos convictions germanophobes et accusatrices, regardez plutôt lucidement les comportements français, grec, italien, espagnol, irlandais au niveau national et international sur tous les points mentionnés plus haut.

 

Vous écrivez "votre béatification du système allemand est un peu énervante"

Je conçois que vous soyez "énervée", mais ce n'est pas la raison pour refuser de regarder les réalités en face.

En ce qui me concerne, je ne "béatifie" rien, je n'ai aucune référence religieuse, je constate les faits.

Bon week-end, je vais voir mes chèvres et jardiner... Je les ai prises hier soir avant de les quitter avec mon portable...

 

j'ai d'ailleurs suivi les excellents conseils de Corinne N pour le jardinage : Le jardinage sans travail du sol : c'est possible ! que je recommande vivement Clin d'œil

 

20/05/2012, 18:37 | Par Danyves en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 19/05/2012 à 10:23

Siemens par exemple, cité dans cet article est la société qui a le plus bénéficié des contrats d'infrastructures des jeux Olympiques d'Athènes , qu'ils ont pu réaliser grâce à l'entrée de la Grèce dans la zone Euro !!!!  Ce que les Allemands dénigrent comme attitude laxiste de la part des Grecs est aussi ce qui a contribué à les enrichir .. 

 Avec quelque corruption de la part de Siemens de surcroît.

19/05/2012, 18:56 | Par poppie en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 18/05/2012 à 10:57

@Marie-Caroline Porteu :

A propos des autoroutes en Espagne, il est quand même interessant de savoir qu'il en existe 2 sortes : les autostradas et les autovias.   

Les 1ères sont à péages et privées, les 2èmes ... sont publiques et gratuites.  Et le réseau est excellent et important.

Maintenant - ça fait un petit moment que je n'y suis pas allée - j'espère qu'avec le nouveau gouvernement de droite et la crise ( très sévère là-bas ) tout cela n'a pas été remis en question.

C'étaient les subventions européennes qui avaient permis le développement de ce formidable réseau public.

18/05/2012, 15:45 | Par Emmanuel Esliard

Je vous suis, dans votre billet, sauf en son point de départ, mais bon il fallait bien un prétexte pour votre billet !

 

Pour le reste, je suis en accord, avec tout de même une précision, c'est qu'en France il y a eu une constante amélioration du début des années 60 jusqu'au premières années 80, avec notamment de plus en plus de médecins du travail qui prenaient leur rôle au sérieux et servaient leurs conseils éclairés aussi bien en direction des employeurs que des salariés. Puis cela s'est dégradé petit à petit pour en arriver à la situation actuelle, que je qualifierais de catastrophique !

 

18/05/2012, 16:00 | Par Etoile66 en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 18/05/2012 à 15:45

Cher Emmanuel,

C'est rare que nous soyons d'accord, tous les deux ;-)

Je salue donc très bas votre contribution... et vous en remercie.

19/05/2012, 10:57 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

Etoile66

A titre d'exemple , j'avais intitulé un de mes billets : décolonisons l'Europe de l'Occupation Financière .. 

Et la dernière déclaration de Schauble , le mépris du fonctionnement démocratique que cette déclaration induit , le mépris des peuples, me donne envie de changer la fin de ma phrase ... 

Je pense que vous voyez ce que je veux dire !!! et quand j'ai lu cette déclaration , j'ai pensé à mes parents et à mes grands parents , à ce qu'ils avaient ressenti à une autre époque ... L'allemagne se comporte actuellement en Europe comme en pays conquis et c'est intolérable . 

Gouvernement européen : il a osé 

Le pavé est lancé ! Wolfgang Schauble, le ministre des finances de l'Allemagne, vient d'annoncer qu'il se prononçait en faveur de la formation d'un gouvernement européen. La raison ? La bonne santé des marchés.

 

Le mercredi 16 mai 2012 à Aix la Chapelle, Wolfgang Schauble – avant combien d'autres ? – se prononce pour l'évolution des institutions européennes :

"Je serais pour un nouveau développement de la Commission européenne en un gouvernement. Je suis pour l'élection d'un président européen"

rapporte le site d'Europe1.

Vous regarderez la réponse de l'auteur de cet article .. Elle est digne, et humaine  contrairement à Monsieur Schauble dont le discours  est vraiment intolérable surtout pour un Français ... 

 

20/05/2012, 10:52 | Par Etoile66 en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 19/05/2012 à 10:57

@ Marie Caroline

Vous citez cet article d'Agoravox, cherchez toujours des gens qui partagent votre opinion au lieu de vous informer de manière plurielle. Vous avez une idée fixe et cherchez tout ce qui peut la confirmer...  Et en outre, vous êtes en plein dans la pensée unique franco-française. Quand j'entends les journalistes français sur le service public raconter que tous les participants du G8 se sont rangés derrière l'opinion de F. Hollande, c'est à pleurer de désinformation. Il suffirait d'écouter les médias d'autres pays pour voir que c'est de la pure pensée unique.

 

En ce qui concerne Wolfgang Schäuble et la France, je pourrais vous citer non pas un article d'Agoravox où tout le monde peut écrire, mais d'un journaliste qui publie dans un journal officiel. Je citais cet article dont personne n'a parlé en France dans ce commentaire :

 

Sur l'instauration d'une taxe sur les transactions financières, mentionné dans cet article, il faut tout de même signaler - Ludovic devrait le savoir s'il est bien informé - que ce n'est pas l'Allemagne qui n'en voulait pas, mais la France (malgré les déclarations officielles de Sarkozy) qui a lamentablement lâché l'Allemagne sur ce point.

Voici un article d'un journaliste allemand du 13 mars dernier qui traduit la colère devant ce lâchage indigne et sournois. Je le mentionnais déjà dans ce commentaire.  Son titre: "La France brusque la Chancelière Angela Merkel"

"La taxe sur les transactions financières est considérée comme un "favori" de la chancelière.  Mais après la réunion d'hier de 27 ministres des Finances de l'UE à Bruxelles, il semble peu probable que la taxe sur les produits financiers soit mise en pratique.

Angela Merkel (CDU) essaie de renforcer le contrôle financier, mais au moins dans une petite partie des États membres  de l'Euro, elle a perdu son allié le plus important: la France.

Nicolas Sarkozy avait prévu à l'origine d'introduire la taxe sur les transactions financières après la pause estivale - si besoin tout seul.

La «surprise» : François Baroin  se déclare hier tout d'un coup prêt à abandonner la "taxe sur les transactions financières" pour reprendre le "droit de timbre» britannique à partir du mois d'août: "Ce qui compte, c'est ce qui est possible."

 

2209626_m3msw493h280q75v45955_33lm1336.j

 


Le Ministre fédéral des Finances Wolfgang Schäuble (CDU), qui avait prévu une forte résistance a cédé, comme il le dit dans le cercle des ministres: "Si vous ne voulez pas la taxe sur les transactions financières, il faut considérer les solutions de rechange."

Toutefois, Anders Borg, directeur financier en Suède, a rejeté une telle obligation: «Pour nous, c'est inacceptable." Les ministres ne décideront probablement rien.

La présidence danoise doit soumettre d'ici juin une proposition acceptable pour tous"

 

Et je ne vois pas où serait un problème, alors qu'il  y a une monnaie commune de parvenir à une harmonisation des politiques dans les différents pays au niveau politique étrangère, budget et finances...

C'est ce qu'avaient prévu les fondateurs de l'Europe. On a peur en France d'un fédéralisme, je ne sais pas pourquoi. Il marche très bien aux USA, en Allemagne, un peu partout dans le monde.

On a peur de perdre sa souveraineté, sans voir que dans le fédéralisme, chaque Etat garde toute son indépendance et sa souveraineté, au niveau police, justice, Education et même finances, si elles n'entraînent pas l'intervention des autres. Aux USA, quand la Floride est en déficit, c'est l'Etat fédéral qui la soutient, mais il veille en contrepartie à une gestion saine. En Allemagne, quand le Land de Sarre est en déficit, il reçoit de l'argent de l'Etat fédéral central, mais il est "sous surveillance" et doit en contrepartie respecter certaines règles pour revenir à l'équilibre et ne pas se faire subventionner ad eternam par les autres Länder.

La Bavière était un Land en déficit, elle était soutenue par Hambourg par exemple, par le truchement du "Länderfinanzausgleich". Aujourd'hui, la Bavière est florissante et verse sa contribution dans le pot commun pour équilibrer le budget de Länder en déficit. Mais elle regarde bien ce qui se passe pour éviter de payer pour d'autres qui dépenserait cet argent durement gagné à tous vents.

Voici d'ailleurs la situation actuelle. "Geberländer" sont les Länder qui "donnent", Nehmerländer sont ceux qui "prennent":

220px-Laenderfinanzausgleich.png

 

Berlin et Brême sont les plus endettés (en rouge), toute l'ancienne Allemagne de l'Est est encore aidée par les trois Länder les plus florissants. Les 3 Länder qui ont toujours été en équilibre et ont subventionné les autres depuis 1950 sont le Baden-Württemberg, Hambourg et Hessen.

On observe une évolution dans ce système depuis que la Bavière en particulier a démontré que ce système cimentait plus ou moins la position de "preneur de subventions" et qu'il fallait créer des critères incitant les  Länder déficitaires à remettre leurs finances en équilibre sans miser sur les subventions des Länder les plus florissants. C'est d'ailleurs justement la Bavière qui a fait d'immenses efforts, elle avait été subventionnée par le système de 1950 à 1986, et cofinance depuis les autres Länder. Elle est donc en droit de demander cette réforme puisqu'elle se l'est appliquée à elle-même.

Si vous cliquez sur le graphique ci-dessous, vous pouvez en voir l'historique depuis 1950 à 2011, en jaune les anciens Etats d'Allemagne de l'Est :

Péréquation entre les Etats dans un système fédéralPéréquation entre les Etats dans un système fédéral

 

 (Je ne sais pas comment faire pour diminuer le graphique et le rendre cliquable, merci de votre aide. )

 

En Europe, on attend une aide de ceux qui ont des budgets en équilibre et des excédents commerciaux vers les pays en difficultés, mais sans aucune contrepartie de regard sur les budgets. Cela ne peut fonctionner.

 

Les pays qui financent les autres pendant un certain temps ont le droit de regard sur le budget de ceux à qui ils versent la péréquation. C'est une incitation à parvenir à l'équilibre pour devenir aussi pays contributeur.   


C'est ainsi que fonctionne une Fédération, comme les USA ou l'Allemagne, je n'ai jamais compris de quoi les Français avaient peur quand ils entendent le terme "fédéral" pour l'Europe ?

 

20/05/2012, 18:39 | Par Danyves en réponse au commentaire de Etoile66 le 20/05/2012 à 10:52

20/05/2012, 18:41 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

Dans le panneau d'insertion d'images vous avez une ligne dimensions . Il suffit d'ajuster la première valeur  , la seconde se calculera automatiquement . 

Vous avez dans l'article de Philippe Ries une démonstration de la manière dont les allemands se sont débarassés de la dette grecque .. en se récupérant pour elles les injections de la BCE , ce qu'elles refusent totalement pour les autres pays. 

http://www.mediapart.fr/journal/economie/160512/la-crise-est-essentiellement-bancaire-que-se-passe-t-il-dans-target2

« Entre août 2008 et janvier 2012 (des données plus récentes ne sont pas encore disponibles), les banques allemandes ont coupé de 320 milliards d’euros leurs créances sur le reste de la zone euro. 

Les banques allemandes, qui avaient financé avec enthousiasme la vie à crédit des pays périphériques ont tourné brutalement casaque.

C'est la raison pour laquelle les Allemands demandent désormais la sortie de la Grèce de la zone euro . Ils se sont protégés contre les conséquences. 

Vous avez également un blog assez intéressant sur la petite musique de la Buba et la manière dont celle ci a agi pour financer la réunification . 

C'est " Buba" qui a fait payer à toute l'Europe la réunification allemande dans les années 1990 . Dés 1987, " Buba", avait anticipé la chute du mur de Berlin, et derrière la réunification du pays . Elle avait donc décidé d'une politique du " Mark" fort, en faisant monter trés haut ses taux d'intérêt . En 1992, avec la réunification, ces taux montent encore et l'Union Européenne signe le "Traité de Maestricht" : et la monnaie unique .

   " Buba la coquine " ! Il faut accompagner l'arrivée en Allemagne de 14 millions de nouveaux consommateurs, et l'investissement en ex-RDA . Il faut aussi éviter un eode massif des lands de l'Est vers l'ex-RFA . Les entreprises allemandes sont invitées fermement à investir en ex-RDA : les taux d'intérêt élevés, le mark fort, et des augmentations du coût du travail en ex-Allemagne de l'Ouest,  pénalisent les exportations vers l'extérieur, mais un système de crédits bonifiés, de subventions, de provisions à l'investissement favorisent les investissements en ex-RDA . Le Traité de Maestricht et la monnaie unique vont protéger l'économie allemande des dévaluations dans les pays voisins, et donc de toute concurrence proche .

   On appelle cela, se préparer au retour sur investissement .

   Afin de desserrer un peu la relance du commerce extérieur, on accélère l'interpénétration économique entre l'Allemagne et les pays de l'Europe Centrale, dont on prépare l'entrée dans l'UE : sous-traitance des composants et des pièces de machine-outil . Cela fait monter le chômage, mais qu'à cela ne tienne , on le justifie par la réunification, et puis ça ira mieux demain ! En effet ,au milieu des années 2000, on dérèglemente le travail, on gèle les salaires , on soutient des exportations agressives, et le chômage se remet à baisser .


Quand à Eurex , c'est une Société de Droit Allemand et il appartient aux autorités allemandes de vérifier qu'elle agit conformément à la déontologie et à l'éthique . Comme il appartenait à l'Allemagne ainsi qu'à la France de peser pour que la première priorité soit une remise à plat du système grec et des sanctions soient prises contre les gouvernants corrompus et leurs conseils . 

Mais quand le Droit gêne la politique allemande , il n'existe plus .. Alors les leçons de morale des allemands qui ont une influence plus que déterminante sur les technocrates de Bruxelles et sur la BCE .. ils peuvent se les garder pour eux . 

Quand on veut faire la morale on commence par être exemplaire soi même et une chose est sûre , les allemands ne le sont pas ... à part leur comptabilité .

Les Allemands sont d'une hypocrisie insensée avec la taxe sur les transactions financières puisqu'ils savent parfaitement qu'avec 80% De shadow banking , elle est inapplicable sans réforme au fond du système , en particulier en ce qui concerne le trading algorythmique .. Ils ont donc beau jeu de dire la main sur le coeur qu'ils sont pour !!!! .. Cela ressemble comme le reste aux habitudes d'un Schauble , qui me fait vraiment de plus en plus penser à l'Allemagne d'avant guerre . 

Suffisance , mauvaise foi , volonté de puissance , mensonges et  magouilles , comme l'indique sa déclaration du 15 mai sur la nécessité d'une Présidence Européenne non élue .

Effectivement dans ces conditions là et avec de tels individus aussi méprisants  , l'Europe a bien peu de chances de se faire . 

Les Allemands sont totalement noyautés par leurs financiers qui leur dictent  leur politique. La Deutsche Bank est la plus grosse banque au monde .. et c'est aussi l'une des plus toxiques . D'ailleurs , si le plan Eureca du cabinet Berger pour sauver la Grèce  , inspiré du plan de réunification de l'allemagne, n'a pas réussi à voir le jour , c'est bien parce que ce plan ne prévoyait pas l'intervention des financiers .. Ils l'ont donc torpillé immédiatement et Schauble et Merkel ont laissé les financiers le torpiller . Dommage , car c'était une bonne idée . (vous voyez que je sais même reconnaitre le positif venant d'allemagne ) . 

Merkel m'a déçue , je pensais voici trois  ans quand je lisais ses discours qu'elle serait capable de mettre un terme à ces pratiques frauduleuses et criminelles .. Il semble au contraire qu'elle les ait maintenues et s'en soit servie  au détriment des  autres pays européens . C'est elle qui a fait nommer Draghi là ou il est .. C'est elle qui a adoubé toutes les prises de pouvoir des banquiers US en Europe . Elle avait le pouvoir de s'y opposer , elle leur a déroulé le tapis rouge . 

 

Sarkozy n'a jamais été autre chose que le caniche de Merkel depuis trois ans et vous le savez comme moi . 

L'histoire se répète indéfiniment et l'Allemagne nous a déjà fait preuve de sa capacité à tenir des discours de morale la main sur le coeur .. 

20/05/2012, 18:42 | Par Danyves en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 20/05/2012 à 18:41

Deutsche Bank admits US mortgage fraud

Logo on a Deutsche Bank buildingDeutsche Bank took responsibility for the actions at MortgageIT subsidiary

Continue reading the main storyRelated Stories

Germany's Deutsche Bank has agreed to pay $202m (£125m) to settle charges it defrauded the US government over the resale of risky mortgages.

The US Department of Justice said Deutsche's MortgageIT subsidiary lied to get Federal Housing Administration (FHA) insurance for its loans.

The bank admitted responsibility, which cost the federal government $386m when the mortgages defaulted.

Related Stories

20/05/2012, 21:10 | Par ujamaa

Le sujet du billet est : l'intello français ne comprend pas la réalité du travail, tout autant que le corps de l'Éducation Nationale.

Pourquoi ? Que faire ?

J'offre une réponse : tout en France, dès l'école, est fondé sur le faire savoir (lettres de noblesse des diplômes, fond culturel) en oubliant le savoir faire

L'erreur principale est de considérer la culture comme le Combray de Proust avec peu de lien avec la réalité de l'environnement.

20/05/2012, 22:10 | Par Etoile66 en réponse au commentaire de ujamaa le 20/05/2012 à 21:10

" fondé sur le faire savoir (lettres de noblesse des diplômes, fond culturel) en oubliant le savoir faire. "

Merci de revenir au sujet de l'article. Clin d'œil

Pourriez-vous expliquer ?

20/05/2012, 22:30 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

L'intransigeance allemande pour la Grèce pourrait bien sonner le glas de l'Europe . 

http://www.bloomberg.com/news/2012-05-15/if-greece-quits-euro-its-ruin-will-be-pointless.html

En tout cas , le cas Grec montre déjà l'inaptitude des dirigeants de la Troika , sous influence allemande à résoudre un cas qui était sommes toutes plutôt mineur au vu des PIB de toute la zone euro . 

Il montre surtout l'impérieuse nécessité de ne pas construire une politique sur des données  comptables mais de mettre en premier lieu les données humaines et politiques ... 

Il montre que le modèle allemand n'est pas exportable de manière brute .. et pour cause !!!! 

21/05/2012, 09:09 | Par Etoile66 en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 20/05/2012 à 22:30

@ Marie-Caroline

Apparemment vous avez une idée fixe sur l'Allemagne... qui vous empêche de regarder les faits objectivement. Vous avez un point mort du côté français, notamment sur les banques comme la BNP...

 

Votre vision unilatérale du monde qui ne prend en compte qu'une partie des paramètres sans en prendre les autres, je ne peux la partager. Les Grecs sont responsables de "l'élection" de la caste qu'ils ont portée au pouvoir tant d'années avec la gestion catastrophique qui en a découlé pendant des décennies. Cela ne pouvait durer. La solidarité ne peut être à sens unique.

 

Et ici il ne s'agit pas de l'Allemagne qui semble être votre problème, mais de l'ensemble des 27 pays de l'Europe et de ceux qui forment l'Euro.

 

Ce matin, le Portugal et l'Irlande qui ont remis de l'ordre dans leur gestion, demandent aux Grecs de faire de même.

 

Ils ne sont pas prêts à accepter que les Grecs ne jouent pas le jeu. Et ce ne seront pas les derniers.

 

Dans une communauté, il ne peut y avoir que ceux qui reçoivent d'un côté et ceux qui donnent de l'autre. Si la Grèce veut rester au niveau dont elle a profité pendant des décennies - sans réformer son système qui empêche une levée de l'impôt et une administration conséquentes - elle doit s'engager à se réformer dans les années qui viennent.

 

Plus haut, le graphique d'un système fédéral où les plus performants aident les moins performants sur des années et des décennies. Mais cela ne peut fonctionner que si les règles de gestion sont les mêmes pour tous.

 

Lors de l'émission de France Culture hier, les échanges sur la Grèce étaient informatifs, bien que je ne partage pas tout ce qui a été dit. Mais ils jettent une tout autre lumière que la vôtre sur la situation. La réalité doit être entre les deux Clin d'œil

 

Sur le fait que ce sont les Français qui ont le plus prêté aux Grecs et en attendent donc le remboursement, vous ne dites RIEN. Je vous rappelle juste:

detenteurs-dette-grece.jpg

 

les informations sont de sources grecques...

 

Sur le fait que c'est la France qui a renoncé à la taxe sur les transactions financières et non l'Allemagne qui la voulait, vous ne dites rien non plus.

 

En fait, cet article parlait du regard des "intellectuels" sur le travail en France. Je ne vous ai pas lue à ce sujet. Vous essayez toujours de placer votre vision du monde sur tous les fils en faisant des copiés-collés.

 

Votre avis sur le sujet du corps au travail et de l'émission de France-Inter ?

21/05/2012, 09:57 | Par Danyves en réponse au commentaire de Etoile66 le 21/05/2012 à 09:09

21/05/2012, 10:14 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

Sur le corps au travail  je vous concède tout à fait qu'il y a dans la gestion des PME allemandes des points tout à fait positifs, comme dans la syndicalisation des allemands avec des syndicats non politisés .. , l'intérêt au personnel et dernièrement les primes versées aux salariés que je salue .. c'est une reconnaissance de l'entreprise qui parait indispensable .

Ils ont un gros avantages sur nous : ils n'ont pas d'ENA !!!! 

Si vous me lisez depuis un certain temps , vous constaterez que j'ai toujours dit que les clivages politiques en faisant focaliser sur du doctrinal empêchait tout pragmatisme et que le problème syndical français venait aussi de là .  Les opposants à ces notions vous répondront que le risque est de créer des syndicats corporatistes .. 

L'émission de France culture , je ne l'ai pas écoutée , donc pas d'avis . 

Oui je fais une fixation sur l'Allemagne qui comme le dit Ludovic Lamant impose ses points de vue à Bruxelles  et par là même se trouve en position de dirigeant Européen, en voulant imposer à tous , au mépris total du passé et des spécificités géographiques  SON MODELE ... qui ne marche pas , les deux dernières années nous le prouvent amplement .

Pour connaitre un peu des milieux d'entreprise entre les allemands et les français , la réputation générale est la suivante et je trouve cette opinion pertinente : les français sont beaucoup moins organisés , plus fantaisistes , mais champions du Système D .. Les allemands sont pragmatiques , disciplinés , organisés, mais ont beaucoup de mal à s'adapter quand le process doit être modifié .. Et leur position nécessiterait plus de souplesse d'esprit et plus d'humanité . 

A partir du moment ou la Troika donc l'allemagne ont pris le pouvoir en Grèce , la première chose à faire était d'envoyer les gouvernants corrompus et ceux qui les avaient aidés devant la justice . On ne peut passer sa vie à donner des leçons de morale tout en protégeant ostensiblement ceux qui bafouent les lois . 

Les grecs sont en train de reprendre leur destin en main , et visiblement çà déplait .. en particulier aux allemands qui se comportent en pays colonisé et qui ont ruiné un peuple dont ils avaient honteusement profité .. au prétexte de règles comptables truquées  qu'ils ont eux même mis en place . 

Ce n'est effectivement pas l'Europe que je souhaite , ni pour moi ni pour mes enfants . Cette Europe là ne peut que nous conduire à la catastrophe si elle ne nous conduit pas tout simplement à la Guerre .. L'histoire se répète indéfiniment . 

Vous remarquerez comme moi dans votre graphique , la faible part de l'exposition allemande à la dette grecque ... qui confirme totalement l'article de Philippe RIES .. L'attitude de l'allemagne est donc d'une malhonneteté intellectuelle  totale vis à vis de la Grèce , comme vis à vis de ses partenaires européens  une fois de plus ...  Et il faudrait que quelqu'un explique aux Allemands qu'un partenariat n'a rien à voir avec un racket ... mais visiblement , ce sont des subtilités non comptables qui leur ont échappé . 

 

Et pour illustrer ce que je viens de dire , merci Danyves , ce graphique illustre parfaitement la conception allemande du "partenariat" ... Une chose est sûre , quand on laisse en place des  règles qui permettent de traiter ses partenaires de cette manière , vous pouvez d'ores et déjà vous dire que l'Europe sur le modèle comptable allemand et sa conception du partenariat solidaire  n'a aucune chance de voir le jour , puisque  tout se fait au détriment des "partenaires" ... 

ftblog258-590x440.gif

21/05/2012, 12:18 | Par Etoile66 en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 21/05/2012 à 10:14

Merci de votre réponse.

"je vous concède tout à fait qu'il y a dans la gestion des PME allemandes des points tout à fait positifs, comme dans la syndicalisation des allemands avec des syndicats non politisés .. , l'intérêt au personnel et dernièrement les primes versées aux salariés que je salue .. c'est une reconnaissance de l'entreprise qui parait indispensable ."

 

Mais vous ne regardez que ce point - l'économie - sans voir que c'est toute la société qui pratique le consensus et la cohésion, non pas seulement dans l'entreprise mais dans la vie de tous les jours, à commencer par l'école.

 

Vous n'avez toujours pas répondu à la question de savoir d'OÙ venait cette capacité, si elle était innée ou acquise ???

Pensez-vous que les Allemands naissent avec la capacité au consensus et à ce que vous appelez le "civisme" ?

 

Vous ne dites rien sur le fait que le Portugal, l'Irlande et d'autres pays commencent à en avoir assez de voir qu'ils font des efforts et que les Grecs les repoussent aux "calendes grecques" ?

 

Il est étrange de parcourir les médias français et de n'en trouver aucune trace. Comme si la pensée unique qui porte F. Hollande aux nues comme elle l'a fait avec Sarkozy avant, se contentait de s'autocongratuler sans voir que le monde autour de la France ne pense pas comme elle.

 

J'entends d'ailleurs ce matin aux infos que le nouveau ministre de l'Education nationale met fin aux tests PISA qui ont classé la France dans les derniers pour la compréhension de textes et en sciences.

 

Bien sûr, il est plus facile de casser le thermomètre en affirmant tout d'abord que ces tests ne valent rien, plutôt que de regarder les problèmes en face. Je vous informe juste que c'est après le "choc PISA" que l'Allemagne a pris conscience de certains déficits et a mis le paquet pour y remédier, ce qui s'est constaté les années suivantes.

 

En France, on préfère se renfermer encore davantage et élaborer des tests "français" sans aucune comparaison internationale. Il aurait été préférable de proposer des améliorations au système reconnu par tous plutôt que de s'en retirer.

 

Mais ainsi va la France et son conservatisme, son "principe de précaution"... on reste entre soi, se congratule et montre les autres du doigt qu'on accuse de tous les maux...    Libre à vous de faire pareil Clin d'œil

 

21/05/2012, 12:15 | Par Chris43

Le "duel" Etoile-Marie Caroline: un bel exemple que le dialogue n'entraîne pas nécessairement une communication.

Comment voulez-vous que la société change quand 2 personnes, bien informées et, au fond, poursuivant le même but n'arrivent pas à s'entendre (au sens de l'écoute): affrontement au lieu de confrontation. 

Allez, elles sont bien françaises !Sourire

21/05/2012, 12:27 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Chris43 le 21/05/2012 à 12:15

Bien vu ^^^^ et effectivement , je pense  que j'ai besoin de faire des progrès sur "l'écoute" et la compréhension . 

21/05/2012, 12:34 | Par Chris43 en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 21/05/2012 à 12:27

En tout cas merci à vous deux pour la mâne d'informations !

21/05/2012, 14:20 | Par Etoile66 en réponse au commentaire de Chris43 le 21/05/2012 à 12:34

"merci à vous deux pour la mâne d'informations !"

 

De rien, Chris43,  je complète cette "manne d'informations" par un nouvel article ce jour :

Bien évidemment, véritablement, la croissance...

 

 

21/05/2012, 16:45 | Par Chris43 en réponse au commentaire de Etoile66 le 21/05/2012 à 14:20

RigolantAïe: manne !

21/05/2012, 16:48 | Par Etoile66 en réponse au commentaire de Chris43 le 21/05/2012 à 16:45

Clin d'œil

Pas grave, m'arrive souvent...

Newsletter