Dim.
23
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

La deuxième mort de Marek Edelman

C'était il y a bien longtemps, au ciné-club, quand j'étais étudiant. J'avais découvert le cinéaste hongrois Miklos Jancso et je garde le souvenir de quelques images fortes, notamment celles de « Sirocco d'hiver. »

L'histoire, filmée à un rythme très lent – treize plans-séquences en tout – est celle d'un groupe oustachi réfugie dans la Hongrie de l'amiral Horty. Ces nationalistes croates sont presque tous des fascistes, sauf un, anarchiste : Marko Lazar. Celui-ci est le héros que tout le monde admire, un exemple à suivre, et un problème politique.

Au douzième plan, il est assassiné par ses compagnons.

Le treizième plan montre la prestation de serment des nouvelles recrues de l'organisation, sur le masque du « héros mort au combat », Marko Lazar.

L'anarchiste est devenu une icône fasciste. Vivant, il était dangereux, mort, il est utile.

Cette histoire me revient en lisant l'article que « Le Monde » consacre à Marek Edelman, qui porte bien son nom d'« homme noble », mort à Varsovie en octobre 2009.

Il milita au Bund, mouvement qui prône la lutte des classes, l'émancipation des ouvriers juifs, l'autonomie culturelle juive. Antisionistes, les Bundistes jugent irréaliste la création d'un Etat juif en Palestine, et dangereuse sa déviance nationaliste.

Il fut un des dirigeants de l'insurrection du Ghetto de Varsovie, puis un des militants des droits de l'homme dans la Pologne communiste.

Il fut tout cela, et l'article qui lui est consacré le dit bien.

Mais il fut aussi plus que cela : il fut cohérent dans sa lutte pour les droits de l'homme, et n'admit jamais le sort fait aux Palestiniens.

Alors, pourquoi l'auteur anonyme de l'article du« Monde » ne le dit-il pas ? Il lui suffisait de consulter le portrait de Marek Edelman paru dans ce même journal le 20 avril 2008 et un article du 14 août 2002. Edelman s'adresse alors aux « partisans » et aux « soldats » des « organisations armées palestiniennes ».

Tous les commentaires

04/10/2009, 01:05 | Par Michel93

Un grand bonhomme, en effet.

Je ne doute pas que l'ex-bundiste était sensible au sort des Palestiniens, mais les deux articles du Monde que vous mentionnez n'abordent pas cet aspect.

Le deuxième article cite Elie Barnavi qui explique que M. Edelman a mauvaise presse en Israël parce que c'est un "juif diasporique", tandis que le premier article traite de la lettre ouverte qu'il avait adressée aux "partisans palestiniens" en août 2002 pour leur demander de choisir la voie de la paix. Voir:

http://www.shalomarchav.be/article.php3?id_article=192

05/10/2009, 20:47 | Par JoHa en réponse au commentaire de Michel93 le 04/10/2009 à 01:05

Merci pour cet article de Shalom Archav qui mérite en effet d'être lu : Marek Edelman y précise bien ses positions.

06/10/2009, 21:52 | Par Michel93 en réponse au commentaire de JoHa le 05/10/2009 à 20:47

C'est en fait un article du Monde. Mais vous avez raison, Joha1008: le choix du lien est important lui aussi, il souligne le sens du message de M. Edelman.

04/10/2009, 01:23 | Par pascal b

Un héros.

Le Bund, j'avais appris son existence riche par un livre, "le Yiddihland révolutionnaire", dont le principal contributeur était Alain Brossat.

Un parti avec lequel les polémiques de Lénine, ou Trotsky ou encore Rosa Luxembourg, furent vives, si je me souviens bien.

Le Bund, dont le nom fut presque éradiqué par l'extermination nazie, dont l'histoire fut occultée par les staliniens et les sionistes.

06/10/2009, 23:21 | Par Michel93 en réponse au commentaire de pascal b le 04/10/2009 à 01:23

Merci de ce conseil de lecture, Pascal B. J'étais "certain" de l'avoir lu, tant le titre me paraissait familier. Encore une lacune à combler...

06/10/2009, 23:37 | Par pascal b en réponse au commentaire de Michel93 le 06/10/2009 à 23:21

Et j'ai fait une faute d'orthographe...

Le livre est peut-être épuisé.

Il fit référence, au moins dans les mileux que vous avez fréquentés et dans ceux que j'ai connus.

Bien à vous.

PB

07/10/2009, 01:32 | Par Michel93 en réponse au commentaire de pascal b le 06/10/2009 à 23:37

Epuisé? A priori, non, car il a été réédité cette année chez Syllepse.

Question milieux et fréquentations, mon expérience se ramène en fait à peu de chose. A part une petite librairie alors située impasse Guéménée (à Paris) et une dizaine de week-ends passés chez un lointain parent de Trotsky, en Afrique du Sud…

Mais j’avoue m’intéresser au sujet - pris au sens large - qui nous préoccupe ici.

Cordialement,

07/10/2009, 13:45 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de pascal b le 04/10/2009 à 01:23

A priori le Bund était antisioniste parce qu'il considérait que l'émigration, que ce soit en Palestine ou ailleurs, était irréaliste (personne ne voulait donner massivement des visas aux juifs), et non par anticolonialisme. Il s'efforçait donc de créer un nationalisme juif à usage interne à la Pologne et à d'autres pays limitrophes. Peu de sionistes de l'époque imaginaient d'ailleurs à l'époque que leur projet allait devenir un projet colonial, à mon avis.

07/10/2009, 21:31 | Par pascal b en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 07/10/2009 à 13:45

Ils étaient opposés au projet sioniste qui était minoritaire chez les juifs d'Europe centrale. Ils étaient socialistes ce qui voulait dire à leur époque, être aussi anticolonialistes (surtout en Pologne pays non colonisateur). Sinon je crois que vous avez raison.

05/10/2009, 17:43 | Par Maguy Day

Un autre 3 octobre 1940, la première d'une longue série de lois vichystes sur le statut des juifs est promulguée: ils sont exclus de la fonction publique de l'État, de l'armée, de l'enseignement et de la presse...

Cinq ans plus tard, seulement 3 % des 76 000 déportés raciaux depuis la France (français et étrangers) avaient survécu à la déportation. Au total, les hommes de Vichy ont exterminé près d'un quart des Juifs qui résidaient en France au début de la Seconde Guerre Mondiale.

Lors de l'anniversaire du soulèvement du ghetto de Varsovie en avril 2008, Marek Edelman qui est toujours resté en Pologne a dit: « Quand vous êtes responsable de la vie de 60.000 personnes, vous ne partez pas, abandonnant leur mémoire ».

Longue vie à toi Marek. Ne nous abandonne pas.

06/10/2009, 09:36 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de Maguy Day le 05/10/2009 à 17:43

Effectivement seuls 75% des juifs de France ont échappé à l'extermination.

Rapport avec Marek Edelman, ou la situation des juifs polonais entre 1939 et 1949 (puisque des pogroms antijuifs ont eu lieu même après la défaite nazie) ?

Dommage que la mort de Marek Edelman ne suscite aucune curiosité pour la vie juive actuelle en Europe de l'Est, et le renouveau de l'antisémitisme "violent" qu'on y observe dans certains pays (je pense à la Russie et à l'Ukraine).

Vichy à toutes les sauces...

 

 

06/10/2009, 21:24 | Par JoHa en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 06/10/2009 à 09:36

06/10/2009, 21:59 | Par Michel93 en réponse au commentaire de JoHa le 06/10/2009 à 21:24

@beber999

Le rapport? Nous aurions nous aussi besoin de "juifs diasporiques"?

07/10/2009, 13:41 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de Michel93 le 06/10/2009 à 21:59

Cher Michel93,

personne n'a besoin de nous, mais nous avons le droit d'exister. Pourquoi les juifs devraient-ils être cantonnés à Israël ?

Sur le fond je déplore que le billet et l'unique commentaire émanant d'une journaliste de "Mediapart" se cantonnent à des sujets très largement franchouillards (pas d'obsession sur la Palestine ou sur Vichy en Pologne).

Merci quand même à l'auteur du billet.

08/10/2009, 00:43 | Par Michel93 en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 07/10/2009 à 13:41

béber999,

Vous l'avez bien compris, mon commentaire était "décalé" - comme l'était celui où j'évoquais l'impasse Guéménée. Un peu d'autodérision n'a jamais de mal.

Bien à vous,

Michel

07/10/2009, 13:38 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de JoHa le 06/10/2009 à 21:24

Cher Joha,

Certes mais Marek Edelman était polonais. Plus polonais que les polonais, dirais-je, vu qu'il est resté malgré les pogroms d'après-guerre (le très communiste cégétiste Henri Krasucki a fait rapatrier en France sa mère lors des pogroms de 1968, par exemple).

07/10/2009, 14:29 | Par Anne Guérin-Castell en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 07/10/2009 à 13:38

Pas de pogrom en 68, cher Beber. Les mots ont un sens.

Mais un antisémitisme réactivité délibéremment dès 1967 par le pouvoir (les premières exclusions dans l'armée et dans certaines fonctions datent de cette époque) qui a cherché, et trouvé, résultat de sa propagande ignoble – j'ai à ce sujet un témoignage de première main –, une caisse de résonance dans toute la population. Le tout sous couvert d'antisionisme.

Beaucoup de Polonais juifs n'ont eu d'autre choix que d'émigrer. Ils avaient perdu et leur travail et leur logement. Quelques-uns ont voulu et pu revenir quelques années après, comme le cinéaste Jerzy Bossak.

Mais, dans un cas comme dans l'autre, cela n'a rien à voir avec un quelconque degré de polonité. Plutôt avec une capacité individuelle à vivre un exil plus ou moins long, voire définitif. Tout recommencer à la cinquantaine (cela aurait été le cas de Marek Edelman) ou plus, dans un autre pays, une autre langue… Certains, comme le cinéaste Aleksander Ford, n'ont pu s'acclimater nulle part.

07/10/2009, 14:39 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de Anne Guérin-Castell le 07/10/2009 à 14:29

Merci pour vos précisions, fort bienvenues. "Le Monde diplo" recommande ce mois-ci deux ouvrages sur les Juifs et la Pologne, que je suis impatient de lire.

07/10/2009, 17:47 | Par Anne Guérin-Castell en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 07/10/2009 à 14:39

Pourriez-vous m'indiquer ces deux titres ?

Sinon, pour les années 67-69, je me permets de vous renvoyer à une page de mon site, où se trouve un résumé de mes recherches à ce sujet : http://www.anne-guerin-castell.fr/fr/wojciech-has/poupee1.shtml

08/10/2009, 00:49 | Par Michel93 en réponse au commentaire de Anne Guérin-Castell le 07/10/2009 à 17:47

Anne,

Si béber999 ne vous a pas répondu en privé...

Jean-Charles Szurek et Annette Wieviorka (sous la direction de), Juifs et Polonais, 1939-2008, Albin Michel.

Jean-Yves Potel, La Fin de l'innocence. La Pologne face à son passé juif, Autrement.

08/10/2009, 07:47 | Par Anne Guérin-Castell en réponse au commentaire de Michel93 le 08/10/2009 à 00:49

Merci beaucoup, Michel.

J'espérais que La Peur, de Jan Gross (l'auteur des Voisins), avait été enfin traduite en français.

06/10/2009, 17:02 | Par François Delpla en réponse au commentaire de Maguy Day le 05/10/2009 à 17:43

non, pas le 3 octobre, le 18 !

 

combien de temps encore survivra ce bobard vichyssois ?

06/10/2009, 22:07 | Par Michel93 en réponse au commentaire de François Delpla le 06/10/2009 à 17:02

Loi du 3 octobre 1940 (date de promulgation) publiée au J.O. du 18 octobre 1940?

07/10/2009, 04:46 | Par François Delpla en réponse au commentaire de Michel93 le 06/10/2009 à 22:07

La promulgation, c'est l'édition au JO, et c'est le 18. Avant, rien, pas la moindre annonce officielle, juste quelques bruits. Le 18, la chose est réputée avoir été adoptée en conseil des ministres le 3. Or une délibération a eu lieu le 1er, et c'est tout.

Donc adoption le 3, application à partir de ce jour, etc. = bobards vichyssois.

 

Crus et repris jusqu'à la fin des années 1990 (travaux de Tal Bruttmann) par les bons et les méchants, donc il faudra un siècle pour que la chose soit écrite correctement !

07/10/2009, 10:56 | Par Michel93 en réponse au commentaire de François Delpla le 07/10/2009 à 04:46

Promulgation… Mea culpa, j’ai court-circuité, j'aurai dû dire "date d'adoption".

Eh, ben... Au vu de ce qu'on peut lire sur le net, il y a du boulot à faire.

Sur le fond, pourquoi le régime de Vichy a-t-il fait courir ce bobard? Je vous assure, je vous pose la question en toute ingénuité.

Merci pour votre référence aux travaux de Tal Bruttmann. S'agit-il plus précisément de: "Au bureau des affaires juives. L'administration française et l'application de la législation antisémite (1940-1944)"?

08/10/2009, 04:59 | Par François Delpla en réponse au commentaire de Michel93 le 07/10/2009 à 10:56

bonne référence.

 

En octobre, Vichy commence à avoir l'espoir d'une rencontre Pétain-Hitler demandée depuis juillet (elle aura lieu le 24 à Montoire).

Le statut a été discuté en conseil des ministres le 1er, puis est l'objet d'obscures palabres, certaines avec les Allemands (mentionnées dans un télégramme d'Abetz le 8).

 

Il est publié le 18 (sans certitude à ce jour sur la conformité du texte avec celui du 1er ni sur les évolutions survenues entre-temps) en prétendant faussement qu'il a été adopté en conseil le 3 : le fait de l'antidater tend à prouver à l'occupant que c'est une option de fond et non une opération-séduction destinée à obtenir et à faciliter la rencontre au sommet.

09/10/2009, 00:43 | Par Michel93 en réponse au commentaire de François Delpla le 08/10/2009 à 04:59

Merci pour vos explications.

05/10/2009, 23:09 | Par Grain de Sel HV

Marek Edelman, un homme de bien qui restera dans notre mémoire...

06/10/2009, 10:10 | Par Vingtras

Marek Edelman aurait du obtenir le prix Nobel de la paix.

06/10/2009, 22:49 | Par Grain de Sel HV en réponse au commentaire de Vingtras le 06/10/2009 à 10:10

Et même pourquoi pas à titre posthume.... Il faudrait l'inventer pour lui !

06/10/2009, 23:26 | Par Michel93 en réponse au commentaire de Grain de Sel HV le 06/10/2009 à 22:49

Pour cette année, ce sera un peu juste...Smileys

19/02/2010, 23:29 | Par profil_inactif_28112

_

Newsletter