Mer.
30
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le meilleur flic de Chine voulait-il rejoindre l'Amérique?

Le "monsieur propre" de Chongqing,  célèbre pour avoir débarrassé cette mégapole de ses triades et autres gangsters a été mystérieusement "muté" il y a six jours. Hier soir, il aurait tenté de fuir son pays. Pékin nie, à moitié. Fiction ou réalité?

La chute de Wang Lijun passionne la toile chinoise. Comme le rapporte Tania Branigan, du Guardian, le consulat américain de Chengdu (un bunker en plein quartier commercial et à 270 kms de Chongqing) était hier soir inhabituellement encerclé de véhicules de police chinois. Sur Weibo, le Twitter chinois, les folles rumeurs se bousculent. On y raconte que la voiture d'un officiel, surement celle de Wang Lijun, était garée devant... Les autorités américaines affirment ne pas avoir demandé cette présence policière massive qui s'en est suivie.

La suite est digne d'un film hollywoodien, du genre "Attrape moi si tu peux" de Steven Spielberg.

Boxun, un site sulfureux qui appelait aux rassemblements de jasmin à travers la Chine il y a un an, affirme que Wang tentait de livrer aux autorités américaines tout ce qu'il sait sur Bo Xilai, le tout puissant chef du PCC de Chongqing et fils d'un des compagnons de révolution de Mao, en échange de l'asile. Les américains connaissent bien la famille Bo. Le fiston Bo Guagua poursuit ses études à Harvard et parade de temps en temps en Ferrari, quand il est de retour au pays.

Bo Xilai doit sa notoriété actuelle à ce fameux nettoyage au karcher de la ville. Il a commandé un film à des scénaristes réputés pour narrer ce glorieux épisode. Mais Wang Lijun tient peut être de trop lourds secrets, moins cinématographiques, pour avoir ainsi été écarté.

Paniqué, Bo Xilai aurait ainsi envoyé 70 véhicules de la police de Chonqing à sa poursuite. Ce n'est qu'à sa sortie, sous la pression du gouvernement de Central, qu'il aurait été appréhendé... et finalement renvoyé à Pékin sous bonne escort du Guoanbu, la police secrète. Des élements peut-être bien fantaisistes, impossible à vérifier tant la culture du secret a toujours entouré les officiels chinois. La plupart des Chinois ne savent même pas si leur président a des enfants. Un autre exemple: on ne connait toujours pas officiellement l'ampleur des méfaits de Liu Zhijun, ce ministre du rail brutalement limogé l'an dernier, six mois avant le fameux crash du tgv de Wenzhou. Depuis, la presse hongkongaise a affirmé que l'homme s'octroyait une énorme commission sur chaque chantier de ligne de tgv ou accordait l'exclusivité de tous les panneaux anti-bruits à l'une de ses nombreuses maitresses.

Ce qui est sûr, c'est que le départ de cet homme ne manque pas de faire jaser les amateurs de messes basses au sein du Parti. A l'automne va démarrer l'immense raout communiste, le 18e Congres du Parti, au cours duquel tout le politburo sera chamboulé. Chacun avance ses pions. Wang Yang, chef du Parti du Guangdong, joue la carte de la résolution harmonieuse des conflits sociaux depuis le succès de Wukan. Bo Xilai jouerait celle de la fermeté. Pour la place de leader du pays, moins de suspense: Xi Jinping, dont on ne sait pas grand chose sinon qu'il est marié à une chanteuse de l'armée, succèdera à l'inflexible secrétaire général actuel Hu Jintao.

Pour tenter de calmer les rumeurs, un communiqué officiel* a finalement été publié. Depuis ce matin, Wang Lijun est tout bêtement en repos médical pour "stress". Amusant car, comme le raconte le quotidien hongkongais, Wang Lijun n'est pas un freluquet: il porte sur son corps une vingtaine de cicatrices de couteau et de balles de revolver.

* 据悉,王立军副市长因长期超负荷工作,精神高度紧张,身体严重不适,经同意,现正在接受休假式的治疗

Parions que d'autres huiles de l'élite chinoise prendront des congés thérapeutiques sous peu.

Tous les commentaires

08/02/2012, 15:35 | Par Jérôme Soldeville

Le communiqué officiel est un peu plus disert, puisqu'il évoque un "grave problème de santé" (身体严重不适) et précise que cette décision a été prise avec "avec son accord"  (经同意). Bref, un chef d'oeuvre de langue de bois "made in RPC" !

Par ailleurs, Wang Lijun me fait irrésistiblement penser au héros des romans de Qiu Xiaolong, l'inspecteur principal Chen: ainsi, dans Mort d'une héroïne rouge (Éditions Liana Lévi, 2001), ce dernier découvre la face obscure du régime à la suite du viol et de l'assassinat d'une "travailleuse modèle de la Nation".

La littérature policière chinoise est certainement la meilleure porte d'entrée pour comprendre la Chine contemporaine.

08/02/2012, 22:03 | Par Corinne N en réponse au commentaire de Jérôme Soldeville le 08/02/2012 à 15:35

...j'ai lu tous les épisodes traduits en français... j'ai adoré, bien que que je trouve qu'on mange beaucoup dans ces histoires et que ça donne envie de se précipiter ensuite dans le premier resto chinois....

08/02/2012, 22:48 | Par Jérôme Soldeville en réponse au commentaire de Corinne N le 08/02/2012 à 22:03

On y mange beaucoup parce que les Chinois passent leur temps à ... bouffer. Ce sont les véritables inventeurs de la nourriture à emporter et de la restauration rapide! C'est d'ailleurs un point commun entre les cultures françaises et chinoises, cet attachement viscéral à la nourriture. Avez-vous lu Vie et passion d'un gastronome chinois de Lu Wenfu (éd. Picquier, 1996)?

09/02/2012, 00:18 | Par Jordan Pouille en réponse au commentaire de Jérôme Soldeville le 08/02/2012 à 22:48

Je suis un adepte du "oeufs&tomate". Un plat rapide, pas cher, que l'on trouve dans tous les bouibouis, plus ou moins salés ou sucrés selon la province. Merci Jérôme pour votre délicieux commentaire !

16/02/2012, 01:10 | Par jean claude le brun en réponse au commentaire de Jérôme Soldeville le 08/02/2012 à 15:35

lire aussi le tigre blanc:paru il y a 20 ans ce polar donnait un éclairage sur l'aristocratie rouge

16/02/2012, 11:00 | Par Corinne N en réponse au commentaire de jean claude le brun le 16/02/2012 à 01:10

...je me note cette référence... merci ! :o)

08/02/2012, 18:43 | Par Jordan Pouille

Voici ce que dit le communiqué officiel:

"Il est entendu que le vice-maire Wang Lijun, qui a souffert de surmenage et d'un immense stress mental depuis longtemps, est fortement indisposé physiquement. Il suit actuellement une thérapie de repos".

08/02/2012, 20:49 | Par Jérôme Soldeville en réponse au commentaire de Jordan Pouille le 08/02/2012 à 18:43

La traduction littérale de la dernière phrase serait "traitement 治疗 sous forme 式 de prendre des vacances 休假". On imagine de quelles "vacances" il doit s'agir... C'est glaçant!


09/02/2012, 08:54 | Par GILLES WALUSINSKI

Belle expression à méditer : "thérapie de repos"

La Chine pratique aussi la "thérapie" de repos éternel = la peine de mort !

09/02/2012, 09:59 | Par Jordan Pouille

Le département d'Etat américain a bien confirmé la venue au consulat. Sur Weibo, le sujet arrive en 3e ou 4e position suivant les heures.  Au sortir du consulat, Wang Lijun aurait crié que tous les "documents" sur Bo Xilai étaient planqués à l'étranger... Affaire à suivre.

17/02/2012, 23:54 | Par François LOMBARD

je suis aussi un grand amateur de Qiu Xiaolong; je reconnais avoir découvert la chine moderne par son biais.
Pour la présence soutenue des descriptifs culinaires, je fais volontiers un parallèle avec Montalban et son Pepe Carvalho. 

Je vous recommande la lecture d'un autre auteur, suédois celui-ci, Henning Mankell. Dans son dernier ouvrage, "le Chinois"( policiers, seuil) il propose encore un autre regard sur la chine actuelle.

18/02/2012, 11:13 | Par Corinne N en réponse au commentaire de François LOMBARD le 17/02/2012 à 23:54

...merci, noté aussi... :o)

 

Newsletter