Sam.
20
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Autisme/Stop à la confusion

Stop à la confusion, le déferlement de haine et d’ignorance, la manipulation et la transgression.

Stop à la confusion, le déferlement de haine et d’ignorance, la manipulation et la transgression. Ce qui arrive là n’est pas tout à fait nouveau. Les tentatives de destruction et de dénigrement des pratiques psychanalytiques et leur savoir-faire clinique ont depuis longtemps  fait leur sombre propagande. Là, elles en remettent un coup, virulent. Profitant du désarroi légitime des parents et de leur implication très forte auprès de leurs enfants, bien légitime aussi, même si parfois un peu plus de distance permet des effets plus pacificateurs (comme pour toute difficulté les plus proches ne peuvent pas toujours être les mieux placés pour aider.. aïe je sens que là déjà j’en dis trop.. ), bref profitant de ce désarroi, surfant sur évaluation, discours scientiste, rentabilité, efficacité, mirages en tous genres, pour contrevenir au mal-être et dénier toute dimension psychique et singulière pour chacun de nous, humaniste a minima plutôt que mécaniste, voilà donc que ces associations outrepassent allègrement leur pouvoir et leur savoir, si mince! Mieux, voilà que l’Etat, et une Instance Publique, la Haute Autorité de Santé (HAS), projettent de se proclamer légitime pour décider quelle thérapeutique est à autoriser ou à interdire. Sortant là effrontément de leur rôle. Psychanalystes, délinquants peut-être? L’attaque est rude et sévère, exorbitante. C’est un plan très concerté, le même qui tente de faire sortir la psychanalyse des enseignements universitaires, le même qui veut fabriquer des psychothérapeutes au rabais.

../ »- L’enjeu, quel est-il ? C’est de savoir où iront les fonds publics. Extrêmement minoritaires, les techniciens du conditionnement comportementaliste voudraient bénéficier désormais d’un soutien exclusif de l’Etat. À cette fin, ils ont excité des parents d’autistes, et manipulé leur souffrance, sans nul doute authentique, pour la transformer en force de frappe anti-psychanalyse et anti-psychiatrie. Ces associations aux maigres  effectifs se sont coalisées, et se sont livrées à un lobbying prolongé. »/..  (note de synthèse  d’un Haut-Fonctionnaire à l’intention de sa hiérachie)

../ »Si la HAS suit les recommandations extrêmes inspirées par « Vaincre l’autisme » et ses experts, cela revient à créer ex-nihilo une bureaucratie médico-sociale pouvant prendre en charge 800.000 personnes et 8.000 enfants chaque année. Nous retrouvons là le type d’utopie inspirée au gouvernement britannique, par les mêmes secteurs scientistes, d’un vaste réseau de centres de psychothérapie comportementale brèves pour lutter contre la dépression et le chômage. Cette vaste usine à gaz a eu du mal à dépasser les Centres expérimentaux. Le changement de gouvernement a mis un terme à ce déploiement et l’on attend la publication des résultats »/..E. Laurent La fin du règne de la HAS.

Une association notamment se démène « Vaincre l’autisme », tel est son nom. « Vaincre l’autisme », quelle curieuse conception, illusoire, rabattue sur le médical, ou sur la guerre .. Vaincre le cancer, vaincre le sida,  la pauvreté  peut-être même,  mais là ne devrait-on pas d’abord et avant tout  mettre en avant  les autistes eux-mêmes, sujets qui pour être « affectés » d’une certaine pathologie de structure n’en sont pas moins sujets; « vaincre l’autisme », pour faire croire que cela peut disparaître?

Pour ma part, je ne reprendrai pas ici les questions autour de la génétique, ni non plus les insuffisances criantes de lieux d’accueil et de soins pour ces enfants, je  dirai ceci:

J’ai été auprès d’enfants et adolescents autistes en pédopsy pendant plusieurs années. Je n’ai pas hésité à y proposer ateliers peinture, journal, comptines, promenades, pour créer un espace de rencontre, et ne me suis pas contentée d’être dans un bureau à « pratiquer des cures ». Qui peut croire cela, qui peut honnêtement faire croire cela, que les psychanalystes qui s’occupent d’autistes pratiquent ainsi la psychanalyse ? Notre équipe était, comme beaucoup d’équipes, dans l’humilité de savoir la plus sérieuse qui soit, attentive à leur souffrance, leur « inadaptation » dit-on maintenant, mais aussi, quand cela était le cas, à leur demande, leur éveil, leur joie. J’ai reçu les parents, seuls ou en couples, en consultations suivies. J’ai donc su combien parfois l’angoisse parentale et l’histoire de la naissance n’étaient pas, bien sûr, sans lien avec l’état de l’enfant. Disant cela je n’accuse personne et bien sûr pas les mères. Ceci étant d’ailleurs plutôt un mythe qu’autre chose. J’ai vu des parents hostiles, avides de vouloir tout savoir de ce que leur enfant « faisait » dans la journée (ceux qui ne parlent pas); méfiants, habités par une certaine détestation de l’autre, sous couvert d’une posture sacrificielle et souffrante. Mécanisme de défense subjective qui ne leur est pas propre, même s’il peut là être exacerbé. J’ai aussi rencontré des parents qui, à mes côtés, essayaient une élaboration, un point de vue, une question, un pas vers l’acceptation de cet enfant issu d’eux, différent, énigmatique, et il faut bien le dire souvent très, très, perturbant. Le pacte thérapeutique alors scellé dans le non-savoir partagé permettait parfois un bougé, un mot, un éveil, un déplacement, par rapport à l’envahissement souffrant que vivent ces enfants. (Le non-savoir n’est pas l’ignorance, il est plutôt une position subjective singulière issue et déchiffrée au cours d’une analyse, nous mettant à l’épreuve de nos positions imaginaires, et de nos certitudes moïques, il n’est pas l’ignorance et ne peut faire l’impasse sur une solide élaboration théorique). 

On mélange des pathologies complexes; ces derniers temps, tout le monde était schizophrène, maintenant tout le monde est autiste; et demain? Absence de rigueur du diagnostic, absence d’humilité, absence de consentement au non-savoir, le matraquage idéologique qui met en avant les méthodes comportementales est hélas très productif. Quand on lit les commentaires sur les sites en ligne, on ne peut que constater majoritairement un aveuglement et une haine contre la psychanalyse, révélant là ce qui ne va pas dans le dire et dans le fantasme: un Autre méchant, trompeur,  dangereux, responsable de tous les maux, un Autre qui ne promet pas le bonheur, qui ne berce pas d’illusions, mais qui dit que nous sommes tous et chacun soumis à l’arbitraire de la castration. Qu’il existe de l’Autre, infranchissable, parfois « irréparable », un arbitraire, un impossible, et que nous devons faire à notre mesure.

Sans doute insoutenable face aux « promesses » comportementalistes. Les méthodes comportementalistes ne sont pas, loin de là, le sauveur suprême; celles-ci sont des méthodes éducatives; elles sont parfois adéquates, parfois trop violentes, pour un sujet en défaut spéculaire, sans accès symbolique (précisons qu’il y a plusieurs autismes et que c’est maintenant la nouvelle lubie d’en voir partout, ce qui était le cas avant de la schizophrénie).Elles sont en tout cas des techniques d’éducation, et comme toutes méthodes éducatives, elles comportent une part de dressage; parfois il est soft et adapté au cas par cas  et pas sans la parole, parfois il est mécanique et s’applique aveuglément de façon objectale. Il ne peut exclure la dimension thérapeutique, cure par la parole quand c’est possible, inventive, et toujours comptant l’autre comme sujet. Là où on invente, on bricole, on apprivoise, on suscite un peu de vie, un par un, à chaque fois.

Il faut bien comprendre que nous, psychanalystes, ne faisons pas sans l'inconscient, et ce que cela dit ou pas, et ce que cela agit qui nous échappe. Nous ne sommes pas au lieu de l'éducatif. (je laisse de côté la question génétique, qui, même si elle était fondée, ne ferait pas d'un petit sujet un être sans corps, sans vie, sans jouissance, sans désir, sans pulsion, un être humain quoi, et pas une machine ou un animal à dresser. La responsabilité psychique qui vaut pour chacun de nous du lieu de l'inconscient, n'est pas à confondre avec la culpabilité, la faute n'est pas la cause, psychique, logique,ce qui fonde et construit le petit sujet dans le désir parental et donc le désir maternel. Tout un chacun qui explore cela dans une analyse, je ne parle pas là d'autiste, sait bien comment nous sommes parlés par l'autre, constituant du désir, notre défense contre le réel.  Les autistes sont verbeux disait Lacan, même s'ils ne parlent pas ils sont pris dans le langage et d'autant plus s'ils ne parlent pas.Il me faut aussi rappeler l'incidence d'une formation psychanalytique "personnelle" longue pour chacun de nous; des publications, des groupes de travail, de réflexion, d'un sérieux qui n'a d'égal que le désir qui y est investi... humblement, mais pas sans  assise théorique. Vous pouvez consulter sans retenue cet excellent travail: Recherches psychanalytiques sur l'autisme: L'autiste, son double, et ses objets. PUR 2009.
Et puis:.. /"Les autistes qui écrivent ne sont pas des fous littéraires. Ils ne croient pas comme ces derniers avoir fait une grande découverte. Ce sont des sujets à prendre au sérieux. Ils s’expriment pour faire savoir qu’ils sont des êtres intelligents, pour être traités avec plus de considération, et pour appeler à un respect de leurs inventions élaborées pour contenir l’angoisse. Souhaitent-ils qu’on interdise légalement leur écoute pour les soumettre, le plus souvent sans leur consentement, à des méthodes d’apprentissage ? Faut-il prendre le parti de les écouter ou celui de les contraindre ? Choisir de les écouter expose à se confronter à des opinions dérangeantes. Une des autistes de haut niveau parmi les plus connues, Donna Williams, n’hésite pas, à l’égard du traitement de l’autisme, à s’engager fortement : « la meilleure approche », écrit-elle, ce serait « celle qui ne sacrifierait pas l’individualité et la liberté de l’enfant à l’idée que se font de la respectabilité et de leurs propres valeurs les parents, les professeurs comme leurs conseillers1 ». Une autre confirme : « … les personnes qui m’ont le plus aidée ont toujours été les plus créatives et les moins attachées aux conventions 2» La psychanalyse n’est pas une, elle est multiple, comme le sont les pratiques psychanalytiques ; elles ont pourtant toutes un point commun : elles sont fondées sur l’écoute de l’autre. Songer à interdire légalement l’écoute d’un groupe humain révèle une idéologie politique sous-jacente des plus inquiétantes. Certes, toute écoute n’est pas psychanalytique, mais comment le législateur fera-t-il la différence entre la pratique psychanalytique nocive de l’écoute et celle bénéfique autorisée?"/.. Ainsi J-Claude Maleval pose-t-il le problème dans une excellente étude appuyée sur les productions littéraires de ces personnes appelées "autistes de haut-niveau". J-C Maleval "Ecoutez les autistes". 
Et puis:::/"La campagne de presse préparée par des professionnels pour soutenir la thèse d’un ensemble d’associations de parents d’autistes raconte une histoire. Elle caricature la psychanalyse pour proposer les seules thérapies comportementales comme solution adaptée à l’autisme dans son ensemble, et sur toute l’étendue de son spectre./..Aux USA, les traitements comportementaux rencontrent des objections et des limites : éthiques, économiques et légales. L’objection éthique porte sur le nombre et l’intensité des punitions à exercer pour forcer l’isolement du sujet. Quel est le juste prix de la greffe d’un comportement répétitif sur un sujet très replié sur lui-même ? Certains pratiquants de la méthode ABA ont pu cristalliser des plaintes pour « comportements non éthiques » envers des enfants. Jusqu’où aussi peut-on transformer les parents en éducateurs intensifs de leurs enfants ? Certains l’ont fait jusqu’à l’épuisement, provoquant une sorte de burn-out parental. Au Canada, pays spécialement sensible à la protection des communautés, l’objection est allée jusqu’à considérer l’imposition de ces comportements comme une atteinte aux droits du sujet autistique comme tel. Il fallait partir de l’autisme pour concevoir des apprentissages appropriés et non imposer l’apprentissage répétitif simple. Entre les deux positions radicales, les USA et le Canada présentent toute une série d’approches mixtes qui souhaitent s’éloigner de techniques rigides, assimilables à un dressage, pour solliciter les particularités de l’enfant dans l’étendue du ‘‘spectre’’ des autismes. Aux USA, les techniques ABA sont plutôt considérées comme le passé."/..Pour en savoir davantage sur les méthodes comportementales E. Laurent "Storytelling et jugement".
Liste non exhaustive : M. Tarrab Les enfants de Skinner et les solutions chimiques / Institut Psychanalytique de l'enfant / Pétition Internationale pour l'abord clinique de l'autisme / L'autisme, grand cause nationale /

De façon plus large  mais étroitement liée :  "La folie n’est concevable qu’irréductiblement liée à la condition humaine." (collectif des 39 contre la nuit sécuritaire) + Guy Baillon  Le pouvoir, la psychanalyse, la psychiatrie, et le désir "d'interdire" + E. Laurent  "Critique de la HAS : une politique anti-ABA pour l’autisme". Lire aussi ce convaincant témoignage  d'une mère d'enfants autistes : J. Berger  Sortir de l'autisme  Buchet-Chastel 2007 et B. Jordan biologiste moléculaire, Autisme, le gène introuvable, de la science au business Seuil 2012.

Alors prenons garde, aujourd'hui l'autisme et demain tout le reste.. 

Tous les commentaires

21/02/2012, 18:59 | Par JEAN-LOUIS RACCA

Bonjour Evah,

 

dites, vous êtes une championne du copié-collé à ce qu’il me semble : les 3/4  de votre papier !!!
Pour dire finalement quoi : « 
Aux USA, les techniques ABA sont plutôt considérées comme le passé. »

Ça s’appelle du wishful thinking, je crois, ça… Car vous avez dû louper cet article du NYT (où l’on voit que votre doctrine préférée ne représente pas précisément l’avenir, tout de même…) « Freud Is Widely Taught at Universities, Except in the Psychology Department » (dois-je traduire ?) :

 

http://www.nytimes.com/2007/11/25/weekinreview/25cohen.html


Si vous voulez quelque chose avec un peu moins de copié-collé, vous pouvez essayer mon modeste : «  JE SUIS DE GAUCHE ET J’EMMERDE LA PSYCHANALYSE », ici :

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-louis-racca/160212/je-suis-de-gauche-et-j-emmerde-la-psychanalyse

 

Bien à vous

21/02/2012, 23:21 | Par ald

"Stop à la confusion"

oui, s'il vous plaît, ça serait aimable de votre part  : la question de la légitimité (ou non) de la psychanalyse en général n'est pas forcément remise en question par le fait que cette pratique ne soit d'aucune utilité démontrée dans la prise en charge des troubles autistiques.


"Profitant du désarroi légitime des parents"

Et si, vous commenciez par épargner aux parents votre compassion misérabiliste, qui ne sert qu'à mieux les mépriser ?

"et de leur implication très forte auprès de leurs enfants, bien légitime aussi, même si parfois..."

et les parents d'enfants non autistes, ils ne sont pas impliqués auprès de leurs enfants ? Cette implication est-elle légitime aussi ? Est-ce vous émettez d'emblée des restrictions à leur égard ? Est-ce qu'ils doivent aussi se précipiter en analyse ?

"bref profitant de ce désarroi, surfant sur évaluation, discours scientiste, rentabilité, efficacité, mirages en tous genres, pour contrevenir au mal-être et dénier toute dimension psychique et singulière pour chacun de nous humaniste a minima plutôt que mécaniste"

Continuez donc à prendre les parents pour des c***, et les spécialistes de l'autisme (en majorité des psychiatres, il est vrai, pas des psychanalystes) pour des charlatans vendeurs de mirages, ça fait vraiment avancer le débat ! La question n'est pas de savoir si chaque individu, autiste ou non, possède une dimension psychique singulière ! Pour autant, on ne met pas toute la population sous psychanalyse, que je sache ! La question est donc bien de savoir ce que la psychanalyse peut apporter de bénéfique à la prise en charge du trouble autistique ! Et à cette question, vous n'apportez aucune réponse !


"voilà donc que ces associations outrepassent allègrement leur pouvoir et leur savoir"

Ah bon  ? Et leurs droits; elles les outrepassent aussi ?

"si mince!"

puisque vous le dites...


"Mieux, voilà que l’Etat, et une Instance Publique, la Haute Autorité de Santé (HAS), projettent de se proclamer légitime pour décider quelle thérapeutique est à autoriser ou à interdire. Sortant là effrontément de leur rôle."

Non, c'est même le premier de leurs rôles, ne vous en déplaise ! Même si l'on peut ensuite (mais avant, c'est mieux car plus constructif) se livrer sans fin à des controverses sur la pertinence de leurs décisions...


"Psychanalystes, délinquants peut-être ?"

non, pas délinquants. Dans ce cas, seulement inefficaces (d'autres prétendent même nuisibles : c'est peut-être exagéré ?)


"C’est un plan très concerté, le même qui tente de faire sortir la psychanalyse des enseignements universitaires, le même qui veut fabriquer des psychothérapeutes au rabais."

C'est à ce point-là que se situe votre défaut de raisonnement. Ce n'est pas parce que la politique de santé mentale de ce pays n'est pas à la hauteur des enjeux que, pour autant, les thérapies et pratiques thérapeutiques anciennes ne puissent pas être obsolètes voire erronnées dans des situations bien déterminées et ce, quels que soient les maladies ou handicaps dont on parle.

 

J'aurais encore beaucoup à dire sur l'argumentation pour le moins constestable que vous menez (sans parler des accusations violentes non étayées que vous portez envers les uns ou les autres) mais le temps de l'écriture n'est pas extensible à l'infini. Je ne retiendrai donc que votre dernière phrase :


"Alors prenons garde, aujourd’hui l’autisme et demain tout le reste."

Je comprends et je ne sous-estime pas votre inquiétude quant à l'avenir de la psychanlyse, de ses adeptes et de ses praticiens mais je crains sincèrement qu'en utilisant l'autisme comme symbole de votre combat, vous ne vous trompiez tout simplement de combat...

au détriment des personnes autistes, qui n'ont pas beaucoup voix au chapître dans votre article.

 

 

22/02/2012, 00:09 | Par Kaze tachinu

Madame, je trouve votre article plein d'intérêt et limpide et je vous en remercie.

22/02/2012, 00:29 | Par Pascal Diethelm

Madame, l'autisme est un handicap trop sérieux pour être traité de la sorte et servir d'otage à une caste qui cherche à tout prix à préserver sa position dominante. Vous écrivez: "Le pacte thérapeutique alors scellé dans le non-savoir partagé permettait parfois un bougé, un mot, un éveil, un déplacement, par rapport à l’envahissement souffrant que vivent ces enfants. (Le non-savoir n’est pas l’ignorance, il est plutôt une position subjective singulière issue et déchiffrée au cours d’une analyse, nous mettant à l’épreuve de nos positions imaginaires, et de nos certitudes moïques, il n’est pas l’ignorance et ne peut faire l’impasse sur une solide élaboration théorique)." Cette logorrhée psychanalytique prétentieuse, surfaite et dénuée de sens signifie simplement: "je suis incompétente". Dites-le sans détour. 

22/02/2012, 00:36 | Par Pascal Diethelm

No comment!

22/02/2012, 07:59 | Par lorenzino

L'enjeu est effectivement de savoir ou ira l'argent public. Pour alimenter le lobby de la croyance psychanalytique ou pour aider vraiment les personnes autistes avec des méthodes qui marchent.

15/03/2012, 13:34 | Par olivier gechter

Désolé madame, mais la haine n'a rien à voir la dedans.

La psychanalyse démontre tous les jours son absence total d'efficacité dans la prise en charge de nos enfants. Elle est même nuisible, beaucoup de professionnels du courant psychanalytiques refusent d'adapter leur diagnostique et leurs méthodes, refusent même de mettre leurs connaissances à jour.

Leur pratique est même agressive, source de stress vis à vis de parents désarmés (et je sais de quoi je parle ayant dû défendre ma femme contre eux. C'en est suivi 4 années de dépression qu'on nous a proposé de soigner pas... la psychanalyse ! ).

Il est urgent d'obliger les psychologues à appliquer des protocoles validés et rien d'autres. Le jour ou la psychanalyse aura un échantillon de prises en charge efficace, scientifiquement évalué en laboratoire avec groupe témoin et statistique, je serai le premier à laisser mon fils dans leurs mains.

Mais pour l'instant, j'applaudis toutes démarches visant à interdire ou geler des pratiques issues d'un autre age.

O.

16/03/2012, 14:13 | Par olivier gechter en réponse au commentaire de olivier gechter le 15/03/2012 à 13:34

Tiens, une définition lue dans le nouvel Observateur : les psychanalystes sont les premières victimes de la psychanalyse. La discipline est "tout d'abord une entreprise de manipulation mentale qui génère sa propre manipulation mentale". Merci à Peggy Sastre et Sophie Robert pour cette belle analyse.

 

20/03/2012, 13:07 | Par Evah

A propos de "manipulation", ici les témoignages des trois psychanalystes et de la façon dont Madame Sophie Robert a oeuvré avec eux dans "Le Mur". Intéressant tout de même. Sans vouloir polémiquer, car cette question du soin et de l'accueil des autistes est très sérieuse et grave.

http://le-cercle-psy.scienceshumaines.com/esthela-solano-suarez-derriere-le-mur-c-est-la-haine-qui-est-a-l-oeuvre_sh_28679

http://le-cercle-psy.scienceshumaines.com/eric-laurent-le-mur-n-est-pas-un-documentaire-mais-un-pamphlet_sh_28678

http://le-cercle-psy.scienceshumaines.com/alexandre-stevens-pourquoi-j-ai-porte-plainte-contre-sophie-robert_sh_28636

Newsletter