Mer.
23
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Au Brésil, la "femme pastèque" incarne le culte des fesses

C’est la nouvelle star du Brésil. Est-elle belle ? Oui, pas plus que beaucoup de cariocas. Est-ce la nouvelle actrice de la télénovela de Globo ? Pas encore. Chante-t-elle ? Non, ou peut-être sous la douche. Une sportive alors ? D’une certaine façon : Andressa Soares, 20 ans, est connue dans tout le Brésil pour les dimensions de ses fesses, la « bunda » en portugais du Brésil. Voyez plutôt : la belle mesure 1,72 m, pèse 68 kg, mais affiche surtout un tour de fesse de 120 centimètres !!! Une gloire dans un pays où l’on ne finit pas de célébrer la croupe. Si vous avez le malheur de perdre du postérieur à l’issue d’un régime, les passants commentent la métamorphose d’un « la pauvresse ! ».

Andressa Soares, qui s’est fait connaître pour sa façon de faire bouger ses fesses sur un funk aussi fameux que peu élégant, la danse du « creu », a déjà été baptisée par la presse la « femme Pastèque », le surnom se passe d’explication.

fait cette semaine la une de « Play-Boy », qui ne mâche pas ses mots, la propulsant « passion nationale ». Soixante-quatre pages sont dédiées à ce derrière d’exception. Attention, « Play-Boy » au Brésil est une institution très chic. Le rêve de toute femme respectable est d’y poser nue, et on y lit des interviews politiques parmi les plus intéressantes de la presse nationale – Lula a accordé une de ses premières interview au mensuel. Des semaines avant le choix de la muse en couverture, tout le monde se passionne pour son entraînement, son maquillage, et le making-of des photos. Dans Play-Boy, vous apprendrez donc qu’Andressa cultive ce cul qui fait vibrer les foules en faisant du sport tous les jours et grâce à des drainages. Pour les plus curieux, allez voir le site du journal : http://playboy.abril.com.br/galeriast/galeria_103687_0.shtml. Faut-il vraiment acheter les numéros du printemps recommandant de maigrir ?

Newsletter