Mer.
30
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

[6 septembre] Prochaine journée de l'Appel des appels

"Marché du droit et justice pénale":  cette journée sera consacrée aux transformations de quelques uns des métiers de la justice pénale ainsi qu’aux interrogations et réactions qu’elles suscitent de la part des professionnels.

Peut-on être esclave et heureux ?

Le dernier livre de Roland Gori1, dont le titre nous confronte à une interrogation que nous ne saurions éluder, nous amène à réfléchir à un certain nombre de questions, au carrefour du politique, de l'anthropologique, du psychique et du social. Sans entrer dans les détails, j'en donnerai au moins deux : d'une part, l'importance, l'omniprésence de la technique, des automatismes, des procédures, des protocoles dans nos vies et nos métiers. D'autre partle fond de culpabilité et d'angoisse propre au lien social et à la liberté, à notre liberté, celle qui résulte de l'absence de garantie quand à notre engagement comme sujet de nos actes.

 

La normalité: une nouvelle forme d'imposture?

A l'heure où les papes et les présidents affichent leur normalité, ne sommes nous pas en droit de nous interroger sur le contexte politique et anthropologique qui produit cette société de la norme dans laquelle nous vivons ? La norme serait-elle devenue l'idéal, l'horizon de notre temps ? Jusqu'où cette passion de la norme nous conduit-elle ? Quels renoncements, quels reniements accompagnent cette démission collective ?

Communiqué de l'Appel des appels

A lire aussi sur le site de l'Appel des appels.

NOUS, PROFESSIONNELS du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information, de la culture et de la recherche, avons depuis trois ans attiré l’attention des pouvoirs publics et des citoyens sur les conséquences sociales désastreuses de l’introduction d’une culture issue du capitalisme financier dans nos pratiques de services publics et associatifs.

L’affaire DSK n’aura-t-elle servi à rien ?

Non décidément l'analyse psychologique des personnalités politiques n'est pas la bonne voie pour comprendre et changer notre monde ! Après les derniers rebondissements de l'affaire DSK on aurait pu s'attendre à plus de retenue. Que nenni, c'est Marianne cette fois qui récidive : en couchant toute la classe politique sur le divan !

Politiques sur le divan et vide démocratique

Par Roland Gori et Fabrice Leroy.

Article paru dans le journal "Libération" du 1er juin.

 

Coucher les politiques sur le divan : une psychanalyse sous contrainte ? Un soin sans consentement ! Peu de temps après une réforme désastreuse de la psychiatrie pour les praticiens du soin psychique et pour les patients, instaurant - entre autres - les soins sans consentement jusqu’au domicile, on voit se répandre dans différents médias des «experts» de la psychanalyse déverser des interprétations sauvages d’un fait divers aussi tragique que spectaculaire.

Tous enfermés dehors

Par Roland Gori et Fabrice Leroy. A quelques jours de la discussion à l'assemblée nationale, en séance publique, du projet de loi relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l'objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge, il nous a paru nécessaire de revenir sur le contexte idéologique

Maintien en hospitalisation au delà de 15 jours : contraire à la constitution

Par Roland Gori et Fabrice Leroy. L'article L. 337 du code de la santé publique prévoit qu'au-delà des quinze premiers jours, une hospitalisation sans consentement peut être maintenue pour une durée maximale d'un mois, renouvelable, au vu d'un certificat médical circonstancié indiquant que les conditions de l'hospitalisation sont toujours réunies. Le conseil constitutionnel vient de déclarer cet article contraire à la constitution (Décision n° 2010-71 QPC du 26 novembre 2010).

Rapport Bockel : citoyens responsables ou individus conformes ?

Par Roland Gori et Fabrice Leroy. Le dernier rapport de Jean-Marie Bockel sur la prévention de la délinquance juvénile nous ressert le plat réchauffé du dépistage des futurs délinquants dès l'âge de 2 ans, contre lequel le collectif «Pas de zéro de conduite » s'est battu et se bat toujours avec vigueur et succès.

Newsletter