Jeu.
18
Déc

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Procès Véolia/Touly: les lanceurs d'alerte protégés

Critiquée par le documentaire Water makes money, Véolia avait riposté avec ses avocats : elle attaquait en diffamation 4 passages où le film dénonce les abus du système de la gestion privée de l'eau. Le tribunal l'a déboutée sur 3 passages, protégeant la liberté d'expression des lanceurs d'alerte, et lui a donné raison sur une dénonciation difficile à prouver.

Déboulonneurs: La désobéissance civile justifiée par le tribunal de Paris

Hier les déboulonneurs ont été une nouvelle fois relaxés par le tribunal de Paris pour leurs barbouillages de panneaux publicitaires. Le tribunal justifie leur action de désobéissance civile par le danger que représente la publicité pour la société, et cite l'article 11 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen sur la liberté d'expression.

Le procès Veolia-Touly

Réquisitoire militant vs sarcasme corporate: c'était une singulière bataille rhétorique entre l'avocat de Veolia et Jean-Luc Touly, un militant qui dénonce les pratiques occultes de la multinationale de l'eau pour obtenir les marchés publics, le 14 février devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Toute l'affaire étant de savoir si les propos de Touly étaient diffamatoire ou dits « de bonne foi », celui-ci s'évertuait à montrer que le système de la gestion de l'eau en France est « mafieux » alors que son adversaire s’efforçait de son côté de ridiculiser ses propos autant que ses témoins, quitte à user de mauvaise foi.

«J'accuse» de Zola, le gambit de la victoire dreyfusarde

C'est aujourd'hui le 115e anniversaire de la condamnation de Zola pour son « J'accuse », ce coup de maître qui permit la victoire dans la partie d'échecs de l'Affaire Dreyfus. Son article, qui l'expose à un procès en diffamation, constitue un « gambit » : il fait un sacrifice – sa possible condamnation –, pour gagner plus gros – faire éclater l'Affaire au grand jour et démonter le complot de l’État-major.

La voyante qui n'avait pas vu venir son procès

« Après ma rupture amoureuse j'ai commencé à la consulter. Mme Aiguillon* donnait ses consultations de voyance par téléphone. Je l'appelais assez souvent. Un jour elle me dit qu'elle a eu un flash, qui lui a révélé que j'étais la seule à pouvoir l'aider... Elle avait besoin d'un crédit de 28.000 €. C'était pour acheter une voiture, une BMW.

« J'étais parti acheter le pain , Monsieur le juge... »

A la 14ème chambre du Tribunal correctionnel de Paris ce matin la salle est remplie, tous les bancs sont occupés : soutiens d'une affaire douloureuse ; journalistes d'une affaire médiatique ? Non, c'est une classe d'étudiants venue découvrir les correctionnelles.

C'est quoi un bon témoignage ? Réponse à l'audience.

Les vacances, lundi matin, 17e chambre. Dans cette chambre où d'ordinaire des célébrités attaquent en diffamation, aujourd'hui c'est un inconnu qui se plaint des injures racistes d'un autre inconnu.

« Monsieur le procureur(e) » est une visionnaire

C'est entendu (2). Ce petit matin d'automne, le palais de justice de Paris est morne et humide. Au tribunal correctionnel, plusieurs salles sont vides, d'autres à huis clos ne laissent entrer personne. Seule une procureure, dans une salle sombre, quasi-vide, tente d'animer les débats.

«De l'indulgence, de la paix et des soins»

C'est entendu (1). Tribunal de Paris, le 25 avril 2011. Le palais de justice résonne de pas de loin en loin. « C'est les vacances judiciaires ! Y a pas grand chose en ce moment », s'entend-on dire. Ce texte – premier d'une série intitulée “ C'est entendu ”– documente quelques dialogues choisis entre juges, accusés et procureurs dans les comparutions immédiates.

Newsletter