Ven.
01
Aoû

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Rachel Corrie (10/04/1979 - 16/03/2003) Never Forget

Extrait du dernier entretien de Rachel Corrie, par la Middle East Broadcasting Company, le 14 mars 2003, deux jours avant d'être tuée par un caterpillar militarisé de l'armée israélienne lorsque elle s'opposait pacifiquement à la destruction systématique des foyers palestiniennes. 

 

Malheureusement, cette destruction systématique et quotidienne des foyers et infrastructures civiles palestiniennes (eau potable, assainissement, routes, écoles, centre médicaux) qu'elle constate, et contre lequel elle s'est combattu, n'a rien perdu de son intensité ni de sa caractère programmée...

Elle remarque qu'en un mois et demi sur place, les palestiniens avec lesquels elle vivait avait déjà perdu plusieurs enfants tués par des tirs israéliens.  L'armée israélienne avait aussi détruit les deux plus grands réservoirs d'eaux, détruisant plus de la moitié de leurs ressources en eau potable. Des foyers était détruits quotidiennement. Elle est morte en essayant de bloquer la destruction d'un centre médical. 

 

Si cela peut être une consolation, elle n'a pas vécu pour voir ces survivants et le peu qui leur restait annihilés lors de l'attaque "Plomb durci" menée par l'état d'Israël, opération planifiée de longue date et s'inscrivant dans la même politique meurtrière. 

 

Tous les commentaires

16/03/2012, 00:43 | Par danivance

Je veux un monde où tout le monde s'aimerait, enfin.

-

http://www.youtube.com/watch?v=5NK0K3NKASM

-

 

16/03/2012, 07:13 | Par Anne Gentry

Je me souviens de votre billet de l'an dernier ... Vous faites bien de rappeler Rachel Corrie, jamesinparis.

16/03/2012, 10:54 | Par C'est Nabum

James

 

La spirale infernale de la haine et de la violence, la mauvaise conscience des nations contre un  crime épouventable mais passé permet un autre crime insupportable et contemporain.

 

Que dire ?

Que faire pour que la paix règne enfin dans cette région du Monde ?

18/03/2012, 15:06 | Par jamesinparis

Road to Apartheid, Colonisation, Dispossession, DestructionRoad to Apartheid, Colonisation, Dispossession, Destruction © Sionism

18/03/2012, 21:09 | Par jamesinparis

End the warfare state...End the warfare state... © Ahmad Mesleh Photography

18/03/2012, 21:11 | Par jamesinparis

It's a question of time... and humanityIt's a question of time... and humanity © Ahmad Mesleh Photography

18/03/2012, 21:15 | Par jamesinparis

The World Can See Through This Wall...The World Can See Through This Wall... © Ahmad Mesleh Photography

24/03/2012, 16:35 | Par jamesinparis

PARIS (Reuters) - Christian Prouteau, fondateur du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), a critiqué vendredi l'opération de la police à Toulouse contre Mohamed Merah, notamment l'absence d'utilisation de gaz lacrymogène lors de l'assaut.

"Comment se fait-il que la meilleure unité de la police ne réussisse pas à arrêter un homme tout seul ?", s'interroge Christian Prouteau, dans un entretien à Ouest France publié vendredi.

"Il fallait le bourrer de gaz lacrymogène. Il n'aurait pas tenu cinq minutes", estime l'ancien militaire.

Interrogé sur la possible utilisation de gaz lacrymogène pour appréhender Mohamed Merah, Claude Guéant répond:

"Ce sont des moyens illégaux. Cette technique est proscrite par les conventions internationales parce qu'elle a fait par le passé de nombreuses victimes. Toutes ces polémiques entretenues par des gens qui ne connaissent rien de cette affaire, qui n'ont pas été sur les lieux ni entendus les conversations de la police avec l'assassin sont irresponsables".

LE CORPS DE MERAH CRIBLÉ DE BALLES

Amaury de Hautecloque affirme avoir continué à "donner l'ordre de ne riposter qu'avec des armes non-létales et notamment des grenades offensives afin qu'il puisse être choqué et que nous puissions nous assurer de sa personne".

Selon une source judiciaire, l'autopsie a montré que Mohamed Merah avait succombé à deux tirs mortels, l'un à la tête et l'autre à l'abdomen, et son corps avait été criblé de balles, alors qu'il se trouvait de dos.

Le parquet s'était contenté jeudi d'annoncer que le tueur de sept personnes avait succombé à une balle dans la tête.

Pour lire l'article sur le site de Reuters :

http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE82M0E720120323?pageNumber=3&virtualBrandChannel=0

 

Donc, si on comprend Claude Guéant, le RAID n'a pas utilisé des gaz lacrymogène, ni de chiens d'ailleurs, sur le tueur de Toulouse, Mohamed Merah, car "Ce sont des moyens illégaux. Cette technique est proscrite par les conventions internationales parce qu'elle a fait par le passé de nombreuses victimes."

Cependant, la plupart des jours de l'année, y compris le weekend dernier, l'armée israélienne utilisent ces méthodes pour harcéler et intimider des manisfestations pacifiques des villageois palestiniens. On peut donc s'en servir sur des manifestants, qui manifesent chez eux, si on a le bon sens d'être une armée d'occupation ; mais ces méthodes sont proscrits pour apprehender des tueurs prêt à mourir, car ils risquent de blesser l'individu.

Le refus de le République Française de condamner un état occupant, quand il utilise des tels méthodes de manière systématique pour intimider des manifestants qui lutte pacifiquement pour la défense de leurs droits, doit être interprété comment ? Si la lutte pacifique et légitime est réprimée ainsi, comment s'en étonner quand une telle politique d'état crée un terreau propice à faire vivre des intégrismes et l'usage de la lutte armée ? Ce même contexte d'impunité, d'injustice et de désespoir a été utilisé par ce tueur, pour justifier l'injustifiable : la vengeance.

Ne pas condamner des telles injustices, et les ignorer jusqu'à en être complicite comme le fait le gouvernement français, c'est refuser de mesurer l'effet d'un tel double-discours sur certains êtres : les poussant à la violence et la terreur, en voulant se venger de ce qu'ils considèrent comme une injustice réelle, san aucun espoir d'une résolution pacifique. Il faut toujours condamner des tels actes, mais il faut également condamner les situations d'injustice qui les font vivre.

Pour permettre aux français de s'informer des événements du 16 mars 2012, et leur caractère systématique, voici les informations :

(mon commentaire reprend après ces informations)


 

Une manifestation pacifique dédiée à la mémoire de Rachel Corrie réprimée violemment


La protestation pacifique hebdomadaire à Kufr Qaddoum, à l'ouest de Naplouse, était dédiée à la mémoire de Rachel Corrie, activiste américaine qui a été écrasée par un bulldozer israélien D9 à Rafah, il y a exactement neuf ans, le 16 mars 2003.

Cet après-midi 16 mars, à Kufr Qaddoum, la police israélienne des frontières tiraient sur le jeunes du village à coup de grenades lacrymogènes et de balles caoutchouc-acier. Une quinzaine de minutes plus tard, dans une scène qui ressemblait à celles qu'on a pu voir dans le sud des Etats-Unis dans les années 60, les officiers de police ont décidé de lâcher un chien de l'armée sur les manifestants qui se tenaient à plusieurs dizaines de mètres. Le chien a poursuivi les manifestants, et il a mordu au bras l'un d'entre eux, Ahmad Shtawi.

Par Saed Amireh, Samedi 17 Mars 2012

Quand les gaz lacrymogènes et les balles ne suffisent pas, les soldats israéliens lâchent les chiens sur les manifestants palestiniens non armés (+vidéo)

Pendant de longues minutes, le chien n'a pas voulu desserrer ses mâchoires, même quand le maître-chien est arrivé sur les lieux et lui a ordonné de lâcher prise, ce qu'il a fini par faire. Les officiers de la police des frontières ont alors arrêté Shtawi, bien qu'il soit évident qu'il avait besoin de soins médicaux. Morad Shtawi, membre du comité populaire du village, a essayé de raisonner l'officier commandant pour qu'il libère le jeune homme. Il a été aspergé de spray au poivre et arrêté lui aussi.

Deux autres habitants du village ont été blessés pendant la manifestation après avoir été frappés par des grenades lacrymogènes tirées directement sur eux. Un a été blessé à la jambe et l'autre à l'épaule.


A Nabi Saleh, au moins trois manifestants ont été blessés pendant la manifestation, dont une Israélienne touchée à la tête par une balle caoutchouc-acier. Les deux autres ont été légèrement blessés, un par une balle caoutchouc-acier et l'autre par une grenade lacrymogène. Ils ont été évacués à l'hôpital de Ramallah.

Photo

Plus tôt dans la journée, les forces de l'occupation sont entrées en nombre dans le village et l'ont aspergé de liquide puant depuis un canon à eau.


Pendant la nuit, l'armée avait lancé encore un autre raid sur le village, le cinquième de la semaine.


A Ni’lin, la manifestation a eu lieu malgré la pluie, et elle était dédiée à l'activiste américain Tristan Anderson, qui a été grièvement blessé à la tête par une grenade lacrymogène à haute vélocité tirée par les soldats de l'occupation le 13 mars 2009 en plein milieu du village. Les manifestants ont également commémoré l'assassinat de Rachel Corrie, tuée par un bulldozer militaire israélien dans la Bande de Gaza il y a 9 ans.

Photo

Les troupes de l'occupation ont tiré des volées de grenades lacrymogènes et de balles caoutchouc-acier, ainsi que des quantités de liquide puant sur les manifestants. Un d'entre eux a été blessé à la main par une balle et a été soigné sur place.

Voir les photos prises à Ni'lin, sous la pluie


Les Palestiniens ont également manifesté à Bil'in

Photo

Voir les photos

à Al-Masara...

Photo


 

 L'Elysée a exprimé sa vive émotion devant le comportement des forces d'occupation israéliennes, et sa préoccupation quant à la politique de colonisation et d'intimidation perpetuelle poursuivie par Israël, a fait savoir une porte parole du gouvernement français. Le chef d'état a exprimé sa solidarité avec les manifestants, et a rappeler à Israël que les lois et conventions internaltionales, et les droits de l'homme, droits inaléniables, interdisent formellement un tel comportement de la part de l'état occupant. Mais comme vous le savez, malheureusement, ces deux phrases ne pouront jamais être prononcées par un gouvernement français. Car ce serait vivre dans une république, une vraie.

 

Ici même Thomas Cantaloube avait consacré un article à ce massacre de trop .. massacre réalisé par un soldat américain qui avait tué 16 civils dont 9 enfants et 4 fillettes de moins de 6 ans...

 

Au-delà de l'aspect français, il ne faut pas occulter les deux invasions et occupations illégales perpetrées par les USA et ses quelques alliés depuis 2003. Un millions de morts en Irak, l'Afghanistan également mis à feu et à sang.

On ne peut ignorer la politique Sioniste conduit lors de et depuis la création de l'état d'"Israel" en 1947 : une politique proprement inhumaine faite de dépossesions massives (nabka), de colonisation ininterrompue, de la destruction programmée (crimes contre l'humanité à l'appui), de l'annexion illégale des terres et des ressources, d'occupation illégale, de sièges punitives, d'un mur d'annexion illégale, du non-respect de la quasi totalité des résolutions de l'ONU à son égard, de nettoyage ethnique, d'apartheid, et le non-respect flagrant et affiché des droit fondamentaux du peuple palestinien. Cela fait beaucoup, et condamne au désespoir tout un peuple.

Ces terribles crimes contre l'humanité de nous tous, perpetrés par les USA et par son allié sioniste, ne justifie en RIEN la réponse terrible du tueur de Toulouse: on obtient justice par la lutte pour défendre ses droits et pour faire reconnaitre sa dignité, et non pas par la vengeance.

Si la France n'arrive pas à condamner des tels comportements en dehors de son sol, comment faire croire aux valeurs universelles de la république française ? Quand un pays est trop puissant, évite-t-on de lui exiger un comprtement en phase avec les valeurs que l'on exprime et que l'on défend ?

A ce titre, réintégrer l'OTAN était une erreur. Comme l'était aussi le fait de visiter Israel pendant la deuxième semaine de la campagne de destruction Plomb Durci, pour afficher un soutien indefectible à un pays surmilitarisé en train de détruire les infrastructures civils d'un peuple réduit à rien.

Les victimes des USA et d'Israel n'ont pas droit à une minute de silence. Qui a exprimé son émotion lors du massacre réalisé par des soldats américains il y a 2 semaines, et qui avait tué 16 civils : c'est à dire 9 enfants et 4 fillettes de moins de 6 ans, et leurs parents et grandparents?

Créer un vivre ensemble authentiquement républicain, c'est avoir un comportement authentiquement republicain en dehors de ses frontières. On ne peut faire économie de la sincérité. Il est important de traiter tous pays avec le même exigence de respect : respect de l'autre, respect des lois et conventions internationales, et respect des résolutions de l'ONU.

Oui, condamnons toute forme de racisme, y compris l'antisémitisme. Appliquons l'ensemble des résolutions de l'ONU, et condamnons sans équivoque les invasions impérialistes des USA.

09/04/2012, 13:04 | Par jamesinparis

Ce qu'un ex-premier ministre ne peut dire sur Israël qu'une fois parti à la retraite

Rencontre débat au Sénat français avec Dries M. A. van Agt
Ancien Premier ministre des Pays Bas
17 Novembre 2006

http://www.michelcollon.info/Ce-qu-039-un-ex-premier-ministre.html

 

09/04/2012, 20:20 | Par jamesinparis

vendredi 6 avril 2012, par Alain Gresh

En finir avec « la farce » des négociations de paix, dissoudre l’Autorité palestinienne

L’homme qui envoie cette lettre à Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, n’est pas n’importe qui en Israël, même s’il s’est retiré de la politique. Il a été l’un des artisans de la négociation de ce qui devait s’appeler les accords d’Oslo. Il fut ministre des gouvernements Rabin puis Barak et a mené les pourparlers de la dernière chance à Taba, en janvier 2001, alors qu’avait éclaté la seconde Intifada et que les Israéliens s’apprêtaient à aller aux urnes et à renverser le gouvernement dirigé par les travaillistes.

Yossi Beilin fut aussi le signataire, avec Yasser Abdel Rabbo, des accords de Genève d’octobre 2003, qui proposaient une solution au conflit (lire le dossier du Monde diplomatique de décembre 2003.)

La lettre qu’il vient d’envoyer à Mahmoud Abbas est d’autant plus significative. Il appelle le président palestinien à « end this farce » (Foreign Policy, 4 avril 2012) — mettre un terme à cette farce des négociations...

09/04/2012, 20:32 | Par jamesinparis

Gaza, Palestine et apartheid

11 mars 2012, par Alain Gresh

« Nous condamnons les tirs de roquettes et les conséquences humanitaires de ces violences et déplorons les victimes civiles. La France appelle instamment à un retour au calme et à la retenue afin d’éviter une escalade qui risquerait de toucher à nouveau des civils. Notre consul général à Tel Aviv se rendra dimanche matin à Ashdod et Ashkelon pour exprimer sa solidarité. »

C’est en ces termes que le ministère des affaires étrangères français réagissait à l’escalade à Gaza provoquée par un raid israélien et l’assassinat de deux cadres palestiniens. Les opérations ont provoqué la mort d’une quinzaine de Palestiniens, dont deux enfants, mais c’est avec les populations d’Ashdod et d’Ashkelon que la France proclame sa solidarité. Une position similaire à celle exprimée par Susan Rice, ambassadrice des Etats-Unis aux Nations unies, ce qui n’étonnera personne.

L’argument israélien pour justifier le raid à l’origine de l’escalade est que les deux hommes visés étaient les organisateurs d’un raid meurtrier en août dernier et s’apprêtaient à perpétrer un autre attentat. Comme toujours, l’armée israélienne ment et contredit ses propres enquêteurs (lire Max Blumenthal, « Israel’s bogus case for bombing Gaza obscures political motives », Al-Akhbar, 11 mars 2012.) Mais qui ira contredire l’armée « la plus morale du monde » ?

Ce lundi 12 mars, le Quartet, composé des Etats-Unis, de l’Union européenne, de la Russie et des Nations unies, se réunit une nouvelle fois pour discuter de la Palestine. Une nouvelle fois, on peut en être sûr, il appellera à la reprise sans préalables des négociations entre Israël et les Palestiniens — c’est-à-dire sans aucune base pour la négociation et sans arrêt de la colonisation israélienne —, ce qui est exactement la position de M. Netanyahou.

Celui-ci, de retour de Washington, où le problème palestinien n’a même pas été abordé, est décidé à continuer sa politique dans les territoires occupés, politique qui ne suscite aucune réaction sérieuse du Quartet.

Dans un article du quotidien Le Monde, Laurent Zecchini raconte un épisode, parmi d’autres, et pas le plus dramatique, de l’action israélienne en Cisjordanie (« Hold-up télévisuel à Ramallah », lemonde.fr, 10 mars). Il s’agit d’un raid contre deux stations de télévision.

Il écrit :
« Ramallah est située en zone “A” de la Cisjordanie, laquelle, aux termes des accords de paix d’Oslo II (1995), est sous contrôle exclusif de l’Autorité palestinienne. Rien à voir, en principe, avec la zone “B”, où Israël conserve la responsabilité de la sécurité, et encore moins avec la zone “C”, entièrement sous l’emprise de la puissance occupante. Le siège de l’Autorité palestinienne, c’est la Mouqata’a, au centre de cette ville bourgeonnante de 200 000 habitants (durant le jour), où Mahmoud Abbas a sa résidence officielle. »
« Mais le roi est nu : le raid de l’armée israélienne a rappelé que l’Etat palestinien, dont M. Fayyad s’efforce avec ténacité de poser les fondations, et dont M. Abbas demande qu’il soit reconnu par les Nations unies, est un Etat croupion, dont la souveraineté est virtuelle, tout comme l’autorité de son président. »

Ce raid a été déploré par les Etats-Unis comme par la France, comme ils regrettent depuis des années le blocus de Gaza, la colonisation, les incursions illégales en territoire palestinien, etc. Tout en continuant à demander à l’Autorité de négocier sans préalables.

Il est ironique que le Quartet pose comme condition pour un dialogue avec le Hamas que celui-ci reconnaisse les accords d’Oslo, alors qu’Israël les a enterrés depuis longtemps, poursuivant sa politique d’asphyxie de la population palestinienne.

Même l’eau, comme le rapporte toujours Le Monde, est une arme qui sert l’occupant (« En Cisjordanie, même l’eau est une arme », Le Monde, 11-12 mars 2012) ; l’article rappelle le rapport de l’Assemblée nationale de février dénonçant « un nouvel apartheid de l’eau ».

Car c’est la réalité qui s’impose désormais sur le terrain. Au fur et à mesure que s’éloigne la perspective de la création d’un Etat palestinien en Cisjordanie et à Gaza, progresse la réalité d’un seul Etat, de la Méditerranée au Jourdain, dominé par les Israéliens et dans lequel les Palestiniens sont privés de tous leurs droits. En Afrique du Sud cela s’appelait l’apartheid, comme le rappelle Zackie Achmat, un militant sud-africain convaincu qu’Israël est devenu un Etat d’apartheid (« Why I believe Israel is an apartheid state »).

15/05/2012, 17:02 | Par Stephane M.

Les Palestiniens face à la barbarie d'Etat dans l'indifférence occidentale:

Un article du quotidien britannique "The Independant" est traduit sur le site de Courrier International:

http://blogs.mediapart.fr/blog/stephane6/150512/palestiniens-face-la-barbarie-detat-dans-lindifference-occidentale

15/05/2012, 18:10 | Par Stephane M.

Israël aurait fait détruire des dizaines d'installations financées par l'UE en Cisjordanie:

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20120514-cisjordanie-israel-fait-detruire-dizaines-installations-financees-ue

15/05/2012, 19:28 | Par Stephane M.

De 15 à 19 H ce lundi, une vingtaine de militants de plusieurs associations de solidarité avec les prisonniers palestiniens se sont enchaînés au siège du PS à Paris pour réclamer que François Hollande proteste contre la situation des prisonniers palestiniens.

http://www.europalestine.com/spip.php?article7221

Le changement ... c'est maintenant ?

16/05/2012, 11:22 | Par Stephane M.

"El Watan" quotidien Algérien indépendant a souvent des analyses pertinentes, qui nous donnent un point de vue mois occidentalo-centré que celui des médias hexagonaux, européens, ou anglo-saxons:

 

Extrait de l'article "Repère : quelle option pour les Palestiniens ?" daté d'hier:

 

L’échange de lettres auquel viennent de procéder Palestiniens et Israéliens n’est même plus en mesure d’entretenir la moindre illusion, Israël détruisant systématiquement toute approche constructive qu’il avait pourtant acceptée. En l’état actuel des choses, l’espoir de paix, même à moyen terme, est pour ainsi dire nul.


Mais à l’inverse, le risque de voir la situation se dégrader devient chaque jour plus grand. En fait, c’est encore et toujours la politique israélienne de colonisation qui en est la cause, en réduisant chaque jour l’étendue territoriale supposée contenir un jour un Etat palestinien. Un jeu macabre et dangereux à la fois, en chassant les Palestiniens de leurs terres et de leurs moyens de subsistance, autant dire de survie, l’ONU ayant démontré le chantage alimentaire auquel se livre Israël.

L’auteur du rapport, l’universitaire suisse Jean Ziegler, en a établi les mécanismes et dévoilé les objectifs recherchés. Rien n’a empêché la poursuite de cette politique, comme le prouvent différents rapports.

Ainsi, vient-on d’apprendre, Israël a démoli en 2011 des dizaines de maisons palestiniennes, des citernes et des infrastructures agricoles financées par des fonds européens et 110 autres structures sont menacées.C’est la conclusion de l’enquête réalisée par des ONG locales et internationales et supervisée par le Bureau de l’ONU pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha).

Ou encore que «les démolitions par Israël des infrastructures hydrauliques ont augmenté à un rythme alarmant cette année», et que «le prix le plus fort est payé par des hommes, des femmes et des enfants vulnérables dont les droits sont violés lorsqu’ils sont privés d’eau».

Il est également rappelé que «le déplacement des Palestiniens sous occupation est contraire aux Conventions de Genève», celles-là mêmes qu’Israël n’a jamais respectées, sans que la communauté internationale ne cherche à lui rappeler de telles obligations, le conflit du Proche-Orient n’étant pas réglé.


L’autre volet des négociations israélo-palestiniennes, quand elles ont lieu, a trait aux prisonniers palestiniens qui viennent de rappeler leur existence et leur lutte en menant une dure grève de la faim.

A ce sujet, le rapporteur spécial de l’ONU pour les droits de l’homme dans les Territoires palestiniens occupés, Richard Falk, s’est déclaré tout récemment «écœuré par les violations continues des droits de l’homme dans les prisons israéliennes». L’universitaire américain qu’Israël avait empêché d’accéder dans les territoires palestiniens même en qualité d’envoyé spécial de l’ONU a appelé lui aussi Israël «à respecter les obligations internationales en matière de droits de l’homme à l’égard des détenus palestiniens».

Cet homme aux positions courageuses et à qui l’ONU maintient son mandat en dépit des obstacles israéliens rappelle que depuis 1967 «quelque 750 000 Palestiniens, dont 23 000 femmes et 25 000 enfants, ont été en détention dans les prisons israéliennes, soit approximativement 20% du total de la population palestinienne des territoires occupés».

La suite de l'article est ici:

http://www.elwatan.com/international/repere-quelle-option-pour-les-palestiniens-15-05-2012-170677_112.php

11/07/2012, 02:13 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

Quand Israël réécrit l'histoire de la colonisation en Cisjordanie

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/07/10/quand-israel-reecrit-l-histoire-de-la-colonisation-en-cisjordanie_1731785_3218.html

Il n'y a pas d'occupation israélienne en Cisjordanie. Dès lors, le gouvernement de Benyamin Nétanyahou doit légaliser toutes les colonies qui s'y trouvent, et toutes celles qui seront créées à l'avenir...

Ces conclusions, un rien hallucinantes, rendues publiques lundi 9 juillet, sont celles d'un comité présidé par l'ancien juge de la Cour suprême Edmond Levy, formé en janvier 2012, à la demande du premier ministre israélien.

Conscient qu'elles s'apparentent à ce que le journal Haaretz qualifie de "dynamite politique", M. Nétanyahou a commenté avec prudence le travail de M. Levy et de ses deux adjoints, l'ancien juge de Tel-Aviv Tehiya Shapira, et le juriste Alan Baker, trois personnalités marquées à droite.

"Ce rapport est important parce qu'il traite de la légalisation et de la légitimation de la politique de colonisation en Judée et Samarie [Cisjordanie] sur la base de faits et d'arguments qui doivent être sérieusement considérés", a-t-il indiqué.

M. Nétanyahou s'est efforcé de retarder la publication du rapport Lévy, mais il est désormais au pied du mur : que faire ? D'abord attendre l'avis du procureur général Yehouda Weinstein, puis prendre une décision au sein du comité ministériel sur les colonies, créé en avril.

M. Nétanyahou n'a pas de bonne solution : traiter les conclusions du juge Lévy comme quantité négligeable, c'est se mettre à dos tous les partisans de la colonisation, qui exultent ; les approuver, c'est déclencher une condamnation unanime de la communauté internationale.

JUSQU'AUBOUTISME SIONISTE

L'Etat juif a dans ce domaine le cuir solide, mais la réaction immédiate de Washington, qui a rappelé son opposition à toute légalisation des colonies juives de Cisjordanie, donne à penser qu'Israël risque de perdre ses derniers soutiens diplomatiques.

C'est que, dans le registre du jusqu'auboutisme sioniste, l'argumentation du "comité Lévy" semble sans précédent. Les trois experts relèvent que les gouvernements israéliens ont agi "avec une totale mauvaise foi en affirmant que ces colonies avaient été construites illégalement, tout en encourageant leur construction".

Ils expliquent que la Cisjordanie a été reprise à la Jordanie lors de la guerre des Six Jours (1967), laquelle n'a jamais pu démontrer sa souveraineté sur ce territoire. Dès lors, la convention de Genève (qui interdit à une puissance occupante d'installer sa population sur des terres qu'elle occupe) ne s'applique pas.

De plus, affirment les auteurs, la Déclaration Balfour de 1917, qui se prononçait en faveur de l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif, ne parlait pas de "droits nationaux pour les Arabes"...

Autrement dit, ceux-ci n'en ont pas, et, puisque la notion de "territoires palestiniens occupés" n'a pas de sens, Israël n'est pas une puissance occupante, et les colons sont chez eux dans toute la Cisjordanie. Dans les faits, c'est un peu ce qui se passe, mais l'affirmer dans un rapport officiel devrait constituer un intéressant sujet de discussion entre Benyamin Nétanyahou et la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, attendue à Jérusalem le 16 juillet.

Laurent Zecchini (Jérusalem, correspondant)

12/07/2012, 03:36 | Par Steve Austin

lu et recommander...
06_banksy_palestine.jpg
banksy.jpg
fleur.gif

"L'état d’Israël ne représente pas le Judaïsme"



02/09/2012, 10:52 | Par jamesinparis

Rachel Corrie's parents describe ruling as 'bad day for human rights'

Cindy and Craig, the parents of Rachel Corrie, who was killed by an Israeli military bulldozer in 2003, say the judge's ruling that Israel wasn't responsible for her death has 'deeply saddened and deeply troubled' the family. Cindy Corrie told a press conference it was a bad day for human rights, humanity and the law

02/09/2012, 10:55 | Par jamesinparis

Rachel Corrie verdict exposes Israeli military mindset

Corrie's parents have not received justice, but their quest reveals the lie of the IDF's claim to be the world's 'most moral army'

In Rafah, in the southern tip of the Gaza strip, Rachel Corrie was crushed by a military bulldozer nine years ago as she tried to stop the Israeli army going about its routine destruction of Palestinian homes.

An Israeli judge on Tuesday perpetuated the fiction that Corrie's death was a terrible accident and upheld the results of the military's own investigation, widely regarded as such a whitewash that even the US ambassador to Israel described it as neither thorough nor credible. Corrie's parents may have failed in their attempt to see some justice for their daughter, but in their struggle they forced a court case that established that her death was not arbitrary but one of a pattern of killings as the Israeli army pursued a daily routine of attacks intended to terrorise the Palestinian population of southern Gaza into submission.

02/09/2012, 11:26 | Par jamesinparis

http://www.amnesty.org/en/news/rachel-corrie-verdict-highlights-impunity-israeli-military-2012-08-28

29 August 2012

Rachel Corrie verdict highlights impunity for Israeli military

Rachel Corrie was killed by an Israeli bulldozer in 2003 as she tried to stop it from destroying a Palestinian house in the Gaza Strip

Rachel Corrie was killed by an Israeli bulldozer in 2003 as she tried to stop it from destroying a Palestinian house in the Gaza Strip

© Getty Images

More than nine years after Corrie’s death, the Israeli authorities still have not delivered on promises to conduct a 'thorough, credible and transparent' investigation. Instead, an Israeli court has upheld the flawed military investigation and issued a verdict that once again shields the Israeli military from any accountability

Sanjeev Bery, Middle East and North Africa advocacy director for Amnesty International USA

Wed, 29/08/2012

 

Amnesty International condemns an Israeli court’s verdict that the government of Israel bears no responsibility in the death of Rachel Corrie, saying the verdict continues the pattern of impunity for Israeli military violations against civilians and human rights defenders in the Occupied Palestinian Territories (OPT).

The verdict shields Israeli military personnel from accountability and ignores deep flaws in the Israeli military’s internal investigation of Corrie’s death.

“Rachel Corrie was a peaceful American protester who was killed while attempting to protect a Palestinian home from the crushing force of an Israeli military bulldozer,” said Sanjeev Bery, Middle East and North Africa advocacy director for Amnesty International USA.

“More than nine years after Corrie’s death, the Israeli authorities still have not delivered on promises to conduct a 'thorough, credible and transparent' investigation. Instead, an Israeli court has upheld the flawed military investigation and issued a verdict that once again shields the Israeli military from any accountability."

The verdict, issued by Judge Oded Gershon in the Haifa District Court, maintains that the Israeli military is not responsible for "damages caused" because the D9 Caterpillar bulldozer was engaged in a combat operation in Rafah in the southern Gaza Strip on 16 March, 2003.

International humanitarian law prohibits the destruction of property unless required by imperative military necessity, and requires that in any military operation, constant care is taken to protect civilians.

“Rachel Corrie was clearly identifiable as a civilian, as she was wearing a fluorescent orange vest when she was killed,” said Bery.

“She and other non-violent activists had been peacefully demonstrating against the demolitions for hours when the Israeli military bulldozer ran over her.”

By upholding the flawed Israeli military investigation, completed within one month of Rachel Corrie’s death in 2003, the verdict seems to have ignored substantial evidence presented to the court, including by eyewitnesses. The full military investigation has never been made public, but US government officials have stated that they do not believe the investigation was 'thorough, credible and transparent.'

Amnesty International has made similar criticisms of Israel’s system of military investigations for many years. For example, the organization has monitored the investigations carried out by IDF commanders and the Israeli military police into violations during Operation "Cast Lead", launched by Israeli forces on 27 December 2008, in which hundreds of unarmed civilians in the Gaza Strip were killed.

Israel’s military investigations have lacked independence, impartiality, transparency, appropriate expertise and sufficient investigatory powers. The failure of both Israel and the Hamas de facto administration to conduct credible investigations into violations committed during the conflict led Amnesty International to call for the Gaza situation to be referred to the International Criminal Court.

Palestinian civilians from the OPT are killed or injured by the Israeli military all too frequently, but they face significant barriers in accessing Israeli civil courts, which means that Israeli civil courts rarely examine the killings of civilians in the OPT, particularly those in Gaza. Steep court fees required of claimants before the case can begin are beyond the means of most Palestinians. As part of Israel’s continuing closure of the Gaza Strip, the Israeli authorities deny Palestinian victims or witnesses from Gaza permission to enter Israel to testify in court, lawyers from Gaza cannot represent clients before Israeli courts, and Israeli lawyers cannot enter Gaza to meet with clients.

Amnesty International has repeatedly condemned Israel’s policy of demolishing homes and other structures in the OPT, but demolitions are still routine in the occupied West Bank. More than 600 structures were demolished in 2011, resulting in the forcible eviction of almost 1,100 people. In the first seven months of 2012, the Israeli military demolished 327 structures in the West Bank, displacing 575 people, according to the UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs.

02/09/2012, 11:30 | Par Stephane M.

Stigmatisation et violence institutionnelle ici aussi :

http://www.cqfd-journal.org/Roms-mechamment-arranges

28/09/2012, 16:17 | Par jamesinparis

http://www.alternativenews.org/english/index.php/news/opinion/5335-the-struggle-for-rachel-corries-legacy.html

The Struggle for Rachel Corrie’s Legacy

Rather than attacking Palestinians, the strategy employed by Israel’s advocates within the corporate media establishment is to launch a thorough smear campaign against those who support Palestinian rights, whoever they may be: journalists, academics, politicians, intellectuals, activists. In order to do so, they consciously ignore the possibility of Israeli injustice or Western complicity.

 Corries_pre-verdict 

Corrie family waiting for the verdict in their civil case against Israel (Photo: Thayer Hastings, AIC) 

Last month, an Israeli court ruled that the death of Rachel Corrie, a Palestinian solidarity activist crushed by an Israeli military armored bulldozer in Gaza in 2003, was her own fault and not the result of military negligence.

But western mainstream media never once addresses the actual issues surrounding Corrie’s death : - Should the international community stand with folded arms as Israel demolishes civilian homes in the occupied Palestinian territory?

In other words, Israel’s ostensibly endless policy of ethnic cleansing is exempt from criticism. The 23-year-old American activist who felt a moral obligation to protest the crimes in which her government was complicit, however, is considered the guilty party. she died, she was acting as a human shield to prevent the demolition of homes and water wells in the Rafah refugee camp.

 The besieged Gaza Strip, a regular target of Israel’s lengthy carpet bombing campaigns and frequent land incursions, is now an open air prison, a place from which news of dozens of civilian casualties alights each week. In the West Bank, settler violence has soared over the last few years, and the daily theft of private Palestinian property is rendering a two-state solution closer and closer to impossible. The Palestinian economy, a market shackled by asymmetrical agreements to its Western benefactors and its much larger Israeli counterpart, is in ruins.

The Israeli army, on the other hand, justifies the ongoing expansion of West Bank settlements on security grounds, arguing that they serve as barriers between Palestinians and the state of Israel.  Settlers, in other words, are Israel’s frontline human shields. As they decry the strategy of the International Solidarity Movement in using international activists to prevent home demolitions and settler violence, neither O’Neill nor Judge Gershon mention the Israeli army’s use of over 350,000 Israeli citizens as human shields.

“We will continue,” said Craig Corrie, Rachel’s father, addressing a crowd of Palestinians and internationals two weeks ago in Beit Sahour.  “The judge accepted the testimony that the bulldozer had a blind spot. The real blind spot is Israel’s towards humanity.”

05/10/2012, 17:03 | Par Stephane M.

Dieu ne repassera pas à Bethléem. S'apercevoir que la France est une colonie soumise de l'état raciste israélien :

http://www.youtube.com/watch?v=62OorD7FacA

Lire les livres de Jacob Cohen nous permet de comprendre dans quel monde nous vivons.

"Le Printemps des Sayanim" a été édité en France.

"Dieu ne repassera pas à Bethléem" est pour l'instant édité au Maroc aux éditions Kalimate.

05/11/2012, 20:09 | Par jamesinparis

Russel Tribunal : Le témoignage des parents de Rachel Corrie © Russel Tribunal on Palestine

27/04/2013, 15:48 | Par jamesinparis

Ca continue...

For more photos visit :
http://www.sliman-khader.com

http://www.sliman-khader.com

L'Europe est complice de la politique barbare* de l'état d'Israël...

*une politique, cohérente et ininterrompue, d'expulsions massives, d'épuration ethnique, de colonisation rampante, d'apartheid, d'occupation, d'annexion des terres et des ressources, de siège illégale, de bombardements, d'émiettement, d'enclavement et d'enfermement des populations, de harcèlements et de humiliations quotidiens, et de non respect des résolutions de l'ONU et des lois et conventions internationales.

Newsletter