Ven.
28
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Une découverte à Loulou

Ah ! Ce piège de la voiture que l’on conduit chargée d’enfants en quête de tout : le paysage qui file, la grosse dame et son chien, les bateaux en carton qui ornent le rond-point, les nouveaux panneaux, la route… Cette ceinture qu’ils détacheraient s’ils le pouvaient pour mieux voir entre les deux sièges de devant sans se tordre le cou. Les coups de pied dans le dossier du chauffeur pour l’appeler à prêter plus d’attention aux pourquoi de l’arrière.


Pauvre conducteur ligoté à un totem d’indiens intraitables, sans concession ni timidité aucune. Normal. Il est quand même plus facile de se colleter aux questions de fond quand on n’est pas en face à face, les yeux dans les yeux. Un mode opératoire qui désamorce les conflits ; tous les conseils en « science » de la négociation vous le diront.


Je suis à leur merci. Livré à leur besoin de tout savoir. Impossible d’échapper à leurs questions. Inutile de songer à esquiver et encore moins à fuir. L’habitacle d’une voiture est un piège clos redoutable. Le nombre de choses qui parviennent à s’y jouer est tout bonnement insoupçonnable. « Dis Papy, je t’ai posé une question. »


La voiture, pour les enfants, c’est le moment ou jamais d’obtenir ce que l’on veut.


- Dis Papy, pourquoi Céline et Jérôme ils sont pas mariés ?
- On peut vivre ensemble sans être mariés, Loulou.
- Oui mais ils ont des enfants et on peut pas avoir d’enfants si on n’est pas mariés.
- Ben, si !
- Ah, bon ! Mais ils ont fait comment si le monsieur n’a pas donné son autorisation.
- Quel monsieur ?
- Ben, le monsieur qui donne les autorisations, celui qui donne les sacs de graines.
- Il n’y a pas de monsieur, Loulou. C’est le Papa qui a le sac de graines.
- Elles sont où les graines ?
- Ben, euh… dans les coucougnettes du Papa.
Elle se tourne vers son frère : « Ben, tu vois, ta femme elle ira gratter dans ton zizi pour prendre les graines. »
- Ah ! Non, non !
- Ben, si. Si tu « voudras » un enfant c’est comme ça.


Je me sens obligé de rectifier légèrement le tir :


- Non, Loulou. La maman ne va pas gratter dans le zizi du papa, les graines elles sortent quand on s’aime très fort. Et puis on ne dit pas « si tu voudras » mais « si tu veux ».


Je tente le tout pour le tout. On ne sait jamais, une digression de derrière les fagots est toujours possible. Son frère semble d’ailleurs épouser ma tactique, qui vient tartiner sur l’aspect grammatical de l’épisode:


- Ben Papy ? Pourquoi tu nous dis toujours que les scies n’aiment pas les raies, alors ?


Mais nos tentatives dérisoires échouent lamentablement face à une Loulou intraitable:


- Mais elles, vont où les graines, alors ?


Il va me falloir boire le calice jusqu’à la lie :


- Les graines, elles sortent du zizi du papa pour aller dans le zizi de la maman.
- Ah, bon ? C’est pas la graine qui donne une fleur qu’on met dans le ventre de la maman, alors ?
- Hé, bé, non ! C’est directement la graine dans le ventre. Bon ! Tu es satisfaite là, Loulou, plus de questions ?


C’est le moment que son frère choisit pour intervenir. Il est vrai que du haut des ses neuf ans, son expérience l’autorise à éclairer sa sœur sur les fondamentaux des choses de l’amour.


- Sauf que les graines ça s’appelle pas comme ça. Ça s’appelle les spermatozoïdes.
- Les super-matozoïdes ?

Tous les commentaires

13/08/2011, 18:43 | Par Uncas

Très mignon, vraiment.

13/08/2011, 19:07 | Par Jonasz en réponse au commentaire de Uncas le 13/08/2011 à 18:43

C'est comme qui dirait de "l'happy découverte"Clin d'oeil !

13/08/2011, 18:51 | Par Anne Gentry

Je me marre ....

Je me marrais légèrement moins le jour où il a fallu expliquer le coup des graines, du zizi et du kiki, mais bon .... Ils étaient où, les grands-parents, au fait ? Jamais là quand on aurait besoin d'eux.

Surtout que ces charmants petits aiment bien aller au bout du truc, et dans les détails, histoire de vérifier qu'ils ont tout bien envisagé (quitte à aller faire plus tard des recoupements auprès de l'autre parent, mais lui il n'a plus eu qu'à répondre "oui ... oui, c'est ça ... ben oui, voilà ....).

(Sans parler des "Demande à ta mère, elle est docteur, elle saura mieux t'expliquer", mais passons ...)

Bon, pis après on peut aller voir dans les livres.

Comme le jour où, sans échappatoire because pas en voiture et rien pour me donner contenance, mon plus jeune est venu, très déterminé, s'asseoir sur mes genoux et planter ses yeux bleus dans les miens : "Bon, maman, maintenant, ça commence à bien faire, j'en ai marre, toi, tu vas me le dire : il existe, le Père Noël, ou c'est vous ?" ... Et c'est sa soeur, trois ans de plus que lui, qui a pleuré quand il s'est empressé de lui annoncer la nouvelle, "parce que, moi, j'avais encore envie d'y croire tant qu'on me le disait pas, alors il avait qu'à pas me le dire" ....

Récemment, il voulait des précisions sur les problèmes des alcoolistes.

C'est ça, les super-Loulous !

13/08/2011, 19:10 | Par Jonasz en réponse au commentaire de Anne Gentry le 13/08/2011 à 18:51

Les super-Loulous sont effectivement issues de super-matozoïdes. Quant aux alcoolistes, moi aussi je voudrais bien des éclaircissements : encore un fichier ? C'est ça ?

13/08/2011, 19:02 | Par elisa13

Jolie explication quand même, tu t'en est bien sorti. C'est mieux que l'histoire des choux et des roses, qu'on m'a servie quand j'étais petite...

Sinon, il y a les livres max-et-lili-bebes-81d3f.jpg

13/08/2011, 19:13 | Par Jonasz en réponse au commentaire de elisa13 le 13/08/2011 à 19:02

Y'a aussi Tatie Elisa. C'est cette option qui aura ma préférence, si ça se reproduit.

13/08/2011, 19:27 | Par Grain de Sel HV

Je l'adore, ta Loulou, Jonas. En plus avoir choisi le moment où Papy est pieds et poings liés au volant pour poser des questions pareilles et exiger des réponses, c'est carrément génial ! Tu l'embrasseras de ma part....

Je vois que les cigognes ne font plus recette, à part ça....

13/08/2011, 23:35 | Par Jonasz en réponse au commentaire de Grain de Sel HV le 13/08/2011 à 19:27

Alors, dès qu'un mec est en difficulté ça te réjouis, Grain. J'avais cru comprendre que tu étais un peu croyante mais de là à penser que tu étais carrément pratiquante et même prête à l'enseigner à de petites filles candides le mec-basching... la désillusion est bien cruelle.Clin d'oeil

13/08/2011, 20:27 | Par Annie Lasorne

Ha ! ha ! fastoche, les bébés, les graines, les zizis et tout ça... De la rigolade ! De la petite bière !

L'année dernière, une de mes loulouttes de 5 ans, qui n'a pas les oreilles et la langue dans sa poche (on l'appelle l'oeil de Moscou) au petit déjeuner (en plus !) : "Moi, je voudrais bien qu'on m'explique à la fin ! C'est quoi la crise ?"

Juré, craché ! Et là, hein ? Qu'est-ce qu'on répond ?...

J'ai esquivé (lâchement) : "Ah, non ! d'abord j'ai pas fini mon café et la crise, c'est pas grave, tu verras ça quand tu seras plus grande. On s'en fout d'la crise ! Finis ta tartine et arrêtes d'en mettre partout."

13/08/2011, 23:42 | Par Jonasz en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 13/08/2011 à 20:27

Terrible, Annie. Encore une qui va fomenter des révoltes, des émeutes, des révolutions même peut-être.

Une tradition féminine dans ta tribu ?

 

13/08/2011, 21:46 | Par Luciole Camay

Voilà qui me fait penser à cette mamie et sa toute petite fille à l'arrière d'une voiture sur un pont :

- regarde l'eau-l'eau ma chérie...

- non, c'est la Loire.

Marche moi dessus

13/08/2011, 23:44 | Par Jonasz en réponse au commentaire de Luciole Camay le 13/08/2011 à 21:46

Hé! Hé ! Non, mais... faut pas leur en raconter aux petites.

13/08/2011, 21:54 | Par netmamou

 

Moi je trouve que la " maman qui va gratter le zizi du papa" c'est très joli.

Y a d'l'idée quand même, non ?

Alors, Jonas qui va droit au but... fallait peut-être la laisser rêver au grattage, plutôt qu'au tirage ... Je sais, pas terrible, la plaisanterie, mais Loulou ne nous écoute pas ! Rire

 

13/08/2011, 23:49 | Par Jonasz en réponse au commentaire de netmamou le 13/08/2011 à 21:54

Non, d'accord, elle ne nous écoute pas, mais de là à se laisser aller à évoquer les délices de Capoue... Netmamou ! Ressaisissez-vous, enfin, non ne vous ressaisissez pas dans le fond !

14/08/2011, 03:20 | Par netmamou en réponse au commentaire de Jonasz le 13/08/2011 à 23:49

Jonas,

RireRireRire

 

14/08/2011, 12:12 | Par Paul Emile en réponse au commentaire de netmamou le 14/08/2011 à 03:20

Coucou Netmamou,

 

J'sais pas si c'est le moment de faire l'intéressante, c'est pour bientot ! Sourire

 

Prends-en d'la graine Clin

14/08/2011, 01:14 | Par Annie Lasorne

les délices de Capoue... Je ne connaissais pas l'expression, je suis allée chercher, merci internet et Jonas. Voilà, je vais me coucher un peu plus riche ! C'est joli, en plus, les délices de Capoue... Dire que lorsque je suis allée à Positano, j'étais à deux pas. Même les vieille loulouttes en aprennent de belles, ici.

14/08/2011, 09:11 | Par Jonasz en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 14/08/2011 à 01:14

Idem pour les vieux loulous, Annie.

14/08/2011, 07:30 | Par Philips Michel

Quelle chance ils ont ces enfants d'avoir un grand-père comme vous !

La voiture est un lieu privilégié pour les échanges intéressants, à quel que âge que ce soit. Pourquoi ? Je ne sais mais c'est ainsi !

14/08/2011, 09:23 | Par Jonasz en réponse au commentaire de Philips Michel le 14/08/2011 à 07:30

C'est on ne peut plus vrai, Michel Philips. La voiture comme lieu privilégié d'échanges. Intimité renforcée par l'isolement dans un monde clos, préservé du dehors ? Espace de confidentialité ? Sorte d'isoloir ? Espace temps si particulier du "voyage" ? Confessionnal peut-être même, pour certains ? Lieu propice aux échanges décisifs en tout cas.

La relation devient tout autre dans une voiture. On retrouvait cette sorte de temps hors du temps dans les compartiments des anciens wagons de train. Je n'ai pas de réponse non plus.

 

15/08/2011, 01:27 | Par netmamou en réponse au commentaire de Jonasz le 14/08/2011 à 09:23

Je suis d'accord avec vous sur la " voiture-lieu-qui-favorise-la parole".

Il m'est arrivé la même chose avec mes enfants, adultes pourtant. Quand ils étaient petits, c'était au restaurant ( ah!!! la crèperie !), le vendredi soir parce que j'étais crevée et j'avais la flemme de faire le dîner. Quand le papa était à l'autre bout du monde... On faisait le point dans la bonne humeur . On n'était pas à la maison, c'était la fin de la semaine et on ( je!) se sentait plus disponibles , y compris pour les choses pas marrantes ..

Je pense que pour la voiture, c'est le fait de ne pas se regarder.qui est un facteur important.. Le conducteur fixe la route ( en principe), et l'autre peut vider son sac plus facilement. Lieu clos, promiscuité donc, et la gêne qui peut parfois s'établir quand un silence se prolonge.

 

Pas nécessairement une vraie gêne, mais l'idée germe " et si je lui parlais de ça, cette chose que nous n'avons pas épuisée... puisque nous sommes tous les deux, là, à ne rien faire..." disponibles donc pour la parole.

 

En terrain neutre, et sans public. Important le " sans public"... car il y a moins de risque d'interprétation par un tiers ...

 

15/08/2011, 08:17 | Par Jonasz en réponse au commentaire de netmamou le 15/08/2011 à 01:27

Un sacré véhicule pour la rencontre, la voiture, Netmamou... C'est vrai. Je peux me rejouer quantité de scènes dans le décor que vous plantez. Et je ne dois pas être le seul.

14/08/2011, 12:06 | Par Paul Emile

Si seulement j'avais connu Jonas2 plus tôt !

 

Que de temps à rattraper, Merci Jonas2, tu me l'as déjà dit dans un billet, il n'est jamais trop tard !!!

 

Petites graines...petites graines... ????? Pas

14/08/2011, 13:08 | Par Jonasz en réponse au commentaire de Paul Emile le 14/08/2011 à 12:06

C'est trop gentil Paul Emile. Je persiste et signe: il n'est jamais trop tard; parfois il il faut juste se grouiller un peu plus mais c'est tout.Clin d'oeil

14/08/2011, 13:41 | Par Isabelle Declerck

A mon avis, tu ne vas pas t'ennuyer avec ta Loulou cher Jonas. Elle semble avoir du répondant la mignonne...

En tout cas j'adore ton explication. J'en ris encore.

Amitiés

Isabelle

14/08/2011, 16:35 | Par Jonasz en réponse au commentaire de Isabelle Declerck le 14/08/2011 à 13:41

Chaleureuses pensées inter-continentales pour toi, Isabelle.

Newsletter