Ven.
19
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Les campements du Marais

Dans notre République, il y a campements et campements. On sait le sort qui est réservé à ceux des Roms. Mais que Mme Reding se rassure. Toutes les tribus ne sont pas frappées de la même manière. Par exemple, dans le IIIe arrondissement de Paris, celle des Pink Flamingos a installé son minibus Volkswagen sur une place de stationnement résidentiel, au 105 de la rue Vieille-du-Temple, en septembre 2009, et squatte cette dernière depuis lors.

Quelle politique africaine pour la France ?

Mes collègues organisateurs du congrès du Réseau des études africaines en France, qui s'est tenu au Centre d'études d'Afrique noire (CEAN), à Bordeaux, du 6 au 8 septembre, m'ont demandé de donner à cette occasion une conférence sur le thème suivant: «Quelle politique africaine pour la France?»[1]. De prime abord, j'ai été saisi par l'angoisse de l'étudiant qui pioche un mauvais sujet au «Grand O» de Sciences Po.

Le piège de la lutte anti-terroriste en Afrique de l'Ouest

Depuis le 11 septembre 2001, Français et Américains se sont progressivement installés dans l'idée que l'Afrique de l'Ouest sahélienne était en passe de devenir un nouveau sanctuaire pour Al-Qaida.

Fausses frayeurs, vraies erreurs, ou comment «perdre la Turquie»

Après avoir snobé la Turquie, l'Europe s'inquiète maintenant de la voir s'éloigner. Elle discerne dans l'activisme d'Ankara au Proche et au Moyen-Orient une stratégie de substitution par rapport à l'adhésion à l'Union européenne. Elle impute au musulman Tayyip Erdogan des visées « néo-ottomanes ». Ce faisant, elle continue de ne rien comprendre au film.

Les très fâché(e)s des études postcoloniales

Dans les années 1990 se produisait à Brazzaville un groupe musical, les Très Fâchés. Suspicieuse, la Sécurité le convoqua pour savoir contre qui ils étaient fâchés. « Mais enfin, contre l'impérialisme ! », répondirent-ils. Aujourd'hui, les tenants français des études postcoloniales semblent eux aussi très fâchés, si l'on en juge par la lecture d'un livre récent, Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française, sous la direction de Nicolas Bancel, Françoise Bernault, Pascal Blanchard et al. (Paris, La Découverte, 2010, cité infra comme Rp).

L'espace public privatisé

Microethnologie d'un quartier de Paris. Il y a trois ans, le Café du Chamois vivait des jours tranquilles, au coin de la rue de la Perle et de la rue Vieille-du-Temple, dans le IIIe arrondissement. Une personnalité du show biz le racheta. Grâce à ses réseaux, aux guides touristiques, à Internet, le bar attira une clientèle branchée et cosmopolite.

Chercher ou obéir, il faut choisir !

Le chef d'escadron de gendarmerie Jean-Hugues Matelly a été radié des cadres par un décret du président de la République en date du 12 mars 2010. Sanction d'une gravité extrême.

L'islam est-il soluble dans la République ?

Dans le débat public français, l'expression « islam républicain » sonne comme un oxymore, voire une provocation –ou au mieux comme une tête de chapitre de programme présidentiel, rubrique « immigration et intégration ». Les deux termes apparaissent antinomiques ou en tout cas problématiques, selon les opinions des uns et des autres. Par Jean-François Bayart, directeur de recherche au CNRS (Sciences Po-CERI).

Lettre ouverte à Valérie Pécresse

Madame le Ministre,
Je me vois dans la pénible obligation de vous adresser cette lettre ouverte pour contribuer à dissiper le malaise qu'a créé, au sein d'une partie de la communauté scientifique nationale et internationale, le traitement, depuis cinq ans, de mon dossier personnel de candidature à une promotion au grade de directeur de recherche de classe exceptionnelle par la Direction générale du CNRS, dont vous exercez la tutelle.

Newsletter