Jeu.
24
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le véritable scandale Xavier Niel

Faudrait quand même pas nous prendre pour des gogos.

Que la fortune et la moralité de ce monsieur méritent d'être auscultées... c'est bien la moindre des choses.  
Au nom de quoi faudrait-il qu'il échappe à notre suspicion ?
Car nous sommes suspicieux.
Surtout Maurice.
(Maurice pense que toute fortune matérielle privée est le fruit d'un esprit malin. Et vous... qu'en pensez-vous ?)

Mais en fait, peu importe.
La véritable affaire, le véritable scandale qui devraient nous occuper est bien plus intéressant.

Au nom de quoi faudrait-il que nos activités de découverte, d'échange, de partage, nos curiosités, nos indignations, nos enthousiasmes, nos engueulades et nos amours numérisés, enfin toutes ces choses qui font maintenant partie de notre humanité quotidienne soient l'objet d'un quelconque commerce par je ne sais quels margoulins ?
Qu'il s'appellent Google, Niel, Facebook ou que sais-je encore ?
N'y aurait-il pas là encore quelque matière à suspicion ?
Car nous sommes suspicieux.
Surtout Félix.
(Félix pense que nous avons là de nouveaux droits à conquérir. C'est à dire de nouveaux espaces à libérer, à soustraire de la rapacité des esprit malins. Pour en faire des espaces de liberté collective, accessibles à tous, des espaces publics, gratoches. Et vous qu'en pensez-vous ?)



- Tu aurais pas tourné un peu Front de gauche Félix ? voire... communiste... même !?

- Mais enfin Maurice tu sais bien que je moi, je suis pour, pour la mondialisation... qu'est-ce que tu racontes ?

- Ah oui... c'est vrai... oui et puis... avec l'internet... tout ça...

- Oui... Principe de réalité.

- Putain ! on dirait du Cahuzac !

- Ne fais pas ton Mélenchon... les choses ne sont heureusement pas si simples.

- Avec toi c'est bien, comme le futur, la castagne a toujours de l'avenir.

- Radieux.

- Comme la nouvelle année ?

- Et bien... on va la souhaiter aussi bonne que possible à tout le monde.

- D'accord... c'est pas gagné mais pour notre première sortie depuis quelques semaines on peut pas faire moins.

Bonne année à tous.


Tous les commentaires

08/01/2013, 16:52 | Par JoëlMartin

Une personne sur France-Infos a précisé que le coup de force bloqueur de pub était illégal.

J'ai oublié son argumentation.

En tout cas, c'est une tentative de rendre Internet payant.

Niel, le Monsanto du Web ?

"Niet à Niel !" comme dirait un néo Russe...

 

08/01/2013, 21:48 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de JoëlMartin le 08/01/2013 à 16:52

Rendre internet payant ?

08/01/2013, 22:53 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 08/01/2013 à 21:48

Ben oui.

Si on coupe la pub aux sites gratuits , il deviendront payants ou ils disparaîtront.

09/01/2013, 10:36 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de JoëlMartin le 08/01/2013 à 22:53

Non Joël, je ne suis pas d'accord.

Il y a confusion, les sites gratuits ou payants n'ont rien à voir dans l'affaire.

Ceux dont il est question ce sont les "fournisseurs d'accès" (en l'occurrence Free) et les "moteurs de recherche" (en l'occurrence Google).

Mais j'avoue que la convocation de Facebook dans mon billet sème cette confusion.

 

Et je pense que ces deux fonctions, ou services,  accès et recherche, relèvent désormais de "l'intérêt général" et devraient à ce titre être sous financement et contrôle de la puissance publique.

... ce qui en effet (c'est une incidente de taille en particulier pour la gauche qui se croit de gauche) met en lumière l'impensée politique dans laquelle nous pataugeons, en cette matière comme en tant d'autres.

10/01/2013, 12:21 | Par habitus en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 09/01/2013 à 10:36

Je suis tout à fait d'accord avec le développement d'un service commun pour internet, ce n'est pas normal que ce service que nous faisons vivre aussi par notre présence et notre participation soit entre des mains privées.

09/01/2013, 11:42 | Par BobLobLaw en réponse au commentaire de JoëlMartin le 08/01/2013 à 22:53

tant mieux s'ils disparaissent. Pour ceux qui ont connu l'age d'or du net, aujourd'hui c'est devenu au mieux une grosse machine à marketing ou au pire une poubelle energivore.

11/01/2013, 19:59 | Par philipo en réponse au commentaire de JoëlMartin le 08/01/2013 à 16:52

Abrogeons ce qui fait la puissance de Niel : notre croyance collective qu'il investit qu'il produit de la richesse par

son activité d'actionnaires abrogeons

 

08/01/2013, 17:55 | Par dianne

Internet payant alors que Free est en voie de fournir le téléphone gratuit (abonnements à 2€).... Comprenne qui pourra. Du côté de la "corbeille", c'est limpide.

Si Maurice et Félix boursicotaient, ils sauraient...

Bonne année à tous les trois.Sourire

08/01/2013, 22:58 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de dianne le 08/01/2013 à 17:55

Si tous les sites Internet deviennent payants faute de pubs pour leur apporter des fonds et remplir leurs caisses, le téléphone aura beau être gratuit, il ne permettra de n'accéder qu'à des sites payants le jour où il n'y aura plus de sites gratuits...

Ou alors quelque chose m'échappe.

Mais quoi ?

09/01/2013, 10:01 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de JoëlMartin le 08/01/2013 à 22:58

Voir ci-dessus.

09/01/2013, 11:27 | Par dianne en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 09/01/2013 à 10:01

Ce n'est pas la pub que je mets en avant ici mais le fait que l'on puisse, contrairement à toutes les règles commerciales, vendre à perte (les abonnements) pour torpiller la concurrence. Les autres opérateurs vont plonger, les salariés se retrouver sur le pavé (c'est en route pour SFR). Ce sont des gredins pour la plupart, certes, mais tant qu'il y en a plusieurs, on a encore un tout petit mot à dire.

Comment la loi peut-elle permettre ça ? Se rembourser sur la capitalisation boursière en torpillant les autres ?

09/01/2013, 11:44 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de dianne le 09/01/2013 à 11:27

Il faut légiférer.

L'internet est pour l'immédiat un espace de non droit.

Et ce n'est pas illogique. C'est une révolution qui s'accompli.

10/01/2013, 12:29 | Par habitus en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 09/01/2013 à 11:44

Comme j'ai pu le lire dans le fil des lecteurs sous l'article à propos de Niel (débats becs et ongles avec machos du web), effectivement, internet s'est développé avec l'exploitation de la domination masculine, le marché du sexe. Ces pionniers du web qui ne sont en fait que des chercheurs d'or au Farwest avant que la civilisation les rattrappe et la loi, devront être soumis à la loi et peut-être aussi rendre des comptes sur leurs actes passés. Processus normal lorsqu'un nouveau territoire de "conquête" est découvert, il faut le socialiser à un moment donné. Et il me semble que le seul moyen de dépasser cette jungle économique qu'est le net, est d'en faire un service public. Y perdrons-nous de la liberté ? Tout dépend comment on le fait, et de quelle liberté nous parlons... Après, c'est toujours plus compliqué que ça car le net est mondiale, mais il a le mérite de mondialiser la question de l'avenir social ou barbare d'un service de communication...

09/01/2013, 10:20 | Par Belange

Bien sûr , l'accès à internet devrait être gratuit , comme l'eau , l'électricité etc .

mais l'accès gratuit ne suffit pas encore faut-il que tous les sites ne soient pas payants , hors si on supprime les pubs, ils deviendront payants .

09/01/2013, 10:45 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Belange le 09/01/2013 à 10:20

Salut Belange,

Mais il ne s'agit pas de supprimer la pub.

Pas de confusion.

 

10/01/2013, 10:30 | Par munstead en réponse au commentaire de Belange le 09/01/2013 à 10:20

" l'accès à internet devrait être gratuit , comme l'eau , l'électricité etc .",c'est de l'humour? Je n'ai pas très bien saisi.

09/01/2013, 11:00 | Par Belange

Je crains que si l'on nous donne l'accès gratuit , en contre partie , il faille payer davantage les sites  D'un autre côté, si l'accès à internet est public, ne craignez vous pas qu'on filtre les informations ?

09/01/2013, 12:06 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Belange le 09/01/2013 à 11:00

C'est tout l'éternel problème du contrôle de "l'état" par les citoyens, autrement dit de la démocratie.

 

Ce sujet pose donc au moins deux questions :

  1. le périmètre des vieux "états-nation" n'est-il pas de fait obsolète, disqualifié ? (c'est l'idée que je défends ici avec difficulté contre les tenants, en général FDG, de la "démondialisation" qui sont à mon avis en plein anachronisme, aveuglés par la crise économique et ses conséquences sociales du moment, certes bien réelles, mais aussi tout à fait locales.)
  2. faut-il comme semble y inviter votre remarque abandonner l'ambition de la démocratie politique pour s'en remettre à la seule loi du marché ?

10/01/2013, 12:34 | Par habitus en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 09/01/2013 à 12:06

Il n'y a pas de lois du marché, ou alors c'est la loi de la jungle, ce qu'est le net aujourd'hui. Soit le net reste le Farwest pour les chercheurs d'or, soit on en fait un service "socialisé", mais il faudra effectivement que chacun participe à son financement. Le problème est que nous avons beaucoup de mal à imaginer un service internet qui fonctionnerait radicalement différemment, et ça ne remet en rien sa dimension mondiale. L'internet "citoyen" on en est très très loin.

11/01/2013, 14:13 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de habitus le 10/01/2013 à 12:34

C'est évident... mais il n'a jamais été interdit de rêver...Innocent ou de faire des cauchemards...Incertain

En attendant, voyons internet comme une pédagogie.

09/01/2013, 12:00 | Par Belange

C'est quoi la loi du marché est-elle vraie donc incontournable ou fausse (et donc on pourrait la changer )

09/01/2013, 12:18 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Belange le 09/01/2013 à 12:00

La loi du marché n'est me semble-t-il ni vraie ni fausse.

En revanche elle défriche, privatise et solvabilise.

C'est un indéniable moteur du progrès... jusqu'au moment où l'intérêt général est en jeu et commande de politiser ces nouveaux "territoires", c'est à dire de les intégrer dans le "domaine public".

C'est me semble-t-il le cas.

09/01/2013, 12:41 | Par Belange en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 09/01/2013 à 12:18

A mon avis , la loi du marché actuelle , elle s'en fout de l'intérêt général ce qui l'intéresse c'est le profit et donc si l'accès d'internet devient gratuit , on trouvera d'autres solutions pour nous faire payer même si internet devient public ( une redevance par exemple ) et en contrepartie , on trouvera des prétextes pour qu'internet soit de moins en moins libre d'ailleurs c'est déjà commmencé , internet est une bataille ( les politiques ont bien compris qu'internet était une menace pour eux et le pouvoir ) . 

09/01/2013, 14:06 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Belange le 09/01/2013 à 12:41

Je ne comprends pas bien... la loi du marché, actuelle ou pas, bien sûr qu'elle se fout de l'intérêt général, là n'est ni ce que j'ai dit ni la question.

Et encore... il ne s'agit pas de faire d'internet un domaine public, il l'est déjà. Il s'agit de mettre sous contrôle public l'accès à internet et les fonctions de recherche (pourquoi pas d'ailleurs en concurrence avec des opérateurs privés, mais pour l'instant peu importe).

Et bien sûr qu'il faudra les financer ces services, mais il faudrait le faire par l'impôt... progressif. Et non par une redevance, comme celle de la télé que doivent souscrire à l'identique pauvres et riches.

Enfin bon... il n'y a là rien de neuf, juste le rappel de quelques principes de base.

 

09/01/2013, 14:22 | Par Belange en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 09/01/2013 à 14:06

Alors, on a intérêt à prendre des cours accélérés de hacker . Je n'aime pas le mot contrôle public ou pas .

09/01/2013, 14:57 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Belange le 09/01/2013 à 14:22

D'où peut-être l'intérêt d'un système mixte.

10/01/2013, 12:37 | Par habitus en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 09/01/2013 à 14:06

Je suis +++++ avec tout ça. Baudrillard le disait de son vivant, "la gratuité sur internet n'est qu'un piège, payer ce service commun, me semblerait normal..."

09/01/2013, 14:37 | Par melgrilab@yahoo.fr

 Toute activité sociale n'exige-t-elle pas des règles du jeu, un respect de ces règles, la sanction de leurs transgressions ? (donc un institué)

Et si gratifiante et/ou profitable qu'elle soit, ne suppose-t-elle pas un investissement à entretenir, donc un coût ?

 

Du moins me semble-t-il.

 

 

Meuh Meuh Bouton d'Or, la vvvvvache !  -  intérim de Melchior

09/01/2013, 14:58 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 09/01/2013 à 14:37

Bonjour Melchior.

10/01/2013, 12:38 | Par habitus en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 09/01/2013 à 14:58

Alors là, super d'accord...

09/01/2013, 15:49 | Par Belange

Le coût, il faut le faire payer à ceux qui font du profit sur internet comme Google, Facebook etc

09/01/2013, 17:32 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Belange le 09/01/2013 à 15:49

Oui, il faut qu'ils payent des impôts.

10/01/2013, 12:18 | Par Jacques Bolo

Toujours des conneries parce qu'on ne comprend pas le pb.

1. Free a filtré la pub. Le pb n'est pas la pub mais la "neutralité du net". Cad le fait que le fournisseur n'intervient pas sur le contenu de ce qui passe dans internet (des débats sont en cours sur ce thème).

2. Free a fait ça pour faire payer google, pas sur la pub, mais sur les vidéos de Youtube qui consomment de la bande passante. Le fournisseur d'accès, lui, paye la bande passante en fonction de la quantité à ses propres fournisseurs, les proprios des gros tuyaux.

3. Le pb de la pub concerne en fait la question du modèle économique des sites, pas de Free. Médiapart l'a résolu en devenant payant. Les autres dépendent de la pub et serrent les fesses parce que ça marche pas (d'où le fait qu'elle devient invasive et que les gens sont encore plus contre, et que ça marche encore moins).

4. Je ne vois pas pourquoi on parle des vieilles affaires de Niel que tout le monde connaît (voir sa fiche wikipedia), sinon comme méthode classique de sortir les fiches contre quelqu'un (mélange de méthode Le Monde, stal, populo, scène de ménage).

5. Salut les gogos!

11/01/2013, 14:10 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 10/01/2013 à 12:18

C'est gentil. Merci.

14/01/2013, 01:08 | Par Denis Dutoya en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 11/01/2013 à 14:10

Ils sont gentils et c'est pour ça qu'on les aime, ceux-qui-ont-tout-compris !  Clin d'œil

14/01/2013, 00:55 | Par Denis Dutoya en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 10/01/2013 à 12:18

Free « a fait ça » pour facturer à You-Tube les frais d'augmentation de la bande passante de Free ... Si les FAI se mettent au système des marges arrière, ça boostera les profits de la grande distribution (c'est le but), mais ça ne va pas améliorer la qualité de la bouffe que le consommateur trouve sur les sites !

10/01/2013, 12:20 | Par Hors Ligne

Free (Officiel)

Dans la famille Free Mobile, je demande les 4 millions et quelques de membres !

Il y a un an jour pour jour, le trublion que nous sommes s’attaquait directement à la téléphonie mobile pour forcer la concurrence à s’aligner en dessous de 20 €. La suite, nous la connaissons : des centaines d’articles de presse pour couvrir la success story de Free, un vrai « illimité » qui ravit les consommateurs qui nous écrivent et nous appellent continuellement juste pour dire « merci FREE», une croissance du parc d'abonnés unique au monde et une réputation désormais mondiale, de nouveaux services mis à disposition des Freenautes (EAP SIM, FreeWiFi secure), …


Et pourtant, les débuts n’auront pas été faciles, le trouble-fête dérange et les polémiques s’enchaînent : conférence de lancement, couverture réseau, contrat d’itinérance, pertes d’emplois de la concurrence, caractéristiques de l’offre, débit Internet, modalités d’achat du mobile, … les attaques fusent de toutes parts ! Les premières mésaventures liées à la congestion du réseau en rapport avec le succès de l’offre jette le doute sur le nouvel entrant, mais les consommateurs ne sont pas dupes et nous nous nourrissons des critiques : 3,6 millions d’abonnés en 6 mois, plus de 4,4 millions après 9 mois, et combien encore ces 3 derniers mois pour nous aider à souffler notre première bougie.

Free Mobile, c’est avant tout une promesse tenue ! Records de conquête. Non, « la vague Free » n’est pas retombée, au contraire, l’essai est transformé et les résultats impressionnants ! Le tarif moyen de l’abonnement a largement baissé, les opérateurs proposent des forfaits low cost et sans engagement, de nouveaux centres d’assistance Free Mobile voient le jour en région parisienne, les Free Centers se multiplient, l’achat du mobile nu se démocratise, conséquence logique d’une offre transparente, et les ménages français ont tous gagné en pouvoir d’achat selon plusieurs études et de très nombreux témoignages.

11/01/2013, 19:07 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Hors Ligne le 10/01/2013 à 12:20

Ah voilà le progrès en marche.

Comme si la popularité était un gage de fiabilité.

De vos profits certes. Et tant mieux pour vous, puis que là doit être votre raison d'être.

Jouïssez en paix, et bénissez les gogos... de facebook.

 

14/01/2013, 00:58 | Par Denis Dutoya en réponse au commentaire de Hors Ligne le 10/01/2013 à 12:20

Si vous pouviez organiser vos réunions Tupperware chez vous, ça serait plus cool, non ?

10/01/2013, 20:40 | Par FranckD

Il ne faut pas confondre Internet, la connexion à internet, et le Web ! Internet est un "réseau de réseaux informatiques" et il est gratuit!...

... Enfin  presque: Il repose sur des accords de peering, d'équilibre des flux de données entre les réseaux, le calcul ne se fait pas en dollars, mais en bits (plutôt en GBytesClin d'œil) -Tu me donnes "yyy"  je t'en donnes autant, notre échange est équilibré, mais si tu ne me donne que "y" alors je te donne que "y" ... et "ça rame". 

 C'est le fond de l'affaire entre Free et Google:  les "freenautes" qui regardent beaucoup "Youtube" ne fournissent en échange que peu de données aux internautes américains (en gros les pages perso...et c'est tout!). Faute de pouvoir nouer des accords de peering,  Free achète du débit a un "opérateur de transit" (Level3 communications)  américain, et aimerait bien le faire payer à Google, ça n'a pas grand chose à voir avec une croisade anti-pub

 Techniquement Internet repose sur un protocole d'échange: le TCP/IP qui à été conçu dans le but de maximiser la tolérance au pannes sur des liaisons très hétérogènes et pas forcement fiables, téléphone, satellite, fibre optique, pigeon voyageur. C'est un peu le "poney-express" ou "l'Aéro-postale": Le courrier doit passer peut importe le message et par où il passe; chaque nœud (un routeur) fait son possible pour acheminer l'information le plus vite possible en déterminant la meilleure route à l'instant t, celle-ci n'étant pas forcement la plus courte mais la plus rapide, et la plus sûre pour les précieuse information. Un programme comme "traceroute" vous indique les noeuds, leur adresse (parfois leur localisation et leur propriétaire)  que traverse votre requête pour atteindre sa cible , souvent plus d'une dizaine pour un simple "traceroute google.fr").

Internet ne hiérarchise pas les flux, peu lui importe que le message soit de la vidéo, de la téléphonie du web ou un email,  il n'ouvre pas les enveloppes pour distribuer plus vite les lettres d'amour que les factures... C'est heureux si on pense au nombre d'intervenants qui pourraient avoir des conceptions différentes de la priorité, mais de toute façon TCP/IP ne sait pas le faire!

 ...Mais si TCP/IP ne sait pas le faire rien n’empêche vraiment le propriétaire d'un routeur d'intercepter votre courrier de le lire et refermer l'enveloppe, de séparer les enveloppes bleues des jaunes, ou de refuser  d'acheminer les messages certains expéditeurs c'est le boulot des Firewalls et autres sympathiques technologies type DPI ,  la méthode préférée des dictatures, mais elle a de nombreux supporteurs chez nous "pour de bonnes raisons"...Bien sûr... faut-il ajouter Free à la liste? Il porterait alors bien mal son nom.

 

 

PS: Cette description est  très schématique . Il y a quand même quelques informations supplémentaires pour aider les routeurs à faire leur boulot: les "ports" . En effet dans un réseau (même domestique) il peut se trouver des machines spécifiques qui n'effectuent qu'une seule tâche , il faut que le routeur puisse leur distribuer les requêtes les concernant, ce qui permet éventuellement de les bloquer ou de les acheminer plus lentement... Free à déjà été pris la main dans le sac, à ralentir les ports utilisés par "Emule", gros consommateur de bande passante à l'époque. Là c'est les majors du disques qui se frottaient les mains et les internautes qui pleuraient...

 

 

 

 

 

 

Newsletter