Ven.
31
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le cadeau de Hollande et de Moscovici aux spéculateurs contesté

Le Président de la République avait pris, durant la campagne présidentielle, l’engagement de décourager la spéculation par le biais d’une loi bancaire qui sépare les activités spéculatives des activités utiles à l’économie.

En novembre, Pierre Moscovici a réaffirmé cet engagement devant l’Association des Maires de France (AMF) à l’occasion de la neuvième édition de l’Entretien de l’AMF consacré au financement de l’économie.

Un objectif : remettre la finance au service de l’économie

Notre système bancaire souffre aujourd’hui de trois carences fondamentales responsables des difficultés des banques et pénalisant en bout de chaine l’Etat, le contribuable et les déposants. D’une part une mauvaise appréciation des risques financiers tant de la part de certains établissements que des superviseurs. D’autre part des procédures inefficaces en matière de résolution de crises bancaires trop souvent réduite au « too big to fail », c’est à dire à considérer que la taille d’une banque ou d’une institution financière est trop importante pour que sa faillite n’ait pas des conséquences désastreuses sur l’économie, et qu’elle devrait par conséquent être renflouée via les pouvoirs publics dès lors que le risque de faillite est avéré. Enfin une supervision trop axée sur le suivi de risque individuel de chaque banque et n’appréhendant pas correctement les risques de dysfonctionnements majeurs de l’économie et la dégradation sinon la paralysie de l’ensemble du système financier.

Pression des lobbies bancaire

Sous la pression des lobbies bancaires, le gouvernement Hollande-Ayrault a renoncé à la séparation entre les banques de détail tournées vers l’économie et les banques d’investissement tournées vers les marchés financiers et la spéculation. 

L’article 1 de la future loi stipule que les opérations de marché sur instruments financiers pourront rester dans la banque de détail sous la forme de filiales. Ce qui amènera nos banques à continuer de spéculer et de prendre des risques avec l’argent de la population.

La note de Gaël Giraud qui met le feu à Bercy

Depuis lundi, c'est une note, décapante, qui circule de l'Assemblée Nationale au Sénat, et  qui rend Bercy, et les banques un peu fébriles, semble-t-il.(Source % Attac) Elle est signée par Gaël Giraud, économiste et spécialiste de la régulation financière. Elle fait 30 pages et des copies circulent, en effet, depuis quelques jours, au sein des groupes Europe Ecologie Les Verts, PS, UMP et Front du Gauche, à l'Assemblée Nationale. Avec un certain succès. Cette note, c'est une évaluation de la réforme bancaire, présentée par le gouvernement, en décembre. C'est celle qui propose de couper les banques françaises en 2, de séparer leurs activités dites "spéculatives", de celles permettant le financement direct de l'économie. On a déjà entendu beaucoup de critiques de cette réforme, la note de Gaël Giraud semble porter le coup de grâce. Sa méthode est simple: l'économiste a diagnostiqué 5 dangers liés au système bancaire actuel, c'est -à-dire le modèle de banque "mixte", ou universelle, qui mélange activités de marchés (sur les marchés financiers) et activités commerciales (de financement de l'économie, grâce aux dépôts collectés). 5 dangers, parmi les lesquels les conflits d'intérêt, la menace sur les dépôts ou encore l'extension de la garantie de l'Etat, qui fait qu'un final, ce sont les contribuables qui assurent les risques pris par les banques. Gaël Giraud compare ensuite les différentes façons de couper les banques en 2, proposées à travers le monde (la règle Volker aux Etats-Unis, l'option Vickers en Grande-Bretagne, le rapport du groupe Liikanen en Europe, et encore le vieux Glass-Steagall Act, mis en place aux Etats-Unis, en 1933 et abandonné ensuite). Il évalue enfin la réforme française et compare. Sa conclusion est sans appel: le projet "Moscovici" "ne résoud aucun des 5 problèmes repérés. Il cumule toutes les faiblesses des autres réformes, sans hériter d'aucune de leur qualité". C'est clair, c'est net. La note souligne, aussi, que l'interdiction du Trading Haute Fréquence ("la spéculation par ordinateur à la milli-seconde), contenue dans la réforme française, n'est que de façade: "90% de ces activités purement spéculatives échapperaient au couperet", selon Gaël Giraud. N'en jettez plus! La note, et on le comprend, ne plaît pas, du tout, à Bercy. Et alors qu'elle était discutée, ce matin  à la Sorbonne, à l'occasion d'une conférence publique, le ministère de l'Economie et des Finances a dépêché, en urgence, son conseiller économique, Thomas Philippon, pour venir défendre sa réforme. Gaël Giraud veut y voir, de la part de Bercy, le signe d'une certaine fébrilité, à quelques jours de l'examen du texte, au Parlement.

Les promesses oubliées de François Hollande

"Je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire", a lancé François Hollande lors de son premier meeting de campagne il y a un an, au Bourget. "Il n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti. Il ne présentera jamais sa candidature. Il ne sera pas élu. Et pourtant, il gouverne", a ajouté le candidat socialiste à l'élection présidentielle. "Mon adversaire, c'est le monde de la finance", a lancé François Hollande.

"En 20 ans, la finance a pris le contrôle de nos vies. En une fraction de secondes, il est désormais possible de déplacer des sommes astronomiques, de faire tomber les banques. Les G20 se sont succédé sans résultat tangibles. En Europe, seize réunions de la dernière chance n'ont jamais rien donné. Les banques, sauvées par les Etats mangent la main de ceux qui les ont nourri. Ainsi la finance s'est affranchie de toute règle, de toute morale, de tout contrôle", avait-t-il ajouté.

Tous les commentaires

23/01/2013, 05:23 | Par DANIELE BARBIER

Les banques sauvées par les Etats. En France, pour combien de milliards? sans contre-partie!

Combien de milliards  lui faudrait-il pour sauver les caisses de retraite, d'indemnisation du chômage, de la sécurité sociale, combien de milliards ?

 

 

23/01/2013, 19:48 | Par Jean-Christophe Chevalier

Une seule question : comment récupérer cette note ?

Newsletter