Mer.
01
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

«Merci Raymond Aubrac»: discours résistants, silence présidentiel

Mediapart publie les textes des deux discours d’hommage à Raymond Aubrac prononcés, lundi 16 avril, aux Invalides, par Jean-Louis Crémieux-Brilhac et Jacques Vistel. Faisant souffler l’esprit du Conseil national de la Résistance, ils résonnaient comme le désaveu d’une présidence qui en fut la négation. Contraint au silence par la volonté de la famille, Nicolas Sarkozy ne put qu’écouter ces paroles qui, de l’espérance communiste à l’exigence décolonisatrice, lui faisaient en quelque sorte la leçon.


Les honneurs militaires rendus à Raymond Aubrac dans la Cour d’honneur des Invalides ne furent pas aussi populaires que l’avaient souhaité ses proches (lire ici notre hommage au résistant disparu). Effet habituel du présidentialisme français ou conjoncturel des craintes présidentielles, l’entrée fut bloquée pendant une bonne demi-heure au prétexte de l’arrivée de Nicolas Sarkozy, empêchant une masse de gens, de toutes générations, de rejoindre à temps la cérémonie. Comme en témoigne la vidéo ci-dessous, réalisée par Hugo Vitrani, de vieux résistants furent un temps refoulés tout comme l’ont été des compagnons, des amis, des proches, des jeunes et des moins jeunes, des journalistes, etc., tout simplement des personnes qui se sentaient concernées par l’actualité du message légué par la vie d’engagement du disparu.


Conclue par le Chant des partisans, dont Raymond Aubrac aimait rappeller la mélodie soviétique témoignant d’une fraternité des peuples français et russe dans le combat contre le fascisme et le nazisme (voir ici une vidéo où il l’explique), la cérémonie reposa essentiellement sur les deux discours prononcés au nom de l’héritage de la Résistance. Deux discours formidables par leur tenue et leur hauteur, d’une grande dignité sans aucune concession sur le fond. Le premier fut celui de Jean-Louis Crémieux-Brilhac, haut fonctionnaire et historien, qui avait connu les Aubrac à Londres où il avait lui-même rejoint la France Libre. Le second fut celui de Jacques Vistel, président de la Fondation de la Résistance, fils du Compagnon de la Libération Alban Vistel.

En remerciant leurs auteurs et les proches de Raymond Aubrac d’avoir bien voulu nous les confier, nous les publions intégralement en invitant tous nos lecteurs à les faire partager tant ils disent l’actualité du programme du Conseil national de la Résistance.


Discours de Jean-Louis Crémieux-Brilhac


Raymond Aubrac, il n'est pas un journal de France qui, cette semaine, n'ait consacré une page à honorer le dernier grand représentant de la Résistance disparu. Les responsables de tout bord lui ont rendu hommage. Plus discrètement, des hommes et des femmes ont exprimé leur émotion. Mercredi soir, une loge maçonnique parisienne, bien qu'il ne fût pas maçon, vouait sa séance à sa mémoire; jeudi, au lycée Benjamin Franklin d'Orléans, en préambule à une conférence sur la Résistance, 200 élèves se recueillaient debout durant une minute de silence en son hommage. A quoi tient un ébranlement d'émotions sans précédent? A ce qu'ayant été l'un des tout premiers résistants, sa disparition semble clore un chapitre qui n'est plus déjà pour la plupart des Français que de l'histoire? A cause d'une médiatisation poussée à l'extrême? A cause de Lucie? Dans une période où les Français doutent d'eux-mêmes, je crois que Raymond et Lucie étaient devenus, de leur vivant déjà, une référence et un exemple pour tous ceux qui se réclament des combats de la Résistance et des valeurs qu'ils ont incarnées.

Ce nom d'Aubrac, il y a 69 ans, que, jeune officier de la France Libre, je l'ai entendu prononcé pour la première fois : dans les derniers jours de juin 1943, des télégrammes reçus à Londres depuis la clandestinité nous apprenaient le drame survenu à Caluire, Jean Moulin avait été arrêté avec l'état-major-militaire clandestin de l'Armée secrète, dont Aubrac. Le drame humain se doublait d'une catastrophe politico-stratégique : la structure centrale de la Résistance était abattue. Plusieurs chefs de mouvements étaient alors présents à Londres. Celui que j'ai vu le plus secoué par la nouvelle était le chef du mouvement Libération, Emmanuel d'Astier de La Vigerie, qui, avant de retourner lui-même dans la nuit de la clandestinité, ne cessait de parler d'Aubrac, de s'enquérir d'Aubrac.

Car le jeune ingénieur des ponts et chaussées Raymond Aubrac et sa femme, l'agrégée d'histoire Lucie, avaient été des tout premiers pionniers de la Résistance à ses cotés dès la fm de 1940, ils avaient fabriqué et distribué des tracts, Raymond avait dessiné le titre dujournal clandestin Libération pour son premier numéro, paru en juillet 1941, Raymond avait recruté les premiers distributeurs grâce auxquels se constituaient ici et là , puis de ville en ville, dans la zone sud, des réseaux de sympathisants qui devenaient des groupes de militants, comme une circulation sanguine que le journal aurait alimenté, expliquait-il plus tard. C'était le temps où la désobéissance était la première manifestation de la liberté, écrira-t-il encore. Venant de l'extrême gauche, imprégné de culture marxiste sans jamais vouloir adhérer à un parti, alors que Lucie avait appartenu aux Jeunesses communistes, il avait encouragé d'Astier à nouer des liens étroits avec Daniel Mayer, qui tentait de constituer un parti socialiste clandestin en zone non occupée.

En janvier 1942, Jean Moulin avait été parachuté en France pour coordonner les mouvements sous l'égide de De Gaulle et constituer une Armée secrète, c'est avec Aubrac qu'il avait eu le premier contact clandestin, leur rencontre devait avoir lieu sous la colonnade du théâtre municipal de Lyon, un mot de passe avait été prévu pour qu'ils se reconnaissent, l'un devait dire: «La lune est verte» et l'autre répondre: «Non, elle est carrée». Ses responsabilités n'avaient ensuite cessé de croître à mesure que le mouvement s'amplifiait, il avait été chargé de mettre sur pied au sein du mouvement Libération un secteur orienté vers l'action militaire, d'abord en regroupant de jeunes militants et des ouvriers en groupes d'action par sizaines, puis en essayant de trouver des responsables départementaux de cette action paramilitaire qui soutiendrait, au moment venu, le lointain débarquement.. Fin 1942, quand, sous l'autorité de Moulin, avait été créée l'Armée secrète, il avait participé à la désignation des responsables départementaux communs de l'AS. Ainsi était-il devenu l'un des membres de l'état-major du général Delestraint, commandant en chef de l'Armée secrète, que les Allemands allaient arrêter le 9 juin 1943. C'est à la suite de cette arrestation qu'avait été convoquée la réunion de Caluire où il devait être nommé chef provisoire de l'Armée secrète pour la zone nord.

Sur le sort des huit hommes arrêtés à Caluire, malgré tous les efforts pour les secourir ou seulement pour savoir, l'incertitude dura longtemps. Trois mois après leur arrestation, fin octobre, deux télégrammes parvenus à Londres nous apprenaient qu'une voiture cellulaire de la Gestapo avait été attaquée par des patriotes en plein Lyon et qu'Aubrac et seize autre détenus avaient été libérés, que Lucie Aubrac avait participé à l'exploit. Il fallait que Lucie, Raymond et leur jeune fils soient exfiltrés d'urgence de France. Mais une météo désastreuse interrompit toutes les liaisons clandestines tant aériennes que maritimes de la mi-novembre 43 au début de février 1944. On devinait les Aubrac errant cachés de gîte en gîte. Ce fut seulement dans la nuit du 8 au 9 février, qu'un bombardier léger de la Royal Air Force réussit à se poser près de Bletterans, dans le Jura pour les embarquer. L'opération elle-même fut dramatique, l'avion s'était embourbé dans la neige et la boue, il fallut trois heures d'efforts et le secours des habitants du village voisin pour qu'il pût décoller, en renonçant à embarquer la plupart des autres passagers.

Trois jours plus tard, Lucie Aubrac donnait naissance à Londres à son second enfant, sa fille Catherine surnommée Catherine-Mitraillette, tandis que les journaux, enfin informés, célébraient l'extraordinaire exploit de cette jeune femme qui avait réussi au culot à faire libérer son mari lors d'une première arrestation au printemps 1943, et qui après Caluire, tout enceinte qu'elle fût, avait dirigé, mitraillette en main en pleine journée, en plein Lyon, l'attaque du camion allemand transportant des détenus de la Résistance.

C'est alors que j'ai connu Raymond et Lucie Aubrac. Ce qui n'était pour moi qu'un nom s'incarnait en un couple. Tandis que Raymond allait occuper un poste de représentant de la Résistance à l'Assemblée consultative provisoire d'Alger, Lucie et moi avons collaboré au sein de l'antenne londonienne du commissariat à l'Intérieur. De ces mois de 1944 où nous vivions dans la préparation de ce qu'on appelait l'insurrection nationale date entre nous une amitié qui ne s'est jamais démentie: même combat, même patrie… Depuis 69 ans, dans le cercle de plus en plus étroit des survivants, les liens sont devenus plus clairement ceux d'une fraternité. C'est à cette fraternité que je dois aujourd'hui aux enfants de Raymond et Lucie l'honneur bouleversant de prononcer cet adieu.

Mais le combat n'était pas fini : pour Raymond Aubrac, il n'a jamais été fini. A Alger, écarté par une déplaisante coalition du poste de directeur politique du commissariat à l'Intérieur, il s'engagea dans les parachutistes et en connut la rude discipline Nous avons passé côte à côte le mois de juillet 1944. Et le 6 août, de Gaulle le nommait commissaire de la République pour la région de Marseille, afin de prendre fonction dès qu'aurait réussi le débarquement en Provence.

Ici commence pour Raymond Aubrac une carrière de trois ans de grand serviteur de l'Etat. Il arrive à Marseille encore en plein combat, il a trente ans, il est presque seul, il doit assumer toutes les responsabilités, y compris le droit de grâce. Il faut imposer l'ordre dans une ville et une région en ébullition: il y crée les Forces républicaines de sécurité, recrutées parmi les FFI et les policiers des Groupes mobiles ayant prouvé leur patriotisme. Il faut présider à une épuration efficace, mais conforme au droit alors que des autorités irrégulières multiplient les arrestations: il met en place les premières cours de justice créées en France libérée. Il faut relancer l'économie locale, il réquisitionne en quinze jours quinze entreprises employant quinze mille ouvriers et fait augmenter les salaires tout en limitant l'inflation. S'appuyant sur la gauche marseillaise, mais critiqué par des socialistes qui le dénoncent comme un rouge, il est le premier commissaire de la République relevé de ses fonctions en janvier 1945.

C'est pour prendre d'autres responsabilités, celles du déminage. Près de 15 millions de mines laissées par les Alllemands rendent inaccessibles 500 000 hectares le long des côtes, de la frontière belge à la frontière italienne, mais aussi dans toutes les zones de combats, de la Normandie et la Bretagne aux Vosges et à l'Alsace. Il obtient du gouvernement puis des Alliés d'utiliser 48000 prisonniers allemands de concert avec 3000 démineurs français, l'essentiel est accompli fin 1945, au prix élevé qui lui a été reproché, mais pouvait-on faire mieux, de quelque 500 tués et 700 blessés parmi les démineurs français, Jusqu'au départ des ministres communistes du gouvernement en 1947, Raymond Aubrac, proche d'eux, contribue à la tâche de reconstruction. Après quoi une nouvelle vie commence qui sera une nouvelle suite d'engagements au service des idéaux qui l'ont guidé durant la Résistance.

C'est dans cette autre vie que Caluire le rattrape dans les années 1970, quand le Gestapiste Barbie, le tortionnaire de Jean Moulin, est livré à la justice française et que, pour semer la division dans l'opinion, il prétend qu'Aubrac, qui avait été arrêté en mars 1943, puis libéré dans des conditions bien connues grâce à l'intervention de Lucie, aurait été l'informateur ayant permis le traquenard de Caluire. L'historien que je suis, certain d'être l'interprète de la communauté des historiens, se doit de rappeler que les documents allemands retrouvés, leur concordance avec les nouveaux témoignages français et les éléments revisités des procès Hardy permettent d'établir la chaîne de trahisons, de fautes et d'imprudences qui ont conduit au drame, de confirmer les noms des responsables et des coupables et de faire justice de suspicions scandaleuses.

Raymond Aubrac est resté jusqu'à la fin de sa vie attaché aux valeurs qu'il avait défendues dans la Résistance. Il s'est acharné à en transmettre le souvenir.

En ce nouveau siècle, si loin des combats que nous avons menés ensemble, je veux redire ma peine aux enfants et petits enfants de Raymond et de Lucie. Parlant ici à leur demande comme un des tout derniers qui se souviennent, honoré, ému de le faire, je rappellerai les derniers vers de la Complainte du partisan que d'Astier composa à Londres comme un pressentiment, peu de jours avant le drame de Caluire:


Hier encore, nous étions trois
Il ne reste plus que moi
Et je tourne en rond
Dans les prisons des frontières

Le vent souffle sur les tombes
La liberté reviendra
On nous oubliera
Nous rentrerons dans l'ombre.


Dans l'ombre, Lucie et Raymond Aubrac, couple désormais mythique, continuent et continueront de dresser le flambeau de la justice et de l'espérance.


Discours de Jacques Vistel


En ce lieu de mémoire et de grandeur, depuis plus de trois siècles, la France honore ceux de ses fils qui l'ont servi et ont risqué leur vie pour elle. Il y a cinq ans, presque jour pour jour, nous entourions Raymond Aubrac dans l'hommage que la Nation rendait à Lucie, Lucie, qu'il rejoint désormais dans notre souvenir, avec celui de ses parents, morts à Auschwitz.

Aujourd'hui, la Nation tout entière réunie honore Raymond Aubrac, avec un cœur lourd, mais aussi plein de reconnaissance; d'abord, parce qu'il a lui aussi risqué sa vie, tant de fois, pour la France, mais aussi parce que la Résistance dit adieu ce matin à l'un de ses fils les plus illustres, les plus courageux et les plus fidèles à son héritage.

La vie de Raymond Aubrac fut riche d'expériences incroyablement diverses, en France et dans ce que l'on appelait le « Tiers monde », guidée toujours par les valeurs qui fondèrent son engagement dans la Résistance lorsqu'il n'avait que vingt six ans.

Cet engagement qui vient de nous être rappelé, comme ceux qui suivirent pendant les quelques soixante dix ans écoulés depuis la Libération, c'est De Gaulle lui même qui l'a le mieux résumé dans une dédicace rédigée lorsqu'il visita Marseille libérée: «A Raymond Aubrac, qui a tant fait dans la lutte et qu'il lui faut tant et tant faire dans la Rénovation ». Le programme était tracé, il fut rempli, au delà sans doute de ce que De Gaulle imaginait. Comme tant d'autres Résistants, Raymond Aubrac s'était engagé dans la lutte clandestine pour libérer la Patrie; comme pour d'autres, son but était l'écrasement du nazisme et de sa folie antisémite. Mais Raymond Aubrac s'engagea aussi avec la volonté de construire, ensuite, une France plus juste et un monde plus humain. Ce fut la tâche qu'il s'assigna, jusqu'à sa mort.

Après le Commissariat de la République à Marseille, où ne manquèrent ni les problèmes ni les embûches politiques, il fut chargé, comme il vient d'être rappelé, du déminage de la France, tâche sans gloire, écrira -t-il, mais préalable indispensable à la reconstruction du pays.

On proposa ensuite à Raymond Aubrac des fonctions administratives au sein de corps d'inspection prestigieux qu'il dédaigna; alors dans sa trentaine, il souhaitait agir et accomplir sa vocation d'ingénieur des Ponts. Avec des amis que la terminologie de l'époque qualifiait de «compagnons de route» du Parti communiste, il créa un bureau d'études spécialisé dans les infrastructures et la construction, auquel il consacra dix ans, jusqu'en 1958. Il travailla souvent avec des municipalités communistes qui devaient reconstruire équipements et logements, puis avec les nouvelles démocraties populaires dévastées par la guerre. Des amitiés se nouèrent ou se renouèrent, ainsi avec Arthur London qui, libéré en 1956, lui fit le récit des procès et des prisons staliniens. Raymond Aubrac découvrit alors la réalité du «socialisme réel», puis s'éloigna du bureau d'études qu'il avait créé, pour consacrer désormais sa vie au développement du Tiers Monde et à la lutte contre la faim.

C'est le Maroc qui venait d'accéder à l'indépendance, qu'il choisit au début de 1958, pour devenir le conseiller du Ministre de l'économie. Il comprit d'emblée que, l'ère du protectorat étant close, sa tâche consistait à guider et soutenir l'effort de développement, sans interférer dans les choix politiques des nouveaux responsables, et en préparant la relève par des cadres marocains. Son goût de l'action et ses talents d'ingénieur se donnèrent libre cours: il créa un Office national des Irrigations, dont il fut le Secrétaire général et mit sur pied l'industrie sucrière marocaine.

Son action fut remarquée par le Directeur général de la F.A.O. qui, en 1963, lui demanda de rejoindre l'organisation internationale à Rome. Il en devint le directeur administratif et fmancier. C'est alors qu'explorant les voies d'une mission internationale, je lui rendis visite pour la première fois. La F.A.O. l'avait mis en contact avec le Directeur de la Banque mondiale, Robert Mac Namara, le Secrétaire à la défense de la guerre du Viet Nam jusqu'en 1967, sa présence à Rome l'avait rapproché du Vatican: il put ainsi jouer un rôle capital lorsque l 'heure fut venue d'œuvrer pour la paix au Viet Nam.

Le Viet Nam fut pour Raymond Aubrac une longue aventure et une constante passion. En juillet 1946, lui et Lucie furent conviés à rencontrer Ho Chi Minh venu à Paris pour tenter de construire, après la défaite japonaise, un Viet Nam libre associé à l'Union française, tel que l'imaginaient aussi Leclerc et Jean Sainteny; l'occasion, on le sait, fut manquée et une guerre, qui était évitable, s'ensuivit. Mais Raymond Aubrac noua alors avec les Viet Namiens, et d'abord avec Ho Chi Minh, une amitié qui ne s'acheva qu'avec la mort. Ho Chi Minh avait eu connaissance de l'action menée à Marseille par Raymond Aubrac en faveur des Vietnamiens amenés en Métropole en 1939 pour remplacer la main d'œuvre mobilisée, et que Vichy avait ensuite internés dans des camps. Il s'invita pendant six semaines dans la maison familiale des Aubrac et souhaita, en toute laïcité, être le parrain d'Elisabeth, née pendant son séjour.

La décolonisation divisa les Résistants: il y eut ceux pour qui le rang retrouvé par la France après l'humiliation de 1940 impliquait le maintien de son empire colonial, et ceux qui jugèrent que l'idéal libérateur de la Résistance devait entraîner la libération des peuples colonisés. Le choix de Raymond Aubrac fut, comme l'avait montré sa mission marocaine, sans équivoque. Connaissant à la fois les liens qu'il avait noué avec les dirigeants Nord-vietnamiens et le souvenir heureux qu'il avait gardé de son séjour d'étudiant à Harvard, les Américains lui demandèrent, en 1967, de tenter les premières approches pour une négociation de paix. Raymond Aubrac commença alors de très nombreuses navettes entre Rome, Paris, Washington, où Henry Kissinger était son correspondant, et Hanoï, qu'on ne pouvait alors rallier qu'en plusieurs jours, via Pnom Penh, en utilisant un vol hebdomadaire maintenu depuis les accords de Genève de 1954. Le but était alors de stopper les bombardements américains sur le Nord Viet Nam. La négociation échoua, les bombardements, un temps ralentis, reprirent, la guerre s'accentua, emportant le Cambodge dans la tourmente.

Cinq ans plus tard, alors que les négociations de paix se traînaient à Paris, les chefs militaires américains conçurent le projet insensé de bombarder les digues qui protégeaient les villages de la plaine du fleuve rouge. Informé, Raymond Aubrac prit contact avec le Secrétaire d'Etat du Pape Paul VI, Monseigneur Villot, ancien archevêque de Lyon. Immédiatement convaincu qu'il fallait agir, le Cardinal lui demanda de préparer un texte avec la Curie; ce texte, lu par le Pape le dimanche 9 juillet devant la foule réunie place Saint Pierre, convainquit le Président Nixon que le projet de ses militaires devait être abandonné.

La paix enfin revenue au Viet Nam, Raymond Aubrac se dépensa pour que toutes les agences de l'O.N.U. concourent à la reconstruction du pays. En mai 1975, reçu à la banque mondiale par Robert Mac Namara, il lui transmit un message du premier Ministre Pham Van Dong: la guerre était terminée, mais des milliers de Viet Namiens étaient chaque jour victimes des mines posées partout dans les campagnes du sud par les Américains. Si ceux-ci consentaient à transmettre à leurs anciens ennemis leurs plans des champs de mines, le déminage pourrait être effectué rapidement et efficacement, épargnant aux populations morts et mutilations. Mac Namara parut profondément bouleversé par le plaidoyer de Raymond Aubrac et répondit que, bien qu'il n'appartint plus au gouvernement des Etats Unis, il prendrait contact avec le Pentagone. Quelques semaines plus tard, les Viet Namiens reçurent, secrètement, les plans qu'ils désiraient.

En 1976, l'âge mit un terme à la carrière professionnelle de Raymond Aubrac. Mais, pour un homme comme lui, l'action ne pouvait s'arrêter là. Curieux de tout, accueillant à tous, avec son extrême gentillesse, et un sourire plein d'une malice distanciée, il était toujours disponible pour la tâche de transmission qui nous incombe désormais. Transmission à sa famille d'abord, dont je sais combien tous sont fiers d'avoir eu les parents et les grands parents qui furent les leurs, et qui sont fidèles à l'héritage de valeurs et d'engagement qu'ils ont reçu: c'est à ses petits enfants que Raymond Aubrac dédia ses mémoires et son dernier livre, écrit avec Renaud Hellfer-Aubrac porte le titre symbolique de Passage de témoin. Transmission aussi, par la Fondation de la Résistance dont il fut, avec Lucie un des fondateurs et un donateur. C'est à la Fondation que furent versées les sommes dues à Lucie pour le travail accompli pour le film qui lui fut consacré, puis les indemnités obtenues lors du jugement condamnant un prétendu historien qui avait accusé Raymond d'avoir trahi Jean Moulin à Caluire. Lucie me dit alors: « Ce n'est pas aujourd'hui que nous allons gagner de l'argent avec la Résistance ». L'âge n'empêcha jamais Raymond Aubrac de rester en éveil et de poursuivre avec Lucie, puis seul, le combat pour les causes qui avaient nourri les engagements de toute sa vie. Jamais confiné dans le ressassement de ses actions dans la Résistance, il ne s'intéressait qu'à l'avenir, donc à la jeunesse qui en serait responsable.

Contre les menaces de retour de la bête immonde du racisme, pour la défense des valeurs de la Résistance et contre ceux qui souhaitent en finir avec elles et avec leur expression la plus forte, fondement, depuis près de soixante dix ans, de notre pacte national, le programme du C.N.R., on savait que Raymond Aubrac était toujours à nos côtés. Notre monde est loin d'avoir accompli les espoirs de la Résistance, et nous aurions tant besoin, cher Raymond, que vous nous accompagniez encore. Vous nous laissez l'exemple de votre vie, de vos engagements, de votre idéal; nous tenterons de nous en inspirer et d'y rester fidèles. En vous disant adieu, un seul mot me vient sur les lèvres: merci Raymond Aubrac.

1 commentaire sélectionné par Mediapart

Tous les commentaires

16/04/2012, 20:48 | Par Jean-Claude POTTIER

Saluons la dépouille de Raymond Aubrac, héros de la liberté et de l'honneur.

17/04/2012, 14:14 | Par [email protected] en réponse au commentaire de fabrizia le 16/04/2012 à 20:52

Quel beau geste en cet instant où le sort et le destin de la France doit se renouveller : tout l'enjeu du 22 avril et du 6 mai prochain...

Réduire au silence , c'est ce qui pouvait se faire de mieux dans l'instant que nous vivons ... Merci à sa fille qui sauve la France d'une nouvelle imposture face à l'histoire...et ses témoins du réel comme aujourd'hui où l'humanité a disparu au profit des actionnaires et de la finance qui écrase tout un peuple et même toutes les nations...qui ne sont plus maîtres de leur destin ...

Pas un mot sur leur dette, sur l'emploi, sur les salaires , la santé , les mutuelles, le dialogue social ... dans le camp des droites...

16/04/2012, 21:08 | Par Emmanuel ECKERT

Merci.

16/04/2012, 21:21 | Par chiara

C'est avec une certaine émotion que je prends connaissance de ces hommages.

La sobriété et la puissance accompagnent souvent les Grands Hommes ( Femmes), et cela fait du bien de se remémorer ce que l'obligation impérieuse du respect de la vie humaine peut produire en beauté.

Nous avons eu de la chance de connaitre en France de belles personnes, elles nous accompagnent. 

17/04/2012, 03:55 | Par ceinna coll en réponse au commentaire de robert cavaillès le 16/04/2012 à 21:23

@robert cavaillès,

Je me joins à votre réflexion !

Respect à Lucie et Raymond AUBRAC, à la famille.

La France a eu des belles personnes et en a encore ! C'est précieux !

Merci Médiapart.

17/04/2012, 14:02 | Par [email protected] en réponse au commentaire de Philippe Arnal le 16/04/2012 à 21:30

L'arrogance à l'entrée n'était pas du fait de ce résistant qui a fait le maquis pendant 15 mois...

"Pauvre France...a qui donnes tu tes bons de tabac ".... disait les anciens ??? ici tes bons d'entrée ???

18/04/2012, 13:58 | Par Sophie Ernst en réponse au commentaire de Shalom01 le 16/04/2012 à 21:49

excellente idée de mettre en valeur un ou des commentaires sélectionnés par vous. Avec la sélection opérée par les approbations des lecteurs, ça rend la rubrique commentaires beaucoup plus intéressante.

16/04/2012, 22:07 | Par citoyenne57

Ils s'en vont les uns après les autres...Mais la force de leur esprit nous accompagne car il est l'âme de notre France,la belle,la rebelle.

16/04/2012, 22:15 | Par fabrizia en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 16/04/2012 à 22:14

 Ce que Raymond Aubrac a à voir avec l'ignoble traitement infligé au Palestiniens, vous seriez bien aimable de nous l'expliquer.

16/04/2012, 22:19 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de fabrizia le 16/04/2012 à 22:15

Fabrizia

Ma question est posée à tous les résistants qui se sont battus pour sauver les juifs et les autres dont on parle si peu !

Et si vous ne voulez pas que l'on parle des palestiniens en France, il faudrait commencer à demander aux élus de gauche, comme de droite  et aux associations communautaires prenant pension  à l'Elysée de ne pas prendre la France pour une sous Préfecture israëlienne à qui on donne des ordres, jusqu'aux aéroports français  !

16/04/2012, 22:27 | Par fabrizia en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 16/04/2012 à 22:19

Vous n'avez pas répondu à ma question, mais ce n'est pas important. Croyez-moi ou pas, mais je parle beaucoup des Palestiniens en France, pour dénoncer la situation qui leur est faite.Comme Primo Levi l'avait fait (mais je parle moins bien).

16/04/2012, 22:37 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de fabrizia le 16/04/2012 à 22:27

@Fabrizina

Je n'ai pas à répondre à votre question, je n'ai jamais accusé  Mr Aubrac d'être responsable de la situation des palestiniens.

17/04/2012, 00:19 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 16/04/2012 à 22:37

@giuletta   Surtout que Lucie Aubrac m'a confié un jour qu'elle réagissait dans le métro ou la rue aux contrôles policiers musclés pour des gens aux faciès que je vous laisse imaginer ... Sa phrase ? "qu'est ce qu'il a donc fait celui-là pour qu'il soit traité ainsi ? "dixit Lucie Aubrac .

17/04/2012, 19:07 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de pinso6091 le 17/04/2012 à 00:19

Sa phrase ? "qu'est ce qu'il a donc fait celui-là pour qu'il soit traité ainsi ? "dixit Lucie Aubrac

A Pinso

Encore une obsédée..

17/04/2012, 19:31 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 17/04/2012 à 19:07

@giuletta  Clin d'œil

16/04/2012, 22:29 | Par Quoique en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 16/04/2012 à 22:19

Giulietta, pouvez-vous nous dire ce que vous avez fait pour que soit libéré le médecin palestinien torturé sous Kadhafi ?

Merci d'avance.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

16/04/2012, 23:10 | Par a6parterre en réponse au commentaire de Quoique le 16/04/2012 à 22:29

Vous n'avez pas reçu de mail d'insultes vous ?
C'est ça l'action.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

17/04/2012, 00:59 | Par denis coquereau en réponse au commentaire de fabrizia le 16/04/2012 à 22:15

fabrizia

Un facteur du copier / coller ne répond pas et pour cause    Il ne comprend ni ne lit le message  Quant a parler de RA , elle ne sait meme pas qui c'est

17/04/2012, 01:09 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de denis coquereau le 17/04/2012 à 00:59

@Coquerot

Il est certain que vous, vous  savez qui sont  les A.A..

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

16/04/2012, 23:19 | Par Quoique en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 16/04/2012 à 22:58

Heu... une réponse à ma question, Giulietta ?

16/04/2012, 23:28 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de Quoique le 16/04/2012 à 23:19

@Jésus Crie Il me semble que Giuletta voulait simplement dire que la résistance est aussi d'actualité et notamment au Moyen-Orient . Le statut de victime à un moment ne justifie pas celui de bourreau aujourd'hui . Et M Aubrac n'aurait pas dit le contraire .

17/04/2012, 00:39 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Quoique le 16/04/2012 à 23:19

@Jesus Crie

Et vous ?

17/04/2012, 01:00 | Par Quoique en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 17/04/2012 à 00:39

Rien car, même si je crois que les Palestiniens ont droit à un pays qui ne soit pas un tas de confettis, à la différence de vous je ne milite pas dans des groupes pro-palestiniens ou plus exactement anti-israéliens.

Car votre courageuse non-réponse est claire : le sort des Palestiniens ne vous intéresse que s'ils vous permettent de cogner contre Israël. S'ils sont opprimés par d'autres, ils peuvent bien crever, vous vous en foutez.

N'hésitez pas à en faire autant.

J'ajouterai que vous n'avez pas été la seule à l'ignorer : PERSONNE n'a rien fait pour libérer cet homme, ni les charmants défenseurs européens ni les pays frères, et il a fallu le naturaliser ni jordanien ni égyptien ni syrien ni quoi que ce soit, mais.. bulgare !

17/04/2012, 01:39 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Quoique le 17/04/2012 à 01:00

@Jésus Crie

Vous avez beaucoup d’imagination..pour interpréter. Je ne suis affiliée à aucun groupe.

Et les associations n'ont pas autant de pouvoir que d'autres, pour aider des prisonniers,  il suffit de comparer le sort de ce jeune franco-tunisien-palestinien incarcéré injustement pendant 7 ans, sans soutien de la France..et de la Mairie de Paris...

 

17/04/2012, 01:56 | Par denis coquereau en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 17/04/2012 à 01:39

Si , elle fait  partie d'un Groupe .Mais comme tous ces Gens qui appartiennent a ces Groupes , il ne le savent pas eux memes.....Et il ne faut surtout pas leur  révéler...

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

17/04/2012, 13:24 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de denis coquereau le 17/04/2012 à 01:56

@Coquereau

Heureusement que vous êtes là pour m'éclairer..de vos révélations..de "pitit" blanc supérieur ..

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

17/04/2012, 11:38 | Par Quoique en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 17/04/2012 à 01:39

(Réponse censurée. J’ai le doit de répondre à Giulietta, non ? Si vous la censurez, censurez aussi le message de Giulietta auquel je réagis. Je garde cette fois-ci une copie) //

Vous avez beaucoup d’imagination… pour interpréter. Je ne suis affiliée à aucun groupe.//

Vous n’êtes peut-être pas affiliée à un groupe, mais vous pleurez régulièrement sur les Palestiniens (qui le méritent) sauf celui qu'a fait torturer le Guide vert et vociférez régulièrement contre Israël. Dont, je précise, je condamne la politique extrémiste.

//Et les associations n'ont pas autant de pouvoir que d'autres, pour aider des prisonniers//

Elles ont au moins celui de manifester. Et aucune d’entre elles n’a manifesté contre Kadhafi. Il faut dire que celui-ci était comme vous un ennemi d’Israël.

17/04/2012, 12:04 | Par Edwy Plenel en réponse au commentaire de Quoique le 17/04/2012 à 11:38

Cher Jésus Crie (et chers tous), l'éthique du Net s'agissant des fils de discussion suppose de s'en tenir au sujet posé par l'article ou le billet concernés. Elle désapprouve, à juste titre, les intervenants qui s'emparent d'un fil, quel qu'en soit le thème, pour y imposer leurs obsessions, préoccupations ou campagnes. C'est un raisonnement de bon sens, conforme à ce que doit être une conversation entre interlocuteurs qui s'écoutent et se respectent. Imaginez, dans une salle publique, quelqu'un qui prend sans cesse la parole pour crier ce qui lui tient à cœur plutôt que d'intervenir dans le débat proposé. Vous n'êtes pas visé puisque vous répondiez à Giulietta, mais vous l'avez été par ricochet car, ayant moi-même signifié cette règle à Giulietta qui intervient partout, où que ce soit, quel que soit le sujet, sur le même thème – la politique israélienne –, il était inutile de prolonger cette discussion hors sujet sur ce fil.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

17/04/2012, 14:19 | Par Piva en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 17/04/2012 à 12:04

Edwy Plenel croit à l'éthique du Net qu'il réinvente en ne la connaissant pas dans sa version originale qui est britannique... ça c'est un truc typiquement français que d'aimer la néthiquette, la mentalité française aime bien limiter le liberté d'expréssion, censurer ses compatriotes, tirer d'abord et on parle ensuite. Cela fait partie de l'idéologie française et c'est tout un un art que le fascisme.

17/04/2012, 21:31 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 17/04/2012 à 12:04

Vous n'êtes pas visé puisque vous répondiez à Giulietta, mais vous l'avez été par ricochet car, ayant moi-même signifié cette règle à Giulietta qui intervient partout, où que ce soit, quel que soit le sujet, sur le même thème – la politique israélienne –, il était inutile de prolonger cette discussion hors sujet sur ce fil.

@Edwy Plenel

Ma réponse a été censurée ? Je vous répondais que vous vous trompez. J'interviens des sujets politiques ou de société variés,  avec franchise sans complaisance,  et sans hypocrisie, comme le prouve ce commentaire laissé sur votre blog.

http://blogs.mediapart.fr/blog/edwy-plenel/150412/mediapart-melenchon-et-hollande-reponse-des-critiques

http://www.mediapart.fr/journal/france/060412/affaire-bettencourt-edwy-plenel-et-fabrice-arfi-repondent-vos-questions?onglet=commentaires

Mais, vous me retrouverez toujours pour m'insurger contre les guerres d'ingérence,   la colonisation, les abus et la complaisance !.

Si vous souhaitez me stigmatiser pour mes opinions,  en me mettant dans "une case"  en m'étiquettant dans une liste noire,   cela ne me pose aucun problème" d'égo".

Et, personne ne parviendra à me décourager pour me faire taire, et  pour me forcer à me  retrancher dans le camp de la majorité silencieuse.

Monsieur Plenel, Ajoutez à mes obsessions celle de comprendre,  jusqu'à la fin de ma vie, pourquoi  pendant 130 ans, des êtres humains ont pu traiter d'autres êtres humains, comme des sous- hommes, à l'instar du traitement des palestiniens,  qui se sont vus confisqués une partie de leur pays, pour des motifs viciés, puis parqués dans des réserves, où ils sont privés de leur dignité,  et de tous les peuples subissant  jusqu'à ce jour, toutes les formes de colonialisme, grâce à des complicités politiques, et ce,  sans être inquiétés !

 Cordialement

17/04/2012, 12:33 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Quoique le 17/04/2012 à 11:38

@Jesus Crie

Vous continuez d' interpréter....

S'insurger contre le sort des palestiniens,  que les  français n'auraient jamais accepté, n'est pas être l'ennemi d'Israël.

Heureusement qu'il y a des associations "de résistants"  d'aides aux victimes, qui manifestent uniquement, dans les pays pétroliers  étiquetés  hostiles à Israël.. ou pour libérer les talibans, les iraniennes mais jamais les saoudiennes..

 

16/04/2012, 23:43 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 16/04/2012 à 23:28

@ edwy Plenel  je me permets , même si vous avez un peu raison sur le lieu de ce débat, que Raymond et Lucie Aubrac comme vous le soulignez n'auraient pas refuser de prendre position et je la connais . C'est pour cela que je ne suis pas choquée par la remarque pensant que Giuletta la connaissait aussi  ." L'obsession" dont vous parlez me choque . Vous ne connaissez pas l'histoire de Giuletta , moi non plus. Mais c'est douloureux cette histoire palestinienne . Dans des dizaines d'années les résistants à cette guerre et injustice au Moyen orient seront peut-être dans la cour d'honneur des Invalides  ? vous aurez raté quelque chose M Plenel ..

17/04/2012, 00:06 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 16/04/2012 à 23:55

@Edwy Plenel  Je ne l'ai pas perçu comme une polémique mais une suite de questions . Les mots ont des sens différents selon notre propre histoire personnelle et cela peut entrainer des incompréhensions fâcheuses . Dommage ...

17/04/2012, 19:11 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de pinso6091 le 17/04/2012 à 00:06

17/04/2012, 00:06 par pinso6091

@Edwy Plenel  Je ne l'ai pas perçu comme une polémique mais une suite de questions

@Pinso

Merci Pinso. Mes reproches ne visaient pas les Aubrac.

Je n'ai fais que poser des questions, et mettre le doigt où ça fait mal...

17/04/2012, 01:35 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 16/04/2012 à 23:55

@edwy Plenel  je ne retrouve plus la remarque que j'ai faite à Giuletta en reponse à son attaque des socialistes ; Vous m'avez censurée ? il en faut peu pour se faire censurer ?

17/04/2012, 12:57 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de pinso6091 le 17/04/2012 à 01:35

En dehors des problèmes personnels des journalistes, les deux sujets pour se faire censurer/réprimander actuellement sont l'antisionisme et le bayrouisme. Sur ce dernier thème une journaliste qui a écrit récemment un article sur François Bayrou a violemment pris à partie un abonné qui avait osé recopier une partie du programme de Bayrou dans le fil de discussion sur l'article sur Bayrou. En revanche les spams mélenchiens ne la dérangeaient pas.

Qu'Edwy Plenel donne son avis, pourquoi pas. Qu'il censure celui des autres, après tout on est chez lui, mais c'est évidemment indissociable de la politique éditoriale du site, à mon sens.

Par ailleurs Raymond Aubrac mérite d'être laissé en dehors de ces chamailleries.

18/04/2012, 22:46 | Par fxavier en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 16/04/2012 à 23:55

Edwy Plenel

 

Un hommage au grand résistant que fu Raymond Aubrac non seulement n'exclue pas de dénoncer tout "acte de collaboration" avec l'autorité occupante mais au contraire cela va de soi

Quant à votre soutien de la cause palestinienne, c'est du genre soutien à la corde du pendu

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

17/04/2012, 14:56 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Jean-Bernard FAREAU le 16/04/2012 à 23:50

@Jean-Bernard FAREAU

Pourquoi, vous et Edwy Plenel, ne parlez-vous pas "d'obsessions pro-palestinienne" ? Parce-que la question est là, les palestiniens n'ont toujours pas le droit de vivre librement ! Alors pourquoi renverser les termes ?

 

Sauf que là, il vous serait difficile de lier ces obsessions à l'antisémitisme, vous ne pourriez plus pratiquer votre désinformation, qui consiste à taxer tous les critiques de la politique israélienne d'antisémites, à plus forte raison ceux qui ne le sont pas du tout, pour les faire taire !

 

C'est la marque d'un terrorisme intellectuel, qui trouve ici son aboutissement dans la censure de commentaires !

 

17/04/2012, 17:24 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 17/04/2012 à 14:56

@Emmanuel Esliard  Exact . Raymond Aubrac est mort mais vive la résistance de tous les peuples opprimés .

17/04/2012, 00:56 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 16/04/2012 à 23:28

à ces résistants d'hier et d'aujourd'hui qui n'ont jamais économisé leurs forces dans le combat pour la justice, où que ce soit et pour qui que ce soit. Je vous invite donc à respecter cet hommage et à ne pas l'encombrer de vos obsessions anti-israéliennes.

@Edwy Plenel

Je ne savais pas qu'il était interdit de parler des politiques de gauche,  comme de droite, qui aujourd'hui n'économisent pas leurs forces pour aider un pays à continuer à être écrasé. 

Vous vous trompez, mon obsession n'est pas anti israélienne, ni antisémite, l’anathème favori, des museleurs d'opinions professionnels,   jouant du temps pour réduire les palestiniens à une future  "tribu d'indiens", mais anti -colonisation et anti occupation.

Et  voir en cette  journée en hommage d'un résistant, d'autres résistants, "d'aujourd'hui",  se faire tabasser, m'indigne et j'ignorai qu'il était interdit de le dire.

Cordialement

17/04/2012, 03:21 | Par Laurent DESVIGNES en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 17/04/2012 à 00:56

Il ne manque pas d'occasion, giulietta, de vous exprimez sur le site de Médiapart pour faire part  de votre point de vue sur Israël et la Palestine.

Mais choisir un compte rendu d'une cérémonie aux Invalides d'hommage à Raymond et Lucie Aubrac, pour chercher une polémique totalement hors sujet, est une insulte à la mémoire des Aubrac, d'authentiques résistants qui a échappé au Gestapiste Klaus Barbie, en s'évadant avec 16 autres résistants, après l'organisation par Lucie Aubrac, d'une opération audacieuse, en plein jour, dans les rues de Lyon occupé par les Nazis, consistant à attaquer un camion où se trouvait des SS armés.

Un peu de respect giulietta. 

17/04/2012, 11:46 | Par Quoique en réponse au commentaire de Laurent DESVIGNES le 17/04/2012 à 03:21

Il ne me manquera donc pas d'occasion, Laurent Desvignes, de remettre le message que MdP va peut-être encore me censurer, en arguant que ce fil est consacré à saluer (avec raison) la mémoire des Aubrac.

Je pense deux choses :

- Ceux qui voulaient honorer les Aubrac ont eu le temps de le faire.

- C'est Giulietta qui a lancé la dérive. Si MdP veut sanctionner cette dérive, qu'il censure tous les posts anti-israéliens de Giulietta sur cette note. Et alors, j'accepterai d'être censuré moi aussi.

17/04/2012, 16:58 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Laurent DESVIGNES le 17/04/2012 à 03:21

@Laurent

Je ne cherche pas une polémique, je posais des questions aux résistants, qui n'ont pas supporté de voir leur pays occupé pendant 5 ans !

En ce jour de commémoration ou la télévision rapporte aussi  des images, montrant des jeunes résistants pacifistes, se faire tabasser, et  être bloqués par des compagnies françaises posant des questions discriminantes en refusant d'embarquer des voyageurs  fichés sur des listes noires.

Me rappelant que le sans gêne des israéliens dictant leurs loi à la France, existe grâce à des politiques de gauche, qui influent par l’intersection de fonctions politiques, pour soutenir une politique de colonisation, d'occupation et d'oppression,  et qui s'affichent aux  commémorations des résistants !

17/04/2012, 18:35 | Par fxavier en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 17/04/2012 à 00:56

@Guilietta

Ta controverse engagée avec Edwy Plenel me donne une petite idée pour t'apporter mon soutien

dans cette discussion bien significative de ces "tonnes " de bonne conscience de ce "Monsieur" qui te cause d'obsession pour la cause palestinienne", alors que le "droit à la résistance" faisait bien partie de celui à qui Médiapart veut rendre un hommage, qu'à priori j'apprécie

18/04/2012, 09:42 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de fxavier le 17/04/2012 à 18:35

@FXavier

C'est Edwy Plenel qui a engagé une controverse, en affirmant que je commentais, dans tous les sujets en revenant sur Israël, ce qui est parfaitement faux.

 

 

17/04/2012, 01:14 | Par denis coquereau en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 16/04/2012 à 23:28

Edwy Plenel.........................................................Giuletta

A quoi bon  !!!!!!

 

17/04/2012, 08:03 | Par Piva en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 16/04/2012 à 23:28

C'est bien ce que je pensais: Edwy Plenel parle à la place de Raymond Aubrac  ....

Mediapart se prend pour un média Résistant !

17/04/2012, 10:37 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de Piva le 17/04/2012 à 08:03

résistant... mais avec des ciseaux de censure, sans état d'âme semble-t-il ? Je ne suis pas sûre que R Aubrac ait apprécié . Que la résistance vive !

 

17/04/2012, 12:32 | Par Stephane M. en réponse au commentaire de pinso6091 le 17/04/2012 à 10:37

à pinso6091

Sur un autre fil un de mes post a disparu sans explication.

Ce type de pratique ne correspond pas à l'image donnée par cet hommage mérité à Raymond Aubrac.

17/04/2012, 14:45 | Par Piva en réponse au commentaire de pinso6091 le 17/04/2012 à 10:37

"Méssieurs les censeurs bonsoir"

Nous l'avons tous tuer ce juif de Socrate !

17/04/2012, 11:06 | Par Marc Daniel LEVY en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 16/04/2012 à 23:28

Merci Médiapart pour cette contribution signalée en hommage à Raymond Aubrac.

Et merci , Edwy Plenel, pour vos mises au point  immédiates dans ce fil de discussion.

( J'arrête mon propre premier mouvement vers une réaction vive aux commentaires obscènes que vous pointez. J'aurai besoin d'y revenir, passés, en effet, ces moments de deuil et d'hommage.)

17/04/2012, 12:26 | Par MICHEL BOREL en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 16/04/2012 à 23:28

Merci pour cette mise au point. Militer aux côtés des Palestiniens ne signifie pas être antisémite et vouloir détruire Israël. En outre, beaucoup de lecteurs semblent ignorer qu'il existe en ce moment et plus que jamais, une résistance en Israël qui regroupe Israéliens et Palestiniens pour la fin de la colonisation ET la fin du gouvernement faciste de B. Netanyahou. Lire d'urgence "Un autre Israël est possible" de D.Vidal et M.Warschawski (ed. de l'Atelier - février 2012).

17/04/2012, 18:39 | Par Edwy Plenel en réponse au commentaire de MICHEL BOREL le 17/04/2012 à 12:26

Cher Michel Borel, vous faites bien de signaler ce livre de Dominique Vidal (qui tient un blog sur Mediapart, à retrouver ici) et de mon vieil ami Michel Warschawski, Un autre Israël est possible (Editions de l'Atelier), que j'ai présenté en compagnie des auteurs, il y a tout juste deux semaines, lors d'une conférence-débat à laquelle assistait Stéphane Hessel (voir ici le billet qui l'annonçait). Les abonnés qui utilisent Mediapart comme un levier de pure propagande anti-israélienne (bien plus que pro-palestinenne) ignorent délibérement ces débats et ces nuances ainsi que leur écho sur Mediapart. C'est, pour moi, la démonstration qu'ils cherchent autre chose, c'est-à-dire à utiliser la cause palestinienne pour diffuser xénophobie et antisémitisme (après tout, Dieudonné ne fait-il pas cause commune avec les Le Pen et leur parti anti-étrangers?), une cause que non seulement ils desservent mais dont ils n'ont que faire, étant eux-mêmes vigoureusement combattus et récusés par tous les porte-paroles légitimes du mouvement national palestinien.

17/04/2012, 20:23 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 17/04/2012 à 18:39

@Edwy Plenel   Monsieur, Imaginez que j'aille  m'installer dans votre salon et si vous êtes violent pour me faire sortir de chez vous je dirai à tout le monde que vous êtes inhumain voire terroriste. Est-ce une hypothèse que vous pourriez envisager ? Que diriez-vous de mon commentaire ? Je commence à croire ce que dit Giuletta et d'autres à propos de la manipulation de la pensée et de la volonté de confondre anti-sionnisme et antisémitisme . Vous êtes vous-même en train de me convaincre par ce dernier billet que je trouve fort de café !Pourtant il me semble que je suis une modérée qui votera Hollande dimanche mais qui se bagarre contre toute injustice . Vous et moi vous n'arrivez pas à la cheville de M Aubrac .

17/04/2012, 19:04 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 17/04/2012 à 18:39

Réponse au commentaire d'Edwy Plenel

On s'approche du coeur du problème.

Les abonnés qui...

La dénonciation du sionnisme ne revient pas à de la propagande anti-israelienne - c'est le discours sionniste qui fait cet amalgame en faisant monter les enchères dans l'échange immédiat d'insultes et d'accusations.

Ensuite on a beau jeu de se placer en arbitre et dénoncer le discours qui s'est enflammé et qui dessert en effet la cause palestinienne, mais dont le pendant sionniste n'arrange en rien les choses pour Israël.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

17/04/2012, 19:47 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 17/04/2012 à 18:39

Monsieur Plenel, maintenant les choses deviennent claires, le loup sort du bois, ce qui était enveloppé dans de la guimauve s'avère brut de décoffrage. Et en plus d'insulter nombre d'abonnés, vous croyez qu'ils sont ignorants de ce qui se passe en Israël ? C'est vous l'ignorant, coupé du peuple comme toutes "nos" élites médiacrates ! Ensuite vous vous lâchez en les assimilant à des xénophobes et des antisémites, suggérant même qu'ils rejoignent les idées de Dieudonné et par là même celles du FN !

 

C'est complètement abject, mensonger et contre votre charte, en fin de compte c'est de la diffamation pure et simple, et je vous demande fermement des excuses aux personnes que vous avez ainsi diffamées !

 

Oui vous avez des abonnés qui répandent souvent les idées que vous décrivez, mais ceux-là c'est curieux, ils le font sans la moindre entrave et s'opposent violemment à ceux que vous vouez aux gémonies !

 

Vous jouez un drôle de jeu monsieur Plenel, peut-être qu'un jour il se retournera contre vous !

 

17/04/2012, 21:25 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 17/04/2012 à 19:47

@Emmanuel

la France, l'Europe, l'ONU, les médias , continuent de nous endormir avec leur discours sur le droit du peuple palestinien à avoir un Etat, alors qu'ils savent parfaitement que cet Etat est impossible dans le cadre de cette colonisation en voie d'achèvement.  Et, qu'il s'agit d'une fiction.


 

17/04/2012, 20:19 | Par Stephane M. en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 17/04/2012 à 18:39

à Edwy Plenel, en réponse à votre post de 17/04/2012, 18:39,

Vous croyez qu'il est légitime de catégoriser aussi rapidement des posteurs ? Et de les stigmatiser de la sorte ? (et quelle stigmatisation violente ...) Simplement parce que vous ressentez les choses d'une autre manière que la leur. Les ressentis de l'ensemble des posteurs auxquels vous semblez vous en prendre ici, ne sont, d'ailleurs, manifestement pas homogènes. Ces divers posteurs ont manifestement des vécus assez différents (cela affleure parfois au détour d'un post) (et c'est une richesse que cette variété des parcours et des visions). Mais je n'ai pas vu de sentiments ou d'expressions antisémites. J'ai vu des expressions désordonnées, des raisonnements pas toujours nécessairement bien informés ou bien construits (et je m'inclus bien sûr dans ce jugement), mais c'est l'échange justement qui fait progresser tout le monde. Vous y compris, je l'espère.

Il y a de la tristesse dans votre post. J'essaie de comprendre: je pense que vous avez des amis qui sont de gauche et attachés affectivement à Israël. Je pense que vous souffrez à travers eux, des attaques contre l'état d'Israël. Je peux très bien comprendre l'attachement de quelqu'un au pays Israël.

Mais est-ce que le fait d'être attaché affectivement au pays Israël, rend le jugement sur Israël en tant qu'état plus pertinent ?

Sur certains aspects peut-être. Mais sur d'autres évidemment non.

J'imagine ici, je ne connais évidemment pas ce qui motive profondément ce post si tristement agressif.

Mais de mon côté ... Je ne sais pas si vous avez envie de comprendre des gens dont l'expression ici vous met manifestement mal à l'aise... Mais je vais tenter tout de même: cela fait plusieurs années que par intérêt pour l'actualité, je suis amené à connaître, de l'extérieur, ce qui se passe en Palestine et en Israël. Cela fait plusieurs années que ce drame est interpellant: comment est alimentée en permanence une telle tragédie, quand on avait les moyens de la résoudre ? Maintenant il devient, il me semble, impossible de la résoudre sans guerre civile en Israël, les dirigeants israéliens de gauche et de droite on créé une situation d'implantation extensive de colons pour absorber l'espace qui aurait du être celui de l'état Palestinien. Les colons sont là pour affronter les Palestiniens et leurs rendre la vie impossible.

Depuis le temps que j'observe cette situation j'ai été effondré par la gauche politique israélienne dans laquelle j'avais espéré. C'est pourquoi les gens qui ressemblent au Mouvement "la Paix maintenant" ne m'attirent pas et je ne parviendrai plus à leur faire confiance. Je parle en général, il se peut que face à un texte pertinent mon point de vue change.

Je ne parviendrai pas en tout cas à accepter des gens qui, vivant très bien en France dans une société pluriethnique, défendent dans notre monde moderne fait d'échanges intenses, un état pour une seule catégorie ethnico-culturelle, un état pour les seuls juifs, en tout cas, où les non juifs n'ont pas les mêmes droits.

Bonsoir tout de même

 

17/04/2012, 20:36 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de Stephane M. le 17/04/2012 à 20:19

@Stephane 6   Qu'est ce qu'il aurait dit R Aubrac ? A qui aurait-il donné raison dans ces échanges ? réfléchissons ....

18/04/2012, 09:48 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de pinso6091 le 17/04/2012 à 20:36


Voila ce qu'a fait Raymond Aubrac récemment pour la défense des palestiniens :


Une Autre Voix Juive (UAVJ) est le titre d'un manifeste paru en 2003 dans le Journal "Le Monde" signé par de nombreux intellectuels et artistes juifs, parmi lesquels Pierre Vidal-NaquetRaymond Aubrac, Le député européen Alain Lipietz, Mireille Mendès-France, l'ambassadeur de France Stéphane Hessel... Ce manifeste veut faire entendre "une autre voix juive" : il affirme le désaccord des signataires avec la politique menée par le gouvernement israélien et dénonce les violences contre la population palestinienne. Il soutient les forces de paix israéliennes et palestiniennes pour la réalisation des droits nationaux palestiniens, dans la paix et la sécurité pour tous les peuples du Proche-Orient.

 

Les positions d'UAVJ

  • En poursuivant l'occupation et la colonisation en Cisjordanie, en construisant le mur de séparation, en intervenant militairement à Gaza, en commettant des assassinats ciblés et des violences contre la population civile palestinienne, le gouvernement israélien fait obstacle à la réalisation de droits nationaux palestiniens, condition fondamentale d'une paix juste et durable au Proche Orient.
  • UAVJ dénonce ceux dont la solidarité avec le peuple palestinien n'est que le masque d'un antisémitisme déguisé, mais la critique de la politique israelienne ne saurait être assimilée à de l'antisémitisme.
  • la paix ne peut reposer que sur le respect des droits des peuples proclamés dans le Charte de l'ONU, qui implique le droit pour tous les peuples du Proche Orient de vivre dans des frontières sures et reconnues internationalement. UAVJ a approuvé et soutenu "l'initiative de Genève" qui constitue, avec les résultats des négociations de Taba, la base d'un accord de paix.
  • Le Hamas, quoique porté au gouvernement palestinien par une procédure démocratique, constitue une régression politique dangereuse pour le peuple palestinien. Il devrait reconnaitre qu'aucune réalisation des droits nationaux palestiniens n'est possible sans la reconnaissance de la légitimité de l'état d'Israël. La pratique des attentats visant des civils en Israël est condamnable politiquement et éthiquement. Elle n'a fait que pousser l'opinion publique israélienne vers des solutions de force.
  • UAVJ a condamné l'agression israélienne au Liban, les crimes israéliens contre les populations civiles libanaises, le bombardement des centres urbains au Liban comme le bombardement de centres urbains par le Hezbollah. Bien qu'il ait joué un rôle décisif dans la résistance à l'agression israélienne, le Hezbollah ne peut être considéré comme une force démocratique. UAVJ condamne ses liens avec l'Iran, son objectif de "destruction de l'entité sioniste" et son silence devant la politique antisémite affichée par le président Ahmadinejad.

18/04/2012, 17:45 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 18/04/2012 à 09:48

UAVJ dénonce ceux dont la solidarité avec le peuple palestinien n'est que le masque d'un antisémitisme déguisé, 

On confond ici "antisémitisme" et "judéophobie" puisque les palestiniens font partie des peuples dits "sémites" (une référence aux langues parlées et non à une hypothétique et problèmatique notion de "race" )

L'élection du Hamas n'est que le pendant de l'élection du gourvernement israëlien - ces deux là ne sont que les deux faces d'une même monnaie.

17/04/2012, 22:27 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 17/04/2012 à 18:39

@Monsieur Plenel

Pourquoi avoir censuré mon commentaire , la vérité est difficile à reconnaitre ?

Je ne participe pas à des débats car je ne crois plus à une solution pour les palestiniens, que j'assimile au cas  des indiens.

 Et je pense que tout est organisé, pour  gagner du temps afin, que les palestiniens, qui ont vu une partie de leur pays confisqué, puis le restant peu à peu colonisé,  soient acculés pour accepter des miettes et qu'ils finiront comme les indiens, décimés sur des lopins de terre.

La Cisjordanie est déjà annexée. Il ne reste déjà plus que quelques enclaves entourées de miradors...

Les palestiniens vivent une situation d'injustice.Ils se sont vus confisqués leur pays d'autorité, pour des raisons viciées, et une construction historique faussée car elle est articulée autour de la religion.

Depuis 64  ans, ce peuple subi un harcèlement , en étant écrasé par des adversaires ayant des réseaux mondiaux, jusqu'à des instances internationales donnant l'impunité à leur agresseur, des médias,  les moyens financiers,  pour les emmurer, leur prendre l'eau, leurs maisons,  leurs droits, leur dignité.

Et aujourd'hui, le peu de voix s'élevant pour dénoncer ces injustices, et défendre les victimes,  sont réduits à être stigmatisés habillement, en vilains dieudonnistes  en Fn et en antisémitistes.

Mais si les israëliens n'étaient pas juifs, par quels arguments seraient stigmatisés ceux ne supportent pas cette injustice ? Auriez vous supporté que je vous vole vos terres, votre pays  et que je vous prenne votre maison et que je vous  envoie vivre depuis l'âge de votre naissance,  pendant 60 ans dans des camps miséreux aux frontières ? Auriez vous supporté que je vous coupe de votre village, en vous emmurant, pour vous contraindre à renoncer et à partir de votre pays  ?

 Monsieur je ne vote pas Fn,  et je ne connais pas Dieudonné.

Je suis de gauche,  pas de la gauche hypocrite qui  soutien la colonisation en se servant de l'appareil d'Etat, la politique atlantiste, et  signe  des demandes de véto pour s'opposer à un Etat palestinien, et  s'exprime dans les  tribunes du Monde pour fustiger les boycotteurs, qui se retrouvent assignés devant les tribunaux pour antisémitisme.

Et qui le lendemain parle d'humanisme !

17/04/2012, 23:21 | Par fxavier en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 17/04/2012 à 18:39

Edwy Plenel,

Vidal et Warschawski  qui ne sont pas mes amis mais que je connais par leurs écrits et actions politiquesquand ils causent de cet "Autre Israël" créent des illusions, de fait ces "Messieurs" sont objectivement  les complices du "Grand Israël" qui a pu se mettre en place après les "Accords  d'Oslo"

 

18/04/2012, 14:30 | Par Claude RIBEYROL en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 17/04/2012 à 18:39

@M. Edwy Plenel,

Votre hommage à Raymond Aubrac me semble tout aussi idéaliste et désintéressé que celui tout aussi remarquable du Président Nicolas Sarkozy à Guy Moquet.

(SVP, laissons les morts en paix).

17/04/2012, 14:52 | Par Stephane M. en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 16/04/2012 à 23:28

 Pardonnez Monsieur Plenel, mais giulietta, dont l'expression est souvent trop virulente à mon goût, est aussi très agressive envers les mouvements musulmans qui prennent le pouvoir à l'occasion des "printemps arabes"(elle est très pessimiste sur l'évolution de la condition des femmes dans ces pays), ainsi qu'envers les mediapartiens d'extrême droite. Elle ne limite pas ses critiques acerbes à l'état d'Israël (qui lui les mérite bien).

Pour la lire depuis quelques temps, giulietta est quelqu'un de manifestement très entier, et son mode d'expression est toujours passionné. Elle pourrait avoir une approche plus diplomate et pédagogique des sujets sur lesquels elle s'exprime.    ;-)

Mais elle ne mérite vraiment pas vos remarques.

17/04/2012, 15:30 | Par Claudia75 en réponse au commentaire de Stephane M. le 17/04/2012 à 14:52

@stephane6

je suis un peu comme Giuletta très passionnée... M. Plenel dépasse les bornes....

17/04/2012, 15:46 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Stephane M. le 17/04/2012 à 14:52

@Stéphane6

Merci  à vous.

En tout les cas je me rends compte de la perversité ambiante, tentant à inverser les situations en étiquettant  et discréditant, ceux qui disent la vérité dans des cases, pour les isoler  ou les convaicre de marcher sur la tête !

 

17/04/2012, 15:58 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 17/04/2012 à 15:46

Giulietta 

N'oublions pas que nous avons là un club, où les gens apprécient plus que tout l'entre-soi.

Si Sarkozy avait fait tout un discours sur Aubrac, Plenel aurait sorti le même article, titre modifé.

Tout le monde est à tirer sur la couverture Aubrac, et ton intervention, c'est comme un coup de vent en pleine chapelle, bougies qui s'éteignent, fumée, portes qui claquent ! Les curés se mettent à jurer !

Bienvenue au club ! Sourire 

17/04/2012, 16:21 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 17/04/2012 à 15:58

N'oublions pas que nous avons là un club, où les gens apprécient plus que tout l'entre-soi.

 

@Mhjozoux

Hé oui, l'entre-soi est un mode  d’existence, courant..

Les cellules de résistants ont été remplacées par les clubs, les castes , les réseaux...et autour il y a les pigeons comme moi "encartés" à gauche, qui votent pour asseoir la continuité de cette monarchie, et qui se font insultés et catalogués, quand ils contestent,  la déviance du pouvoir politique, se servant de l'appareil d'Etat pour servir une politique, sur laquelle tous  les vrais résistants  crachent, sans hypocrisie...

Sans rire, je soupçonne Sarkozy d'avoir utilisé Aimé Cesaire dans son discours de la Concorde "vide"  pour provoquer Edwy Plenel.

 

17/04/2012, 15:26 | Par Claudia75 en réponse au commentaire de Edwy Plenel le 16/04/2012 à 23:28

@Edwy Plenel

c est du fachisme pure et dure monsieur

17/04/2012, 15:40 | Par Stephane M. en réponse au commentaire de Claudia75 le 17/04/2012 à 15:26

Claudia, "fascisme" est un mot beaucoup trop dur. Pensez à ce que ce mot recouvre dans l'histoire. Là il n'y a aucune mort d'homme, heureusement !   ;-)

Ces posts qui disparaissent sans qu'ils soient racistes ou insultants, c'est un maladroit abus de pouvoir qui nuit à l'image du site et de ceux qui le dirigent. Et c'est agaçant pour les abonnés qui sont là pour échanger avec d'autres, et qui, parfois, fignolent leurs posts !

17/04/2012, 17:57 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Stephane M. le 17/04/2012 à 15:40

J'ai parlé plus haut de "terrorisme intellectuel", l'expression me semble être de bon aloi, mais il est possible également d'évoquer une certaine "bien-pensance" de gauche, qui ne souffre pas évidemment la contradiction ! Pensez donc ma chère !

 

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

16/04/2012, 22:05 | Par SAINE COLERE

Merci de votre vie Monsieur AUBRAC .

Merci à votre famille qui a reduit au silence celui qui detruit tous les jours les acquits du CNR .

Sa présence etait même une insulte à vos combats .

Merci pour ce Chant des Partisants  .

RESISTANCE .

Vous connaissiez si bien la valeur de ce mot .

16/04/2012, 22:27 | Par Quoique en réponse au commentaire de SAINE COLERE le 16/04/2012 à 22:05

"Sa présence etait même une insulte à vos combats"

Consolez-vous en pensant qu'il a dû écouter les deux discours sans pouvoir réagir !

16/04/2012, 22:12 | Par Carlos MEJIA

Merci d'avoir publié ces deux discours en hommage à cet grand homme, honneur de la France comme sa femme Lucie

16/04/2012, 22:14 | Par Sylvie T

Merci pour ces mots et le silence.

Comme j'avais pu l'écrire pour rendre hommage à des êtres proches, "justes" et résistants :

 "Ceux qu'ils ont sauvés étaient là. Ce sont eux qui ont dit pour la première fois publiquement ce qui, par pudeur, n'avait jamais été raconté.
L'émotion était palpable. Les récits, témoignages simples, empreints de modestie, révélaient des êtres rares.
  "Ces choses-là se disent, se transmettent, discrètement, tardivement.
Surtout pas dans un vestiaire de stade. Pas davantage sur ordre d'un ministre."

16/04/2012, 22:23 | Par utopart

Raymond Aubrac ne voulait pas dire ses préférences, mais vous, vous pouvez.

Respect et soutien à sa famille.

Vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas que c'était possible !!!

Votez pour le premier tour de la présidentielle ici

Scrutin ouvert!! Ici, on vote, premier tour de la présidentielle, MELENCHON "EXPLOSE" !!!!!!!!!!!!!!!!!!

En 3 clics anonymes vous dites qui vous voulez voir au deuxième tour!!

Facile et efficace Sourire

16/04/2012, 22:28 | Par Quoique en réponse au commentaire de utopart le 16/04/2012 à 22:23

Sauf qu'Aubrac recommandait de voter pour Hollande.

Ce n'est pas la pudeur qui vous étouffe, vous.

17/04/2012, 08:59 | Par halouka en réponse au commentaire de Quoique le 16/04/2012 à 22:28

.

19/04/2012, 13:37 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Quoique le 16/04/2012 à 22:28

@Jesue Crie

Mr Aubrac appelle à voter Hollande en emettant des critiques contre le Parti Socialiste.

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/04/14/la-famille-de-raymond-aubrac-veut-eviter-toute-recuperation-lors-des-obseques_1685548_1471069.html

Raymond Aubrac avait appelé à voter François Hollande, plus par raison que par envoûtement, traumatisé par le 21 avril 2002. Il restait réservé sur le PS. "Ce n'est pas un parti, c'est un club dont le cherry est certains soirs frelaté." Il reprochait globalement aux hommes politiques de la majorité et de l'opposition leur manque d'envergure. "Il faut imaginer un avenir, un engagement sur le long terme. Or personne ne propose cet horizon. La vie politique est plate, en dehors des échéances électorales."

17/04/2012, 01:01 | Par pinso6091

Des larmes et une grande fierté de vous avoir rencontré et échangé quelques mots un jour pour le 50ème anniversaire en 93 de la mort de Jean-Moulin au théâtre romain de Fourvière, ainsi que dans les caves du CHRD (ou Barbie le sinistre a torturé)  pour la remise à Bernadette Isaac- Sibille par Lucie du livret de poèmes " Sonnets à Sonnenburg" écrits par "Boispréau"( pseudonyme) dans un camp de concentration et retrouvé par Lucie lors de ses recherches .  Par une exceptionnelle coincidence Lucie ce jour là de 93 a parlé à Mme Bernadette Isaac-Sibille (femme politique de droite à Lyon, donc ce n'était pas la politique qui l'avait rapprochée d'elle ! mais elles étaient assises l'une à côté de l'autre pendant la commémoration) de ce livret et Boispréau était le nom de leur propriété de famille ..".un jeu de piste" pour le poète (de la famille Isaac-Sibille, juriste il me semble me souvenir ) enfermé et mort dans le camp de concentration .. Mais grâce à Lucie Aubrac le message a été transmis . Pour ce couple "résister " se conjuguait au présent, par exemple dans le métro parisien lors de contrôles de police musclés dont ils étaient témoins, ils me l'ont dit .

16/04/2012, 22:47 | Par Christiane Belle

Merci à toute la rédaction de Mediapart pour ce magnifique compte rendu!!

17/04/2012, 00:38 | Par Francois Brunet

Merci à médiapart pour la transcription de ces discours précis qui nous rappellent vigoureusement des faits d'histoire ; et pour la vidéo montrant les anciens résistants mal traités par le service d'ordre. Quant à enrôler les Aubrac dans telle ou telle démonstration de "résistance", à Sarko ou à Israël, mieux vaut en rire qu'en pleurer. L'important est de continuer le déminage, partout, tout le temps.

17/04/2012, 01:13 | Par denis coquereau

Quand je lis Giulietta sur Raymond Aubrac , je ne suis meme plus dans la Colére , mais dans la Détresse , cette Détresse qui me confirme que le Bien , d'oú qu'il vienne ,  trouve toujours son Anti matiere

Raymond Aubrac n'était pas de mon camps . Son camps a lui , je l'ai combattu

Il était simplement un Grand homme , un Homme qui rapproche , qui tente de comprendre , de nous enseigner ,

Il déplorait le manque d' Envergure de nos Hommes Politique ......Rien de plus a dire , tout est dit .

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

17/04/2012, 13:46 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de denis coquereau le 17/04/2012 à 01:13

@Denis Coquereau

J'ai une collection de vos commentaires racistes ... Qui ne me laisse aucun doute, sur le camp , dans lequel vous avez  "soi disant "combattu..

 

 

17/04/2012, 15:31 | Par Claudia75 en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 17/04/2012 à 13:46

@giulietta

vous avez été interpellé par M. Plenel il faudrait lui répondre

17/04/2012, 15:57 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de Claudia75 le 17/04/2012 à 15:31

@Claudia

J'ai répondu à Mr Plenel plus haut.

 

17/04/2012, 01:42 | Par sherlo

Bizarre on ne voit pas Hollande bloquant la sortie avec son staff sous lescameras deTF1 et obligeant militaires et sympathisants à s'arrêter et à le contourner paradant et abusant de son statut pour utiliser cet instant à ses propres fins politiques.

Médiocrité, ubris lamentable et consternante.

Cet homme n'est vraiment pas digne de la France et de la puissance de son histoire

17/04/2012, 02:51 | Par fabrizia

 Mais c'est fou, ça! Nombreux sont les fils où l'ont peut parler du - ou s'empoigner sur le- conflit israélo-palestinien, ne serait-il pas possible d'avoir un peu de tenue ici? Celui qui vient de mourir n'était pas un agresseur, ce n'est pas le lieu ni le moment de l'agresser!

17/04/2012, 20:41 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de fabrizia le 17/04/2012 à 02:51

@fabrizia  Qui l'a agressé ? Pas une personne je pense dans son commentaire n'a été injurieuse . Au contraire je ne vois que des louanges et des regrets de sa disparition .

17/04/2012, 05:39 | Par Marie Lavin

Une brassée de MERCI. A eux deux d'abord, Lucie et Raymond, pour leur vie, leurs actions le modèle qu'ils furent et, j'ajoute, la famille qu'ils ont su créer, on a entendu leurs enfants et petits- enfants ces jours-ci, tous engagés, un hymne à l'éducation par l'exemple. Merci à cette famille d'avoir refusé les pressions que l'on imagine venant de l'Elysée. Merci à Médiapart de nous livrer ces textes importants et les infos sur le blocage des portes, ignorées dans les autres médias.

17/04/2012, 06:38 | Par DANIELE BARBIER

Oui, Monsieur et Madame Aubrac auront embelli, grandi  la France par leur action exemplaire.

C'est à cette France que nous aspirons tant aujourd'hui !

Ils on été des passeurs de leur résistance à l'ignominie.

 

17/04/2012, 08:10 | Par ptetmai

Mais quand cessera-t-on de nous  présenter le programme du Conseil national de la Résistance " comme le nec  plus ultra de la pensée politique pertinente ? 

Qui en a fait une pas trop longue critique pertinente et objective sur la Toile ?

Est-il nettement moins dépassé que le Capital ?

Merci. 

17/04/2012, 18:39 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de ptetmai le 17/04/2012 à 08:10

@Ejajout   Soyons honnêtes, le CNR fut une avancée énorme . Même s'il doit être dépoussiéré et pas dans le sens où notre président dégageant voudrait le faire ;

17/04/2012, 09:35 | Par patrick renaud

Ces deux hommages permettent aux jeunes et au moins jeunes de nourrir  de façon concrète notre identité nationale, bien loin des discours actuels. Il serait interessant de comprendre pourquoi aujourd'hui on occulte ce passé, ces acteurs exemplaires, au profit de l'exaltation de l'individualisme et de l'argent. Il me semble que les engagements, les réalisations, les valeurs, la vie de R. Aubrac sont trés éloignés des valeurs exprimés aujourd'hui. Et pourtant ce sont ces hommes et ces femmes qui ont non seulement reconstruit le pays mais aussi bati l'Europe.A contrario, le fait qu'un président de la République Française ne soit pas considéré comme légitime pour intégrer R. Aubrac dans notre histoire nationale est une triste mais exemplaire illustration de la dégradation de nos institutions et de la façon dont le président "habite" sa fonction.

17/04/2012, 10:43 | Par realitedeguisee

J'ai connu les Aubrac, mes parents ayant eu des relations étroites avec eux pendant quelques années.

Le courage que ces deux personnes ont montré semble être d'un autre monde.

Je me demande qui aujourd'hui, de nos politiciens, auraient eu le courage des Aubrac..

Merci Raymond et merci Lucie.

17/04/2012, 11:18 | Par Marie-Laure Bonnabesse

Merci pour ces exemples de fraternité qui seraient si nécessaire aujourd'hui. Merci à vous Raymond et Lucie Aubrac mais aussi merci à tout ceux qui ont participé à  sauver cette  liberté dont nous jouissons aujourd'hui et merci à tout ceux qui luttent dans le monde entier pour la défendre.

17/04/2012, 11:27 | Par profil_inactif_28112

Encore un titre conforme à la ligne éditoriale admirable du produit : c'est par la volonté de la famille que Nicolas Sarkozy n'a pas prononcé l'éloge funèbre. Il n'y a donc pas "silence présidentiel", il a d'ailleurs rendu hommage à Raymond Aubrac.

17/04/2012, 11:43 | Par guydufau

On a fermé sa gueule à Sarko, faute d'avoir interdit sa présence !

17/04/2012, 12:49 | Par Lefrançois

De Lucie et Raymond Aubrac:

 Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et sœurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n’a pas totalement disparu et notre colère contre l’injustice est toujours intacte.

Nous appelons, en conscience, à célébrer l’actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succéderont d’accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais :

Nous appelons d’abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des « féodalités économiques », droit à la culture et à l’éducation pour tous, une presse délivrée de l’argent et de la corruption, des lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.

Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations, institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, à définir ensemble un nouveau « Programme de Résistance » pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales.

Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. Nous n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de 1944.

Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection : « Créer, c’est résister. Résister, c’est créer ».

17/04/2012, 12:52 | Par profil_inactif_145012

Cette mêlée me fait de plus en plus comprendre le silence de ma mère, résistante à Lyon (sous le pseudonyme d'Adrien ou "quinze grammes"), avec Albert Camus, Pascal Pia, et tant d'autres, qui a refusé jusqu'à sa mort en janvier dernier tout entretien aux journalistes et écrivains que son amie Jacqueline Bernard lui envoyait.

Et pourtant elle savait écrire, maniant élégamment la langue française. Je l'ai encouragée longtemps en lui rappelant que nombreux sont celles et ceux qui ne savent pas écrire et n'ont rien à dire et pourtant nous inondent de leurs mémoires, tandis que celles et ceux qui savent écrire et ont quelque chose à dire se taisent.

Rien n'y fit. 

Et s'il est clair que l'appel d'anciens résistants à "s'indigner" est une bonne chose, tout ce cirque autour des Aubrac est indigne, y compris cette cérémonie aux Invalides. Récupération ignoble et bataille d'égos surdimensionnés. L'immense travail de la résistance se fit dans l'anonymat, l'humilité, la confiance timide, l'amitié sans borne, et sans recherche d'aucune reconnaissance.

17/04/2012, 13:40 | Par Stephane M. en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 17/04/2012 à 12:52

Je comprends vos propos, mhjozoux. Il y a des personnes qui luttent et prennent des risques énormes dans l'anonymat, avec le seul objectif d'être utile, et sans chercher à en tirer même une simple reconnaissance. Et il y a ceux, ensuite, qui moissonnent les lauriers médiatiques.

17/04/2012, 13:40 | Par goucyloun en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 17/04/2012 à 12:52

Beuark !

17/04/2012, 17:02 | Par judith rosenfeld en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 17/04/2012 à 12:52

Il est respectable bien entendu mais dommage que votre mère n'ait eu envie de raconter son expérience. Mes propres grands - parents ont très peu raconté la leur durant mon enfance et cela a été pesant. Nous ne pouvons nous passer de mémoires pour comprendre la complexité des situations qui nous fondent. Une de mes grand - mère l'a compris et a fait le récit de son expérience durant la guerre à mes propres enfants. Je pense justement que l'on évite la récupération en racontant son histoire parce que c'est à partir de ces récits que l'on peut écrire les histoires qui nous traversent, on évite ainsi de laisser s'en imposer une. Les Aubrac ont mené un très important travail de transmission et sont parvenus à éviter de se figer en icônes. Ils n'auraient pu le faire sans leurs compagnons de route, sans des prises de positions communes. Au soir de sa vie, Raymond Aubrac a été très clair sur les combats de sa vie et ses indignations, son souci de défendre la philosophie inscrite dans le programme du CNR. Nous sommes nombreux à lui en être reconnaissants. Il a continué à porter avec d'autres la voix de ceux qui ne peuvent parler, pour nous tous et nos enfants.

17/04/2012, 18:12 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de judith rosenfeld le 17/04/2012 à 17:02

judith rosenfeld 

Bien sûr qu'au cours des années ma mère nous a raconté beaucoup sur cette époque, mais j'aurais aimé qu'elle le fasse dans un cadre formel pour toucher plus de monde. Elle ne l'a pas fait, par modestie certes, mais aussi par le dégoût que lui inspirait le spectacle de cette récupération. 

Lorsqu'il m'arrive de regarder des documentaires ou des émissions comme Un village français - je me demande qui sont les soit-disant experts qui conseillent et "transmettent". Si la résistance avait fonctionné de façon aussi stupide, personne ne serait là pour en parler.

Il me semble aussi qu'on a attendu bien tard pour se souvenir de la philosophie et des programmes du conseil national de la résistance. Mieux vaut tard que jamais sans doute, en espérant que ce ne soit pas trop peu trop tard...

17/04/2012, 17:03 | Par judith rosenfeld en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 17/04/2012 à 12:52

Il est respectable bien entendu mais dommage que votre mère n'ait eu envie de raconter son expérience. Mes propres grands - parents ont très peu raconté la leur durant mon enfance et cela a été pesant. Nous ne pouvons nous passer de mémoires pour comprendre la complexité des situations qui nous fondent. Une de mes grand - mère l'a compris et a fait le récit de son expérience durant la guerre à mes propres enfants. Je pense justement que l'on évite la récupération en racontant son histoire parce que c'est à partir de ces récits que l'on peut écrire les histoires qui nous traversent, on évite ainsi de laisser s'en imposer une. Les Aubrac ont mené un très important travail de transmission et sont parvenus à éviter de se figer en icônes. Ils n'auraient pu le faire sans leurs compagnons de route, sans des prises de positions communes. Au soir de sa vie, Raymond Aubrac a été très clair sur les combats de sa vie et ses indignations, son souci de défendre la philosophie inscrite dans le programme du CNR. Nous sommes nombreux à lui en être reconnaissants. Il a continué à porter avec d'autres la voix de ceux qui ne peuvent parler, pour nous tous et nos enfants.

17/04/2012, 17:42 | Par Quoique en réponse au commentaire de judith rosenfeld le 17/04/2012 à 17:03

Le silence des déportés... Ma marraine a fait 15 mois de Rawensbrück. Quand elle est revenue, elle faisait la moitié de son poids. Si on l'interrogeait et surtout si on insistait elle se mettait en colère : vous ne pouvez pas comprendre ! Il est probable aussi que parler c'était revivre...

Il est heureux que les Aubrac et d'autres l'aient fait.

17/04/2012, 13:29 | Par profil_inactif_28112

Pour apprécier le titre du billet à sa juste mesure, un lien vers le communiqué de la présidence de la république :

http://www.elysee.fr/president/les-actualites/communiques-de-presse/2012/deces-de-raymond-aubrac-figure-heroique-de-la.13139.html?search=Aubrac&xtmc=aubrac&xcr=2

17/04/2012, 13:34 | Par MAXPOL

                 N'oublions jamais Raymond AUBRAC pour son investissement au service de l'humanisme, la droiture de sa vie militante et la dignité de son engagement jusque dans l'éternel qui ne peut être que son lieu réservé dans nos esprits.

                 Ici, par respect et honneur, nous ne pouvons pas évoquer ceux que nous n'oublierons pas pour le mal servi à l'humanité, il y a de la place ailleurs.

17/04/2012, 14:22 | Par Piva

C'était qui Raymond Aubrac ?

C'est quoi le CNR ?

17/04/2012, 14:32 | Par juan jose munuera en réponse au commentaire de Piva le 17/04/2012 à 14:22

le CNR c'était le conseil national dela résistance dont Raymond Aubrac était un des membres. grand résistant proche de Jean Moulins il s'est battu contre les nazis et pour le république ! c'était un grand republicain pas en paroles mais en actes !

17/04/2012, 14:40 | Par Piva en réponse au commentaire de juan jose munuera le 17/04/2012 à 14:32

Je vous remercie pour les précisions, d'ailleurs vous écrivez Jean Moulins, comme si ce Jean avait tenu des Moulins. Moi je connaissais le Club 22, celui des 22 Résistants de France, mais il a démissionné avant le quinquénnat de Sarkozy, estimant que plus personne en France n'était à la hauteur de la Résistance. C'est vrai !  

17/04/2012, 23:13 | Par Marie Lavin en réponse au commentaire de Piva le 17/04/2012 à 14:40

Pas de S à Jean Moulin.

17/04/2012, 16:22 | Par profil_inactif_28112

Si vous voulez comprendre Edwy Plenel, outre les manuels de marketing et le cv de la nouvelle responsable marketing de "Mediapart", je recommande le "Staline" de Boris Souvarine : on y voit Lénine mort honoré par Staline car c'est la gloire de ce dernier qui rejaillit.

Exactement le truc que cherche, je ne sais pourquoi, Edwy Plenel à faire en se déguisant en Géraldine Delacroix de ce fil de discussion.

17/04/2012, 18:19 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 17/04/2012 à 16:22

et bien non, je ne tiens absolument pas à comprendre Plenel, merci.

mais si Plenel cherchait à comprendre la situation internationale, ce serait sympa...

(Géraldine est en vacance, il ne faut pas que les ciseaux se rouillent Sourire )

17/04/2012, 18:50 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 17/04/2012 à 18:19

@mhjozoux  En pleurs

17/04/2012, 19:04 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de pinso6091 le 17/04/2012 à 18:50

Rigolant

17/04/2012, 20:40 | Par pierre guerrini en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 17/04/2012 à 19:04

Sourire

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

17/04/2012, 19:08 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de fxavier le 17/04/2012 à 19:06

@fxavier Mais ? Vous méritez d'être censuré ? Clin d'œil

17/04/2012, 19:13 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de pinso6091 le 17/04/2012 à 19:08

@fxavier  j'ai eu le temps de vous lire !

17/04/2012, 19:29 | Par Stephane M. en réponse au commentaire de pinso6091 le 17/04/2012 à 19:13

;-)))

17/04/2012, 19:02 | Par Geneviève Abet

En relevant que le moment n'est pas à la polémique  Edwy Plenel  respecte le souhait de la famille de Raymond Aubrac qui a préféré que l'éloge funèbre soit fait par deux compagnons de la Résistance plutôt que par le Président de la République. En accord avec l'attitude de la famille la meilleure façon de respecter la mémoire de R. Aubrac   est de ne pas instrumentaliser par de vaines polémiques le temps de l'hommage et du recueillement. 

 

17/04/2012, 19:11 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de Geneviève Abet le 17/04/2012 à 19:02

@ Geneviève Abet C'est mal parti . Mais Raymond Aubrac ne serait pas le dernier à prendre la parole dans ce débat après avoir écouté tout le monde... s'il était encore avec nous .

17/04/2012, 21:20 | Par Geneviève Abet en réponse au commentaire de pinso6091 le 17/04/2012 à 19:11

"Il y a temps pour tout et chaque chose sous le ciel a son heure  

Temps où l'on coud, où l'on déchire

Temps où l'on garde,où l'on se tait

Temps où l'on hait, où l'on soupire

Temps de la guerre et de la paix"

 

17/04/2012, 21:57 | Par pierre guerrini

 

Comme le Christ sur le Lac...

j'ai marché dans ma vision.

Mais je suis descendu de la croix car je crains l’altitude

Et n'annonce pas la résurrection.

Je n'ai changé que ma cadence

Pour entendre, nette, la voix de mon cœur...

Aux épiques, les aigles et pour moi, le Collier du pigeon,

...
...


Et l'Histoire se rit de ses victimes

Et de ses héros...

Elle leur jette un regard et passe ...

 

Murale - Mahmoud Darwich  Trad. Elias Sambar

 

18/04/2012, 08:08 | Par Geneviève Abet en réponse au commentaire de pierre guerrini le 17/04/2012 à 21:57

@ Pierre Guérini la polémique devrait se clore avec ces vers magnifiques de Darwish, merci! 

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

17/04/2012, 23:27 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de fxavier le 17/04/2012 à 22:56

@fxavier  Coquin , vous pensez que les parents sont couchés ?

17/04/2012, 23:44 | Par fxavier

Attentats "terroristes" révolte dans la  désespérance!!

 

Avec l'espoir de faire sortir le débat des "mondanités" dans lesquelles il s'enlise, je vous propose ces quelques réflexions que me suggèrent plus particulièrement les deux derniers attentat "terroristes" en Palestine



L'échec politiquement prévisible des « Accords d’Oslo » qui ne pouvaient aboutir à une paix équitable donc durable, entre Israéliens et Palestiniens, dans l’exacte mesure où aucune paix équitable ne peut se mettre en place quand l’un des partenaires, (en l’occurrence l’OLP d’Arafat), dépose les armes sans avoir obtenu autre chose que quelques vagues promesses et une reconnaissance fictive dans la mesure exacte où cette organisation de la résistance palestinienne se convertit, sans aucune contrepartie, en un organisme de collaboration avec Israël, son adversaire de hier, qui reste sur un pied de guerre. Comme disait Rabin : « Israël tend une main aux Palestiniens pour faire la paix, mais dans l’autre Israël garde son fusil, le doigt appuyé sur la gâchette, prêt à réprimer tout acte contraire à ses intérêts ».
Israël exigeait (exige toujours) une « collaboration sans faille » de l’Autorité palestinienne, à qui elle assure un gîte sous haute surveillance dans quelques arpents de terre dans les territoires occupés. Pendant sept ans, tous ceux qui s’opposaient à un « processus de paix » dont les termes sont, quasi unilatéralement, définis par Israël, sont éliminés ou emprisonnés au nom de la paix à venir, dans les temps tout proches !


A moins de penser que Israël n’est vraiment pas un Etat comme les autres, que dans la sagesse inspirée par la Sainte Bible qui guide l’Etat hébreu, les Israéliens sont capables, dans leur « grande générosité et leur souci de l’autre », le Palestinien, de dépasser leurs intérêts égoïstes pour rendre justice aux Palestiniens, parce qu’ils savent mieux que les Palestiniens eux-mêmes ce qui est juste et bon , les « Accords d’Oslo étaient , à priori, voués à l’échec


Après sept années de tergiversations et surtout d’extension des implantations coloniales, la limite a été atteinte par Ehud Barak, quand ce « Soldat de la Paix » (Grand Colonisateur devant l’Eternel) a offert à Yasser Arafat, (en juillet - août 2000 à Camp David) des propositions de paix tout simplement inacceptables par les Palestiniens, parce que en échange d’un « Etat palestinien autonome », de la restitution de quelques implantations coloniales juives trop isolées , les réfugiés palestiniens étaient priés de se faire voir ailleurs qu’en Israël et les grands blocs de colonies juives s’inscrivaient dans la politique du « Fait accompli »

Le refus d’Arafat de contresigner l’acte de décès et l’enterrement de seconde classe d’un Etat Palestinien indépendant, ce n’est point tant pour des raisons personnelles, encore moins par manque de « courage politique » mais c’est bien par une prise de conscience, un peu tardive, de toutes les conséquences qu’impliquaient une telle signature…

 

Face au refus d’Israël le peuple de Palestine s’est réveillé d’une longue somnolence de sept ans, et se sont bien d’abord ses « enfants » qui se sont lancés les premiers dans la révolte, dans une «guerre des pierres » réprimée avec violence par TSAHAL. Pendant des mois et des mois les aînés ont pris le relais en utilisant la technique des attentats, d’une façon brouillonne et surtout spectaculaire et provocatrice par des « attentats suicides » en Israël, attentats mis sur le compte d’un islamisme extrémiste et fanatique qui, selon certains commentateurs, nuisaient à la « cause palestinienne » et justifiaient les actes de représailles d’Israël.

 
Jusqu’à ces derniers temps, actes de représailles et attentats terroristes étaient mis sur le même plan par les personnes très diverses, mais qui toutes préconisaient le retour à la table des négociations…

Face à ces critiques en partie justifiées dans la mesure où ces attentats « kamikaze » non seulement étaient dirigés contre des civiles,( alors que Israël peut se « permettre » de bombarder des populations civiles palestiniennes sans que cela suscite autant d’indignation) mais impliquaient, d’une certaine façon, la remise en cause de l’existence d’Israël ( au même titre d’ailleurs que les actes de représailles dans les territoires autonomes signifient une non reconnaissance avec en supplément un mépris clairement affiché par Sharon à la fois pour Yasser Arafat et le peuple palestinien, les organisations de la résistance palestinienne ont dirigé leurs coups contre TSAHAL, les colons des territoires occupés. Ce changement de stratégie a été inauguré d’une façon significative par la « liquidation » du ministre du tourisme israélien connu pour ses prises de positions extrémistes et racistes !

 

Face à cette résistance organisée et plus appropriée, les représailles israéliennes ne firent que monter d’un cran. Pour faire bonne mesure, le gouvernement de Ariel Sharon excédé par le manque de zèle de l’Autorité palestinienne dans la répression des « terroristes » palestiniens, ne s’est plus contenté de liquider les « extrémistes », de se lancer dans des expéditions punitives dans les zones suspectées d’abriter des « terroristes », mais s’est « amusé » à détruire toutes les infrastructures de l’Autorité palestinienne financées par l’Union Européenne, à reprendre ses vieilles habitudes en assassinant certains responsables de l’OLP qui avaient, pour certains repris du service , après bien des hésitations, aux côtés de leurs anciens compagnons d’armes !

Pour clore ce sinistre scénario , le gouvernement de Sharon, pointe ses chars sous le nez d’Arafat ! ! et proclame à tout venant que « Arafat est un vil menteur », « Arafat est le Ben Laden des Palestiniens, il se sert d’eux pour satisfaire ses intérêts personnels et ceux de sa clique », il dénonce la corruption de l’Autorité palestinienne (une corruption avérée qui est le comportement de la quasi totalité des pouvoirs en place, elle set d’autant plus remarquée quand il s’agit de gouvernements fantoches) ce qui l’autorise à procéder, comme son ami W. George Bush, aux destructions massives de tout ce qui manifeste une présence palestinienne autonome et reconnue par les instances internationales.

 Face à ce refus d’Israël, face aux représailles de plus en plus intenses, les deux derniers attentats celui de Jérusalem commis par un père de famille, paisible et sans histoires et celui de Tel Aviv par une jeune fille palestinienne mettent en causes tous les schémas sur les motivations prêtées aux auteurs de ces attentats !

 Cette jeune fille ne pouvait espérer rejoindre dans des noces célestes les 77 vierges promises aux « héros », et ce père de famille n’avait, comme bien d’autres, aucune motivation mystique; mais les uns et les autres signifient bien la désespérance du peuple de Palestine et posent très clairement une interrogation , (au delà de toute manifestation verbale excessive), sur la possibilité d’une coexistence pacifique entre Israël (dans son mode de fonctionnement actuel comme Etat du peuple juif) et le peuple de Palestine.

(Nouvelobs permanent Franz - Strasbourg - 29.01.02 15:29

 

 

18/04/2012, 00:39 | Par raysin

Merci pour ce compte rendu de la cérémonie, des deux discours émouvants retraçant une vie si bien remplie, dont j'ignorais presque tout. Je ferai en sorte que mes petit-enfants en prennent connaissance et qu'elle leur donne la force de résister et d'espérer.

18/04/2012, 07:37 | Par Némo1

je n'ai pas lu ces discours, car pour moi la Résistance est grand moment de courage, de prise de conscience  de la liberté, de la Démocrtie et de la République. Ces hommes et ces femmes qui se sont devoués, aupéril de leur vie, sont plus que respecrables. J'avais 4 ans lorsque la guerre s"est déclarée....mon père, militant communiste est mort sous un bombardement en janvier 1944 et je n'ai su de ses engagements qu'il avait conseillé "aux copains" de ne pas déclarer qu'ils étaient communistes car l'on aurait besoin de militants aau sortir de cette guerre mondiale.

J'ia beaua voir 77 ans, chaque fois que l'un de ces "grands' meurent je pleure 

18/04/2012, 09:01 | Par fxavier

Israël Face au « Terrorisme »

                                        La politique de représailles

Face au soutien de plus en plus massif à la lutte du peuple de Palestine la gent sioniste  tente de justifier les représailles de l’Etat hébreu et de reprendre en chœur les versets bien connus sur : le droit à l’existence d’Israël  et  la reconnaissance d’un Etat palestinien selon les conditions et les modalités fixées par l’Etat hébreu. Et pour faire bonne mesure on utilise la vieille recette sur le thème : « antisionisme = antisémitisme », une équation  qui devrait faire réfléchir tout « homme sensé »,  et l’amener  à reconnaître à Israël non seulement  sa situation de « légitime défense » mais à se féliciter de sa participation judicieuse à la « lutte contre le terrorisme » au nom de la liberté.

 Certains petits « futés » prétendent même que les « opérations de TSAHAL » ne visent qu’à la libération des Palestiniens de l’emprise pernicieuse  des « terroristes » qui ne cherchent qu’à tuer des Juifs israéliens  pour semer la terreur dans le peuple d’Israël dans le but de faire partir les Juifs et reconquérir toute la Palestine et que  les résistants palestiniens « rêveraient » de se faire tuer pour gagner un coin de paradis aux côtés des quelques dizaines de vierges prêtes à les accueillir en héros….

Ce qui contraire à la réalité de la situation politique  des Palestiniens, exprimé par Mammoud Darwich

 Le martyr m’éclaire : je n’ai pas cherché  au-delà de l’étendue

Les vierges de l’immortalité car j’aime la vie

Sur terre, parmi les pins et les figuiers,

Mais je ne peux y accéder, aussi y ai-je visé

Avec l’ultime chose qui m’appartienne : le sang dans le corps de l’azur.

 

Le martyr m’avertit : Ne crois pas leurs youyous

Crois mon père quand il observe ma photo en pleurant

Comment as-tu échangé nos rôles, et m’as – tu précédé.

Moi d’abord, moi le premier !

 

 

Le martyr m’encercle : je n’ai changé que ma place et mes meuble frustes.

J’ai posé une gazelle sur mon lit,

 Et un croissant lunaire sur mon doigt,

Pour apaiser ma peine.

 

 

Le siège durera afin de nous convaincre de choisir un asservissement qui ne nuit Pas, en toute liberté !

 

La vulgate sioniste  nous cause de « respect » des populations arabes de Palestine , de nécessaires « campagnes d’explication » et de « message de paix » en direction des populations arabes  et de l’opinion mondiale, alors qu’en réalité, si on se réfère au projet sioniste et à la politique pratiquée par Israël depuis cinquante ans, le sionisme n’a qu’un but avéré  : la mise en place du « Grand Israël » par étapes successives,  en éliminant tous ceux qui ne reconnaissent pas les « bienfaits » que peut leur apporter le peuple juif  et qui considèrent qu’ils ont été spoliés de leurs terres ,  tous ceux qui n’ont de cesse d’en récupérer le maximum et qui n’ont aucune envie de se sacrifier pour que les Juifs puissent vivre leurs fantasmes d’un Etat Juif sur la terre de Palestine

 

Etant, depuis plus de trente ans, atteint par le « syndrome de l’antisionisme », très exactement après le « Blitzkrieg » de 1967 où tout le monde avait tremblé pour la survie d’Israël face aux  Etats arabes,  je ne résiste pas à me lancer   dans une mise au point ,à une réplique signifiante  des mes choix politiques qui n’ont rien à voir avec une quelconque humeur morbide,  ou un esprit compassé,  et surtout pas avec une quelconque pulsion de mort… et je récuse toute confusion entre antisionisme et antisémitisme à moins que  les « sots » aient raison

 

Les sots   proclament qu’il n’y a plus, a priori , aucune raison de se révolter puisque après la « Chute du Mur de Berlin » suivie de celle de l’URSS , la démocratie triomphante déploie ses ailes pour annoncer au monde la « Bonne Nouvelle », celle que selon les contes et légendes de « l’Histoire Sainte » les Anges chantaient autour de l’humble étable du « Messie », et qu’on nous ressert pour écraser toute révolte : « Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté , soyons tous frères, aimons nous les uns les autres »

 Un message qui a fait déjà couler bien du sang, parce que l’amour et la fraternité ne vont pas toujours bien ensemble et que la paix ne se décrète pas mais se discute et ne peut se réaliser que dans l’égalité des droits et le respect de l’Autre ; c’est dans ce sens que ce « message » n’est le plus souvent qu’un message de bonnes intentions, et  qui, comme l’Enfer, est pavé de bonnes intentions….

 

Pour les sots, certains « esprits malins » ne  peuvent se passer de ferrailler  contre un ennemi qu’ils inventent dans leur imaginaire morbide, et le SIONISTE serait donc leur cible idéale ! ! La lutte du peuple de Palestine  n’a, aux yeux des sots, aucune raison d’être puisque le Peuple Juif est le seul à pouvoir revendiquer en toute légitimité divine la Terre Sainte, promise par Yahvé à Israël et de surcroît il est celui qui peut apporter au monde arabe la « Lumière de l’Occident » Les Juifs aiment, voudraient tant aimer les Arabes alors que ceux-ci n’ont, souvent  que de la haine  et incompréhension pour eux

 

En dégageant les brouillards de la propagande qui ont embrumé les esprits, le vrai visage du sionisme apparaît aux yeux du monde éberlué dans sa tragique et même dérisoire réalité.

 Le sionisme se révèle être un mouvement de colonisation de la Palestine et contrairement aux discours de sa propagande les sionistes ont chassé (et chassent encore aujourd’hui) de leurs terres, dans le but de réaliser leurs fantasmes messianiques des hommes et des femmes qui n’étaient pas des zombies, mais bien des êtres humains attachés à leurs terres qu’ils avaient, contrairement à la propagande sioniste, cultivées, aimées (et aiment encore aujourd’hui au point de vouloir y retourner)

 

Messieurs les sots, je n’ai jamais dit et écrit que les Juifs étaient responsables de tous les maux de la terre, mais qu’ils sont bien, et tout simplement, responsables de l’expulsion  de quelques centaines de milliers de Palestiniens et de quelques dizaines de milliers d’Arabes écrasés sous leurs bombes et leurs chars dans des guerres d’agressions considérés, grâce aux torrents de la propagande sioniste qui commencent à se tarir, comme des « actes de légitimes défense »

 

Ce n’est pas une pulsion de mort qui anime ceux qui se livrent à des attentats terroristes mais bien le fol espoir qu’ils auront permis à ceux qui survivront de vivre dans un Etat indépendant débarrassé du joug pesant des Israéliens ….

 

Les Palestiniens ne sont, bien sûr et fort heureusement, pas des « anges », mais avec le temps, ils ont compris que Israël ne cédera rien que s’il est contraint par la force d’une résistance armée qui se met en place avec des erreurs, des hésitations, comme toutes les résistances armées….

 

Si par les temps qui courent, l’existence d’Israël peut être remis en cause, alors qu’elle a été très explicitement reconnue depuis une bonne vingtaine d’année, et confirmée solennellement en 1993, il ne suffit pas de dire « Israël est et sera » et que les portes de l’Enfer ne prévaudront pas contre l’Etat hébreu, il est  encore moins  astucieux d’envoyer les chars pour écraser le peuple de Palestine…

 

Israël pourra vaincre à court terme, mais face aux rapports de forces existants au Proche Orient, face aux peuples arabes de plus en plus conscients, il est urgent que Israël se préoccupe de la seule chose qui importe : « Comment exister en bonne entente avec ses voisins arabes ?»

 Pour cela, il importe  que Israël écoute la voix de la raison, la voix de ceux qui en son sein sont de vrais prophètes, (dans le sens biblique du terme),  et tous ceux qui, à travers le monde,  dénoncent la politique insensée et suicidaire de l’Etat hébreu et posent comme préalable l’évacuation totale des territoires occupés.

 

18/04/2012, 10:57 | Par fxavier

 

COLONISATION JUIVE dela Palestine



Rien ne peut justifier la colonisation juive dela Palestine. Plus précisément la création de l'Etat d'Israël, bien qu'elle fût votée par la majorité de l'Assemblée de l'ONU est, stricto sensu, un déni des règles élémentaires du Droit International  en vigueur, et est en porte à faux de  la Charte des droits de l'homme des Nations Unies!

On ne peut donc que saluer le courage des Palestiniens qui ont reconnu  dès I988 à Israël le droit à l'existence dans les frontières reconnues par la Communauté Internationale! De ce fait toutes les vaticinations des sionistes  qui justifient, au nom de la Sécurité d'Israël, la poursuite de la colonisation de la Palestine ne sont qu'un prétexte fallacieux.

 

Aujourd’hui, bon nombre de Juifs  qui se croient les "propriétaires légitimes de la Terre Sainte", sont persuadés que les Palestiniens seraient bien inspirés de planter leur "tente" définitivement au Liban, en Syrie et surtout en Jordanie.

 

 La quasi totalité des Israéliens, (même ceux du "Mouvement de la Paix Maintenant") estiment que le retour des réfugiés palestiniens est "impossible" et  que si Israël leur cède quelques arpents de terre ,  démantèle quelques unes des colonies, leur fournit du travail, accepte l'existence d'un "Etat Palestinien" autonome (un Etat sans armée, sans aucune possibilité d’indépendance , un Etat vassal d’Israël) les Palestiniens ne peuvent que s'estimer "heureux" face à tant de "bonté"!!!!

 

Sans doute, ces Palestiniens  qui revendiquent leur droit au retour sur une terre dont ils ont été chassés par la soldatesque israélienne, ces Palestiniens qui veulent mettre en place un  vrai Etat Palestinien sur 22% de la Palestine ne sortent pas, comme certains Juifs le prétendent, de la cuisse de Jupiter,  ne sont pas les descendants "d'ancêtres illustres", ils ne  font pas partie du "Peuple élu" à qui Yahvé a donné la Terre  Sainte en en héritage !!!

 

A la rigueur on peut admettre que certains d'entre eux sont des descendants  des philistins, mais comme il n'existe aucune trace de cette "parenté", la doxa sioniste, en conclut  que leurs revendications sont nulles et non avenues si on contemple  toutes les traces de la présence juive qui sont mises à jour par les fouilles archéologiques effrénées!

 

Il faut souligner ici que le premier travail des colons juifs a toujours consisté, consiste encore aujourd'hui, à effacer  au canon et au bulldozer toutes les traces de la présence palestinienne, et pendant des années la propagande sioniste nous a gavé avec  son slogan: "Une terre sans peuple pour un peuple sans terre" qui a fait long feu pour ceux qui se donnent la peine de réfléchir, de lire la vraie histoire de la Palestine qui n'a que peu de rapports avec les manuels de la propagande sioniste qui fleurit toujours, sans se renouveler!

 

Remarque

Que les Palestiniens ne puissent :

  • plastronner en exhibant des chefs d'armée aussi célèbre que Josué chargé par Dieu de "dévouer par anathème" les Moabites, les Hittites et autres peuplades s'opposant au dessein du Dieu d'Israël,
  • se prévaloir de guides spirituels aussi éminents que les prophètes: Isaïe, Jérémie, Ezéchiel et Daniel,
  •  affirmer qu’ils ont été nourris par le lait et le miel du « Livre de la Sagesse », enfin qu'ils  les descendants  d’Isaac, fils d'Abraham et de Sara , à qui Dieu a promis "une  postérité aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable qui est sur le bord de la mer" devant qui toutes les nations se prosterneront
    • revendiquer d’avoir reçu en héritage les « Tables de la Loi » remises à Moïse par Dieu sur la montagne du Sinaï  et qui font, sans doute, partie du patrimoine culturel  et religieux  des Juifs croyants ou même non croyants…

                                                                                         Cela ne fait aucun doute.

 

 

Certes, les Juifs , qui se réclament d'être les "descendants d'Isaac", reconnaissent aux Arabes une paternité avec Abraham puisqu'ils seraient les descendants d'Ismaël, l'esclave égyptienne Agar que Abraham aurait engrossé parce qu'il désespérait, malgré la promesse faite par Yahvé, d'avoir un enfant de son épouse légitime! Sara  après la naissance d'Isaac ordonna à son époux de chasser Agar et son fils Ismaël à qui Dieu, (dans sa générosité et pour consoler Abraham qui aurait voulu garder ses deux fils autour de lui), promit  à lui aussi d'être le père d'une grande nation! (Évidemment pas aussi grande et puissante que Israël)

 

De tous ces contes et légendes, de tous ces mythes fondateurs qui se trimballent encore dans certaines têtes pensantes, il n'y aurait pas de quoi en faire une montagne, si ceux là restaient bien à leur place en tant que croyances qui n'interfèrent pas  dans les comportements au détriment des autres,  et surtout n'autorisaient pas  de facto tout Juif à revendiquer un droit quelconque sur la Palestine!

 

Par exemple, "Que demain à Jérusalem!", invoqué par les Juifs comme une constante obsession talmudique, liturgique, soit devenu, au début du  XXe, un prétexte à la colonisation de la Palestine, est humainement, pour ceux qui ne partagent pas leur "foi",  et surtout pour ceux qui en ont été, sont encore aujourd’hui les victimes  INNACCEPTABLE

Il faut d'ailleurs souligner que cette "invocation" avait pris une dimension mystique, (un retour à une spiritualité plus conformes aux Commandements, à la Volonté de Dieu) après avoir été la prière des Juifs  déportés à Babylone qui imploraient leur Dieu, qui les avait puni  pour leurs dérives en les livrant à Nabuchodonosor, de les faire revenir à Jérusalem.

 

Autres remarques

On peut surtout rappeler que les religions, plus particulièrement nos trois religions monothéistes, donnent à leurs "prières", une dimension "spirituelle" quand elles  sont exclues du pouvoir et affirment la liberté des "autres", qui ne font pas partie de leur "Chapelle",  mais font passer leur Message, imposent même leurs règles, leurs lois, dès qu'elles ont une once de pouvoir dans la société civile.

 

Aujourd'hui, il est assez croustillant de constater que le judaïsme et le christianisme se présentent comme les parangons de nos libertés individuelles et de toute spiritualité soucieuse  du bonheur de l'homme. Il est non moins étonnant, que certains, en toute bonne foi,  ne voyant pas tous les ravages qu'ont fait ces religions (et que font encore aujourd'hui ) au nom de la Défense de nos Valeurs de Civilisation , désignent l'Islam comme le terreau du fanatisme, de l'esprit de sacrifice etc….

 

Il est bien clair que l'entreprise sioniste est à tous égards une entreprise de colonisation qui comme toutes les entreprises de colonisation s'articulent avec des mythes et messages bibliques qui ont été utilisés en abondance dans les temps modernes par la chrétienté pour mettre en place des Empires coloniaux

 

Il faut  bien reconnaître qu'à côté des grands « Empires chrétiens », Israël fait petite colonie juive encerclée par les pays arabes.

 

 Mais pour les sionistes Israël ;"Lumière de l'Occident dans les Ténèbres de l'Orient"  est une chance pour ses voisins arabes. Selon nos exégètes , les Palestiniens ont bien tort de  leur chatouiller la plante des pieds, de ne pas reconnaître le droit de tout Juif sur la Terre de Palestine, « Droit biblique » qui ne pèse pas bien lourd face à leurs titres de propriété qui ne sont que de misérables bouts de papiers face au "Droit au Retour" inscrit dans la Constitution de l'Etat hébreu , droit hautement justifié par la Sainte Bible  puisque selon ce "Livre Saint",  qui fait un tabac par les temps qui courent la terre appartient à Dieu,  l'homme n'en est que le "gérant" etc…..

 

 Par conséquent pour les Juifs sionistes, ces "Grands humanistes" devant l'Eternel,  il serait juste et bon que les Palestiniens quittent , comme Dieu l'avait ordonné jadis  aux peuplades non juives  la Terre Sainte ou  se contentent de jouer les "porteurs d'eau et les coupeurs de bois" du peuple élu!

 

Non, Non et Non le droit sur une terre est un droit bien concret, qui s'inscrit dans une histoire bien concrète, celle d'un peuple qui depuis cinquante ans est chassé, traqué par vague successives plus ou moins grande par la soldatesque israélienne.

 

Le "coup"  des Palestiniens qui ne seraient pas vraiment un peuple, puisqu'ils ne peuvent pas se prévaloir d'une présence ancestrale dépassant quelques générations, dont les souches de descendance sont bien incertaines, dont les traces historiques de leur passage seraient insignifiantes…. on nous l'avait fait déjà en son temps avec les Algériens.

 

Non les Palestiniens, pas plus que les Algériens hier, ne sont pas instrumentalisés par des "terroristes" venus d'ailleurs, au point de ne pas voir où est leur propre intérêt et de faire preuve d'une immense ingratitudes face à tous les bienfaits qu'ont apportés et que pourront apporter les Juifs venus sur leurs terres, les Palestiniens ont acquis cette certitude que tout dialogue avec Israël est vain tant qu'il n'existe pas un rapport de force en leur faveur!

 

Que ce peuple  ne puisse  revendiquer des contes et légendes dont les Juifs peuvent se vanter, ne change rien à sa détermination, et  il se pourrait que le sort qui attend  les colons juifs  soit identique à celui des "pieds noirs", à moins que Sharon et sa clique ait carte blanche pour "dévouer par anathème" les Palestiniens des "territoires occupés"  et faire régner pour un certain temps la paix des cimetières.

 

 

LE REFUS ARABE : Une légende qui a la vie bien dure et ne tient vraiment                       pas la route

 

Les travaux réalisés depuis les années 1980 par nombre de « nouveaux historiens » israéliens dont Benny Morris mettent à mal certaines « vérités » établies, dont la première serait qu’Israël aurait manifesté une volonté de paix au lendemain de la guerre


LA CONFERENCE DE LAUSANNE s’est ouverte à la fin d’avril 1949 à l’appel de l’ONU, qui ayant créé une commission de conciliation sur la Palestine (CCP) s’était rendu compte que presque tous les Etats arabes étaient prêts à un compromis dans le cadre du plan de partage voté en 1947

 

Le 12 mai 1949, Arabes et Israéliens signaient un protocole concernant deux résolutions de l’ONU et donc admises par les deux camps : la reconnaissance de l’Etat d’Israël et le principe du droit au retour des réfugiés

Aussitôt Israël admis à l’ONU (c’était son objectif), il revient sur ces accords, bloque la négociation, et Lausanne restera lettre morte

 

L’historien Ilan Pappé qui relate ces faits, conclu qu’Israël a préféré, à la paix avec ses voisins, un dangereux « statu quo » qui lui permettait non seulement de refuser le retour des réfugiés palestinien mais aussi de garder les territoires conquis pendant la guerre

 

Autre certitude ébranlée : l’unité du monde arabe et la menace qui aurait plané sur Israël à l’époque. Si le mythe de « David contre Goliath » perdure encore aujourd’hui, la réalité serait tout autre. Avi Shlaim montre que l’Egypte aurait cherché à éviter la guerre jusqu’en mai 1948. Que la Jordanie, avec le soutien de Londres, aurait négocié un partage avec Israël et que, de ce fait, l’armée jordanienne n’aurait jamais pénétré dans les territoires attribués à Israël. Il a aussi démontré la supériorité, en effectifs et en matériels, des forces israéliennes (aidées par la Tchécoslovaquie).

 

Autre surprise de taille : durant la guerre la majorité des Palestiniens n’ont pas pris les armes. S’il y eu quelques milliers de combattants mal armés, des centaines d’accords locaux de non agression avaient été conclu entre des villages arabes et des implantations juives voisines. Une organisation palestinienne active, la Ligue pour la libération nationale avait d’ailleurs accepté le plan de partage

 

Autre certitude ébranlée : l’exode des Palestiniens qui selon la thèse officielle auraient quitté leur ville et village sur ordre des dirigeants arabes relayés par radio qui leur promettaient le retour après la victoire… Les services britanniques de la BBC ont montré qu’il n’y eu aucun appel de ce genre mais au contraire des consignes de ne pas quitter les foyers. Cette version est confirmée par Benny. Morris : la majorité des habitants ont fui au cours d’attaques de troupes juives et après expulsion.

 

Le massacre de Dei Yacine en avril 1948 (qui pourtant avait signé un pacte de non agression avec ses voisins juifs des 1942) n’est pas le seul massacre à déplorer et ne relève pas d’une « bavure » d’un groupe extrémiste mais bien d’une politique délibérée. Politique voulue et organisée par Ben Gourion (« héros » fondateur de l’Etat d’Israël) souhaitant une Galilée « propre et vide » d’Arabes.

 

Remarques
L’ONU se montre aujourd’hui encore bien impuissante à faire respecter le Droit international. Depuis plus de 50 ans ses résolutions ne sont pas respectées et les droits des Palestiniens continuent d’être bafoués

 

Les vérités établies ne sont pas toujours « La Vérité ». L’idée convenue que le malheur des Palestiniens serait dû à leur double refus : refus de reconnaître l’Etat d’Israël et refus de créer un Etat palestinien avec la Cisjordanie et Gaza est amplement remise en cause.

 

Les Palestiniens se sont faits bernés depuis le début (déjà par les promesses britanniques non tenues) Et surtout ils ont payé cher la folie meurtrière nazie en Europe. Folie qui n’a pas empêché les victimes de devenir bourreaux à leur tour.

 

Dire que certains en sont encore à vanter la supériorité d’un peuple sur un autre ! Cela n’en finira jamais si on n’essaie pas un tant soit peu de se mettre à la place de l’Autre ! Il est aussi certainement plus sage d’assumer son histoire afin de mieux en saisir le sens et tenter d’apporter des réponses plutôt que de « diaboliser » l’adversaire (ce qui est plus facile et permet de se dégager de ses responsabilités).

 

Des questions restent en suspens et sont encore taboues comme le droit au retour des réfugiés, voté le 11 décembre 1948 par l’ONU (résolution 194) et dont la négociation de 1949 montre qu’un compromis avait été envisagé et était possible…

 

 Certaines personnes comme Uri Avneri (bloc de la paix) pense que cela est encore envisageable et pourrait se négocier avec les Palestiniens.

 

 En tout cas, il est inadmissible qu’actuellement un grand nombre d’entre eux vivent encore dans des camps et dans des conditions épouvantables.

(Franz Nouvelobs permanent 20.04.05)

 

18/04/2012, 15:20 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de fxavier le 18/04/2012 à 10:57

@fxavier  Merci . Belle leçon d'histoire que je trouve pour la première fois aussi accessible . Raymond Aubrac reposez en paix . Vous avez fait plus que votre devoir,d'autres prendront la relève de la résistance où que se trouvent des peuples opprimés .

18/04/2012, 15:32 | Par fxavier en réponse au commentaire de pinso6091 le 18/04/2012 à 15:20

 

PinsO5O609

Suis profondément touché par vos remarques

18/04/2012, 17:55 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de fxavier le 18/04/2012 à 15:32

Mais a été oubliée l'histoire édifiante de Cham :

"   Cham (héb. חם, Ham signifiant « chaud ») est un personnage de la Genèse dans la Bible.

Il est l'un des fils de Noé, frère de Sem et de Japhet, il est né avant le Déluge alors que le patriarche avait 500 ans. Étant traditionnellement le second nommé des trois, cela laisserait à penser qu'il est le cadet. Cependant une confusion intervient dans certaine version1,2 du récit de la malédiction dont lui et ses descendant furent victimes (Genèse, chapitre 9), où il est dit (verset 24), en parlant de Noé : il apprit ce que lui avait fait son plus jeune fils.
Il eut quatre garçons : Koush, Misraïm, Pout et Canaan, et serait donc, selon la Bible, l'ancêtre des Hamites, peuples noirs d'Afrique et des Cananéens. "

 

C'est la malédiction biblique qui a longtemps et officiellement justifié la mise en esclavage des Africains.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cham_(fils_de_No%C3%A9)

 

19/04/2012, 09:59 | Par fxavier en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 18/04/2012 à 17:55

@mhjozoux

La Bible est une vraie mine d'or pour mieux comprendre le fonctionnement de la pensée occidentale

J'ai quelques trois cents  pages sur ce sujet qui avait été l'objet d'un doctorat d'université dans les années 70.
Alors que tout était prêt pour la soutenance, j'y ai renoncé pour diverses raisons dont celle-ci je pensais que la religion était entrée dans les poubelles de l'histoire pour se cantonner totalement dans les sphères privées et qu'il était donc inutile de mettre sur le tapis des idées du genre de celles que tu évoques
Mais fin des années 80 j'ai bien pris conscience de ma lourde erreur et ai repris mes "écrits" que de temps à autre je balance sur mon blog

Merci pour ton rappel qui me conforte dans mes réflexions

Salut

19/04/2012, 13:53 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de fxavier le 19/04/2012 à 09:59

 

fxavier

Les liens dont tu parles ici ont été élaborés au cours des siècles - ce n'est donc pas un petit printemps 68 et quelques printemps plus tard qui peuvent les effacer d'un coup.  Je reprends moi-même une thèse de doctorat, mise en sourdine dans les années 80 (aux Etats des Unis) , pour cause de manque de synchronisation ( Sourire we're out of sync disais-je Sourire) avec le directeur de thèse,  sur certains aspects du fondamentalisme islamique utilisés par les assassins d'Anouar al-Sadat)

19/04/2012, 16:03 | Par fxavier en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 19/04/2012 à 13:53

mhjozoux

Il y a eu, sans doute un certain malentendu

Ma thèse de doctorat d'Université s'intitule: "L'enfant dans ses rapports avec la religion" je l'avais commencé en 1960 et je l'ai justement interrompue en 1968 où j'ai commencé à croire que la treligion allait se retrouver dans les "poubelle de l'histoire"

J'ai repris moj'ai repris mes réflexions suite à l'intérêt poçrté à mes notes par le directeur de l'Institut de Psychologie de Strasbourg, très exactement en 1973, j'ai renoncé au dernier moment à la soutenance, tout simplement parce que je pensais que le "matérialisme marxisant" était sur le point de réduire la religion  à sa fonction d'affaire privée et que je n'avais point trop envie de , sans doute, de blesser certaines persànnes de mon entourage.
Mais au jour d'aujourd'hui je me suis bioen rendu compte  et que mes thèses sur les rapports entre le capitalisme et les "Saint Evangiles" avaient une certaine pertinence, tout autant que les "droits de l'homme" se retrouvaient dans la Bible et tout particulièrement la soumission librement consentie à la Loi du Père était signifiée par le mythe christique

Ce n'est donc pas à l'éradication totale de la religion que je tablais mais dans sa mise à l'écart de la sphère publique

 

18/04/2012, 17:24 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE en réponse au commentaire de fxavier le 18/04/2012 à 10:57

@Fxavier

Biens mal acquits ne profitent jamais...

18/04/2012, 22:55 | Par fxavier en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 18/04/2012 à 17:24

@guillietta

Il s'agit bien d'un proverbe qui peut dire quelque chose et aussi son contraire

18/04/2012, 11:09 | Par fxavier

Etat de Siège

 

Ici, aux pentes des collines, face au collines et au canon du temps

Près des jardins aux ombres brisées,

Nous faisons ce que font les prisonniers,

Ce que font les chômeurs :

Nous cultivons l’espoir.

 

 

 (A un tueur) Si tu avais contemplé le visage de la victime

Et réfléchi, tu te serais souvenu de ta mère dans la chambre

A gaz, tu te serais libéré de la raison du fusil

Et  tu aurais changé d’avis : ce n’est pas ainsi qu’on retrouve une identité.

 

 

Si tu n’es pluie, mon amour

Sois arbre

Rassasié de fertilité, sois arbre

Si tu n’es arbre mon amour

Sois pierre saturée d’humidité, sois pierre

Si tu n’es pierre mon amour

Sois lune

Dans le songe de l’aimée, sois lune

(Ainsi parla une femme

à son fils lors de son enterrement)

 

 

Ô veilleurs ! N’êtes vous pas lassés

De guetter la lumière dans notre sel

Et de l’incandescence de la rose dans notre blessure

N’êtes vous pas lassés Ô veilleurs ?

 

Un peu de cet infini absolu bleu

Suffirait

A alléger le fardeau de ce temps-ci

Et à nettoyer la fange de ce lieu

 

 

Le martyr m’éclaire : je n’ai pas cherché  au-delà de l’étendue

Les vierges de l’immortalité car j’aime la vie

Sur terre, parmi les pins et les figuiers,

Mais je ne peux y accéder, aussi y ai-je visé

Avec l’ultime chose qui m’appartienne : le sang dans le corps de l’azur.

 

Le martyr m’avertit : Ne crois pas leurs youyous

Crois mon père quand il observe ma photo en pleurant

Comment as-tu échangé nos rôles, et m’as – tu précédé.

Moi d’abord, moi le premier !

 

 

Le martyr m’encercle : je n’ai changé que ma place et mes meuble frustes.

J’ai posé une gazelle sur mon lit,

 Et un croissant lunaire sur mon doigt,

Pour apaiser ma peine.

 

 

Le siège durera afin de nous convaincre de choisir un asservissement qui ne nuit Pas, en toute liberté !

 

 

Résister signifie : s’assurer de la santé

Du cœur et des testicules, et de ton mal tenace :

Le mal de l’espoir.

 

L'Eloquence du sang 



Un texte de Mahmoud Darwich



(Extrait du discours prononcé à Ramallah le 25 mars 2002 à l'intention de la délégation du Parlement international des écrivains)

Cet immense poète palestinien qui résume la position de son peuple, effroyable et simple, effroyablement simple. Nous espérons qu'il soit lu souvent et partout,il aide à sortir du confort intellectuel à peu de frais qu'est la symétrie, le renvoi dos à dos de l'occupant et de l'occupé. Il serait bon que cette voix de la raison fasse entendre la force de son verbe et que nous l'aidions à porter "le lourd fardeau de cet espoir".



Olivier Py


  

"[...] Je sais que les maîtres des mots n'ont nul besoin de rhétorique devant l'éloquence du sang.
C'est pourquoi nos mots seront aussi simples que nos droits : nous sommes nés sur cette terre, et de cette terre. Nous n'avons pas connu d'autre mère, pas connu d'autre langue maternelle que la sienne. Et lorsque nous avons compris qu'elle porte trop d'histoire et trop de prophètes, nous avons su que le pluralisme est un espace qui embrasse largement et non une cellule de prison, que personne n'a de monopole sur une terre, sur Dieu, sur la mémoire. Nous savons aussi que l'histoire ne peut se targuer ni d'équité, ni d'élégance. Notre tâche pourtant, en tant qu'humains, est d'humaniser cette histoire dont nous sommes simultanément les victimes et le produit. Il n'est rien de plus manifeste que la vérité palestinienne et la légitimité palestinienne : ce pays est le nôtre, et cette petite partie est une partie de notre terre natale, une terre natale réelle et point mythique. Cette occupation est une occupation étrangère qui ne peut échapper à l'acception universelle du mot occupation, quelle que soit le nombre de titres de droits divins qu'elle invoque ; Dieu n'est la propriété personnelle de personne.

 
Nous avons accepté les solutions politiques fondées sur un partage de la vie sur cette terre, dans le cadre de deux Etats pour deux peuples Nous ne réclamons que notre droit à une vie normale, à l'intérieur des frontières d'un Etat indépendant, sur la terre occupée depuis 1967, dont Jérusalem-Est, notre droit à une solution équitable du problème des réfugiés, à la fin de l'installation de colonies.

 
C'est la seule voix réaliste vers la paix qui mettra un terme au cercle vicieux du bain de sang. L'état de nos affaires est d'une criante évidence, il ne s'agit pas d'une lutte entre deux existences, comme aimerait le montrer le gouvernement israélien : eux ou nous. La question est d'en finir avec une occupation. La résistance à l'occupation n'est pas seulement un droit. C'est un devoir humain et national qui nous fait passer de l'esclavage à la liberté. Le chemin le plus court pour éviter d'autres désastres et accéder à la paix est de libérer les Palestiniens de l'occupation, et de libérer la société israélienne de l'illusion d'un contrôle exercé sur un autre peuple.
L'occupation ne se contente pas de nous priver des conditions élémentaires de la liberté, elle va jusqu'à nous priver de l'essentiel même d'une vie humaine digne, en déclarant la guerre permanente à nos corps et à nos rêves, aux personnes, aux maisons, aux arbres, en commettant des crimes de guerre. Elle ne nous promet rien de mieux que l'apartheid et la capacité du glaive à vaincre l'âme. Mais nous souffrons d'un mal incurable qui s'appelle l'espoir. Espoir de libération et d'indépendance. Espoir d'une vie normale où nous ne serons ni héros, ni victimes. Espoir de voir nos enfants aller sans danger à l'école. Espoir pour une femme enceinte de donner naissance à un bébé vivant, dans un hôpital, et pas à un enfant mort devant un poste de contrôle militaire Espoir que nos poètes verront la beauté de la couleur rouge dans les roses plutôt que dans le sang. Espoir que cette terre retrouvera son nom original : terre d'amour et de paix.



Merci de porter avec nous le fardeau de cet espoir." 

 

 

 

Etat de Siège

 

Ici, aux pentes des collines, face au collines et au canon du temps

Près des jardins aux ombres brisées,

Nous faisons ce que font les prisonniers,

Ce que font les chômeurs :

Nous cultivons l’espoir.

 

 

 (A un tueur) Si tu avais contemplé le visage de la victime

Et réfléchi, tu te serais souvenu de ta mère dans la chambre

A gaz, tu te serais libéré de la raison du fusil

Et  tu aurais changé d’avis : ce n’est pas ainsi qu’on retrouve une identité.

 

 

Si tu n’es pluie, mon amour

Sois arbre

Rassasié de fertilité, sois arbre

Si tu n’es arbre mon amour

Sois pierre saturée d’humidité, sois pierre

Si tu n’es pierre mon amour

Sois lune

Dans le songe de l’aimée, sois lune

(Ainsi parla une femme

à son fils lors de son enterrement)

 

 

Ô veilleurs ! N’êtes vous pas lassés

De guetter la lumière dans notre sel

Et de l’incandescence de la rose dans notre blessure

N’êtes vous pas lassés Ô veilleurs ?

 

Un peu de cet infini absolu bleu

Suffirait

A alléger le fardeau de ce temps-ci

Et à nettoyer la fange de ce lieu

 

 

Le martyr m’éclaire : je n’ai pas cherché  au-delà de l’étendue

Les vierges de l’immortalité car j’aime la vie

Sur terre, parmi les pins et les figuiers,

Mais je ne peux y accéder, aussi y ai-je visé

Avec l’ultime chose qui m’appartienne : le sang dans le corps de l’azur.

 

Le martyr m’avertit : Ne crois pas leurs youyous

Crois mon père quand il observe ma photo en pleurant

Comment as-tu échangé nos rôles, et m’as – tu précédé.

Moi d’abord, moi le premier !

 

 

Le martyr m’encercle : je n’ai changé que ma place et mes meuble frustes.

J’ai posé une gazelle sur mon lit,

 Et un croissant lunaire sur mon doigt,

Pour apaiser ma peine.

 

 

Le siège durera afin de nous convaincre de choisir un asservissement qui ne nuit Pas, en toute liberté !

 

 

Résister signifie : s’assurer de la santé

Du cœur et des testicules, et de ton mal tenace :

Le mal de l’espoir.

 

L'Eloquence du sang 



Un texte de Mahmoud Darwich



(Extrait du discours prononcé à Ramallah le 25 mars 2002 à l'intention de la délégation du Parlement international des écrivains)

Cet immense poète palestinien qui résume la position de son peuple, effroyable et simple, effroyablement simple. Nous espérons qu'il soit lu souvent et partout,il aide à sortir du confort intellectuel à peu de frais qu'est la symétrie, le renvoi dos à dos de l'occupant et de l'occupé. Il serait bon que cette voix de la raison fasse entendre la force de son verbe et que nous l'aidions à porter "le lourd fardeau de cet espoir".



Olivier Py


  

"[...] Je sais que les maîtres des mots n'ont nul besoin de rhétorique devant l'éloquence du sang.
C'est pourquoi nos mots seront aussi simples que nos droits : nous sommes nés sur cette terre, et de cette terre. Nous n'avons pas connu d'autre mère, pas connu d'autre langue maternelle que la sienne. Et lorsque nous avons compris qu'elle porte trop d'histoire et trop de prophètes, nous avons su que le pluralisme est un espace qui embrasse largement et non une cellule de prison, que personne n'a de monopole sur une terre, sur Dieu, sur la mémoire. Nous savons aussi que l'histoire ne peut se targuer ni d'équité, ni d'élégance. Notre tâche pourtant, en tant qu'humains, est d'humaniser cette histoire dont nous sommes simultanément les victimes et le produit. Il n'est rien de plus manifeste que la vérité palestinienne et la légitimité palestinienne : ce pays est le nôtre, et cette petite partie est une partie de notre terre natale, une terre natale réelle et point mythique. Cette occupation est une occupation étrangère qui ne peut échapper à l'acception universelle du mot occupation, quelle que soit le nombre de titres de droits divins qu'elle invoque ; Dieu n'est la propriété personnelle de personne.

 
Nous avons accepté les solutions politiques fondées sur un partage de la vie sur cette terre, dans le cadre de deux Etats pour deux peuples Nous ne réclamons que notre droit à une vie normale, à l'intérieur des frontières d'un Etat indépendant, sur la terre occupée depuis 1967, dont Jérusalem-Est, notre droit à une solution équitable du problème des réfugiés, à la fin de l'installation de colonies.

 
C'est la seule voix réaliste vers la paix qui mettra un terme au cercle vicieux du bain de sang. L'état de nos affaires est d'une criante évidence, il ne s'agit pas d'une lutte entre deux existences, comme aimerait le montrer le gouvernement israélien : eux ou nous. La question est d'en finir avec une occupation. La résistance à l'occupation n'est pas seulement un droit. C'est un devoir humain et national qui nous fait passer de l'esclavage à la liberté. Le chemin le plus court pour éviter d'autres désastres et accéder à la paix est de libérer les Palestiniens de l'occupation, et de libérer la société israélienne de l'illusion d'un contrôle exercé sur un autre peuple.
L'occupation ne se contente pas de nous priver des conditions élémentaires de la liberté, elle va jusqu'à nous priver de l'essentiel même d'une vie humaine digne, en déclarant la guerre permanente à nos corps et à nos rêves, aux personnes, aux maisons, aux arbres, en commettant des crimes de guerre. Elle ne nous promet rien de mieux que l'apartheid et la capacité du glaive à vaincre l'âme. Mais nous souffrons d'un mal incurable qui s'appelle l'espoir. Espoir de libération et d'indépendance. Espoir d'une vie normale où nous ne serons ni héros, ni victimes. Espoir de voir nos enfants aller sans danger à l'école. Espoir pour une femme enceinte de donner naissance à un bébé vivant, dans un hôpital, et pas à un enfant mort devant un poste de contrôle militaire Espoir que nos poètes verront la beauté de la couleur rouge dans les roses plutôt que dans le sang. Espoir que cette terre retrouvera son nom original : terre d'amour et de paix.



Merci de porter avec nous le fardeau de cet espoir." 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18/04/2012, 23:15 | Par fxavier

 

Ils ont bien de la chance....

 

Ils ont bien de la "chance" tous ces Palestiniens raflé par Tsahal d'avoir pu profiter d'une bonne douche et d'un bon casse croûte offert par l'armée du peuple juif, un armée "généreuse" qui ne retient que les "terroristes" et laisse repartir les autres pour qu'ils annoncent à leur femme et leurs enfants combien les Israéliens sont "bons"!! et qu'il faut faire acte d'allégeance

 

Ils ont bien de la chance tous ces Palestiniens que la propagande palestinienne faisaient passer pour morts alors qu'ils sont bien vivants!!(une cinquantaine de morts et quelques disparus, c'est bien dérisoire, il n'y a pas de quoi faire un plat)

 

Ils ont bien de la chance ces Palestiniens dont Tsahal a rasé leur gourbi pour leur faciliter le départ vers d'autres horizons, refaire leur vie ailleurs pour laisser la place au peuple élu

 

La "générosité" et l'intelligence du peuple d'Israël mérite vraiment réflexion, et peut être même reconnaissance!!!

 

En attendant, mesdames, messieurs les sionistes, les palestiniens et ceux qui comme moi les soutiennent ne veulent pas saisir cette "chance", ils vous disent "non merci" comme ces assiégés palestiniens sortis de l'église de la Nativité et qui ont aimablement refusé le buffet froid préparé par Tsahal!!

 

Quelle dignité dans ce refus!! Quelle leçon de sagesse face à tant d'amabilité méprisante, face à tant de goujaterie aimable, face à ce spectacle de propagande organisé par Israël pour donner au monde l'image d'une armée d'occupation bienveillante alors que Tsahal n'est qu'une armée d'occupation comme toute armée d'occupation en apparence clean et respectueuse de la vie de ceux qui ne sont pas des "terroristes" (mais comme ces "terroristes" sont relativement nombreux...)et pour faire bonne mesure on nous fait croire que les Palestiniens enterrent des mannequins ou sont obligés de passer en boucle des images d'archives

 

La propagande sioniste est bien à la hauteur de son projet, et dire que bon nombre de personne se laisse encore avoir par ces "bonnes gens"

 

Franz Nouvelobs permanent10. 04 2004

 

Remarque:

Ce texte écrit après l'écrasement de la deuxième Intifada est significatif de ce dénie des réalité qui circule sur Israël

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18/04/2012, 23:22 | Par fxavier

 

« Défendre Israël, ses valeurs et ses droits imprescriptibles »!


Ce thème a été et reste au centre de la propagande de l’Etat hébreu, il donne la clé pour comprendre la révolte qui s’empare aujourd’hui des Palestiniens victimes depuis cinquante ans de l’impérialisme sioniste qui poursuit, tout en parlant de paix la colonisation de la Palestine qui n’a aucune légitimité et n’est justifiée que par la mythologie biblique



Face à Israël, dont la création par l’ONU a été en 1948 l’acte inaugural significatif d’un déni des droits de l’homme, décision inique qui réduit à l’état de zombies les Palestiniens puisqu’on prétendait donner à un « peuple sans terre », (les Juifs), « une terre sans peuple », (alors que la Palestine était déjà au début du vingtième siècle l’un des pays du Proche  Orient le plus peuplé et le plus prospère). La création d’un Etat du « Peuple juif » a donné corps à la revendication insensée et criminelle des sionistes : le « Droit au retour de tout Juif à la Terre Sainte ».

 

Alors que pendant des siècles, les versets bibliques  psalmodiés par les juifs «Demain à Jérusalem », avaient une connotation spirituelle et voulaient signifier le retour de la manifestation de Dieu dans le cœurs des hommes, la réconciliation des Juifs avec Yahvé, après la création d’Israël et surtout après la « Guerre des Six Jours » , il y a eu pour un grand nombre de Juifs  croyants un transfert, un passage des revendications spirituelles vers des objectifs plus matériels , le retour à la Terre Sainte se concrétisait par une immigration massive en Palestine

 

Remarque

On peut souligner ici que les religions quand elles sont en situation de faiblesse se rabattent sur le « spirituel » alors que dès qu’elles ont une once de pouvoir matériel elles en usent et même en abusent pour imposer leur lois et leur morale et réaliser leur projet de conquête

 

Entre 1948/49 les Palestiniens furent chassés par centaines de milliers de leurs terres confisqués par les Juifs et parqués dans des camps de réfugiés sans que nos « humanistes » s’en émeuvent, parce qu’ils étaient persuadés que Israël représentait une chance pour les pays arabes, et pour faire bonne mesure on accusait les dirigeants arabes d’avoir incité les Palestiniens à abandonner leur terre pour préparer un retour triomphal et anéantir l’Etat hébreu.

  Cinquante ans après, les documents mis a jour par les « nouveaux » historiens israéliens confirment ce que nous pouvions déjà lire dans les revues éditées en anglais par la Ligue arabe : que les Palestiniens ont été chassés de leur terre par TSAHAL qui a procédé à des massacres dont on mesure aujourd’hui l’horreur et l’ampleur



Après avoir grignoté à son profit des territoires  attribués  aux Palestiniens par le plan de partage de la Palestine en vue de la création d’un Etat Palestinien , Israël joue, en juin 1967 sa partie de poker menteur, qui devait lui permettre de réaliser son rêve du « Grand Israël » inscrit dans le projet sioniste.

Prétextant que sa survie était menacée par les Etats arabes, manipulant les déclarations de Gamal Abdel Nasser, président de la République Arabe Unie, prenant prétexte de quelques mouvements de troupes égyptiennes en direction d’Akaba,  l’Etat hébreu se livre à une « guerre préventive » qui a toutes les allures d’un miracle au yeux  d’un grand nombre de Juifs  ébahis par ce «Blitzkrieg ». Bon nombre d’entre eux, comme  André Néher , doyen de la Faculté de Théologie de Strasbourg, ont émigré en Israël parce qu’ils espéraient l’avènement, la résurrection d’un Etat juif sur toute l’étendue de la Palestine biblique.

Après 1967 , dans une seconde vague d’épuration ethnique, les Palestiniens des territoires occupés sont expulsés sous des prétextes les plus divers : besoins stratégiques et militaires, sanction contre des « terroristes », ou tout simplement  bon vouloir d’une administration coloniale.

 

 

 

L’Intifada, ce grain de sable.

A l’édification du « Grand Israël » , les « Accords d’Oslo » ont failli donner leur aval avec la mise en place d’une « Autorité palestinienne » servile et prête à gérer l’éducation ,les services sociaux et le ramassage des poubelles dans les « territoires occupés » que les colons juifs n’avaient pas confisqués, et surtout la police interne chargée d’assurer la sécurité des Palestiniens et des Israéliens contre un éventuel attentat « terroriste », le tout dans un  Etat fantoche que l’Etat hébreu voulait, dans sa  « générosité » , laisser à la gestion des autochtones tout en exigeant d’eux respect et soumission, et un droit de regard. Au nom de sa sécurité, tout mouvement de populations, et toute relation diplomatique devaient être agréés par Israël!

 Mais comme un grain de sable, la deuxième Intifada a grippé   tous les rouages de ce bel ouvrage et remis en cause  tout ce que Arafat et sa clique, dans leur  pusillanimité avaient concédé aux Israéliens


Les justes revendications du peuple de Palestine

Dans ce qui se passe aujourd’hui en Palestine pour les Palestiniens, il ne s’agit pas de défendre des « Lieux Saints », mais il s’agit de la réaction violente, de  la résistance d’un peuple qui s’est fait duper par Israël, et qui au bout de sept ans en prend une bien douloureuse conscience

Le nationalisme ethnique et religieux a toujours été la ligne de conduite d’Israël qui a dépouillé de leurs terres les Palestiniens chassés d’Israël, en 1948, et les arabes israéliens qui ont accepté de se soumettre aux Lois de l’Etat hébreu en « cédant » une grande partie de  leurs terres aux immigrants juifs vivent encore aujourd’hui comme des citoyens de seconde zone.


La résistance d’un peuple

.Si le refus d’Israël d’évacuer tous les territoires occupés et d’accepter le retour des réfugiés palestiniens chassés de leurs terres s’inscrit sans doute bien dans les mythes bibliques, les revendications de la résistance palestinienne ne sont qu’accessoirement religieuses, elles sont essentiellement territoriales, et masquer cette réalité nous rendent incompréhensibles toutes les épisodes de la résistance d’un peuple qui lutte pour la reconnaissance des ses droits légitimes, et qui au bout de sept années de négociations prend conscience qu’il a été floué alors qu’il avait fait bien des concessions en reconnaissant , il y a presque vingt ans déjà, à Israël, son droit à l’existence comme entité nationale juive , alors qu’en échange, après les « accords d’Oslo » conclus et salué par nos « humanistes » comme un pas de géant vers la « paix », les confiscations de ses terres et de son eau, pour ne proposer aux Palestiniens qu’un Etat croupion dénommé par nos « humanistes » à l’instar des dirigeants de la gauche israélienne: « Etat viable », pouvant assurer la sécurité d’Israël.

La révolte des peuples opprimés a de quoi choquer les « humanistes » du genre B.H.L à la solde des pouvoirs en place, et surtout du « Grand Bienfaiteur de l’Humanité » qui mène ses croisades contre le terrorisme. Mais si nos  « humanistes», au lieu de se ranger du côté de « droits de l’homme aux couleurs de la bannière étoilée» prenaient fait et cause contre toutes les agressions dont les opprimés sont les victimes, enseignaient la sagesse aux « puissants » de ce monde au lieu de leur cirer les godasses, il se pourrait bien que ces pouvoirs en place reviennent à la raison

19/04/2012, 15:10 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de fxavier le 18/04/2012 à 23:22

@fxavier  Je reste silencieuse mais je continue à lire attentivement ...

19/04/2012, 16:13 | Par fxavier

Est-ce de l'antisémitisme que de critiquer Israël ?


3 décembre 2002

L'antisémitisme existe-t-il? Bien sûr que oui. Il y a maintenant, comme il y en a toujours eu, des gens qui trouvent à redire sur notre religion, ou sur la forme particulière de notre nez, ou sur les deux. Des gens qui pensent que nous sommes par nature sournois, affamés de pouvoir, mauvais. En fait, j'irai même plus loin, pour suggérer que ces Gentils qui pensent que les Juifs, de par leur nature même, sont intelligents, ou pieux, sont aussi en quelque sorte, coupables d'antisémitisme - car le pro-sémitisme a, en fin de compte, aussi peu à voir avec le Juif véritable que l'antisémitisme; il est simplement plus agréable.

Malheureusement, en réponse à ce fait indéniable que constitue l'antisémitisme, la peur est devenue un des rares traits d'union entre les Juifs. Voilà longtemps que nous avons cessé de nous entendre sur la façon d'adorer Dieu - ou même sur la question de savoir s'il faut croire en Dieu pour être juif. Nous ne sommes pas d'accord sur la façon d'élever nos enfants, et certainement pas non plus sur celle de traiter les femmes de la communauté. Il y a seulement deux points de vue, à peu près, sur lesquels la plupart des Juifs se retrouvent quasiment d'accord: 1) l'Holocauste a démontré de façon concluante que les Juifs ne sont jamais entièrement en sécurité, nulle part, et, 2) Israël est Bon. Pour ceux qui pourraient hésiter sur la seconde proposition, la première est là comme preuve à l'appui. Pour paraphraser Léon Wieseltier, nous nous retrouvons dans une situation où l'anxiété ethnique est pratiquement devenue la seule preuve d'authenticité - et puisque nous sommes, comme l'a diagnostiqué Simon Rawidowicz, le peuple qui meurt à jamais, toujours sur le point de disparaître ('The Ever-Dying People'), notre seul espoir réside dans la riposte à tout ce qui peut nous menacer. Être perçu comme agissant autrement est interprété comme une trahison, non seulement envers les Juifs d'aujourd'hui, mais aussi tous ceux qui ont été massacrés dans le passé. Et une menace à l'encontre d'un seul d'entre nous, c'est une menace contre nous tous.

Pourtant, cela signifie-t-il, cela peut-il signifier que toute critique contre un Juif, quel qu'il soit, est par définition antisémite? Ce terme, 'antisémitisme', suppose une haine irrationnelle, et nous avons le droit de rejeter sans explications tout ce qui en est infecté. Mais si je fais quelque chose de mal, et que quelqu'un le signale, mon acte n'est-il pas quand même le mien, même (et c'est très important), même si ce quelqu'un me hait?

Quand nous faisons l'amalgame entre la critique du gouvernement israélien et l'antisémitisme, nous croyons être perspicaces et réalistes, mais en réalité, ce que nous faisons, c'est choisir la solution de facilité. Si c'est de la haine irrationnelle (ou de la haine de soi, caractéristique de ces quelques Juifs infréquentables, qui se chargent eux-mêmes de l'exprimer), que provient toute critique d'Israël, alors nous n'avons pas besoin de la prendre en considération! Nul besoin de la mettre en pleine lumière pour en examiner le contenu, de considérer les faits et de scruter notre âme. L'accusation d'antisémitisme contribue ainsi, en toute logique, à paralyser la pensée au sein de la communauté juive, de la même façon que l'a fait le maccarthysme, il y a un demi-siècle, au sein de la société américaine.

Tout comme je me refuse à croire que l'Américaine loyale que je suis n'a pas le droit de critiquer le gouvernement américain, je ne peux pas croire non plus que, en tant que loyale Israélienne, je n'ai aucun droit de critiquer le gouvernement israélien, ou de tolérer une critique à son égard. Être en état de guerre ne signifie pas que les gouvernements ne peuvent pas commettre d'erreur, pas plus que la guerre elle-même ne justifie toutes les mesures prises par un gouvernement. Quand nous conférons aux hommes politiques et aux généraux israéliens une infaillibilité telle qu'elle suppose que la moindre critique ne peut venir que d'une intention malveillante, nous les écartons de l'histoire, de la réalité, de cette normalité même à laquelle, dit-on, Ben Gourion aspirait. Dire, comme le font beaucoup de gens, qu'Israël est tenu à des normes plus élevées que le reste du monde, est de la même façon ahistorique - l'humanité et la politique étrangère occidentale ayant toujours fait preuve d'incohérence quand il s'est agi de juger ou de soutenir amis et adversaires, et Israël a toujours été tenu à des normes plus élevées que certains, et plus basses que d'autres. La question à poser ne devrait pas être: Est-ce qu'on nous traite équitablement? Avons-nous le droit d'être aussi mauvais que le voisin? Mais: Comment bien agir? Comment se conduire honnêtement?

Et j'arrive ici à un point particulièrement sensible. Je veux bien admettre que certains détracteurs d'Israël sont d'authentiques antisémites, prêts à en découdre, aux yeux desquels nous ne pourrons jamais rien faire de bien, parce que nous sommes juifs. Mais je pense que - Juifs d'Israël ou de la diaspora - nous perdons un temps précieux et une énergie déjà bien insuffisante à essayer de distinguer ces antisémites de ceux qui critiquent sans être antisémites, et je n'ai pas tant que cela de temps libre: il me semble que nous avons bien trop d'autres chats à fouetter pour nous permettre de perdre ne serait-ce qu'un instant. Mais il y a encore plus vrai, à savoir que certaines personnes que la haine pousse à nous critiquer ne sont pas antisémites: ils nous détestent, tout simplement.

Il est très courant, en Israël et ailleurs dans la communauté juive, de parler de l'antisémitisme officiellement enseigné dans les écoles palestiniennes. On cite encore, de temps à autre, l'attrait toujours vivace pour le Protocole des Sages de Sion (et son utilisation dans une mini-série populaire en Égypte). À la suite de l'attaque suicide à l'Université de Hébron, par exemple, de nombreux Juifs, d'Israël ou d'ailleurs, ont fait remarquer que la plupart des Juifs tués cette fois-là n'étaient même pas israéliens - la cible était les Juifs, parce que juifs, disent-ils.

Mais n'y a-t-il pas tout de même une différence entre, disons, un Américain du fin fond du Montana pour qui 'les Juifs' sont responsables de tous les malheurs du monde, et un Palestinien - à qui on a répété et répété sans fin qu'Israël est un état juif, destiné à tous les Juifs, partout et à jamais - qui blâme 'les Juifs' pour les maux que lui et ses compatriotes endurent? Est-ce qu'il s'agit ici de haine irrationnelle - ou de haine générée par les trente-cinq années que nous avons passées à les fouler aux pieds? Pourquoi sommes-nous si nombreux à vouloir croire que les Palestiniens ne remarqueraient pas à quel point nous les avons mal traités s'il ne se trouvait personne pour le signaler? Croyons-nous vraiment qu'ils nous haïssent à ce point pour notre religion qu'ils préféreraient encore se donner la mort, plutôt que de nous voir vivre?

Il est vrai que cette haine - la haine née de la guerre, qu'on trouve probablement dans tous les conflits jamais déclenchés entre deux communautés - adopte souvent une expression classiquement antisémite parmi les Palestiniens, et chez les Arabes en général. Et il est également vrai que si les Palestiniens et les autres Arabes espèrent arriver un jour à une véritable réconciliation avec Israël, ils devront se mettre à respecter notre sensibilité légitime à cet égard, reconnaître son authenticité - après tout, 2000 ans de persécution ne disparaissent pas comme ça - et trouver un nouveau vocabulaire. Continuer à faire des comparaisons entre Israël et l'Allemagne nazie par exemple, est non seulement odieux et répugnant, mais cela nous autorise aussi à rejeter complètement tout ce que l'interlocuteur pourrait encore avoir à dire.

Pour moi, en toute honnêteté, peu m'importe si les gens qui trouvent à redire à la politique israélienne sont ou non antisémites. Peu m'importe si les Européens, les Américains, ou les Palestiniens m'aiment ou non - en fait, au point où nous en sommes, ça m'étonnerait que ce soit le cas pour les Palestiniens. Que mes compatriotes aiment ou non les Palestiniens m'est même complètement égal - là non plus, je ne peux blâmer personne. En tant qu'Israélienne, ce qui m'importe, ce qui doit m'importer, c'est la moralité des actions de mon pays, indépendamment du ressentiment que je peux avoir. Il nous faut examiner notre histoire, sans crainte et honnêtement, et trouver un moyen de réparer les nombreux torts que, de toute évidence, nous avons commis. Plutôt que de nous cacher derrière nos peurs, je veux que nous ayons la force de faire ce qui est juste.

Emily L. Hauser


Traduit par Michelle Cheminel



 

 

19/04/2012, 16:20 | Par fxavier

UNE PAIX EQUITABLE EST-ELLE POSSIBLE ?

 

 

Esquisse des conditions de sa réalisation

 

 

Pendant sept ans les Palestiniens ont cru qu’un dialogue était possible avec Israël. Mais étant donné le rapport des forces en présence, les Palestiniens se sont fait enc... et Israël a profité de ces sept années de paix assurée en grande partie par les forces de sécurité palestinienne pour étendre ses colonies dans les territoires occupés et concéder chichement quelques arpents de terres à l’Autorité palestinienne, territoires qu’à tous moments, Israël peut réoccuper!

Alors, messieurs les sionistes qui envahissez les forums arrêtez votre sketch en prêtant des sentiments antisémites à ceux qui estiment qu’il est juste et bon que non seulement les Israéliens quittent les territoires occupés mais qu’ils restituent aux Palestiniens l’essentiel des terres qu’ils leur ont volés ou au moins qu’ils les indemnisent de tous les dommages qu’ils leur ont causés!

L’indemnisation des dommages causés est un droit que les Palestiniens peuvent revendiquer au même titre que les Juifs ou toutes autres personnes. Les « Accords d’Oslo » ont jusqu’à ce jour servi les seuls intérêts d’Israël et c’est bien de cela que la majorité des Palestiniens ont pris conscience en se lançant contre la volonté d’Arafat et de l’Autorité palestinienne dans l’Intifada

 

Le dialogue est et restera impossible tant que Israël ne reconnaîtra pas ses torts à l’égard des Palestiniens et s’engage à changer de cap dans une réconciliation qui ne se contente pas de quelques « belles paroles » et de quelques sucres d’orges donnés aux Palestiniens, mais qui s’engage concrètement sur le terrain à dégager dans un premier temps tous les territoires occupés et à régler comme il se doit le problème des Palestiniens parqués dans des camps de réfugiés!

Au nom de quoi Israël peut-il refuser ce droit aux Palestiniens et de se situer au delà du Droit International? Alors, messieurs, ne prenez les convenances d’Israël pour l’expression du Droit et les justes revendications des Palestiniens comme des utopies ou des revendications criminelles.

De fait vos injonctions sont bien dérisoires, les Palestiniens après sept années de palabres ont bien compris ce qu’il en était de la « volonté de paix d’Israël ». Notre soutien de longue date à la cause palestinienne n’a rien à voir avec un quelconque antisémitisme mais bien avec notre prise de conscience qui date de nos vingt (guerre d’Algérie) que le colonialisme est une chose abjecte et les colons quels qu’ils soient, quelles que fussent dans le temps de notre République leurs bonnes intentions, sont globalement pour les autochtones une calamité...Il se trouve que dans l’exacte mesure où ils n’ont pas été éliminés,( ce qui a été les cas des Indiens des Amériques) même s’ils ne sont pas officiellement labellisés comme formant une nation ou un peuple, ces autochtones se regroupent parfois et font de la résistance, s’engagent dans une guerre de « Libération nationale ». L’issue de ces guerres on peut la connaître à travers des précédents de notre histoire contemporaine....

On a pu, on peut espérer que les Israéliens fassent preuve de sagesse, de la même sagesse que celle des Palestiniens qui ont reconnu son droit à l’existence dans les frontières reconnues par la communauté internationale, mais à l’heure qu’il est, c’est mal barré puisque Israël a déjà toutes les peines du monde à reconnaître aux Palestiniens le droit à un Etat autonome « viable » dans des frontières autres que celles que l’Etat hébreu aura tracées et dans un statut autre que celui que Israël aura déterminé !

Il n’est pas sûr que « Palestine vaincra », mais ce qui est sûr, c’est que Israël ne pourra pas vivre en paix tant qu’il ne changera pas de cap, tant qu’il ne reconnaîtra pas aux Palestiniens le droit à l’existence dans un Etat indépendant dont les frontières ont pourtant été assez clairement définies par le plan de partage, et que les Palestiniens ont accepté avec un sens des réalités remarquable. Mais tant que Israël pourra se permettre de s’asseoir sur toutes les résolutions de l’ONU dont l’exécution est régulièrement bloquée par le veto américain au Conseil de Sécurité, la paix est impossible

 

 

 

               1°ISRAËL - PALESTINE: « un cancer »  difficile à guérir

Israël ne peut poursuivre sa politique démentielle menée depuis cinquante ans

Le cancer israélo-palestinien s’est formé à partir de la formation de deux nations sur une même contrée: la Palestine. Suiteà une décision inique de l’ONU faisant fi des oppositions des pays arabes et surtout des principaux intéressés : les Palestiniens qui ont été privés arbitrairement de plus d’une moitié de leurs terres attribuées aux colons juifs, venus coloniser la Palestinesous la poussée des dirigeants sionistes qui ont su habilement utiliser la victoire des « alliés » pour réaliser le projet sioniste, le « Grand Israël » que tous les dirigeants israéliens ont toujours eu en point de mire auquel Ariel Sharon espère apporter une touche finale .

Vers la fin dela Seconde GuerreMondiale tous les dirigeants sionistes étaient conscients que la victoire sur l’Allemagne nazie était une opportunité pour que leur rêve insensé puisse se réaliser.

Aucun dirigeant israélien en fonction n’a reconnu jusqu’à ce jour aux Palestiniens et mêmes aux arabes non juifs en Israël des droits équivalents aux juifs d’où qu’ils viennent. Le droit au retour des réfugiés palestiniens est vu aujourd’hui, non comme un droit symétrique à celui du retour de juifs qui n’ont jamais vécu en Palestine, mais à la fois comme un sacrilège et comme une demande de suicide démographique d’Israël. Alors qu’il aurait pu être considéré comme une réparation aux modalités négociables.

Au départ du sionisme, la formule « un peuple sans terre pour une terre sans peuple » a occulté le peuplement palestinien antérieur. Le droit des juifs à une nation a occulté le droit des Palestiniens à leur nation.

C’est la conscience d’avoir été victime qui permet à Israël de devenir oppresseur du peuple palestinien. Le mot « génocide » inventé en 1946 pour désigner l’extermination des Juifs par les nazis singularise le destin victimaire juif et banalise tous les autres (ceux des Tsiganes, des Indiens d’Amérique), devient la légitimation d’un colonialisme sioniste. Israël voit son terrorisme d’Etat contre les civils palestiniens comme autodéfense et ne voit que du terrorisme dans la résistance palestinienne. La propagande sioniste attribue à Arafat seul l’échec des ultimes négociations entre Israël et l’Autorité palestinienne ; il camoufle le fait que, sans cesse depuis les accords d’Oslo, la colonisation s’est poursuivie dans les territoires occupés et considère comme « offre généreuse » une restitution restreinte et morcelée de territoires comportant maintien de colonies et contrôle israélien de la vallée du Jourdain.

L’histoire complexe des négociations est effacée par la vision unilatérale de cette « offre généreuse » reçue par un refus global, et l’interprétation de ce supposé refus global comme une volonté de détruire Israël.

Depuis l’abandon par la charte de l’OLP du principe d’élimination d’Israël, l’Autorité palestinienne a reconnu à son occupant l’existence de nation souveraine que celui-ci lui refuse encore. Les dirigeants israéliens ont toujours refusé le principe « la paix contre la restitution d’une terre »

En Occident, les médias parlent sans cesse de la guerre israélo-palestinienne ; mais cette fausse symétrie camoufle la disproportion des moyens, la disproportion des morts, la guerre de chars, hélicoptères, missiles contre fusils et kalachnikovs. La fausse symétrie masque la totale inégalité dans le rapport des forces et l’évidence simple que le conflit oppose des occupants qui aggravent leur occupation et des occupés qui aggravent leur résistance.

La fausse symétrie occulte l’évidence que le droit et la justice sont du côté des opprimés. Elle met sur le même plan les deux camps, alors que l’un fait la guerre à l’autre qui n’a pas les moyens de la faire et n’oppose que des actes sporadiques de résistance ou de terrorisme. De même, il y a fausse symétrie entre Sharon et Arafat, l’un maître d’une formidable puissance, capable de défier les Nations unies et les objurgations (certes molles) des Etats-Unis, l’autre de plus en plus impuissant. Une sinistre farce consiste à demander à Arafat d’empêcher les attentats tout en l’empêchant d’agir.

On à peine à imaginer qu’une nation de fugitifs, issue du peuple le plus longtemps persécuté dans l’histoire de l’humanité, ayant subi les pires humiliations et le pire mépris, soit capable de se transformer en deux générations en « peuple dominateur et sûr de lui » et, à l’exception d’une admirable minorité, en peuple méprisant ayant satisfaction à humilier.

Les médias rendent mal les multiples et incessantes manifestations de mépris, les multiples et incessantes humiliations subies aux contrôles, dans les maisons, dans les rues. Cette logique du mépris et de l’humiliation n’est pas le propre des Israéliens, elle est le propre de toutes les occupations où le conquérant se voit supérieur face à un peuple de sous humains.

Dans les derniers temps de la reconquête dela Cisjordanie, TSAHAL s’est livrée à des actes de pillage, destructions gratuites, homicides, exécutions où le peuple élu agit comme la race supérieure. On comprend que cette situation dégradante suscite sans cesse de nouveaux résistants, dont de nouvelles bombes humaines. Qui ne voit que les chars et les canons, mais ne voit pas le mépris et l’humiliation, n’a qu’une vision unidimensionnelle de la tragédie palestinienne.

 

Le mot « terrorisme » fut galvaudé par tous les occupants, conquérants, colonialistes, pour qualifier les résistances nationales. Certaines d’entre elles, comme du temps de l’occupation nazie sur l’Europe, ont certes comporté une composante terroriste, c’est-à-dire frappant principalement des civils. Mais il est indu de réduire une résistance nationale à sa composante terroriste, si importante soit-elle. Et surtout, il n’y a pas de commune mesure entre un terrorisme de clandestins et un terrorisme d’Etat disposant d’armes massives. De même qu’il y a disproportion entre les armes, il y a disproportion entre les deux terreurs. L’horreur et l’indignation devant des victimes civiles massacrées par une bombe humaine doivent-elles disparaître quand ces victimes sont palestiniennes et massacrées par des bombes inhumaines ?

Il ne faut pas craindre de s’interroger sur ces jeunes gens et jeunes filles devenues bombes humaines. Le désespoir, certes les a animés, mais cette composante ne suffit pas. Il y a aussi une très forte motivation de vendetta qui, dan archaïque si profonde, surtout en Méditerranée, demande de porter la vengeance, non pas nécessairement sur l’auteur du forfait mais sur sa communauté. C’est aussi un acte de révolte absolue, par lequel l’enfant qui a vu l’humiliation subie par son père, par les siens, a le sentiment de restaurer un honneur perdu et de trouver enfin dans une mort meurtrière sa propre dignité et sa propre liberté.

C’est l’impitoyable répression menée par Sharon qui a fait passer l’antijudaïsme mental à l’acte le plus virulent de haine, l’atteinte au sacré de la synagogue et des tombes. Mais cela conforte la stratégie du Likoud : démontrer que les juifs ne sont pas chez eux en France, que l’antisémitisme est de retour, les inciter à partir pour Israël. Ne devons-nous pas au contraire mobiliser l’idée française de citoyenneté comme pouvoir de fraternisation entre musulmans et juifs ?

De fait Sharon compromet les chances de survie d’Israël dans le Moyen-Orient, en croyant assurer dans l’immédiat la sécurité israélienne par la terreur. Sharon ignore que le triomphe d’aujourd’hui prépare le suicide de demain. A court terme, le Hamas fait la politique de Sharon, mais à moyen terme, c’est Sharon qui fait la politique du Hamas. Si, en deçà d’un certain seuil, l’Intifada a poussé Israël à négocier, au-delà elle a ranimé l’angoisse de la proie, exaspérée par les attentats-suicides, et la répression impitoyable semble une juste réponse à la menace.

Israël se présente comme le porte-parole des juifs victimes d’une persécution multiséculaire jusqu’à la tentative d’extermination nazie. Depuis sa naissance, Israël est devenu une formidable puissance régionale, bénéficiant de l’appui des Etats-Unis, dotée de l’arme nucléaire qui représente une menace bien réelle pour le Proche - Orient

Y a-t-il une issue ? Une haine apparemment inextinguible est au fond du coeur de presque tous les Palestiniens et comporte le souhait de faire disparaître Israël. Chez les Israéliens, le mépris est de plus en plus haineux, et également semble inextinguible. Mais la haine séculaire entre Français et Allemands, aggravée par la seconde guerre mondiale, a pu se volatiliser en vingt années. De grands gestes de reconnaissance de la dignité de l’autre peuvent, surtout en Méditerranée, changer la situation.

Des Sémites (n’oublions pas que plus de 40 % des Israéliens d’aujourd’hui viennent de pays arabes) peuvent bien un jour reconnaître leur identité cousine, leur langue voisine, leur Dieu commun. L’énormité de la punition qui s’abat sur un peuple coupable d’aspirer à sa libération va-t-elle enfin provoquer dans le monde une réaction autre que de timides objurgations ? L’ONU sera-t-elle capable de décider d’une force d’interposition ? Sharon ne peut qu’être contraint à renoncer à sa politique.

De toutes façons, les Etats-Unis, dont la responsabilité est écrasante, disposent du moyen de pression décisif en menaçant de suspendre leur aide, et du moyen de garantie décisif en signant une alliance de protection avec Israël.

Le problème n’est pas seulement moyen-oriental. Le Moyen-Orient est une zone sismique de la planète où s’affronte Est et Ouest, Nord et Sud, riches et pauvres, laïcité et religion, religions entre elles. Ce sont ces antagonismes que le cancer israélo-palestinien risque de déchaîner sur la planète. Ses métastases se répandent déjà sur le monde islamique, le monde juif, le monde chrétien. Le problème n’est pas seulement une affaire où vérité et justice sont inséparables. C’est aussi le problème d’un cancer qui ronge notre monde et mène à des catastrophes planétaires en chaîne. (Nouvelobs Franz - Strasbourg - 05.06.02 23:26

 

       

     2°LE DROIT A LA SECURITE d’ISRAËL ?

Une plaisanterie qui n’a que trop duré!

Les menaces potentielles qui pèsent sur Israël,  l’antisémitisme des Palestiniens « extrémistes » autorisent, selon nos doctes exégètes, les Anges exterminateurs juifs (TSAHAL) à manifesterla Puissancedu Peuple  de Yahvé, à faire trembler ses ennemis. En dernier lieu , si ces derniers s’obstinent à ne pas entendre « Son Message de Paix » (aujourd’hui il s’agit du « Diktat » de Barak ) , comme cela est écrit dans le Livre de Josué,  l’Armée d’Israël  est en droit d’exterminer les ennemis  du peuple de Dieu , les esprits rebelles… Cette attitude  « biblique », quasi paranoïaque, s’inscrit  bien dans la logique d’Israël et des organes officiels de la communauté juive qui  tous les deux, à des degrés divers, mais pour l’essentiel, ont toujours justifié et justifient aujourd’hui encore les actes de représailles qui émaillent les cinquante années d’existence de l’état hébreu au nom du « Droit  àla Sécuritéd’Israël ». Elle a permis cette fuite en avant de l’extension du « Lebensraum », (l’espace vital) du peuple juif, extension justifiée au nom de la « survie d’Israël ».

La manifestation de la force de ses armées est pour Israël une nécessité pour se faire respecter par les Arabes, (considérés par les Israéliens comme des êtres pusillanimes et couards) et pour se débarrasser des esprits  rebelles et hostiles aux « projets de paix » d’Israël.

Pour réduire les « extrémistes » palestiniens au silence, TSAHAL se doit de faire la démonstration éclatante de sa force, et Israël se trouve dans « l’obligation » (sic) de poursuivre les implantations des colonies juives au cœur de la « Terre Promise », que Dieu selon le mythe biblique a accordé aux juifs, occupation bienfaisante selon  les bonnes paroles de nos idéologues sionistes :  « Occupants à contre cœur et résignés, les Israéliens exercent  indubitablement une influence salutaire et durable sur les masses encore féodales. Ces influences parmi d’autres faciliteront aux Arabes l’accès à de nouvelles échelles de valeur et les transformeront le jour venu en partenaire d’une paix durable génératrice de progrès pour ceux qui y adhéreront. » (Bernsohn, « Le Monde » 1969)

 

L’Edification du Grand Israël

Cette politique de colonisation rampante, déguisée en « aide »,  inaugurée dès la création de l’Etat hébreu et systématisée après la « miraculeuse » (sic) victoire d’Israël  au bout de « Six jours » en 1967, (le temps que, selon le mythe biblique , Dieu a pris pour créer l’univers), s’est concrétisée trivialement par la politique du « fait accompli », politique  élaborée par le plan d’occupation et de colonisation des « territoires occupés » du « travailliste »  Igal Allon ,  une entreprise qui au fil du temps a pris toutes ses proportions démesurées pour aboutir à l’édification du « Grand Israël » sous le regard complice du « grand Frère » USA  et quelques timides protestations de certains dirigeants occidentaux étouffées par les nombreuses campagnes de propagande sionistes dont les « accords israélo-palestiniens » signés en grande pompe à Washington en 1993 ont été le point d’orgue .

De fait, les « Accords d’Oslo », présentés comme un accord de paix équitable se sont avérés être comme la dernière pierre angulaire de cet édifice que la droite osait nommer « Grand Israël », alors que la « gauche », soucieuse de son image de marque,  justifiait le maintien du plan d’occupation du sol au nom du « Droit légitime d’Israël àla Sécurité ».

Franz - Strasbourg – NOUVELOBS 24.11.01 16:24

 

 

ADRESSE aux sionistes et à leurs sympathisants

Quand vous dénoncez nos médias qui seraient sous l’influence d’un lobby arabe, vous ne faites que regretter  que l’information ne soit plus, comme il y a quelques années, unilatéralement favorable à Israël, et n’entretienne pas les « Saintes Images » dont on nous abreuvait Quand vous vaticinez sur les menaces que  ferait peser l’islamisme sur la paix civile en France, vous êtes tout simplement ignobles ! Quand vous épinglez les organisations de résistances palestiniennes, comme des bandes terroristes, vous défendez , tout naturellement votre « Mère Patrie » dans ses « actions  de bienfaisance » qui tout aussi naturellement déplaisent à ceux qui, comme moi, n’apprécient guère ces « bienfaiteurs israéliens» qui humilient, tuent et démolissent pour mater les rebelles. Quand vous vous réjouissez que les dirigeants arabes obtempèrent aux injonctions des USA vous emboîtez tout naturellement le pas au « Grand Protecteur » d’Israël qui peut ainsi rêver de la réalisation du projet sioniste  qui est : le « Grand Israël »

 

Remarques à  propos du « Hamas »Certes,  son idéologie n’est pas, à priori, ma tasse de thé, il existe comme organisation de résistance, beaucoup grâce à Israël, il s’est fixé pour tâche de libérerla Palestine de l’Occupant sioniste. A ceux qui dénoncent le Hamas  et ses prétentions à travers des extraits plus ou moins caviardés de sa « Charte », qui préconise une Palestine islamisée, on peut tout bonnement opposer quelques textes bibliques qui  inspirent, depuis plus de cinquante ans,  les comportements des «Forces armées du peuple d’Israël» et aussi  ceux d’une majorité des Juifs qui se sont installés en Israël au nom de leur « Droit sacré » sur la terre de Palestine, conformément au « Droit au Retour » inscrit dansla Constitution de l’Etat hébreu. C’est sans doute aussi à cause de ces référents bibliques qui ont été un des « moteurs essentiels » de l’installation des Juifs en Palestine que le monde Occidental, marqué lui aussi par  un certaine vénération dela Bible, a pu manifester, et manifeste autant de complaisances pour l’Etat d’Israël et sa politique  de colonisation bien tardivement remise en cause, au cours de cette deuxième Intifada

Donc très clairement,  la radicalité du Hamas peut se mettre en parallèle avec la radicalité d’Israël et il importe donc qu’Israël renonce à son « Projet de la colonisation dela Palestine » et le Hamas se dit prêt, il a déjà donné quelques signes dans ce sens, à renoncer au sien. Israël par contre en est encore bien loin. Quand les Israéliens exigent des Palestiniens soumission et reconnaissance avant même toute reprise des « négociations » cela s’inscrit, aussi d’une certaine façon, dans une logique biblique puisque Israël peut se prévaloir de la protection de Yahvé (trivialement bien sûr de celle du Gouvernement du Président Bush) et bien sûr de la puissance militaire dela TSAHAL en qui Israël met toute sa confiance. Il faut encore souligner que dans cette perspective qui fait du «peuple juif » un peuple séparé. Les Juifs israéliens (mêmes les non croyants et non pratiquants), tout particulièrement les colons juifs sont persuadés sont bien installés sur les « terres de leurs ancêtres » dans le Territoires occupés dès  juin 1967 conformément au Projet sioniste de la colonisation dela Palestine.

 

                                             

 

                        3°A  RECONNAISSANCE DU PALESTINIEN COMME  UN AYANT DROIT A LA TERRE

 

Réflexions complémentaires

A propos d’Amos Oz

Je suis en train de lire: « Une histoire d’amour et de ténèbres » d’Amos Oz et viens de participer à Strasbourg à un colloque sur: « Les nouvelles écritures dramatiques d’Israël »
Les messages de CR 84 et Allegra à propos d’Amos Oz et cette rencontre avec des dramaturges israéliens m’incitent à vous livrer ces quelques réflexions... sur ce qu’il en est de la tragique impasse dans laquelle se sont fourvoyés les Israéliens.


Bien sûr, Amos Oz comme la grande majorité des intellectuels, sionistes de gauche, que j’ai pu rencontrer au cours de ce colloque, restent persuadés que la colonisation de la Cisjordanie après la Guerre des Six Jours a été une erreur... mais que, si on prend en compte la situation actuelle et la mentalité des Juifs pour qui la terre colonisée s’est intégrée à leur « être au monde », d’autant plus qu’ils sont persuadés qu’ils l’ont radicalement transformée en terre « où coule le lait et le miel », la restitution aux Palestiniens des grands blocs coloniaux en Cisjordanie est impossible à envisager pour un Juif, dans la mesure où la Terre et la Maison en Palestine sont intégrés dans la mentalité juive à l’idée d’une intime propriété familiale... De ce fait les « attentats terroristes » palestiniens, qu’ils se passent en Israël ou dans les « grands blocs » des communautés juives dans les territoires occupés (Judée Samarie) sont une atteinte au droit de propriété des Juifs à leur Terre

Donc si les uns ou les autres peuvent sincèrement regretter que les dirigeants israéliens et le Fonds national aient déployé autant d’énergie pour implanter des colonies juives en Cisjordanie, ils ne peuvent envisager que la majorité des colons des territoires occupés
soient obligés de faire leur valise et d’abandonner « leur Terre ».

Par ailleurs, ces mêmes personnes bien respectables pensent, qu’étant donné l’attachement à la terre pour tout Juif qui a subi l’errance, que les réfugiés palestiniens devraient chercher ailleurs un lieu de fixation, trouver leur Maison à côté, ailleurs, et ne pas s’acharner dans une impossible revendication d’un droit au retour qu’ils ont perdu à cause des aléas de l’histoire imputables, selon eux, autant aux dirigeants israéliens que palestiniens

.De ce fait, Amos Oz, au même titre que ces intellectuels israéliens que j’ai pu rencontrer sans être vraiment en mesure de discuter, pensent que la séparation devient une urgente nécessité, que les Palestiniens doivent comprendre que si les dirigeants israéliens arrivent à faire évacuer la multitudes des petites colonies juives ce sera déjà un dur sacrifice.

C’est donc bien vrai, ce que disent C 84 et Allegra à propos de Amos Oz, et aussi ce que pensent la majorité des Israéliens est fondamentalement complémentaire, et cela est confirmé par la convergence totale sur ce problème entre le Kadima d’Olmert et le parti Travailliste de Pérez.

Ce choix, ce constat qui prétend s’inscrire dans une vision à la fois sensible et réaliste de la situation s’oppose une lecture diamétralement opposée celle d’une minorité de juifs « gauchistes » israéliens et de palestiniens israéliens que j’ai eu aussi le « bonheur » de rencontrer à ce colloque, qui prennent en compte les justes revendication des Palestiniens, qui pensent qu’il n’y a aucune raison que  les Palestiniens sacrifient leurs droits légitimes aux fantasmes des colons juifs

.En particuliers j’ai eu le plaisir de découvrir une jeune dramaturge israélienne Yaël RONEN qui dans une vidéo remarquable nous raconte l’histoire d’un couple palestinien qui un matin voit débarquer un géomètre israélien qui les informe que leur maison va être coupée en deux par le MUR. Le couple n’a pas l’air content, le géomètre ne comprend pas pourquoi ils ne sont pas contents d’être séparés de leurs ennemis israéliens, il s’imagine que c’est sans doute à cause de la couleur du MUR et leur propose donc un mur en bleu ciel.. Face à leur réticence, il explique avec aisance à ce couple les avantages de leur situation par rapport à d’autres palestiniens: »Dans votre maison, vous avez la chance d’avoir un check point, un lieu de passage gardé par de braves soldats israéliens à qui vous pourrez offrir, le matin en passant de votre cuisine à votre salle de bain, le café... »

Ce qui m’a estomaqué, c’est que ces personnes coexistent, s’expriment sans se confronter vraiment...et malgré ma folle envie... je me suis retenu de « ferrailler » publiquement, parce que face à cette surprenante contradiction fondamentale, il m’eut été facile d’épingler les « braves et sincères sionistes de gauche » et soutenir ardemment les autres, je me suis dis, en fin de compte, ce que je venais de découvrir est à la fois porteur d’espoir et de profonde désespérance... et en tout état de cause mes paroles étaient bien vaines dans la mesure où elles n’auraient été qu’une démonstration d’un « savoir » qui se situait dans le « no man land » de la séparation que les uns, les sionistes de gauche pensent être la solution vivable, alors que les autres pensent que les israéliens ont encore à faire le long parcours de la reconnaissance de l’Autre palestinien (Nouvelobs permanent François - Strasbourg - 02.04.06 19:23 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4° ADRESSES DIVERSES à propos des « sacrifices consentis ou à consentir par Israël

 

Adresse à Monsieur K 

J’apprécie la correction et la pertinence de votre message me concernant adressé à Mark.

Le constat que vous faites sur mon « aveuglement » me semble être au centre du problème qui rend toute négociation, tout dialogue quasi impossible.

Il ne s’agit pas d’une question de personnes ou même de « bonne volonté » mais bien d’une analyse historique totalement divergente.

D’un côté Israël est persuadé de consentir à « d’énormes sacrifices » en expulsant quelques milliers de colons sur les quelques 250 000 et + qui se sont installés dans les « Territoires Occupés », alors que les Palestiniens, dans leur grande majorité, estiment, à juste titre si on prend en considération le Droit International,  que l’expulsion de tous les colons de tous les « territoires occupés » est un préalable à toute négociation de paix.

Pour résumer ce qui oppose les uns aux autres, c’est que Israël estime que les « Faits acquis » ne peuvent être fondamentalement remis en cause, alors que les Palestiniens, se basant sur  le Droit International, estiment que l’Etat hébreu doit se livrer à une remise en cause  de son histoire et reconnaître tous les droits légitimes des PALESTINIENS.

Les exigences d’Israël: déposer les armes avant toute négociation,sont politiquement inacceptables, à moins de penser que Israël n’est pas un Etat comme les autres, et que dans toute négociation équitable il y a un rapport de force nécessaire que le Hamas a bien compris

  • Nous sommes disposés à une trêve à condition que Israël fasse de même
  • Nous sommes disposés à négocier avec Israël, et même à reconnaître l’Etat hébreu à condition que Israël reconnaisse les droits, tous les droits des Palestiniens, conformément aux Résolutions de L’ONU.

Une paix équitable est à ces conditions, qui elles, il est vrai, sont douloureuses pour Israël mais sont indispensables à l’arrêt de sa politique de colonisation des territoires volés aux Palestiniens, il est vrai pour des raisons les plus diverses, toutes centrées sur un besoin de sécurité

Ps

Je pense souvent à la première attitude de : De Gaulle proclamant »Nous ne discuterons pas avec le F.L.N avant qu’il n’est mis ses armes au vestiaire ».

De Gaulle a été contraint de négocier avec le F.L.N alors qu’il avait gardé ses armes. Il en fut de même pour toutes les autres négociations avec les RESISTANCES ARMEES

 

 

 

Adresse aux sots sionistes

Face au soutien de plus en plus massif à la lutte du peuple de Palestine la gent sioniste  tente de justifier les représailles de l’Etat hébreu et de reprendre en chœur les versets bien connus sur : le droit à l’existence d’Israël  et  la reconnaissance d’un Etat palestinien selon les conditions et les modalités fixées par l’Etat hébreu. Et pour faire bonne mesure on utilise la vieille recette sur le thème : « antisionisme = antisémitisme », une équation  qui devrait faire réfléchir tout « homme sensé »,  et l’amener  à reconnaître à Israël non seulement  sa situation de « légitime défense » mais à se féliciter de sa participation judicieuse à la « lutte contre le terrorisme » au nom de la liberté.

Certains petits « futés » prétendent même que les « opérations de TSAHAL » ne visent qu’à la libération des Palestiniens de l’emprise pernicieuse  des « terroristes » qui ne cherchent qu’à tuer des Juifs israéliens  pour semer la terreur dans le peuple d’Israël dans le but de faire partir les Juifs et reconquérir toutela Palestineet que  les résistants palestiniens « rêveraient » de se faire tuer pour gagner un coin de paradis aux côtés des quelques dizaines de vierges prêtes à les accueillir en héros….

Ce qui contraire à la réalité de la situation politique  des Palestiniens,

La vulgate sioniste  nous cause de « respect » des populations arabes de Palestine , de nécessaires « campagnes d’explication » et de « message de paix » en direction des populations arabes  et de l’opinion mondiale, alors qu’en réalité, si on se réfère au projet sioniste et à la politique pratiquée par Israël depuis cinquante ans, le sionisme n’a qu’un but avéré  : la mise en place du « Grand Israël » par étapes successives,  en éliminant tous ceux qui ne reconnaissent pas les « bienfaits » que peut leur apporter le peuple juif  et qui considèrent qu’ils ont été spoliés de leurs terres ,  tous ceux qui n’ont de cesse d’en récupérer le maximum et qui n’ont aucune envie de se sacrifier pour que les Juifs puissent vivre leurs fantasmes d’un Etat Juif sur la terre de Palestine

Etant, depuis plus de trente ans, atteint par le « syndrome de l’antisionisme », très exactement après le « Blitzkrieg » de 1967 où tout le monde avait tremblé pour la survie d’Israël face aux  Etats arabes,  je ne résiste pas à me lancer   dans une mise au point ,à une réplique signifiante  des mes choix politiques qui n’ont rien à voir avec une quelconque humeur morbide,  ou un esprit compassé,  et surtout pas avec une quelconque pulsion de mort… et je récuse toute confusion entre antisionisme et antisémitisme à moins que  les « sots » aient raison

 

Les sots   proclament qu’il n’y a plus, a priori , aucune raison de se révolter puisque après la « Chute du Mur de Berlin » suivie de celle de l’URSS , la démocratie triomphante déploie ses ailes pour annoncer au monde la « Bonne Nouvelle », celle que selon les contes et légendes de « l’Histoire Sainte » les Anges chantaient autour de l’humble étable du « Messie », et qu’on nous ressert pour écraser toute révolte : « Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté , soyons tous frères, aimons nous les uns les autres »

Un message qui a fait déjà couler bien du sang, parce que l’amour et la fraternité ne vont pas toujours bien ensemble et que la paix ne se décrète pas mais se discute et ne peut se réaliser que dans l’égalité des droits et le respect de l’Autre ; c’est dans ce sens que ce « message » n’est le plus souvent qu’un message de bonnes intentions, et  qui, comme l’Enfer, est pavé de bonnes intentions….

Pour les sots, certains « esprits malins » ne  peuvent se passer de ferrailler  contre un ennemi qu’ils inventent dans leur imaginaire morbide, et le sioniste serait donc leur cible idéale ! La lutte du peuple de Palestine  n’a, aux yeux des sots, aucune raison d’être puisque le Peuple Juif est le seul à pouvoir revendiquer en toute légitimité divinela Terre Sainte, promise par Yahvé à Israël et de surcroît il est celui qui peut apporter au monde arabe la « Lumière de l’Occident »… Les Juifs  voudraient tant aimer les Arabes alors que ceux-ci n’ont, souvent  que de la haine  et incompréhension pour eux

En dégageant les brouillards de la propagande qui ont embrumé les esprits, le vrai visage du sionisme apparaît aux yeux du monde éberlué dans sa tragique et même dérisoire réalité.

Le sionisme se révèle être un mouvement de colonisation dela Palestineet contrairement aux discours de sa propagande les sionistes ont chassé (et chassent encore aujourd’hui) de leurs terres, dans le but de réaliser leurs fantasmes messianiques des hommes et des femmes qui n’étaient pas des zombies, mais bien des êtres humains attachés à leurs terres qu’ils avaient, contrairement à la propagande sioniste, cultivées, aimées (et aiment encore aujourd’hui au point de vouloir y retourner)

Messieurs les sots, je n’ai jamais dit et écrit que les Juifs étaient responsables de tous les maux de la terre, mais qu’ils sont bien, et tout simplement, responsables de l’expulsion  de quelques centaines de milliers de Palestiniens et de quelques dizaines de milliers d’Arabes écrasés sous leurs bombes et leurs chars dans des guerres d’agressions considérés, grâce aux torrents de la propagande sioniste qui commencent à se tarir, comme des « actes de légitimes défense »

Ce n’est pas une pulsion de mort qui anime ceux qui se livrent à des attentats terroristes mais bien le fol espoir qu’ils auront permis à ceux qui survivront de vivre dans un Etat indépendant débarrassé du joug pesant des Israéliens ….

Les Palestiniens ne sont, bien sûr et fort heureusement, pas des « anges », mais avec le temps, ils ont compris que Israël ne cédera rien que s’il est contraint par la force d’une résistance armée qui se met en place avec des erreurs, des hésitations, comme toutes les résistances armées….

Si par les temps qui courent, l’existence d’Israël peut être remis en cause, alors qu’elle a été très explicitement reconnue depuis une bonne vingtaine d’année, et confirmée solennellement en 1993, il ne suffit pas de dire « Israël est et sera » et que les portes de l’Enfer ne prévaudront pas contre l’Etat hébreu, il est  encore moins  astucieux d’envoyer les chars pour écraser le peuple de Palestine…

Israël pourra vaincre à court terme, mais face aux rapports de forces existants au Proche Orient, face aux peuples arabes de plus en plus conscients, il est urgent que Israël se préoccupe de la seule chose qui importe : « Comment exister en bonne entente avec ses voisins arabes  ? ? »

Pour cela, il importe  que Israël écoute la voix de la raison, la voix de ceux qui en son sein sont de vrais prophètes, (dans le sens biblique du terme),  et tous ceux qui, à travers le monde,  dénoncent la politique insensée et suicidaire de l’Etat hébreu et posent comme préalable l’évacuation totale des territoires occupés. (Nouvelobs 12.04.2004)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  II°COMMENT PLUS CONCRETEMENT SORTIR DE L’IMPASSE ?

 

POUR UNE PAIX EQUITABLE  c’est tout simple, il importe que Israël renonce à son entreprise coloniale archaïque et reconnaisse tous les droits des Palestiniens sans mégoter, dont le DROIT AU RETOUR.

 

 

Encore, à propos des « Accords d’Oslo »,

Avant d’énoncer  quelques brèves mises au point  non pas pour convaincre ceux qui font campagne pour débusquer éradiquer la « vermine  terroriste islamiste » et tous leurs « complices » qui, comme votre « humble serviteur », non seulement ne chantent pas les louanges à la gloire d’Israël (parce qu’il est encore permis d’émettre quelques critiques à l’égard de l’Etat hébreu) mais qui contestent fondamentalement au « peuple juif » tout droit historique sur la terre de Palestine et  qui surtout considèrent le sionisme et ses fantasmes messianiques comme un trivial colonialisme, un impérialisme d’opérette initié par Théodore Herzl qui  vire au tragique

Les « Accords d’Oslo » qu’on a présenté comme une  lueur d’espoir, et auxquels le peuple de Palestine, ( sous l’impulsion de Yasser Arafat et de son organisation de résistance, l’OLP, qui ont reconnu sans aucune ambiguïté l’Etat d’Israël et ont non seulement renoncé a toute lutte armée mais se sont engagés à mettre hors d’état de nuire tous ceux qui s’opposeraient à la mise en œuvre de ces « Accords »), a adhéré avec un enthousiasme émouvant et naïf ont été un marché de dupes.

Pour ce qui nous concerne, nous avons toujours pensé que les « Accords d’Oslo » constituaient un acte de capitulation de la part de l’OLP pour deux raisons bien simples :

  • Aucune paix  équitable ne pouvait s’établir entre une OLP qui renonçait à toute résistance armée  sans avoir obtenue la moindre garantie sur la création d’un Etat palestinien. La reconnaissance  par Israël de l’OLP comme « seul  interlocuteur » ne pouvait qu’être, (dans la mesure où  Israël était dans la posture de vainqueur  « généreux » face à une organisation affaiblie et discréditée par l’aventurisme de Yasser Arafat qui avait à se faire « pardonner » son soutien à Saddam Hussein) , un cadeau empoisonné
  • De fait, les « Accords d’Oslo » n’engageaient Israël à aucune concession concrète  comme l’évacuation totale des colonies juives .Les résolutions 242 et 194 n’apparaissaient que comme un cadre de référence auquel Israël se donnait toute latitude et toute liberté d’interprétation….

Qu’il soit bien entendu quelque fût la bonne ou mauvaise volonté des dirigeants israéliens, (on peut même penser que Rabin  avait bien quelques bonnes intentions, ce qui n’est pas une évidence quand on se réfère à la répression de la première Intifada et à sa volonté de « casser les reins à toute résistance palestinienne) ;les dés étaient pipés d’avance, parce que politiquement rien ne pouvait contraindre Israël à satisfaire les desiderata du peuple de Palestine, plus précisément ses justes revendications conformes aux résolutions de l’ONU….

Les conséquences de ce face à face on les connaît : poursuite de la colonisation des territoires occupés malgré toutes les protestations de l’Autorité palestinienne, (Autorité fantoche chargée  de réprimer les « extrémistes palestiniens », c’est à dire ceux qui refusaient de se satisfaire de ce que Israël voulait bien leur laisser après s’être bien servi) et en dernier lieu refus d’un Etat palestinien indépendant…

 

Le mot « terrorisme » fut galvaudé par tous les occupants, conquérants, colonialistes, pour qualifier les résistances nationales. Certaines d’entre elles, comme du temps de l’occupation nazie sur l’Europe, ont certes comporté une composante terroriste, c’est-à-dire frappant principalement des civils. Mais il est indu de réduire une résistance nationale à sa composante terroriste, si importante soit-elle. Et surtout, il n’y a pas de commune mesure entre un terrorisme de clandestins et un terrorisme d’Etat disposant d’armes massives. De même qu’il y a disproportion entre les armes, il y a disproportion entre les deux terreurs. L’horreur et l’indignation devant des victimes civiles massacrées par une bombe humaine doivent-elles disparaître quand ces victimes sont palestiniennes et massacrées par des bombes inhumaines ?

Il ne faut pas craindre de s’interroger sur ces jeunes gens et jeunes filles devenues bombes humaines. Le désespoir, certes les a animés, mais cette composante ne suffit pas. Il y a aussi une très forte motivation de vendetta qui, dan archaïque si profonde, surtout en Méditerranée, demande de porter la vengeance, non pas nécessairement sur l’auteur du forfait mais sur sa communauté. C’est aussi un acte de révolte absolue, par lequel l’enfant qui a vu l’humiliation subie par son père, par les siens, a le sentiment de restaurer un honneur perdu et de trouver enfin dans une mort meurtrière sa propre dignité et sa propre liberté.

Et nous voici à l’incroyable paradoxe. Les Juifs d’Israël, descendants des victimes d’un apartheid nommé ghetto, ghettoïsent les Palestiniens. Les Juifs qui furent humiliés, méprisés, persécutés, humilient, méprisent, persécutent les Palestiniens. Les juifs qui furent victimes d’un ordre impitoyable imposent leur ordre impitoyable aux Palestiniens. Les juifs victimes de l’inhumanité montrent une terrible inhumanité.

Nourri de tous les ingrédients de l’antisémitisme européen classique, cette dialectique est en cours d’exportation. Avec l’aggravation de la situation en Israël Palestine, la double intoxication, l’antijuive et la judéo-centrique, va se développer partout où coexistent populations juives et musulmanes. Le cancer israélo-palestinien est en cours de métastases dans le monde.

C’est l’impitoyable répression menée par Sharon qui a fait passer l’antijudaïsme mental à l’acte le plus virulent de haine, l’atteinte au sacré de la synagogue et des tombes. Mais cela conforte la stratégie du Likoud : démontrer que les juifs ne sont pas chez eux en France, que l’antisémitisme est de retour, les inciter à partir pour Israël. Ne devons-nous pas au contraire mobiliser l’idée française de citoyenneté comme pouvoir de fraternisation entre musulmans et juifs ?

De fait Sharon a compromis gravement les chances de survie d’Israël dans le Moyen-Orient, en croyant assurer dans l’immédiat la sécurité israélienne par la terreur. Sharon ignore que le triomphe d’aujourd’hui prépare le suicide de demain. A court terme, le Hamas fait la politique de Sharon, mais à moyen terme, c’est Sharon qui fait la politique du Hamas. Si, en deçà d’un certain seuil, l’Intifada a poussé Israël à négocier, au-delà elle a ranimé l’angoisse de la proie, exaspérée par les attentats-suicides, et la répression impitoyable semble une juste réponse à la menace.

Israël se présente comme le porte-parole des juifs victimes d’une persécution multiséculaire jusqu’à la tentative d’extermination nazie. Depuis sa naissance, Israël est devenu une formidable puissance régionale, bénéficiant de l’appui des Etats-Unis, dotée de l’arme nucléaire qui représente une menace bien réelle pour le Proche - Orient

Y a-t-il une issue ? Une haine apparemment inextinguible est au fond du coeur de presque tous les Palestiniens et comporte le souhait de faire disparaître Israël. Chez les Israéliens, le mépris est de plus en plus haineux, et également semble inextinguible. Mais la haine séculaire entre Français et Allemands, aggravée par la seconde guerre mondiale, a pu se volatiliser en vingt années. De grands gestes de reconnaissance de la dignité de l’autre peuvent, surtout en Méditerranée, changer la situation.

 

Des Sémites (n’oublions pas que plus de 30 % des Israéliens d’aujourd’hui viennent de pays arabes) peuvent bien un jour reconnaître leur identité cousine, leur langue voisine, leur Dieu commun. L’énormité de la punition qui s’abat sur un peuple coupable d’aspirer à sa libération va-t-elle enfin provoquer dans le monde une réaction autre que de timides objurgations ? L’ONU sera-t-elle capable de décider d’une force d’interposition ? Sharon ne peut qu’être contraint à renoncer à sa politique.

De toutes façons, les Etats-Unis, dont la responsabilité est écrasante, disposent du moyen de pression décisif en menaçant de suspendre leur aide, et du moyen de garantie décisif en signant une alliance de protection avec Israël.

Le problème n’est pas seulement moyen-oriental. Le Moyen-Orient est une zone sismique de la planète où s’affronte Est et Ouest, Nord et Sud, riches et pauvres, laïcité et religion, religions entre elles. Ce sont ces antagonismes que le cancer israélo-palestinien risque de déchaîner sur la planète. Ses métastases se répandent déjà sur le monde islamique, le monde juif, le monde chrétien. Le problème n’est pas seulement une affaire où vérité et justice sont inséparables. C’est aussi le problème d’un cancer qui ronge notre monde et mène à des catastrophes planétaires en chaîne.

 

Tragique et dérisoire méprise des sionistes de "gauche" qui se disent qu'il faut sauver la "maison" et laisser les "granges" aux Palestiniens dans la mesure où ces derniers n'ont vraiment pas "compris" , selon ces gens bien intentionnés, toutes les bonnes intentions d'Israël et tous les bienfaits que les Juifs pouvaient apportent au "monde arabe", cette conclusion d'Avraham Yehoshua est vraiment hautement significative, de cette bonne conscience qui habite la gent sioniste de gauche comme de droite.

 

Cet extrait d'un article de Télérama qui fait l'éloge d'Avraham Yehoshua, ce "pompier" d'Israël en déroute mérite d'être cité.

Avraham Yehoshua vit sous les hauteurs d’Haïfa la ville la plus tolérante d’Israël : « Il reste, c’est vrai peu de raisons d’espérer. Nous autre Juifs avons abandonné les fondements du sionisme. Israël qui se voulait un modèle pour les nouvelles nations, a tout oublié de sa mission. Quant aux Arabes, ils refusent toujours d’entrer dans le monde moderne. La libre parole ou l’autocritique leur reste étrangère. Nous avons failli faire la paix en 2000. Mais l’opération a échoué. La relation est devenue incestueuse et sanglante. Tranchons-là. Rendons aux Palestiniens l’essentiel de leur territoire, peut-être pas tout mais l’essentiel, évacuons les colonies, construisons un mur s’il le faut et calmons le jeu. Nous nous sommes trop mélangés. Maintenant il faut que chacun reste chez soi .Pour survivre tout simplement.

Ce "Monsieur" fort respectable ne manque pas d'outrecuidance quand il accuse le monde arabe d'une incapacité d'autocritique alors qu'il nous bassine, comme Burg qui nous raconte que les bonnes intentions du sionisme  se seraient dévoyées avec les dirigeants actuels qui ne seraient aux yeux de ces "Messieurs", que la conséquence du "refus arabe" d'accepter les bienfaits de la civilisation apportés par les pionniers juifs

Il y a de quoi bondir ! A moins que les discours de ces "bons apôtres" ne soient que le chant du cygne, la tentative de sauver les maisons et les meubles menacées par les « hordes barbares » dont parle un certain Benny Morris, l’autre « homme de paix  du  bon vieux temps  de Rabin et des « Accords d’Oslo », qui converti aux bonnes méthodes des sionistes « primitifs » aux allures bibliques, regrette que Ben Gourion ne soit pas aller jusqu’au bout dans l’éradication des Palestiniens et l’édification du Grand Israël qui aurait pu se faire en 1948, plus facilement que par les temps qui courent (Nouvelobs François - Strasbourg - 29.09.03 . 22:23

 

 

 

                              Les conditions d'une paix durable

La paix c'est tout simple et pourtant...Combien faudra-t-il de vies humaines perdues pour que les Israéliens acceptent de rendre justice aux Palestiniens?

 

Une simple lecture de l'évolution de la carte des « territoires occupés » depuis les « Accords israélo- palestiniens  d’Oslo», une écoute quelque peu attentive des déclarations des dirigeants palestiniens et israéliens démontrent que :

Les « Accords d'Oslo » ont permis à Israël de poursuivre en toute quiétude le processus de colonisation menacé par la première Intifada.

En renonçant unilatéralement à la lutte armée, Yasser Arafat a signé un acte de capitulation dont les Palestiniens mesurent, aujourd'hui les conséquences désastreuses. Il s'agit donc bien d'une révolte d'une population occupée contre un occupant israélien qui veut imposer son Diktat.
Laisser accréditer l'idée qu'à Camp David la paix était toute proche, et qu'un peu de bonne volonté de la part de l'Autorité palestinienne aurait suffit pour aboutir à un accord de paix équitable est une analyse politiquement erronée !

Affirmer que les Palestiniens veulent « détruire Israël » n'est qu'un argument de propagande pour justifier la répression menée tambour battant par Sharon avec l'approbation de la grande majorité des Israéliens, majorité qui s'effrite au bout d'un an ! Une lecture sérieuse des déclarations des dirigeants palestiniens sont en flagrante contradiction avec les élucubrations sentimentalo politiques sur les « extrémistes » Palestiniens assimilés parfois aux extrémistes du Likoud, de vrais fascistes comme ce ministre du tourisme israélien « liquidé » par le F.D.L.P. qui a valu à Yasser Arafat une mise en « résidence surveillée » et au peuple de Palestine des actes de représailles exemplaires


La quasi totalité des Palestiniens exige le respect intégral, ponctuel et logique de la résolution 242 de l'ONU, donc l'évacuation par Israël de tous les « territoires occupés » et le démantèlement de toutes les colonies juives et une prise en compte sérieuse du droit au retour des Palestiniens conformément à la résolution 194 de l'ONU qui laisse aux Palestiniens le choix entre le retour sur leurs terres ou une indemnisation pour les dommages causés

Il apparaît de plus en plus clairement, que l'Intifada a sans doute été au départ une réaction spontanée de jeunes Palestiniens face à une provocation « stupide » de Ariel Sharon, autorisée Ehud Barak. Pour ceux qui ont vu « Noces en Palestine », pour ceux qui ont quelques connaissances sur les mouvements de révolte, ils ne peuvent ignorer que ce sont les « enfants » (les jeunes adolescents) palestiniens qui ne pouvant supporter l'oppression dont sont victimes leurs parents qui se lancent dans des actes de « provocation » avec l'espoir de faire reculer l'occupant.

Affirmer que les mères palestiniennes n'aiment pas leurs enfants est tout simplement ignoble dans l'exacte mesure où « l'enfant » révolté devient très tôt un « adulte », il a souvent une conscience plus aiguë que les adultes de l'injustice , de fait il échappe à l'autorité des parents dans toute société « atomisée », déstructurée Au petit futé qui ironise sur les « youyous » que poussent les mères palestiniennes, je me permets de lui faire remarquer qu'il s'agit de l'expression d'une douleur, d'une souffrance tout aussi respectable que les larmes versée par les mères israéliennes.

A cette « Révolte des pierres », en apparence dérisoire, l'armée israélienne, sous les gouvernement de Ehud Barak, pour éviter le « pourrissement » comme en 1987 de la situation, a réagit avec une violence extrême, et contrairement à ce qui s'est passé avant les médias français ont fait leur travail d'information !

Mais contrairement à ce qui s'est passé dans la fin des années 80, début des années 90, où il y a eu de grands mouvements de protestation en Israël, les Israéliens asticotés par la propagande sioniste, scandalisés, sans doute, par l'image que les médias pouvaient leur renvoyer, ont massivement appuyés la politique de répression amorcée par Barak et que Sharon promettait de mener à son terme très rapidement.

Au bout d'un an les résultats de cette politique de répressions se passent de tout commentaire au point où un nombre de plus en plus d'Israéliens commence à avoir des doutes. Toutes les protestations contre la politique de répressions de Sharon s'inscrivent dans une prise de conscience non seulement de l'inefficacité de cette politique mais aussi dans celle des intérêts bien compris du peuple d'Israël qui court non seulement le risque de perdre tout le capital de sympathie mais aussi de se voir, vu le rapport des forces en présence, menacé dans son existence

Cette « révolte des pierres », n'a strictement rien à voir avec les manipulations dont sont victimes les enfants dans les régimes fascistes. Les enfants ne lancent guère plus de pierres, ils ont compris qu'on ne « rigole » à faire peur aux soldats de TSAHAL, ils se contentent souvent de les injurier ou de passer leur chemin comme s'ils n'étaient pas là, même ces gestes là leur valent de temps à autre une bordée de balles plus ou moins caoutchoutées. Je me permets aussi de vous faire remarquer que les Palestiniens adultes ont pris le relais et les armes à feu ont relayé les jets de pierres

 

Certains dirigeants palestiniens ont pu croire,( Yasser Arafat le « pauvre » y croit sans doute toujours) ; que cet acte élémentaire de respect du droit international par Israël pouvait se faire dans le dialogue et la concertation. Le Hamas, mais aussi les organisations de résistance telles que le F.D.L.P et F.L.P.P ont toujours pensé, à juste titre, que seule la résistance armée pouvait faire fléchir Israël et décider les Israéliens à évacuer les « territoires occupés C'est sans doute aussi cette leçon qu'ont retenu les Palestiniens échaudés par le comportement d'Israël.

 

Quant aux dirigeants israéliens : les « extrémistes » proclament leur volonté de mettre en place le « Grand Israël » alors que la gauche israélienne parle de négociation de paix tout en mettant concrètement en place les bases de ce projet insensé et criminel par la colonisation et les découpages du futur « Etat palestinien » , une enclave autonome dans le « Grand Israël », qu'on veut bien laisser à la gestion de dirigeants serviles et seront toujours sous surveillance.

 Entre Ariel Sharon et Ehud Barak il n'y a guère de différence autre que le ton et la manière, et encore, si on veut bien se souvenir des menaces proférées par Barak quand Arafat affirmait qu'il allait déclarer unilatéralement l'Etat palestinien et pour peu qu'on se souvienne que Barak a contribué au doublement des implantations coloniales dans les « territoires » sans faire de « bruit », tout en négociant avec l'Autorité palestinienne qui se contentait d'émettre quelques protestations, on comprend mieux que la responsabilité de la situation est à mettre en dernier lieu politiquement d'abord sur le compte d'Ehud Barak qui pas plus que Sharon ne voulait d'une paix juste et équitable. Ariel Sharon n'a fait que prendre le relais, il pratique la politique sioniste des missiles et du  bulldozer.


En conclusion seule la résistance armée peut arriver à bout du colonialisme israélien ; il faut espérer que les Palestiniens , comme les autres peuples qui se sont libérés du joug du colonialisme , tirent toutes les leçons de cette sanglante répression, qu'ils ne s'acharneront pas à lutter à découvert contre l'occupant, mais qu'ils sauront organiser avec l'aide des peuples arabes une résistance armée clandestine, mieux structurée , avec des objectifs clairs (comme ce fut le cas pour d'autres luttes de libération nationale) qui ne prenne pas le chemin d'un suicide collectif.


Remarque
Au petit futé qui nous balance ses scoops sur « le médecin terroriste dans une ambulance », sur « l'infirmière kamikaze qui s'était fait passer pour une femme enceinte » etc je rappellerai que ce genre « d'informations » est monnaie courante pour discréditer, ridiculiser ces « lâches terroristes »

La résistance d'un peuple face à l'occupant n'a pas toujours cette dimension « chevaleresque » dont fait preuve TSAHAL qui peut promener ostensiblement sa quincaillerie et frapper « l'ennemi » où bon lui semble sans prendre, pour le moment, de grands risque. Mais si je me réfère aux dernières informations, comme pour toutes les luttes armées populaires, il y a des armements mieux adaptés qui commencent à circuler Cela devrait faire réfléchir !

A cet autre Monsieur qui dénonce les prises de positions de Hubert Védrine, je dirai comment peut on croire que Israël pourra encore longtemps se permettre cette politique menée par Sharon sans se mettre en danger Cette lutte démentielle contre le «terrorisme » est insensée et dangereuse.

Nous pensons, que les rapports de force risquent bien de tourner en faveur du peuple palestinien, non pas tant parce que les pays arabes auraient une affection particulière pour ce peuple rebelle, mais bien plutôt parce que, Israël en opprimant et en humiliant les Palestiniens les peuples arabes, se sentiront obligés d'être solidaires et d'apporter leur aide, comme cela commence à se faire. Il serait sage que les « amis d'Israël » poussent aux vraies et seules négociations acceptables par le peuple de Palestine, et le monde arabe : le respect, sans mégoter, des résolutions de l'ONU en échange de la reconnaissance de l'Etat d'Israël dans les frontières reconnues par la communauté internationale NouvelObs François - Strasbourg - 30.09.03. 22:20

 


Pour faire entendre raison à Israël, une intervention musclée de l’ONU s’impose !!!

Il ne s’agit pas pour moi d’un « déploiement pacifique » de quelques observateurs impuissants et quasiment désarmés; mais bien d’une intervention militaire qui procède à une évacuation en bon ordre des colonies juives des territoires occupés, qui fasse respecter les décisions de l’ONU, même si cela ne devait pas arranger Ariel Sharon, et déplaire à ses « chers » colons installés en toute illégalité dans les territoires occupés. Certains pacifistes israéliens commencent à penser, à juste titre, que ce serait bien la meilleure solution pour l’avenir d’Israël, avant que les « hordes sauvages islamiques » ne se déchaînent!

 

LE DROIT INTERNATIONAL doit s’imposer en Palestine.

 

 Il est non seulement bien scandaleux que le « non droit » perdure, mais ce « non droit » aussi flagrant représente plus sérieusement et plus gravement une menace pour l’existence même d’Israël dont l’intérêt bien compris serait de négocier une paix équitable sur la base d’un respect intégral de toutes les résolutions de l’O.N.U dont l’exécution reste encore bloquée par le veto des U.S.A au Conseil de Sécurité!

 

Depuis cinquante ans Israël affiche avec ostentation  sa « volonté de paix » alors qu’il n’a jamais arrêté de faire la guerre pour se protéger contre les agressions arabes alors qu’il n’a fait que étendre chaque fois un peu plus son « territoire »

Dans cette schizophrénie paranoïaque les Israéliens sont passés maîtres au point de se persuader qu’ils ont raison alors que le monde entier, après des décennies de complicités, commence à prendre conscience de leur forfaiture, bien que nous puissions constater que souvent, ce constat est suivi de peu d’effets du côté des dirigeants occidentaux qui se disent toujours prêts  à veiller sur les destinées d’Israël

 (Nouvelobs Franz - Strasbourg - 05.06.02 23:26)

 

 

 

19/04/2012, 17:36 | Par 6k

je voudrais exprimer toutes mes excuses au nom des français libérés à ce résistant refoulé comme un malpropre par des CRS arrogants. On ne peut pas s'empêcher d'évoquer la police de Pétain, police française et histoire peu glorieuse qui devraient incliner  les chiens de garde d'une république corrompue à rentrer sous terre, s'ils avaient quelques notions d'histoire sous  leur crâne obtus.

Respect, Monsieur.

Newsletter