Sam.
01
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le faux scoop de l'année

Une analyse de ce premier tour par mon ami Pierre Leclerc

Voici une nouvelle unanimité totale des politiques (d'un extrême à l'autre) et des commentateurs : c'est sur "la progression", "l'explosion", "la percée",.... du vote pour un Front National "victorieux", "à un niveau historique, jamais vu"....

Pourtant, on sait (depuis hier dimanche 20 h, grâce à l'une des chaînes de télé, et  surtout depuis lundi matin pour tous) que le Front National a fait : 17, 9 % au niveau national, avec record départemental de 27,03 % ou 27,30 % (selon les journaux du lundi matin) au niveau du Vaucluse.
Nota :  Les médias nationaux ne parlent que du Gard, car le F.N. y est arrivé en tête (avec 25, 51 %) tandis que dans le Vaucluse, le F.N. n'est "que" 2ème, malgré un score plus fort.

Aurait-on déjà oublié que Bruno Mégret était le N° 2 du Front National, jusqu'à ce qu'il ne le quitte pour de simples raisons d'ambition perso, et donc d'éventuelles alliances putatives ?
Car, en 2002, voici 10 ans, Le Pen + Mégret, ça a fait : 16,88 + 2,34 = 19,22 % au niveau national, soit 1, 3 % de plus que Marine Le Pen avant-hier, avec  25,8 + 3,95 = 29,75 % dans le vaucluse, soit 2,4 ou 2,7 % de plus qu'avant-hier.
Et ceci sans compter 1 seule des voix de Christine Boutin, ni Alain Madelin, ni Jean Saint Josse, qui totalisaient 9,4 % de "divers droite" en 2002 (contre 1,5 % à Dupont-Aignan avant-hier).
Certes, la participation était plus faible en 2002, mais les abstentionnistes n'ont aucune raison d'avoir des idées différentes des votants...
Il y a donc, en fait : légère BAISSE du vote Front National, sur 10 ans, après la parenthèse de 2007 et son  "siphonnage" sans lendemain.
Les  véritables progrès spectaculaires de Front National dans la moitié Ouest de la France (où il était moins présent) sont plus que compensés par des tassements aussi sensibles  que passés sous silence dans la moitié Est, où il a  été présent plus tôt.
On assiste  simplement à une prolongation de l'homogénéisation du vote Front National, entre les 2 moitiés géographiques de la France : celle de l'Ouest "plus industrielle", et celle de l'Est, "plus rurale" ... et où les bureaux de vote ferment plus tôt, d'où l'erreur des estimations de dimanche 20 h, entre "20 %" et 17,9 % !

Même en remontant 17 ans en arrière, sur 1995, Le Pen + De Villiers (dont on imaginait bien qu'1 partie de l'électorat était d'extrême droite, non ?) ça a fait :
15,00 + 4,74 = 19,74 % au niveau national, soit 1,84 % de plus que Marine Le Pen avant-hier, avec  23,1 + 5,3 = 28,4 % dans le vaucluse, soit 1,1 ou 1,4 % de plus qu'avant-hier.
Sur ces 17 ans, on ne peut pas parler de baisse de l'extrême droite, car De Villiers avait, aussi, un électorat simplement "traditionaliste", mais on est dans l'ordre de grandeur d'une étonnante quasi-stabilité sur 17 ans !

Pourquoi y a-t-il totale unanimité pour crier l'exact contraire, sans doute pour des mois et des années ?
- Pour les journalistes et commentateurs : c'est l'habituel catastrophisme et le goût du scoop, qui font vendre du papier et du temps d'antenne, comme sur tant de sujets ....
- Pour les politiques : c'est sans doute la conjonction d'intérêts, et l'absence du courage d'aller à contre courant ...
- Pour les 2 : c'est le refus de reconnaître qu'on a parlé trop vite le dimanche soir, et de mettre le doigt sur l'erreur curieusement homogène de 5 boîtes de sondage sur 6 ce dimanche soir...

Mais preuve est faite, une fois de plus, que l’unanimité peut se faire, y compris sur des sujets importants et très largement débattus, à l'inverse de la réalité ! Comme quoi, les combats "citoyens" ont toujours leur place ....

Car le plus gênant, c'est l'aspect "auto-réalisateur" de ce faux scoop :
En effet, entre l'entraînement "moutons de Panurge", le goût d'être du côté de ceux qui "montent", et le boostage du moral des troupes F.N., il est fort possible qu'il y ait une vraie progression, cette fois-là, aux Législatives !
Et comme le nombre de "2èmes tours avec présence du Front National" sera, de toutes façons, plus fort à cause de l’homogénéisation du vote sur les 2 moitiés de la France : la mayonnaise n'a pas fini de monter...
Pendant ce temps-là, l'appareil d'Etat est mobilisé pour lutter contre l'éventuelle influence des sondages de 18 h 30 sur l'infime partie des électeurs qui n'ont pas encore voté à cette heure-là, qui peuvent encore le faire ... et qui croient à l'exactitude des sondages à chaud !
Comme quoi le "service public" souffre donc, lui aussi, d'une certaine myopie, d'un certain amateurisme ....

Pierre Leclerc

 (Tous vos commentaires lui seront transmis)

Tous les commentaires

24/04/2012, 11:47 | Par Exo

A vrai dire je ne m'en étais même pas rendu compte, merci pour votre billet, une part de la déprime qui s'était abattue sur moi dimanche soir s'est envolée.

24/04/2012, 12:39 | Par MAUI

absolument d'accord, merci, c'est évident que les chiffres parlent, mais j'ai été médusée dimanche soir devant ces analyses en coeur, toutes fausses sur une prétendue augmentation du FN!

24/04/2012, 12:42 | Par Fantie B.

Analyse à garder en tête avant d'analyser à tout va une "cause" supposée du vote FN...

24/04/2012, 12:53 | Par a6parterre

Le scoop c'est quand on lit la réalité au téléscope flou.
ça flope. et ça loop.
Sale eau va.

24/04/2012, 12:54 | Par Pascal Levoyer

Une analyse salutaire.

Newsletter