Jeu.
23
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Les associations dans les Centres de Rétention Administrative (CRA)

Martine et Jean-Claude Vernier

Au menu d’aujourd’hui, deux coups de projecteurs sur la présence des associations dans les centres de rétention, trouvés sur le site de la Cimade (www.cimade.org): la poursuite du ‘’débat’’ entre le ministère de l’immigration et les associations sur l’organisation de l’accès au droit des personnes placées dans les CRA, et le récit de l’aventure compliquée d’un jeune soudanais qui illustre très concrètement la nature du travail d’accompagnement juridique.A la suite de l’annulation par la Justice le 30 octobre 2008 de l’appel d’offre en vue de la réorganisation de la présence associative dans les Centres de Rétention Administrative (www.mediapart.fr/journal/france/301008/centres-de-retention-le-juge-annule-l-appel-d-offres-de-brice-hortefeux), la guerre de tranchée entre le ministère et une dizaine d’associations (Amnesty International, Ligue des Droits de l’Homme, le Syndicat des Avocats de France, les Avocats pour la Défense des Droits des Etrangers, le Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés, …) se poursuit. La Cimade répond aux allégations répétées du ministère sur ses prétendues motivations, et détaille ses propositions : une mission nationale assumée conjointement par plusieurs ONG, françaises et européennes,des équipes opérationnelles mixtes présentes dans tous les centres de rétention, et une équipe pluridisciplinaire d’appui pour assurer le suivi des droits des étrangers, conseiller les intervenants dans les centres et solliciter les partenaires compétents sur les droits de différentes natures. (www.cimade.org/nouvelles/1249-Retention---les-propositions-de-la-Cimade)Application pratique : l’histoire à rebondissements d’un jeune échappé de la guerre du Darfour, qui obtient finalement l’asile de la France. Le centre de rétention où il avait été enfermé aurait pu être l’antichambre de l’expulsion vers la mort, sans l’intervention affûtée de l’association présente sur les lieux. (www.cimade.org/temoignages/1261-Seulement-cinq-jours-pour-formuler-une-demande-d-asile)La pétition pour le retrait de la réforme ministérielle qui modifie les conditions d'intervention de la société civile dans les centres de rétention administrative a recueilli à ce jour près de 72000 signatures. Elle reste d’actualité. On peut toujours la signer (www.placeauxdroits.net/petition2/index.php?petition=5). On peut aussi voir une vidéo de politique fiction sur le sujet (www.cetaitpiredemain.org). --

 

 

 

 

 

(Ajouté le 23 décembre 2008) On trouvera une intéressante analyse de Serge Slama à http://www.rue89.com/2008/12/19/sans-papiers-la-retention-marche-de-la-discorde

Tous les commentaires

13/11/2008, 13:17 | Par Fantie B.

Merci pour ces deux éclairages. Le récent prix Goncourt a récemment pris position contre l'expulsion des Afghans du Calaisis, qui risquent la torture et la mort (comme des Afghans expulsés d'Australie). Auriez-vous plus d'infos, ou un lien ?

Newsletter