Sam.
25
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le policier algérien : « Spartiate » le matin, autostoppeur le soir…

ALGÉRIE. Slimane a 26 ans, il est policier. Il est l’un des 30.000 agents de sûreté mobilisés dans la capitale algérienne depuis le début des contestations dans le monde arabe. ir7al.info l’a rencontré alors qu’il faisait de l’autostop sur la Nationale 1, à la sortie sud d’Alger.

Casque bleu, bouclier sur le bras gauche et matraque dans la main droite, Slimane est agent de maintien de l’ordre. Il fait partie de la brigade anti-émeute (de la police algérienne). Comme tous ses collègues policiers, il connaît « le manège », pour rentrer chez lui. « Nos collègues en service accostent des automobilistes pour nous, ils leur demandent s’ils peuvent nous déposer sur leur chemin», raconte-t-il alors qu'il vient de monter en voiture. La plupart du temps, ce sont des étudiants qui le prennent en « stop ». Mais depuis quelques semaines à Alger, policiers et étudiants contestataires ne font plus bon ménage.

Je leur barre la route et puis je rentre avec eux.»

 

Slimane est conscient du mal qui torture la jeunesse algérienne. « Moi aussi je suis jeune, moi aussi j’aimerais améliorer ma condition de vie et celle de ma famille », confie-t-il. « Je ne suis pas entré dans la police par passion… j’avais 19 ans, je n’avais pas le choix ! », rajoute-t-il. Le jeune policier est l’aîné d’une fratrie de six enfants. Il devait travailler pour nourrir sa famille après le décès de son père. Aujourd’hui, il se retrouve nez à nez dans des manifestations avec des jeunes « qui ont eu la chance d’étudier ». Son travaille : les contenir. « Je ne fais que mon job, en plus on a pour instruction de ne pas les toucher. Toute exaction est formellement interdite ». Pourtant, plusieurs écarts ont été enregistrés lors des marches étudiantes à Alger. Mais cela n’empêche pas Slimane de continuer à « barrer la route aux étudiants et puis rentrer avec eux ».

Il reconnaît l’utilisation de « moyens légaux »

Au fil des kilomètres, le jeune policier se lâche. « On met des coups de matraques pour calmer les manifestants. Parfois, ils atterrissent sur leurs têtes », dit-il en souriant. « Le jet d’eau, la matraque et les bombes lacrymogènes sont des moyens légaux », explique Slimane. Pourtant, les responsables de la police nationale nient tout recours à la force. Selon un commandant de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), le nombre important de policiers déployés à Alger, constitue une force de dissuasion. Il permet d'éviter l’utilisation de ces moyens. Et même si Slimane a quelques fois la main légère, il sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur. « Des collègues ont été sévèrement sanctionnés pour avoir tabassé des étudiants qui manifestaient devant le ministère de l’Enseignement supérieur ». Les étudiants ont surnommé leurs agresseurs, les « Spartiates ».

207861_188984467800476_133674969998093_2

« On ne tire pas sur la foule »Presque arrivé à destination, Slimane dit regretter porter la « casquette ». Il repense à tous ces jeunes qu’il malmène à longueur de journée. « Je sais, je n’ai pas choisi le plus facile des métiers », avoue-t-il. « Si je pouvais, j’irais manifester avec eux ». Deux de ses jeunes frères sont étudiants. « Eux aussi crient leur colère dans la rue », affirme-t-il. Il espère même que le cri de la jeunesse puisse changer les choses : « La police dans les autres pays arabes a tiré sur les jeunes et malgré ça, la jeunesse a réussi à renverser les régimes. En Algérie, on ne tire pas sur la foule. Les jeunes peuvent aller encore plus loin… », conclut-il avant de descendre de la voiture.


Retrouvez d'autres articles sur ir7al.info, le cri de la jeunesse arabe.

Et devenez fan de la page Facebook.

Logo-nouveau-copie21.png

Tous les commentaires

27/04/2011, 12:08 | Par Armel Le Bail

"Si je pouvais, j'irais manifester avec eux".

On comprend que le mouvement basculera à ce moment là, lorsque la police comme l'armée sera du côté des manifestants, comme en Tunisie, comme en Egypte. Alors, qu'attendent-ils ? Pourquoi ne peuvent-ils pas ?

27/04/2011, 13:08 | Par Boris Carrier

pardon, mais je n'apprécie pas d'être renvoyé sur une autre page avec un lien incompréhensible qui me renvoie à la "une" de MdP pour lire la suite: pourquoi ne pas mettre ici l'article complet ?

27/04/2011, 13:29 | Par Armel Le Bail en réponse au commentaire de Boris Carrier le 27/04/2011 à 13:08

Je n'ai eu aucun problême pour y aller, merci pour le lien, vraiment intéressant.

http://www.ir7al.info/

Newsletter