Jeu.
23
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Des prostituées magnifiques contre le féminisme abolitionniste

Une claque pour les abolitionnistes! Un soufflet pour tous ceux et celles qui prétendent parler en leur nom sans leur laisser la parole, sans même les entendre. Là, elles l’ont eue la parole, et ne se sont pas privé d’en faire usage. Et quel usage!


Prostit3.jpgLa chaîne Planète présentait vendredi soir, après un documentaire hallucinant sur la Birmanie et les errances du pouvoir, une émission d’une heure trente sur les travailleuses et travailleurs du sexes.
Des femmes de tous âges, des hommes aussi, dont le métier est la prostitution, ont été longuement interrogé-e-s. Le premier point commun de ces femmes et hommes, c’est la qualité et la profondeur de leur analyse sur elles-mêmes, sur les hommes, la société, et sur les féministes abolitionnistes. On était bien loin du cliché qui veut qu’une prostituée ouvre ses jambes et se taise. Des prostitué-e-s magnifique par leur intelligence, leur liberté de parole, leur humanité.
Elles travaillent en Belgique, en Suisse, en France. Elles sont indépendantes, s’assument à visage découvert avec un naturel et un courage que pas mal d’abolitionnistes ou de gens «bien comme il faut» pourraient prendre en exemple. Pas une once de vulgarité, de récrimination envers le monde, de plainte sur leur condition. Elles ont choisi ce métier par nécessité ou pour l’importance des gains. Certaines y trouvent même un plaisir. D’ailleurs celles et ceux qui ne supportent pas arrêtent.
Elle éprouvent parfois du plaisir sexuel. Elles respectent leurs clients. Mais elles constatent combien leur métier est l’objet d’une constante stigmatisation. La sexualité fait mal à la société, aux sociétés, quand elle n’est pas encadrée et surtout quand elle est payante. Pourtant elles parlent de leurs clients avec une incroyable tendresse. Pas seulement dans un rapport marchand mais avec une humanité qui fait défaut trop souvent chez les humanistes.
Elles parlent de la liberté qui prévaut dans une relation tarifée. De leur liberté de femme, celle d’utiliser leur corps comme elles l’entendent. Elle font un parallèle entre leur métier et n’importe quel autre métier où l’on loue ses services - dans une analyse presque politique où tout rapport de subordination salariale peut être assimilé à une forme de prostitution, rejoignant un thème que j’ai déjà évoqué.
La différence est le rapport à l’intime. La part qu’elles louent est la part traditionnellement la plus intime, celle qui est sacralisée depuis la nuit des temps parce si fondamentale: elle contient le lieu de la reproduction du vivant. C’est aussi le lieu du désir le plus fort, de tous les rêves, qui peut faire passer du statut d’enfant au statut social de parent, d’adulte responsable.
Prostit2.jpg
Les prostituées transgressent donc nombre de tabous. Celui de la mère pour qui la sexualité n’a d’autre but que la procréation d’enfants que l’on aimera. Le mythe de la mère est un des mythes les plus fort de la société. Elle doit être forcément bonne, et être désexualisée. Le personnage de la vierge Marie dans le catholicisme illustre ce mythe poussé à l’extrême: la femme qui enfante sans aucune sexualité.
Elles ont désacralisé le corps et la relation sexuelle. Elles ont réalisé depuis la nuit des temps l’indépendance émotionnelle par rapport à l’homme et au couple. Elles sont indépendantes financièrement. Bref, n’était que les rapports sont tarifés, elles seraient presque l’idéal féministe!
Les féministes, justement, les abolitionnistes, en prennent pour leur grade dans cette émission. Elles sont considérées comme des théoriciennes qui utilisent les prostituées pour faire avancer leur guerre des sexes. Des lesbiennes américaines, comme le dit l’une des femmes interrogées, pour qui tout acte sexuel est un viol. La volonté de pénaliser le client n’est à leurs yeux qu’une volonté féministe de détruire les hommes.
Ces hommes qui sont gentils avec elles pour leur très grande majorité. Qui osent dire leurs besoins, ce qu’ils ne feront jamais avec leur légitime. Qui n’ont plus peur d’être mal jugés s’ils expriment un fantasme. Qui aimeraient leur donner du plaisir en plus de l’argent. Avec lesquels elles créent parfois une relation psychologique authentique.
prostitution_zoom.jpgEt cela malgré le supposé rapport marchand qui ferait d’elles des esclaves. Aucune n’accepte cette analyse de type marxiste. Aucune ne se sent esclave, obligée, au contraire: ce sont elles qui par leur corps et le désir du client, détiennent le pouvoir. Elles regrettent qu’on ne leur ait jamais demandé leur avis: ni les féministes, ni les politiciens, dont les intentions sont plus démagogiques qu’autre chose. D’ailleurs, selon un travesti au courant de ce qui se passe, la pénalisation des clients en Suède a remis le marché de la prostitution aux main des mafias russes, qui affrètent des ferry dans les eaux internationales et y amènent des prostituées par dizaines dans des conditions qui sont celles que la loi réprime: l’esclavage. Le résultat objectif de l’idéologie abolitionniste féministe a produit exactement le résultat contraire: développer à nouveau une prostitution digne des marchés d’esclaves! Bravo et merci, mesdames...
Elles parlent aussi de la difficulté à être acceptées socialement. Les relations changent dès qu’elles disent faire la prostitution. Et pour l’une d’elle qui a des personnes handicapées dans sa clientèle, c’est l’inimaginable, le rejet total par les bien-pensants. Elles disent aussi qu’il est parfois difficile d’avoir un petit ami, pour la simple raison qu’il est vu par les autres comme un proxénète! Bref, la société punit par ses jugements ces femmes - et hommes - qui osent vivre librement leur corps.
Etonnante émission donc, où l’on entend et voit des femmes sensibles, profondes, aimantes, libres, crues et lucides, sans jugement sur le monde autre que de regretter la stigmatisation dont elles sont l’objet, mais bien consciente de la souffrance que représente la sexualité dans toute société, pas ses tabous et ses cadres limités.
A voir par tous ceux et toutes celles qui s’intéressent à la question ou dont le métier ou l’idéologie les investit du droit de parler au nom de ces femmes et de ces hommes. Une émission qui fait tomber de très nombreux clichés.
Rediffusion nocturne: 13 avril à 2.00, le 16 à 1.35, le 19 à 2.55
A lire aussi ici.

Tous les commentaires

10/04/2011, 16:46 | Par Galanver

Merci pour ce billet superbe, très bien écrit et d'une rare intelligence.

Vous nous apportez une analyse claire d'un des aspects de l'évolution de notre société vers le retour aux interdits.

Si elle continue sur ce chemin cette société n'aura rien à envier à la sainte inquisition!

 

10/04/2011, 18:55 | Par hommelibre en réponse au commentaire de Galanver le 10/04/2011 à 16:46

Comme vous je crois que ce risque de retour à une société moraliste et faite d'interdits est possible, et est même en route.

10/04/2011, 19:16 | Par elisa13

Un billet d'homme. Rien que ça me fait bondir :

Qui osent dire leurs besoins, ce qu’ils ne feront jamais avec leur légitime.

Je ne critique pas la prostitution. Elle est peut-être nécessaire, justifiée. Mais qu'elle soit choisie comme métier, à mon avis ça doit être très rare...

Il y a souvent de la brutalité, et même des meurtres. Mais comme ce sont des prostituées, c'est rare que ça fasse la une du journal. Vous en avez entendu parler, vous, de la prostituée marseillaise, assassinée il y a quelques mois ??

 

* et non, je ne suis ni féministe, ni frustrée, ni mariée, ni m-b, juste une femme, une maîtresse, une amante, une amoureuse, entre autres.

12/04/2011, 09:39 | Par Boris Carrier en réponse au commentaire de elisa13 le 10/04/2011 à 19:16

Ce que dénonce justement l'auteur de ce billet ce sont les mythes stupides véhiculés par notre civilisation depuis la nuit des temps. Il s'agit de se détacher un peu des schémas préétablis pour admettre que la vision que nous avons de la sexualité est biaisée.

Le fait qu'il s'agisse d'un billet d'homme n'a pas à intervenir je crois, l'intelligence n'a pas de sexe ( ou si ? ).

10/04/2011, 19:47 | Par MG2

 

* " Le résultat objectif de l’idéologie abolitionniste féministe a produit exactement le résultat contraire: développer à nouveau une prostitution digne des marchés d’esclaves! Bravo et merci, mesdames... "


Le machisme décomplexé dans toute son auto légitimation racoleuse !

Ne dites pas " ... merci Mesdames," mais bien : merci messieurs:

vous êtes le client & l 'esclavagiste ... !!

Pauvres garçons condamnés à vous en remettre aux paroles enfin gratifaintes de la seule prostitution....

 

 

10/04/2011, 20:08 | Par Axel J en réponse au commentaire de MG2 le 10/04/2011 à 19:47

MG2,

Vous avez raison sur l'esclavage, mais vous avez tort d'adopter le mode inutilement méchant avec votre "pauvres garçons", qui démontre que vous ne connaissez pas le fonctionnement physiologique de l'être humain.

Se passer de rapports sexuels, pour un homme, c'est tout un travail sur soi, genre zen ou yoga vous voyez le topo, très inabordable pour beaucoup d'hommes.

Se passer de rapports sexuels, pour une femme, physiologiquement c'est possible sans aucun travail psychologique ni zen ni yoga ni quoi que ce soit comme ça de compliqué ou inabordable.

Il y a une vraie différence physiologique qu'apparemment vous niez, en tout cas que vous semblez ignorer.

Maintenant, si c'est contre son incapacité que vous pestez, à se doter d'une société plus humaine, qui saurait mieux accompagner donc pallier à toutes les misères y compris sexuelle, là je vous comprends mieux...

11/04/2011, 10:06 | Par Philips Michel en réponse au commentaire de Axel J le 10/04/2011 à 20:08

Axel,

Je ne partage pas certains de tes points de vue, en fait un billet, ICI.

10/04/2011, 20:10 | Par elisa13

Se passer de rapports sexuels, pour un homme, c'est tout un travail sur soi, genre zen ou yoga vous voyez le topo, très inabordable pour beaucoup d'hommes.

Se passer de rapports sexuels, pour une femme, physiologiquement c'est possible sans aucun travail psychologique ni zen ni yoga ni quoi que ce soit comme ça de compliqué ou inabordable.

Il y a une vraie différence physiologique qu'apparemment vous niez, en tout cas que vous semblez ignorer.

 

SurprisSurpris???????????

Je dois être sur une autre planète... L'excuse machiste au sommet.

10/04/2011, 20:20 | Par Axel J en réponse au commentaire de elisa13 le 10/04/2011 à 20:10

Lisez mieux. Je m'insurgeais seulement contre la méchanceté inutile de l'expression "pauvres garçons", c'est tout. Quant à moi je serais pour l'interdiction de la prostitution et ça n'a rien à voir mais je serais aussi pour le Matriarcat (par opposition au Patriarcat de nos sociétés occidentales) qui serait à mon sens une solution quand j'évoque la société sans misères de mes rêves.

10/04/2011, 20:21 | Par elisa13 en réponse au commentaire de Axel J le 10/04/2011 à 20:20

Je m'insurgeais contre le reste aussi... Les idées du physiologiquement difficile !

10/04/2011, 20:14 | Par Paul Emile

Bonjour Axel,

d'où tenez-vous vos sources quant au "physiologiquement difficile" pour les hommes ?

10/04/2011, 20:17 | Par elisa13 en réponse au commentaire de Paul Emile le 10/04/2011 à 20:14

Tu tiens à le savoir où elle se trouve sa source ? Clin d'oeil

Ok, je sors...Surpris

10/04/2011, 21:04 | Par Axel J en réponse au commentaire de Paul Emile le 10/04/2011 à 20:14

Je ne parlais pas de "physiologiquement difficile". Ça, ce sont des termes de moquerie cruelle et imbécile trouvés dans un autre post, que vous choisissez de reprendre et de m'attribuer.

Moi, tout ce que je disais, c'est qu'il y a une différence physiologique entre les hommes et les femmes, et cette différence la voici:

Les hommes produisent du sperme en permanence, pas les femmes. Il leur faut évacuer ce sperme suffisamment fréquemment, c'est une quasi-nécessité physiologique, un peu comme les vaches laitières qui, si on les laisse sans les traire, connaissent bientôt des troubles sérieux voire graves de santé.

Or, la masturbation, première solution de facilité apparemment commode qui vient à l'esprit, recèle elle aussi des inconvénients si majeurs qu'on ne peut pas s'en contenter sans faire courir à sa santé une autre forme de danger non moins problématique.

10/04/2011, 21:06 | Par Le Concombre Masqué en réponse au commentaire de Axel J le 10/04/2011 à 21:04

"Or, la masturbation, première solution de facilité apparemment commode qui vient à l'esprit, recèle elle aussi des inconvénients si majeurs qu'on ne peut pas s'en contenter sans faire courir à sa santé une autre forme de danger non moins problématique."

Pas la surdité quand même Axel ?

10/04/2011, 21:18 | Par Axel J en réponse au commentaire de Le Concombre Masqué le 10/04/2011 à 21:06

Majeurs. La surdité c'est juste une légende qu'on raconte aux gamins pour les mettre en garde contre (et on a raison de le faire).

10/04/2011, 21:45 | Par Le Concombre Masqué en réponse au commentaire de Axel J le 10/04/2011 à 21:18

@ Axel.

Ah bon, c'est qu'une légende ???

Quelle surprise...

Bon ben à part des ampoules dans la paume de la main pour les forcenés, je ne crois pas que la masturbation représente un si grand danger que ça parce que j'en ai pas mal usé à certaines époques de ma vie et que je n'ai vraiment pas eu l'impression que ça ait nui à ma santé, mais bon...

10/04/2011, 21:59 | Par elisa13 en réponse au commentaire de Le Concombre Masqué le 10/04/2011 à 21:45

Non, non, Concombre ! j'ai entendu dire que ça donnait aussi le torticoli... Parce que l'homme n'est pas un chien, et que c'est quand même un endroit difficile à atteindre. Mais certains y arrivent.... Clin d'oeil

10/04/2011, 22:32 | Par Chris43 en réponse au commentaire de Axel J le 10/04/2011 à 21:18

Axel,

Majeurs?

Je m'inquiète sérieusement.

Qu'entendez-vous par là, comme disait Pierre Dax?

 

10/04/2011, 21:16 | Par Paul Emile en réponse au commentaire de Le Concombre Masqué le 10/04/2011 à 21:06

Ah ben non Comcombre, si toi aussi tu t'y mets Rire

10/04/2011, 20:29 | Par Paul Emile

Non, non reste, y a des choses à apprendre !

10/04/2011, 20:36 | Par elisa13 en réponse au commentaire de Paul Emile le 10/04/2011 à 20:29

Ben à mon âge, j'ai déjà fait (plusieurs fois) le tour du sujet. Sourire

Mais tu as raison, dans la tête (?) des hommes y a tellement de trucs à découvrir, pour nous les pauvres femmes sans problèmes physiologiquement difficiles à résoudre...IndécisPas très décidéClin d'oeil

10/04/2011, 20:37 | Par Paul Emile

RireRireRire

Je rigole tellement que je sens que je vais avoir des problèmes fisiologik !

10/04/2011, 20:41 | Par elisa13 en réponse au commentaire de Paul Emile le 10/04/2011 à 20:37

Voyons Paul Emile, les trucs physiologiks sont des trucs sérieux, d'hommes, si peu accessibles à nous pauvres êtres faibles... D'ailleurs avons-nous une âme ?? Clin d'oeil

10/04/2011, 20:45 | Par Axel J

La prostitution, on en avait déjà un peu parlé dans deux fils simultanés, que vous feriez mieux de relire avant de vous moquer et de faire preuve de cette cruauté imbécile propre à ceux qui se croient si Bons et si Généreux et si Justes et si De Gauche...

Ici: Prostitution repensée (samines)

http://blogs.mediapart.fr/blog/samines/050211/prostitution-repensee

et sur un autre fil que j'ai en archives mais que l'auteur a supprimé, et qui titrait

Prostitution en Europe : entre mythes, fantasmes et réalités (hastal)

10/04/2011, 20:52 | Par elisa13 en réponse au commentaire de Axel J le 10/04/2011 à 20:45

Tiens donc, Axel, qui donc êtes vous pour traiter nos propos de cruauté imbécile ? Un censeur ? Non, un homme s'adressant à des pauvres idiotes féministes hein ?

Vous imaginez que nous sommes si nulles que nous ne connaissons rien à la detresse de celles et ceux qui n'ont rien d'autre que la prostitution vous vivre ?

Par contre, dites-moi, que dites vous sur toutes les prostituées maltraitées, assassinées, battues, violées ?

Sur l'image de la femme dans ces conditions ?

10/04/2011, 20:53 | Par MG2

 

@ Elisa13,

Il faut avouer que c'est étourdissant Clin d'oeil !

et @ Axel J,

Nous, femmes, ne serions donc que des êtres éthérés très peu concernés par la frémissante pulsion sexuelle... sans fantasmes érotiques à satisfaire impérativement, sans besoin charnel ... sans libido exigeante, sans manque parfois à affronter ...

Je ne comprends même pas que les hommes puissent encore nous imaginer ainsi !

Cela leur ferait-il peur à ce point ?

Cela doit être plus simple, alors.

A chaque sexe sa spécificité ?

Les femmes aiment les hommes.

Les hommes les désirent puis les possèdent.

Ou peut-être incompréhension volontaire car, probablement plus facile de payer pour se soulager & « se sentir vivant » que d'investir dans une relation "humaine" satisfaisante pour les deux partenaires s’ apportant la jouissance... et le respect.

 

10/04/2011, 20:57 | Par elisa13 en réponse au commentaire de MG2 le 10/04/2011 à 20:53

@MG2

Bien dit ! D'un seul coup (heu... pardon !) je pensais avoir changé de siècle et être revenue au 19ème...

10/04/2011, 21:57 | Par MG2 en réponse au commentaire de elisa13 le 10/04/2011 à 20:57

10/04/2011, 21:00 | Par Le Concombre Masqué en réponse au commentaire de MG2 le 10/04/2011 à 20:53

Je vous rassure chère MG2 et autres Dames, je ne vous imagine pas du tout ainsi...

Sur ce je vous laisse car les élucubrations d'Hommelibre m'amusent mais, comme toute bonne chose, je n'en abuse pas...

Quoiqu'il y en a une dont je ne me lasse pas...

De bonne chose, je veux dire !!!

10/04/2011, 21:24 | Par Axel J en réponse au commentaire de MG2 le 10/04/2011 à 20:53

MG2, je ne parlais pas de ça. Coucou on se réveille on est en 2011 pas en 1958, il y a wikipédia si on n'a jamais osé discuter physiologie avec un médecin.

 

"les hommes nous imaginer ainsi"

Pfff c'est vous qui imaginez ça toute seule dans votre tête.

10/04/2011, 22:49 | Par MG2 en réponse au commentaire de Axel J le 10/04/2011 à 21:24

 

... pas à ce point toute seule ... Innocent

coucou, Alex J, bon, je vous prie de m'excuser si je vous ai brusqué... mais c'était pour pas si grave, non ?

10/04/2011, 20:52 | Par La Louve ἄλφα

Une claque pour les abolitionnistes! Un soufflet pour tous ceux et celles qui prétendent parler en leur nom sans leur laisser la parole, sans même les entendre. Là, elles l’ont eue la parole, et ne se sont pas privé d’en faire usage. Et quel usage!

Je propose qu'on donne la parole aux enfants prostitués de tous les pays. Je suis sûre qu'ils adorent jouer avec les grands. Et il rapporte de l'argent à la maison.

Comment cela se fait-il que nos ados ne trouvent pas de boulot ??

10/04/2011, 20:54 | Par Paul Emile

Axel, je ne veux vraiment pas être cruelle avec qui que ce soit. Ma question était on ne peut plus sérieuse.

Merci pour ces liens. Car c'est vraiment un sujet qui m'intéresse et réellement je n'ai jamais été voir de plus près, ce qui se disait à ce propos.

Ne vous inquiétez pas, on a le rire facile, mais le respect tout autant !

10/04/2011, 21:11 | Par Axel J en réponse au commentaire de Paul Emile le 10/04/2011 à 20:54

J'y réponds plus haut, pendant que nos deux idiotes se croient très fortiches alors que ce qu'elles disent de moi est complètement faux et ne fait que confirmer que ce qu'elles voient des hommes n'est que la projection déformée de ce qu'elles ont, elles, dans la tête.

Ceci malgré ces centaines voire milliers de posts où on a pu constater depuis trois ans que je suis (sans être forcément un féministe) un ardent partisan du Matriarcat et un nostagique de cette société matriarcale dans laquelle j'ai passé dix années merveilleuses de ma vie.

10/04/2011, 21:20 | Par elisa13 en réponse au commentaire de Axel J le 10/04/2011 à 21:11

Vous savez ce qu'elles vous disent les deux idiotes ? Mais pour qui vous prenez-vous ??? Vous en êtes encore là : blondes (ou brunes), femmes = idiotes... Vous devriez évoluer. Même avec des chats, c'est fini. On ne dresse plus de bûcher !!

Je préfère en rire. Enfin presque. L'idiote (donc moi en l'occurence) va essayer de se cultiver en lisant ailleurs.

 

10/04/2011, 21:02 | Par hommelibre

Ah, le bon vieux cliché: hommes (clients) = esclavagistes...

Et les rires entendus quand on ose aborder (à peine) les problématiques masculines. L'auto légitimation féministe arrogante.

La revendication du monopole de la souffrance, de la victimisation.

Tourner en ridicule la parole de l'homme, le traiter avec mépris de macho, le culpabiliser comme d'hab: quel programme!

Ritournelle mille fois entendue mais trop entendue: avec moi elle ne prend plus (et avec de plus en plus d'autres, masculins et féminins, non plus). J'ai plus d'estime pour les femmes que pour afficher cette condescendance de les voir victimes et de me coucher d'une culpabilité d'homme que je réfute.

Vous croyez quoi? Qu'on peut indéfiniment traiter les hommes n'importe comment? Qu'on peut les traiter de salauds universels avec le sourire et qu'ils vont dire merci? Qu'on peut s'auto légitimer sans entrer dans un dialogue? Que l'on peut aligner des clichés sans qu'un jour on vous demande des comptes de salir autant les hommes? Qu'ils ne vivent pas des misères sexuelles? Qu'ils ne se sont pas aussi battus pour leurs compagnes depuis des siècles et des millénaires?

Cela vous arrange-t-il tellement de voir les hommes comme des monolites, forts, esclavagistes, oui cela vous arrange.

Mais ne soyez pas trop arrogantes dans votre posture de victimes: comme beaucoup d'hommes j'ai vu des modèles féminins qui, depuis aussi loin que je peux remonter dans ma famille, sont forts, assurent, tiennent leur place. Rien à voir avec le discours ambiant si dévalorisant pour les femmes et pour les hommes.

Et puis regardez cette émission avant d'affirmer des choses qui sont contredites par les prostituées elles-mêmes. Ecoutez-les plutôt que de parler à leur place. Vous en apprendrez sur l'humanité de ces femmes, et sur la réalité des hommes, plus que vos clichés ne peuvent en dire.

10/04/2011, 21:18 | Par netmamou

 

Heu... J'ai dû louper un épisode...Il est grand temps de combler mes lacunes Clin d'oeil

Quel sont les inconvénients de la masturbation masculine, à part la surdité, bien sûr ?

10/04/2011, 21:41 | Par Le Concombre Masqué en réponse au commentaire de netmamou le 10/04/2011 à 21:18

Ben moi j'en vois pas de particuliers et la surdité, c'était juste une blague pour titiller un peu Axel !!!

Bon produit de remplacement en période d'abstinence plus ou moins forcée (le service militaire et l'internat de mes jeunes années par exemple)...

Condition sine-qua-non, changer de main (la gauche si on est droitier et vice-versa) de temps en temps pour croire que c'est quelqu'un d'autre qui vous en fait subir les bienfaits !!!

De toutes façons pour une théorie qui vous dit que s'abstenir d'éjaculer permet d'allonger la vie, vous en trouverez une autre qui vous dira le contraire et qu'à moins de 3 éjaculations par semaines, vous risquez au contraire de la raccourcir !!!

Pour moi, les 2 théories sont aussi farfelues l'une que l'autre, chacun fait comme il le sent et point-barre...

Tout le reste n'est que de la masturbation intellectuelle...

11/04/2011, 09:09 | Par Paul Emile en réponse au commentaire de Le Concombre Masqué le 10/04/2011 à 21:41

Très justement sur les périodes d'abstinence, internat auquel j'ai eu droit aussi. Pour reprendre qu'il n'y a pas de problèmes physiologiques ou autres chez les filles, l'ambiance aurait due être très "sage", ben c'était pas vraiment le cas !

10/04/2011, 21:24 | Par La Louve ἄλφα

hommelibre : J'ai plus d'estime pour les femmes que pour afficher cette condescendance de les voir victimes et de me coucher d'une culpabilité d'homme que je réfute.

là c'est plus grave que je pensais. Partageriez-vous la revendication des femmes du monopole de la souffrance, de la victimisation ?. (vous savez celles qui se font violer et l'ont bien mérité). Elles sont prêtes à partager.

J'ai traité le sujet en profondeur dans mon dernier billet si ça vous intéresse :

(le lien ne semble pas bien fonctionner, mais c'est mon 2e billet du 10 avril)

http://blogs.mediapart.fr/blog/nihile/100411/pour-le-feminisme-dominateur

A mon âge maintenant, je suis passée à femme cliente. J'adore mes jeunes esclaves. Donc on est d'accord.

10/04/2011, 21:35 | Par elisa13 en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 10/04/2011 à 21:24

Pour m'instruire, moi l'idiote (d'après Axel) je suis arrivée sur votre billet. Et j'en suis ressortie très instruite, merci beaucoup Clin d'oeil

A mon âge maintenant, je suis passée à femme cliente. J'adore mes jeunes esclaves. Donc on est d'accord.

Ben moi aussi. Mais dites-moi, au vu de toute votre expérience, comment expliquez-vous le danger de la masturbation ??

(il paraît que dorénavant, pour éviter de se faire traiter d'imbéciles ou d'idiotes, il faut préciser : humour ! 2ème et 3ème degré ! humour !!)Je ne dis plus rien

10/04/2011, 21:44 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de elisa13 le 10/04/2011 à 21:35

Je prépare une thèse sur ce sujet car le danger est plus grand qu'on ne croit, ça toucherait la matière grise, c'est pourquoi il faut cloner les prostituées et baisser les tarifs.

Mais je vous en dirai plus prochainement.

10/04/2011, 21:53 | Par elisa13 en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 10/04/2011 à 21:44

Bon si ça ne touche QUE la matière grise, alors...Clin d'oeil

10/04/2011, 21:41 | Par La Louve ἄλφα

http://blogs.mediapart.fr/blog/nihile/100411/hommes-louer-des-hommes-magnifiques-montrant-la-voie

j'espère que le lien fonctionne. Superbe film

Pour asseoir sa réflexion sur la prostitution masculine, le réalisateur s'est inspiré des études féministes des années 70. "Selon ces théories, les enfants de sexe masculin appartiennent au monde des femmes, explique Jean. Ils sont donc victimes de l'oppression des hommes. Moi, par extension, je range les enfants de la DPJ dans cette catégorie. Ils sont des victimes du patriarcat. Ces hommes qui les oppriment, ce sont leurs abuseurs, puis leurs clients. Pour moi, le film aurait facilement pu s'intituler La Fin du monde. Une société qui abandonne son enfance, c'est comme la fin du monde."

10/04/2011, 22:41 | Par netmamou

 

Merci, Concombre, de m'avoir éclairée, et pour ce détail-qui-tueRire :

"Condition sine-qua-non, changer de main (la gauche si on est droitier et vice-versa) de temps en temps pour croire que c'est quelqu'un d'autre qui vous en fait subir les bienfaits !!!" 

11/04/2011, 00:24 | Par hommelibre

Elisa:

Dans toute femme prostituée, il y a une petite fille assassinée.»

Ben tiens... Et dans tout adulte il y a un enfant mort. Et dans tout bûcheron il y a un poète décapité. Et dans tout employé de banque il y a un entomologiste comateux. Et dans tout père il y a un fils inaccompli. Et dans tout meurtrier il y a un oiseau tiré à vue.

Etc...

On peut en faire, des comme ça, qui font pleurer dans les chaumières et qui poussent au déni de soi et à la nostalgie d'un paradis perdu.

Bien sûr il y a des prostituées assassinées. On assassine aussi des petits vieux retraités. Des flics. Des employés de banque. Il ne faudrait jamais devenir petit vieux retraité. On devrait faire une loi interdisant d'être petit vieux retraité, on devrait les tuer avant comme ça ils ne seront pas assassinés sauvagement mais proprement.

 

Et pour ce comm:

 

"Un billet d'homme. Rien que ça me fait bondir :

Qui osent dire leurs besoins,
ce qu’ils ne feront jamais avec leur légitime."

Et pourquoi diable un billet d'homme vous fait-il bondir? A cause de cette outrecuidance de se libérer des baillons et des masques que vous voulez leur imposer? Quelle est cette discrimination, cette volonté cachée de prendre le pouvoir sur l'autre, qui prend le masque de votre indignation?

Et bien bondissez, bondissez, levez vos fesses du confort victimaire et des autoroutes de l'idéologie féministe, quittez l'arrogance de la juge. Bondissez, écouter les hommes plutôt que de parler pour eux. Bondissez, découvrez les hommes, ces hommes qui transgressent le silence où vous voulez les réduire, il n'est pas trop tard... Ouvrez vos yeux, sortez de votre pensée, dépassez les apparences, les hommes ne sont pas là où vous les avez mis...

Bondissez gazelle, bondissez antiloppe, si le confort intellectuel ne vous a pas encore collé les fesses au sol. Dansez enfin avec les hommes!

 

11/04/2011, 07:01 | Par elisa13 en réponse au commentaire de hommelibre le 11/04/2011 à 00:24

Si vous m'aviez bien lue, vous auriez vu que la phrase n'était pas de moi. Et ce qui m'a fait bondir, n'est pas que ce soit un billet d'homme, mais la phrase écrite en italique. Je me souviens d'un texte où l'homme disait qu'il ne supportait pas que sa femme lui fasse des pipes, parce qu'il ne pouvait imaginer que la bouche qui embrasse "ses" enfants, touche son sexe...

Voilà l'illogisme ! où est donc le respect ? Se servir des prostituées pour éviter de demander des "trucs" à son épouse ??? Et si l'épouse qui aimerait faire ces "trucs" va les faire au voisin ???

Merci, mais je vais très bien. Les hommes de ma vie, je les respecte et je les aime. Et je fais tous les trucs possibles et imaginables (et même inimaginables) avec eux. Je peux être leur femme ET leur prostituée, comme toutes les femmes que les hommes respectent.

11/04/2011, 07:29 | Par hommelibre en réponse au commentaire de elisa13 le 11/04/2011 à 07:01

@ Elisa: soit, malentendu. Dont acte.

14/04/2011, 19:13 | Par kakadoundiaye en réponse au commentaire de hommelibre le 11/04/2011 à 00:24

@hommelibre,

jolie réponse . humeur humour et certitudes. j'appuie et applaudis.

11/04/2011, 01:50 | Par DEMOCRYPTE

C’est l’ensemble de ces échanges que je trouve insensé !
hommelibre fait un billet qui fait quasiment l’apologie de la prostitution et c’est sur Axel J, qui exprime un point de vue, depuis là où il peut parler, à savoir de sa condition d’homme, et qui dit que l’abstinence lui semble plus problématique pour l’homme que pour la femme. Et de là, chacun parle des hommes et des femmes, c’est-à-dire, finalement de lui-même, oubliant le texte d’hommelibre et sa quasi-apologie de la prostitution.
Il faut quand même rappeler que la prostitution peut être féminine, masculine, transsexuelle et enfantine et que l’objet qu’on évite, ici, de discuter c’est du réel du corps aliéné.
Hommelibre nous donne une vision « toute rose » de la prostitution.
Je ne doute pas qu’il existe des individus assez résistants ou résilients pour conserver un relatif équilibre psychique dans la prostitution. Mais ça ne signifie rien. Un proverbe roumain dit : « que Dieu n’envoie pas aux hommes tout ce qu’ils peuvent supporter. » Et, en effet, l’homme est un être résistant, capable de supporter beaucoup, y compris la prostitution.
Mais, la réalité c’est que le très grand nombre des personnes prostitué(e)s (principalement des femmes, mais pas que) sont aliénés, détruit psychiquement et meurtris physiquement par la prostitution. Que la contrainte physique et/ou matérielle et/ou psychique (la contrainte que subit celui qui a si peu d’estime de lui-même, à se maltraité lui-même, à se laisser maltraité) joue un rôle considérable dans l’entrée dans la prostitution.
Je veux bien entendre les arguments des partisans de la légalisation de la prostitution, quand ils ont la décence d’affirmer la nécessité d’aider concrètement les prostitué(e)s à s’en sortir et quand ils décrivent la légalisation comme un moyen de « réduire la casse », de « réduire les risques » (ceux liés au fait d’avoir à exercer dans des lieux plus reculés, donc plus dangereux, ceux liés au marquage pénal qui limite les possibilité de se réinsérer, ceux liés aux MST).
J’ai du mal à entendre les arguments des « abolitionnistes » quand ils ne proposent que des mesures de répression sans proposer d’aide conséquente aux prostitué(e)s qui veulent s’en sortir.
J’aurais aimé un débat sur cette question là, difficile à trancher.

11/04/2011, 07:09 | Par elisa13 en réponse au commentaire de DEMOCRYPTE le 11/04/2011 à 01:50

Vous avez complètement raison. Nous avons pris par le sourire et par le rire, un grave problème, mais par réaction à ce billet inouï. Faut avouer qu'Axel nous traitant d'idiotes et autres mots tout aussi gentils m'a fait bondir. Et ceci, que j'avoue n'avoir toujours pas "avalé" 'pardonnez-moi l'expression !

 

Se passer de rapports sexuels, pour un homme, c'est tout un travail
sur soi, genre zen ou yoga vous voyez le topo, très inabordable pour
beaucoup d'hommes.

Se passer de rapports sexuels, pour une femme, physiologiquement
c'est possible sans aucun travail psychologique ni zen ni yoga ni quoi
que ce soit comme ça de compliqué ou inabordable.

Il y a une vraie différence physiologique qu'apparemment vous niez, en tout cas que vous semblez ignorer.

Le fait de nous mettre, nous les femmes, dans la catégorie dénuée de désir, faisait un peu fort de café. Toujours cette supériorité mâle, nous, les hommes avons des besoins. Peut-importe que nous allions les satisfaire chez les prostituées... C'est hallucinant.

11/04/2011, 09:33 | Par Axel J en réponse au commentaire de elisa13 le 11/04/2011 à 07:09

Votre mauvaise foi est incroyable.

Revoyez la chronologie du fil. Ce n'est que quand vous avez bien dégradé la situation que je vous traite d'idiote. Voyez les dates et heures des posts.

Et je vois maintenant que vous reprenez encore le même contresens que vous faites, quand tous les autres ont enfin compris de quoi je parlais (notamment MG2), vous restez sur votre toute première position, n'ayant apparemment toujours pas commencé à lire en entier aucun autre de mes posts ni même relu calmement celui que vous recitez une seconde fois en le tronquant une seconde fois.

Tout le monde peut se tromper, ce n'est pas si grave. Enfin pardon, tout le monde peut se tromper sauf vous, c'est ça?

11/04/2011, 09:44 | Par elisa13 en réponse au commentaire de Axel J le 11/04/2011 à 09:33

Ben oui, je ne suis qu'une femme....

11/04/2011, 09:52 | Par Axel J en réponse au commentaire de elisa13 le 11/04/2011 à 09:44

"Ben oui, je ne suis qu'une femme..."

Ça, c'est ce que vous dites pour tenter (très malhonnêtement avec mauvaise foi) de vous rallier les autres femmes, pour tenter de me positionner comme un gros con de macho, et pour refuser de reconnaître votre erreur qui a transformé ce fil en ènième dispute entre abonnés.

11/04/2011, 09:49 | Par Axel J en réponse au commentaire de elisa13 le 11/04/2011 à 07:09

Dans mon tout premier post du 10/04/2011 à 20:08, je n'aborde PAS l'aspect psychologique, le désir, les besoins etc, tant pour moi c'est une évidence que nous sommes tous logés à la même enseigne, hommes et femmes, de ce côté-là, d'ailleurs plus personne n'en doute aujourd'hui.

Mais vous, c'est tout ce que vous y voyez, et vous enchaînez là-dessus sur tout le reste du fil, et vous êtes encore là-dessus aujourd'hui après une nuit de sommeil, bref c'est apparemment votre obsession que vous me collez, alors que je n'abordais PAS DU TOUT le sujet et surtout, alors que tout le reste des intervenants de ce fil l'avaient soit déjà compris, soit très vite compris.

11/04/2011, 07:56 | Par hommelibre en réponse au commentaire de DEMOCRYPTE le 11/04/2011 à 01:50

@ Democrypte:

Mon billet est inspiré à 90% de l'émission que je cite, et que je recommande. Je tiens compte aussi de l'expérience de Grisélidis Real, péripatéticienne genevoise célèbre aujourd'hui décédée, et de dialogues que j'ai eus avec des prostituées sans être client.

Ce qui ressort est que les abolitionnistes sont considérée comme des idéologues qui utilisent la cause de la prostitution pour justifier leur idéologie. Elles n'écoutent pas les prostituées et même semblent se ficher d'elles, pourvu que leur guerre des sexes avance et que les hommes soient pénalisés.

Le film passé sur Planète montre l'ampleur du décalage entre les théoriciens et les prostituées libres. On a le très net sentiment que les théoriciens ne sont pas allés les écouter. Mais théorie pour théorie, on peut aussi relire Marcela Iacub.

L'abolitionnisme les sauvera-t-elles malgré elles et contre elles? Le débat sur les mesures d'accompagnement aurait lieu d'être si l'abolitionnisme était la position juste et unique, dépouillée d'un fond moral puritain et de son agressivité contre les hommes. Mais il y a au moins deux débats préalables: pourquoi les sociétés ont-elles mal à la sexualité? Et la liberté sexuelle va-t-elle jusqu'à l'échange tarifé (dans lequel on pourrait inclure les cadeaux d'un amant, la voiture ou les bijoux offerts par un mari, entre autres, pourquoi pas?). Sinon, faut-il redéfinir la liberté, en particulier dans des Etats européens qui n'ont de libéral que l'apparence mais qui sont très contraignants sur la vie des gens, et même qui tendent à l'être de plus en plus?

Qu'advient-il du droit à disposer de son propre corps?

11/04/2011, 10:31 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de hommelibre le 11/04/2011 à 07:56

@hommelibre

vous dialoguez avec des prostituées (que des femmes) sans être client (entre deux clients ?) au sujet des (je crois comprendre) féministes abolitionnistes (cela doit vraiment les intéresser). Ces prostituées, et vous êtes d'accord avec elles, considèrent ces abolitionnistes comme des idéologues qui utilisent la cause de la prostitution pour justifier leur idéologie. Ces abolitionnistes n'écoutent pas les prostituées et même semblent se ficher d'elles , pourvu que leur guerre des sexes avance et que les hommes soient pénalisés.(vous ont-elles dit cela en ces termes ou est-ce votre interprétation ?)

J'ai toujours été féministe, sans honte et sans complexe. Car il est normal que les femmes se battent (et oui !) pour améliorer leur place dans la société (comme des syndicalistes peuvent se battre pour améliorer leur sort dans une entreprise ou dans certains pays pour simplement vivre décemment). Les relations humaines sont faites de conflits et de confrontations. Pour moi, il ne s'agit pas d'idéologie soutendue par une doctrine. Non, c'est le respect des droits de chacun (avec les devoirs).

Dans les années 70, c'était déjà les mêmes échanges à ce sujet. Des groupes et des personnes travaillent sur le terrain pour aider les personnes en détresse, des associations, des anonymes. Les avez-vous contactés ?

http://www.ledevoir.com/societe/177487/un-groupe-qui-vient-en-aide-aux-prostitues-males-devra-reduire-ses-services-faute-d-argent

Action Séro Zéro a un besoin pressant d'aide financière pour maintenir son programme «Travailleurs du sexe», qui vient spécifiquement en aide aux hommes qui pratiquent la prostitution. Si l'organisme n'obtient pas 44 000 $ d'ici la fin du mois de mars, le nombre d'intervenants devra diminuer de moitié. Et pourtant, l'organisme montréalais note une hausse de la fréquentation de son centre du soir de 8 % depuis 2004.

Par ailleurs chez nous :

la loi 60-1246 du 25.11.60 ... prévoit la création d'un service social spécialisé dans chaque département : SPRS ou Service de prévention et de Réinsertion Sociale. Au total, seule une vingtaine d'entre eux a été mise en place. Ils ont aujourd'hui quasiment tous disparus.

Je vous conseille un dossier sérieux et parfaitement étayés avant d'affirmer n'importe quoi :

http://www.sosfemmes.com/sexwork/sexwork_droit.htm

Pour finir, c'est Juppé (et non les féministes) qui parle d'abolitionnisme en avril 1997 pendant la Conférence de la Haye, avec d'ailleurs des arguments de grande valeur. C'est le gouvernement, le ministre du travail et des affaires sociales qui donnait le 30 mai 1997 des instructions aux préfets en ce sens, en précisant que la législation sera bien comprise si son volet social n'est pas négligé.

Apparemment le volet social (ce n'était pas un bouclier) n'a pas été à la hauteur. Madame Bachelot (et c'est une femme, c'est pourquoi vous parler de féminisme j'imagine) soutient cette idée de "punir les clients" des prostitués (et non prostituées).

Et les bons petits soldats comme vous qui défendent le droit des femmes à disposer de leur corps (êtes-vous féministe ?) ou le fait que la prostitution est un métier comme un autre, de plus utile à la santé publique (!!) tombent dedans à pieds joints.

Après l'islam, la laïcité, le voile, la burqa, l'immigration, on arrive au féminisme. Il manque l'avortement et le reboursement de la pilule. C'est toujours la même chose. N'avez-vous pas compris ?

Bientôt, cela pourrait être : les femmes doivent laisser les emplois aux hommes et rester chez elle.

(ce qui me console c'est qu'il nous restera la prostitution).

 

 

 

 

11/04/2011, 13:27 | Par DEMOCRYPTE en réponse au commentaire de hommelibre le 11/04/2011 à 07:56

@ hommelibre
Que je sache aucune loi n’interdit de se prostituer, de se suicider, de détruire son corps en s’infligeant des sévices ou de devenir alcoolique (seul le droit de devenir toxicomane est formellement interdit). Aussi le droit à « disposer de son propre corps » est-il reconnu - certes négativement -, du seul fait que ce qui n’est pas interdit est autorisé.
La question de ce « droit » n’est pas en cause. Y compris chez les partisans de la légalisation, qui n’attendent pas la reconnaissance formelle de ce droit à « disposer de son propre corps », mais la reconnaissance d’un statut de « travailleurs du sexe » aligné sur celui des professions libérales. Ils prétendent qu’un tel statut aurait pour effet de réduire la plupart des problèmes et les témoignages que vous citez vont dans ce sens.
Mais ne soyons pas naïfs : la prostitution est avant tout une manne pour des réseaux délinquants et pour les banques qui, dans des paradis fiscaux, blanchissent cet argent (avec celui de la fraude fiscal, de la drogue, etc.). Ces deux compères n’ont aucun intérêt à ce que l’argent de la prostitution tombe entre les mains du fisc ! Dès lors - au mieux -, la légalisation permettrait de faire exister une prostitution de façade plus ou moins proprette, tandis que continuerait à prospérer la vraie prostitution, celle qui se fonde sur un rapport d’exploitation de la détresse (matérielle et psychique) de personnes vulnérables.
C’est justement la faiblesse des arguments des partisans de la légalisation, qui conduit ceci à recourir à la diabolisation de leurs adversaires : les tenants de la prohibition sont des idéologues féministes.
Ce point mérite d’être discuté, car parmi les tenants de l’abolition ont trouve de tout, depuis une Bachelot qui préfère une loi que de donner des moyens aux associations d’aide aux prostitués jusqu’au cathos en passant, en effet, par des féministes.
La seule question est de déterminer si l’interdiction de la prostitution pourrait être un outil supplémentaire pour aider prostituées (par exemple, les obliger à entrer dans un processus d’aide, un peu comme il existe des obligations de soins) ?
J’avoue, jusqu’ici, que les abolitionnistes ne m’ont pas convaincu, tout d’abord parce que l’aide est extrêmement faible. Ensuite parce qu’on assiste au développement de forme de prostitution informelle, celle de femmes qui se prostituent pour boucler les fins de mois, pour s’assurer un complément de revenu.
Il me semble impossible de raisonner sur ces questions sans poser la question sociale.

14/04/2011, 06:12 | Par xavier bonaventure

.

11/04/2011, 10:49 | Par La Louve ἄλφα

@ hommelibre

La prostitution ne sert-elle pas, une fois de plus mais toujours en vain, qu'à vous revancher... du féminisme ?

oui, votre problème est là et vous vous moquez pas mal des prostitués. Vous les utilisez pour justifier votre haine du féminisme.

11/04/2011, 11:46 | Par MG2 en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 11/04/2011 à 10:49

 

dans ce cas très particulier, mA conclusion est, HéLAS , la même ...

est tout peut faire projectile !

 

11/04/2011, 21:08 | Par hommelibre

@ Nihile, MG2, quand j'aurais critiqué autant le féminisme radical que celui-ci dénigre les hommes, vous serez en droit de me faire quelques remarques. Vous en prendre personnellement à moi ne change rien à l'analyse que j'apporte et qui est de plus en plus partagée. L'attaque ad hominem n'a jamais été une argumentation, mais bien plus un procédé intellectuellement peu honnête pour discréditer quelqu'un.

Pour vousNihile, qui citez dans votre comm des choses que je n'ai pas écrites, la tentative de discrédit que vous avez faite sur AG est assez moche. Encore une fois l'attaque personnelle ne met en évidence que vos méthodes qui s'approchent de la diffamation. Mais j'en ai l'habitude. Surtout venant de personnes soigneusement cachées derrière l'anonymat. La diffamation est plus portée que le courage. La grande liberté d'internet, la liberté du débat, sert beaucoup de lâches. Bon miroir de l'humanité. Pas étonnant d'en être où nous en sommes quand on voit le peu de gens capable de dialoguer honnêtement.

Pour le reste je vous suggère vivement de regarder l'émission en question ou de l'enregistrer vu sa rediffusion tardive.

11/04/2011, 23:05 | Par MG2

 

;

11/04/2011, 23:06 | Par MG2

*

12/04/2011, 10:28 | Par MG2

 

2ème clap...

@ hommelibre,

Ne vous en déplaise : il n' y a rien de diffamant dans mes critiques puisque j'emploie votre pseudo et que je m'appuie sur un/votre texte que tout le monde peut lire.

Ne vous en déplaise : lourde, votre tentative de faire passer, sous couvert d' admiration pour des femmes/hommes confrontés/es à la réalité quotidienne de la prostitution, la légitimité de l’esclavage que cache celle-ci et de plus égrener - hommelibre - une vindicte spécieuse contre les féministes qui luttent contre les dégâts de la même prostitution.

Ne vous en déplaise : avant votre démagogique entourloupe, j'étais déjà persuadée que ces personnes ainsi contraintes ou soumises ou réduites ou isolées et tombées dans cette "profession" sont, tout comme moi-même, des êtres humains respectables ! avec des sentiments, une intelligence, des rêves et des contradictions.

Donc nos semblables.

Ne vous en déplaise : il n'est nullement étonnant que les personnes interviewées puissent, par fierté, avec finesse, évoquer de façon "gratifiante" cette profession ou tout le moins puissent nous la dépeindre ainsi.

Paradoxe de l'âme humaine.

Ne vos en déplaise : vos gros yeux, grosse colère et grosse indignation que vous déversez d'une manière ou d'une autre, à propos de ceci ou cela sur le féminisme et les féministes sont caricaturaux et inopérants.

Ne vous en déplaise : les analyses, les luttes conduites par les féministes pour la libération des femmes ont plus apporté d'avancées démocratiques en un siècle que vos diatribes anti et stigmatisantes.

Ne vous en déplaise : le féminisme reste toujours d'actualité pour comprendre et lutter contre les barbaries du machisme virulent et les obscurantismes du patriarcat dominant : tous deux toxiques pour la libération de chacun et chacune.

Ne vous en déplaise : votre admiration devant les "valeurs" de la prostitution et votre dégoût pour les féministes sont niaiseuses.

Cordialités médiapartienes

signé MG2 OU Mauvais Genre !!

 

 

 

11/04/2011, 23:14 | Par MG2

 

Innocent

11/04/2011, 23:10 | Par MG2

,,,

11/04/2011, 23:09 | Par MG2

Marche moi dessus

11/04/2011, 23:08 | Par MG2

:

11/04/2011, 23:07 | Par MG2

;

11/04/2011, 23:07 | Par MG2

*

11/04/2011, 23:04 | Par MG2

.

11/04/2011, 23:03 | Par MG2

 

double

12/04/2011, 10:30 | Par MG2

 

@ hommelibre,

Ne vous en déplaise : il n' y a rien de diffamant dans mes critiques puisque j'emploie votre pseudo et que je m'appuie sur un/votre texte que tout le monde peut lire.

Ne vous en déplaise : lourde, votre tentative de faire passer, sous couvert d' admiration pour des femmes/hommes confrontés/es à la réalité quotidienne de la prostitution, la légitimité de l’esclavage que cache celle-ci et de plus égrener - hommelibre - une vindicte spécieuse contre les féministes qui luttent contre les dégâts de la même prostitution.

Ne vous en déplaise : avant votre démagogique entourloupe, j'étais déjà persuadée que ces personnes ainsi contraintes ou soumises ou réduites ou isolées et tombées dans cette "profession" sont, tout comme moi-même, des êtres humains respectables ! avec des sentiments, une intelligence, des rêves et des contradictions.

Donc nos semblables.

Ne vous en déplaise : il n'est nullement étonnant que les personnes interviewées puissent, par fierté, avec finesse, évoquer de façon "gratifiante" cette profession ou tout le moins puissent nous la dépeindre ainsi.

Paradoxe admirable de de l'âme humaine.

Ne vos en déplaise : vos gros yeux, grosse colère et grosse indignation que vous déversez d'une manière ou d'une autre, à propos de ceci ou cela sur le féminisme et les féministes sont caricaturaux et inopérants.

Ne vous en déplaise : les analyses, les luttes conduites par les féministes pour la libération des femmes ont plus apporté d'avancées démocratiques en un siècle que vos diatribes anti et stigmatisantes.

Ne vous en déplaise : le féminisme reste toujours d'actualité pour comprendre et lutter contre les barbaries du machisme virulent et les obscurantismes du patriarcat dominant : tous deux toxiques pour la libération de chacun et chacune.

Ne vous en déplaise : votre admiration devant les "valeurs" de la prostitution et votre dégoût pour les féministes sont niaiseuses.

Je vous salue,

MG2 ou Mauvais Genre !

 

 

12/04/2011, 08:38 | Par La Louve ἄλφα

http://www.swissjustice.net/fr/affaires/Ge104_Goetelen/GE104__fr.html

hommecible

hommelibre

(je crois comprendre votre haine)

12/04/2011, 09:12 | Par Axel J en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 12/04/2011 à 08:38

C'est quoi ces recherches sur le Net que vous faites sur un abonné? C'est pour qu'on "comprenne votre haine", c'est ça?

12/04/2011, 11:38 | Par La Louve ἄλφα

Axel

Vous pouvez penser ce que vous voulez. Mais je trouve que s'exposer de cette façon là est dangereuse. Je n'ai pas fait de recherches particulières. Si une personne choisit de s'exposer de cette façon, car il fait de nombreux blogs publics sur internet en son nom propre et sous différents avatars, mais toujours les mêmes, c'est son choix et il veut donc que l'on sache.

Il s'explique longuement. C'est son choix.

Et l'on retrouve son billet à plusieurs reprises, sans fouiller (agoravox, ses blogs, etc)

Quoique vous en disiez, je le comprends mieux maintenant;

12/04/2011, 11:41 | Par La Louve ἄλφα

D'ailleurs, je m'excuse auprès de lui pour ce lien. Effectivement je n'aurais pas dû le mettre.

12/04/2011, 11:46 | Par Le Concombre Masqué

C'est de notoriété publique les démêlés passés d'Hommelibre avec la justice Helvête...

Il a été relaxé, donc, dont acte mais il en a souvent parlé, sur Médiapart et ailleurs...

C'est d'ailleurs un de ses arguments dans sa lutte contre le féminisme donc rien de secret ou d'indiscret là-dedans, ça fait d'ailleurs un sacré moment que je suis au courant...

12/04/2011, 12:32 | Par La Louve ἄλφα

Merci concombre masqué. je ne perdrai donc plus de temps. (il devrait annoncer la couleur au départ !)

12/04/2011, 16:08 | Par kakadoundiaye

Beau texte.

Sur un thème que j'ai souvent eu envie de traiter -et je l'ai fait- car j'ai passé grande partie de ma vie dans des pays où la prostitution n'est pas nommée comme telle, ne peut être nommée comme telle mais appartient aux modes multiples que lient homme et femme.

Et regardant les couples occcidentaux , cette main mise sans contrepartie de l'Homme sur la Femme, je me suis souvent demandé pourquoi la femme occidentale se prostituait si peu, acceptait de se faire prendre sans avoir pour retour je ne sais caresses, frics, cadeaux, récompenses, respects etc bref toutes les marques qui définissent les rapports entre le client et la prostituée. Récemment encore, en Afrique, et il y a peu en Thailande je remarquais l'extraordinaire tendresse, regards, mains dans la mains, caresses sur le front, etc..qui liaient une belle gazelle en plein acte de prostitution, dans un restaurant dans un bar a pute et son client ventripotent et quinquagénaire. Comme si toute la tendresse qu'ils n'avaient pu donner se deverser soudain sur ces corps magnifiques comme un trop plein retenu que l'age soudain ou je ne sais l'angoisse de la mort du désir permettait de deverser et s 'ouvrir par delà le sexe et tout ce qu'il signifie.

Une société heureuse ne peut être qu'une société où la pute ferait partie du paysage social . Le reste est psychorigidité, religiosité placée trop bas, ou je ne sais quelle vengeance.

12/04/2011, 17:02 | Par Paul Emile

Bonjour Monsieur Kakadoundiaye,

Et vous dans la vie, ça vous dirait d'être pute comme métier, comment l'envisageriez-vous ?

14/04/2011, 19:21 | Par kakadoundiaye

Question idiote. mais je peux dire que j'ai connu de prés des putes que j'ai vécu avec des putes que mes meilleures amies étaient putes..etc... que la putainerie fait partie dans le monde entier des rapports entre h et f sans que ni les h ni les f n'y trouvent à redire.

14/04/2011, 21:24 | Par Paul Emile

" la putainerie fait partie dans le monde entier des rapports entre h et f sans que ni les h ni les f n'y trouvent à redire"

Oui ! surtout les hommes !!!!

16/04/2011, 17:19 | Par kakadoundiaye

Sortez de chez vous diantre!!! Oui jai connu des putains heureuses. Oui je croise chaque jour des putains heureuses. Oui je bois chaque jour un pot à "l'escale" avec des putains qui rient. Oui je comprends d 'autant mieux leurs rires et leur bonheur que le fric qu'elles gagnent leur permettra d'envoyer soeurs et frères et filles à l'école...de les habiller de les nourrir. Oui je connais de nombreuses putes qui gagnent grosso modo cinq fois le salaire de leur père et qui sont dans la famille respectée et aimée. Oui j'ai connu des putes qui revenues au village étaient honorées respectées et nommées maires parce que putes.( Thaïlande)Oui il existe une prostitution qui libère et qui n'a rien a voir avec la prostitution française, mal tolérée et qui devient le fait d'étrangères esclavagisées par des mafieux à qui ont fout la paix. OUi je plaide pour la libéralisation de la prostitution qui revient à vendre son corps un petit quart d'heure pour la même somme que de le vendre au Capital pour huit heures par jour.Je ne vois pas en quoi une pute ferait un travail d 'esclave et pas la caissière ou l'ouvrière industrielle du textile. Pourquoi vendre son cul serait plus coupable que de vendre ses mains, son esprit, son temps, sa force de travail?

Je vois surtout que, encore une fois, des idéologues veulent faire le bonheur des prostituées contre les prostituées comme les blancs veulent faire le bonheur des nègres contre les nègres à Abidja, en Lybie. Au prétexte qu'ils sont inconscients et qu'il convient de les sauver d 'eux mêmes. Aliénés, putes et nègres, ne devront leur salut qu'à ceux qui les affament, les reconvertissent, leur enseignent le bien et le mal..bref une mission civilisatrice où je ne vois que l'ombre du couteau et de l'épe qui s 'abat sur nous.. nègres clients putes baiseurs amateurs de bordel amatrices de fric vite et mal gagné.... bref toute cette pourriture à laquelle j'appartiens et que je revendique.
Et je vous plains législateurs, idéologues, le cul cousu des grands mots qui vous ouvrent la bouche. Je vous plains mais croyez bien que ma compassion n'ira pas jusqu'à eviter de vous foutre sur la gueule dés que l'occasion m'en sera donné...

16/04/2011, 19:27 | Par profil_inactif_145012

Billet franchement pathétique qui oublie que nombre d'ancien(ne)s prostitué(e)s travaillent justement dans des associations pour sortir hommes et femmes de ce métier.

L'opposition théorie-pratique est à pleurer.

Messieurs et Mesdames qui trouvez si belle la prostitution :

- envisagez vos propres pères et mères faire ce métier.

- envisagez vos propre fils et vos propre filles faire ce métier

- envisagez de faire ce métier vous-même.

17/04/2011, 09:59 | Par kakadoundiaye en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 16/04/2011 à 19:27

on ne parle pas du même monde. On ne vit pas dans le même monde. Des putes militant dans des asssociations!!!!!!!!????? Dans toutes les capitales d'Afrique d'Amérique Latine et d 'Asie cela ferait se tordre de rire tout le monde. !!!!

17/04/2011, 13:57 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de kakadoundiaye le 17/04/2011 à 09:59

C'est possible, car chacun vit bien dans "son" petit monde. Mais on dialogue.

Oui, il y a des gens qui, ayant fait cette profession, travaillent dans des associations dans le but de trouver à d'autres dans cette situation un autre moyen de gagner leur vie.

Je n'utilise pas le mot 'pute' - quant à en rire, j'ai bien peur qu'en effet nous ne vivions pas dans le même monde...

16/04/2011, 21:40 | Par nyto

Souvent, Hélas, le malheur des Autres nous réconfortent.

Certains n'arrivent pas à pratiquer cet "art".

C'est pourtant si Simple, comme écrit dans le Commentaire au dessus.

Alors c'est sur, cela ne relève pas de la physiologie mais de la Psychologie.

S'imaginer/se voir à la place/ds le contexte d'autrui, pour certains, doit relever d'un effort Surhumain.

Après tout sont ils des gens ? des vrais ? des n'Humains ?

 

Marche moi dessus

17/04/2011, 09:35 | Par Virgil Brill

kakadoundiaye

La prostitution comme choix de vie joyeusement assumé je n'ai ma foi rien contre. Je l'envisagerais tout à fait sereinement (et comme toi avec un bon sourire amical) si étaient éradiqués d'une part le proxénétisme et d'autre part la violence de la misère. Dans les conditions actuelles j'ai tendance à penser qu'il s'agit d'heureuses exceptions qui ne doivent pas masquer une réalité générale d'aliénation.

hommelibre

vos méthodes qui s'approchent de la diffamation. Mais j'en ai l'habitude. Surtout venant de personnes soigneusement cachées derrière l'anonymat. La diffamation est plus portée que le courage. La grande liberté d'internet, la liberté du débat, sert beaucoup de lâches. Bon miroir de l'humanité. Pas étonnant d'en être où nous en sommes quand on voit le peu de gens capable de dialoguer honnêtement.

Je ne voulais pas intervenir parce que les filles, en particulier NIHILE et MG2, le faisaient avec tout ce qu'il faut d'énergie et de pertinence, bien plus même que la caricaturale sottise de vos affirmations éculées ne l'eût à mes yeux mérité. Cependant la façon méprisable dont vous croyez dégager en touche en les attaquant sur le pseudonymat me fait réagir. Je vous dis ceci, monsieur : je m'appelle Virgil Brill, j'ai la chance de ne pas être salarié et de n'avoir de comptes à rendre qu'à moi-même (comme la majorité de ceux qui ont le "courage" de signer de leur nom) et je vous dis ceci : j'approuve et co-signe les justes remarques qu'on écrites NIHILE et MG2 au sujet de votre misérable petit factum.

17/04/2011, 11:54 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de Virgil Brill le 17/04/2011 à 09:35

cordialement Virgil et merci.

17/04/2011, 10:12 | Par kakadoundiaye

@Virgil,

j'ai fait je crois la différence entre la prostitution telle que je la connais et la respecte et la prostitution telle que je l'ai entr'aperçue en Europe où elle est le fait de -je me cite-"d'étrangères esclavagisées".
Donc le problème n'est pas la prostitution mais les réseaux mafieux qui l'organisent.
Dans les pays où je vis il n'y a pas de proxénètes juste parfois des gigolos.

Dans l'intention de s 'en prendre aux clients il y a plus que la volonté de défendre les esclaves du sexe et de les liberer il y a quelque chose de malsain qui s'en prend aux plaisirs du sexe, plaisirs qui se jouent aussi dans le registre client/pute.En bref, cette tentative de criminaliser l'intime de culpabiliser le jouisseur en faisant l'impasse sur l'esclavagisme qu'est ssuvent le travail toujours revalorisé, on est rentré, l'Europe est entrée dans l'ordre moral, dans le big brotherisme qui oppose le baton de l'ordre à celui du désir. Et ça, c 'est carrément complétement insoutenable surtout quand ce combat se déguise en défense de la veuve et de l'orphelin, de la pauvre petite pute serbe ou kosovar alors que l'on a à la force des canons mis en place et en lice les souteneurs qui l'esclavagisent.

17/04/2011, 12:14 | Par Virgil Brill

kakadoundiaye

Oui. C'est l'habituel sac de nœuds. Et essayer de défaire les nœuds un par un, avec fermeté mais sans sacrifier les nuances, bonjour…

Merci d'y avoir contribué pour un aspect, en complément des filles qui ont mis quelques pendules à l'heure.

Newsletter