Mar.
02
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Mort d'une Ecole

Je dois vous faire part d’une mauvaise nouvelle qui nous a été annoncé hier en fin d’après-midi, à mes collègues et moi, par Mme la Directrice de l’Hôpital Marchant, à Toulouse : la disparitio

L'Exigence

Nous sommes ici tous assis, résorbés
Devant l'Exigence serions-nous tous rassis ?
Je m'épelle et je perçois ma peur
Accélération du pouls, vitrification de l'humeur
J'exhume de sous la peau des humeurs
Vitreuses d'angoisse
Est-ce la fin de la sieste infinie du monde
D'un monde ?

"Nous deux", de Caussimon et Ferré, ma chanson préférée

 

Ils sont partis sans crier gare
Avec leurs mômes et leurs guitares
Nos frères gitans de Saint-Ouen.
Elles sont parties, à tire-d'aile
Et sans retour, les hirondelles
Paris n'en avait plus besoin.
Flots de béton et de bêtise
Faut des drugstores et du strip-tease
Des buildings et des souterrains
Et de Boulogne et de Vincennes
Et des quais fleuris de la Seine
Bientôt, il ne restera rien.

La radicalité concrète

Alors voilà, parce qu'il arrive toujours un moment où il faut se décider, choisir son camp et mouiller la chemise, je me suis mis à militer avec le Front de Gauche et je me suis décidé à prendre ma carte à la CGT.

Et puis, parce que je ne suis pas un mouton qui exécute bêtement des consignes venues d'en haut, j'ai capté dans les messages de notre candidat aux élections présidentielles, l'apparition récurrente de l'expression : « radicalité concrète ». Cela semble capital pour Jean Luc Mélenchon que ce concept de « radicalité concrète » et comme j'ai un faible pour les concepts et l'activité intellectuelle, je m'y suis un peu intéressé.

Newsletter