Mar.
02
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

L'essence du fascisme et du totalitarisme

speerwerfer.jpgIl y a beaucoup de causes au fascisme maintes fois expliquées et commentées par des centaines de chercheurs, écrivains, penseurs, historiens, sociologues, philosophes, etc. Et toutes les meilleures explications ne sont pas dans les manuels d'histoire du lycée. Certes, il y a eu l'humiliation subie par les allemands entre les deux guerres que l'on a tenu responsable unilatéralement de la première guerre mondiale et puni. C'était l'un des éléments centraux de la propagande Nazi. Il y avait aussi la peur des Bolcheviks (voir à ce propos cette vidéo ici, mais aussi l'ouvrage de Serge Berstein, auteur, avec Pierre Milza, d'un "Dictionnaire historique des fascismes et du nazisme",) les bourgeois avaient trouvé dans les mouvements d'extrême droite la possibilité de s'opposer à la montée du communisme en Europe.

 

51fV3u3ranL._SL500_AA300_.jpg

 

Mais il y a d'autres facteurs plus importants que ces explications tout juste "conjoncturelles", il y a des raisons structurales, pourrait-on dire, beaucoup plus profondes que nombre de chercheurs, dont certains avaient été traumatisés par l'avènement du fascisme en Allemagne, en Italie, en Espagne et dans quelques autres pays, ont abordé. Ce sont des raisons que l'on doit aller chercher dans l'essence même de la conception occidentale, capitaliste, chrétienne, calviniste ou catholique, de l'autorité. Nous avons alors toute une génération après la guerre, de l'école de Francfort (Marcuse, Adorno, Erich Fromm, Max Horkheimer), en passant par les italiens Toni Negri, pour ne citer qu'eux, et bien entendu l'un des plus grands représentants français, Michel Foucault, mais aussi Jean Marie Brohm sans oublier les américains Chomsky, Howard Zinn, et beaucoup d'autres, qui ont passé leur vie à tenter d'expliquer comment un peuple, une masse, des individus, des classes ouvrières, des classes populaires, des bourgeois, des capitalistes, des hommes, des femmes, des enfants, pouvaient participer à une entreprise de destruction massive sans faillir, comme en Allemagne, transformer une utopie en un système totalitaire, comme en Russie, suivre un chef, comme en Italie, s'opposer à une grande révolution sociale, comme en Espagne.

 

Erich-Fromm.jpg29032.jpgtumblr_m5f2bqiCzk1qcu0j0o1_400.jpg

 

De toutes ces réflexions sont nées le mouvement de 1968 qui remettaient alors en question non seulement les conditions de travail absolument déplorables de l'époque (l'aliénation disait-on encore) - on pouvait travailler jusqu'à 50 heures et plus par semaine avant 68 - mais aussi la façon d'éduquer les enfants, le système totalitaire des écoles catholiques, la domination masculine et l'asservissement des femmes dans le système patriarcal... En bref, tout ce qui pouvait être l'essence d'un système fasciste ou totalitaire était alors remis en question radicalement. Jamais auparavant dans l'histoire de l'humanité, une telle prise de conscience de ce que pouvait être l'essence du totalitarisme (voir aussi Hannah Arendt, malgré ses errances très bien expliquées dans le film de Margarethe von Trotta) n'avait eu lieu avant la seconde guerre mondiale, et 68 a marqué l'apogée de ce mouvement épousant à juste titre une critique radicale de l'autorité en adoptant des principes moteurs de désobéissance civile et de pacifisme. Et depuis la deuxième guerre mondiale, nous savons une chose, c'est qu'il ne peut pas y avoir de véritables révolution s'il n'y a pas une remise en question radicale de la notion d'autorité, de l'éducation des enfants, et de réflexion profonde sur l'essence du totalitarisme. A un niveau supérieur, cette critique est allée jusqu'à chercher dans l'essence de nos bureaucraties étatiques ce qui a permis l'obéissance aux ordres de l'autorité Nazi.

 

ob_dc8900_hannah-arendt-com-cigarro.jpg

Hannah Arendt

 

Cependant, depuis les années 30, les bourgeois, les dominants, les capitalistes ont inventé, en Amérique principalement mais aussi dans l'Allemagne Nazi, les principes fondateurs de la "propagande de consommation". Nous pourrions l'appeler ainsi. Les philosophes allemands d'après-guerre, Marcuse, Fromm, Adorno, en ont décrit et expliqué les ressorts : il s'agit d'une sublimation érotique des relations dont le but est la consommation. Plus proche de nous, Eric Hazan l'a partiellement expliqué dans son ouvrage "LQR : la propagande au quotidien".

 

mqdefault.jpg

 

Nous disposons aujourd'hui de toutes les analyses nécessaires pour pouvoir transformer la société en un monde plus "doux" et plus "civilisé". Toutefois, nous voyons bien avec les manifestations contre le mariage et ses expressions fascisantes qu'il y a, et qu'il y aura encore longtemps, des forces autoritaires, conservatrices, nostalgiques d'un État paternaliste à "tendance totalitaire" en France. Une partie de la bourgeoisie essaie d'instrumentaliser cette fraction radicale des classes populaires pour l'opposer à la frange la plus progressiste. C'est très classique, mais aussi très dangereux, car de même que l'on peut difficilement savoir à l'avance jusqu'où peut aller une révolution sociale, un mouvement "réactionnaire", conservateur, autoritaire, est tout aussi imprévisible.

 

Et comme dans les années 30, cette fraction autoritaire reçoit des financements des grandes firmes et grands réseaux internationaux (voir sur ce sujet un article de Mediapart : http://www.mediapart.fr/journal/international/260413/la-manif-pour-tous-et-les-reseaux-dune-internationale-catholique). Les dirigeants, les dominants, les capitalistes ont  donc bien toujours les mêmes armes pour défendre leurs privilèges, mais elles sont encore plus perfectionnées que dans les années 30.  Ces mouvements conservateurs à tendance fascisante ou totalitaire prennent des formes différentes selon les pays, s'inscrivent toujours dans une réalité socio-historique particulière, elles se différencient d'un pays à l'autre. Par exemple, dans l'entre deux guerres, en Allemagne, le fascisme s'appuyait essentiellement sur des thèses racistes, en Italie, le fascisme se construisait plus sur la mythologie romaine, le catholicisme et le corporatisme, en Espagne, nous avions là une dictature d'essence catholique opposée au mouvement révolutionnaire catalan, en France, le pétainisme se construisait sur la ruralité, la famille, la patrie et bien entendu, le travail. Tous avaient en commun de s'opposer au communisme.

 

Chomsky-1.jpeg

 

L'ignorance n'explique pas tout, elle en est l'un des éléments. Un individu peut très bien ignorer ce qu'est le fascisme et par sa sensibilité, par son éducation, être profondément opposé à tout système autoritaire fascisant et intolérant. Comme il est tout à fait possible d'être très cultivé et de devenir un très grand dictateur, un chef de bande criminelle, un assassin en puissance, un grand patron exploitant des milliers de gens, un bourreau, un bureaucrate obéissant... La connaissance et l'ignorance n'expliquent pas tout.  Mais mieux connaître les ressorts du fascisme, les ressorts des comportements fascisants individuels ou collectifs, est un premier pas pour mieux combattre cette propension de l'humanité à "s'automutiler".

 (à suivre)

novlangue.jpg

Tous les commentaires

27/05/2013, 16:44 | Par Jean-Claude POTTIER

Un texte à lire et à faire lire. Brillant.

08/06/2013, 09:00 | Par Claude DOUCET en réponse au commentaire de Jean-Claude POTTIER le 27/05/2013 à 16:44

Idem Je partage

27/05/2013, 20:21 | Par ZOULOUHOTEL

Photo de Leni Riefenstahl?

29/05/2013, 15:14 | Par habitus en réponse au commentaire de ZOULOUHOTEL le 27/05/2013 à 20:21

Oui

 

07/06/2013, 00:51 | Par Solange Castel

Puis-je poser une question simple voire simpliste? Sur la filiation (au sens : emprunt de paradigmes déterminants) chrétienne ou non des totalitarismes, où en est le débat Arendt (contre cette filiatin)/Monnerot (pour) ? Du coté Arendt on trouve, même si les arguments ne sont pas nédessairement les mêmes, F Furet, et toute l'église, du moins aujourd'hui. Du côté Monnerot, je crois: Aron,Simone Weil, Bertrand Russel, L Rougier, Maffesoli, Schmitt, G Corm, H Atlan, J Soler, Elie Barnevi, Marc Lazar, voire M. Gauchet?

Or je viens de trouver deux déclarations de papes, qui me semblent emporter le morceau:

"S'il y a un régime totalitaire, totalitaire de fait et de droit, c'est le régime de l'Eglise,
[…] parce que l'homme appartient totalement à l'Eglise" Pie XI, discours prononcé lors d’une audience accordée à des pèlerins français le 18 septembre 1938

et surtout :

"Comment passer sous silence les formes de violence qui ont été perpétrées au nom de la foi ? Guerres de religion, tribunaux de l'Inquisition et autres formes de violation des droits de la personne ? Il est significatif que des méthodes coercitives préjudiciables aux droits humains aient ensuite été appliquées par les idéologies totalitaires du XXème siècle, et soient encore employées par les intégristes islamistes. De ces méthodes coercitives sont nés les crimes du nazisme hitlérien et du stalinisme marxiste." Jean-Paul II, Document pro memoria adressé aux cardinaux, printemps 1994, Il Regno, 15/1994, p 453.

Difficile de nier la filiation (au sens ci-dessus) après de tels aveux, non?

07/06/2013, 01:43 | Par habitus en réponse au commentaire de Solange Castel le 07/06/2013 à 00:51

On pourrait ajouter une phrase commune chez les chrétiens : "Dieu est obéissance." Tout est dit.

07/06/2013, 21:44 | Par Solange Castel en réponse au commentaire de habitus le 07/06/2013 à 01:43

@Habitus

D'accord, mais comment expliquez-vous qu' H Arendt soit d'un autre avis ?

Et comment a t-elle pu faire sa thèse sur l'amour chez St Augustin en restant aveugle au "L'Eglise persécute par amour" de ce mêmeSt Augustin?

Une référence à recommander qui fasse la synthèse des différentes positions sur cette question de la filiation chrétienne des totalitarismes?

 

10/07/2013, 01:51 | Par habitus en réponse au commentaire de Solange Castel le 07/06/2013 à 21:44

vous en savez plus que moi... merci pour vos remarques, je vais devoir chercher...

07/06/2013, 12:24 | Par Leséparges

Je me permets d'ajouter un paramètre évident .

La barbarie du premier conflit mondial , cette extrême violence de ceux qui l'ont vécue , qui déshumanise les hommes .

Quand à coups de bombes , d'obus, de mines , de lance flammes , de gaz on tue en masse , sans parler de ces folles offensives sous le feu de l'ennemi de ses mitrailleuses et de ses  canons , décidées par des  états majors absolument imperméables  aux massacres programmés , (  cf les milliers de cercueils amenés à l'avance ) , la valeur de la vie se réduit à néant .

Et cette dimension s'intègre dans la violence fasciste .La vie n'a aucun prix : seul compterait l'idéal , la fin ...

07/06/2013, 16:46 | Par zorbeck en réponse au commentaire de Leséparges le 07/06/2013 à 12:24

Je vous suis assez bien là-dessus, la barbarie du 1er conflit mondial est une première dans l'histoire de l'humanité parce que les massacres commencent à avoir une base organisationelle, scientifique, technique qui leur donne une beaucoup plus grande envergure. Certes, on pourra m'objecter que les invasions napoléoniennes un siècle plus tot ont elles  aussi décimé des populations entières, comme ce fut le cas en Espagne, mais si elles avaient l'organisation elles n'avaient pas l'efficacité destructrice de la technique moderne: avec le XXme siècle, un seul homme, par une mitrailleuse ou un avion, pouvait mieux tuer et générer des pertes adverses bien plus importantes que tout ce qui s'était fait jusque là...

Et c'est aussi cet aspect moderniste du fascisme qui est un peu négligé à mes yeux dans l'exposé ci-dessus. Il ne faut pas oublier que le "vrai" fascisme, je veux dire l'Italien, était lié à une aspiration explicitement moderniste qui allait mettre à bas l'ordre ancien, jusque dans l'art (le futurisme). De son coté, le nazisme ne rejettait pas la science moderne et poussait du coté des sciences et techniques, aidé en cela par l'efficacité économique propre au libéralisme: le niveau de vie dans l'Allemagne hitlérienne d'avant-guerre n'avait jamais été aussi élevé, si on ne comprend pas ça on ne conmprend rien au succès populaire du nazisme. C'est d'ailleurs un contre-sens régulier de ne pas voir que le succès politique d'Hitler était lié à une réussite économique indiscutable, il suffit de comparer les niveaux de vie réels entre URSS et Allemagne nazie de l'époque.

Paradoxalement, le coté "moderniste" du fascisme, Marine l'incarne bien mieux que son père et que ses aieux du coté de Pétain qui eux sentent plutot le rance. C'est ce qui la rend éminemment dangereuse d'un point de vue électoral. A suivre...

10/07/2013, 01:49 | Par habitus en réponse au commentaire de zorbeck le 07/06/2013 à 16:46

beaucoup de bonnes remarques sur le futurisme et le modernisme, vous avez tout raison, comme pour Marine. Vous faites bien de soulever les faiblesses de mon billet.

07/06/2013, 12:41 | Par Dimitri Latsis

Très bon texte.

09/06/2013, 00:40 | Par christian delarue

09/06/2013, 05:13 | Par christian delarue

Deux mots sur un marxisme frelaté car de connivence avec un pouvoir.

Commentaire sous :

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/090613/civilisation-ou-barbarie-un-monde-plus-doux-est-possible

 

Newsletter