Ven.
31
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le chaînon manquant

Trou-de-serrure.jpg

C'est une histoire que j'aime bien rappeler, même si vous la connaissez probablement déjà. Il y a très longtemps j'ai entendu Yves Coppens la raconter à la radio. Avec son ami Jean-Jacques Petter, directeur du zoo de Vincennes, le paléoanthropologue avait eu l'idée de tester l'intelligence d'un chimpanzé. À l'époque ils ne disposaient ni de caméra de surveillance ni d'autre moyen sophistiqué que de surveiller l'animal par un trou de serrure. Dans une salle du Museum d’Histoire Naturelle ils pendent donc un régime de bananes au plafond et disposent une table et une chaise à l'autre bout de la pièce. Le singe serait-il capable de se servir de ces outils ? Déplacerait-il les meubles et les empilerait-il pour atteindre le fruit convoité ? Les deux savants attendent patiemment derrière la porte. Pas un bruit ne se fait entendre. Plus étrange, Coppens collant son œil pour voir ce qui se passe ne voit absolument rien alors qu'il fait jour et que les fenêtres n'ont pas de volets. Ils ouvrent la porte pour vérifier que la serrure n'est pas bouchée. Non, tout est normal. Le chimpanzé est tranquille dans son coin. Ils referment la porte et Petter s'y colle à son tour. Et là, il voit. Devinez quoi ? L'œil du chimpanzé ! Les deux amis ont terminé la journée dans la plus grande euphorie. Coppens a décroché les bananes pour les offrir à leur sujet d'expérience, habitué qu'on le serve. J'adore cette histoire qui me rappelle la découverte du chaînon manquant entre le singe et l'homme : et bien, c'est nous, tout simplement...

Illustration : détail du tableau de Rémy Cogghe, Madame reçoit (1908) exposé à La Piscine, Roubaix.

Tous les commentaires

08/01/2013, 09:49 | Par Gilbert Pouillart

En toute rigueur', un paléo-anthropologue et un directeur de zoo ne sont pas qualifiés pour des recherches en primatologie... Et les animaux supérieurs commensaux de l'homme développent des comportements qu'ils ne manifestent jamais dans leur écosystème d'origine.

Quite à raconter une histoire, voici celle du spécialiste des insectes qui a enfermé dans des compartiments distincts mille puces. Il les sort, une par une, et à chacune, dit "Saute!" , puis la remet dans sa prison. Mille réussites sur mille :concluant! Et il écrit, sur son journal de recherches :"La puce obéit aux ordres oraux." Le lendemain, nouvelle journée d'expérimentation rigoureuse. Chaque puce sortie, il lui arrache les pattes de derrière ; puis, lui dit :"Saute!". Mille résultats négatifs. La conclusion s'impose d'elle-même : "La puce amputée des pattes arrières devient sourde."

08/01/2013, 10:02 | Par Jean-Jacques Birgé en réponse au commentaire de Gilbert Pouillart le 08/01/2013 à 09:49

Je connaissais la même boutade avec une mouche à qui l'on arrache les ailes... Mais franchement je continue à préférer l'expérience sincère de Coppens et Petter qui n'en ont pour autant tiré aucune conclusion hasardeuse ;-) J'imagine que les deux compères savaient qu'il n'y a pas de porte à la jungle !

08/01/2013, 09:52 | Par la dame du bois-joli

je ne la connaissais pas, cette anecdote est bien savoureuse, merci

Newsletter