Lun.
28
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Méthode Hollande : Redonner du poids aux corps intermédiaires, mais en finir avec les proximités inquiétantes !


Cet article est très passionnant, très fouillé. Il permet de comprendre qui est fait quoi avec  de F. Hollande et comment le système fonctionne. Pour être cadre et syndicaliste actif, certains noms inquiètent : Jacky Botems, son surnom de Béria, en dit long sur ses méthodes et son sectarisme, l’évocation de ce personnage peu recommandable,  controversé dans les milieux syndicaux n'est pas rassurante  . Car être fier des purges et de la chasse aux militants critiques, qualifiés bien sûr de gauchistes,  sous Notat, puis Chérèque, est loin d’être une référence. Surtout lorsque l’on connaît les personnes qu’ils soutenaient contre les camarades critiques.

 

En revanche Jean Kaspar est un syndicaliste respecté par tout le mouvement social,  unmême effort doit être fait en direction de tous les syndicats, et pas seulement de ceux qui depuis 1995 ont participé à la refondation sociale, au prix que nous connaissons : Diviser et affaiblir  le monde syndical en 1995 jusqu’en 2009 ! Le gouvernement Jospin a beaucoup écouté la CFDT et nous savons ce que cela a donné. Renforcer les corps intermédiaires et rompre avec le diviser pour gouverner, c’est ne privilégier personne ni aucun syndicat. C’est cela la décentralisation au plan social : un vrai dialogue, une écoute et  des propositions concrètes.

Prendre Raymond Soubié et sa méthode en exemple est très inquiétant, et souligne une méconnaissance  manque  du mouvement social.«  R Soubié a remis en scène (sic) le mouvement syndical pendant la crise » selon les propos d’un proche de F Hollande.  Soubié  a fait de la mise en scène, il n’a pas remis en selle le mouvement syndical, il a montré à Sarkozy comment manipuler les syndicats,  il n’a eu aucune écoute du mouvement social. F Hollande ne  devra pas retomber dans les travers des gouvernements de gauche de 81 à 93 et 97 à 2001 qui privilégiaient certains interlocuteurs plutôt que d’autres, toujours le diviser pour gouverner.

 

La proximité avec les DRH et le patronat toujours opportuniste, n’est pas rassurante. Par expérience nous connaissons des DRH  « PS » et des patrons dits de gauche, autant dans les années 81-90 ils étaient ouverts, autant depuis les années 90, il n’y a pas plus de  différence entre un  patron dit de gauche et un patron Medef,  un DRH dit de gauche et un DRH dans la ligne MEDEF. Ils gèrent tous de la même manière et appliquent les mêmes méthodes. Les DRH ont pratiqué depuis 15 ans une politique anti sociale, des méthodes abjectes : harcèlement, discrimination syndicale, surveillance du personnel, notation aberrantes, d’ailleurs la première chose à faire serait de parler de Direction du personnel, les êtres humains ne sont pas des ressources, c’est antinomique.

Les technos  par culture sont plus passionnées par ce que font les autres technocrates,que par l’innovation sociale. Il y a au PS un déficit d’écoute des problèmes du monde des salariés, les technos ont toujours en bon « jacobin » privilégié les relations au sommet et de préférences avec le patronat, plutôt qu’avec le mouvement social.

François Hollande doit mesurer les dégâts de 30 ans de néolibéralisme, de 30 de régression économique et  en dehors de la parenthèse 97-2001, et 20 ans de régression sociale. Il est dommage que l’aile gauche du PS en dehors de Vidalies, ne joue aucun rôle dans l’équipe Hollande dans le domaine du social.

L'avenir nous dira si François Hollande est en mesure de répondre aux attentes sociales.

 

Newsletter