Ven.
21
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Thématiques du blog

 

Mort d'Alexandre Grothendieck, science sans conscience n'est que ruine de l'âme

Surtout, ne metttez jamais votre intelligence au service des puissants, il savent très bien ce qu'ils vont en faire.

En mémoire du fondateur de l'écologie radicale, d'un homme qui a compris que son génie et sa passion pour les maths n'étaient pas tout, qu'il se devait aux autres de n'être rien et qui a radicalement fait sien le fait qu'il n'était qu'un "point c'est tout"....dans l'ensemble de l'humanité, dans l'environnement, sur la terre, dans l'univers et qu'il importait peu de savoir comment mais c'était une certitude nous étions une planète destinée à disparaître et une espèce qui faisait tout pour disparaître avant elle.

.....si radicalement d'ailleurs que le CNES a cru bon de lisser sa sensibilité à fleur de peau, son insurrection intérieure envers tout ce qui pouvait le prédestiner, le conditionner, un homme de la liberté, ce qui en faisait un être à part, difficile à côtoyer.

Sa mort est une bonne piqûre de rappel à tous ces jeunes scientifiques et ingénieurs qui beuglent leur joie d'avoir validé à grande échelle leur capacité en algorithmes de calculs à suivre un mobile en mouvement puis de lui délivrer un satellite comme on délivre une munition sur une cible, autrement dit ce qui est au coeur du développement des missiles nucléaires à têtes multiples et des intercepteurs de missiles.

Précisémment cette sacro sainte alliance complexe militaro-industriel projets scientifiques contre laquelle le grand Alexandre s'était insurgé, contre ces exploits transformés en glorioles qui ressemblent à des défaites, celles de la pensée, qui agissante ne devrait être qu'évitement de ce qui peut nuire aux autres, qui en actes ne peut-être que responsabilité vis à vis de la collectivité humaine.

Le contraire d'un Cazeneuve et de toute une pensée moderne qui se réduit à avoir foi dans la boite à outils technologique, jusqu'à ce que catastrophe s'en suive.

Sciences sans conscience n'est que ruine de l'âme, tel était le coeur de ce qui l'habitait, son intransigeance aussi..au point de ne plus vouloir être publié voir même republié....ce qui pose un sacré casse-tête juridique à tous ceux qui veulent "exploiter" ses réflexions mathématiques cachées à Montpellier depuis sa retraite, foutu monde incapable de respecter les dernières volontés d'un homme qui trouve plus rentable de se saisir des découvertes d'un autre que de travailler à les redécouvrir pour mieux les maîtriser..

Cazeneuve l'irresponsable qui ne contrôle rien, qu'il dégage

« Les seules informations dont j’ai disposé sont celles que m’a adressées M. Favier (directeur général de la gendarmerie nationale)

La guerre

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/ukraine-l-arrivee-de-renforts-militaires-a-l-est-inquiete-washington-et-l-ue_1620417.html

Le rouble russe voit sa valeur fondre au soleil, la faute ponctuelle à la banque centrale de ce pays affirmant qu'elle n'interviendrait pas et qui du coup se voit tester par les marchés mais surtout en raison d'une action coordonnée des principaux producteurs de pétrole alliés des USA pour en faire baisser la valeur afin d'asphyxier une Russie en mal de capitaux pour se développer, comme punition de l'envahissement de la Crimée et de l'Ukraine et des batons qu'elle met dans les roues pour combattre la construction d'une internationale terroriste anti-occidental . Gorbatchev le pacifiste de voyage en allemagne dit que c'est une cause de retour à la guerre froide, ce qui prouve la motivation des russes même modérés, mais aussi souligne qu'il ne connaît pas son poutine qui est un refuznik de l'aplatissement du pays au regard des menaces réelles et offensives de l'impérialisme américain et de ses alliés.

 http://www.liberation.fr/economie/2014/11/06/la-russie-assiste-impuissante-a-la-chute-sans-fin-du-rouble_1137914

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/la-chute-du-prix-du-petrole-la-guerre-par-d-autres-moyens_1613597.html

Madame Taubira, le diable du pouvoir socialiste se loge dans les détails

Sur la mort de Rémi fraisse, on relève l'utilisation de grenades offensives, or celles-ci font l'objet d'une règle spécifique d'engagement: ne pas jeter sur le manifestant, jeter à terre, du fait même de sa dangerosité. Ce n'est donc pas un accident...et quand bien même évoquerait-t-on le grillage, il n'est pas écrit dans ce règlement qu'un grillage permet d'outrepasser le règlement. Peut-on rappeler aux forces de l'ordre et à tous ceux qui les commandent que faire diminuer les risques d'atteinte aux biens mais aussi aux personnes est dans la nature de leur mission, certes pas de les augmenter.

Productivisme contre radicalité écologiste.

En réponse à un débat ouvert sur le blog de Arthur Porto.

vaste débat, l'écologie du côté de l'immobilisme, voir contre le progrès technologique. Il ne faudrait pas toucher à mère nature, jamais, pour certains, seulement pour certains. Je creuse la question sur les gaz de schiste, que se passerait-il si contrairement aux firmes américaines on trouvait un procédé technologique n'impactant pas les sous sols ni les nappes phréatiques...juste pour voir les réactions, les gens ne lisent pas, ne cherchent pas à s'informer, ils vous parlent des immenses dégâts constatables ailleurs, pas des expériences en cours, ils ne veulent pas savoir, les risques sont trop grands et irréversibles, ils n'ont pas foi dans le progrès qui en est sa maîtrise. Pour eux débattre est inutile, s'informer tout autant. Au lieu d'être motivé par un constat momentané d'impossibilité leur donnant envie de just do it, ils n'ont pas confiance dans l'intelligence humaine, toujours dévoyée par un monde de fric et plutôt que de mettre leurs compétences critiques au service d'un meilleur monde à venir, ne rien faire ni penser est pour eux le plus sûr garant de l'évolution. 

 Ce à quoi je m'intéresse dans ce billet c'est aux écologistes radicaux sur le terrain qui n'ont pas d' arguments juridiques ni de légitimité pour demander l'arrêt du projet. Alors que veulent-ils, quelle est leur pensée, leur projet, c'est toute l'interrogation à laquelle j'essaye de répondre ici.

La question de la légitimité démocratique est une question qui n'a rien à voir avec l'écologie radicale même si factuellement elle s'y confronte.

Quand des conseillers généraux sont en conflits d'intérêts, présidant aux destinées d'une société, lui attribuant des marchés, allant même jusqu'à voter alors qu'ils siègent à son conseil d'administration, si ils ont la légitimité démocratique, force est de constater qu'ils en font un drôle d'usage, idem lorsqu'ils font le forcing pour achever les travaux avant même que les décisions de cour de justice ne soient rendus.

Ils passent en force, pratiquant la politique du fait accompli, foulant aux pieds les règles de droit, truquant les déclarations d'intérêts publiques et réclamant le soutien de leurs alliés politiques au sein de l'appareil d'état pour violer toutes les règles de vie sociale....même si la révolte de ceux qui sont sur le terrain ne les conteste pas de ce point de vue là.

Car que disent-ils les manifestants, quand bien même le barrage serait utile, il n'a pas à être l'occasion de détruire une zone humide, important comme lieu éco-logique. Il existe d'autres moyens d'irriguer sans barrage, de cultiver en diminuant le prélèvement d'eaux...et là on glisse sur un terrain qui est celui du réchauffement climatique, pour eux, le réchauffement climatique est l'occasion de remettre en question le modèle de l'agriculture productiviste et non de réaliser des aménagements assurrant sa pérennité, celle d'un système polluant et dangereux sur le plan sanitaire.

Dès lors la confrontation ne peut qu'être totale et radicale, c'est la guerre entre deux visions du monde, deux projets de société et vu l'urgence de réagir des deux côtés ça ne peut que faire des morts.

Si l'on s'abstrait en effet des magouilles entachées d'irrégularités et d'illégalités de ce projet, quand bien même l'on remettrait à plat le projet le rendant conformes aux contraintes de la vie juridique en démocratie et de la simple honnêteté, l'opposition existerait toujours et elle serait toujours aussi radicale. Ce n'est pas que le barrage est seulement mal situé, surdimensionné, c'est qu'il est le symbole de l'agriculture productiviste.

Les écolos font chier les agriculteurs parce qu'ils proposent une autre voie d'adaptation à un environnement changeant sans que les producteurs perçoivent comment ils pourraient assurrer leur survie économique dans ce système alternatif.

Ils résument ça à "ils veulent notre mort" et de ce point de vue il y a un risque d'affrontements le 18 Novembre à Sivens vu qu'il y aura une manif d'agriculteurs là bas.

Dans cette logique les écolos radicaux qui n'ont as le souci de l'avenir social des autres sont en guerre contre l'état lequel soutient ce type d'agriculture, y compris par la force, y compris lorsque la force est au service de l'illégalité la plus totale. Il s'agit de la confrontation entre deux projets de société, radicalement et les jeunes qui ont la sensation qu'on veut les faire crever la gueule ouverte n'ont que faire, vu l'urgence, de procédures et recours légaux et autre aménagements de la vie démocratique, il sont en guerre, totale, comme Valls à l'opposé.

Newsletter