Ven.
31
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

2011 vous a plu? 2012 sera pire!

«Toujours plus!» est une des grandes devises de l’humanité. Rares sont les populations ou groupes qui s’en affranchissent. A part quelques peuples aborigènes ou amérindiens d’Amazonie, la plupart des sociétés en veulent toujours plus. A une époque où l’on parle de décroissance, l’envie du Toujours plus touche tous les domaines.


2012-1.jpgUne certaine limite s’impose naturellement. Par exemple la vitesse maximale des voitures est relative aux possibilités de rouler et de tenir la route. Cette des avions est liée au coût du voyage pour le plus grand nombre.
Malgré cela «Toujours plus!» est la règle. On se rend moins compte que le «Toujours plus!» existe aussi dans la catastrophe. Combien de personne se disent: «Jamais deux sans trois»? Combien attendent le pire quand les choses vont pourtant plutôt bien?
beauté-11.jpg
Et bien si 2011 a amené son lot de catastrophes: humanitaires, écologiques, financières, famine, tsunami, parmi d'autres, que les esprits chagrins se réjouissent: 2012 devrait être pire à leurs yeux. D’abord bien sûr à cause du flip causé par le calendrier Maya. A mon avis c’est typiquement le genre d’angoisses millénaristes que l’on connaît déjà. L’an 1000 a eu les siennes. L’an 2000 n’y échappe pas. Et à voir le nombre de livres et sites internet qui relaient et commentent cette supposée fin du monde, les cohortes de la peur sont fournies!
Franchement je me fiche pas mal du 21.12.12. Il ne se passera rien de plus ou de moins que d’habitude, et dans un an nous en rirons bien. La fin du monde ne se décrète pas ainsi. Une planète venant heurter la Terre? Ok, cela fait un bon scénario de SF. Certains se sont tellement plongés dans ce scénario qu’ils y croient. Rappelons-nous comment la comète Elenin était supposée déclencher des tremblements de terre et des éruptions volcaniques généralisées en octobre dernier...
On peut aussi se dire que vu tous les accablements de 2011 l’année prochaine devrait aller forcément mal. D’accord l’économie est fragilisée et le chômage pourrait encore augmenter. D’accord Fukushima n’est pas maîtrisée et continue à poser problème. D’accord les tensions sociales sont fortes, et de nombreuses personnes souffrent d’exclusion ou de pauvreté.
Tout cela n’est pas facile à vivre. Je n’imagine pas les foules dansant dans la rue aux cris de «Tout va bien!»
Mais tout ne vas pas toujours plus mal. Nous n’avons pas la maîtrise de l’ensemble des phénomènes de la vie mais nous pouvons décider d’envisager l’avenir avec foi et détermination. Une partie des choses de la vie est en notre pouvoir, et en premier lieu le fait de garder confiance et espoir et de travailler à ce que la vie s’améliore dans notre entourage. Si chacun fait un petit bout là où il est, cela devient vite une masse.
Donc en 2012 nous avons toujours le choix: subir le monde et penser que cela va toujours plus mal. Ou bien décider de faire ce qui nous est possible pour que le monde soit plus souriant et accueillant, et voir une touche de beauté quelque part.
Il y a des choses à déplorer, à critiquer, qui suscitent l’indignation. Il ne s’agit pas de faire comme si de rien n’était. Mais il y a notre propre force et foi pour y faire face. Et un peu de joie au coeur pour nous donner l’envie et le courage.
2012 sera donc, en partie, ce que chacun de nous en fera.

Newsletter