Mer.
16
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Documentaire choc Arte : La banque Goldman Sachs, le Frankenstein de la finance, bénefice net en 2011 : 2,5 milliards de $

 

 

 

 

 

 

Ils n'ont qu'un Dieu, l'argent. Qu'une religion, les profits. Autrefois respectés et admirés, les banquiers de Goldman Sachs sont devenus les plus grands voyous de la planète. C'est cette incroyable histoire, digne d'un scénario de film hollywoodien, que nous racontent Marc Roche et Jérôme Fritel dans Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde.

Respectivement chroniqueur financier au Monde et grand reporter, les auteurs de cet excellent documentaire lèvent le voile sur les pratiques obscures de l'établissement financier le plus puissant du monde. Car bien plus qu'une banque, Goldman Sachs est désormais devenu un Etat dans l'Etat.

Une organisation tentaculaire qui dirige la plantète

Riche de 700 milliards d'euros d'actif (deux fois le budget de la France), Goldman Sachs emploie 30 000 personnes qui font circuler l'argent 24 heures sur 24. Salaires mirobolants, bonus indécents (7 millions d'euros en 2009 pour le Pdg Lloyd Blankfein), profits hors norme, rien ne semble pouvoir arrêter cette incroyable machine à faire du fric.

Pas même les gouvernements, Goldman Sachs ayant pris le soin de placer d'anciens employés aux postes les plus stratégiques. Comme Mario Draghi, président de la banque centrale européenne, ou Henry Paulson, ancien PDG de la firme devenu en 2006 Secrétaire d'Etat au trésor de George Bush (tout en empochant, au passage, 350 millions d'euros, non imposables, après avoir vendu ses actions).

Construit autour de témoignages de banquiers et de spécialistes de la finance, Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde explique comment cette entreprise secrète a porté un coup fatal à l'économie mondiale. En toute impunité. "La créature a échappé à son créateur", conclu Marc Roche.


Lu sur

http://www.metrofrance.com/culture/goldman-sachs-le-docu-choc-sur-le-frankenstein-de-la-finance/mlic!GPhhaYsGyoY/

Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde, mardi 4 septembre 2012 à 20 h 50 sur Arte.

La vidéo est  disponible sur le site en ligne.

 http://videos.arte.tv/fr/videos/goldman-sachs-la-banque-qui-dirige-le-monde--6896912.html

 

 

http://www.arte.tv/fr/6820372,CmC=6892050.html

http://videos.arte.tv/fr/videos/pendant_la_journee_du_11_septembre_2001_goldman_sachs-6884100.html

 

http://www.france5.fr/c-dans-l-air/economie/un-apres-la-crise-la-crise-36898

 

03/09/2012, 20:12 par annie lasorne

Une émission sur le sujet, en ce moment même sur France Inter "L'humeur vagabonde" avec les auteurs du docu de demain sur Arte. Les émissions sont post-castables (à réécouter).

http://www.franceinter.fr/emission-l-humeur-vagabonde-marc-roche-et-jerome-fritel-goldman-sachs-la-banque-qui-dirige-le-monde-

 

 Goldman-Sachs-Europe.jpg

 

143364d1345110694-eur-usd-daily-et-intra

 

 

 

 

 

 

 

 


la_banque.jpg9782226238597_4_75.jpg


 

 

 Pionnier de l'industrie automobile et de la division du travail, Henry Ford, (1863-1947), écrivait ceci sur le système bancaire :

" C'est une chance que les gens de la nation ne comprennent pas notre système bancaire et monétaire parce que si tel était le cas, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin".



Tous les commentaires

03/09/2012, 20:12 | Par Annie Lasorne

Une émission sur le sujet, en ce moment même sur France Inter "L'humeur vagabonde" avec les auteurs du docu de demain sur Arte. Les émissions sont post-castables (à réécouter).

03/09/2012, 20:24 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 03/09/2012 à 20:12

Bonsoir Annie

Vous n'avez pas le lien ?

03/09/2012, 21:06 | Par Annie Lasorne en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 03/09/2012 à 20:24

03/09/2012, 21:13 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 03/09/2012 à 21:06

Merci Annie

Je vais insérer le lien dans le billet.

03/09/2012, 20:18 | Par Jean-Claude POTTIER

Mais bon, c'est la démocratie, Juliette. C'est pas la Corée du Nord.

04/09/2012, 09:57 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Jean-Claude POTTIER le 03/09/2012 à 20:18

medium_doigt_d_honneur_chat.jpg

04/09/2012, 14:48 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Jean-Claude POTTIER le 03/09/2012 à 20:18

Goldmann-Sachs la démocratie ?

Il n'y a pas pire dictature que celle des financiers vampires contre lesquels les états sont impuissants.

Ils font encore plus de dégâts que les Ubus nord-coréens.

Ils ont réussi à se faire du fric en continuant de spéculer à tout-vat pendant l'écroulement des tours.

Des sangsues sans foi ni loi qui ont peut-être une Sainte Bible à leur chevet.

Pouah !

04/09/2012, 22:39 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de JoëlMartin le 04/09/2012 à 14:48

Ils font encore plus de dégâts que les Ubus nord-coréens.


Rigolant


goldman_sachs_fraud_826985.jpg

16/01/2013, 11:23 | Par yvette michaud en réponse au commentaire de JoëlMartin le 04/09/2012 à 14:48

Vol en toute impunité par HSBC

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui le regardent sans rien faire

SCI DANMARINE

Madame  Yvette  MICHAUD

12  Rue  Roland  Oudot

94000  CRETEIL

 

                                               RAR N° 1A 050 482 0226 3

                                                    LETTRE OUVERTE

Créteil le 24 décembre 2012

                                                                                   Société HSBC France

Monsieur Stuart Thomson GULLIVER      Président du Conseil d’administration

103, Avenue des Champs Elysées

75008 PARIS

Aff. :Michaud / HSBC /SCI DANMARINE

     escroquerie par jugement     

 

            Monsieur Stuart Thomson GULLIVER,      

 

Dans l'affaire citée en référence, Monsieur Stuart Thomson GULLIVER  , vous m'avez détourné  , les sommes suivantes concernant :

 

-        Le premier, acte de prêt ,en date du 12 avril 2000, pour la somme de 495.459.31 euros, pour les besoins de l’acquisition de l’immeuble ;

-        Le second, en date du 25 juillet 2001, pour la somme de 213.428.62 euros, pour les travaux de remise en état ;

-   Malgré mes nombreuses protestations, vous avez prélevé d’office directement sur les comptes de la SCI DANMARINE ou sur mon compte personnel des sommes qui ne vous étaient pas dues,en bidouillant le taux du TEG.

- Etant professionnel de la finance ,un tel détournement ne peut être considéré comme une erreur, mais bien une escroquerie, dont vous semblez coutumier de ces faits, confirmés par les nombreux articles de presse concernant vos activités délictueuses a l’international, mais aussi auprès de nombreux particuliers dont je fais partie .

- Afin de démontrer cette escroquerie, j’ai du fait pratiquer une analyse financière par un Expert reconnu .compte tenu que les décisions de justice « Vous donne toujours raison » même quand vous avez tort !

- J’ai du faire pratiquer à mes frais une analyse financière par un Expert reconnu, compte tenu que comme vous savez si bien le dire »les décisions de  justice vous donne toujours raison » même quand vous avez tort ! alors pourquoi vous gêner ! ( c’est d’ailleurs cette corruption qui a amené le monde à la crise en Europe ) (Pièce N° 1 et 2 )  

- Comme je le disais n’en déplaise au système judiciaire, votre calcul du taux du TEG est faux sur ces deux actes de prêts, en calculant le taux légal depuis l’origine du prêt vous me devez la somme de 220.498.89 € sans comptez les intérêts depuis le 18 août 2006, sans compter l’énorme préjudice ! (C’est un autre sujet)

-  En plus sournoisement ,vous allez vous servir d’office de connivence avec tous les protagonistes de cette affaire , vos conseils Olivier PLACIER BRUN ,ROCHER, SAGARD ,Huissier GOUTORBE Notaires,administratifs et ses affidés en tout genre et alors même qu’aucune demande ne sera formée à ce propos devant le Juge des ordres,vous allez procéder à une saisie attribution dans les livres de la Caisse des Dépôts et consignation de CRETEIL, pour la somme de 74.935.91 €,que vous avez détournée,selon acte en date du 26 mars 2008. (Pièce N° 3)

- J’ai donc là encore protesté vivement , en contestant le principe et le montant de cette demande,ce nouveau détournement d’office, dans la mesure ou une telle demande devait nécessairement être formée devant le juge en charge de la Distribution du Prix et dans le cas contraire, la banque serait forclose

-Comme vous le dites si bien Monsieur Stuart GULLIVER j’aurai beau faire, les décisions de justice vous donnent  raison !.A lors d’une manière ou d’une autre,il va falloir Monsieur Stuart GULLIVER rembourser ce que vous avez volé a la SCI DANMARINE, n’ayant plus rien a perdre ..

-Vous me devez donc Monsieur Stuart GULLIVER ajouter à la somme de 220.498.89 € la somme de 74.935.91 € plus les intérêts depuis le 18 août 2006 date a laquelle le bâtonnier de CRETEIL Monsieur Eric ALLAIN, vous a adressé un chèque de 853.811.57 € a mon insu et sans décision de justice !sans compter la somme de 218.000 € que j’avais payée jusqu’à la fermeture de mon compte, afin de justifier une dette pour organiser la saisie immobilière de ma SCI DANMARINE par HSBC .L’abus de droit est avéré .

-Je joints le détail du calcul du TEG qui est faux et bien sur à votre avantage, ainsi que le calcul des sommes réellement dues ,avec un taux d’intérêts au taux  légal .sur le prêt de 3.250.000 F ou 495.459.31 euros.(Pièce N° 4 et 5)

--Je joints également le détail du calcul du TEG faux et bien sur à votre avantage, ainsi que le calcul des sommes réellement dues ,avec un taux d’intérêts au taux  légal .sur le prêt  du 25 juillet 2001, pour la somme de 213.428.62 euros, mais comme il s’agit d’une escroquerie et non d’une erreur, le taux légal ne vous est pas du (Pièce N° 6 et 7) .

- Sur le troisième, (Pièce N° 8 et 9) en date du 25 septembre 2002 et converti par la suite, le 11septembre 2003 pour la somme de 150.000 euros, en crédit à long terme, alors que les deux premiers prêts vont être dénoncés, tout en indiquant au 1er janvier 2003 « que tout était en ordre »? – ( Voir courrier rassurant et malicieux) du 23 janvier 2002 !

 

Vous allez donc Monsieur Stuart GULLIVER dans ce contexte, régulariser successivement 3 prêts.

- Alors que vous aviez dénoncé les 2 autres (Pièce N° 10 et 10/1 ) (Pièce N° 11 )  20635 Responsabilité civile du banquier, la faute est avérée, HSBC refusera tout arrangement, me retournera mes chèques, fermera le compte de la SCI DANMARINE et détournera sur un compte impayé ! la somme de 19 930 € sur 2003 , cette somme étouffée pendant des années par HSBC ressortira lors de la distribution du prix forcée ,le dol est avéré Article 1116, (Pièce N° 11/1 )

(Pièce N° 11/2) Article 713 de connivence avec la greffière, mon avocat qui en réalité était celui d’HSBC voir ordonnance du 18 mai 2006 va remettre le titre aux adjudicataires alors qu’ils n’avaient pas payer le prix principal (J’ai toutes les preuves de cette escroquerie ) il s’agit d’un complot organisé (pénal) (pièce N° 12 ) déchéance des intérêts )

-De nouveau Monsieur Stuart GULLIVER ,avec vos conseils, vous allez en toute illégalité , non seulement faire une saisie immobilière sur mon appartement de CANET , mais en plus m’escroquer de 61 672 € environ ,en produisant des faux en trompant la religion des juges, profitant  de votre position dominante. (Il s’agit de fraude et d’escroquerie au jugement)

-J’ai été de nouveau obligée de faire pratiquer une analyse financière par Expert , il se trouve que comme à l’accoutumé le  TEG est faux, on comprends mieux comment vous vous enrichissez !       - Sur ce prêt vous voulez m’escroquer Monsieur Stuart GULLIVER une somme de 61.672 €  

-Bien qu’alertés le TGI de Perpignan et la Cour d’Appel de MONTPELLIER vont valider vos mensonges et me condamner a payer 152.000 €+ frais etc, sans tenir compte de mes versements.

- Vous avez également Monsieur Stuart GULLIVER détourné en toute illégalité mes loyers  sur mon appartement de Canet depuis juillet 2010 soit une somme de 800 € x 30 mois = 24.000 €  + les intérêts + intérêts + travaux, locataires partis sans état des lieux avec les clés sur vos conseils.

-Vous avez également Monsieur Stuart GULLIVER d’office prélevé sur mes comptes, des agios pharaoniques à hauteur de 5000 F en moyenne par mois, selon le rapport de l’Expert financier.(Pièce N° 13 pénal )affligeant , ( réflexion sur 2001 2002 ( UBP HSBC prélève des agios alors que le compte n’est jamais débiteur, pour les autres mois le taux d’intérêt par la banque + 20% ) 

-Vous me devez donc immédiatement Monsieur Stuart GULLIVER la somme de  220 498 € sur les deux premiers prêts ,sur la saisie attribution la somme de 74.935 €que vous avez détourné illégalement, la somme de 24.000 € loyers détournés, environ 13000 €d’agios en bidouillant le TEG + prélèvement de 8000 € assurance.

-Vous m’avez également prélevé d’office une prime d’assurance PTIA d’environ 100 € par mois, lorsque j’ai été placée en invalidité suite a ce que vous me faites subir ,vous avez refusé de faire les démarches auprès de votre compagnie d’assurance ERISSA que vous m’avez imposé et en plus je n’ai jamais signé préalablement a l’acte de prêt, dans votre avenant § En tout état de cause si votre Compagnie d’assurance ne veut pas honorer ses engagements vous devez me rembourser .

- C’est donc environ 400.000 € preuves à l’appui que vous m’avez volé, uniquement en fraudant sur le TEG ? Pour le reste la plainte pénale suit son cours et c’est plusieurs millions d’euros que vous me devez .

- Il s’avère que si je vous dois encore une petite somme d’environ 40.000 € sur le prêt de 150.000 € ,compte tenu de ce que vous m’avez volé la compensation s’opère de plein droit art 1289 (Pièce N° 13/1)  mais compte tenu de l’ampleur du préjudice je ne vous dois rien du tout .

- Il serait judicieux dans votre intérêt de stopper cette saisie frauduleuse , qqui est confirmé par la production de faux au pénal, je sais que les décisions de justice sont toujours en votre faveur, mais actuellement ,je ne crois pas que cela puisse durer plus longtemps ( les preuves sont accablantes, la justice ne pourra plus aller contre l’évidence ).

- Au cas où il vous prendrait l’idée de vous retrancher lâchement derrière les contorsions judiciaires de vos affidés, prescription ou autres, ces lois sont inapplicables dans cette affaire, car il s’agit d’une escroquerie.

-Je vous suggère de leur donner les textes de lois applicables sur le territoire Français, sans les interprétées. (Pièce° 14 autorité de la chose jugée) cassation (Pièce N° 15 Offre préalable )conditions manquement au devoir de conseil et autres (Pièce N° 16) actes de prêts Professionnel ou non (cassation)

- Je joints quelques extraits de presse sur les agissements de HSBC (Pièce N° 17) ceci n’est qu’un échantillonnage. J’attends donc Monsieur Stuart GULLIVER le remboursement pour la somme de 400.000 € des intérêts que vous m’avez prélevé à tort au plus tard le 15 janvier 2013 .pour le reste cela suit son cour … Faute de quoi !

Recevez Monsieur Stuart GULLIVER ,mes salutations de circonstances .Pour la SCIDANMARINE Madame Yvette MICHAUD .

 

                       

Monsieur Stuart GULLIVER , certes , le patron de HSBC , est passé à confesse et a fait acte de contrition. Le nombre de salariés chargés de traquer l’argent sale a été multiplié par dix et le budget qui y est consacré, par neuf. Bel effort, mais vu son ampleur, c’est à se demander ce que faisait HSBC auparavant dans ce domaine.

HSBC ne s’est pas fait prier pour accepter l’accord proposé par les autorités américaines. Car finalement, ce n’est pas cher payé. La fameuse «amende record» était le scénario le plus clément envisagé par la justice. Il a aussi été question de réduire le périmètre d’activité de HSBC, voir carrément lui interdire son métier de banquier. Qu’est-ce qui a retenu le bras de la justice? Le fameux «too big to fail» (trop gros pour tomber). Une sanction trop lourde aurait fait peser des risques sur l’ensemble du système financier. Ce qui en dit long sur l’impasse dans laquelle nous nous trouvons en matière de régulation. Il faut frapper, mais pas trop pour ne pas déstabiliser le système. C’est sans doute ce qui a conduit également à trouver un arrangement avec Standard Chartered et ING, qui se sont aussi fait prendre les doigts dans le pot de confiture.

La SCI DANMARINE a dénoncé les faux et irrégularité de cette banque HSBC et de ses conseils OLIVIER placier et Patrick SAGARD !

Elle est assignée pour diffamation !!!! c’est facile .

Voir réponse de Monsieur STUART GULLIVER «  4 mai 2010 « Les décisions de justices sont toujours en faveur de la banque »

                                                                                  

Tout le reste n’a été que glorieux échecs. Or, une nation, comme un homme, a les yeux fixés sur ses échecs, dont l’injustice la soulève ; elle rêve d’en rappeler. Que les Français n’oublient jamais cela !

HSBC Elle n’en a pas moins accepté de dédommager Kalix à hauteur d’un montant non dévoilé. «Ceci montre que HSBC fera tout pour éviter un jugement qui puisse être utilisé comme un précédent, ou qui puisse révéler les conclusions tirées par des magistrats de ses documents internes ayant trait à l’affaire Madoff», estime un responsable de Deminor, société de protection des investisseurs basée à Bruxelles.

une justice en quête de sens 13 janvier 2013 Par gilles sainati

L’année 2012 fut l’année des espoirs et de l’attente, l’année 2013 sera t-elle l’année du sens retrouvé de la justice dans notre démocratie?

03/09/2012, 21:43 | Par Jaren

Mardi, c'est du 04 septembre !

Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde, mardi 3 septembre 2012 à 20 h 50 sur Arte.

 

Nom de Zeus Giuliettalasubversive , si vous aussi vous brouillez la piste !!!

Sourire

03/09/2012, 22:03 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Jaren le 03/09/2012 à 21:43

Merci JarenSourire

  Je viens de modifier

 

04/09/2012, 06:45 | Par DANIELE BARBIER

Depuis hier j'ai l'écran noir ! Ils n'ont quand même pas ce pouvoir là aussi ?

04/09/2012, 10:04 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de DANIELE BARBIER le 04/09/2012 à 06:45

Bonjour Daniel

Lol

Le reportage va passer sur internet et la télévision.

04/09/2012, 09:30 | Par Menez.guen

Il n'y aurait donc qu'une seule banque à diriger le monde ?

04/09/2012, 10:06 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Menez.guen le 04/09/2012 à 09:30

A Menez

Cette celle-ci est spéciale puisqu'elle est en  lien avec le gouverment américain...Et nombreux de ses dirigeants ont pris les manettes de l'Europe sans être élus...

04/09/2012, 09:40 | Par Christel

À lire aussi un reportage des sur le même sujet la semaine dernière ! C'est dans l'air d'en parler, à juste titre !

04/09/2012, 10:08 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Christel le 04/09/2012 à 09:40

04/09/2012, 10:18 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

04/09/2012, 11:27 | Par netmamou

J'ai envoyé ce rappel à tous mes contacts.Rigolant

04/09/2012, 12:47 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de netmamou le 04/09/2012 à 11:27

Bonjour NetmamouSourire

http://teleobs.nouvelobs.com/articles/36766-goldman-sachs-enquete-sur-une-forteresse-de-la-finance

 

Plongée au sein de la banque responsable de la crise des subprimes. Sur Arte mardi 4 septembre 2012  à 20h50.

Du gratte-ciel qui émerge de la brume, rien ne filtre, si ce n’est l’image d’une forteresse invincible. Telle est Goldman Sachs, la banque la plus influente du monde. Entourée d’un impénétrable secret, et surpuissante. La forteresse n’ouvre guère ses portes aux journalistes. Encore moins à ceux qui, comme Marc Roche, chroniqueur financier au « Monde », et Jérôme Fritel, grand reporter, veulent lui régler son compte. Car, dans ce document exceptionnel construit autour de témoignages de banquiers, anciens de Goldman Sachs y compris, les deux auteurs ne se contentent pas d’égrener un à un les scandales qui ont émaillé la vie de la banque. Ils s’interrogent aussi sur leur issue. Sur les salaires et bonus indécents ou les abandons de poursuites judiciaires qui ponctuent ces affaires. Digne d’un thriller, le récit n’oublie jamais le fi l rouge qui le sous-tend : l’injustice. Et cette question : pourquoi Goldman Sachs jouit-elle d’une telle impunité ?

Goldman Sachs a toujours eu un statut à part. « Elle était pour nous la référence absolue. Nous voulions tous lui ressembler », raconte un ancien banquier. Elle incarnait l’excellence. Le zèle. Le secret. « C’était comme entrer chez les jésuites », souligne un autre. Pourtant cette époque, celle des « moines banquiers », ne dure pas. Dès les années 1990, la banque découvre les petits génies des maths. Elle veut recruter les meilleurs. Et n’hésite plus à passer la ligne jaune. A savoir tromper ses clients. Elle parie à la baisse sur des produits immobiliers à risque (subprimes) tout en les incitant à investir dedans. C’est le scandale Abacus. Une dérive spéculative qui conduira la banque allemande IKB à la faillite.

Cette fois, Goldman Sachs s’en sort en sacrifiant l’une de ses plus brillantes recrues : le jeune centralien français Fabrice Tourre. Arrogant, riche, « Fab le Fabuleux », comme il se surnomme lui-même, aura toutefois omis une chose : effacer les traces compromettantes. Des mails échangés avec sa petite amie, dans lesquels il ironisait sur les « pauvres petits emprunteurs peu solvables » qui ne « vont pas faire de vieux os ». Goldman Sachs se chargera de livrer cette correspondance à la presse. En poussant le vice jusqu’à la traduire… Fabrice Tourre est à ce jour le seul employé de la banque poursuivi en justice. Goldman Sachs, elle, solde l’affaire en réglant 550 millions de dollars aux autorités américaines.

En septembre 2008, l’opinion publique découvre un autre visage de la banque : celui de Hank Paulson. Exprésident de Goldman Sachs, l’homme incarne à merveille la collusion de la banque avec le monde politique. Devenu ministre des Finances de George Bush, il refusera de sauver de la faillite Lehman Brothers, une banque rivale de Goldman Sachs, avant de renflouer quelques semaines plus tard l’assureur AIG qui aurait pu emporter avec lui dans sa chute la fameuse… Goldman Sachs. Sommé de s’expliquer sur ce conflit d’intérêts devant les élus du Congrès américain, Paulson ne sera jamais inquiété par les juges.

L’arrivée de Barack Obama au pouvoir, en 2009, ne parviendra pas à faire dérailler cette belle mécanique. Les auteurs montrent habilement comment, en quelques mois, la « pieuvre », autre surnom de la banque, aura repris le dessus et placé ses hommes aux postes-clés de la Maison-Blanche, du Congrès et des grandes institutions internationales. Cette fois encore, Goldman Sachs l’emporte. Lloyd Blankfein, son patron, est couronné homme de l’année par le « Financial Times ». Il empoche, cette année-là, 7 millions d’euros de bonus.

Le scénario se répète. En Europe. Avec des proies plus importantes : les pays de la zone euro. Dès 2003, le journaliste Nick Dunbar révèle les dessous d’un marché passé entre la banque et la Grèce en vue d’aider ce pays à maquiller ses comptes. Un scoop que Bruxelles a préféré ignorer. « Goldman Sachs a agi tel un courtier qui vous donne 2 dollars pour 1 euro au lieu d’un seul, et qui, en échange, vous demande de garder le silence et vous assure que vous pourrez rembourser plus tard », explique -t-il. Ce deal qui a contribué à creuser la dette du pays, en lui faisant payer des taux d’intérêt plus élevés que le marché, ne sera toutefois pas jugé illégal par les instances européennes.

Cette fois encore, la banque passe entre les mailles du filet. Elle peut, sans encombre, continuer de tisser sa toile, sur le Vieux Continent comme aux Etats-Unis. Et recycler ses anciens employés au sein des grandes institutions européennes. L’un des plus éminents d’entre eux n’est autre que Mario Draghi, le patron de la Banque centrale européenne… Les Etats n’ont-ils pas une fois pour toutes abdiqué face à cette banque qui n’est autre qu’une des responsables de la crise européenne ? Le mot de la fi n revient à Nick Dunbar. Et il fait froid dans le dos. « Goldman Sachs me fait penser à ces animaux dominants aussi effrayants qu’exceptionnels que sont les requins, les guêpes, qui ont survécu aux météorites, à une extinction massive », conclut-il. Pour l’heure, les faits lui donnent raison.

Marjorie Cessac

04/09/2012, 14:26 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

ECONOMIE - Selon le Wall Street Journal...

http://www.20minutes.fr/economie/958887-delit-inities-goldman-sachs-propose-informations-fonds-galleon

Un banquier de Goldman Sachs qui faisait des affaires avec le fonds Galleon de Raj Rajaratnam, condamné l'an dernier pour délit d'initiés et aujourd'hui en prison, lui aurait proposé des "petits bouts" d'information sur Intel et Apple, affirme le Wall Street Journal vendredi.

Les enquêteurs de la police fédérale (Federal Bureau of Investigation, FBI) veulent savoir si trois employés de Goldman Sachs ont partagé des informations confidentielles avec Galleon et M. Rajaratnam, explique le quotidien, citant des sources proches du dossier.

Les trois employés concernés sont David Loeb, un actuel cadre supérieur et qui était un commercial à l'époque des faits, l'analyste technologique Henry King et le banquier d'investissement Matthew Korenberg.

Selon le Wall Street Journal, qui cite des courriels n'ayant jusqu'alors pas été divulgués, M. Loeb aurait envoyé un courriel le 5 août 2008 à M. King en lui demandant s'il y avait du nouveau sur Intel, et M. King lui aurait renvoyé un tableau avec le commentaire: "tu ne vas pas y croire".

Le lendemain matin, M. Loeb aurait écrit un courriel à M. Rajaratnam, lui demandant de le contacter avant l'ouverture du marché à cause de "chiffres particulièrement importants".

De tels échanges ne dénoteraient une fraude que si les informations en question étaient confidentielles et substantielles.

Le quotidien précise aussi que M. Loeb appelait aussi régulièrement M. Rajaratnam "Bid Daddy", tout en signant lui-même ses courriels "CBF" pour "chunky but funky" (costaud mais marrant).

Fin avril, à la suite d'un précédent article du Wall Street Journal sur l'affaire, un porte-parole de Goldman Sachs avait dit que la banque était au courant "depuis plus de deux ans" d'accusations portant sur Matthew Korenberg et coopérait avec les autorités. Il n'a pas répondu vendredi aux demandes de commentaires de l'AFP. Le FBI a décliné tout commentaire.

Le fonds Galleon est au coeur de la plus grosse affaire de délit d'initiés jamais découverte aux Etats-Unis. Son fondateur Raj Rajaratnam, 54 ans, a été condamné le 13 octobre à une peine record de 11 ans de prison.

Un ex-membre du conseil d'administration de Goldman Sachs, Rajat Gupta, vient d'être jugé coupable de délit d'initiés dans le cadre de l'affaire, mais il a prévu de faire appel.

 

04/09/2012, 14:26 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

Atlantic City, une ville à l’agonie

http://www.lesinrocks.com/2012/09/04/actualite/atlantic-city-une-ville-a-lagonie-11292137/

ictimes indirectes de Goldman Sachs, les habitants d’Atlantic City sont contraints de revendre leurs maisons et d’errer dans des quartiers à l’agonie.

Les yeux fixés sur le sable, Barbara Rubon tourne le dos aux casinos. Chaque soir, cette retraitée passe les plages d’Atlantic City au détecteur de métal. Sa fierté : une bague sauvée des sables, “expertisée à 2 800 dollars”, qui brille à son annulaire. Aujourd’hui, Barbara déterre surtout des papiers gras. “Je fais moins de bonnes prises depuis quelques années. Les gens n’ont plus de bijoux : ils les revendent.”

Barbara fait partie du “club des détecteurs de métaux du South New Jersey”. Elle en connaît un rayon sur le sujet. Elle en connaît aussi un rayon sur la récession qui frappe Atlantic City. Elle habite en banlieue, dans le village de Mullica. La classe moyenne blanche du bord de mer. Les jeunes appellent son coin “Springsteen Country” – parce que c’est blanc et ringard. Dans le New Jersey, déjà victime de la désindustrialisation, la crise a frappé fort. L’État a le quatrième taux de chômage du pays et Atlantic City, malgré son industrie du jeu, n’est pas épargnée.

Il a perdu son job, sa femme, 25 kilos et son logis

Barbara est passée entre les gouttes : “J’étais déjà à la retraite, j’ai payé mes crédits. Je n’ai pas un job à retrouver, comme les actifs.” Mais la crise a ruiné son voisin, entrepreneur en bâtiment. “Le marché est tellement mauvais que sa boîte a coulé.” Il a perdu son job, sa femme, 25 kilos, et son logis.

“Il avait fait construire en 2006 cette maison monstrueuse, sur trois étages, quand le marché était au top, pour 1,5 million de dollars. Aujourd’hui même pour un demi, personne n’en veut. Elle va être saisie…”

Une foreclosure : le cauchemar américain. Dans le New Jersey, plus de 10000 familles en auraient déjà été victimes. Une maison sur cent, selon le site Realtracs.com. Quand un propriétaire, étranglé par les emprunts fourgués à la grande époque par des banquiers peu scrupuleux, se fait expulser, une pancarte est plantée sur sa palissade. La mauvaise nouvelle rejaillit sur le quartier comme la gale : la valeur des maisons alentour baisse de 10 à 15%. Mais Barbara ne veut pas avoir peur. “De toutes façons, on ne veut pas vendre !” Sur le Boardwalk, la promenade sur pilotis qui longe l’océan, tout est fait pour satisfaire le touriste. On y trouve des salons de massage intégral à 20 dollars le quart d’heure et les plus grands casinos de la côte Est. Le Caesar’s, le Borgata. À l’intérieur, beaucoup de vieilles dames à cheveux bleus jouent au bandit manchot. Des pères de famille jouent aux cartes, des serveuses peu glamour slaloment entre les tables.

40 millions de perte sèche pour le plus gros casino de la ville

Le plus énorme casino jamais construit à Atlantic City, le Revel, a ouvert en mars. Quatorze restaurants, dix piscines et une tour de 210 mètres, le plus haut building de la ville. “Le futur d’Atlantic City”, claironnait le gouverneur de l’État, Chris Christie. La crise a gelé la construction du chantier, mais Christie a injecté 300 millions d’argent public pour que le colosse sorte de terre. En échange, le Revel devait reverser au New Jersey 20 % de ses gains. Patatras, quatre mois après l’inauguration, il accuse 40 millions de perte sèche et réclame 100 millions aux investisseurs, sans quoi il ne passera pas l’hiver. Le contribuable ne récupérera probablement jamais sa mise.

Atlantic City est un paradoxe : à la fois paradis du jeu et ville pauvre. Disneyland et homeless cohabitent. Le Revel, lui, est entouré de squats et de terrains vagues, renforçant le côté carton-pâte de la ville. Derrière le Trump Taj Mahal, autre casino géant d’Atlantic City, une soupe populaire est distribuée chaque jour à 600 personnes dans l’église de Pacific avenue, la parallèle la plus proche du Boardwalk. Jim, un local, blanc et tatoué :

“Ici, le principe, c’est de servir tout le monde. Que tu sois Donald Trump ou drogué à l’héro.”

Le Taj Mahal est si près de l’église qu’il lui fait de l’ombre. D’ailleurs, les choses sont bien faites puisque du Boardwalk, on ne voit pas l’église. Pas plus que le centre John- Brooks, qui fournit les toxicomanes de la basse ville en méthadone.

“Ces casinos sont une gigantesque machine à blanchir l’argent”

Chaque jour, à 16 heures, une longue file attend l’ouverture des portes. D’origines diverses, tous en habits de plage, parfois la serviette sur le dos. Dan Hill, un Métis, habite entre le centre de soins et le Boardwalk. “Avant, je me levais, j’avais la plus belle vue du monde, et là j’ai le Taj Mahal à ma gauche, le Caesar’s à ma droite.” Dan a 56 ans. De loin, il paraît dix ans de moins, avec son baggy et ses lunettes de graphiste. De près, il en fait dix de plus : il lui manque toutes les dents du haut. Il a “du sang irlandais, caribéeen et cherokee”, vit “du welfare, des coupons repas… Toutes ces conneries”. Avoir un boulot au casino ? “Tu rigoles ! Tu es entré dedans ? C’est vide ! Avant, les gens venaient de Chicago, de Phillie (Philadelphie – ndlr). Le Boardwalk était bondé. Maintenant les gens n’ont plus l’argent pour payer l’hôtel à leur famille. La moitié de ce pays est au chômage. (…) Ces casinos sont une gigantesque machine à blanchir l’argent de la mafia de la côte Est. Ils s’en foutent que les casinos ne marchent pas. L’important, c’est de blanchir l’argent et d’investir le Boardwalk.”

Sur un banc de la promenade, Jacqueline Coulter regarde les gens passer en fumant des Menthol light. La quarantaine fatiguée, teinte en rousse, visage bouffi.

“J’ai perdu mon job en 2008. J’étais dans une des 400 boîtes qui ont fermé dans le New Jersey cette année. J’ai envoyé des CV tous les jours pendant un an et demi, et j’ai demandé le chômage. Ça fait drôle. C’est pas dans ma mentalité.”

Mais Jacqueline, une républicaine qui a voté Obama en 2008, ne blâme ni Goldman Sachs, ni les emprunts pourris, ni les grands patrons. “Je vois les choses différemment. Les gens qui se plaignent n’évoluent pas. Il faut leur dire que cette crise, c’est juste du business. Il n’y a rien de personnel à se faire virer. Je suis retombée sur mes pieds, comme beaucoup de fois par le passé.” Elle n’a plus de travail depuis août, “mais uniquement parce que je l’ai choisi”, assure-t-elle. Comme elle peut, Jacqueline s’accroche au rêve américain : elle pense juste qu’il est “en mode veille. Je fais confiance aux grandes compagnies de ce pays pour investir, et nous sortir de ce merdier”.

 

par Maxime Robin

 

16/01/2013, 10:57 | Par yvette michaud en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 04/09/2012 à 14:26

SCI DANMARINE

Madame  Yvette  MICHAUD

12  Rue  Roland  Oudot

94000  CRETEIL

 

                                               RAR N° 1A 050 482 0226 3

                                                    LETTRE OUVERTE

Créteil le 24 décembre 2012

                                                                                   Société HSBC France

Monsieur Stuart Thomson GULLIVER      Président du Conseil d’administration

103, Avenue des Champs Elysées

75008 PARIS

Aff. :Michaud / HSBC /SCI DANMARINE

     escroquerie par jugement     

 

            Monsieur Stuart Thomson GULLIVER,      

 

Dans l'affaire citée en référence, Monsieur Stuart Thomson GULLIVER  , vous m'avez détourné  , les sommes suivantes concernant :

 

-        Le premier, acte de prêt ,en date du 12 avril 2000, pour la somme de 495.459.31 euros, pour les besoins de l’acquisition de l’immeuble ;

-        Le second, en date du 25 juillet 2001, pour la somme de 213.428.62 euros, pour les travaux de remise en état ;

-   Malgré mes nombreuses protestations, vous avez prélevé d’office directement sur les comptes de la SCI DANMARINE ou sur mon compte personnel des sommes qui ne vous étaient pas dues,en bidouillant le taux du TEG.

- Etant professionnel de la finance ,un tel détournement ne peut être considéré comme une erreur, mais bien une escroquerie, dont vous semblez coutumier de ces faits, confirmés par les nombreux articles de presse concernant vos activités délictueuses a l’international, mais aussi auprès de nombreux particuliers dont je fais partie .

- Afin de démontrer cette escroquerie, j’ai du fait pratiquer une analyse financière par un Expert reconnu .compte tenu que les décisions de justice « Vous donne toujours raison » même quand vous avez tort !

- J’ai du faire pratiquer à mes frais une analyse financière par un Expert reconnu, compte tenu que comme vous savez si bien le dire »les décisions de  justice vous donne toujours raison » même quand vous avez tort ! alors pourquoi vous gêner ! ( c’est d’ailleurs cette corruption qui a amené le monde à la crise en Europe ) (Pièce N° 1 et 2 )  

- Comme je le disais n’en déplaise au système judiciaire, votre calcul du taux du TEG est faux sur ces deux actes de prêts, en calculant le taux légal depuis l’origine du prêt vous me devez la somme de 220.498.89 € sans comptez les intérêts depuis le 18 août 2006, sans compter l’énorme préjudice ! (C’est un autre sujet)

-  En plus sournoisement ,vous allez vous servir d’office de connivence avec tous les protagonistes de cette affaire , vos conseils Olivier PLACIER BRUN ,ROCHER, SAGARD ,Huissier GOUTORBE Notaires,administratifs et ses affidés en tout genre et alors même qu’aucune demande ne sera formée à ce propos devant le Juge des ordres,vous allez procéder à une saisie attribution dans les livres de la Caisse des Dépôts et consignation de CRETEIL, pour la somme de 74.935.91 €,que vous avez détournée,selon acte en date du 26 mars 2008. (Pièce N° 3)

- J’ai donc là encore protesté vivement , en contestant le principe et le montant de cette demande,ce nouveau détournement d’office, dans la mesure ou une telle demande devait nécessairement être formée devant le juge en charge de la Distribution du Prix et dans le cas contraire, la banque serait forclose

-Comme vous le dites si bien Monsieur Stuart GULLIVER j’aurai beau faire, les décisions de justice vous donnent  raison !.A lors d’une manière ou d’une autre,il va falloir Monsieur Stuart GULLIVER rembourser ce que vous avez volé a la SCI DANMARINE, n’ayant plus rien a perdre ..

-Vous me devez donc Monsieur Stuart GULLIVER ajouter à la somme de 220.498.89 € la somme de 74.935.91 € plus les intérêts depuis le 18 août 2006 date a laquelle le bâtonnier de CRETEIL Monsieur Eric ALLAIN, vous a adressé un chèque de 853.811.57 € a mon insu et sans décision de justice !sans compter la somme de 218.000 € que j’avais payée jusqu’à la fermeture de mon compte, afin de justifier une dette pour organiser la saisie immobilière de ma SCI DANMARINE par HSBC .L’abus de droit est avéré .

-Je joints le détail du calcul du TEG qui est faux et bien sur à votre avantage, ainsi que le calcul des sommes réellement dues ,avec un taux d’intérêts au taux  légal .sur le prêt de 3.250.000 F ou 495.459.31 euros.(Pièce N° 4 et 5)

--Je joints également le détail du calcul du TEG faux et bien sur à votre avantage, ainsi que le calcul des sommes réellement dues ,avec un taux d’intérêts au taux  légal .sur le prêt  du 25 juillet 2001, pour la somme de 213.428.62 euros, mais comme il s’agit d’une escroquerie et non d’une erreur, le taux légal ne vous est pas du (Pièce N° 6 et 7) .

- Sur le troisième, (Pièce N° 8 et 9) en date du 25 septembre 2002 et converti par la suite, le 11septembre 2003 pour la somme de 150.000 euros, en crédit à long terme, alors que les deux premiers prêts vont être dénoncés, tout en indiquant au 1er janvier 2003 « que tout était en ordre »? – ( Voir courrier rassurant et malicieux) du 23 janvier 2002 !

 

Vous allez donc Monsieur Stuart GULLIVER dans ce contexte, régulariser successivement 3 prêts.

- Alors que vous aviez dénoncé les 2 autres (Pièce N° 10 et 10/1 ) (Pièce N° 11 )  20635 Responsabilité civile du banquier, la faute est avérée, HSBC refusera tout arrangement, me retournera mes chèques, fermera le compte de la SCI DANMARINE et détournera sur un compte impayé ! la somme de 19 930 € sur 2003 , cette somme étouffée pendant des années par HSBC ressortira lors de la distribution du prix forcée ,le dol est avéré Article 1116, (Pièce N° 11/1 )

(Pièce N° 11/2) Article 713 de connivence avec la greffière, mon avocat qui en réalité était celui d’HSBC voir ordonnance du 18 mai 2006 va remettre le titre aux adjudicataires alors qu’ils n’avaient pas payer le prix principal (J’ai toutes les preuves de cette escroquerie ) il s’agit d’un complot organisé (pénal) (pièce N° 12 ) déchéance des intérêts )

-De nouveau Monsieur Stuart GULLIVER ,avec vos conseils, vous allez en toute illégalité , non seulement faire une saisie immobilière sur mon appartement de CANET , mais en plus m’escroquer de 61 672 € environ ,en produisant des faux en trompant la religion des juges, profitant  de votre position dominante. (Il s’agit de fraude et d’escroquerie au jugement)

-J’ai été de nouveau obligée de faire pratiquer une analyse financière par Expert , il se trouve que comme à l’accoutumé le  TEG est faux, on comprends mieux comment vous vous enrichissez !       - Sur ce prêt vous voulez m’escroquer Monsieur Stuart GULLIVER une somme de 61.672 €  

-Bien qu’alertés le TGI de Perpignan et la Cour d’Appel de MONTPELLIER vont valider vos mensonges et me condamner a payer 152.000 €+ frais etc, sans tenir compte de mes versements.

- Vous avez également Monsieur Stuart GULLIVER détourné en toute illégalité mes loyers  sur mon appartement de Canet depuis juillet 2010 soit une somme de 800 € x 30 mois = 24.000 €  + les intérêts + intérêts + travaux, locataires partis sans état des lieux avec les clés sur vos conseils.

-Vous avez également Monsieur Stuart GULLIVER d’office prélevé sur mes comptes, des agios pharaoniques à hauteur de 5000 F en moyenne par mois, selon le rapport de l’Expert financier.(Pièce N° 13 pénal )affligeant , ( réflexion sur 2001 2002 ( UBP HSBC prélève des agios alors que le compte n’est jamais débiteur, pour les autres mois le taux d’intérêt par la banque + 20% ) 

-Vous me devez donc immédiatement Monsieur Stuart GULLIVER la somme de  220 498 € sur les deux premiers prêts ,sur la saisie attribution la somme de 74.935 €que vous avez détourné illégalement, la somme de 24.000 € loyers détournés, environ 13000 €d’agios en bidouillant le TEG + prélèvement de 8000 € assurance.

-Vous m’avez également prélevé d’office une prime d’assurance PTIA d’environ 100 € par mois, lorsque j’ai été placée en invalidité suite a ce que vous me faites subir ,vous avez refusé de faire les démarches auprès de votre compagnie d’assurance ERISSA que vous m’avez imposé et en plus je n’ai jamais signé préalablement a l’acte de prêt, dans votre avenant § En tout état de cause si votre Compagnie d’assurance ne veut pas honorer ses engagements vous devez me rembourser .

- C’est donc environ 400.000 € preuves à l’appui que vous m’avez volé, uniquement en fraudant sur le TEG ? Pour le reste la plainte pénale suit son cours et c’est plusieurs millions d’euros que vous me devez .

- Il s’avère que si je vous dois encore une petite somme d’environ 40.000 € sur le prêt de 150.000 € ,compte tenu de ce que vous m’avez volé la compensation s’opère de plein droit art 1289 (Pièce N° 13/1)  mais compte tenu de l’ampleur du préjudice je ne vous dois rien du tout .

- Il serait judicieux dans votre intérêt de stopper cette saisie frauduleuse , qqui est confirmé par la production de faux au pénal, je sais que les décisions de justice sont toujours en votre faveur, mais actuellement ,je ne crois pas que cela puisse durer plus longtemps ( les preuves sont accablantes, la justice ne pourra plus aller contre l’évidence ).

- Au cas où il vous prendrait l’idée de vous retrancher lâchement derrière les contorsions judiciaires de vos affidés, prescription ou autres, ces lois sont inapplicables dans cette affaire, car il s’agit d’une escroquerie.

-Je vous suggère de leur donner les textes de lois applicables sur le territoire Français, sans les interprétées. (Pièce° 14 autorité de la chose jugée) cassation (Pièce N° 15 Offre préalable )conditions manquement au devoir de conseil et autres (Pièce N° 16) actes de prêts Professionnel ou non (cassation)

- Je joints quelques extraits de presse sur les agissements de HSBC (Pièce N° 17) ceci n’est qu’un échantillonnage. J’attends donc Monsieur Stuart GULLIVER le remboursement pour la somme de 400.000 € des intérêts que vous m’avez prélevé à tort au plus tard le 15 janvier 2013 .pour le reste cela suit son cour … Faute de quoi !

Recevez Monsieur Stuart GULLIVER ,mes salutations de circonstances .Pour la SCIDANMARINE Madame Yvette MICHAUD .

 

                       

Monsieur Stuart GULLIVER , certes , le patron de HSBC , est passé à confesse et a fait acte de contrition. Le nombre de salariés chargés de traquer l’argent sale a été multiplié par dix et le budget qui y est consacré, par neuf. Bel effort, mais vu son ampleur, c’est à se demander ce que faisait HSBC auparavant dans ce domaine.

HSBC ne s’est pas fait prier pour accepter l’accord proposé par les autorités américaines. Car finalement, ce n’est pas cher payé. La fameuse «amende record» était le scénario le plus clément envisagé par la justice. Il a aussi été question de réduire le périmètre d’activité de HSBC, voir carrément lui interdire son métier de banquier. Qu’est-ce qui a retenu le bras de la justice? Le fameux «too big to fail» (trop gros pour tomber). Une sanction trop lourde aurait fait peser des risques sur l’ensemble du système financier. Ce qui en dit long sur l’impasse dans laquelle nous nous trouvons en matière de régulation. Il faut frapper, mais pas trop pour ne pas déstabiliser le système. C’est sans doute ce qui a conduit également à trouver un arrangement avec Standard Chartered et ING, qui se sont aussi fait prendre les doigts dans le pot de confiture.

La SCI DANMARINE a dénoncé les faux et irrégularité de cette banque HSBC et de ses conseils OLIVIER placier et Patrick SAGARD !

Elle est assignée pour diffamation !!!! c’est facile .

Voir réponse de Monsieur STUART GULLIVER «  4 mai 2010 « Les décisions de justices sont toujours en faveur de la banque »

                                                                                  

04/09/2012, 22:21 | Par jamesinparis

Un documentaire qui ne contient rien de nouveau (à part les 5 avant-dernières minutes où les nominations Goldman Sachs depuis 2010 sont précisés) par rapport au documentaire Inside Job de 2010.

Pourtant, Arte a oublié de préciser que 98% des images et faits diffusés ont déjà été portés à l'attention du public il y a deux ans, dans cet excellent film-documentaire presenté au Festival de Cannes 2010 et au Festival de Film International de Toronto 2010.

Si c'est cela un "documentaire de choc", c'est que Arte considère (peut-être à raison) que la plupart des français et allemands sont lamentablement malinformés et désinformés. Dans ce ce cas, et si c'est cela informer en temps et en heure, on est vraiment foutu.

04/09/2012, 22:22 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de jamesinparis le 04/09/2012 à 22:21

J'ai acheté le CD sous titré en français . Je n'ai pas encore regardé.

Si c'est cela un documentaire de choque, c'est que Arte considère (peut-être à raison) que la plupart des français et allemands sont lamentablement malinformés et désinformés.

A raison..

05/09/2012, 11:52 | Par Liliane Baie en réponse au commentaire de jamesinparis le 04/09/2012 à 22:21

C'est vrai que cette information vient un peu tard, jamesinparis, mais elle vient, et c'est déjà bien, parce que la télévision touche des personnes qui ne sont pas branchées sur internet. Alors je pense que, plus on trouve de terrain pour informer sur la réalité du pouvoir, de ses canaux et de ses buts, mieux c'est. Et le documentaire est bien fait, sans effets alarmistes qui feraient fuir ceux qui n'ont pas une conscience aiguë de la manipulation médiatique habituelle à laquelle ils sont soumis. Mais il est implacable.

PS : pour ceux qui ne connaissent pas encore "Inside job" j'en avais fait une présentation ici : https://blogs.mediapart.fr/blog/liliane-baie/291110/propos-de-inside-job-le-film-la-verite-sur-la-crise-financiere

05/09/2012, 12:00 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Liliane Baie le 05/09/2012 à 11:52

Bonjour Liliane

Des citoyens de pays du monde entier ont été ruiné par cette banque, qui n'a jamais été sanctionnée. Et dont des membres ont pris la gouvernance de l'Europe. C'est un véritable scandale !

05/09/2012, 12:02 | Par brocéliande en réponse au commentaire de jamesinparis le 04/09/2012 à 22:21

1, 200 millions de personnes ont regardé le documentaire, sans compter les visionnages à venir sur arte.fr.

75000 personnes ont vu Inside job en France.  

Merci Giulletta d'avoir appelé à le regarder. 

05/09/2012, 13:20 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de brocéliande le 05/09/2012 à 12:02

Bonjour Brocéliande,

Le billet n'a été recommandés,  76 recommandés  fois sur facebook, mais plus nous sommes de fous à converger vers les mêmes idées, plus nous serons forts.

 

05/09/2012, 15:05 | Par brocéliande en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 05/09/2012 à 13:20

Rectification immédiate après avoir reçu le mail d'Arte :

Le documentaire Goldman Sachs La banque qui dirige le monde de Jérôme Fritel
et Marc Roche (coproduction : ARTE France, CAPA TV) diffusé hier soir, a réalisé
la meilleure audience en nombre de téléspectateurs de l’année pour une Thema du
mardi, avec 717 000 téléspectateurs et 2,7 % de part de marché*.

Mille excuses

05/09/2012, 17:20 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de brocéliande le 05/09/2012 à 15:05

6b24863c.gif

 

16/01/2013, 10:58 | Par yvette michaud en réponse au commentaire de brocéliande le 05/09/2012 à 15:05

SCI DANMARINE

Madame  Yvette  MICHAUD

12  Rue  Roland  Oudot

94000  CRETEIL

 

                                               RAR N° 1A 050 482 0226 3

                                                    LETTRE OUVERTE

Créteil le 24 décembre 2012

                                                                                   Société HSBC France

Monsieur Stuart Thomson GULLIVER      Président du Conseil d’administration

103, Avenue des Champs Elysées

75008 PARIS

Aff. :Michaud / HSBC /SCI DANMARINE

     escroquerie par jugement     

 

            Monsieur Stuart Thomson GULLIVER,      

 

Dans l'affaire citée en référence, Monsieur Stuart Thomson GULLIVER  , vous m'avez détourné  , les sommes suivantes concernant :

 

-        Le premier, acte de prêt ,en date du 12 avril 2000, pour la somme de 495.459.31 euros, pour les besoins de l’acquisition de l’immeuble ;

-        Le second, en date du 25 juillet 2001, pour la somme de 213.428.62 euros, pour les travaux de remise en état ;

-   Malgré mes nombreuses protestations, vous avez prélevé d’office directement sur les comptes de la SCI DANMARINE ou sur mon compte personnel des sommes qui ne vous étaient pas dues,en bidouillant le taux du TEG.

- Etant professionnel de la finance ,un tel détournement ne peut être considéré comme une erreur, mais bien une escroquerie, dont vous semblez coutumier de ces faits, confirmés par les nombreux articles de presse concernant vos activités délictueuses a l’international, mais aussi auprès de nombreux particuliers dont je fais partie .

- Afin de démontrer cette escroquerie, j’ai du fait pratiquer une analyse financière par un Expert reconnu .compte tenu que les décisions de justice « Vous donne toujours raison » même quand vous avez tort !

- J’ai du faire pratiquer à mes frais une analyse financière par un Expert reconnu, compte tenu que comme vous savez si bien le dire »les décisions de  justice vous donne toujours raison » même quand vous avez tort ! alors pourquoi vous gêner ! ( c’est d’ailleurs cette corruption qui a amené le monde à la crise en Europe ) (Pièce N° 1 et 2 )  

- Comme je le disais n’en déplaise au système judiciaire, votre calcul du taux du TEG est faux sur ces deux actes de prêts, en calculant le taux légal depuis l’origine du prêt vous me devez la somme de 220.498.89 € sans comptez les intérêts depuis le 18 août 2006, sans compter l’énorme préjudice ! (C’est un autre sujet)

-  En plus sournoisement ,vous allez vous servir d’office de connivence avec tous les protagonistes de cette affaire , vos conseils Olivier PLACIER BRUN ,ROCHER, SAGARD ,Huissier GOUTORBE Notaires,administratifs et ses affidés en tout genre et alors même qu’aucune demande ne sera formée à ce propos devant le Juge des ordres,vous allez procéder à une saisie attribution dans les livres de la Caisse des Dépôts et consignation de CRETEIL, pour la somme de 74.935.91 €,que vous avez détournée,selon acte en date du 26 mars 2008. (Pièce N° 3)

- J’ai donc là encore protesté vivement , en contestant le principe et le montant de cette demande,ce nouveau détournement d’office, dans la mesure ou une telle demande devait nécessairement être formée devant le juge en charge de la Distribution du Prix et dans le cas contraire, la banque serait forclose

-Comme vous le dites si bien Monsieur Stuart GULLIVER j’aurai beau faire, les décisions de justice vous donnent  raison !.A lors d’une manière ou d’une autre,il va falloir Monsieur Stuart GULLIVER rembourser ce que vous avez volé a la SCI DANMARINE, n’ayant plus rien a perdre ..

-Vous me devez donc Monsieur Stuart GULLIVER ajouter à la somme de 220.498.89 € la somme de 74.935.91 € plus les intérêts depuis le 18 août 2006 date a laquelle le bâtonnier de CRETEIL Monsieur Eric ALLAIN, vous a adressé un chèque de 853.811.57 € a mon insu et sans décision de justice !sans compter la somme de 218.000 € que j’avais payée jusqu’à la fermeture de mon compte, afin de justifier une dette pour organiser la saisie immobilière de ma SCI DANMARINE par HSBC .L’abus de droit est avéré .

-Je joints le détail du calcul du TEG qui est faux et bien sur à votre avantage, ainsi que le calcul des sommes réellement dues ,avec un taux d’intérêts au taux  légal .sur le prêt de 3.250.000 F ou 495.459.31 euros.(Pièce N° 4 et 5)

--Je joints également le détail du calcul du TEG faux et bien sur à votre avantage, ainsi que le calcul des sommes réellement dues ,avec un taux d’intérêts au taux  légal .sur le prêt  du 25 juillet 2001, pour la somme de 213.428.62 euros, mais comme il s’agit d’une escroquerie et non d’une erreur, le taux légal ne vous est pas du (Pièce N° 6 et 7) .

- Sur le troisième, (Pièce N° 8 et 9) en date du 25 septembre 2002 et converti par la suite, le 11septembre 2003 pour la somme de 150.000 euros, en crédit à long terme, alors que les deux premiers prêts vont être dénoncés, tout en indiquant au 1er janvier 2003 « que tout était en ordre »? – ( Voir courrier rassurant et malicieux) du 23 janvier 2002 !

 

Vous allez donc Monsieur Stuart GULLIVER dans ce contexte, régulariser successivement 3 prêts.

- Alors que vous aviez dénoncé les 2 autres (Pièce N° 10 et 10/1 ) (Pièce N° 11 )  20635 Responsabilité civile du banquier, la faute est avérée, HSBC refusera tout arrangement, me retournera mes chèques, fermera le compte de la SCI DANMARINE et détournera sur un compte impayé ! la somme de 19 930 € sur 2003 , cette somme étouffée pendant des années par HSBC ressortira lors de la distribution du prix forcée ,le dol est avéré Article 1116, (Pièce N° 11/1 )

(Pièce N° 11/2) Article 713 de connivence avec la greffière, mon avocat qui en réalité était celui d’HSBC voir ordonnance du 18 mai 2006 va remettre le titre aux adjudicataires alors qu’ils n’avaient pas payer le prix principal (J’ai toutes les preuves de cette escroquerie ) il s’agit d’un complot organisé (pénal) (pièce N° 12 ) déchéance des intérêts )

-De nouveau Monsieur Stuart GULLIVER ,avec vos conseils, vous allez en toute illégalité , non seulement faire une saisie immobilière sur mon appartement de CANET , mais en plus m’escroquer de 61 672 € environ ,en produisant des faux en trompant la religion des juges, profitant  de votre position dominante. (Il s’agit de fraude et d’escroquerie au jugement)

-J’ai été de nouveau obligée de faire pratiquer une analyse financière par Expert , il se trouve que comme à l’accoutumé le  TEG est faux, on comprends mieux comment vous vous enrichissez !       - Sur ce prêt vous voulez m’escroquer Monsieur Stuart GULLIVER une somme de 61.672 €  

-Bien qu’alertés le TGI de Perpignan et la Cour d’Appel de MONTPELLIER vont valider vos mensonges et me condamner a payer 152.000 €+ frais etc, sans tenir compte de mes versements.

- Vous avez également Monsieur Stuart GULLIVER détourné en toute illégalité mes loyers  sur mon appartement de Canet depuis juillet 2010 soit une somme de 800 € x 30 mois = 24.000 €  + les intérêts + intérêts + travaux, locataires partis sans état des lieux avec les clés sur vos conseils.

-Vous avez également Monsieur Stuart GULLIVER d’office prélevé sur mes comptes, des agios pharaoniques à hauteur de 5000 F en moyenne par mois, selon le rapport de l’Expert financier.(Pièce N° 13 pénal )affligeant , ( réflexion sur 2001 2002 ( UBP HSBC prélève des agios alors que le compte n’est jamais débiteur, pour les autres mois le taux d’intérêt par la banque + 20% ) 

-Vous me devez donc immédiatement Monsieur Stuart GULLIVER la somme de  220 498 € sur les deux premiers prêts ,sur la saisie attribution la somme de 74.935 €que vous avez détourné illégalement, la somme de 24.000 € loyers détournés, environ 13000 €d’agios en bidouillant le TEG + prélèvement de 8000 € assurance.

-Vous m’avez également prélevé d’office une prime d’assurance PTIA d’environ 100 € par mois, lorsque j’ai été placée en invalidité suite a ce que vous me faites subir ,vous avez refusé de faire les démarches auprès de votre compagnie d’assurance ERISSA que vous m’avez imposé et en plus je n’ai jamais signé préalablement a l’acte de prêt, dans votre avenant § En tout état de cause si votre Compagnie d’assurance ne veut pas honorer ses engagements vous devez me rembourser .

- C’est donc environ 400.000 € preuves à l’appui que vous m’avez volé, uniquement en fraudant sur le TEG ? Pour le reste la plainte pénale suit son cours et c’est plusieurs millions d’euros que vous me devez .

- Il s’avère que si je vous dois encore une petite somme d’environ 40.000 € sur le prêt de 150.000 € ,compte tenu de ce que vous m’avez volé la compensation s’opère de plein droit art 1289 (Pièce N° 13/1)  mais compte tenu de l’ampleur du préjudice je ne vous dois rien du tout .

- Il serait judicieux dans votre intérêt de stopper cette saisie frauduleuse , qqui est confirmé par la production de faux au pénal, je sais que les décisions de justice sont toujours en votre faveur, mais actuellement ,je ne crois pas que cela puisse durer plus longtemps ( les preuves sont accablantes, la justice ne pourra plus aller contre l’évidence ).

- Au cas où il vous prendrait l’idée de vous retrancher lâchement derrière les contorsions judiciaires de vos affidés, prescription ou autres, ces lois sont inapplicables dans cette affaire, car il s’agit d’une escroquerie.

-Je vous suggère de leur donner les textes de lois applicables sur le territoire Français, sans les interprétées. (Pièce° 14 autorité de la chose jugée) cassation (Pièce N° 15 Offre préalable )conditions manquement au devoir de conseil et autres (Pièce N° 16) actes de prêts Professionnel ou non (cassation)

- Je joints quelques extraits de presse sur les agissements de HSBC (Pièce N° 17) ceci n’est qu’un échantillonnage. J’attends donc Monsieur Stuart GULLIVER le remboursement pour la somme de 400.000 € des intérêts que vous m’avez prélevé à tort au plus tard le 15 janvier 2013 .pour le reste cela suit son cour … Faute de quoi !

Recevez Monsieur Stuart GULLIVER ,mes salutations de circonstances .Pour la SCIDANMARINE Madame Yvette MICHAUD .

 

                       

Monsieur Stuart GULLIVER , certes , le patron de HSBC , est passé à confesse et a fait acte de contrition. Le nombre de salariés chargés de traquer l’argent sale a été multiplié par dix et le budget qui y est consacré, par neuf. Bel effort, mais vu son ampleur, c’est à se demander ce que faisait HSBC auparavant dans ce domaine.

HSBC ne s’est pas fait prier pour accepter l’accord proposé par les autorités américaines. Car finalement, ce n’est pas cher payé. La fameuse «amende record» était le scénario le plus clément envisagé par la justice. Il a aussi été question de réduire le périmètre d’activité de HSBC, voir carrément lui interdire son métier de banquier. Qu’est-ce qui a retenu le bras de la justice? Le fameux «too big to fail» (trop gros pour tomber). Une sanction trop lourde aurait fait peser des risques sur l’ensemble du système financier. Ce qui en dit long sur l’impasse dans laquelle nous nous trouvons en matière de régulation. Il faut frapper, mais pas trop pour ne pas déstabiliser le système. C’est sans doute ce qui a conduit également à trouver un arrangement avec Standard Chartered et ING, qui se sont aussi fait prendre les doigts dans le pot de confiture.

La SCI DANMARINE a dénoncé les faux et irrégularité de cette banque HSBC et de ses conseils OLIVIER placier et Patrick SAGARD !

Elle est assignée pour diffamation !!!! c’est facile .

Voir réponse de Monsieur STUART GULLIVER «  4 mai 2010 « Les décisions de justices sont toujours en faveur de la banque »

                                                                                  

05/09/2012, 12:22 | Par jamesinparis en réponse au commentaire de brocéliande le 05/09/2012 à 12:02

@Broceliande

Je suis d'accord avec vous : c'est une bonne chose...

Mais si on avait un service audiovisuel et des journalistes qui informaient en temps et en heure, et non pas quelques années après ?

Arte était en vacances pendant tout ce temps ? Ou considérait que toutes ces informations ne valaient pas que la chaine agisse en temps réel ?

N'y a-t-il pas un devoir d'informer pour les professionnels de l'information ?

05/09/2012, 13:02 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de jamesinparis le 05/09/2012 à 12:22

 

Ce reportage sur Goldman Sachs,  mais je ne sais plus si c'était un reportage Arte.

 

 

 

05/09/2012, 16:18 | Par Liliane Baie en réponse au commentaire de jamesinparis le 05/09/2012 à 12:22

A propos de votre remarque, jamesinparis, je soulignerai que votre expression est très juste : en effet, si l'on se contente de parler du "droit à l'information" on se place du côté du citoyen, et il est difficile de préciser de quelle information on parle.

Tandis que si l'on parle du devoir d'informer, là on considère ceux à qui l'on pourrait attribuer cette obligation, journalistes ou politiques. C'est là que cela deviendrait intéressant...

16/01/2013, 10:59 | Par yvette michaud en réponse au commentaire de Liliane Baie le 05/09/2012 à 16:18

SCI DANMARINE

Madame  Yvette  MICHAUD

12  Rue  Roland  Oudot

94000  CRETEIL

 

                                               RAR N° 1A 050 482 0226 3

                                                    LETTRE OUVERTE

Créteil le 24 décembre 2012

                                                                                   Société HSBC France

Monsieur Stuart Thomson GULLIVER      Président du Conseil d’administration

103, Avenue des Champs Elysées

75008 PARIS

Aff. :Michaud / HSBC /SCI DANMARINE

     escroquerie par jugement     

 

            Monsieur Stuart Thomson GULLIVER,      

 

Dans l'affaire citée en référence, Monsieur Stuart Thomson GULLIVER  , vous m'avez détourné  , les sommes suivantes concernant :

 

-        Le premier, acte de prêt ,en date du 12 avril 2000, pour la somme de 495.459.31 euros, pour les besoins de l’acquisition de l’immeuble ;

-        Le second, en date du 25 juillet 2001, pour la somme de 213.428.62 euros, pour les travaux de remise en état ;

-   Malgré mes nombreuses protestations, vous avez prélevé d’office directement sur les comptes de la SCI DANMARINE ou sur mon compte personnel des sommes qui ne vous étaient pas dues,en bidouillant le taux du TEG.

- Etant professionnel de la finance ,un tel détournement ne peut être considéré comme une erreur, mais bien une escroquerie, dont vous semblez coutumier de ces faits, confirmés par les nombreux articles de presse concernant vos activités délictueuses a l’international, mais aussi auprès de nombreux particuliers dont je fais partie .

- Afin de démontrer cette escroquerie, j’ai du fait pratiquer une analyse financière par un Expert reconnu .compte tenu que les décisions de justice « Vous donne toujours raison » même quand vous avez tort !

- J’ai du faire pratiquer à mes frais une analyse financière par un Expert reconnu, compte tenu que comme vous savez si bien le dire »les décisions de  justice vous donne toujours raison » même quand vous avez tort ! alors pourquoi vous gêner ! ( c’est d’ailleurs cette corruption qui a amené le monde à la crise en Europe ) (Pièce N° 1 et 2 )  

- Comme je le disais n’en déplaise au système judiciaire, votre calcul du taux du TEG est faux sur ces deux actes de prêts, en calculant le taux légal depuis l’origine du prêt vous me devez la somme de 220.498.89 € sans comptez les intérêts depuis le 18 août 2006, sans compter l’énorme préjudice ! (C’est un autre sujet)

-  En plus sournoisement ,vous allez vous servir d’office de connivence avec tous les protagonistes de cette affaire , vos conseils Olivier PLACIER BRUN ,ROCHER, SAGARD ,Huissier GOUTORBE Notaires,administratifs et ses affidés en tout genre et alors même qu’aucune demande ne sera formée à ce propos devant le Juge des ordres,vous allez procéder à une saisie attribution dans les livres de la Caisse des Dépôts et consignation de CRETEIL, pour la somme de 74.935.91 €,que vous avez détournée,selon acte en date du 26 mars 2008. (Pièce N° 3)

- J’ai donc là encore protesté vivement , en contestant le principe et le montant de cette demande,ce nouveau détournement d’office, dans la mesure ou une telle demande devait nécessairement être formée devant le juge en charge de la Distribution du Prix et dans le cas contraire, la banque serait forclose

-Comme vous le dites si bien Monsieur Stuart GULLIVER j’aurai beau faire, les décisions de justice vous donnent  raison !.A lors d’une manière ou d’une autre,il va falloir Monsieur Stuart GULLIVER rembourser ce que vous avez volé a la SCI DANMARINE, n’ayant plus rien a perdre ..

-Vous me devez donc Monsieur Stuart GULLIVER ajouter à la somme de 220.498.89 € la somme de 74.935.91 € plus les intérêts depuis le 18 août 2006 date a laquelle le bâtonnier de CRETEIL Monsieur Eric ALLAIN, vous a adressé un chèque de 853.811.57 € a mon insu et sans décision de justice !sans compter la somme de 218.000 € que j’avais payée jusqu’à la fermeture de mon compte, afin de justifier une dette pour organiser la saisie immobilière de ma SCI DANMARINE par HSBC .L’abus de droit est avéré .

-Je joints le détail du calcul du TEG qui est faux et bien sur à votre avantage, ainsi que le calcul des sommes réellement dues ,avec un taux d’intérêts au taux  légal .sur le prêt de 3.250.000 F ou 495.459.31 euros.(Pièce N° 4 et 5)

--Je joints également le détail du calcul du TEG faux et bien sur à votre avantage, ainsi que le calcul des sommes réellement dues ,avec un taux d’intérêts au taux  légal .sur le prêt  du 25 juillet 2001, pour la somme de 213.428.62 euros, mais comme il s’agit d’une escroquerie et non d’une erreur, le taux légal ne vous est pas du (Pièce N° 6 et 7) .

- Sur le troisième, (Pièce N° 8 et 9) en date du 25 septembre 2002 et converti par la suite, le 11septembre 2003 pour la somme de 150.000 euros, en crédit à long terme, alors que les deux premiers prêts vont être dénoncés, tout en indiquant au 1er janvier 2003 « que tout était en ordre »? – ( Voir courrier rassurant et malicieux) du 23 janvier 2002 !

 

Vous allez donc Monsieur Stuart GULLIVER dans ce contexte, régulariser successivement 3 prêts.

- Alors que vous aviez dénoncé les 2 autres (Pièce N° 10 et 10/1 ) (Pièce N° 11 )  20635 Responsabilité civile du banquier, la faute est avérée, HSBC refusera tout arrangement, me retournera mes chèques, fermera le compte de la SCI DANMARINE et détournera sur un compte impayé ! la somme de 19 930 € sur 2003 , cette somme étouffée pendant des années par HSBC ressortira lors de la distribution du prix forcée ,le dol est avéré Article 1116, (Pièce N° 11/1 )

(Pièce N° 11/2) Article 713 de connivence avec la greffière, mon avocat qui en réalité était celui d’HSBC voir ordonnance du 18 mai 2006 va remettre le titre aux adjudicataires alors qu’ils n’avaient pas payer le prix principal (J’ai toutes les preuves de cette escroquerie ) il s’agit d’un complot organisé (pénal) (pièce N° 12 ) déchéance des intérêts )

-De nouveau Monsieur Stuart GULLIVER ,avec vos conseils, vous allez en toute illégalité , non seulement faire une saisie immobilière sur mon appartement de CANET , mais en plus m’escroquer de 61 672 € environ ,en produisant des faux en trompant la religion des juges, profitant  de votre position dominante. (Il s’agit de fraude et d’escroquerie au jugement)

-J’ai été de nouveau obligée de faire pratiquer une analyse financière par Expert , il se trouve que comme à l’accoutumé le  TEG est faux, on comprends mieux comment vous vous enrichissez !       - Sur ce prêt vous voulez m’escroquer Monsieur Stuart GULLIVER une somme de 61.672 €  

-Bien qu’alertés le TGI de Perpignan et la Cour d’Appel de MONTPELLIER vont valider vos mensonges et me condamner a payer 152.000 €+ frais etc, sans tenir compte de mes versements.

- Vous avez également Monsieur Stuart GULLIVER détourné en toute illégalité mes loyers  sur mon appartement de Canet depuis juillet 2010 soit une somme de 800 € x 30 mois = 24.000 €  + les intérêts + intérêts + travaux, locataires partis sans état des lieux avec les clés sur vos conseils.

-Vous avez également Monsieur Stuart GULLIVER d’office prélevé sur mes comptes, des agios pharaoniques à hauteur de 5000 F en moyenne par mois, selon le rapport de l’Expert financier.(Pièce N° 13 pénal )affligeant , ( réflexion sur 2001 2002 ( UBP HSBC prélève des agios alors que le compte n’est jamais débiteur, pour les autres mois le taux d’intérêt par la banque + 20% ) 

-Vous me devez donc immédiatement Monsieur Stuart GULLIVER la somme de  220 498 € sur les deux premiers prêts ,sur la saisie attribution la somme de 74.935 €que vous avez détourné illégalement, la somme de 24.000 € loyers détournés, environ 13000 €d’agios en bidouillant le TEG + prélèvement de 8000 € assurance.

-Vous m’avez également prélevé d’office une prime d’assurance PTIA d’environ 100 € par mois, lorsque j’ai été placée en invalidité suite a ce que vous me faites subir ,vous avez refusé de faire les démarches auprès de votre compagnie d’assurance ERISSA que vous m’avez imposé et en plus je n’ai jamais signé préalablement a l’acte de prêt, dans votre avenant § En tout état de cause si votre Compagnie d’assurance ne veut pas honorer ses engagements vous devez me rembourser .

- C’est donc environ 400.000 € preuves à l’appui que vous m’avez volé, uniquement en fraudant sur le TEG ? Pour le reste la plainte pénale suit son cours et c’est plusieurs millions d’euros que vous me devez .

- Il s’avère que si je vous dois encore une petite somme d’environ 40.000 € sur le prêt de 150.000 € ,compte tenu de ce que vous m’avez volé la compensation s’opère de plein droit art 1289 (Pièce N° 13/1)  mais compte tenu de l’ampleur du préjudice je ne vous dois rien du tout .

- Il serait judicieux dans votre intérêt de stopper cette saisie frauduleuse , qqui est confirmé par la production de faux au pénal, je sais que les décisions de justice sont toujours en votre faveur, mais actuellement ,je ne crois pas que cela puisse durer plus longtemps ( les preuves sont accablantes, la justice ne pourra plus aller contre l’évidence ).

- Au cas où il vous prendrait l’idée de vous retrancher lâchement derrière les contorsions judiciaires de vos affidés, prescription ou autres, ces lois sont inapplicables dans cette affaire, car il s’agit d’une escroquerie.

-Je vous suggère de leur donner les textes de lois applicables sur le territoire Français, sans les interprétées. (Pièce° 14 autorité de la chose jugée) cassation (Pièce N° 15 Offre préalable )conditions manquement au devoir de conseil et autres (Pièce N° 16) actes de prêts Professionnel ou non (cassation)

- Je joints quelques extraits de presse sur les agissements de HSBC (Pièce N° 17) ceci n’est qu’un échantillonnage. J’attends donc Monsieur Stuart GULLIVER le remboursement pour la somme de 400.000 € des intérêts que vous m’avez prélevé à tort au plus tard le 15 janvier 2013 .pour le reste cela suit son cour … Faute de quoi !

Recevez Monsieur Stuart GULLIVER ,mes salutations de circonstances .Pour la SCIDANMARINE Madame Yvette MICHAUD .

 

                       

Monsieur Stuart GULLIVER , certes , le patron de HSBC , est passé à confesse et a fait acte de contrition. Le nombre de salariés chargés de traquer l’argent sale a été multiplié par dix et le budget qui y est consacré, par neuf. Bel effort, mais vu son ampleur, c’est à se demander ce que faisait HSBC auparavant dans ce domaine.

HSBC ne s’est pas fait prier pour accepter l’accord proposé par les autorités américaines. Car finalement, ce n’est pas cher payé. La fameuse «amende record» était le scénario le plus clément envisagé par la justice. Il a aussi été question de réduire le périmètre d’activité de HSBC, voir carrément lui interdire son métier de banquier. Qu’est-ce qui a retenu le bras de la justice? Le fameux «too big to fail» (trop gros pour tomber). Une sanction trop lourde aurait fait peser des risques sur l’ensemble du système financier. Ce qui en dit long sur l’impasse dans laquelle nous nous trouvons en matière de régulation. Il faut frapper, mais pas trop pour ne pas déstabiliser le système. C’est sans doute ce qui a conduit également à trouver un arrangement avec Standard Chartered et ING, qui se sont aussi fait prendre les doigts dans le pot de confiture.

La SCI DANMARINE a dénoncé les faux et irrégularité de cette banque HSBC et de ses conseils OLIVIER placier et Patrick SAGARD !

Elle est assignée pour diffamation !!!! c’est facile .

Voir réponse de Monsieur STUART GULLIVER «  4 mai 2010 « Les décisions de justices sont toujours en faveur de la banque »

                                                                                  

05/09/2012, 15:34 | Par louisebear

Contente de retrouver marc Roche, auteur du livre "La Banque" et qui rappelle au début de son livre la phrase célèbre du Boss  de GS: "Je fais le travail de Dieu"

Un doc qui éclaircit les impénétrables voies du Seigneur!

Seul, Jean-Claude Trichet n'a pas dit de mensonges aux journalistes lorsqu'on lui demande ce qu'il en est de son successeur M Draghi

 en disant:Je ne peux pas répondre à votre question.. donc vous ne me l'avez pas posée...!

Clair!

06/09/2012, 11:55 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de louisebear le 05/09/2012 à 15:34

Seul, Jean-Claude Trichet n'a pas dit de mensonges aux journalistes lorsqu'on lui demande ce qu'il en est de son successeur M Draghi

 en disant:Je ne peux pas répondre à votre question.. donc vous ne me l'avez pas posée...!

 

Oui très clair Déçu

http://www.melvineenaction.com/Europe/Draghi-Un-Bankster-a-la-tete-dune-Bad-Banque.html

 

07/09/2012, 16:23 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

Draghi oblige Rome et Madrid à demander une aide européenne

http://www.mediapart.fr/journal/international/060912/draghi-oblige-rome-et-madrid-demander-une-aide-europeenne

Comme attendu, l'institution de Francfort a expliqué qu'elle rachètera uniquement des dettes de courte maturité – de un à trois ans. Avec une condition forte : seuls les pays qui ont sollicité une aide financière auprès de Bruxelles (ce qui est le cas, aujourd'hui, de la Grèce, de l'Irlande ou du Portugal) pourront profiter de ces programmes de rachat.

En toute logique, si l'on suit le raisonnement de Draghi, l'Espagne et l'Italie vont donc devoir demander une aide européenne en bonne et due forme. C'est-à-dire, très concrètement, accueillir une « troïka » sur leur sol, constituée d'experts du Fonds monétaire international (FMI), de la BCE et de la Commission européenne

L'annonce de Draghi recoupe en partie la proposition pour laquelle Mario Monti, le chef du gouvernement italien, avait bataillé, lors du Conseil européen de fin juin. À l'époque, Monti avait obtenu, contre l'avis d'Angela Merkel, que des États en crise, mais jugés « vertueux », c'est-à-dire engagés dans des réformes structurelles et des programmes d'austérité crédibles, puissent profiter de rachat de leur dette par le futur Mécanisme européen de stabilité (MES). Dans le scénario de Draghi, ce rachat est assuré, non pas par le MES, mais par la BCE directement. Les « deux Mario », en tout cas, avancent de concert.



 

08/09/2012, 00:56 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

08/09/2012, 10:59 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

A lire sur le Monde.fr

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/05/11/goldman-sachs-enquete-sur-une-societe-secrete_1698970_3234.html

Depuis la crise de 2008 dont il est sorti grand gagnant, le groupe n'a cessé d'engranger succès sur succès. Mais le monde a changé. Depuis 2010, Goldman Sachs travaille en permanence sous les projecteurs des médias. Si la banque continue de maintenir sa position de leader sur le front de la finance, son image s'est considérablement ternie. De la crise des crédits à risque subprimes au maquillage des comptes grecs, des paris contre les clients au réseau d'influence politique tentaculaire... elle ne sait plus où donner de la tête face aux attaques de la presse qui entachent sa réputation. Autrefois synonyme d'excellence, l'étiquette de Goldman est désormais parfois lourde à porter.

Un petit retour en arrière s'impose à ce stade. C'est à Londres que l'aventure européenne de GS a commencé dans la foulée du "Big Bang" de 1986, la libéralisation totale de la City. Goldman Sachs International, la première filière à l'étranger, voit le jour. Les premiers conseillers pays non américains sont recrutés. Ces missi dominici doivent se servir de leur carnet d'adresses pour faire connaître la banque, qui est à l'époque un partenariat de taille moyenne sur le continent, l'informer des us et coutumes de la vie des affaires et de la situation politique.

A la fin des années 1980, le groupe s'étend au reste de l'Europe, en particulier en France, en Italie et en Allemagne. Dans l'Hexagone, Jacques Mayoux, ancien président de la Société générale qui fut également le patron du groupe sidérurgique Sacilor, est nommé vice-président de Goldman Sachs Europe. En 2004, Charles de Croisset, ancien patron du Crédit Commercial de France (CCF), lui succède.

Bon nombre de ces nominations ont été supervisées par l'ancien commissaire européen Peter Sutherland. L'Irlandais sait renvoyer l'ascenseur. Ainsi, en mai 2010, il a coopté Mario Monti pour le remplacer à la présidence européenne de la Trilatérale, un des plus prestigieux cénacles de l'élite internationale.

Leur tâche prioritaire consiste à recueillir des informations en toute légalité sur les opérations à venir ou sur la politique de taux d'intérêt des banques centrales. La banque aime placer ses hommes sans jamais laisser tomber le masque. C'est pourquoi ses hommes liges cachent cette filiation quand ils donnent une interview ou mènent une mission officielle. Bien introduits, ces "ex" bavardent de choses et d'autres avec leurs interlocuteurs. Les langues se délient devant des personnages d'une telle trempe. Ils "sentent le vent" comme on dit familièrement. Les informations exclusives circulent ensuite dans les salles de marché de la banque.

Un ancien associé de Goldman Sachs à la BCE, un ex-entremetteur à la tête du gouvernement italien, un proche au pouvoir en Grèce : pour ses contempteurs, la banque dispose aujourd'hui d'un fantastique relais à Francfort, Rome et Athènes qui pourrait s'avérer utile en ces temps tourmentés.


 


 



 

08/09/2012, 23:09 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE






Le Portugal renforce l'austérité

Les cotisations des salariés passeront ainsi de 11% à 18% tandis que celles des entreprises seront ramenées de 23,75% à 18%.

«Le gouvernement a décidé d’augmenter les contributions à la Sécurité sociale du secteur privé à 18% ce qui nous permettra en contrepartie de réduire les cotisations patronales fixées également à 18%», a dit le Premier ministre dans une déclaration à la Nation d’une vingtaine de minutes.

Jusqu'à présent les évaluations de la troïka se sont toujours soldées par des satisfecit permettant au Portugal d’acquérir, contrairement à la Grèce, l’image d’un «bon élève» appliquant à la lettre les recettes de ses bailleurs de fonds.

En échange du plan d’aide le Portugal s’est engagé à appliquer un programme de réformes et de rigueur qui a déjà donné lieu à des réductions de salaires des fonctionnaires et à des hausses d’impôts.

De nouvelles mesures d’austérité pour l’année prochaine étaient toutefois inévitables après que le Tribunal Constitutionnel eut rejeté en juillet dernier la suppression en 2013 des 13è et 14è mois de salaires des fonctionnaires, une mesure dont le gouvernement attendait un gain d’environ 2 milliards d’euros.

L’austérité a en outre mis à mal l'économie portugaise qui a reculé de 3,3% au deuxième trimestre alors que le gouvernement a prévu une contraction de 3% pour l’ensemble de l’année en cours.

Dans le même temps, le chômage, que le Premier ministre a qualifié d'«intolérable», devrait l’année prochaine atteindre, selon des prévisions officielles, le taux record de 16%.

La récession a également entraîné une chute des recettes fiscales, ce qui ne devrait pas permettre au gouvernement d’atteindre son objectif de ramener cette année le déficit budgétaire à 4,5% PIB.

Toutefois, la récente décision de la BCE d’acheter la dette des pays les plus fragiles est venue apporter une lueur d’espoir. Elle pourrait en effet permettre au Portugal de se refinancer sur les marchés de la dette à partir de septembre 2013, comme le gouvernement l’a prévu.

Mais les nouvelles mesures annoncées ont provoqué de vives critiques de la part du Parti socialiste, la principale formation d’opposition. «Le PS s’y oppose car elles dépassent toutes les limites de ce qui admissible», a ainsi déclaré le chef du groupe parlementaire socialiste Carlos Zorrinho.

http://www.liberation.fr/monde/2012/09/07/le-portugal-renforce-l-austerite_844888

08/09/2012, 23:11 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

 

 

 

 

 

Plus de 12.000 manifestants sont descendus dans la rue samedi soir à Salonique (nord) pour protester contre les nouvelles mesures de rigueur réclamées à la Grèce par l'UE et le FMI, honorant le traditionnel rendez-vous de la rentrée sociale.

Ils dénonçaient l'intensification de la rigueur après plus de deux ans d'austérité, qui ont fait chuter le niveau de vie de 35% de l'aveu même du gouvernement, exploser le chômage, à près d'un quart de la population active, et aggravé la récession qui en est à sa cinquième année.

"Non à l'abolition d'acquis centenaires", "le peuple grec n'en peut plus", proclamaient des banderoles dans le cortège syndical, escorté de nombreuses ambulances attestant de la tension montante parmi le personnel médical contre les baisses de salaires et les coupes budgétaires.

Des supporteurs du club local de football Heraklis, coutumiers des violences, battaient aussi le pavé pour protester contre les difficultés économiques de leur équipe.

Plusieurs centaines de policiers, de pompiers et de garde-côtes en uniforme avaient déjà manifesté à la mi-journée dans la ville contre les coupes salariales les visant. "Quand la colère déferlera sur le parlement, nous serons avec le peuple", annonçait une de leurs banderoles.

Plusieurs milliers de militants communistes ont aussi défilé dans la matinée à Athènes contre les coupes dans les pensions et les prestations de santé.

08/09/2012, 23:12 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

 

 

 

 

 

http://fr.euronews.com/

Xenios Zeus... Assez ironiquement, le Dieu qui protégeait les étrangers dans la Grèce antique a donné son nom à la vaste opération lancée contre les sans papiers par la police grecque à Athènes depuis la semaine dernière.



Plus de 6.000 personnes soupçonnées d'être entrées illégalement dans le pays ont été interpellées. Beaucoup ont été conduites dans des centres de rétention vers la frontière gréco-turque, leur principale porte d'entrée, afin d'être reconduites vers leur pays d'origine aux frais d'Athènes.




Au total, 4.500 policiers ont été mobilisés pour cette opération. C'était l'une des promesses de campagne du chef du gouvernement de coalition qui a la lourde charge de diriger un pays confronté à la pire crise depuis des décennies, et veut ainsi reprendre le contrôle de la rue.




«Honnêtement, je vous demande à tous de soutenir l'opération, afin de mettre fin à des situations qui offensent notre civilisation, à Athènes, et progressivement dans toutes les autres régions du pays" a précisé le ministre chargé de la sécurité Nikos Dendias.




Une cinquième année consécutive de récession et un chômage record ont accru le ressentiment anti-immigrés dans le pays. Les grecs, déjà aux abois, les considèrent comme à l'origine de la hausse de criminalité dans un pays qui n'a déjà pas de travail à offrir.




Ces militants antifascistes accusent le gouvernement de vouloir éluder les vrais problèmes en surfant sur ce sentiment de rejet:




Tassos Anastasiades, mouvement KEERFA :

«Ils essaient de jouer la carte raciste. Pour détourner les gens des vrais problèmes qu'ils ont, dans leur porte monnaie et dans leur vie quotidienne, et que les immigrants deviennent les bouc émissaires en Grèce. "




Ce qui est sur, la question de l'immigration illégale a fait le lit de l'extrême droite en Grèce tous ces derniers mois. Lors des élections anticipées de juin, le parti néo-nazi, "Aube dorée" a enregistré une montée spectaculaire et fait son entrée au Parlement. Du jamais vu. Avec un slogan, "la Grèce aux Grecs" .




Car la Grèce connait depuis plus d'une décennie une explosion de l'immigration illégale. Voulant tenter leur chance en Europe, ils seraient 100 000 sans papiers à entrer chaque année dans ce pays de 9 millions d'habitants. Un phénomène qui s'est accompagné d'une montée des actes de violence raciste.




La Grèce a annoncé qu'elle allait tripler le nombre de ses gardes-frontières avec la Turquie. Au total 1.800 gardes-frontières contre 600 actuellement vont s'installer au département frontalier d'Evros.

20/09/2012, 00:32 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

Rothschild, une banque au pouvoir
Par Martine Orange. Parution septembre 2012. Albin Michel. 368 pages.

Capture_decran_2012-09-19_a_17.59.38.png

http://www.mediapart.fr/journal/economie/190912/rothschild-enquete-sur-une-banque-au-coeur-du-pouvoir



26/09/2012, 00:22 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

← Lettre ouverte d’élus de l’Essonne contre la ratification du traité Sarkozy-Merkel

Art de vivre – Un restaumobile à Paris : une quinzaine de jeunes chefs de différentes régions de France jusqu’à dimanche →

Rothschild: enquête sur une banque au cœur du pouvoir

Publié le 22 Septembre 2012 by werdna01

Au bout de la route – 21/09/12 – Marc Lafontan Au lendemain du 6 mai 2012, un jeune homme de 34 ans fait son entrée à l’Élysée. Il sera bien plus que le conseiller économique de François Hollande. Il l’a voulu, il l’a obtenu, le voilà au cœur du pouvoir présidentiel avec le titre envié de secrétaire général adjoint de la présidence de la République. Il s’appelle Emmanuel Macron et, après un détour par la philosophie, vient directement de la banque Rothschild où il était l’un des associés-gérants les plus remarqués. ScreenShot011.jpg  Le blason de la famille Rothschild

Emmanuel Macron a choisi son bureau : celui de François Pérol, cet ami de Nicolas Sarkozy, qui fut lui aussi secrétaire général adjoint de l’Élysée avant de prendre les commandes dans des conditions contestées du groupe Banques populaires-Caisses d’épargne. Avant l’Élysée, François Pérol venait lui aussi de faire une fortune express à la banque Rothschild.

Ainsi passent les hommes, les partis et les pouvoirs… et demeure la banque Rothschild. C’est l’histoire d’un pouvoir au cœur du pouvoir, à l’épicentre des influences, des affaires, des coups financiers et de la politique.

——

26/09/2012, 00:21 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

"Editée en juin 2007 au lendemain de l’élection de Nicolas Sarkozy, elle révèle tout d’abord la surreprésentation de la haute-finance, notamment des banques (Goldman Sachs), des fonds d’investissements et des hedge-funds, en lien avec des paradis fiscaux, dans les financements du premier parti de France (en nombre d’adhérents). La part des “délocalisés” du fisc français, installés en Suisse, en Belgique ou à Londres, saute également aux yeux.

Cette liste dévoile aussi une forme – à peine déguisée – de lobbying de grandes entreprises (françaises ou étrangères) et la présence, dans les rangs du Premier Cercle, de plusieurs personnalités étrangères influentes (pour l’essentiel anglo-saxonnes) dont les liens avec la France semblent a priori plus que limités, si ce n’est inexistants.

Argent de l'UMP : la liste secrète

http://www.mediapart.fr/journal/france/240912/argent-de-lump-la-liste-secrete


Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Sur les 544 membres du Premier Cercle de juin 2007, 147 appartiennent au monde de la haute-finance. Soit, à nouveau, un gros quart. Les plus grands banquiers de la place sont dans la liste : Charles de Croisset (Goldman Sachs), Michel David-Weill (Lazard), David de Rothschild (Rothschild), Nicholas Clive-Worms (Banque Worms), Edouard de Ribes (Rivaud), Charles-Henri Filippi (HSBC)...

S’agissant de la dizaine de grands donateurs de l’UMP résidant en Suisse, une majorité sont banquiers : Henri Danguy des Déserts (ancien de SG Private Bank), Jean-François de Clermont Tonnerre (banque Hottinger), Aimery Langlois-Meurinne (ancien de GBL et Meryll Linch), Christophe Mazurier (banque Pasche) ou Marc Odendall (ancien de Meryll Linch et JP Morgan).

Trois responsables de Lehman Brothers, dont la faillite en septembre 2008 a révélé des pratiques comptables plus que douteuses du géant bancaire, figurent également dans l’annuaire du Premier Cercle : Nicolas Pourcelet (managing director), Alexandre Capez (head of structured volatility) et Benoît d’Angelin (co-director investments Europe).

Trois cadres de la banque d’investissements new-yorkaise Cantor Fitzgerald, spécialisée dans le courtage de bons du Trésor américain et liée à la Réserve fédérale de New York, ont financé l’UMP : Alexandre Artus, Avi Bouhadana et Michael Halimi. Les trois ont élu domicile entre Londres et New-York.

Les hedge funds, ces fonds spéculatifs opaques et dérégulés, symboles du « capitalisme de casino », sont eux aussi bien représentés par leurs dirigeants dans la liste des grands donateurs de l’UMP : Talaris Capital, Concerto Capital Management, Alphagen, Centaurus, Blackstone, Amber Capital La plupart d’entre eux sont liés de très près aux paradis fiscaux, ceux-là mêmes que Nicolas Sarkozy dit avoir fait disparaître une fois élu — ils ne se sont en réalité jamais aussi bien portés (voir ici ou ).

Les archives de l’Autorité des marchés financiers (AMF) rappellent par exemple que le hedge fund Amber Capital, dont le patron Joseph Oughourlian est membre du Premier Cercle, est implanté aux Iles Cayman. De même qu’Olivier de Montal, ancien administrateur d’un hedge fund, Olympia Capital, lui aussi grand donateur de l’UMP, qui a revendiqué en janvier 2009 auprès des autorités américaines une domiciliation personnelle dans les Iles Cayman (voir document ci-dessous).

Autre membre du Premier Cercle, l’homme d’affaires Eric Le Moyne de Serigny, ancien collaborateur de l’ombre d’Eric Woerth au ministère du budget, avait quant à lui été qualifié d’« ange du paradis fiscal » par le site Rue89, qui avait publié une enquête révélant, documents à l’appui, l’implication de M. Serigny dans l’administration de sociétés-écran au Panama."

 

16/01/2013, 11:03 | Par yvette michaud en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 26/09/2012 à 00:21

SCI DANMARINE

Madame  Yvette  MICHAUD

12  Rue  Roland  Oudot

94000  CRETEIL

 

                                               RAR N° 1A 050 482 0226 3

                                                    LETTRE OUVERTE

Créteil le 24 décembre 2012

                                                                                   Société HSBC France

Monsieur Stuart Thomson GULLIVER      Président du Conseil d’administration

103, Avenue des Champs Elysées

75008 PARIS

Aff. :Michaud / HSBC /SCI DANMARINE

     escroquerie par jugement     

 

            Monsieur Stuart Thomson GULLIVER,      

 

Dans l'affaire citée en référence, Monsieur Stuart Thomson GULLIVER  , vous m'avez détourné  , les sommes suivantes concernant :

 

-        Le premier, acte de prêt ,en date du 12 avril 2000, pour la somme de 495.459.31 euros, pour les besoins de l’acquisition de l’immeuble ;

-        Le second, en date du 25 juillet 2001, pour la somme de 213.428.62 euros, pour les travaux de remise en état ;

-   Malgré mes nombreuses protestations, vous avez prélevé d’office directement sur les comptes de la SCI DANMARINE ou sur mon compte personnel des sommes qui ne vous étaient pas dues,en bidouillant le taux du TEG.

- Etant professionnel de la finance ,un tel détournement ne peut être considéré comme une erreur, mais bien une escroquerie, dont vous semblez coutumier de ces faits, confirmés par les nombreux articles de presse concernant vos activités délictueuses a l’international, mais aussi auprès de nombreux particuliers dont je fais partie .

- Afin de démontrer cette escroquerie, j’ai du fait pratiquer une analyse financière par un Expert reconnu .compte tenu que les décisions de justice « Vous donne toujours raison » même quand vous avez tort !

- J’ai du faire pratiquer à mes frais une analyse financière par un Expert reconnu, compte tenu que comme vous savez si bien le dire »les décisions de  justice vous donne toujours raison » même quand vous avez tort ! alors pourquoi vous gêner ! ( c’est d’ailleurs cette corruption qui a amené le monde à la crise en Europe ) (Pièce N° 1 et 2 )  

- Comme je le disais n’en déplaise au système judiciaire, votre calcul du taux du TEG est faux sur ces deux actes de prêts, en calculant le taux légal depuis l’origine du prêt vous me devez la somme de 220.498.89 € sans comptez les intérêts depuis le 18 août 2006, sans compter l’énorme préjudice ! (C’est un autre sujet)

-  En plus sournoisement ,vous allez vous servir d’office de connivence avec tous les protagonistes de cette affaire , vos conseils Olivier PLACIER BRUN ,ROCHER, SAGARD ,Huissier GOUTORBE Notaires,administratifs et ses affidés en tout genre et alors même qu’aucune demande ne sera formée à ce propos devant le Juge des ordres,vous allez procéder à une saisie attribution dans les livres de la Caisse des Dépôts et consignation de CRETEIL, pour la somme de 74.935.91 €,que vous avez détournée,selon acte en date du 26 mars 2008. (Pièce N° 3)

- J’ai donc là encore protesté vivement , en contestant le principe et le montant de cette demande,ce nouveau détournement d’office, dans la mesure ou une telle demande devait nécessairement être formée devant le juge en charge de la Distribution du Prix et dans le cas contraire, la banque serait forclose

-Comme vous le dites si bien Monsieur Stuart GULLIVER j’aurai beau faire, les décisions de justice vous donnent  raison !.A lors d’une manière ou d’une autre,il va falloir Monsieur Stuart GULLIVER rembourser ce que vous avez volé a la SCI DANMARINE, n’ayant plus rien a perdre ..

-Vous me devez donc Monsieur Stuart GULLIVER ajouter à la somme de 220.498.89 € la somme de 74.935.91 € plus les intérêts depuis le 18 août 2006 date a laquelle le bâtonnier de CRETEIL Monsieur Eric ALLAIN, vous a adressé un chèque de 853.811.57 € a mon insu et sans décision de justice !sans compter la somme de 218.000 € que j’avais payée jusqu’à la fermeture de mon compte, afin de justifier une dette pour organiser la saisie immobilière de ma SCI DANMARINE par HSBC .L’abus de droit est avéré .

-Je joints le détail du calcul du TEG qui est faux et bien sur à votre avantage, ainsi que le calcul des sommes réellement dues ,avec un taux d’intérêts au taux  légal .sur le prêt de 3.250.000 F ou 495.459.31 euros.(Pièce N° 4 et 5)

--Je joints également le détail du calcul du TEG faux et bien sur à votre avantage, ainsi que le calcul des sommes réellement dues ,avec un taux d’intérêts au taux  légal .sur le prêt  du 25 juillet 2001, pour la somme de 213.428.62 euros, mais comme il s’agit d’une escroquerie et non d’une erreur, le taux légal ne vous est pas du (Pièce N° 6 et 7) .

- Sur le troisième, (Pièce N° 8 et 9) en date du 25 septembre 2002 et converti par la suite, le 11septembre 2003 pour la somme de 150.000 euros, en crédit à long terme, alors que les deux premiers prêts vont être dénoncés, tout en indiquant au 1er janvier 2003 « que tout était en ordre »? – ( Voir courrier rassurant et malicieux) du 23 janvier 2002 !

 

Vous allez donc Monsieur Stuart GULLIVER dans ce contexte, régulariser successivement 3 prêts.

- Alors que vous aviez dénoncé les 2 autres (Pièce N° 10 et 10/1 ) (Pièce N° 11 )  20635 Responsabilité civile du banquier, la faute est avérée, HSBC refusera tout arrangement, me retournera mes chèques, fermera le compte de la SCI DANMARINE et détournera sur un compte impayé ! la somme de 19 930 € sur 2003 , cette somme étouffée pendant des années par HSBC ressortira lors de la distribution du prix forcée ,le dol est avéré Article 1116, (Pièce N° 11/1 )

(Pièce N° 11/2) Article 713 de connivence avec la greffière, mon avocat qui en réalité était celui d’HSBC voir ordonnance du 18 mai 2006 va remettre le titre aux adjudicataires alors qu’ils n’avaient pas payer le prix principal (J’ai toutes les preuves de cette escroquerie ) il s’agit d’un complot organisé (pénal) (pièce N° 12 ) déchéance des intérêts )

-De nouveau Monsieur Stuart GULLIVER ,avec vos conseils, vous allez en toute illégalité , non seulement faire une saisie immobilière sur mon appartement de CANET , mais en plus m’escroquer de 61 672 € environ ,en produisant des faux en trompant la religion des juges, profitant  de votre position dominante. (Il s’agit de fraude et d’escroquerie au jugement)

-J’ai été de nouveau obligée de faire pratiquer une analyse financière par Expert , il se trouve que comme à l’accoutumé le  TEG est faux, on comprends mieux comment vous vous enrichissez !       - Sur ce prêt vous voulez m’escroquer Monsieur Stuart GULLIVER une somme de 61.672 €  

-Bien qu’alertés le TGI de Perpignan et la Cour d’Appel de MONTPELLIER vont valider vos mensonges et me condamner a payer 152.000 €+ frais etc, sans tenir compte de mes versements.

- Vous avez également Monsieur Stuart GULLIVER détourné en toute illégalité mes loyers  sur mon appartement de Canet depuis juillet 2010 soit une somme de 800 € x 30 mois = 24.000 €  + les intérêts + intérêts + travaux, locataires partis sans état des lieux avec les clés sur vos conseils.

-Vous avez également Monsieur Stuart GULLIVER d’office prélevé sur mes comptes, des agios pharaoniques à hauteur de 5000 F en moyenne par mois, selon le rapport de l’Expert financier.(Pièce N° 13 pénal )affligeant , ( réflexion sur 2001 2002 ( UBP HSBC prélève des agios alors que le compte n’est jamais débiteur, pour les autres mois le taux d’intérêt par la banque + 20% ) 

-Vous me devez donc immédiatement Monsieur Stuart GULLIVER la somme de  220 498 € sur les deux premiers prêts ,sur la saisie attribution la somme de 74.935 €que vous avez détourné illégalement, la somme de 24.000 € loyers détournés, environ 13000 €d’agios en bidouillant le TEG + prélèvement de 8000 € assurance.

-Vous m’avez également prélevé d’office une prime d’assurance PTIA d’environ 100 € par mois, lorsque j’ai été placée en invalidité suite a ce que vous me faites subir ,vous avez refusé de faire les démarches auprès de votre compagnie d’assurance ERISSA que vous m’avez imposé et en plus je n’ai jamais signé préalablement a l’acte de prêt, dans votre avenant § En tout état de cause si votre Compagnie d’assurance ne veut pas honorer ses engagements vous devez me rembourser .

- C’est donc environ 400.000 € preuves à l’appui que vous m’avez volé, uniquement en fraudant sur le TEG ? Pour le reste la plainte pénale suit son cours et c’est plusieurs millions d’euros que vous me devez .

- Il s’avère que si je vous dois encore une petite somme d’environ 40.000 € sur le prêt de 150.000 € ,compte tenu de ce que vous m’avez volé la compensation s’opère de plein droit art 1289 (Pièce N° 13/1)  mais compte tenu de l’ampleur du préjudice je ne vous dois rien du tout .

- Il serait judicieux dans votre intérêt de stopper cette saisie frauduleuse , qqui est confirmé par la production de faux au pénal, je sais que les décisions de justice sont toujours en votre faveur, mais actuellement ,je ne crois pas que cela puisse durer plus longtemps ( les preuves sont accablantes, la justice ne pourra plus aller contre l’évidence ).

- Au cas où il vous prendrait l’idée de vous retrancher lâchement derrière les contorsions judiciaires de vos affidés, prescription ou autres, ces lois sont inapplicables dans cette affaire, car il s’agit d’une escroquerie.

-Je vous suggère de leur donner les textes de lois applicables sur le territoire Français, sans les interprétées. (Pièce° 14 autorité de la chose jugée) cassation (Pièce N° 15 Offre préalable )conditions manquement au devoir de conseil et autres (Pièce N° 16) actes de prêts Professionnel ou non (cassation)

- Je joints quelques extraits de presse sur les agissements de HSBC (Pièce N° 17) ceci n’est qu’un échantillonnage. J’attends donc Monsieur Stuart GULLIVER le remboursement pour la somme de 400.000 € des intérêts que vous m’avez prélevé à tort au plus tard le 15 janvier 2013 .pour le reste cela suit son cour … Faute de quoi !

Recevez Monsieur Stuart GULLIVER ,mes salutations de circonstances .Pour la SCIDANMARINE Madame Yvette MICHAUD .

 

                       

Monsieur Stuart GULLIVER , certes , le patron de HSBC , est passé à confesse et a fait acte de contrition. Le nombre de salariés chargés de traquer l’argent sale a été multiplié par dix et le budget qui y est consacré, par neuf. Bel effort, mais vu son ampleur, c’est à se demander ce que faisait HSBC auparavant dans ce domaine.

HSBC ne s’est pas fait prier pour accepter l’accord proposé par les autorités américaines. Car finalement, ce n’est pas cher payé. La fameuse «amende record» était le scénario le plus clément envisagé par la justice. Il a aussi été question de réduire le périmètre d’activité de HSBC, voir carrément lui interdire son métier de banquier. Qu’est-ce qui a retenu le bras de la justice? Le fameux «too big to fail» (trop gros pour tomber). Une sanction trop lourde aurait fait peser des risques sur l’ensemble du système financier. Ce qui en dit long sur l’impasse dans laquelle nous nous trouvons en matière de régulation. Il faut frapper, mais pas trop pour ne pas déstabiliser le système. C’est sans doute ce qui a conduit également à trouver un arrangement avec Standard Chartered et ING, qui se sont aussi fait prendre les doigts dans le pot de confiture.

La SCI DANMARINE a dénoncé les faux et irrégularité de cette banque HSBC et de ses conseils OLIVIER placier et Patrick SAGARD !

Elle est assignée pour diffamation !!!! c’est facile .

Voir réponse de Monsieur STUART GULLIVER «  4 mai 2010 « Les décisions de justices sont toujours en faveur de la banque »

                                                                                  

13/11/2012, 16:26 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

La surveillance complète des banques européennes repoussée à 2014

http://www.mediapart.fr/journal/economie/191012/la-surveillance-complete-des-banques-europeennes-repoussee-2014

Les chefs d'État et de gouvernement européens réunis en sommet à Bruxelles ont décidé d'accorder plus de temps à la Banque centrale européenne (BCE) pour mettre en œuvre la supervision des 6 000 banques de la zone euro, mais ils ont maintenu l'objectif d'une surveillance complète au 1er janvier 2014. Ce délai est une concession à l'Allemagne qui renâclait à voir la BCE surveiller ses caisses régionales, en échange duquel Berlin en accepte le principe.

Angela Merkel a précisé qu'une recapitalisation directe des banques ne pourrait intervenir qu'une fois que le mécanisme de supervision serait opérationnel, donc pas en 2013. François Hollande a félicité la Grèce pour ses progrès substantiels qui devraient lui permettre de rester dans la zone euro. Les Grecs ont, de leur côté, observé jeudi 18 octobre une deuxième journée de grève générale contre l'austérité en trois semaines. Des affrontements avec la police ont eu lieu à Athènes, sur la place Syntagma, devant le Parlement. Un manifestant de 65 ans est mort d'une crise cardiaque, trois autres ont été blessés, une cinquantaine de manifestants ont été interpellés

28/11/2012, 21:37 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

http://www.mediapart.fr/journal/economie/271112/un-canadien-la-tete-de-la-banque-d-angleterre-ou-le-couronnement-du-big-bang


En confiant la conduite de la politique monétaire britannique, et désormais de la surveillance bancaire de la première place financière européenne à un ancien de Goldman Sachs, dont Mark Carney fut un cadre dirigeant comme Mario Draghi mais bien plus longtemps (treize ans) que le président de la Banque centrale européenne, le très libéral Osborne brave une certaine opinion publique qui soupçonne la « pieuvre de Wall Street » de placer systématiquement les siens aux postes de commande de l’économie mondiale. À la différence que, relève ironiquement un ancien de Goldman, « personne ne peut reprocher à Carney d’avoir aidé un État européen à maquiller son endettement »… Une référence au travail de Draghi chez Goldman. Les professionnels de la théorie du complot vont certainement se délecter en apprenant qu'il a participé aux travaux de la Trilatérale et du groupe Bilderberg."

29/11/2012, 18:54 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

La cour européenne de justice valide «le secret défense» pour la BCE

La cour européenne de justice valide «le secret défense» pour la BCE

Au nom de la liberté de l’information, Bloomberg, enquêtant sur la crise grecque, avait demandé d’avoir accès à deux études internes soumises au conseil de la banque. Le premier était intitulé : « l’incidence des échanges hors-marché sur le déficit et la dette publics : le cas de la Grèce ». L’étude revenait sur le montage imaginé par Goldman Sachs qui avait permis à la Grèce d’emprunter 2,8 milliards d’euros à la banque en 2001 au travers de produits dérivés de dettes libellés en dollar et en yen émis par la Grèce. Ceux-ci par la suite avaient été échangés contre des euros auprès de la Banque centrale européenne.

 

29/11/2012, 18:59 | Par JoëlMartin

Attention, Giulietta.

Le lectorat chatouilleux va sévir grave.

Critiquer Goldman, c'est du pur antisémitisme...

InnocentClin d'œil

07/12/2012, 23:27 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de JoëlMartin le 29/11/2012 à 18:59

 

UBS ou l'industrialisation de la fraude fiscale

"UBS a industrialisé son système d’évasion fiscale partout dans le monde."Mais ce qu’allaient découvrir les contrôleurs dans leur enquête dépassait tout ce qu’ils auraient pu supposer : la banque organisait sur une large échelle et sur tout le territoire une évasion fiscale massive vers la Suisse, masquée par une comptabilité occulte et parallèle. Des cadres dirigeants jusqu’au sommet de la banque étaient totalement impliqués dans la fraude. L'identité des clients et les numéros de leurs comptes clandestins étaient notés à la main dans « le carnet de lait » avant d'être reportés dans un répertoire occulte baptisé « fichier vache ». Tout cela était totalement caché dans les comptes français de la banque mais soigneusement noté en Suisse. Car le calcul des bonus des cadres était aussi fonction des clients et des fortunes qu’ils avaient su rediriger vers la Suisse. Dix-huit mois plus tard, l’ACP, à la suite d’une nouvelle dénonciation anonyme fort documentée sur les pratiques de la banque en France, ouvrit officiellement le dossier. Un fait aurait dû lui mettre la puce à l’oreille plus tôt : comment était-il possible que la filiale française d’UBS, spécialisée uniquement dans la gestion de fortune, activité normalement très lucrative, soit systématiquement déficitaire depuis son installation à Paris en 2000 ? Pourquoi le groupe, censé être bon gestionnaire, ne prenait aucune mesure mais au contraire continuait à développer son maillage en France ?

 

09/12/2012, 17:21 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

La liste des évadés fiscaux d'HSBC en Suisse aurait été falsifiée

Or le juge d'instruction parisien René Cros est saisi depuis le mois de janvier d'une information judiciaire visant ces fichiers, pour "faux et usage de faux en écritures publiques" commis par une personne dépositaire de l'autorité publique, et "tentative d'escroquerie au jugement". L'avocat MeVincent Ollivier, dont l'un des clients est suspecté par le fisc d'avoir détenu illégalement des avoirs en Suisse, a déposé une plainte avec constitution de partie civile en octobre 2011 : il dénonce la "falsification d'un ou de plusieurs procès-verbaux de transmission des données informatiques".

LES AUTORITÉS FRANÇAISES ACCUSÉES

De fait, dans cette procédure, dont Le Monde a eu connaissance, deux procès-verbaux, établis par la gendarmerie française à quatre mois d'intervalle, portent le même numéro et font mention de l'année 2009, alors que le dernier a été rédigé en janvier 2010. Plus gênant, la justice suisse, qui n'a jamais accepté la manière dont la justice et le fisc français se sont approprié les données HSBC en 2008, accuse les autorités françaises d'avoir modifié les listings initiaux

Que dénoncent-ils, dans un rapport daté du 25 août 2010 ? L'expertise informatique "démontre qu'un des deux fichiers a été modifié". 

Qui a pu avoir intérêt à modifier ces données sensibles ? A-t-on voulu dissimuler des noms ? La gendarmerie française n'a pas voulu s'exprimer sur le sujet. A Bercy, on reconnaît le contentieux franco-suisse, mais on exclut toute modification des données informatiques.

LE RÔLE MOTEUR DE BERCY

Un deuxième aspect du dossier inquiète les autorités françaises. Dans un arrêt récent, le 7 mai, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, saisie d'une éventuelle irrégularité globale du dossier HSBC, affirme qu'"il ne résulte d'aucune pièce de la procédure que les services fiscaux français auraient participé directement ou indirectement à la production des documents dérobés, qu'ils les auraient commandés à M. Falciani...". Une mention importante, puisqu'elle rejette par avance toute requête des évadés fiscaux françaises contre l'administration fiscale.

Or, selon l'enquête du Monde, il semble bien que Bercy, du temps d'Eric Woerth, ait joué un rôle moteur dans l'affaire. D'ailleurs, devant la commission sénatoriale d'enquête sur l'évasion des capitaux, l'ex-procureur de Nice Eric de Montgolfier a eu une phrase lourde de sens: "J'ai en fait "blanchi" l'origine des données informatisées que je détenais judiciairement", a-t-il indiqué lors de son audition, le 22 mai, pour justifier la transmission au fisc de ces documents d'origine frauduleuse.

C'est lui qui avait recueilli les confidences de M. Falciani, en janvier 2009, lorsqu'il s'était réfugié dans le sud de la France. Les données informatiques avaient ensuite été saisies le 20 janvier 2009, lors d'une perquisition chez l'employé de HSBC. Pour être enfin transmises sept mois plus tard, le 9 juillet 2009, au fisc français.

Or, à Bercy, on admet avoir eu connaissance des fichiers volés dès avril 2008. A cette époque, M. Falciani est entré en contact, le 2 avril, avec un policier français, Philippe G., commandant de police à la direction centrale de la police judiciaire.

Celui-ci prévient ses homologues de Bercy. Il est tombé sur une véritable mine d'or : développeur en informatique, Hervé Falciani s'est procuré le fichier clients de HSBC, qu'il tente de monnayer au Liban. Selon Bercy, deux ou trois contacts ont lieu avec l'informaticien français.

C'est Jean-Patrick M., un agent de la direction nationale des enquêtes fiscales (DNEF), qui est chargé de "traiter" la source, qui se fait appeler "Ruben".


Pour lire l'article intégral par ce lien

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/07/23/la-liste-des-evades-fiscaux-de-la-banque-suisse-hsbc-aurait-ete-falsifiee_1736961_3224.html

16/01/2013, 11:13 | Par yvette michaud en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 09/12/2012 à 17:21

SCI DANMARINE

Madame  Yvette  MICHAUD

12  Rue  Roland  Oudot

94000  CRETEIL

 

                                               RAR N° 1A 050 482 0226 3

                                                    LETTRE OUVERTE

Créteil le 24 décembre 2012

                                                                                   Société HSBC France

Monsieur Stuart Thomson GULLIVER      Président du Conseil d’administration

103, Avenue des Champs Elysées

75008 PARIS

Aff. :Michaud / HSBC /SCI DANMARINE

     escroquerie par jugement     

 

            Monsieur Stuart Thomson GULLIVER,      

 

Dans l'affaire citée en référence, Monsieur Stuart Thomson GULLIVER  , vous m'avez détourné  , les sommes suivantes concernant :

 

-        Le premier, acte de prêt ,en date du 12 avril 2000, pour la somme de 495.459.31 euros, pour les besoins de l’acquisition de l’immeuble ;

-        Le second, en date du 25 juillet 2001, pour la somme de 213.428.62 euros, pour les travaux de remise en état ;

-   Malgré mes nombreuses protestations, vous avez prélevé d’office directement sur les comptes de la SCI DANMARINE ou sur mon compte personnel des sommes qui ne vous étaient pas dues,en bidouillant le taux du TEG.

- Etant professionnel de la finance ,un tel détournement ne peut être considéré comme une erreur, mais bien une escroquerie, dont vous semblez coutumier de ces faits, confirmés par les nombreux articles de presse concernant vos activités délictueuses a l’international, mais aussi auprès de nombreux particuliers dont je fais partie .

- Afin de démontrer cette escroquerie, j’ai du fait pratiquer une analyse financière par un Expert reconnu .compte tenu que les décisions de justice « Vous donne toujours raison » même quand vous avez tort !

- J’ai du faire pratiquer à mes frais une analyse financière par un Expert reconnu, compte tenu que comme vous savez si bien le dire »les décisions de  justice vous donne toujours raison » même quand vous avez tort ! alors pourquoi vous gêner ! ( c’est d’ailleurs cette corruption qui a amené le monde à la crise en Europe ) (Pièce N° 1 et 2 )  

- Comme je le disais n’en déplaise au système judiciaire, votre calcul du taux du TEG est faux sur ces deux actes de prêts, en calculant le taux légal depuis l’origine du prêt vous me devez la somme de 220.498.89 € sans comptez les intérêts depuis le 18 août 2006, sans compter l’énorme préjudice ! (C’est un autre sujet)

-  En plus sournoisement ,vous allez vous servir d’office de connivence avec tous les protagonistes de cette affaire , vos conseils Olivier PLACIER BRUN ,ROCHER, SAGARD ,Huissier GOUTORBE Notaires,administratifs et ses affidés en tout genre et alors même qu’aucune demande ne sera formée à ce propos devant le Juge des ordres,vous allez procéder à une saisie attribution dans les livres de la Caisse des Dépôts et consignation de CRETEIL, pour la somme de 74.935.91 €,que vous avez détournée,selon acte en date du 26 mars 2008. (Pièce N° 3)

- J’ai donc là encore protesté vivement , en contestant le principe et le montant de cette demande,ce nouveau détournement d’office, dans la mesure ou une telle demande devait nécessairement être formée devant le juge en charge de la Distribution du Prix et dans le cas contraire, la banque serait forclose

-Comme vous le dites si bien Monsieur Stuart GULLIVER j’aurai beau faire, les décisions de justice vous donnent  raison !.A lors d’une manière ou d’une autre,il va falloir Monsieur Stuart GULLIVER rembourser ce que vous avez volé a la SCI DANMARINE, n’ayant plus rien a perdre ..

-Vous me devez donc Monsieur Stuart GULLIVER ajouter à la somme de 220.498.89 € la somme de 74.935.91 € plus les intérêts depuis le 18 août 2006 date a laquelle le bâtonnier de CRETEIL Monsieur Eric ALLAIN, vous a adressé un chèque de 853.811.57 € a mon insu et sans décision de justice !sans compter la somme de 218.000 € que j’avais payée jusqu’à la fermeture de mon compte, afin de justifier une dette pour organiser la saisie immobilière de ma SCI DANMARINE par HSBC .L’abus de droit est avéré .

-Je joints le détail du calcul du TEG qui est faux et bien sur à votre avantage, ainsi que le calcul des sommes réellement dues ,avec un taux d’intérêts au taux  légal .sur le prêt de 3.250.000 F ou 495.459.31 euros.(Pièce N° 4 et 5)

--Je joints également le détail du calcul du TEG faux et bien sur à votre avantage, ainsi que le calcul des sommes réellement dues ,avec un taux d’intérêts au taux  légal .sur le prêt  du 25 juillet 2001, pour la somme de 213.428.62 euros, mais comme il s’agit d’une escroquerie et non d’une erreur, le taux légal ne vous est pas du (Pièce N° 6 et 7) .

- Sur le troisième, (Pièce N° 8 et 9) en date du 25 septembre 2002 et converti par la suite, le 11septembre 2003 pour la somme de 150.000 euros, en crédit à long terme, alors que les deux premiers prêts vont être dénoncés, tout en indiquant au 1er janvier 2003 « que tout était en ordre »? – ( Voir courrier rassurant et malicieux) du 23 janvier 2002 !

 

Vous allez donc Monsieur Stuart GULLIVER dans ce contexte, régulariser successivement 3 prêts.

- Alors que vous aviez dénoncé les 2 autres (Pièce N° 10 et 10/1 ) (Pièce N° 11 )  20635 Responsabilité civile du banquier, la faute est avérée, HSBC refusera tout arrangement, me retournera mes chèques, fermera le compte de la SCI DANMARINE et détournera sur un compte impayé ! la somme de 19 930 € sur 2003 , cette somme étouffée pendant des années par HSBC ressortira lors de la distribution du prix forcée ,le dol est avéré Article 1116, (Pièce N° 11/1 )

(Pièce N° 11/2) Article 713 de connivence avec la greffière, mon avocat qui en réalité était celui d’HSBC voir ordonnance du 18 mai 2006 va remettre le titre aux adjudicataires alors qu’ils n’avaient pas payer le prix principal (J’ai toutes les preuves de cette escroquerie ) il s’agit d’un complot organisé (pénal) (pièce N° 12 ) déchéance des intérêts )

-De nouveau Monsieur Stuart GULLIVER ,avec vos conseils, vous allez en toute illégalité , non seulement faire une saisie immobilière sur mon appartement de CANET , mais en plus m’escroquer de 61 672 € environ ,en produisant des faux en trompant la religion des juges, profitant  de votre position dominante. (Il s’agit de fraude et d’escroquerie au jugement)

-J’ai été de nouveau obligée de faire pratiquer une analyse financière par Expert , il se trouve que comme à l’accoutumé le  TEG est faux, on comprends mieux comment vous vous enrichissez !       - Sur ce prêt vous voulez m’escroquer Monsieur Stuart GULLIVER une somme de 61.672 €  

-Bien qu’alertés le TGI de Perpignan et la Cour d’Appel de MONTPELLIER vont valider vos mensonges et me condamner a payer 152.000 €+ frais etc, sans tenir compte de mes versements.

- Vous avez également Monsieur Stuart GULLIVER détourné en toute illégalité mes loyers  sur mon appartement de Canet depuis juillet 2010 soit une somme de 800 € x 30 mois = 24.000 €  + les intérêts + intérêts + travaux, locataires partis sans état des lieux avec les clés sur vos conseils.

-Vous avez également Monsieur Stuart GULLIVER d’office prélevé sur mes comptes, des agios pharaoniques à hauteur de 5000 F en moyenne par mois, selon le rapport de l’Expert financier.(Pièce N° 13 pénal )affligeant , ( réflexion sur 2001 2002 ( UBP HSBC prélève des agios alors que le compte n’est jamais débiteur, pour les autres mois le taux d’intérêt par la banque + 20% ) 

-Vous me devez donc immédiatement Monsieur Stuart GULLIVER la somme de  220 498 € sur les deux premiers prêts ,sur la saisie attribution la somme de 74.935 €que vous avez détourné illégalement, la somme de 24.000 € loyers détournés, environ 13000 €d’agios en bidouillant le TEG + prélèvement de 8000 € assurance.

-Vous m’avez également prélevé d’office une prime d’assurance PTIA d’environ 100 € par mois, lorsque j’ai été placée en invalidité suite a ce que vous me faites subir ,vous avez refusé de faire les démarches auprès de votre compagnie d’assurance ERISSA que vous m’avez imposé et en plus je n’ai jamais signé préalablement a l’acte de prêt, dans votre avenant § En tout état de cause si votre Compagnie d’assurance ne veut pas honorer ses engagements vous devez me rembourser .

- C’est donc environ 400.000 € preuves à l’appui que vous m’avez volé, uniquement en fraudant sur le TEG ? Pour le reste la plainte pénale suit son cours et c’est plusieurs millions d’euros que vous me devez .

- Il s’avère que si je vous dois encore une petite somme d’environ 40.000 € sur le prêt de 150.000 € ,compte tenu de ce que vous m’avez volé la compensation s’opère de plein droit art 1289 (Pièce N° 13/1)  mais compte tenu de l’ampleur du préjudice je ne vous dois rien du tout .

- Il serait judicieux dans votre intérêt de stopper cette saisie frauduleuse , qqui est confirmé par la production de faux au pénal, je sais que les décisions de justice sont toujours en votre faveur, mais actuellement ,je ne crois pas que cela puisse durer plus longtemps ( les preuves sont accablantes, la justice ne pourra plus aller contre l’évidence ).

- Au cas où il vous prendrait l’idée de vous retrancher lâchement derrière les contorsions judiciaires de vos affidés, prescription ou autres, ces lois sont inapplicables dans cette affaire, car il s’agit d’une escroquerie.

-Je vous suggère de leur donner les textes de lois applicables sur le territoire Français, sans les interprétées. (Pièce° 14 autorité de la chose jugée) cassation (Pièce N° 15 Offre préalable )conditions manquement au devoir de conseil et autres (Pièce N° 16) actes de prêts Professionnel ou non (cassation)

- Je joints quelques extraits de presse sur les agissements de HSBC (Pièce N° 17) ceci n’est qu’un échantillonnage. J’attends donc Monsieur Stuart GULLIVER le remboursement pour la somme de 400.000 € des intérêts que vous m’avez prélevé à tort au plus tard le 15 janvier 2013 .pour le reste cela suit son cour … Faute de quoi !

Recevez Monsieur Stuart GULLIVER ,mes salutations de circonstances .Pour la SCIDANMARINE Madame Yvette MICHAUD .

 

                       

Monsieur Stuart GULLIVER , certes , le patron de HSBC , est passé à confesse et a fait acte de contrition. Le nombre de salariés chargés de traquer l’argent sale a été multiplié par dix et le budget qui y est consacré, par neuf. Bel effort, mais vu son ampleur, c’est à se demander ce que faisait HSBC auparavant dans ce domaine.

HSBC ne s’est pas fait prier pour accepter l’accord proposé par les autorités américaines. Car finalement, ce n’est pas cher payé. La fameuse «amende record» était le scénario le plus clément envisagé par la justice. Il a aussi été question de réduire le périmètre d’activité de HSBC, voir carrément lui interdire son métier de banquier. Qu’est-ce qui a retenu le bras de la justice? Le fameux «too big to fail» (trop gros pour tomber). Une sanction trop lourde aurait fait peser des risques sur l’ensemble du système financier. Ce qui en dit long sur l’impasse dans laquelle nous nous trouvons en matière de régulation. Il faut frapper, mais pas trop pour ne pas déstabiliser le système. C’est sans doute ce qui a conduit également à trouver un arrangement avec Standard Chartered et ING, qui se sont aussi fait prendre les doigts dans le pot de confiture.

La SCI DANMARINE a dénoncé les faux et irrégularité de cette banque HSBC et de ses conseils OLIVIER placier et Patrick SAGARD !

Elle est assignée pour diffamation !!!! c’est facile .

Voir réponse de Monsieur STUART GULLIVER «  4 mai 2010 « Les décisions de justices sont toujours en faveur de la banque »

                                                                                  

Tout le reste n’a été que glorieux échecs. Or, une nation, comme un homme, a les yeux fixés sur ses échecs, dont l’injustice la soulève ; elle rêve d’en rappeler. Que les Français n’oublient jamais cela !

HSBC Elle n’en a pas moins accepté de dédommager Kalix à hauteur d’un montant non dévoilé. «Ceci montre que HSBC fera tout pour éviter un jugement qui puisse être utilisé comme un précédent, ou qui puisse révéler les conclusions tirées par des magistrats de ses documents internes ayant trait à l’affaire Madoff», estime un responsable de Deminor, société de protection des investisseurs basée à Bruxelles.

une justice en quête de sens 13 janvier 2013 Par gilles sainati

L’année 2012 fut l’année des espoirs et de l’attente, l’année 2013 sera t-elle l’année du sens retrouvé de la justice dans notre démocratie?

09/12/2012, 17:22 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

1/10/2012, 04:54 par Aline MEYRE

http://www.okeanews.fr/grece-la-liste-des-36-politiciens-suspectes-denrichissement-illegal-par-la-brigade-financiere-grecque/


Grèce : la liste des 36 politiciens suspectés d’enrichissement illégal par la brigade financière Classé dans Enquête, Polémique, PolitiquePar Okeanos28 septembre 2012 - 10:40(dernière modification le 3/10/2012 - 10:26)

 

Les 36 politiciens suspectés d'enrichissement personnel (image www.iefimerida.gr)

Les 36 politiciens suspectés d’enrichissement personnel (image www.iefimerida.gr)

Après la bombe de dimanche dernier concernant les soupçons de détournement de 10 milliards d’euros d’argent public, la liste des 36 hommes et femmes suspectés d’enrichissement illicite par la SDOE, la brigade financière grecque,  a été publiée, notamment chez Zougl@.

La Liste :

Panos Kammenos : président du parti «Grecs indépendants. » Examiné par la SDOE de Grèce centrale pour la période ou il était député. L’enquête prévoit  l’ouverture de comptes bancaires et la vérification de propriétés.

Nikitas Kaklamanis :  député Nouvelle Démocratie. L’enquête concerne la période pendant laquelle il était le maire d’Athènes. L’enquête a débuté après qu’une plainte est arrivé dans les bureaux de l’Accusation en Juin 2012.

Athanassios Nakos : vice-président du parlement. L’enquête a débuté le 15 Mars 2012 et est suivie par la SDOE de Thessalie. Collectes de données en cours.

Evangelos Meimarakis, président du parlement. Contrôlé par la SDOE après des plaintes. Suspecté d’être impliqué dans un scandale de détournement et de blanchiment de 10 milliards d’euros d’argent public.

George Voulgarakis, ancien ministre de l’Ordre Public, de la culture et de la marine marchande. L’affaire est très précoce puisqu’elle suit une demande du ministère public envoyée le 18 Juillet 2012, qui  concerne des comptes bancaires ouverts pour lui et sa femme.

Michalis Liapis, ancien secrétaire des Transports et de la Culture. L’enquête suit une plainte pour enrichissement illicite.

Aris Spiliotopoulos, député Nouvelle Démocratie d’Athènes. L’enquête fait suite à une plainte anonyme. Des demandes d’informations sur la source de revenu déclarée par le bureau des impôts compétent et des données sur les mouvements des comptes bancaires ont été faites.

Michalis Karhimakis, ancien secrétaire du Conseil national du PASOK. L’enquête fait suite à une plainte anonyme pour enrichissement illicite, qui indique qu’il possèderait 3 hôtels à Ierapetra, qui, selon la plainte, peuvent ne pas être à son nom.

Spilios Spiliotopoulos, ancien membre de Nouvelle Démocratie. Des vérifications seraient en cours pour la période pendant laquelle il était ministre de la Défense.

Nikos Konstantopoulos, ancien leader de SYRIZA.

Elizabeth Vozenmergk, ancien député de la Nouvelle Démocratie. Elle serait contrôlée depuis 2010 pour des allégations de fraude.

George Orfanos, ancien député de Nouvelle Démocratie de Thessalonique. Des vérifications seraient en cours  pour la période pendant laquelle il a été vice-ministre des Sports (2004-2007).

Marina Chrysoveloni, député des Grecs indépendants. Contrôlé par la SDOE de Thessalie. L’enquête en serait au stade de la collecte de données.

Yiannos Papantoniou, ancien ministre des Finances et de la Défense du PASOK. Enquête, sur lui et sa femme, a débuté et dans l’attente des données en provenance des banques.

Anthony Beizas, Député. En cours d’enquête après dépôt d’une plainte.

Nikos Tagaras, ancien vice-gouverneur de Corinthe et député de Corinthe avec la Nouvelle Démocratie. Contrôlé par la SDOE du Péloponnèse. La vérification a été lancé le 14 Octobre 2011 et est en train de recueillir des données auprès des banques.

Panagiotis Fassoulas, ancien député-maire du PASOK du Pirée. Vérification en cours suite à des plaintes.

Elpida Tsouri, ancien député du PASOK et vice-ministre des Affaires maritimes, des îles et de la pêche. Contrôlé par SDOE Nord de la mer Egée pour la période ou elle était député.

Philippos Foudis, candidat aux élections législatives avec les Ecologistes. Contrôlé par la SDOE de Thessalie. L’enquête a débuté le 23 Avril 2012 et en serait actuellement à la rédaction du rapport d’audit.

- Alexandros Voulgaris, ancien député du PASOK. Contrôlé par la SDOE de Thessalie. L’enquête en serait à la collecte de données.

- Leonidas Tzanis, ancien adjoint avec le PASOK. Contrôlé par la SDOE de Thessalonique. L’enquête a débuté le 31 mai 2012 et est en train d’ouvrir et analyser des comptes bancaires.

Ioannis Anthopoulos, ancien secrétaire de l’éducation avec le PASOK. L’enquête a débuté en Avril 2012 et est due à l’implication en tant qu’avocat dans diverses entreprises, pour lesquels le ministère effectue des vérifications. Il a été demandé de vérifier les comptes bancaires et la collecte des données serait en cours.

Anastasios Mandelis, ancien ministre des transports et des communications avec le PASOK. Un contrôle fiscal et un contrôle de ses comptes bancaires seraient en cours pour enquêter sur la question du scandale Siemens.

Yoannis Spokos, ancien secrétaire général au ministère de la Défense. Des vérifications seraient en cours.

Apostolos Fotiadis, ancien sous-ministre des Finances avec le PASOK. Suite ầ une plainte pour enrichissement illicite, une enquête a été ordonnée. Les revenus et les dépenses vérifiés ont été réalisés au cours de la période 2000-2012. Une demande pour analyser les mouvements des comptes bancaires aurait été lancée et les résultats seraient toujours en attente.

Fevronia Patrianakou, député de la Nouvelle Démocratie. L’enquête fait suite à une plainte adressée à  l’Inspection du travail. Les comptes bancaires seraient en cours d’analyse.

- Nicholas Andrianopoulos, ancien secrétaire général du ministère des Finances.

Akis Tsochatzopoulos, l’ancien ministre de la Défense. Déjà inculpé pour corruption en avril 2012 et en prison depuis. Voir ici.

- Fotis Arvanitis, ancien député du PASOK.

- Dimitris Apostolakis, ancien ministre de la Défense sous le gouvernement de Costas Simitis.

Christos Verelis, ancien ministre des Transports et des Communications. En cours de contrôle suite à des plaintes.

- Constantinos Liaskas, ancien ministre.

Christos Zachopoulos, ancien secrétaire général du ministère de la Culture, Nouvelle Démocratie.

Petros Mantouvalos, avocat et ancien député de la Nouvelle Démocratie. Enquête suite à une plainte  pour enrichissement illicite.

Michael Chalkidis, membre de la Nouvelle Démocratie et un ancien maire de Melikis. Enquête en cours après une plainte pour enrichissement illicite.

George Patoulis, maire de Maroussi. Enquête en cours après des allégations d’enrichissement illicite.


Il est a noter que cette liste comporte une majorité de cas dont les enquêtes commencent. Rien ne dit donc de l’implication réelle des femmes et hommes politiques de cette liste.

Mais rien ne dit non plus que cette liste est exhaustive…

Creative Commons LicenseCe Travail est sous licence Creative Commons : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France (CC BY-NC-ND 3.0).

Dans le cas ou vous souhaitez partager article, vous devez a minimacopier également le texte ci-dessous (en conservant le lien)  : source : OkeaNews

12/12/2012, 01:01 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

Tour de passe-passe entre le Trésor américain et la City : La Banque HSBC verse 1.5 milliards d'euros aux Etats-Unis

La bonne nouvelle de la journée...


Blanchiment: HSBC échappe aux poursuites américaines par une amende record

11-12-2012

La banque britannique HSBC a accepté de payer 1,92 milliard de dollars US (1,5 milliard d'euros), un montant record, pour mettre fin aux poursuites aux Etats-Unis où elle était accusée de complicité de blanchiment au profit de trafiquants, de terroristes et de l'Iran. 

HSBC entend ainsi mettre fin à une série d'enquêtes menées par le Trésor, le Département de la Justice, des agences fédérales et le procureur général de Manhattan à New York..Le règlement judiciaire définitif évite ainsi à HSBC de coûteuses réparations civiles."


Elle n'est pas belle la vie, pour les Usa, patrie d'une association de banquiers rackettant la planète,  et de  Goldman Sachs la banque qui a truqué les comptes de la Grèce. A ejecté en masse des produits financiers toxiques dans toute l'Europe,  en toute impunité,  et  "ses sous-marins" ont pris  le contrôle de la gouvernance européenne !

Ils ruinent l'Europe, et se font ensuite des passes entre la City et le Trésor américain, la FED  et provoquent des guerres,  détruisent,  pour faire marcher le commerce de l'armement, et placer leurs compagnies   pour se renflouer !!!

Les Usa,  récupérent encore le jackpot, et en France 5000 noms de riches fraudeurs  sont  effacés d'un listing, et l'informaticien qui a divulgué cette liste, est incarcéré   !!!

La liste des évadés fiscaux d'HSBC en Suisse aurait été falsifiée

Et Antoine Cahuzac,  ex  banquier d'HSBC, frères du ministre délégué du  budjet, a la main sur le marché du développement des énergies écologiques !

EDF EN : les deux patrons s'en vont, un banquier aux commandes »La Tribune, 13 janvier 2012

Après la lecture, du livre de Martine Orange racontant l'histoire de 30 ans de l'organisation du capitalisme, et du libéralisme,  servie par des politiques et notamment par les ballaraduriens, donc certains sont revenus au pouvoir de 2002 à 2012 ..

Les scandales financiers révélant de gigantesques arnaques, quand l'écran servant de rideau de fumée, s'est  effondré, après  la crise financière mondiale de  2008-2012.

Rothschild, une banque au pouvoir

Et la lecture de  ces articles.

UBS ou l'industrialisation de la fraude fiscale

"Ces 600 milliards qui manquent à la France" 

 http://blogs.mediapart.fr/blog/antoine-peillon

Argent de l'UMP : la liste secrète

HSBC, Woerth, Estrosi... Les vérités du procureur Montgolfier

La liste des évadés fiscaux d'HSBC en Suisse aurait été falsifiée

Affaire Alexandre Guérini : comment 20 millions d'euros de l’argent de Veolia a été exfiltré

Grèce : la liste des 36 politiciens suspectés d’enrichissement illégal par la brigade financière

"Après la bombe de dimanche dernier concernant les soupçons de détournement de 10 milliards d’euros d’argent public, la liste des 36 hommes et femmes suspectés d’enrichissement illicite par la SDOE, la brigade financière grecque,  a été publiée"


 

-Peut-on supposer qu'au plus haut niveau de l'Etat  français, certains couvrent l'évasion fiscale, après avoir aidé les mêmes à s'enrichir par la destruction et les  privatisations ?

-Comment est-il possible qu'un Etat "en faillite",  se paie le luxe de ne pas poursuivre, et ce, en pleine crise mondiale,  5000 contribuables richissimes, appauvrissant un pays ?

 -Si ce fait est avéré, quelles sont les contreparties de cette complicité ?

-Qui sont les réels bénéficiaires de ces milliards d'euros ?

 -Quels liens entretient Nicolas Sarkozy avec les membres de la  haute finance américaine et anglo-saxonne, spécialistes des paradis fiscaux, figurant dans la liste des donateurs de l'UMP ?

-Quels intérêts occultes, servent ces  politiques placés au plus haut niveau du pouvoir,  aidant à appauvrir et détruire impunément,  ce pays pour enrichir une minorité capitaliste et la finance ?

Question de droit :

Un  Ministre des finances, effaçant 5000 noms de richissismes contribuables, d'un fichier sur ordre d' un Président de la République et d'une bande de malfrats, risquent-ils de comparaître devant la Haute Cour de justice, pour haute trahison ? 


 

 

13/12/2012, 22:11 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

Europe : l'union bancaire réduite aux acquêts

http://www.mediapart.fr/journal/international/131212/europe-lunion-bancaire-reduite-aux-acquets

"La décision était très attendue. Le monde financier par la voix de Peter Sutherland, ancien commissaire européen et désormais vice-président de Goldman Sachs, avait  fait savoir, fin octobre lors d’une réunion très élitiste à Berlin sur l’avenir de l’Europe,

Car les Européens ne sont entendus que sur le plus facile : la supervision. A l’avenir, c’est la BCE qui aura pour mission de contrôler le système bancaire européen. Et encore ! La Grande-Bretagne, la Suède et la république tchèque ont déjà prévenu qu’elles ne participeraient à ce mécanisme européen de contrôle. Les grandes banques de la City sont donc déjà hors contrôle"

15/12/2012, 12:46 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

Anonymous diffuse des documents présumés volés dans les serveurs du ministère des Finances grec.

 

Des centaines de documents bancaires et d'échanges de courriers ont été mis en ligne par Anonymous après le piratage des serveurs du ministère des Finances grec. Des documents de banques et de cabinets d'avocats suisses sont inclus dans les fuites.

 

Une cyber-attaque des serveurs du ministère des Finances grec a permis à des pirates se disant affiliés au groupe Anonymous de s'accaparer et diffuser des documents confidentiels.

 

L'attaque, rapportée par le site grec secnews.gr, spécialisé dans la sécurité informatique, aurait été confirmée par un fonctionnaire grec.

Des documents "suisses"

Des courriers de Morgan Stanley, de Credit Suisse ou même du Fonds de sauvetage européens (FESF) et de la Commission européenne ont ainsi été mis en ligne. La majorité ont trait à la difficile gestion de la dette du pays.

 

Par ailleurs, des factures de cabinets d'avocats ayant travaillé sur les projets de restructuration de la dette grecque, parmi lesquels certains basés en Suisse, ont également été publiées.

Nouvelle vague d'austérité prévue

Ce piratage survient alors que le pays est secoué par l'affaire de la diffusion de la "liste Lagarde", contenant les noms de supposés détenteurs de comptes chez HSBC en Suisse. (Lire: Le journaliste grec qui a publié la "Liste Lagarde" a été relâché)

 

La Grèce est également en train de finaliser une troisième série de mesures d'austérité comprenant des baisses de salaires et de pensions, et de nouvelles hausses d'impôts, qui devrait être introduite dans les prochains jours au Parlement.

 

Dans son message diffusé sur internet accompagnant les documents, Anonymous s'insurge contre les mesures d'austérité imposées à la Grèce et appelle le peuple "à se révolter avant qu'il ne soit trop tard".


Lu sur


http://www.rts.ch/info/sciences-tech/4389087-anonymous-pirate-le-ministere-des-finances-grec-et-diffuse-des-documents.html

 

La liste Lagarde (2059 noms et en français) est accessible à

http://www.zougla.gr/politiki/article/lista

Télécharger les 10 fichiers, format JPEG d'un total de 39 Mo. Y a-t-il quelqu'un qui peut faire une liste Excel pour la faire circuler plus facilement ?

 

La Liste dite « Lagarde » par la presse Grecque fait partie de la liste « Falciani » laquelle contient les noms de ceux qui ont un compte à la banque HSBC.

25/12/2012, 17:50 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

Le discours de Julian Assange, le 20 décembre 2012

http://blogs.mediapart.fr/blog/jjmu/211212/le-discours-de-julian-assange-le-20-decembre-2012

Bonsoir, Londres.

Quelle vision, pour des yeux fatigués. Les gens me demandent ce qui me donne de l’espoir. Eh bien, la réponse est juste ici. Il y a six mois – il y a 185 jours -  je suis entré dans ce bâtiment. Il est devenu mon domicile, mon bureau et mon refuge. Grâce à l’attitude de principe du gouvernement équatorien et au soutien de son peuple, je suis en sécurité dans cette ambassade pour vous parler. Et chaque jour à l’extérieur, pendant 185 jours, des personnes comme vous ont veillé sur cette ambassade – qu’il pleuve, grêle ou fasse beau. Chaque jour. Je suis venu ici en été. C’est l’hiver maintenant.

J’ai été sustenté par votre solidarité et je suis reconnaissant des efforts de personnes de par le monde entier soutenant le travail de WikiLeaks, soutenant la liberté d’expression, la liberté de la presse, des éléments esentiels de notre démocratie. Bien que ma liberté soit limitée, au moins suis-je capable de communiquer ce Noël, non pas comme les 232 journalistes qui sont en prison ce soir.

Non pas comme Gottfrid Svartholm en Suède ce soir.

Non pas comme Jeremy Hammond à New York ce soir.

Non pas comme Nabeel Rajab au Bahreïn ce soir.

Et non pas comme Bradley Manning, qui a eu 25 ans cette semaine, un jeune homme qui a préservé sa dignité après avoir passé plus d’un dixième de sa vie en prison, sans procès, une partie de ce temps dans une cage, nu et sans ses lunettes. Et non pas comme tant d’autres dont les épreuves sont reliées aux miennes.

Je salue ces hommes et ces femmes de courage. Et je salue les journalistes et les publications qui ont couvert ce qui continue d’arriver à ces personnes, et les journalistes qui continuent de publier la vérité face à la persécution, les poursuites judiciaires et les menaces – qui prennent le journalisme au sérieux. Parce que c’est à partir de la révélation de la vérité que tout le reste s’ensuit.

Nos édifices ne peuvent être aussi grands que leurs briques sont fortes. Notre civilisation est seulement aussi forte que ses idées sont vraies. Quand nos édifices sont érigés par les corrompu(e)s, quand leur ciment est coupé avec des salissures, quand l’acier vierge est remplacé par des débris – nos édifices ne sont pas sûrs comme domicile. Et quand nos médias sont corrompus, quand nos intellectuels sont pusillanimes, quand notre histoire est emplie de demi-vérités et de mensonges – notre civilisation ne sera jamais juste. Elle ne s’élèvera jamais jusqu’au ciel.

Nos sociétés sont des bidonvilles intellectuels. Nos croyances concernant le monde et nous-mêmes, entre nous, ont été crées par le même système qui par le mensonge nous a menés dans des guerres à répétition qui ont tué des millions de gens. Vous ne pouvez pas construire un gratte-ciel avec de la pâte à modeler. Et vous ne pouvez pas édifier une civilisation juste à partir d’ignorance et de mensonges.

Nous devons nous éduquer les un(e)s les autres. Nous devons célébrer ceux et celles qui révèlent la vérité et dénoncer ceux qui empoisonnent notre capacité à comprendre le monde dans lequel nous vivons. La qualité de notre discours est la limite de notre civilisation.

Mais cette génération s’est dressée sur ses jambes, et révolutionne est la manière dont nous percevons le monde. Pour la première fois dans l’histoire les personnes qui sont affectées par l’histoire en sont les créateurs. Et pour ce qui est des autres journalistes et publications – vos oeuvres parlent d’elles-mêmes, comme le font vos crimes de guerre.

Je salue ceux et celles qui reconnaissent la liberté de la presse et le droit du public à l’information – reconnus dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, reconnus dans le Premier Amendement des USA – nous devons admettre que ceux-ci sont en danger et ont besoin de protection, comme jamais auparavant.

WikiLeaks est sous le coup d’une enquête en cours du Ministère de la Justice US, et ce fait a été correctement reconnu par l’Équateur et les gouvernements d’Amérique Latine comme mettant matériellement en danger ma vie comme mon travail. L’asile n’est pas accordé sur un coup de tête, mais selon des faits. L’enquête états-unienne est rapportée par témoignage – sous serment – dans les Cours US, est reconnue par le Ministère de la Justice, et dans le Washington Post il y a tout juste quatre jours par le Procureur de la Virginie, comme un fait. Ses citations à comparaître sont combattues par nos agents dans les Cours US. Le Pentagone a réitéré ses menaces contre moi en septembre et affirmé que l’existence même de WikiLeaks était un crime en plein jour.

Mon œuvre ne sera pas étouffée. Mais tant que cette enquête immorale se poursuit, et tant que le gouvernement australien ne défendra pas le journalisme et la publication de WikiLeaks, je dois rester ici.

Toutefois, ma porte est ouverte – et la porte a toujours été ouverte – pour quiconque désire me parler. Comme vous, je n’ai pas été accusé de crime. Si jamais vous vous entendez de la propagande suggérant autre chose, faites note de cette corruption du journalisme et allez sur justice4assange.com pour tous les faits réels. Dites au monde la vérité, et dites-le au monde qui vous a menti. Malgré les limitations, malgré le blocus bancaire extra-judiciaire, qui entoure WikiLeaks comme l’embargo sur Cuba, malgré une enquête criminelle sans précédent et une campagne pour nuir à et détruire mon organisation, 2012 a été une année immense.

Nous avons publié presque un million de documents. Des documents concernant la guerre qui se poursuit en Syrie. Nous avons exposé l’état de surveillance des masses dans des centaines de documents issus d’entreprises privées de renseignement. Nous avons publié des informations au sujet du traitement des détenus à Guantanamo Bay et ailleurs – le symbole de la corruption de la règle du droit en Occident, et au-delà.

Nous avons gagné contre le blocus bancaire illégal dans les tribunaux et au Parlement Européen. Après un combat de deux ans, les dons à WikiLeaks sont passés d’un statut de blocage et de non-déductibilité fiscale à la déductibilité dans le calcul des impôts à travers toute l’Union Européenne et les USA. Et la semaine dernière l’information révélée par WikiLeaks était cruciale – et citée au cours du jugement – dans la détermination de ce qui est vraiment arrivé à El-Masri, un Européen innocent kidnappé et torturé par la CIA.

L’année prochaine sera également riche en événements. WikiLeaks a déjà plus d’un million de documents en préparation pour être publiés, des documents qui concernent tous les pays du monde. Tous les pays du monde. Et en Australie un Sénateur non-élu sera remplacé par un Sénateur qui lui, l’est.

En 2013, nous continuons à nous dresser face aux brutes. Le gouvernement équatorien et les gouvernements de l’Amérique Latine ont démontré combien la coopération au travers de valeurs partagées peut enhardir les gouvernements pour résister à la contrainte et soutenir l’auto-détermintaion. Leurs gouvernements ne menacent personne, n’attaquent personne, n’envoient des drones sur personne. Mais ensemble ils sont forts et indépendants. Les appels las des manieurs de pouvoir à Washington en faveur de sanctions économiques contre l’Équateur, simplement à cause de la défense de mes droits, sont mal inspirés et immoraux. Le Président Correa a justement dit, « les principes de l’Équateur ne sont pas à vendre. » Nous devons nous unir ensemble pour soutenir le courageux peuple équatorien, pour les défendre contre une intervention à l’encontre de leur économie et une interférence dans leurs élections l’année prochaine.

La puissance de personnes parlant haut et fort et résistant ensemble terrifie le pouvoir corrompu et anti-démocratique. Tant et si bien que des gens ordinaires ici en Occident sont devenus les ennemis des gouvernements, des ennemis à surveiller, des ennemis à être contrôlés et appauvris.

La vraie démocratie n’est pas la Maison Blanche. La vraie démocratie n’est pas Canberra. La vraie démocratie est la résistance des peuples, armés de la vérité, de la place Tahrir à ici à Londres. Chaque jour, des personnes ordinaires nous enseignent que la démocratie c’est la liberté de parole et la dissidence. Car dès que nous, le peuple, cessons de dire ce qu’il y a à dire et cessons de nous révolter, dès que nous sommes distraits ou pacifiés, dès que nous nous détournons les un(e)s des autres, nous cessons d’être libres. Car la vraie démocratie est la somme – LA SOMME – de notre résistance.

Si vous ne vous exprimez pas – si vous abandonnez ce qui est uniquement à vous en tant qu’être humain: si vous abandonnez votre conscience, votre indépendance, votre sens de ce qui est bien et de ce qui est mal, en d’autres mots – peut-être sans le savoir, vous devenez passif(ve)s et sous contrôle, incapables de vous défendre et de défendre ceux et celles que vous aimez.

Les gens me demandent souvent, « Que puis-je faire? »

La réponse n’est pas si compliquée.

Apprenez comment fonctionne le monde. Remettez en question les déclarations et les intentions de ceux et celles qui cherchent à nous contrôler derrière une façade de démocratie et de monarchie. Unissez-vous en un but commun et un principe commun pour imaginer, construire, documenter, financer et défendre.

Apprenez. Défiez. Agissez.

Maintenant.

Source: http://wikileaks.org/Statement-by-Julian-Assange-after.html

traduit depuis le web par willsummer

07/01/2013, 19:14 | Par Mounikdutroll

Le lobby bancaire fait plier le comité de Bâle

http://www.mediapart.fr/journal/international/070113/le-comite-de-bale-revient-sur-sa-reglementation-bancaire

 

Après des mois d’intense lobbying, les banquiers ont fini par tailler en pièces les règles promises après la crise. Le comité de Bâle, chargé d’édicter la régulation bancaire internationale, a annoncé dimanche 6 janvier qu’il différait la mise en application des ratios de liquidité imposés aux banques, afin de « ne réduire en rien les capacités du système bancaire mondial à financer la reprise », selon le communiqué. Il répond ainsi aux critiques qui lui reprochaient d’imposer des règles trop dures, menaçant l’économie mondiale.

11/01/2013, 22:07 | Par Mounikdutroll

Veauxlheurs!!!Criant

08/01/2013, 21:19 | Par Mounikdutroll

Goldman Sachs et la théorie du complot

La nomination surprise, la semaine dernière, du Canadien Mark Carney à la tête de la Banque d'Angleterre (BoE) ne va pas manquer de nourrir la théorie du complot qui entoure Goldman Sachs. Celui qui dirige actuellement la Banque du Canada est, en effet, un ancien cadre de la banque d'affaires américaine pour laquelle il a travaillé treize ans durant, notamment au département du risque souverain.

 

Sans mettre en doute les qualités et l'indépendance de l'heureux élu, Mark Carney vient nourrir la liste des anciens  dirigeants de Goldman Sachs qui se trouvent, aujourd'hui, à des postes de responsabilité sur le "vieux continent". Avec en premier lieu, l'Italien Mario Draghi qui avant de succéder à Jean-Claude Trichet à la tête de la Banque centrale européenne (BCE), il y a un an, a travaillé pour la banque américaine entre 2002 et 2005 au titre de vice-président pour l'Europe. 

 

Or, Goldman Sachs qui a aussi employé, par le passé, Mario Monti, l'actuel président du conseil italien, au titre de consultant, et Petros Christodoulou, aujourd'hui patron de l'agence de la dette grecque, a été mis sur la sellette pour avoir aidé la Grèce a enjoliver ses comptes publics au moment de son entrée dans la zone euro... Ce que l'Europe paie actuellement au prix fort que l'on sait.

 

Les connexions de Goldman Sachs sont tout aussi impressionnantes aux États-Unis où ses anciens dirigeants occupent régulièrement les postes de Secrétaire au Trésor. Cela a été notamment le cas de Robert Rubin entre 1995 et 1999 dans l'administration Clinton et de Henri Paulson, entre 2006 et 2008, aux cotés de George W Bush. À l'origine du vaste plan de sauvetage de l'économie américaine, en 2008, à la suite de la crise des subprimes, Paulson ne s'était pas porté au secours de Lehman Brothers, une banque d'affaires concurrente de Goldman Sachs... Ce qui n'avait pas manqué de faire couler beaucoup d'encre aux États-Unis où l'on ne badine pas avec les conflits d'intérêt.

13/01/2013, 17:56 | Par Mounikdutroll

 











C. Ménanteau le 27 fév. 2012 au Journal Éco. de RTL sur l'article de Mario Draghi, Pdt. de la BCE, publié dans le Wall Street Journal lors du G20 de Mexico le 24 fév. 2012. M. Draghi, Vice-président pour l'Europe de Goldman Sachs entre 2002 et 2005, puis gouverneur de la Banque d'Italie entre 2006 et 2011, nous invite tout simplement à l'austérité et à l'abandon de notre modèle social.

 Europe: les hommes de Goldman Sachs

 

 

Europe : 1 600 milliards d’euros d’aides pour le secteur financier entre 2008 et 2011

 La faillite de Dexia: un scandale plus grave que le Crédit lyonnais

 Un ancien de Goldman Sachs à la tête de la Banque d'Angleterre

Mario Draghi : « J'assume » mon passage chez Goldman Sachs

BCE: Entretien de Mario Draghi, Président de la BCE

Les banques se réfugient à la BCE

La BCE vole à nouveau au secours des banques

La Cour européenne de justice valide «le secret défense» pour la BCE

 Mario Draghi: «Le modèle social européen est mort»

La fin du modèle social européen au rendez-vous du 1er Mai

Goldman Sachs : la banque qui dirige le monde

Goldman SachsEnquête sur une société secrète.

La finance sauvage

Goldman Sachs reste au-dessus des lois

 Comment Goldman Sachs contourne la loi sur le "prop trading"

Des actionnaires de Facebook déposent plainte

Les limites du gouvernement Sachs

aux Etats-Unis, l'abandon d'une enquête sur Goldman Sachs suscite peu de réactions

Pour sauver Bankia, la quatrième banque espagnole, Madrid va injecter 23 milliards d'euros de fonds publics

UBS ou l'industrialisation de la fraude fiscale

Fraude fiscale : comment le pouvoir protège UBS

"Ces 600 milliards qui manquent à la France" 

 http://blogs.mediapart.fr/blog/antoine-peillon

Fraude fiscale: l'homme qui fait trembler la planète

Argent de l'UMP : la liste secrète

HSBC, Woerth, Estrosi... Les vérités du procureur Montgolfier

Le prix exorbitant des paradis fiscaux

Affaire Alexandre Guérini : comment 20 millions d'euros de l’argent de Veolia a été exfiltré

Grèce : la liste des 36 politiciens suspectés d’enrichissement illégal par la brigade financière

Scandales à la Deutsche Bank

Les Etats belge et français injectent 5,5 milliards d'euros dans Dexia pour la démanteler

Trois plans de sauvetage et un coût de 18 milliards d'euros

 Subprime : le ministère de la justice américain abandonne les poursuites contre Goldman Sachs

 La facture des banques américaines pour solder la crise des subprimes grimpe

Le scandale Barclays s'étend dans la City

JP Morgan : scandale historique à Wall Street

Scandale du Libor : UBS va payer une amende de 1,1 milliard d'euros

 Immobilier, blanchiment, Libor : les banques paient cher leurs ...

La suprématie de Londres sur les marchés financiers de plus en plus contestée

Bernard Madoff, la plus grande fraude financière de l'histoire ...

Madoff frère, condamné à son tour

  UBS fait son mea culpa devant des parlementaires britanniques

Bernard Arnault visé par une information judiciaire en Belgique

http://www.annales.org/gc/2004/gc76/arnault60-68.pdf

Les patrons et la politique: 150 ans de liaisons dangereuses

En Belgique, la reine Fabiola soupçonnée de vouloir échapper aux impôts

13/01/2013, 23:20 | Par Mounikdutroll

Dans l'attente,  "la secte du veau d'or",   pouvant s'enrichir de 41 milliards en 34 ans, continue de nous prendre  pour des imbéciles, prépare la feuille de route, et leurs ordres à nos "faux dirigeants", pour nous sucer jusqu'à la moëlle..





Entretien de Mario Draghi, Président de la BCE Mario Draghi, président de la BCE,
conduit par by Erik Izraelewicz, Claire Gatinois et Philippe Ricard
le 18 juillet 2012 et publié dans Le Monde daté 22-23 juillet 2012

Le Fonds monétaire international (FMI) a révisé à la baisse ses prévisions de croissance dans le monde à cause de l’Europe. Risquons-nous une récession ?

Non. Depuis le début de l’année, les risques de détérioration de l’économie que nous redoutions se sont certes en partie matérialisés. La situation a graduellement empiré mais pas au point de plonger l’ensemble des pays de l’Union monétaire dans la récession. Nous envisageons toujours une amélioration très progressive de la situation à la fin de cette année ou au début de la suivante.

Grâce à la BCE ?

Les baisses de taux d’intérêt de la fin 2011 et de juillet devraient produire leurs effets. Ainsi que les opérations de prêts à trois ans aux banques menées pour faire face à un risque de restriction du crédit.

La BCE ne devrait pas, comme le demande le FMI, faire davantage pour soulager l’économie ?

Nous sommes très ouverts et n’avons pas de tabou. Nous avons décidé de réduire les taux d’intérêt à moins de 1% car nous prédisions que l’inflation serait proche ou inférieure à 2% début 2013. Il est désormais probable qu’elle reflue dès fin 2012. Notre mandat est de maintenir la stabilité des prix pour éviter une inflation trop élevée mais aussi une baisse généralisée et globale des prix. Si nous constatons de tels risques de déflation, nous agirons.

Le Conseil européen des 28 et 29 juin a été salué par les marchés qui depuis ont exprimé des doutes.

Le sommet a été un succès. Pour la première fois, me semble-t-il, un message clair a été donné : sortir de la crise avec plus d’Europe. En mettant en place une feuille de route pour créer une union à quatre composantes : financière, fiscale, économique et politique. Avec des outils concrets: une union financière, un superviseur bancaire, des fonds de secours à même de recapitaliser les banques quand cette supervision sera en place. Et un calendrier de mise en œuvre.

Ce sont des solutions de long terme. Ne faut-il pas gérer l’urgence ?

Laissez-moi vous parler de mon expérience. En 1988, le comité Delors avait tracé la voie vers l’Union monétaire, avec un objectif, un calendrier, des engagements à respecter. Cette perspective a débouché sur le traité de Maastricht en 1992. A l’époque les taux d’emprunts de l’Italie étaient très élevés. Mais en s’engageant dans ce projet d’Union monétaire, les taux italiens se sont brusquement réduits, avant même que ne diminue le déficit qui était à 11% du PIB. Cela m’incite à penser que si les pays s’engagent de façon ferme, même à long terme, cela a des effets sur le  court terme.

On reproche à la BCE de ne pas en faire plus pour les Etats La BCE attend-elle que les gouvernements fassent des efforts avant d’agir ?

Cette idée d’un marchandage entre les Etats et la BCE est un quiproquo. Notre mandat n’est pas de résoudre les problèmes financiers des Etats mais d’assurer la stabilité des prix et de contribuer à la stabilité du système financier en toute indépendance.

Que pensez-vous du pacte de croissance cher à François Hollande ?

Il aidera surement. Mais il faut aller plus loin. Chaque Etat doit aussi faire des efforts.

Vous pensez à des réformes structurelles plus qu’à de la relance keynésienne ?

Oui, même si on se focalise trop souvent sur la réforme du marché du travail qui ne se traduit pas toujours par une amélioration de la compétitivité car les entreprises profitent parfois de monopoles ou de rentes de situation. Il faut aussi regarder les marchés de produits et services et libéraliser quand c’est nécessaire. Politiquement, ce sont des décisions difficiles à prendre. Un agenda européen des réformes à mener et un renforcement de la prise de décision commune au niveau européen aideraient grandement dans ces domaines.

C’est donc la victoire des thèses libérales ?

Non. Mettre fin à certaines rentes de situation est une question de justice, pour les employés et les entrepreneurs et pour tous les citoyens.

Que pensez-vous de la politique menée en France ?

Je me félicite de la poursuite de l’assainissement budgétaire et salue aussi la priorité accordée à la croissance potentielle qui posera les jalons de la reprise. Le désendettement est indispensable. Et le pays doit respecter son engagement d’un retour du déficit à 3% du PIB en 2013 et ainsi continuer de profiter de taux d’intérêt faibles.

Vous faites partie, en Europe, des hommes les plus influents mais n’êtes pas élu. Cela ne pose-t-il pas un problème de légitimité démocratique ?

Je suis conscient de l’importance de rendre des comptes. Je vais une petite dizaine de fois par an devant le Parlement européen, et nous sommes très actifs en termes de communication. Nous sommes prêts à faire davantage, si nos pouvoirs devaient être renforcés. Dans les conditions extraordinaires actuelles, il est nécessaire de voir la BCE prendre position sur des questions qui ne peuvent pas être réglées par la politique monétaire, comme celles des déficits publics élevés, du manque de compétitivité ou des déséquilibres insoutenables, dès lors que la stabilité financière peut courir un risque. La préservation de l’euro fait partie de notre mandat.

Quand vous êtes arrivé à la tête de la BCE, vous étiez considéré comme le plus Allemand des Italiens. C’est toujours le cas ?

C'est à vous de le dire ! Nous devons maintenir la stabilité des prix dans les deux sens, faire face aux problèmes tels qu'ils se posent et agir sans préjugés.

D'une certaine façon, vous êtes très allemand quand vous soutenez les appels à l'Union politique lancés par Angela Merkel…

Tout mouvement vers une union financière, budgétaire et politique est à mon sens inévitable et conduira à la création de nouvelles entités supranationales.  Dans certains pays le transfert de souveraineté - je préfère parler de partage-  que cela implique est un enjeu majeur dans d’autres non. Avec la mondialisation, c’est précisément en partageant la souveraineté que les pays peuvent mieux la conserver. A long terme, l’euro doit être fondé sur une plus grande intégration.

Une sortie de Grèce de la zone euro est-elle encore d'actualité ?

Notre préférence, sans équivoque, est que la Grèce reste dans la zone euro. Mais c'est du ressort du gouvernement grec. Il a fait part de son engagement, il doit maintenant donner des résultats. Quant à la renégociation du mémorandum [pour assouplir les mesures d’austérité et les réformes imposées au pays], je ne prendrais aucune position avant d'avoir vu le rapport de la troïka.

Les ministres des finances de la zone euro ont finalisé vendredi 20 juillet le plan d’aide aux banques ? Est-ce suffisant pour éviter naufrage du pays ?

Une chose importante concerne l'implication des créanciers séniors des banques : la BCE  considère qu’elle doit être possible en cas de liquidation d’une banque. Il faut protéger les épargnants, mais les créanciers  devraient être associés à la résolution de la crise pour limiter l'engagement des contribuables. Ils ont déjà beaucoup payé.

Pensez-vous partir serein en vacances cet été ?

 Je ne prévois jamais mes vacances et ne pars que quelques jours. Une chose est certaine je n'irai pas en Polynésie, c’est trop loin.

L'euro est donc toujours en danger ?

Non, absolument pas. On voit des analystes imaginer des scénarios d’explosion de la zone euro. C’est méconnaître le capital politique que nos dirigeants ont investi dans cette union et le soutien des Européens. L’euro est irréversible !

En tant qu'ancien de Goldman Sachs, que pensez-vous de l'affaire du Libor ?

Elle sape la confiance dans l’une des pierres angulaires du système financier mondial. Des centaines de milliers de milliards d’euros sont traitées dans des opérations financières sur la base du LIBOR. Dans de nombreux pays des particuliers achètent leur maison grâce à des crédits indexés sur lui. Le comportement de certains antagonistes et les manquements sont inqualifiables et ont mis en évidence une nouvelle fois une gouvernance fautive du processus. Deux enquêtes sont en cours au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et une autre sur l’EURIBOR qui devront faire la lumière sur cette affaire.

Votre passage à Goldman Sachs vous met-il mal à l’aise ?

Non. J'assume cette connaissance du monde de la finance et du secteur privé. À l’évidence, il y a beaucoup à faire pour reconstruire le secteur des services financiers au lendemain de la crise même si des progrès importants ont été accomplis par les gouvernements, les autorités de contrôle et le secteur lui-même.

Chefs d’Etat et de gouvernement veulent placer la BCE au cœur de la supervision des banques. Y êtes-vous favorable ?

 La Commission européenne est chargée de préparer des propositions en consultation avec la BCE et le Parlement européen. Que la banque centrale joue un rôle dans le contrôle des banques a bien fonctionné, au niveau national, notamment en France et en Italie. Si ce rôle revenait à la BCE, elle travaillerait avec les superviseurs nationaux, dont l’expérience et la capacité sont grandes.

Ne redoutez-vous pas un conflit d’intérêt entre politique monétaire et ce rôle de supervision ?

Il faut séparer politique monétaire et contrôle bancaire, afin que la première ne soit pas contaminée par le second. Vous pouvez bâtir une structure indépendante qui dans le même temps se nourrisse des informations fournies par la supervision.

Cela aurait-il permis d'éviter la crise bancaire en Espagne ?

Un système centralisé est préférable pour prendre en compte le haut degré d’intégration financière d’une union monétaire. Sur l'Espagne, la BCE a mis en garde à plusieurs reprises le pays sur le dérapage du déficit des comptes courants et la croissance excessive du crédit. Mais dans une union monétaire, la lutte contre les bulles immobilières relève de politiques macro-prudentielles nationales.

Banque centrale européenne
Direction Communication
Division Presse et information
Kaiserstrasse 29, D-60311 Frankfurt am Main
Tél. : +49 69 1344 7455, Télécopie : +49 69 1344 7404
Internet : http://www.ecb.europa.eu

Reproduction autorisée en citant la source.

http://www.ecb.int/press/key/date/2012/html/sp120721.fr.html

 

 

13/01/2013, 23:21 | Par Mounikdutroll

Les  "bonnes "affaires continuent..Bientôt les espagnols feront comme au Royaume-Unis, ils tireront à la courte paille pour se faire soigner..

Espagne : manifestation contre la privatisation du système de santé à Madrid

Une nouvelle manifestation réunissant plusieurs milliers de personnes a eu lieu, dimanche 13 janvier, pour protester contre un plan du gouvernement régional de Madrid visant à privatiser la gestion de plusieurs hôpitaux et centres de santé publics. Vêtus de leur blouse blanche, médecins et infirmiers ont défilé en compagnie de milliers d'autres citoyens dans le centre de la capitale espagnole aux cris de "santé publique".

A l'appel de plusieurs syndicats, les manifestants arboraient en tête du cortège une grande banderole sur laquelle on pouvait lire: "La santé ne se vend pas, elle se défend". Ils ont parcouru l'une des principales avenues de la ville, entre la place de Colon et le ministère de la santé.

Pour lire la suite de l'article par ce lien

http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/01/13/espagne-manifestation-contre-la-privatisation-du-systeme-de-sante-a-madrid_1816420_3214.html

 

 

Les Etats européens ont versé 1600 milliards d'euros d'aides aux banques depuis la crise

Les aides d'Etat accordées au secteur financier dans l'Union européenne se sont élevées au total à 1.600 milliards d'euros entre le début de la crise en octobre 2008 et fin décembre 2011 selon un document publié vendredi par la Commission européenne. Cette somme représente 13% du PIB de l'UE, selon le tableau de bord des aides d'Etat portant sur 2011. La grande majorité, soit 67%, était constituée de garanties publiques sur le financement des banques.

Pour lire la suite de l'article

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-etats-europeens-ont-verse-1600-milliards-d-euros-d-aides-aux-banques-depuis-la-crise_366200.html


16/01/2013, 00:42 | Par Mounikdutroll

Finance
Goldman Sachs s’attend à un retour en grâce des actions
Les gains en actions dépasseraient 10% en Europe, selon les experts de la banque américaine

12/09/2013, 12:59 | Par Segesta3756

Pour ceux qui auraient raté le docu sur Arte, il y a une possibilité sur Viaméo, à ce lien....

 

http://vimeo.com/49904381

12/09/2013, 13:13 | Par Mithra-Nomadeblues_ en réponse au commentaire de Segesta3756 le 12/09/2013 à 12:59

Merci.

Newsletter