Mer.
01
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

« J'étais parti acheter le pain , Monsieur le juge... »

A la 14ème chambre du Tribunal correctionnel de Paris ce matin la salle est remplie, tous les bancs sont occupés : soutiens d'une affaire douloureuse ; journalistes d'une affaire médiatique ? Non, c'est une classe d'étudiants venue découvrir les correctionnelles.

 

« J'étais parti acheter le pain , Monsieur le juge... »

Rani explique qu'en remontant en voiture il s'est fait bousculer par un bus. Il embraye, le rejoint, descend au feu et toque au carreau du chauffard « pour s'expliquer ». « Je dis au chauffeur qu'il m'a touché. Il me dit que j'avais qu'à pas être là ! Alors je lui dis : descends de là si t'es un homme ! Et il descend, et il me tape... »

Au final celui qui se plaignait d'avoir été bousculé s'est retrouvé étalé par le chauffeur (qui a l'âge de son fils) : Rani a écopé d'une fracture du nez, de 10 jours d'ITT et d'un suivi en orthopédie. Mais il essaie de se justifier car c'est lui l'accusé – le chauffeur, absent à l'audience, lui est partie civile : car un témoignage rapporte que c'est Rani qui a d'abord frappé le conducteur par la fenêtre. Comme une garantie de son état d'esprit pacifique il rappelle : « J'étais parti acheter le pain , Monsieur le juge... »

Le président interroge Rani : « Donc le témoin ment ? – Nan, j'ai pas donné de coup de poing. – Donc le témoin ment ! – J'ai juste fait le geste " descends si t'es un homme ! " – Répondez à ma question : donc le témoin ment ?! – J'ai pas dit qu'il ment, mais y'a pas eu de coup de poing. » A peine un silence, et le juge enchaîne : « Des questions ? M. le procureur ? – aucune, c'est assez clair. »


« Je pense que ce dossier ne présente aucunes difficultés. »

La jeune avocate de la partie civile déploie à une vitesse étonnante sa longue plaidoirie. Aucune raison d'hésiter : « Je pense que ce dossier ne présente aucunes difficultés. » Essoufflée, elle termine enfin : « Au-delà des coups et griffures, mon client a été profondément blessé. A chaque fois qu'on lui toquera au carreau il aura peur qu'on le frappe... » On respire pour elle.

Pour le Parquet il y a violences caractérisées sur agent du service public dans l'exercice de ses fonctions. C'est grave. « C'est dommage, dommage de ne pas avoir réglé cet accrochage en constat à l'amiable. Mais avec cette attitude imbécile, Monsieur, vous voilà devant le tribunal ! » Pour le procureur cette « attitude » en dit long. « Monsieur a un emploi, 3 enfants, mais pas l'air très stable... Des soins seraient certainement bienvenus. » Il demande des dommages et intérêts pour le chauffeur et du sursis. Et profitant de son réquisitoire, il s'adresse à Rani en regardant le juge : « Et je le préviens, si j'étais amené à le revoir, ce serait en comparution immédiate ! »

 

"Moi je me pose beaucoup de questions...!"

Après une partie civile soufflante et un réquisitoire grandiloquent, la voix de l'avocate est plutôt tremblante, mais son argumentaire se développe. Elle, au contraire, se « pose beaucoup de questions ». « Dans ce dossier tout tient à un témoignage. Mon client a un casier vierge, un emploi, une famille. Qui a été blessé ? Mon client a eu 10 jours d'ITT. Monsieur le procureur dit : "si vraiment il avait été attaqué il aurait pu porter plainte". Mais il a porté plainte ! Le chauffeur, au lieu d'utiliser l'alarme silencieuse comme c'est prévu, descend du bus avec un autre passager pour se battre... – un passager qui n'a jamais été entendu. » Elle défend ensuite l'équilibre et la bonne vie de Rani, « attestations à l'appui ». « C'est un malentendu qui a dégénéré... Je demande donc la relaxe. »

 

A peine une minute passe : « Monsieur, vous êtes condamné à 8 jours d'emprisonnement avec sursis, 500 € de dommages et intérêts à la victime, 21,40 € à la RATP et 80 € de frais de procédure. C'est-à-dire que si vous avez une nouvelle condamnation pénale dans les 5 ans vous irez en prison. Vous avez compris ? »

« ... »

 

---

Vous pouvez retrouver les articles de la Rotative et ses recherches sur le Jujitsu politique sur son site : larotative.org

Tous les commentaires

27/12/2012, 21:24 | Par Cacochyme

On se dit parfois, que la Justice peut être la pire des injustices...on peut tous un jour être un jour, au mauvais endroit au mauvais moment.

Un jour sur l'autoroute, en plein flot de circulation, réduit à 90 km/h sur les deux files, je vois dans mon rétroviseur un véhicule qui me fait des appels de phares. Ne pouvant ni accélérer ni me rabattre sur la file de droite sans danger, je fis un signe au chauffeur du véhicule pressé, de passer par dessus. L'individu me colle aux fesses et me montre son macaron bleu blanc rouge, puis me double par la droite en faisant un signe de la main à ma femme, passagère avant, comme quoi j'allais avoir à faire à lui pour lui avoir fait un doigt d'honneur (que je n'avais pas fait). Ma femme a le temps de prendre en photo l'arrière de son véhicule avec son numéro de plaque minéralogique.

Considérant sur le champ, que la meilleure défense était l'attaque, je vais portais plainte à la gendarmerie de l'autoroute pour conduite dangereuse, anticipant ainsi sur les dires d'un "éventuel agent de police".

Quelques mois plus tard, nous sommes convoqués (le" policier" et moi-même) devant le tribunal de police du ressort du lieu de l'évènement.

En fait de policier, il s'agissait d'un agent civil d'une socièté privée de gardiennage qui faisait le beau en se faisant passer pour un vrai policier. Il s'en est sorti en produisant une attestation d'un Officier de l'Arsenal de Toulon attestant qu'il prêtait son véhicule à plusieurs personnes de l'arsenal. De mon côté, j'ai eu l'honnêteté de dire que je ne pouvais l'identifié avec certitude (le jour de l'évènement, il portait la barbe, des cheveux mi-longs et des lunettes de vue, à l'audience, il était sans lunette, les cheveux courts et rasé de près)

Mais la Juge me pris de haut, allant même jusqu'à prendre sa défense en me reprochant de ne pas rouler assez vite avec mes 90Km/h, alors que j'y étais contraint par la vitesse du flot de véhicule. De demandeur, j'étais devenu prévenu avec même une suspicion de délation à l'endroit "d'un  policier d'apparence". Le procureur un peu interloqué par le juge, posa la question au défendeur, à savoir, s'il avait un macaron tricolore, il répondit par oui.

J'ai dû conclure avec ironie  devant la relaxe, en expliquant que je n'étais pas un justicier de la route; mais que le propriétaire de ce véhicule devrait faire attention désormais à qui "il prêtait son véhicule. Car, dans la même situation à venir, j'aurais la même attitude.

28/12/2012, 15:05 | Par Diogène de Tours en réponse au commentaire de Cacochyme le 27/12/2012 à 21:24

@ Cacochyme,

Concernant la juge qui vous a "pris de haut" et qui vous a asséné des stupidités, vous n'êtes malheureusement pas le premier à avoir subi ce genre d'éructation incongrue. Rien de surprenant  : il faudrait sérieusement s'interroger sur l'état mental de nombre de professionnels de la Justice : avocats, procureurs, magistrats. Des deux sexes. Mais, évidemment, c'est impossible. Par principe démocratique, ces gens là n'ont, et n'auront jamais, de compte à rendre qu'à eux mêmes. On ne voit pas très bien le ministère de la Justice lancer une enquête générale sur l'état psychiâtrique de ses officiants et officiantes. Cela ferait désordre. Ils et elles en profitent bien, les bougres. Et le drame, c'est que les rares magistrats (ou avocats) qui sont des gens tout à faits équilibrés et normaux, et qui ont le courage de vouloir l'équité en toutes choses, ne peuvent éviter d'avoir de gros problèmes avec leur hiérarchie, ou avec le parti provisoirement au gouvernement ( si on peut encore séparer les deux) Ce que je dis ne concerne donc pas R. van R... et autres Trévidic. Le reste, il faut donc faire avec.

Voilà pourquoi, en dehors des rares moments où les gens de Justice me font rigoler par leur pompe enfourrée et leur vocabulaire ridicule, j'évite résolument de les fréquenter. Je préfère les gens avec qui respirer. Mais j'avoue que je ne suis certain pas d'y réussir jusqu'à l'entrée en maison de retraite. Vu la multiplication des règles férocement répressives que les gens de Justice jouissent de devoir appliquer, je ne dois pas être le seul à me penser comme un gibier.

28/12/2012, 21:11 | Par Cacochyme en réponse au commentaire de Diogène de Tours le 28/12/2012 à 15:05

Je vous trouve là très pessimiste. J'ai rencontré des magistrats de haute tenue aussi. Leur problème, ils ne sont pas assez nombreux et ont trop de dossiers à traiter. Ce sont souvent des femmes, jeunes, et même si l'Ecole de la Magistrature donne une excellente formation, le manque d'expérience de la vie est un handicap. Burgaud est un exemple caricatural du manque d'expérience et de la jeunesse des juges en France. Aux Etats Unis la plupart des magistrats  sont extraits de la profession d'avocat. La formation initiale est la même, ils sont élus ou nommés après plusieurs années d'exercice de la profession d'avocat. Forcément, ils ont plus de bouteille.

Enfin, je pense que nous avons une majorité de bons magistrats, pas moins équilibrés qu'un cadre de la Poste ou de chez Renault, mais une mauvaise justice. Si le courrier ou les voitures marchaient comme les décisions de justices, on serait dans la mouise. Je ne pense pas que les magistrats y soient pour quelques choses...regardons plutôt du côté du législateur et du budget de l'Etat.

27/12/2012, 18:27 | Par thomas75013

Justice "à la petite semaine" tout juste bonne à rassurer les personnels de la RATP, en montrant qu'elle agit sans aucune faiblesse face aux "délinquants"(qui ainsi paieront pour ceux qui n'ont pas été pris), c'est un grand classique. 

30/12/2012, 17:57 | Par Anne Nymette

hélas ce genre de dossiers pullulent dans les tribunaux et les Magistrats sont débordés.

FONCTIONNAIRE le plaignant, combien de fois ai-je entendu cette cerise sur le gâteau, comme si les fonctionnaires étaient d'entrée irréprochables!

Dommage que le "prévenu" n'ai pas osé répondre "oui le témoin ment" -ce qui me semble évident- Point de psychologie , pas le temps..... affaire suivante?

 

-sincèrement désolée pour Rani -

13/02/2013, 12:06 | Par vieille dame en réponse au commentaire de Anne Nymette le 30/12/2012 à 17:57

bien d'accord : justice de caste

Newsletter