Lun.
20
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Affaire Cahuzac : J'ai mal à ma carte de presse

"Sidération". Le mot s'est répandu dans les couloirs du Parlement, les rédactions, les salons, les permanences d'élus, les bistrots, jusque sur les bancs du Parc des Princes où le PSG affrontait ce soir le Barça... Sidération, ce mardi 2 avril 2013, le même nom féminin que les Français utilisèrent dimanche 15 mai 2011 lorsque déferla, d'Amérique, la nouvelle de l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn. Ce terme, associé à l'anéantissement subit des forces vitales, est rarement employé en politique ; il convient plus à la vision d'un tsunami, par exemple. Pourtant, il apparaît spontanément à nos bouches bées tant il est sidérant de voir un Républicain, ministre, élu du peuple, chirurgien - tout simplement un homme - mentir avec autant d'aplomb pendant quatre mois. Mentir, main sur le coeur, yeux dans les yeux, au Président, au Premier ministre, aux députés, à ses administrés, à la presse, à ses amis, à sa famille. Comment est-ce possible ? Les psychiatres sauront répondre - une histoire de déni de la réalité, sans doute, étayée par ce sentiment de surpuissance qui tant tourneboula la tête de DSK et le perdit. L'affaire Cahuzac sera disséquée par de grands spécialistes, laissons-les démêler "l'écheveau de la vie intérieure" (Mauriac) de Jérôme Cahuzac. Et puis, comme le disent quelques sages, ne tirons pas sur l'ambulance qui roule sur les essieux.

Revenons plutôt sur les journalistes, dont je suis. Nous avons été quelques poignées à soutenir Mediapart et ses reporters, surtout Fabrice Arfi en décembre 2012 ; il était alors bien seul. A croire que Mediapart ne pouvait informer (et non accuser) ses lecteurs sans preuve(s). Dès le premier article, nous avons su qu'il était impossible d'être à la fois titulaire d'une carte de presse et joueur de roulette russe voulant abattre une réputation. C'était trop gros, trop monstrueux, trop stupide surtout : Mediapart allait risquer de détruire sa cinquième année d'existence pour "un coup" basé sur des ragots, sur un enfumage digne des meilleurs communicants ? Allons ! Des dizaines d'autres confrères se sont bouché le nez, ont riposté à grand renfort d'insultes, ont rivalisé de mépris et les plus généreux ont observé "un silence assourdissant", selon la formule consacrée. Quand est tombée la "preuve" de la non-existence d'un compte en Suisse, l'Arlésienne que personne n'a tenue en main, lesdits confrères ont sonné l'hallalli dans un concert de cors triomphants. Edwy Plenel a tenu bon, sur Europe 1 notamment, sur l'air tranquille de "la caravane passe...". Entendons-nous bien : je ne suis pas une amie d'Edwy Plenel et je faisais partie des Français plutôt satisfaits de voir Cahuzac au Budget. Je croyais en son engagement et en sa volonté de refonder le système fiscal sur des bases plus saines (d'où ma sidération, depuis quatre mois). Sans Mediapart (et je me moque que ce soit un site d'informations de gauche, droite, centre, avant-centre ou latéral), jamais il n'y aurait eu "d'affaire Cahuzac" - ou peut-être un jour mais alors par hasard. Cette enquête est une belle leçon donnée à la presse, au-delà de la nausée que provoque son épilogue, ce parjure honteux, indigne d'un serviteur de l'Etat, ces mensonges d'un homme. Ce soir, je suis heureuse de n'avoir pas participé à la chasse à courre contre Mediapart, Edwy Plenel, Fabrice Arfi et tous les journalistes de cette rédaction. Mais j'ai un peu mal à ma carte de presse numéro 51634. Ce doit être parce qu'elle est vieille. 

Tous les commentaires

03/04/2013, 00:47 | Par incrédule

sans vouloir excuser J. Cahuzac (car le mensonge est une calamité en politique comme en tout d'ailleurs), il a ce soir, pour lui, de dire la vérité ... sa vérité ..... et c'est une bonne chose, dans ce cas cahuzac comme tout autre, il doit être écouté. Par contre, tout autre, niant sa mise en examen malgré les preuves accumulées par la justice en accablant celle -ci, la menaçant même, est une abomination ....... pour toute personne mise en examen la présomption d'innocence reste valable c'est vrai pour les cols blancs mais il faut le rappeler pour les humbles aussi ce que certains haut placés ignorent, il est bon que ceux-ci sachent aussi que la justice est égale pour tous. Aussi ce soir à entendre les critiques de certains sur qui planent des affaires révélées par MEDIAPART qui selon toute vraisemblance peuvent être exactes à  99% auraient été bien inspirés de se taire.  

03/04/2013, 11:21 | Par ptetmai en réponse au commentaire de incrédule le 03/04/2013 à 00:47

J'espère, Madame, que vous avez mal à votre carte de presse tous les jours

Même s''il y a de louables exceptions qui ne disposant que de journées  de 24 heures peuvent ignorer des sources de compléments d'informations importantes poir un meilleur traitement de leur sujet.

Globalement nous sommes désinformés en permanence

03/04/2013, 13:17 | Par gerard P en réponse au commentaire de incrédule le 03/04/2013 à 00:47

CAHU n'est pas un menteur, c'est un voleur, il a volé les francais avec ces comptes non déclarés

d'ou vient l'argent qu'il a mis à Singapour?

Pourquoi il n'est en garde à vue, comme un le serait le voleur de mobylette

Pourquoi il n'est pas en tôle pour avoir insulté, injurié le président Hollande; comme la personne qui a hurlé

à Dijon "où sont les promesses m. le président.

 

05/04/2013, 15:57 | Par Algo-rythme en réponse au commentaire de Renaud Pacalet le 03/04/2013 à 21:37

 

Je partage totalement votre réalisme.

600 000 € paraissent effectivement une bien faible somme pour justifier, chez les princes qui nous gouvernent, à soi seule l'existence d'un compte dans une filiale asiatique d'une banque suisse.

Ou Monsieur Cahuzac est vraiment un "petit joueur" de la fraude fiscale, ou le "ménage" a été largement fait en amont de ses aveux.

L'échange (de) son statut d'homme politique contre l'oubli et la prescription. ne me semble pas, à moi non plus, improbable.

03/04/2013, 01:59 | Par Thy Wanek

On finit par ne plus parler que du mensonge répété de Monsieur Cahuzac. N'oublions pas surtout que pour qu'il ait dû mentir c'est qu'il avait avant tout triché. La photo du monsieur qui fait le tour de certains réseaux sociaux le montrant tenant discours à un pupitre portant l'intitulé "Lutte contre la fraude fiscale" n'est pas pour rien dans cette façon que nous avons d'être consternés. Ce n'est pour le moment qu'un épisode de la prise de conscience que nous, citoyens, devons avoir, vite, à l'aide des médias appropriés. La vision du délitement général de la classe politique et des élites qui s'y mêlent est loin d'avoir achevé ses ravages. Et se décalque sur le fond désastreux de la crise sociale et économique que nous enduront.

03/04/2013, 09:25 | Par Isabelle Horlans en réponse au commentaire de Pierre PEYRARD le 03/04/2013 à 02:18

Merci pour cette analyse pertinente. De mon temps aussi on enseignait l'instruction civique...

03/04/2013, 10:50 | Par marushah en réponse au commentaire de Isabelle Horlans le 03/04/2013 à 09:25

Maintenant, Peillon veut enseigner la morale. Vous savez, le truc qui te dit ce qui est bien et ce qui est mal, plus besoin de reflechir par soi-même. La moral d'état, c'est toujours un truc sympa.

03/04/2013, 12:30 | Par raymondal en réponse au commentaire de marushah le 03/04/2013 à 10:50

Je crois que depuis quelques années,

il a été enseigné aux Français :

l' INDUCTION CIVIQUE.

Gràce l'agence "Tass" française, l'AFP, qui diffusait la bonne parole Gouvernementale,

que tous les Média, dépendant des subsides publicitaires, s'empressaient de relayer.

Courage à tous les journalistes, locaux , régionaux, copiez sans vergogne, Médiapart !

Faites de l'investigation à tous les niveaux!

La nouvelle démocratie passera par là !

03/04/2013, 14:42 | Par âge du faire en réponse au commentaire de Pierre PEYRARD le 03/04/2013 à 02:18

"De mon temps et du mien, on instruisait les futurs citoyens par une instruction civique véritable.

"faute avouée est à moitié pardonnée" je faisais écrire cette belle maxime sur les cahiers, je lisais un superbe texte de Lincold je crois et SURTOUT, surtout, je me sentais moi-même investie d'un haut degré de la situation que l'état m'accordait.

Si je pouvais pardonner à des gamines de 10 ans je me devais moi-même être irréprochable!!!!

Puis est arrivé: "Il est interdit d'interdire" et j'entendais alors mes collègues me tancer. "Vous ne devez pas demander cela à ces petits." ils ont bien le DROIT, TOUJOURS le DROIT encore le droit.

j'osais à peine parler des devoirs qu'enseignait Jean Jaurès.

Après tout la France est mal partie, j'ai fait ce que j'ai pu.  SALUT.

03/04/2013, 16:51 | Par kcd en réponse au commentaire de Pierre PEYRARD le 03/04/2013 à 02:18

J'ai un peu de mal à comprendre le "De mon temps on instruisait les futurs citoyens (instruction civique).", car ce sont les gens de ce temps là qui gouvernent aujourd'hui notre socété...

 

03/04/2013, 22:59 | Par Pierre PEYRARD en réponse au commentaire de kcd le 03/04/2013 à 16:51

CE que je dénonce, c'est l'imbécilité d'un système qui vise à abrutir plutôt qu'à élever.
Après, chacun fait en son âme et conscience. Instruire civiquement n'implique pas la probité de ceux qui reçoivent l'intruction, nous sommes d'accord. 

04/04/2013, 10:53 | Par kcd en réponse au commentaire de Pierre PEYRARD le 03/04/2013 à 22:59

J'avais bien compris ce que vous dénonciez, j'adhère d'ailleurs bien sûr tout à fait à cette critique.

Seulement je me méfie toujours des formules à l'emporte-pièce du type "De mon temps...", formules qui cachent bien souvent une erreur d'analyse, voire une incompétence éhontée.

Ici il y avait en quelque sorte une erreur d'analyse, car l'éducation actuelle que l'on donne à nos enfants et à nos adolescents n'aura d'impact éventuel sur la sphère médiatique et gouvernementale que d'ici plusieurs décennies.

04/04/2013, 11:00 | Par kcd en réponse au commentaire de kcd le 04/04/2013 à 10:53

Au risque de m'écarter du sujet initial, je tenais à ajouter que parfois ces mêmes formules cachent, comme je le disais, une incompétence éhontée. C'est par exemple le cas lorsqu'un journaliste ou un politique dit "De mon temps on savait lire et compter à l'entrée en 6ème", alors qu'il est tous les jours ahurissant de constater leur méconnaissance des bases mathématiques pour la très grande majorité d'entre eux. Quand on a conscience de l'importance des mathématiques dans une analyse journalistique ou politique pertinente, on ne peut être que désespéré de cet état de fait. En effet un politique, dans le sens noble du terme, a pour fonction de gérer la vie de la cité, un journaliste de la décrire et la commenter. Or une cité est constituée d'un grand nombre d'individus, son analyse ne peut donc se passer entre autres des sciences mathématiques.

 Voyez par exemple ce lien pour constater, s'il en est besoin, que le politique Xavier Darcos et la journaliste Ariane Massenet ne maîtrisent aucunement le principe élémentaire de la règle de trois :

http://www.youtube.com/watch?v=O0SLpAJ_8aw

Quand on ne se cache pas derrière une formule à l'emporte-pièce, on se cache derrière une anti sèche ou derrière la faute aux "calculettes" en leur attribuant en plus de l'art de compter à notre place, l'art de raisonner. Et le "beau" discours qui continue... Déprimant je vous dis !!! 

03/04/2013, 07:51 | Par Christian Viala

Bonjour,

voilà ce que j'ai écris modestement sur mon blog, je ne suis pas journaliste et vous faites un dur métier.

Merci beaucoup pour votre article.

 

http://www.bandol-blog.com/?p=50251&cpage=1#comment-18220

 

 

03/04/2013, 09:33 | Par Isabelle Horlans en réponse au commentaire de Christian Viala le 03/04/2013 à 07:51

Merci à vous. Vous avez raison d'écrire "que celui qui n'a jamais fauté..." ; et puis nous ne sommes pas habilités à juger ou pardonner. Mais à ce stade, je ne crois plus qu'il s'agisse de "faute", hélas ! Nous sommes au-delà, presque dans l'irréalité. D'où la sensation de nausée.

03/04/2013, 08:10 | Par Jonasz

Ben , ce que vous écrivez de vos pensées est loin de me lasser, "fille un peu lasse".

03/04/2013, 08:15 | Par Isabelle Horlans en réponse au commentaire de Jonasz le 03/04/2013 à 08:10

Très joliment dit, cher Jonasz. Infiniment merci.

04/04/2013, 10:37 | Par gvr5864 en réponse au commentaire de Bruno Smulkowski le 03/04/2013 à 16:48

"Le bal de faux-culs est ouvert"

Dès ce matin P. Cohen (avant d'aller papilloner chez A. Sublet) ouvrait le bal avec ses deux comparses du Monde et  de Fce Inter.

 

03/04/2013, 09:44 | Par christian paultre

Ils ont pas vraiment mal à leur carte de presse tous ces mercenaires du pouvoir financier qui guerroient inlassablement contre tout ce qui peut faire tort à leurs maîtres

03/04/2013, 10:21 | Par Vivre est un village

Il ne reste plus qu'à souhaiter que Mediapart puisse "évacuer" aussi Pierre Moscovicci, Ministre de l’Économie et des Finances En prièreEn prièreEn prière !!!

Le 16 mai 2012, à la suite de l'élection de François Hollande à la présidence de la République, et de la nomination par ce dernier de Jean-Marc Ayrault au poste de Premier ministre, il est nommé ministre de l'Économie, des Finances et du Commerce extérieur. Le 21 juin 2012, il est nommé ministre de l'Économie et des Finances dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault II. Le 21 juin 2012, il perd la charge du Commerce extérieur suite à la nomination de Nicole Bricq à ce poste16.

Ses deux ministres délégués sont Bernard Cazeneuve, ministre délégué chargé du Budget, qui a remplacé Jérôme Cahuzac le 20 mars 2013, et Benoît Hamon, ministre délégué chargé de l’Économie sociale et solidaire et de la Consommation.

Son objectif est de réduire la dette, creuser le sillon européen, renforcer la compétitivité de la France, et mener des réformes de structure pour l'économie française 17. Il indique vouloir défendre le « sérieux de gauche » pour restaurer la crédibilité budgétaire et financière de la France. Il souligne régulièrement l'importance de la réduction des déficits et des dépenses publiques, récusant les termes d'austérité et de rigueur18.

Sur le terrain, il explique les mesures du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi et les 35 mesures qu'il contient, dont le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et la Banque publique d'investissement (BPI)19.

Il a traité depuis mai 2012 plusieurs dossiers d'entreprises en difficulté, tels que le Crédit immobilier de France, Dexia, ou encore PSA Finances 20.

Sur le plan européen, Pierre Moscovici s'est impliqué dans le Pacte de croissance en juin 2012, la recapitalisation de la Banque européenne d'investissement, le sauvetage de la Grèce et de Chypre ou encore la supervision bancaire21.

A l'international, il soutient la promotion d'une mondialisation solidaire, la recherche de remèdes à la volatilité des taux de change, les approches coopératives pour favoriser le retour généralisé à la croissance22.

Orientations politiques

Il est associé au courant de pensée social-démocrate. Il a exposé sa vision politique dans ses nombreux ouvrages, dont le dernier, Défaite interdite, est paru en 2011. Il a aussi présenté ses orientations politiques dans le texte l’Audace d’innover, en juin 2011.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Moscovici

A bientôt.

Amitié.

03/04/2013, 10:28 | Par ACHADEFAUX

 

 

Merci à vous, j'espère que les "veaux" de Français vont enfin couper leur télé et leur radio (Pujadas, Apathi et consort.........) et s'abonner à Médiapart et regarder les infos sur Arté. L'on peut toujours réver.

Merci à toute l'équipe rédactionnelle et à son "directeur" même si je suis pas toujours d'accord!

 

03/04/2013, 15:23 | Par M Piriou en réponse au commentaire de ACHADEFAUX le 03/04/2013 à 10:28

ACHADEFAUX

Couper sa télé et regarder Arte ????  Cherchez l 'erreur!!!

Je suis un ''veau'' selon vos dire, j'écoute France Inter ( la seule supportable... ) je mets en route assez souvent ma télé pour etre un peu moins ''veau'' et savoir, connaitre, m'informer, réfléchir, gueuler ( souvent ) d'autant plus que je ne regarde pas seul!!!

Ben oui je préfèrerais etre un ''veau'', un vrai, pas nourri aux hormones!!!

SVP du respect pour les animaux qui vous nourissent... ( pas végétrien ??)

Un petit effort pour bien décrire vos états d'ame SVP.

05/04/2013, 13:21 | Par BobLobLaw en réponse au commentaire de M Piriou le 03/04/2013 à 15:23

écouter france inter et regarder la télé (c dans l'air?) "pour s'informer" en 2013 me parait effectivement relever d'un comportement bovin.

PS. Arte se regarde sur internet également et les docu sont partagés via torrent et streaming des années suivants leurs diffusions.

03/04/2013, 10:54 | Par Pierre GRESILLAUD

Informer et surtout fournir des preuves, des éléments concrets agrumentant des articles journalistiques... est-ce si difficile ? Il serait temps que Laurent Fabius soit interrogé sur sa présence au dessus du pôle chimique de Toulouse au moment de l'explosion d'AZF... il cache cet emploi du temps depuis 2001 et connait nécessairement la vérité sur l'origine de cette explosion. Tout le personnel du congrès Labège Diagora sait que M. Fabius était en vol entre Blagnac et Labège au moment de l'explosion et qu'il a menti en affirmant être arrivé 20 minutes plus tard de Paris sur la base militaire de Francazal.

Médiapart et Fabrice Arfi ont fait leur boulot de journaliste et ne se sont pas contenter d'argumentaire rélationnel, d'extrait orienté et tronqué d'un dossier judiciaire. Il est effectivement effrayant de voir le reste des média ne même pas essayer de s'interroger devant les pièces concrètes proposées par Médiapart depuis décembre 2012 ! Je pense que beaucoup d'abonnés de Médiapart attendent des informations solides, argumentées même si elles succistent un débat technique. Je me suis moi-même abonné à Médiapart le jour où le juge Bruguière avait communiqué son rapport sur son étude des éléments de la piste terroriste de l'affaire AZF. Je n'ai aucune sympathie pour ce juge mais son rapport est extrêmement clair sur le sabotage de certaines pistes d'investigations du SRPJ de Toulouse. Et l'affaire AZF n'est pas terminée...!

03/04/2013, 11:12 | Par am31 en réponse au commentaire de Pierre GRESILLAUD le 03/04/2013 à 10:54

Atterrir à Labège, en l'absence de tout aéroport, semble difficile, même pour un ministre.

Comment un hélico aurait pu résister à une telle onde choc?

Il doit être facile de retrouver l'arrivée d'un avion ministériel sur un aérodrome militaire.

Quel genre de vérité pourrait-il connaître?   

Sauf que c'est lui qui a, par le hublot , largué une bombe de forte puissante sur le hangar 7.

03/04/2013, 12:41 | Par Pierre GRESILLAUD en réponse au commentaire de am31 le 03/04/2013 à 11:12

Un héliport sur gazon existait en 2001 à quelques dizaines de mètres du palais des congrès et était parfois utilisé par les "huiles".

Martin Malvy a confirmé dans le rapport parmentaire d'AZF qu'il attendait M. Fabius dans le hall d'entrée du palais et le personnel de ce congrès m'a confirmé que le ministe d'Etat avait atterrit environ 15 minutes avant à Blagnac. Fabius cache cet emploi du temps car sa présence en hélicoptère a toutes les chances d'expliquer les témoignages visuels de cet hélicoptère au moment de l'explosion et au-dessus d'un site où il n'avait rien à faire.

Pour ce qui concerne les traces aériennes militaires, vous aurez la preuve, issue du dossier judiciaire, dans mon dernier article de mars, qu'elles ont été volontairement détruites quelques semaines après l'explosion d'AZF selon la déposition du colonnel en second de la base de Francazal.

Fabius n'avait aucune raison de cacher cette coincidence si elle en est vraiment une.

 

03/04/2013, 11:00 | Par Hors Ligne

 Ily a très peu de personnes abonnée a ne pas croire a ce que disait Médiapart, ont ce souviens des titres de blog accusateur a l’endroit de Médiapart.

Peut être de nouveaux abonnée qui attendait de voir ci ce journal était vraiment sérieux, je pense qu’ils en ont la preuve maintenant.

Puis ça va au delà du mensonge et de la fraude fiscale.

Toute cette période et révélatrice de la complaisance de certains journalistes et politicards.

03/04/2013, 10:57 | Par ROBERT LALANDE

Merci à Médiapart pour avoir pu faire éclater la vérité dans l'affaire CAHUZAC.

C'est ce que je n'ai pas encore réussi à faire après 7 années de combat contre la corruption au plus au niveau de l'ETAT.

Obtenir le "réexamen"  d'une affaire qui est entièrement HORS DU CADRE D'UNE JUSTICE LEGALE.  Dissimulation de preuves, mensonges, faux en écriture, accusations mnsongères etc....commis par des gendarmes et des magistrats dans l'exercice du pouvoir qui leur est confié.  

MACHINATION  ETOUFFEE .

 

 

03/04/2013, 10:58 | Par Becquet53

Bravo pour votre billet et votre "indignation" de journaliste.

A la différence de certains:

Les Suisses blanchissent Cahuzac Le JDD 09/02/2013:

"Selon nos sources, les vérifications bancaires complètes effectuées par l’UBS excluent non seulement que Jérôme Cahuzac ait été titulaire en son nom d’un compte à l’UBS, mais aussi qu’il était "ayant droit économique" d’un compte, autrement dit qu’il ait été titulaire d’un compte en sous-main, via une société. "Cette réponse, transmise par l’UBS via les autorités fédérales suisses et les services fiscaux français, dément formellement la possibilité d’un compte, confie une source administrative à Bercy. Imaginer une seconde que les autorités suisses aient pu faire une réponse de complaisance est tout simplement absurde."

A priori, le journaliste n'avait pas lu la réponse et ne se basait que sur les déclarations et contrefeux allumé par Bercy et orchestré par Moscovici.

Toujours d'après le même journaliste:

'Enfin, selon nos informations, Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, a demandé à la DCRI de vérifier dans ses archives si le service de contre-espionnage avait mené des enquêtes sur Cahuzac. "Aucune enquête, rien, assure au JDD une source à la DCRI. En revanche, en 2009, poursuit cette source, nous avions eu des informations sur de possibles comptes suisses de personnalités politiques françaises, dont vraisemblablement Jérôme Cahuzac, mais nous n’avions pas donné suite, ces informations nous semblant provenir d’un montage." Sollicité, Bernard Squarcini, ancien patron de la DCRI, confirme au JDD avoir stoppé un début d’enquête de son service sur ce qui ressemblait "à un montage de type Clearstream".

Conclusion, il va falloir enquéter sur le reste des personnalités politiques fançaises!

 

03/04/2013, 11:13 | Par Isabelle Horlans en réponse au commentaire de Becquet53 le 03/04/2013 à 10:58

Oui, j'avais lu cet article. Et je me demande toujours, aujourd'hui plus encore qu'hier, comment la DCRI dotée d'impressionnants moyens (bien superieurs à ceux de Mediapart) a pu passer totalement à côté du compte Suisse de Jérôme Cahuzac. Cela aussi sera à éclaircir. 

03/04/2013, 21:26 | Par [email protected] en réponse au commentaire de Isabelle Horlans le 03/04/2013 à 11:13

Gonelle indique qu'il est probable que l'administration savait déjà sous sarko , et l'aurait gardé sous le coude ... Ce qui expliquerait le retour d'ascenceur de Cahuzac et son pseudoexpert qui blanchit Woerth sur le coup de l'hippodrome ...

03/04/2013, 10:59 | Par am31

Trop facile de penser à l'apathie d'une grande partie des médias.

Posons nous la question de savoir pourquoi ces médias ont préféré relayer les information d'une officine de com suisse (il n'y a pas de compte UBS au nom de Cahuzac) plutôt qu' aider Médiapart dans son enquête?

03/04/2013, 11:02 | Par Guy

Je n'aime pas cette expression "j'ai mal à ma carte de presse", elle me rappelle celle d'un gars du RPR le soir du 10 mai 1981 "Ce soir j'ai mal à la France". Carte de presse ou France ne sont pas des éléments physiques de nos corps humains. Je comprends que vous puissiez être en rage contre l'affaiblissement d'une grande partie de votre profession mais que voulez vous, il semble qu'elle se satisfasse de la situation même si son audience est en dépérissement. Il semble, en revanche que les propriétaires de vos entreprises aillent pour le mieux question défiscalisation (voir le bouquin paru à La Fabrique sur le sujet). Bonne continuation...

03/04/2013, 11:18 | Par Isabelle Horlans en réponse au commentaire de Guy le 03/04/2013 à 11:02

Vous avez raison, c'est d'ailleurs une expression que j'utilise pour la première fois. Mais au moins elle "parle", elle dit mieux ma déconvenue que "Ma profession va mal", par exemple. Vous voyez ce que j'ai tenté d'exprimer ? Merci de votre commentaire, en tout cas.

03/04/2013, 11:08 | Par mowi

Chère Isabelle Horlans,

 Un salarié d'un ou des oligarques, du pouvoir politique, peut-il se dire "journaliste"?

C´est impossible se déclarer objectif  quand il fait fonction de propagandiste pour des intérêts économiques et/ou politiques.

Il faut créer l´Ordre des Journalistes! Seule moyen de libérer votre profession des soi-disants journalistes qui desprestigient ce digne métier ! 

Au diable pour ceux qui n'ont dignité aucune!

03/04/2013, 11:40 | Par raymondal

Je crois que depuis quelques années,

il a été enseigné aux Français :

l' INDUCTION CIVIQUE.

Gràce l'agence "Tass" française, l'AFP, qui diffusait la bonne parole Gouvernementale,

que tous les Média, dépendant des subsides publicitaires, s'empressaient de relayer.

Courage à tous les journalistes, locaux , régionaux, copiez sans vergogne, Médiapart !

Faites de l'investigation à tous les niveaux!

La nouvelle démocatie passera par là !

03/04/2013, 11:40 | Par TENOMIS

Le Canard Enchaïné a failli, comme beaucoup d'autres organes de presse. C'est désolant. Effarant de voir et d'entendre Jean-Michel Apathie se répandre en arogance. Dans cette affaire la presse française a montré son niveau. Ce n'est pas la première fois qu'elle se trompe pour ne pas dire aure chose. Je n'ai pas de c

03/04/2013, 11:55 | Par TENOMIS

Le Canard Enchaîné a failli, comme beaucoup d'autres organes de presse. C'est désolant. Effarant de voir et d'entendre Jean-Michel Apathie, comme d'autres, se répandent en arrogances. Dans cette affaire la presse française a montré son niveau. Ce n'est pas la première fois qu'elle se trompe pour ne pas dire autre chose. Je n'ai pas de carte de presse, mais je compatis avec Isabelle Horlans. Merci à elle pour son édito. 

03/04/2013, 11:57 | Par Isabelle Horlans en réponse au commentaire de TENOMIS le 03/04/2013 à 11:55

Merci à vous.

03/04/2013, 11:43 | Par JM JEHANNO

Quand je vous lis, je m'interroge.

Vous dites à propos de Cahuzac : "Je croyais en son engagement et en sa volonté de refonder le système fiscal sur des bases plus saines (d'où ma sidération, depuis quatre mois)".

Vraiment? Comment peut-on honnêtement croire que Cahuzac ferait bien son travail? Comment pouvait-on croire que la réforme fiscal serait bien menée? Dès 2012, en suivant les péripéties Piketty, on pouvait s'interroger.

Les médias posent un problème fondamental pour la démocratie, puisque malgré toute leur bonne foi, ils sont sytématiquement dans le déni d'objectivité. Les journalistes dans leur ensemble sont le plus grand frein (avec la classe politique) à tout changement, ils sont d'un conservatisme sidérant.

JM

03/04/2013, 11:56 | Par Isabelle Horlans en réponse au commentaire de JM JEHANNO le 03/04/2013 à 11:43

Je suis de bonne foi car je ne connaissais pas plus que cela le politique Cahuzac (encore moins le chirurgien), donc je n'avais aucun a priori. Et, comme de nombreux citoyens, je voulais croire, j'espérais que Francois Hollande s'entourerait de gens compétents et probes. Vous pouvez dès lors me reprocher ma naïveté. 

03/04/2013, 12:29 | Par JM JEHANNO en réponse au commentaire de Isabelle Horlans le 03/04/2013 à 11:56

Malheureusement, il y a des raisons pour que le PS en soi là aujourd'hui.

Justement vous employez le mots de citoyens... http://fr.wikipedia.org/wiki/Citoyennet%C3%A9

03/04/2013, 21:45 | Par [email protected] en réponse au commentaire de Isabelle Horlans le 03/04/2013 à 11:56

 

Ce n’est pas seulement les délits fiscaux  de Cahuzac qui posent problème …

... mais aussi le vote du tscg , de ne pas augmenter le smic  , de se faire pigeonner par 3 capitalrisqueurs  , l'appel à voter en gréce pour une coalition extrême droite-droite-socialiste , le choix d'une politique d'austérité mortifère , pour le tissu industriel le choix de ne pas nationaliser ne serait-ce que ponctuellement , de ne pas mettre en place un minimum de mesure pour inverser les catastrophes de la mondialisation libérale , que P Lamy directeur de l'omc ultra libérale soit encore encarté ps  , de ne pas mettre en place une vraie fiscalité à la piketty par exemple , que des ministres ne comprennent pas que la lutte des classe existe et que c'est celle de W Buffet qui mène largement , qu'un même ministre noie le dossier Woerth , de revenir sur les déjà minimes concessions faites aux verts sur le nucléaire ou sur les gaz de shistes , de ne toujours pas regler la situation du Ps dans les bdr oui , de laisser un ministre faire détruire les campements de fortune des roms sans proposer de solution , de faire rigoler les banquiers avec un projet de "séparation" des banques ridicule  , de ne pas aborder le problème des entreprises du caca 40 qui se foutent de notre gueule grâce aux prix de transferts au détriments des vraies entreprises  , la validation un accord minoritaire détruisant le code du travail …

Cahuzac étant (en dehors de sa fraude ) une illustration et un acteur de ce "recentrage" du ps et de ce gouvernement , je crois que c'est aussi pour tout ça qu'on peut tiquer sur votre "je faisais partie des Français plutôt satisfaits de voir Cahuzac au Budget" .

 

03/04/2013, 11:59 | Par Duduche

C'est dommage, que Cahuzac ne continue pas son métier, on sent qu'il est un spécialiste de la question!

C'est comme pour un prof qui serait un ancien pro de la triche aux examens: il connait quasiment tous les trucs, et sait débusquer les tricheurs!

C'est comme les hackers informatiques, qu'on engage ensuite pour la sécurité informatique: ils connaissent quasiment tous les trucs pour pénétrer un système informatique et contourner son système de sécurité.

Cahuzac était-il animé de cette volonté dans son travail de ministre luttant contre la fraude fiscale?...

Si oui, on aurait pu attendre qu'il aille jusqu'au bout de sa tâche avant de le contraindre à démissionner!Rigolant

 Pour une fois qu'on avait un ministre compétent!Rigolant

03/04/2013, 13:30 | Par Colza en réponse au commentaire de Duduche le 03/04/2013 à 11:59

Un ministre compétent, ce serait suspect... Embarrassé

03/04/2013, 15:02 | Par âge du faire en réponse au commentaire de Colza le 03/04/2013 à 13:30

Un ministre compétent ou un enfant de 4 ans élevé sans père puisque celui-ci avait faitde la résistance et était absent et qui soutenu par sa mère:(Hollande avouait la même chose dans ses livres) se croyait maître du monde et ainsi de suite, toujours plus haut toujours plus, toujours tout seul A SE SERVIR sans doute dans le pot de confiture dans son enfance, puis dans la cagnotte de l'association de son lycée puis, puis dans les caisses de l'ETAT;

Il était arrivé tout là-haut car personne ne lui avait dit en douce qu'il n'était au fond qu'un enfant de 4 ans qui ne devait pas faire ces bêtises.

Où sont les PERES en France?

Il faut voter pour la pma et autre truc où le père n'existe plus. Je souligne que j'ai lu les évangiles mais je ne suis ni catho, ni adepte de l'imbécile Boutin!

Hollande ne fera rien, car il a vécu la même chose lui, avec un père plutôt ultra-droite. C'est triste la psycho mais elle dit bien la simple VERITE

Ce sont les petits élevés par de bons pères qui trinquent! Comme toujours!

03/04/2013, 18:08 | Par Jipé Tournebride

Chère Isabelle Horlans,

Vous avez mal à votre carte de presse ! J'ai du mal à comprendre. Vous avez comme beaucoup de vos confrères, pendant trente ans tout de même, accepté de "jouer le jeu", de croire sans vérifier les dires d’un homme politique, que dis-je d’une « bête politique » car M Cahuzac est un magnifique représentant de cette classe politique qui passe son temps en navettes entre la haute fonction publique et le privé. Pour avoir participé à des voyages officiels (premier ministre et président de la république) j’ai pu constater la valeur des journalistes qui suivaient (comme des  moutons) dans l’espoir vain de glaner quelque information passable au jt de 20 heures ou susceptible de faire quelques lignes. Ces gens m’ont déçu, non le mot est faible. Souvent imbus de leur personne ils ignorent la plus élémentaire politesse et à quelques très rares exceptions près ne donnent pas envie de les fréquenter. J’ai seulement le souvenir d’une dame de l’AFP qui avait pourtant bourlingué et qui, malgré tout n’avait pas oublié son humanité. Quant aux autres il me reste d’eux le souvenir d’une volée de moineaux …aux ordres. Pas de préparation, pas de conversations avec des « locaux », pas le temps de sentir le vent, de s’imprégner de l’ambiance, prenaient-ils seulement le temps de réfléchir ? Beaucoup de vos confrères devraient avoir mal à leur carte de presse, mais la méritent-ils cette carte ? Formés dans des écoles, les mêmes écoles,  ils sont  incapables de la moindre originalité. Le talent ? il suffit de lire la plupart des journaux pour comprendre immédiatement que cela ne fait pas partie du programme ni des exigences. La  presse est aussi malade que la politique parce que vous faites le même métier qui s’appelle Démagogie, plaire au plus grand nombre tel est votre objectif, ne vous étonnez donc pas du désintérêt du public pour la presse papier, puis pour la presse  tout court. Mediapart fait son métier qui consiste à informer le public, sans états d’âme, sans pression d’aucune sorte, et en toute liberté. Je fais mienne cette devise « la liberté de la presse ne s’use que si l’on ne s’en  sert pas » (page 8 du Canard enchaîné), il suffirait que les journalistes s’en inspirent, ils auraient moins mal à leur carte de presse.

03/04/2013, 19:02 | Par Isabelle Horlans en réponse au commentaire de Jipé Tournebride le 03/04/2013 à 18:08

Cher JIPE TOURNEBRIDE, votre commentaire est très intéressant et votre témoignage "sonne vrai" tant j'ai croisé aussi, mais de très loin, les journalistes dont vous parlez. Cependant, je ne me sens pas concernée par votre critique car jamais je n'ai fait partie des moutons que vous avez fréquentés malgré vous. Ni voyage ministériel ou présidentiel, ni voyage de presse en des lieux luxueux à l'invitation de l'office de tourisme de beaux pays, pas même de tête à tête avec un politique à une table étoilée. Comme les journalistes de Mediapart, j'ai un long passé d'enquêtrice, de reporter tout-terrain - ce qui ne m'empêche d'avoir été parfois sacrément bernée. J'ai modestement "tâté" de tous les conflits planétaires des 25 dernières années et, croyez-moi, on n'y croise peu de Jérôme Cahuzac. Mon travail m'a aussi menée à la chronique judiciaire, à la rencontre de "petits", d'égarés, de malheureux, d'élus et d'anciens ministres qui ne sont plus dans la situation de nous embobiner. Je pense avoir fait mon travail avec honnêteté. En tout cas, je vous remercie de votre éclairage.

03/04/2013, 21:54 | Par Jonasz en réponse au commentaire de Jipé Tournebride le 03/04/2013 à 18:08

Je vous invite à passer un peu de temps sur le site ACRIMED ( http://www.acrimed.org/ ). Vous constaterez que tous les journalistes ne sont pas ces grouillots accrédités par le pouvoir que vous avez pu côtoyer lorsque vous étiez des suites présidentielles.

C'est la presse qui est malade en France. Le sort qu'elle fait aux journalistes est trop souvent intolérable : groupes de presse aux mains d'hommes d'affaires tout puissants, lignes éditoriales de complaisance, réseaux, pressions politiques, pressions des annonceurs, concentrations, recours abusifs aux stagiaires, contrats précaires, pigistes, articles refusés ou caviardés par les N+X, cadences dues aux sous-effectifs, menaces, licenciements, écoutes; et, face à cet arsenal, comme pour tout travailleur, le besoin de bouffer du journaliste.

Je suis d'accord lorsque vous reprenez la devise « la liberté de la presse ne s’use que si l’on ne s’en  sert pas ». Mais je crois aussi qu'il faut être du bois dont on fait les héros et héroïnes pour se libérer de la chape de plomb dont on charge les épaules des journalistes. Il y a autant d’accommodements avec le ciel (ou l'enfer) dans leurs rangs que dans ceux des fonctionnaires des suites présidentielles.

Une protection minimale pour assurer l'indépendance vraie des journalistes n'existe tout simplement pas en France à l'heure actuelle. Et, se battre pour que cette situation évolue, est du devoir de tout citoyen. Pourquoi le "quatrième pouvoir" ne bénéficierait-il pas, par exemple, de garanties d'indépendance inspirées de celles dont jouit le pouvoir judiciaire ?

 

03/04/2013, 20:05 | Par dufourmsallam

je  ne  suis pas etonné  de cette affaire de parjure,l'orientation non basée sur la justice fiscale (voir PIKETTI et larrouturou  au debat de mediapart ) des "finances et du "budget"  m'avait preparé, donc je condamnait  le chemin pris ,mais maintenant je prends conscience  des dégats faits ,si je n'avais pas pris conscience ,les dégats seraient là tout de meme - qui va  nous dire  maintenant "INDIGNEZ VOUS "!!

  

 

03/04/2013, 20:45 | Par MICHELEM

Bravo à Médiapart ! je viens de m'abonner ...Enfin des journalistes qui cherchent, qui contrôlent, qui vérifient et qui prennent des risques...car la majorité d'entre eux répètent ce que les autres ont dit, répètent les rumeurs, tombent dans les piéges de la communication des politiques, dramatisent des faits insignifiants... et il ne faut rien dire car, n'est-ce-pas, il ne faut pas toucher à la liberté de la presse...! 

La classe politique a ses brebis noires et ses incompétents, les journalistes AUSSI, il ne faut pas avoir peur de le dire..

Bravo Médiapart et continuez, "il y a encore du pain sur la planche"..

S'il vous plait, n'hésitez pas non plus à mettre en lumière les politiques qui ont des qualités, c'est aussi important de le signaler...

Certains disent la vérité, cela arrive...même au gouvernement Clin d'œil

 

04/04/2013, 02:18 | Par Lionel Treno

Chère Isabelle, Horlans,  la lecture de votre billet, sans grandes indignations ni effets de manche, montre bien votre sincérité, et votre amertume, que je comprends ( j'allais dire sans peine, mais en vérité moi aussi j'ai de la peine).Et pourtant, je devrais être blasé depuis qu'au début de 1956, je n'avais pas encore l'âge de voter, le grand socialiste Guy Mollet, élu pour faire la paix en Algérie, se lança dans la guerre (et toutes les horreurs qui l'accompagnent). Et s'il n'y avait eu que Guy Mollet...

Vous faites sûrement partie des rêveuses (et rêveurs) qui espèrent toujours  une démocratie un peu plus authentique. Alors soyons optimistes,  et ayons, ne serait-ce qu'un instant, la naïveté de croire que de cette triste affaire pourraient naître quelques modestes améliorations pour notre république  peu républicaine. En tout cas, merci pour la fraîcheur de votre  écriture, et pour le talent que vous avez mis au service de Mediapart (qui l'a bien  mérité).

04/04/2013, 21:04 | Par Isabelle Horlans en réponse au commentaire de Lionel Treno le 04/04/2013 à 02:18

Je vous remercie, cher Jean-Claude, votre message me touche. Puissiez-vous avoir raison, s'agissant des éventuelles améliorations. Hélas, depuis que je suis en âge de comprendre la chose politique, j'ai accumulé les déconvenues, de l'affaire Urba à Cahuzac, en passant par les emplois fictifs, les faux électeurs, les financements occultes de campagne, etc. La liste est si longue que trente ans se sont écoulés sans vrai répit. Gauche, droite, droite, gauche, la tentation effroyable du "tous pourris" est maintenant sous notre nez, aussi nauséabonde soit-elle. Nous n'y céderons pas, bien sûr, mais quand même : nos convictions sont sacrément éprouvées ! Et ce n'est pas aujourd'hui que nous avons pu souffler...

04/04/2013, 08:43 | Par dom9

Le Conseil constitutionnel, saisi le 7 mai 2010 par le Conseil d'État d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC - article 61-1 de la Constitution) vient de déclarer inconstitutionnel, par une décision du 11 juin 2010, l’article L.7 du code électoral. Toutes les personnes frappées d’inéligibilité à ce titre sont fondées à demander leur réinscription sur les listes électorales. ça les a tous regonflés.

04/04/2013, 10:20 | Par christian anselme

je ne veux pas tomber dans le " tous pourris",je ne veux pas faire le jeu de ceux qui abboient le plus fort pour mieux mordre ceux qu'ils auront endormis. aujourd'hui je suis triste et désabusé. non pas que par le mensonge, non pas non que par la fraude qui a mon avis est quand même la plus grosse faute, mais surtout par l'attitude de ceux que j'"ai contribué à placé au pouvoir. François Hollande que je ne soupsonne surtout pas de malhonnetteté m'a beaucoup déçu dans son intervention la semaine derniére.Où est-il passé celui qui nous avez refait rever au changement, nous sommes nous encore une fois trompés? Pour ma part je n'ai pas grand chose à perdre.Nouveau retraité, je suis de par la modestie de ma retraite à l'abri de tous prélèvements , pourtant j'aimerai participer à l'effort nationnal...mais nos enfants ....quelle  avenir se preparent-ils? Préoccupés par leur situation personnelle tellement compliquée qu'ils en perdent tous sens collectif....laissant la place à tous ces politiques usés et parfaitement dépourvus d'imagination et d'envie de changer ce monde qu'ils prétendent condamner.

brrr, j'ai froid dans le dos quand je vois les réactions de ces élus qui ne défendent non pas la démocratie ,mais simplement leur place.....

Mr le premier ministre ,cela ne vous géne -t-il pas de passer au moins pour un incapable qui n'a pas vu plus loin que les yeux de son ministre, alors que la vérité circulait  dans des circuits que vous ne pouvez ignorer? comment pourra ton adhérer à vos réformes apres une aussi énorme preuve de votre.... je ne sais plus quel mot employé....

Mr le président nous vous avons élu pour sortir de ce monde englué dans sa crise  économique et surtout idéologique,alors s'il vous plait saisissez cette occasion pour chambouler pour renverser toutes ces valeurs bidons que l'on nous sert depuis des decennies ...Votre echec serait , je le crains,la porte ouverte à un monde encore bien pire..... nous serons derrière vous si vous montrer la volonté réelle de changement.... alors N'ayez pas peur.....

 

 

04/04/2013, 21:10 | Par Isabelle Horlans en réponse au commentaire de christian anselme le 04/04/2013 à 10:20

Croyez bien, cher Christian, que je partage votre tristesse et votre déception. Mais nous n'en sommes qu'au début du quinquennat, nous sommes donc en droit d'espérer, sinon de belles surprises, du moins quelques promesses tenues.

04/04/2013, 11:05 | Par POJ

Je ne crois pas que vous soyez celle qui devrait avoir le plus mal à sa carte de presse.

Les aveux de Jérôme Cahuzac ont créé une prise de conscience sur la piètre gestion médiatique de l'affaire. Les rédactions, les lecteurs ou les auditeurs peuvent-ils espérer voir disparaître les éditocrates qui se sont ridiculisés et discrédités (une fois de plus) ?

"On ne peut pas servir à la fois l'intérêt général et l'argent" (Martin Hirsch sur l'affaire Cahuzac) Cf. les investissements aux îles Caïman de Jean-Jacques Augier, le trésorier de la campagne de François Hollande qui disait avoir pour adversaire la finance.

De la même manière il ne peut pas y avoir de journalisme avec l'argent du grand capital (Libération, Le Monde, Le Point, Le Figaro, ...). C'est la démonstration faite par Médiapart avec l'affaire Cahuzac.

La loi sur la presse gagnerait à être constitutionnalisée - comme c'est le cas déjà dans de nombreux pays - notamment par la consécration du droit à l'information, qui passe par un mécanisme assurant l'indépendance de la rédaction par rapport aux financements.

Mais une loi ne suffit pas pour assurer la rectitude morale et la force de caractère. Voir le débat quant à la réforme du CSM sur l'atavisme de la "domesticité publique".

Veut-on, d'ailleurs, de gens rigoureux ? Voir le destin politique de Robespierre, que conspue notamment l'UMP qui compare les journalistes de Mediapart à des «petits Robespierre de la justice» (le vice-président de l’UMP Guillaume Peltier).

04/04/2013, 11:53 | Par philoucrest

Merci à Isabelle pour cette bouffée d'air frais, ça fait du bien...

J'ai une fille de 16 ans qui envisage d'orienter ses études vers le journalisme...j'avoue que ça me fait peur, quand je vois cette cohorte d'incapables hypocrites qui peuplent le métier!!!

J'ai longtemps cru aux valeurs de la profession journalistique, le fameux "devoir d'informer", et de son indépendance, mais depuis quelques années, j'assiste à une complète déliquescence de la morale de ce métier, à l'avènement de la complaisance et de la servilité, et il devient bien difficile de se faire une opinion quand les seules données qu'on veut bien vous distiller sont faussées, tronquées ou "arrangées" selon la direction du vent...

 Un grand merci aux quelques journalistes qui luttent pour informer sans déformer ni dissimuler, ils sont l'Honneur de la profession

   Puissent-ils être des exemples pour tous ceux qui rêvent d'embrasser cette carrière

04/04/2013, 21:23 | Par Isabelle Horlans en réponse au commentaire de philoucrest le 04/04/2013 à 11:53

Merci à vous, PHILOUCREST et, surtout,  ne craignez rien pour votre fille : c'est un magnifique métier, je l'exerce toujours avec autant de passion 30 ans après la publication de mon premier article ! Comme dans tous les secteurs d'activité, il y a des bons, des moyens, des mauvais. Il est vrai, cependant, qu'un mauvais journaliste (ou médecin, juge, policier) fait plus de dégâts qu'un mauvais cordonnier. D'où l'utilité d'une presse libre, rigoureuse et honnête. Et le traitement par Mediapart de l'affaire Cahuzac est finalement une bonne piqûre de rappel, une prescription que l'on pourrait intituler : "Voilà ce qu'il faut faire pour être journaliste".

04/04/2013, 13:56 | Par Jacques Bolo

"Mais j'ai un peu mal à ma carte de presse numéro 51634. Ce doit être parce qu'elle est vieille."

Comme moralisation de la vie publique, je propose aux journalistes de rembourser les milliards de subvention à la presse depuis des années.

Je suis sûr qu'ils vont se sentir soulagés (moralement) après.

04/04/2013, 21:25 | Par Isabelle Horlans en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 04/04/2013 à 13:56

Cher monsieur, ce sont les patrons de presse qui perçoivent lesdites subventions. Les journalistes, dans leur grande majorité, sont très mal rémunérés.

05/04/2013, 12:37 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de Isabelle Horlans le 04/04/2013 à 21:25

Quand une entreprise reçoit une subvention, cela lui permet de se maintenir, de maintenir les emplois, et tout simplement de les payer (un peu) plus.

Etre journaliste n'est pas un dû. Et les entreprises sont privées.

(Mais il est vrai que les journalistes et l'économie, ça fait deux : on voit le résultat d'ailleurs!!!)

05/04/2013, 11:54 | Par M Piriou en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 04/04/2013 à 13:56

@ Jacques Bolo

La carte d’Isabelle est vieille et après ??? N’appréciez vous pas les vieux crus devant lesquels tout le monde se pâme !!! Excepté les Alcooliques Anonymes…Et je vous parle pas de toutes les vieilleries brocantes, des vide-greniers…

Moralisation de la vie publique… Ok, moralement parlant merci de bien vouloir communiquer vos chiffres plus précis que ces milliards de subventions que vous avancez !!! Des détails, tableaux, statistiques…Qques milliards divisés par combien de journalistes ??? Ca fait combien par tête de pipe ??? depuis combien de temps ???

Vite des preuves, fiches de paie, déclarations fiscales, comptes à l’étranger…

05/04/2013, 13:14 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de M Piriou le 05/04/2013 à 11:54

1. "vieille" était dans la citation (et je n'ai repris cette partie que pour l'ancienneté dans la profession)

2. Il y a eu récemment, dans Médiapart entre autres, des articles sur les subventions à la presse. 

3. Insinuez vous que je mens comme on l'a fait pour Médiapart et l'affaire Cahuzac??? Nous sommes en 2013. Si on veut des données, on peut les trouver sur internet. Je n'ai pas à le faire pour vous (mais j'ai écrit ça: Communisme bien ordonné commence par soi-même où vous trouverez aussi des références).

4. J'écris sur internet depuis bientôt 8 ans (Revue Exergue), sans subventions (et sans salaire d'ailleurs).

5. J'en ai marre de ces commentaires merdiques de connards.

06/04/2013, 19:02 | Par lilichris

Si la sidération est le mot qui convient, il convient surtout à ce que je ressens lorsque je pense qu'il a été nécessaire qu'un homme comme Edwy Plenel prenne le risque d'attirer l'opprobre quasi général (et même de ses confrères...) pour que cette affaire arrive au grand jour.

Comment pendant toutes ces années, Jérome Cahuzac a-t-il pu ainsi frauder le fisc sans que l'administration fiscale ne s'en inquiète ?

Pas étonnant qu'Edwy Plenel nous promette d'autre révélations car si Jérome Cahuzac a pu le faire, combien d'autres possesseur de richesses plus ou moins bien acquises ont pu faire la même chose ?

A quoi sert notre administration fiscale ?

Si je voulais faire du mauvais esprit, je dirais qu'après ce qui vient de nous arriver, on peut douter de la bonne foi de ceux qui l'on précédé, après tout n'est-ce pas à cette place que l'on est le mieux placé pour connaître les meilleures astuces en matière de fiscalité...

09/04/2013, 18:21 | Par jtombeur

Pour moi, c'est plus simple, ma 47 640, je ne l'ai plus (eh, on me refuse l'honorariat pour des histoires administratives un peu absconces) et je m'en étais fort bien passée pendant près d'une décennie initiale.

Les plus véhéments à taper sur Mediapart ont obtenu leur carte de presse uniquement parce qu'il suffit de tirer 51 % de ses revenus du journalisme (n'importe lequel), ou sans jamais faire de terrain. Sans compter les chroniqueurs, éditorialistes, conservant (ou non) cette fameuse carte par pure complaisance.

J'estime qu'au contraire nous avons été plutôt nombreux à ne pas taper sur Mediapart (en conservant ce quant à soi de bon aloi qui fait la poursuite des carrières, en s'en tenant au quart d'heure pour les déportés et l'autre pour les nazis comme l'exprima bien Woody Allen), et pas si ridiculement rares à estimer qu'Arfi et d'autres avaient du grain à moudre et ne cherchaient pas un « coup » commercial.
J'ai eu vraiment le « nez dans le guidon » des revues de presse, très fastidieusement et fort longuement : je ne partage pas tout à fait ton avis. La « profession », la vraie, s'est plutôt assez bien tenue, à la mesure de ses moyens (j'imagine qu'aucun redchef devant justifier un budget n'a vraiment poussé à l'enquête parallèle, sauf genre ambiance à Villeneuve-sur-Lot, mais hormis relayer les attaques de quelques ténors politiques, pour une Élizabeth Levy du Causeur – j'espère que l'ami et confrère Luc Rosenzweig était sincère et sans ressentiment à l'égard de Plenel –, un Aphatie, un Roger-Petit, le « terrain », et quelques éditorialistes l'ayant vraiment pratiqué, n'ont pas vraiment failli ; ouf, fin de la parenthèse).

La carte, gros bout de carton devenu de plastique, ne vaut pas de lui accorder des sentiments, la profession, sans doute. En tout cas ce qu'il reste de celle telle que nous la concevons. Ne nous décourageons pas, veillons à la suite.

14/04/2013, 14:30 | Par Grain de Sel HV

"Ce soir, je suis heureuse de n'avoir pas participé à la chasse à courre contre Mediapart, Edwy Plenel, Fabrice Arfi et tous les journalistes de cette rédaction. Mais j'ai un peu mal à ma carte de presse numéro 51634. Ce doit être parce qu'elle est vieille. "


Il ne faut pas avoir "mal", Isabelle ! La mienne est encore plus vieille (N°48 114) et j'ai toujours eu confiance en eux (abonnée depuis le pré-site). Il faut juste se dire qu'on est à une époque-charnière, mais que tout ça va bientôt exploser.... et, enfin, changer !

Cordialement à vous

 

27/04/2013, 00:12 | Par MEE

Moi aussi ce soir, j'ai mal à ma carte de presse. On a chacun son "mur des cons". C'est celui d'un confrère -mais faut-il encore l'appeler ainsi ?- qui vient de rejoindre le mien. Écoeurée,  dégoûtée,  révoltée !

http://www.snj.fr/spip.php?article1032

Newsletter