Mar.
21
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Présidentielle, le 6 mai et les jours d'après

Présidentielle, les jours d’après 

 

Ce que  le peuple souverain  décidera le 6 mai sera primordial pour nos vies.

 

Réglons déjà une chose simple et citoyenne: il faut voter François Hollande pour chasser Sarkozy qui a tant détruit sur son passage et qui s'apprête à porter un coup fatal à la République. Mais cela ne sera pas suffisant, car il y aura le 7 mai et les jours suivants....Les agressions de la finance, l'exaspération des plus fragiles d'entre nous, et la ramification d'une extrême droite qui s'empare petit à petit de la droite parlementaire et du discours public.

 

 

 

 L'hypothèse Weimar

 

Il faut être myope ou inconscient pour ne pas avoir compris que Nicolas Sarkozy allait nous placer dans ce type de situation..Ultra droitier depuis toujours, notre président candidat ne peut que continuer sur son versant autoritaire en faisant intérioriser à son camp les nombreuses théories qui ont toujours composé le projet de droite extrême. Le plus dangereux dans ce petit jeu est justement de faire adhérer une partie de la droite parlementaire a des notions comme l'attaque des corps intermédiaires, le choc des civilisations, le dénigrement des syndicats et des travailleurs qu'ils représentent, la disparition nécessaire d'un droit du travail, le flicage et la poursuite pénale des pauvres, le travail obligatoire, l'ethnicisme, etc...

Cette présidence suit l'évolution d'une partie du courant républicain nord américain: la partie la plus cynique et droitière. 

Cette présidence en ce sens peut s'analyser comme la couveuse idéologique de cette tendance mélangeant le tea party et la droite nationale et faisant le pont avec le milieu des affaires.

En disant décomplexer la droite, cette attitude a ouvert le champ des possibles de l'extrême droite...

Le programme devient simple: libéralisme total pour les marchés financiers , et autoritarisme pour le peuple, ( tolérance zéro pour les uns, dépénalisation pour les autres), et discrimination d'Etat à l'égard des étrangers qui commence avec " les charters"...

Sur ce terreau fait florès les discours les plus violents et les plus dangereux. En témoigne une récente expérience personnelle qui démontre à quel point notre situation  politique devient préoccupante. 

 

A l’initiative d’un café citoyen, (repaire la bas si j’y  suis), j’ai été invité à un débat sur la justice dans une grande ville de l’ouest héraultais, débat comme j’en ai fait des dizaines....

L’ambiance y était un peu étonnante puisque le débat s’est rapidement transformé en invectives, me  traitant de vermine dont il fallait clairement se débarrasser, discours onctueux sur un Front National qui faisait parti de l’arc républicain, le droit des animaux qui serait supérieur aux droits de l’homme .....etc.

Cette soirée particulière se terminait pas la distribution par une personne (se présentant comme professeur) d’un journal intitulé le Lys noir....

La lecture de ce quatre pages est édifiante ( http://lysnoir.tumblr.com/):

Sous un discours pseudo intellectuel et dénonciateur de la société de consommation proposant la décroissance , ce groupe propose ni plus ni moins:

  • la déportation de 3 millions de français en Guyane pour éviter le métissage et assécher la délinquance  on y trouve des phrases comme «dis, tu ne crois pas françois mouloud qu’un voyage te ferait le plus grand bien ?» programme « comment extraire 3 millions de racailles»
  • Proposant une vision ethnique de l’Europe
  • Une prise du pouvoir militaire en cas de victoire de Marine Le Pen

- etc..

Ce type de littérature de potache pourrait être folklorique, si elle ne tordait pas les concepts politiques  et philosophiques dans un seul objectif : abattre la République et transformer la France en régime ethnique .

 

Ce qui est le plus symptomatique c’est la grande apathie de la gauche face à ces évolutions..et l’audience de ce galimatias dans les réseaux citoyens...

 

Si un parallèle avec la République de  Weimar parait trop facile, il convient toutefois d’y faire référence et de s’en souvenir.Relier l’actualité avec l’histoire de  la progression du NSPAD qui amènera Hitler au pouvoir. Cela résonne comme un modèle du genre et fait écho à notre situation actuelle.

 

 

 

 

Construire d'autres hypothèses pour sortir de la spirale de la peur:

 

Le  programme serait long pour répondre aux enjeux de cette élection de premier tour et déjà faudrait-il surement changer de cadre constitutionnel pour une VI éme république plus démocratique..Mais il convient de rester un instant sur le sujet de l'émergence d'un France bleu-brune, 

 

 

Il est acquis, il me semble que l’on retrouve principalement la peur à l’origine du vote brun de ce premier tour. Peur savamment orchestrée par Nicolas Sarkozy depuis au moins dix ans, ministre de l’intérieur intérieur et président de la République relayé par un story teling médiatique efficace. La destruction méthodique de l’Etat de droit est de son entière responsabilité, les débats idiots sur le fond entre laxistes et responsables, angéliques et sécuritaires en arbitrant toujours avec des images stigmatisantes ont été conçues selon son discours par des médias complaisants et avides d’audience. Il n’y a plus le temps d’aucune réflexion, d’aucune analyse, la politique se confond avec l’émotion.  

 

-Construire d' autres territoires de la République

 

 Comment éviter le retour de l'histoire?

 

 Les explications économiques, de l'extension de la pauvreté et de la précarité sont essentielles: la classe moyenne devient prolétaire, les prolétaires des précaires en voie devenir des SDF.  Mais il faut croiser aussi divers autres facteurs dont celui de l'organisation spatiale du territoire et de l'urbanisme qui relève pour un part de l'Etat central mais aussi des collectivités territoriales dont on sait qu'elles sont majoritairement gérés par le PS.

 

 

 

Comme le fait remarquer l'article de mediapart, l'émergence du vote FN se retrouve soit dans les zones désindustrialisées du Nord et dans le Sud qui n' a jamais été industrialisé mais partout dans les zones péri-urbaines.

L'Hérault que je connais bien n'est plus le midi rouge d'antan, en témoigne les chiffres:

Hollande 26,69 %

Sarkozy 25, 31 %

Le Pen 22 %

Mélenchon 13,27 %

Bayrou 6,86 %

 

Ce sont les zones pavillonnaires, les lotissements a perte de vue qui fournissent les plus gros bataillons de ces votes désespérés..J'avais déjà eu l'occasion d'expliquer le ressenti de cette situation dans un article " les chariots de la folie" ( http://blogs.mediapart.fr/blog/gilles-sainati/230111/les-chariots-de-la-folie) nous en avons aujourd'hui la déclinaison politique. Ces villages devenus dortoirs, des vies au bord du naufrage tant la fragilité de l'emploi et  l'isolement ronge toute sociabilité. C'est le repli sur soi qui prédomine, la peur de l'autre qui peut vous prendre votre boulot, ou même votre voiture dont vous avez un besoin impérieux pour aller travailler.. en espérant qu'elle ne tombe pas en panne et que le prix de l’essence ne va trop augmenter.

Il n'y a plus de quartier vivant, plus qu'une suite d'impasses qui desservent des îlots d'habitation. Pas de plan d'urbanisme, le développement a été laissé à l'appétit clientéliste..

Aucune réflexion sur un vivre ensemble. 

 

Il faut  pointer la responsabilité politique des élus locaux dans cette situation, qui n'ont pas été capables de construire une harmonie sociale et  des quartiers vivables .

Un empilement humain à l'horizontal et à perte de vue , cet urbanisme est à revoir mais a produit les pires réflexes individualistes.. 

La venue de la video surveillance cautionnée par nombre d’élus de tous bords puis des voisins vigilants (si un inconnu vient dans votre quartier, signalez le à la police..) donne à cet univers une ambiance bien particulière et agit comme un catalyseur des peurs, peur de l’altérité.

 

 Combattre le Front National, ce n'est pas comme on le croit s'affronter avec des équipes électorales de ce parti, ni débattre du programme: elles n'existent pas..peu d'affiches, quelques tractages, des candidats inconnus aux dernières cantonales...le programme n’est même pas lu, ni connu par le citoyen.

Le vote FN n'est pas un militantisme,  c'est plutôt la croisée de l' acculturation et de l'isolement et une recherche désespéré du Etat protecteur...

Version post-moderne de la servitude volontaire.

 

L'on entend souvent sur les marchés: " on a tout essayé à alors pourquoi pas ceux là ( le FN)".. 

Ainsi le piège se referme: dédiabolisation de la xénophobie d'Etat,  discours de division des français, isolement et précarité des électeurs qui tombent facilement dans ces discours simplistes. ..

 

Il est donc urgent de reprendre des règles permettant de construire des territoires de la République et non des zones pavillonnaires; repenser l'habitat, sortir de ce pays de petits propriétaires promis par l'homme au pouvoir qui n'est lui même propriétaire d'aucun immeuble sur le sol français.

Voici un programme de gauche compatible avec un regard écologique visant a ralentir l'artificialisation des terres agricoles...

 

L'évocation serait encore longue de propositions politiques, mais le temps presse, et il ne semble pas que nous puissions bénéficier des trente glorieuses pour financer tout cela . 

Nous l'avons vu,  l'issue de ce combat contre notre dégradation démocratique et républicaine est aussi et avant tout culturelle. 

 

Construire une culture populaire,  

 

«Quand j’entends  le mot culture, je sors mon revolver» a pu dire un dignitaire nazi( http://www.dailymotion.com/video/x5p5mg_quand-jentends-le-mot-culture-je-so_news)

Cette présidence n’ a pas été loin de cette pensée. Que l’on se souvienne du débat sur la princesse de Clèves, cette volonté de biologiser tout explication culturelle..

 

La culture, c’est bien là l’enjeu...Mais une culture populaire.

Faire de la culture une démarche populaire et le vecteur de notre mixité sociale et conduire cette action vers l’émancipation citoyenne.

La culture est le remède contre la peur, et doit nous porter vers l’universel et nous permettre de lutter contre les régressions qui guettent notre société

Cette démarche est militante en tout premier lieu et ne peut pas se satisfaire d’une politique du guichet ..

Les réductions tarifaires dans les musées c’est bien, mais si la fréquentations des musées et expositions augmentent, cette démarche  se situe encore dans une consommation comme une autre. 

Et puis, comment avec 600 euros par mois se rendre dans une exposition dans un grand centre culturel ?... Lorsque les besoins vitaux ne sont pas satisfaits cette culture paraît encore plus lointaine et creuse le fossé entre les classes sociales.

 

Cette politique doit être complétée de manière urgente, par une culture dans les quartiers populaires: maisons de quartier, centres sociaux,  c’est un réseau militant et associatif qu’il faut recréer.

Les enjeux démocratiques,  économiques, écologiques sont tels qu’il est impossible de ne pas les faire partager : l’art est un porte d’accès à cette dimension politique. Encore faut il éviter a tout prix la ségrégation culturelle.

L’expérience personnelle menée  autour de retour des droits d’usage ( grappillage, glanage) avec des citoyens précaires est une expérience a méditer en ce qu’elle permet en plus d’être une activité economique suscite une démarche culturelle associant une mémoire collective avec des liens de solidarité.

Décloisonner les actions d’insertion avec une démarche culturelle telle pourrait être un axe de politique publique.

Promouvoir des actions de culture populaire pour recréer du lien social et extirper les peurs et les angoisses voici un chemin possible.

Concevoir la République en territoires de culture et non uniquement en terme technocratique de bassin de consommation et d’emploi, c’est redonner un sens à notre  destin collectif. 

 

La France du XXI eme siècle a hérité d’un régime cesaro bonapartiste. Il était urgent que dans notre débat politique s’installe  autour du projet d’une VI République, plus équilibrée entre les pouvoirs et populaire.

Ce n’est pas simplement qu’une lubie politique de constiutionnalistes éthérés. Cette démarche ouvre sur la dimension culturelle essentielle de la citoyenneté. Les politiques sont perçus par par les français comme une élite qui a oublié «la France d’en bas». D’ailleurs cette expression contient en soit toute la morgue et le racisme de classe qui  pousse a façonner des réactions collectives les plus terribles. Un sentiment de décrochage est né dans ces espaces périurbains.

 

Cette évolution politique brune qui sourde sous l’exaspération de la population sonne comme un danger redoublé dans le cadre de nos institutions actuelles 

 

En France, Il ne faut pas oublier les multiples pouvoirs donnés au Président de la République sous la V ème République et notamment l'article 16: " Lorsque les institutions de la République, l'indépendance de la Nation, l'intégrité de son territoire ou l'exécution de ses engagements internationaux sont menacés d'une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation officielle du Premier ministre, des Présidents des Assemblées ainsi que du Conseil constitutionnel."

 

De multiples hypothèses peuvent recevoir l’application de ce dispositif., . 

Notre constitution peut ainsi être l'instrument d'une guerre sociale contre toute résistance démocratique et syndicale. Du reste le dénigrement par le président actuel  des syndicats  pour le 1 ° mai 2012 n'est que l’euphémisation de cette guerre sociale..Nous sommes loin du modèle de négociation collective  allemand tant vanté il y quelques semaines !!!

 

La France prise dans une tempête financière  comme en Grèce, pourrait conduire le Président-candidat a utiliser les pouvoirs exceptionnels pour administrer les recettes de choc proposées par le FM I et la commission...Il semble bien  alors que la France ait besoin « présidence normale» pour  affronter ces situations exceptionnelles.

Chasser la techno-finance, sortir de l’illusion mécaniste, donner chair à des solutions de re-localisation industrielles  et paysannes par le soutien effectif des salariés, ouvriers, et paysans. Bref faire confiance au militantisme issu du peuple c’est tout l’enjeu de ces prochaines années.

Pour la République , dans les jours d’après la présidentielle s’ouvre une reconquête culturelle et politique dans ces no man’s land crées par l’avidité des spéculateurs  et la consommation dénuée de tout sens de la destinée humaine. 

Le militantisme qui s’est développé lors de cette campagne de premier tour autour du Front de Gauche a bien été le seul porteur de ces espoirs et d’aspirations citoyennes et ne peut souffrir  de combinaisons politiques. L’aventure malheureuse de EELV doit servir de leçon à tous ceux qui pensent que des petits arrangements d’arrière boutique peuvent remplacer l’action militante dans les quartiers populaires. Afin d’éviter toute illusion, la gauche qui s’est exprimée au premier tour doit continuer inventer la voie autour du programme l’Humain d’abord, compte tenu des enjeux fondamentaux qui sont posés. L’invention politique, sociale, culturelle est urgente.

GS

Tous les commentaires

27/04/2012, 00:16 | Par christian paultre

Il me semble que le développement des idées d'extrème droite en Europe qui est très conflictuel, par les polémiques qu'il soulève  va faire progresser la réflexion politique.

JLM fin politique, l'a bien compris faisant de MLP une cible pour ses démonstrations d'une nouvelle politique

01/05/2012, 12:30 | Par IVANA FULLI en réponse au commentaire de christian paultre le 27/04/2012 à 00:16

"le développement des idées d'extrème droite en Europe qui est très conflictuel, par les polémiques qu'il soulève  va faire progresser la réflexion politique"Ecrivez-vous.

Mon impression est qu'au contraire les politiciens se sont engagés dans des assaults stériles et trouvent en la crise fiancière et la montée de l'estrême droite un prétexte à ne pas prendre d'engagements clairs et précis.

NB: ce n'est pas une charte du justiciable qui va faciliter l'accès au droit -nous avons l'exemple de la charte du contribuable de M Coppé- et le magistrat qui tient cet excellent  blog a oublié de nous proposer une moralisation des barreaux indispensable pour que  la justice française cesse d'être une justice à deux vitesses.

Dans ma modeste réalité de commentateur sur mediapart et sur le blog Justice au singulier c'est aussi plutôt le contraire qui se produit.

Il m'est impossible d'écrire mon avis argumenté sans me faire insulter en retour  par des gens prétendumment de gauche. J'ai eu droit hier -journée d'expérimentation pénible mais riche d'enseignements- à des insultes xénophobes sur la mauvaise qualité de mon français , des accusation d'être une malade mentale délirante procédurière (l'épithète est de moi), un troll UMP, une lepéniste, une coincée ne comprenant pas le libertinage et jalouse de la fortune de la mllliardaire Anne Saint-Clair. 

Hier "guitard est allé jusqu'à poster en commentaire un texte authentiquement de ma main mais tronqué et présenté comme tiré d'un blog imaginaire que je suis "accusée"" de tenir sur le site "Le Figaro"!

http://blogs.mediapart.fr/blog/ivana-fulli/300412/quels-efforts-fait-mediapart-pour-faire-respecter-sa-charte-alertes-du-

http://blogs.mediapart.fr/blog/ivana-fulli/290312/le-militantisme-fait-de-menaces-et-dinsultes-faciles-venues-danonymes-f

Sur le blog de M Bilger j'étais au même moment  -en conservant sincèrement la même opinion politique et le même comportement de discussion argumentée-  accusée d'être une gauchiste militante et j'avais été é accusée par un Jean-paul Ledun, (actif militant UMP auprès de la communauté française de  Vienne auto proclamé)  de me répandre en commentaires sur JAS parce que j'aurais tenu un blog "pas terrible" sur mediapart et que le manque de commentaires m'auraient frustrée.

http://blogs.mediapart.fr/blog/ivana-fulli/150212/m-jean-louis-ledun-calomniant-un-blog-alors-inexistant-le-13-02-2012-lu

Il me semble donc que les esprits s'échauffent et que les talents d'orateurs de M Mélenchon ne donnent pas à certains de ses militants et électeurs le désir d'argumenter comme il le fait brillamment. 

 

M mélenchon n'aime pas les gauchistes mais il est aimé de gauchistes délinquants et diffamateurs.  Ce  comportement violent et détestable est bien évidemment incompatible avec les valeurs des démocrates dans un Etat de droit.

Cordialement

27/04/2012, 07:57 | Par françois périgny

Cités dortoirs, zones pavillonnaires, impasses, isolement, ignorance et crainte du voisin, qu'il soit barbecue saucisses ou barbecue merguez, implantation continue d'une "american way of  life" déplacée dans ces paysages trop exigus ;;; la misère du monde, cela fait longtemps que cela a été dit (Bourdieu)

Absence de pensée et de volonté politique. Cela n'est pas Sarkozy seul qui en est responsable : une France de petits propriétaires, une France qui se veut petite-bourgeoise  -bourgeoise, mais qui n'en a pas les moyens- depuis quand ? Pompidou ? Giscard ? Sans que le PS, embourgeoisé lui aussi  -et le PCF devenu petit-bourgeois- n'y mette un coup d'arrêt. Vous voudriez inverser la tendance ? Réhabilitez la vraie vie, qui est de pensée, de vraie pensée, c'est à dire -au minimum- sans haine. Mais le train est lancé à toute vitesse. Parions sur le retour des "religions" dans ce qu'elles ont de plus sectaires, pour le "meilleur", et de l'athéisme violent, brun, pour le pire.

Et, individuellement, pour ceux qui en auront le courage, sur la philosophie, c'est à dire le "questionnement" continuel. Si l'avenir radieux du communisme s'est politiquement (je veux dire : de manière politicienne) effondré, l'avenir radieux du capitalisme va faire rage.

  Et, dans l'immédiat, ce n'est pas le 6 mai qui est important, mais le 1. Il faudra commencer par subvertir le Front de Gauche, remettre l'humain -une volonté politique de vie collective et/donc métissée et internationale- avant les revendications "socialo-économiques". Une volonté politique, donc philosophique : remettre, au sein même de la gauche, la pensée à l'honneur. C'est pas gagné.

27/04/2012, 10:12 | Par Siloë

 

En accord avec cet article et ses hypothèses soulevées avec les références indispensables à l'histoire du 20ème siècle, je rapproche votre analyse de celle que vous aviez intitulée "La tentation Orban", à laquelle elle fait suite.

http://blogs.mediapart.fr/blog/gilles-sainati/060212/fiction-presidentielle-la-tentation-orban

 

"Le vote FN n'est pas un militantisme,  c'est plutôt la croisée de l' acculturation et de l'isolement et une recherche désespéré du Etat protecteur..."

Je voudrais ajouter qu'à côté de ce que vous décrivez à propos de ce quatre pages le Lys Noir, et de la façon dont vous avez été contesté et agressé verbalement, il y a dans ce qu'on appelle les classes moyennes également un mouvement de peur et de recherche de protection (le vote Sarkozy 2007 en témoigne) ;

la dégradation sociale, politique et économique, les destructions répétées, ont accrû cette peur de basculer dans une situation encore plus difficile pour bien des gens qui ne peuvent être inclus dans ce qu'il est courant aujourd'hui de nommer "l'électorat ouvrier", "les classes populaires". Ouvrier et populaire sont des qualificatifs tout à fait appropriés, mais non exclusifs ;

le danger d'un vote pour le FN et d'une adhésion aux thèses et propositions de l'extrême-droite réside aussi dans ce qu'on appelle les classes moyennes, qui dans une situation comme la nôtre, peuvent pencher partiellement vers l'extrême-droite, on le sait bien,  qu'elle s'appelle Sarkozy ou Le Pen.

Pas plus tard que lundi dernier, lendemain du vote, dans un café, j'ai entendu pour cause d'espace réduit entre les tables, une conversation entre personnes ayant voté, dont l'une avait voté pour le FN et s'en trouvait très bien, disant que Sarkozy n'était pas à la hauteur... et toute son argumentation était du même topo, sur chaque candidat ou candidate. Ce n'était ni une représentante du monde ouvrier, ni une représentante de l'électorat populaire.  Elle savait déjà que pour les législatives elle voterait à nouveau FN. 

 http://www.humanite.fr/25_02_2011-la-grande-peur-des-classes-moyennes-465997

 

C'est une donnée importante de la situation politique, vous le mentionnez plus haut ;

et si l'on se réfère à l'Allemagne de Weimar et post Weimar, ou à des analyses politiques anciennes ou récentes sur la question, on retrouve toujours ce constat de désarroi et de basculement des classes moyennes qui s'affaiblissent économiquement, qui perdent leurs repères, alors qu'il y a radicalisation et renforcement d'un pôle extrémiste à droite, simultanément à l'émergence d'un pôle radical de gauche.

Il faut en conclure que l'un des éléments de l'échec de Sarkozy est de n'avoir pas joué son rôle protecteur comme la peur de tant de gens l'exige (et pourtant, sécurité et protection ont été et sont toujours deux de ses épouvantails favoris) , et qu'aujourd'hui il s'agit d'"essayer" une figure bien plus violente encore.

Preuve que le problème et sa résolution ne se situent pas dans une figure de chef protecteur, de père ou de mère de la nation, sous lesquels on pourrait se dédouaner de toute responsabilité et se rassurer pour un avenir "bien ordonné",  mais bien ailleurs, dans des propositions et des directions à mettre en oeuvre, qui au lieu d'infantiliser la population, lui permettront d'accéder à la réflexion, à la compréhension et à l'action, à une conscience collective ouverte et à la reconstruction d'un pays en ruines.

Je reviens sur ce que vous écrivez du vote FN et de la question du militantisme :

"Combattre le Front National, ce n'est pas comme on le croit s'affronter avec des équipes électorales de ce parti, ni débattre du programme: elles n'existent pas..peu d'affiches, quelques tractages, des candidats inconnus aux dernières cantonales...le programme n’est même pas lu, ni connu par le citoyen.

Le vote FN n'est pas un militantisme,  c'est plutôt la croisée de l' acculturation et de l'isolement et une recherche désespéré du Etat protecteur..."

Si le vote FN n'est pas un acte de militantisme pour la plupart, il reste aussi le produit du militantisme d'extrême-droite méthodique et très organisé au niveau du gouvernement et de ses équipes où oeuvrent bien des gens issus de l'extrême-droite.

Et que dire cet article publié hier sur rue89, autre avatar du recul de l'intelligence :

http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/04/26/dieu-une-preference-il-appelle-voter-sarkozy-231583

 

Marguerite

27/04/2012, 19:01 | Par Silvagni

Pas fait exprès de vérifier aujourd'hui même l'un des aspects les plus décourageants  que tu soulignes à juste titre: l'exposition Matisse à Paris: 13 euros l'entrée. 1 heure d'attente pour accéder à l'expo proprement dite, à laquelle on ne comprendra pas grand chose si l'on n'a pas pris soin d'investir dans la visite audioguidée: 5 euros, 4 si réduction (moins de 25 ans)!

De qui se moque-t-on? Bien entendu, cet aspect des choses ( 13 + 5 = 18 euros + au moins trois bonnes heures de temps libre en semaine, sinon des heures de files d'attente pour le jour de repos, merci bien) n'est nulle part relevé par la presse. Et au fait, comment se fait-il, se demandera le Candide de passage, que la presse ne dise rien de ce qui précède et qui rend absolument inabordable cette expo pour un couple de gens vivant au SMIC p ex ( 36 euros!): pourtant, ça ressemble à une info ça, coco, non? Ben voila: et d'une un journaliste ne paie pas, c'est gratuit - et de deux, il passe devant tout le monde (et en mesure pas ce que pèse une attente interminable en plein vent) - et de trois, quel journaliste débutant aurait l'idée baroque et incongrue de parler d'argent quand il est question d'ART, enfin quoi, merde - sinon le journaliste en question, disons le journaliste inexistant, en plus de jeune, ça doit être un plouc.

Bon j'abrège: une fois de plus excellent papier Bravo!

04/05/2012, 01:07 | Par vieille dame en réponse au commentaire de Silvagni le 27/04/2012 à 19:01

je ne sais pas si c'est le cas pour cette expo, mais il y a aussi les tour opérateurs qui font passer leur clientèle en priorité... si bien que le visiteur moyen et pas riche fait encore plus la queue...

28/04/2012, 02:42 | Par ratafia

Excellent article , j'éspère que les français vont ce 6 Mai  voter en leur âme et conscience pour le candidat  François Hollande , afin de  chasser à tout jamais Sarkozy 

Espérons que le peuple a pris conscience  de  nôtre avenir à tous , de nos vies, de celles de nos enfants et petits-enfants .

Jean-Luc Mélenchon  qui a fait une campagne formidable  a bien fait passer le message , alors ne soyons pas sourds et aveugles .

Sarkozy  a  déjà commencé à "décerveler " les gens ,il faut vite y mettre un terme .

Merci à  Gilles  Sainati .

 

28/04/2012, 07:14 | Par Marielle Billy

J'ai beaucoup apprécié votre billet et le fil de discussion. Il me semble qu'il y a un point abordé très important, c'est celui du besoin de protection. C'est un des besoins basiques de l'être humain et les discours de la droite et extr. droite l'ont bien compris, jouant habilement du rapprochement : protection / guerre à l'autre, et d'une tout aussi habile jonction avec une forme de "re-narcicisation" de cette population dite "oubliée", et qui l'est, de fait.

On a là tous les ingrédients d'une cristalisation d'une "solution" par un sauveur. Les signes sont là : M Le Pen utilisant depuis peu le mot de "mariniste" en place de "frontiste", faisant ainsi double jeu --> placer le prénom de MLP comme formule de sauvetage + raviver une couleur, le bleu, couleur "mariale" (image de rassurante de Marie, mère de dieu, de tous).

Gilles Sainati, vous abordez très justement la dimension culturelle de notre problème politique ; et on pense à ce qui se passe en Hongrie ....

Les électeurs du Front national trouvent dans ce vote, non seulement une manière de protester mais aussi une façon de se sentir reconnus, pris en compte, protégés, et de ce fait, (je reprends le terme), re-narcissisés.

Le processus s'est développé sur ces dernières années sur fond de la débandade de l'école, du néant de toute politique de la ville de l'ordonnancement du monde urbain par la loi de l'argent. Gilles, vous soulignez très justement ce développement des quartiers pavillonnaires émiettés, coupés de toute présence vivante de la culture (au sens le plus large). C'est aussi le cas des zones rurales loin de tout, très repliées. Le vote frontiste donne à tout ce monde un imaginaire collectif qui lui donne le sentiment d'exister.

Ratafia, vous parlez de "décervelage", oui, mais ceci dépasse de loin la période Sarkozy. Le processus date de loin, la culture est devenue un "consommable" ....

Notre société est traversée par la haine et le repli : je ferais un parallèle entre la progression d'une forme de salafisme dans les quartiers paupérisés habités par des populations d'origine maghrébine (vois le très bon film de Philippe Faucon sorti en février - La désintégration - ) et l'enracinement du Front national dans les populations "blanches" qui se vivent comme abandonnées et menacées (mélange des thèmes de l'immigration et de l'insécurité). On a dans tous les cas un mélange d'ethnicisation de la vision du monde et de voie de secours proposée.

Alors la grande question est de re-forger une politique qui reconstruise du lien et du sens à tout ce qu'on fait : comment redonner une place et une voie (voix ?) aux "invisibles".  Le chantier est gigantesque et difficile, et dépasse de loin la logique nationale.

Il me semble qu'un des nombreux chantiers nationaux est celui de l'école et plus largement celui de la formation : c'est là que les plus jeunes "apprennent" l'exclusion comme "solution" sociale, ou, si ce n'est l'exclusion, du moins la fermeture. Je m'arrête là car le sujet est énorme et intrinsèquement mêlé aux autres thèmes qui soutiennent celui de la "fabrication" d'un monde démocratique.

 

 

 

28/04/2012, 07:38 | Par JJMU

Oui, Gilles, nous faisons la triste expérience que ce que nous dénonçons sur la société de consommation peut servir à des discours très autoritaristes contre les populations : il y a aussi des objecteurs de croissance, hélas, dont les visées sont rien moins qu'eugénistes et dictatoriales. Ces visées-là ne sont pas pertinentes au nom de l'objection de croissance, elles n'en sont que des dérives, comme on en voit tant un peu partout ailleurs : reste que nous devons tous être vigilants, ainsi que vous le faites ici, à ne pas se laisser entraîner sur des pistes qui ne servent pas l'intérêt de la justice pour le plus grand nombre.

Même chose pour l'art et la culture, servant trop souvent les discours ou bien élitistes ou bien populistes, ou encore, mêlant les deux dans un salmigondis incompréhensible.

Jean-Jacques M’µ

29/04/2012, 17:51 | Par POJ

Je voterai Hollande.

29/04/2012, 18:58 | Par Arpège

Excellent papier. Alerte amplement justifiée. Bravo et merci à Gilles Sainati.

29/04/2012, 23:23 | Par JJMU

TOUS DANS LA RUE LE 1er MAI !

Par le Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP).


Le 29 avril 2012.


Les manifestations du 1er Mai revêtent cette année une signification particulière.

D’abord, elles se déroulent dans un contexte marqué par l’agonie des mécanismes européens actuellement en vigueur qui semble sans fin. Tous les pays européens, même l’Allemagne, sont frappés par des plans d’austérité qui ne font qu’aggraver encore la situation.

Ensuite, en France, le deuxième tour de l’élection présidentielle est l’occasion pour le président sortant, Nicolas Sarkozy, de diviser les Français. Il y aurait ainsi le « vrai travail » que le candidat du système des oligarques voudrait fêter le même jour que les rassemblements de travailleurs.

Le M’PEP appelle à participer massivement aux rassemblements du 1er Mai. Ses militants seront présents et distribueront un tract sur la nécessité de l’annulation de la dette publique. Car sans annulation de la dette publique il ne sera pas possible de mettre un terme à l’austérité.

Pour accéder au tract qui explique, de manière pédagogique, comment et pourquoi annuler la dette publique, cliquez ci-dessous :
http://www.m-pep.org/spip.php?article2567

06/05/2012, 00:21 | Par ratafia en réponse au commentaire de JJMU le 29/04/2012 à 23:23

Nous y étions  militants de FRONT DE GAUCHE , 500 PERSONNES DANS LA RUE ,UN RECORD A SAUMUR ..... 

Et nous éspèrons  le "record " aussi dimanche soir .

FDG  . PG49 .

03/05/2012, 23:16 | Par JJMU

Avertissement à François Hollande

Le 22 avril 2012, j'ai choisi en conscience d'accorder ma confiance et mon vote au programme du Front de Gauche en la personne de Jean-Luc Mélenchon.

Je n'adhère pas à l'orientation politique incarnée aujourd'hui par le Parti Socialiste.

Je n'accorde que très peu de confiance au Parti Socialiste et à son candidat François Hollande.

Mon possible vote pour François Hollande au second tour ne sera donc aucunement un vote d'adhésion.

Je voterai par rejet de Nicolas Sarkozy, dans le souci de l'intérêt général et de l'avenir, et en pensant tout particulièrement aux plus faibles d'entre nous.

Le Parti socialiste est averti : mon vote restera un vote de défiance à son encontre.

Jean-Jacques M’µ

03/05/2012, 23:28 | Par Jonasz

J'étais passé à côté de ce formidable texte, Gilles Sainati. Merci.

05/05/2012, 15:32 | Par IVANA FULLI

Bonjour Monsieur le juge ,

Quanbd un médecin psychiatre dépose un eplainte contre vous entre le smaisn d'un procureur et que son fils est chercheur en droit etc.... il n'est pas correct de refuser aux personnes cette information. La" journaliste" chargé de la "déontologie " du club mediapart  me censure pourtant mes billets de "blogivanafulli "alors que je n'ai finalemnet pas demandé de résiliation d'abonnement.

M Bilger a l'esprit plus large et il a publié en commentaires "les officines de la république "-hasard quand tu nous tiens:

Ivana Fulli

Bonjour et au revoir à tous.

J'ai commenté sans pseudonyme et sans mensonge délibéré aucun ; sans travestir mes avis dans un but de provocation.

Merci d'avoir grandement enrichi mon expérience de la nature humaine et un petit travail d'écriture et réflexion approfondie.

Vous ferez donc - avec vos alter ego commentateurs abonnés de Mediapart, certains d'entre vous à ces deux titres - l'objet d'un article scientifique en anglais qui sera soumis au jugement de mes pairs et d'un chapitre du livre "grand public" que je suis en train d'écrire sans savoir ni dans quelle langue ni dans quel pays il paraîtra ni chez quel éditeur :

"La Justice est ouverte à tous en France comme le Sofitel et le Michelangelo Hotel de New York"

J'écris aussi au procureur de Paris pour déposer entre ses mains une plainte pour diffamation expresses et répétées avec notamment mise en cause de mes titres de docteur en médecine (1982 Paris XII), CES et ancienne interne en psychiatrie.

Rédigé par : Ivana Fulli | 05 mai 2012 à 10:03

 

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------

Displaying messages 1 - 3 of 3

Fil de la discussion entre Géraldine Delacroix et IVANA FULLI

Géraldine Delacroix

01/05/2012 - 17:29

Chère Ivana Fulli, chère abonnée

Votre billet, exclusivement consacré au dénigrement d'un autre abonné, et donc en contradiction avec notre charte de participation, a été dépublié. Comme, d'ailleurs, de nombreux commentaires de ce même abonné.

Vous comprendrez certainement qu'en agissant comme lui, vous vous exposez également à la dépublication de vos billets et / ou commentaires.

Bien cordialement

IVANA FULLI

01/05/2012 - 19:43

Chère Géraldine Delacroix ,

Pourriez-vous avoir l'amabilité de bien vouloir me dire précisément quelles sont vos responsabilités sur le site mediapart ?

Il m'apparait clairement que vous ne voyez rien de délinquant dans le fait de m'accuser de manière expresse d'être une maladie mentale en allant rechercher sur internet un vieux commentaire sur le dite du journal "Le Figaro" pour le présenter de manière tronquée en m'accusant de surcroit de tneir un blog sur le site du figaro!

Vous avez fait disapraitre les preuves d'un délit public cxde diffamation-j'ai une saisie ou deux d'écran mais cela szera insuffisant.

salutations

 

Dr ivana Fulli

 

 

IVANA FULLI

05/05/2012 - 15:25

Madame la journaliste,

Entre l'insulte et prévenir quelques uns d'une action de plainte ui les concerne  il y a une marge journalistique énorme: il s'agit d'information.

 

NB je n'étais pas une taupe et vous n'êtiez pas une journaliste mais le contraire et un censeur car vous caher des informatiosn aux personnes concernées par ma plainte.

vous m'aviez supprimé deux billets en ne prenant la peine d evous en excuser que lka premlière fois.

 

J evous demande d e publier pour ceux qui ne lisennt pas le blog de M Bilger-un gentleman comparé à vous:

 

Bonjour et au revoir à tous.

J'ai commenté sans pseudonyme et sans mensonge délibéré aucun; sans travestir mes avis dans un but de provocation.

Merci d'avoir grandement enrichi mon expérience de la nature humaine et un petit travail d'écriture et réflexion approfondie.

Vous ferez donc -avec vos alter ego commentateurs abonnés de mediapart ,certains d'entre vous à ces deux titres- l'objet d'un article scientifique en anglais qui sera soumis au jugement de mes pairs et d'un chapitre du livre "grand public" que je suis en train d'écrire sans savoir ni dans quelle langue ni dans quel pays il paraitra ni chez quel éditeur:

"La Justice est ouverte à tous en France comme le Sofitel et le Michelangelo Hotel de New York "

J'écris aussi au procureur de Paris pour déposer entre ses mains une plainte pour diffamtion expresses et répétées avec notamment mise en cause de mes titres de docteur en médecine (1982 Paris XII) , CES et ancienne interne en psychiatrie.

Bonne continuation et bonne chance aux trois C.... (C pour le prénom CCetJ pour le nom de famille)ainsi qu'à MMe Axel Oursivi et Reffait sur lesquels on peut toujours compter pour essayer d'achever une femme qui semble à terre.

Rédigé par : Ivana Fulli | 05 mai 2012 à 10:03 ///

06/05/2012, 00:32 | Par ratafia en réponse au commentaire de IVANA FULLI le 05/05/2012 à 15:32

OUF !  Mais c'est quoi ce truc ? Sur quelle planète sommes nous ?

12/05/2012, 09:39 | Par IVANA FULLI en réponse au commentaire de ratafia le 06/05/2012 à 00:32

ratafia,

Ce blog de magistrat est un unique espace de liberté républicaine sur mediapart que j'ai utilisé en rasion de la censure d emon dernier billet -qui se trouve de facto très bien défini par  Guy Bertrand (rassurez-vous je vais vraiment cesser de vous financer assez prochainement):

02/05/2012, 21:51 par GUY BERTRAND

BON débarras,tes conneries pathéticosexuelles sur le cadavre politique de DSK ,on s"en fout totalement!!! et tes allégations et insinuations tout autant !tu es hors sujet cela ne peut intéresser que des malades ,des obsédés ,des névrosés comme tous ceux qui se repaissent ,de ses grasses turpitudes,ou comme dans la sarkozie ,gangrènèe jusqu'à la moelle,et qui espèrent en ces pitoyables diversions !! du vent ,cela assainira l'atmosphère!!!!!

03/05/2012, 19:06 par IVANA FULLI

Cher Guy Bertrand,

 

Vous avez raison mais il faudrait que cela soit aussi rapide d'arrêter de vous financer que de commencer.

 

Avant le 22 04  on se faisait insulter en recommandant de voter  M Hollande et maintenant c'est le contraire il est intrerdit de manquer de confiance en lui mais plus personne ne va voter pour le fdg aux législatives dans ces conditions.

 

Vous pourriez m'éclairer  vous qui êtes si aimable ?

06/05/2012, 00:27 | Par ratafia

Jean-Luc Mélenchon   a fait une campagne formidable , a bien fait passer le message , alors ne soyons pas sourds et aveugles .

Nous devons continuer le travail commencé, le FRONT DE GAUCHE  nous portera  .

VOTONS  HOLLANDE  SANS HESITATION ! CINQ ANS  DE SOUFFRANCE  C'EST DEJA  TROP !

Merci à Gilles SAINATI   qui nous permet  de nous exprimer sur ce blog .

12/05/2012, 10:11 | Par IVANA FULLI en réponse au commentaire de ratafia le 06/05/2012 à 00:27

ratafia,

///Merci à Gilles SAINATI   qui nous permet  de nous exprimer sur ce blog .///

 

Je ne saurais mieux dire!

06/05/2012, 16:40 | Par JJMU

Avertissement à François Hollande

Le 22 avril 2012, j'ai choisi en conscience d'accorder ma confiance et mon vote au programme du Front de Gauche en la personne de Jean-Luc Mélenchon.

Je n'adhère pas à l'orientation politique incarnée aujourd'hui par le Parti Socialiste.

Je n'accorde que très peu de confiance au Parti Socialiste et à son candidat François Hollande.

Mon possible vote pour François Hollande au second tour ne sera donc aucunement un vote d'adhésion.

Je voterai par rejet de Nicolas Sarkozy, dans le souci de l'intérêt général et de l'avenir, et en pensant tout particulièrement aux plus faibles d'entre nous.

Le Parti socialiste est averti : mon vote restera un vote de défiance à son encontre.

Jean-Jacques M’µ

07/05/2012, 00:08 | Par JJMU

Quelles mesures seront adoptées pendant les premiers mois à l'Elysée du nouveau président ?

    Par AFP

Voici les principales mesures que François Hollande entend prendre dans les 100 premiers jours suivant son élection, selon la feuille de route qu’il avait présentée le 4 avril pour la première année de son quinquennat.

ENTRE LE 6 MAI ET LE 29 JUIN 2012:

Mesures sur le plan de la politique intérieure:

. réduction de 30% de la rémunération du chef de l’Etat et des membres du gouvernement

. signature d’une «charte de déontologie et publication des déclarations d’intérêts par les membres du gouvernement» et des cabinets

. augmentation de 25% de l’allocation de rentrée scolaire (décret)

. blocage pour 3 mois des prix des carburants (décret)

. mise en place d’une caution solidaire pour permettre aux jeunes d’accéder à la location (décret)

. garantie pour l'épargne défiscalisée (livret A et livret d'épargne industrie, successeur du Livret de développement durable) d’une rémunération supérieure à l’inflation et doublement de leur plafond, pour mieux financer le logement social, développer PME et innovation

. abrogation de la circulaire Guéant sur les étudiants étrangers

. droit de partir en retraite à 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler à 18 ans et cotisé 41 annuités (décret)

. fixation d’un éventail maximal de 1 à 20 des rémunérations dans les entreprises publiques (décret)

. circulaire sur la lutte contre les «délits de faciès» lors des contrôles d’identité

. «gel conservatoire d’une partie des dépenses» dans l’attente du rapport de la Cour des comptes sur les finances publiques (publié fin juin)

. arrêt de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) et lancement du «Projet de refondation et de modernisation de l’action publique».

* Mesures sur la scène internationale:

. envoi, à tous les chefs d’Etat et de gouvernement, d’un mémorandum «proposant un Pacte de responsabilité, de croissance et de gouvernance pour modifier et compléter le Traité de stabilité et réorienter la construction européenne vers la croissance - dès fin mai, en vue du Conseil européen des 28 et 29 juin»

. annonce aux partenaires de l’Otan du retrait des troupes d’Afghanistan d’ici fin 2012 lors du G8 à Camp David les 18-19 mai et lors du Sommet de l’OTAN à Chicago, 20-21 mai

. 28 et 29 juin: Conseil européen

ENTRE LE 3 JUILLET ET LE 2 AOUT (session extraordinaire du Parlement)

. présentation au Parlement, avant transmission à la Commission européenne de Bruxelles, du programme de stabilité et du projet de loi de programmation pluriannuelle des finances publiques, fixant la trajectoire de retour à l'équilibre budgétaire en 2017

. réforme fiscale (loi de finances rectificative) : plafonnement et suppression de niches fiscales, modulation de l’impôt sur les sociétés au bénéfice des PME et entreprises réinvestissant leurs bénéfices, surtaxe sur les banques et les sociétés pétrolières, retour au barème de l’ISF, suppression de l’exonération sur les grosses successions, taxation des revenus du travail comme ceux du capital, tranche d’imposition à 75% au dessus de 1 million d’euros

. suppression de la «TVA Sarkozy» (loi de financement de la sécurité sociale rectificative)

. loi d’assainissement des activités bancaires : séparation des activités de dépôt et des activités spéculatives, lutte contre les produits toxiques et les paradis fiscaux

. lancement des principaux chantiers sociaux du quinquennat lors d’une Conférence nationale pour la croissance et l’emploi (mi-juillet) avec notamment pour priorités: emploi des jeunes et des seniors, encadrement des licenciements boursiers, sécurisation des parcours, lutte contre la précarité, égalité salariale et professionnelle

. lancement du débat national sur la transition énergétique préalable à la loi de programmation, avec notamment «plan massif» de rénovation thermique des logements

. réexamen de la rentrée scolaire, notamment les Rased (enseignants spécialisés dans la grande difficulté scolaire), recrutement (dans les 60.000 postes prévus) d’assistants d'éducation, de personnels d’encadrement; mesures d’urgence pour compléter la formation pratique des professeurs néo-titulaires

. commission de préparation de «l’Acte II de l’exception culturelle».

08/05/2012, 17:46 | Par gilles sainati

Merci de toutes ces réactions, d'autant plus que mon blog ne figure plus dans aucune liste des blogs recommandés ou autres de mediapart

GS

08/05/2012, 18:13 | Par JJMU en réponse au commentaire de gilles sainati le 08/05/2012 à 17:46

Que ça ne vous étonne pas, cher Gilles : nous sommes nombreux dans ce cas.

Vous pour vos sympathies mélenchonistes, moi et quelques autres pour nos sympathies Indignées.

Mon analyse : Je crois que Mediapart avait très très très peur du passage de Sarkozy (la justice sarkoziste et les affaires contre Mediapart n'auraient pas manqué d"écraser notre journal). Alors l'équipe médiapartienne s'est reserrée pour donner toutes ses chances au candidat le mieux placé pour battre l'ennemi juré, et le candidat le mieux placé est aujourd'hui notre président. Ouf !...

Peut-être la pluralité des opinions pourra-t-elle reprendre, bien que le danger de la bête immonde ne soit pas entièrement écarté ?..

Il ferait bon voir l'équipe de Mediapart nous inviter sur leurs plateaux, dans les prochains jours pour laisser parler, non seulement les mélenchonistes, qui ont fait la preuve de leur efficace mobilisation, mais aussi les Indignés, le Parti Pirate, Étienne Chouard et quelques autres qui ont une vision très clairement affirmée de ce que veut dire “démocratie” : LE POUVOIR PAR ET POUR LE PEUPLE (et non pas pour une élite, PS ou UMP, le pouvoir de l'élite, ça porte un nom : "aristocratie", on nous a trop longtemps payés de mots, et nous avons trop longtemps marché sans y réfléchir de plus près, c'est-à-dire : dans les faits !).

Jean-Jacques M’µ

09/05/2012, 00:24 | Par ratafia en réponse au commentaire de JJMU le 08/05/2012 à 18:13

Nous devons rester sur nos gardes !!! Nous avons cru en Mélenchon et y croyons encore  !!!!! NOUS SOMMES MOBILISER ET PAS PRET A LACHER ......FRONT DE GAUCHE ....PG49 .

12/05/2012, 09:42 | Par JJMU en réponse au commentaire de ratafia le 09/05/2012 à 00:24

Les partis grecs opposés au mémorandum de la dette ont formé un gouvernement : nous assistons à des heures historiques qu'avec notre nouveau président, tous les partis de gauche feraient bien de prendre en considération – en tout cas, si la gauche, en France, se prenait d'ignorer la solution grecque de refus de l'austérité, c'est que les appareils seraient pourris jusqu'à la lie.

Je ne crie pas vive un parti, si sympathique qu'il soit et même si je vote pour lui. J'attends d'un parti qu'il défende le bien commun. Et ce ne sont pas des slogans, des alertes à je-ne-sais quel ennemi intérieur ni les cris d'orfraie qui me feront penser, parler ou agir autrement.

Jean-Jacques M’µ

Newsletter