Mar.
23
Déc

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Meddias et Journalistes: Le Desert Français

MEDIAS ET JOURNALISTES :

LE DESERT FRANÇAIS  

 L’INSIGNIFIANCE DU DEBAT PUBLIC

 

          Après Nafissatou Diallo et les partouzes du Hilton à Lille. Après Depardieu en perdition, réduit à des provocations  indécentes. Après le Mariage pour tous, qui a permis aux néoconservateurs, en panne d’idées, de se coaliser contre la laïcité et de trouver une bouée de sauvetage programmatique. Après tant d’autres couacs : voilà l’affaire Florence Cassez !

          A longueur de plateaux de télévision, de micros à la radio et de plumes dans les journaux, les médias français semblent être saisis par un mal incurable : celui de l’insignifiance. Les sujets essentiels manqueraient-ils ? Chômage, pouvoir d’achat, précarité, retraites,  plans sociaux à la pelle, Europe, avenir de la jeunesse etc.…: on n’a pourtant que l’embarras du choix ! Des journalistes spécialistes de.., experts en ceci et en cela, envahissent  les plateaux de télévision, mais sont visiblement plus soucieux de faire la promotion de leurs bouquins que d’initier les vrais débats pédagogiques attendus par les Français. Où sont donc passés les grands débatteurs, les passeurs d’idées d’antan ? 

          Ces dernières 48 heures, toutes les chaînes d’infos en continu ont diffusé jusqu’à saturation les mêmes images de Florence Cassez. On peut être heureux qu’une compatriote sorte des geôles mexicaines. Mais de là à en faire une icône et une affaire d’Etat : quelle médiocrité ! Voir un Ministre des Affaires Etrangères socialiste à ses côtés pendant qu’elle clame : «  C’est Sarkozy qui m’a sauvée ! », c’est affligeant et ridicule.

          Pour couronner ce vide médiatique, voilà que débarque Monsieur David Beckham au P. S. G. ! A trente et un ans, il semble plus proche de la retraite que du terrain de foot. Il n’empêche : on ne parle que de lui ! Goodyear, P.S.A. et Renault ont disparu des écrans radars des médias pour céder  la place aux louanges de  nos amis qataris qui vont sauver la France. Ces mêmes amis, qui, semble-t-il, ont aidé les fous de Dieu à envahir le nord du Mali…

 

LES VRAIES  PREOCCUPATIONS  DES FRANÇAIS

    

          Les choix des rédactions, les conducteurs des journaux télévisés dans leur hiérarchisation de l’information, laissent souvent pantois. Pourquoi l’affaire Strauss-Kahn prend-elle le dessus dans les débats alors que les dégâts provoqués par le désordre économique mondial se propagent sur tous les continents ? En quoi les tribulations d’un comédien français, fût-il grand et aimé, sont-elles plus importantes que la crise de l’industrie automobile française ? Pour quelles raisons le débat sur le Mariage pour Tous, érigé en cause nationale sociétale, supplante-t-il  les souffrances de nos concitoyens qui subissent durement les inégalités et les injustices sociales ? En vertu de quoi l’affaire Cassez, transformée en feuilleton people,  a-t-elle pu prendre le pas sur l’expulsion, criminelle et illégale, d’une jeune maman avec son bébé de son logement de 4 m² en plein hiver ? On a l’impression que la médiocrité, le manque de courage et une sorte d’affaissement intellectuel ont envahi et congestionné le cortex de nos journalistes et de nos experts.  La gauche au pouvoir est-elle timorée ? Le précédent pouvoir de droite ne prenait pas de gants pour mettre  journalistes et experts au pas. Les plateaux de télévision, les plumes et les micros, qui étaient les parangons de la rigueur, sont devenus les défenseurs d’une politique de croissance qu’ils raillaient à l’époque. Mieux vaut tard que jamais…

          Il faut dare-dare revenir  à de vrais débats sociétaux, animés par des journalistes d’opinons diverses, avec des experts qui ne soient pas seulement les disciples d’un libéralisme agressif pour lequel les travailleurs ne sont que des variables d’ajustement au service des dividendes. Tous les jours, sur les ondes et les antennes, des journalistes néoconservateurs se lâchent sans retenue. On a l’impression que certains ont troqué leur carte de presse contre celle d’un parti de droite. Comment se fait-il que l’on voie si rarement  des journalistes de Médiapart ou de  Libération invités à débattre ?

          Le public en a plus qu’assez. Les citoyens ne sont pas débiles, contrairement à ce que pensent certains. Ne l’oublions pas : le peuple français peut avoir des réactions imprévisibles et brutales ! Or, ces temps-ci, beaucoup ont l’impression qu’on les enfume. Qu’on les prend pour des abrutis…Attention !

          Il est grand temps que les journalistes reprennent conscience de leur rôle de Chiens de Garde de la démocratie et de la République.

    « Qui crache en l’air, doit s’attendre à recevoir des crachats sur le visage » (Proverbe africain. Cote d’Ivoire)

 

  1. A.    DE KITIKI

 

(2 février 2013)

   

    

 

 

 

 

Tous les commentaires

03/02/2013, 16:19 | Par béli

Vous oubliez de parler des journalistes de "  L'Humanité  , de " Fakir " et autres publications."

03/02/2013, 18:49 | Par joseph Akouissonne en réponse au commentaire de béli le 03/02/2013 à 16:19

Bonjour.Vous avez raison de signaler ses oublis. Mea Culpa

Newsletter